Youtube concurrence-t-il la télévision ?

Billet rédigé par Mathilde Combet (ENSSIB-EBSI)

Au printemps 2013, Youtube atteint le milliard de visiteurs uniques par mois. Créé en 2005 et racheté par Google en 2006 c’est aujourd’hui la plate-forme de vidéos la plus populaire du web. L’analyse des raisons de ce succès amène à questionner son impact sur la télévision. En effet, dans un paysage audiovisuel à redéfinir, thème des assises de l’audiovisuel tenues en juin denier, les effets du numérique représentent des enjeux incontournables. Pour aborder le sujet, je me suis intéressée aux aspects suivants : le contenu, le support, le public et l’économie, afin de déterminer pour chacun s’il y a une concurrence entre Youtube et la télévision.

Si Youtube était un peu la longue traîne de la télévision, le site gagne du terrain en diversifiant son offre. A ses débuts, Youtube proposait essentiellement des vidéos amateurs, des clips et du contenu piraté, puis l’arrivée en 2008 des contenus en haute définition en donne de l’ampleur au site. Celle-ci s’intensifie en 2011 avec le lancement de chaînes thématiques officielles gratuites, la France en compte 13, pour lesquelles le bilan reste mitigé. Le site se tourne désormais vers les chaînes payantes suivant le système pay-per-view, dont le contenu serait des programmes exclusifs produits par des professionnels. Le développement des « Youtube spaces », qui vise à produire du contenu de type professionnel, rentrerait plus directement en concurrence avec la télévision.

Pour l’instant, la télévision prime comme media de divertissement et les chiffres sur le temps d’attention et l’audience moyenne lui assure sa place : en moyenne un Français passe vingt minutes par jour sur Youtube contre 4h devant son écran de télévision et le nombre de vues moyen des vidéos présentes sur Youtube est de 100 000 contre 5 millions de téléspectateurs pour la télévision.

La télévision n’est plus l’écran central du foyer, ou du moins plus le seul. L’essor de différents terminaux s’accompagne d’un changement de comportement. L’attention passe rapidement non seulement d’un contenu à un autre (exemples : zapping, onglets multiples, etc.), mais aussi d’un écran à un autre. Ainsi, télévision, tablette, ordinateur et smartphones fonctionnent simultanément : un second écran pour une expérience télévisuelle enrichie. Ces nouveaux outils accompagnent également la mobilité de l’utilisateur, qui peut donc consommer du contenu informationnel en dehors de chez lui. L’accès au contenu sans contraintes horaires rend la grille de programmation un peu obsolète, bouleversant ainsi les habitudes de conception des chaînes télévisuelles. L’approche fragmentée qu’offre le web est un certain atout face à l’unité d’un programme, cependant la stabilité des chaînes (télévisuelles et sur Youtube) s’accompagne de la fidélité des spectateurs, aspect non négligeable qui pose la question du public.

L’importance de Youtube ne concerne pas l’ensemble de la population, mais plutôt les 15-35 ans. La génération C (pour connexion, communauté, créativité, curation) est un public dont l’attention est difficile à capter. Pour s’adapter à ses attentes, la télévision a intégré ses émissions  dans le dispositif des réseaux sociaux et ainsi garanti l’interaction en direct des spectateurs via Facebook en Twitter.

Le nombre de vues sur Youtube donne des indications sur le « goût » du public, puisque ce dernier cible ce qu’il regarde, qui sont à prendre en compte par le secteur audiovisuel. Ainsi, la popularité des Youtubers, ces individus qui se sont fait connaître via Youtube en fait des figures désormais aussi incontournables que les personnalités du petit écran. La visibilité sur Youtube égalant aujourd’hui la crédibilité du passage à la télévision, les Youtubers se retrouvent à décrocher une chronique ou une émission sur une chaîne traditionnelle. Les Youtubers représentent des arguments pour attirer les annonceurs de la télévision, comme cela s’est encore vu à la soirée Youtube Brandcast qui s’est déroulée le 3 octobre. Le public de Youtube représente un marché important et les annonceurs s’y intéressent de près.

Le transfert de l’audience de la télévision à Youtube implique un changement considérable pour les annonceurs : la valeur de leurs publicités n’étant plus basé sur l’horaire et le programme télévisuel pour une audience large, mais davantage sur le spectateur individualisé grâce au ciblage. Le sujet reste délicat à mesurer car sur un écran connecté, l’attention est facilement détournée vers autre chose et il faut tenir compte des logiciels bloquant les publicités.

Les chaînes de télévision ayant mis en place les interactions via Facebook et Twitter, si cela améliore la visibilité de l’émission, il reste à trouver comment les monétiser. Une des tensions principales entre Youtube et la télévision en France réside dans le manque de contraintes réglementaires et fiscales envers la plate-forme de vidéos, au grand dam des patrons des chaînes.

Youtube et la télévision semblent pour l’heure fonctionner de façon assez complémentaire. Aux projets de Youtube fait écho le développement de la TV connectée (avec des publicités ciblées), dans lequel Google (avec sa Google TV ou Android TV) tente toutefois de trouver sa place.


Vous aimerez aussi...

23 réponses

  1. DIALLO dit :

    Je viens confirmer d’abord l’idée cohérent que vous défendez dans ce billet. Youtube est aujourd’hui un concurrent direct dans la mesure ou que tous les contenus voire programme (séries film)proposé les télévisions sont disponibles dans sa base. L’utilisateur peut y avoir accès a tout moment et n’importe ou a condition qu’il ai une connexion inernet. Alors que que dans la télévision c’est l’exclusivité des programmes.
    Mais force est de constater que même si la télévision est concurrencée par youtube elle demeure et conserve sa place de média fortement utilisé à l’échelle. Il reste l’un des médias qui n’a pas vu son chiffre d’affaire chuter même avec l’événement du web.
    Les enquêtes en France et au Quebec ont montre une augmentation des dépenses sur les abonnements de télévisions et sur la connexion au moment les dépenses sur les produits culturels ont connu une baisse. Cela illustre la force de la television. Encore les télévisions sont les véritables propriétaires des contenus de youtube. Cette dernière dépende fortement des télévisons.

  2. MathildeC dit :

    Merci à tous pour vos commentaires enrichissants ! Les principales questions qui ont été soulevées portent sur :
    – l’attention des téléspectateurs face à un second écran
    – l’exploitation par les chaîne de télévision des interactions sur Twitter
    – l’originalité des concepts et des formats que propose Youtube par rapport à la télévision
    – la rentabilité des publicités sur Youtube
    – la portée des broadcasters et leur place sur le marché de l’attention
    – le type de programmes consommés
    – la temporalité de consommation et sa gestion par la télévison et par Youtube
    – la VOD

    Est-ce que Youtube défie la télévision, la question reste ouverte et sera sûrement à reposer dans les prochaines années. Si les deux médias semble pour l’instant plutôt complémentaires, Youtube cherche à diversifier (et professionnaliser) ses contenus et la télévision souhaite établir des ponts avec Youtube pour assurer sa place, c’est par exemple le cas des groupes (comme Canal +) qui lancent leurs chaînes sur Youtube pour maximiser leur visibilité (et donc tenter de toucher l’audience la plus large) et jouer la carte de la présence sur plusieurs écrans mobiles.

  3. Em_Mercier dit :

    Merci beaucoup Mathilde pour ce billet très intéressant !
    C’est une question sur laquelle je ne m’étais jamais vraiment arrêtée et tu apportes des éléments d’information très intéressants.

    J’aime beaucoup le rapprochement que tu fais avec la Télévision et le fait que cet écran ne soit plus le seul désormais à occuper une place dans nos loisirs, bien que Youtube ne soit pas en phase de dépasser la télévision. On voit vraiment ici le rapprochement avec des éléments vu en cours sur les 7 piliers par exemple et la nouvelle économie d’attention dans laquelle nous évoluons.

    La captation d’un maximum d’attention est devenue un enjeu très important pour la télé, qui n’avait, jusque-là, jamais était concurrencée (je mets de côté le cinéma). Il s‘agit pour la Télé (1 écran) de réussir à capter ses téléspectateurs également sur le deuxième écran (pc/tablette).
    Les chaînes TV enrichissent leurs programmes en proposant de participer via Twitter (exemple avec « Touche pas à mon poste » où l’avis des internautes est demandé en temps réel via Twitter, même chose pour « La nouvelle star »). Les chaînes cherchent à fidéliser et à favoriser l’engament du téléspectateur dans le programme qu’il regarde. Façon détournée (ou non) de garder l’attention des téléspectateurs jusqu’au bout.
    Je cite : « Favoriser cet engagement plus important de l’audience autour des programmes, trouver un moyen d’exploiter ces conversations parallèles, favoriser les interactions avec les vedettes, animateurs, acteurs. Faire quasiment de chaque émission ou fiction un événement en direct ! (CBS) » Source : http://meta-media.fr/2013/01/08/tv-le-2nd-ecran-devient-le-1er.html

    Concernant les web Tv mises en place par M6 ou TF1 tel que 6play et TF1 replay (comme l’évoque flo_lafouch dans un commentaire précédant), peut-on considérer que c’est de la concurrence directe avec Youtube ? Peut-on considérer ces programmes replay au même titre que les programmes sur Youtube (avec la possibilité de visionner quand on veut et donc se détacher de la grille horaire imposée par la télévision par exemple) ?
    Mais cela rejoint déjà sans doute la question déjà évoquée de la VOD.

    • MathildeC dit :

      Bonjour,

      Merci pour ton commentaire !
      La volonté de fidéliser et favoriser l’engagement du spectateur dans le programme qu’il regarde est effectivement au coeur des stratégies actuelles, mais comme le souligne ta citation, l’enjeu est désormais d’exploiter/de monétiser ces interactions.
      La VOD est une réponse (inspirée par Youtube) des chaînes face aux attentes d’un public qui n’est pas disponible à heure fixe et régulière. C’est un atout certain pour la télévision, la diversification et la professionnalisation des contenus que développe Youtube est, il me semble, un moyen de se démarquer face aux replay et VOD.

  4. Elisse dit :

    c’est une évidence ! Les chaînes Youtube, mais pas que, vont prendre de plus en plus de place, à moins que les acteurs majeurs de la télévision n’adaptent leurs programmes. car on trouve justement sur Internet une expérience et des concepts très originaux et très différents de ce que propose le petit écran, en termes de format comme en termes de concepts. très intéressant comme article, merci !

  5. Karl Mongrain dit :

    Bonjour Mathilde,

    Concernant les publicités imposées dans Youtube, je me questionne sur la rentabilité de celles-ci, car comme vous dites, l’attention de l’utilisateur peut être facilement détournée sur l’ordinateur (naviguer dans un autre onglet en attendant que l’annonce passe par exemple). Auriez-vous des statistiques à ce sujet qui illustreraient combien les annonceurs évaluent l’efficacité de leur annonce dans Youtube? C’est peut-être difficile à trouver, alors ne vous cassez pas trop la tête si vous n’y parvenez pas, je n’ai personnellement rien pu trouver de concret.

    Par ailleurs, je crois que la télévision possède une caractéristique que Youtube n’offre pas : celui de la ponctualité, et donc, des rendez-vous à heures fixes pour écouter telle ou telle émission. De plus en plus, les émissions de télévision sont disponibles sur le web, mais pas toutes. Cela a donc une influence plus concrète sur l’horaire d’un individu, et même d’une famille. Cela peut permettre un moment où tout le monde se rassemble après le souper par exemple pour écouter une émission plaisant à tous, apportant un aspect chaleureux et rassembleur au sein du foyer. Je ne pense pas donc que Youtube menace la télévision pour l’instant, car comme vous dites, ils sont pour l’instant plutôt complémentaires l’un de l’autre. En tout cas, merci pour votre billet très intéressant!

    • MathildeC dit :

      Bonjour,

      Merci pour votre commentaire ! Je n’ai pas non plus trouvé de statistiques évaluant l’efficacité des annonces sur Youtube, j’imagine que c’est difficilement mesurables (pour l’instant?).
      Je suis d’accord avec votre second paragraphe. Lors de mes recherches, l’argument de la convivialité d’un moment partagé devant la télévision revenait dans plusieurs articles.

  6. Monia.Z dit :

    Merci pour ce billet. Je rejoins un peu Caroline dans son propos et je me demande si le danger de youtube par rapport à la télévision ne réside pas justement dans la promesse portée par youtube et énoncée dans son slogan « Broadcast yourself » qu’on peut traduire par « diffuse toi-même », ce qui était jusque-là le monopole de la télévision. Idéalement, Youtube permet à chacun d’avoir sa « petite » télévision. Un nombre conséquent de broadcasters avec des contenus de qualité est une menace pour la télévision sur le marché de l’attention. On en est pas très loin mais les contingences de la production sont très lourds et nécessite un minimum de professionnalisme.

  7. MathildeF (Enssib) dit :

    Merci pour ce billet très intéressant Mathilde, et qui soulève certaines problématiques que pour ma part je n’avais pas envisagées.
    Ta réflexion m’a amenée à me poser certaines questions:

    – Sur le mode de financement de Youtube tout d’abord, est-il uniquement basé sur la pub? Qu’en est-il du droit d’auteur? Je ne trouve rien de plus récent que cet article sur la rentabilité de Youtube: http://www.commentcamarche.net/news/5861025-le-business-tres-rentable-des-chaines-youtube. Or je pense qu’il pourrait être utile d’en savoir plus afin de comparer au mieux les deux modèles que tu opposes dans ton billet.

    – Sur des aspects plus sociologiques ensuite, concernant les modes de consommation des publics, que ce soit concernant Youtube ou la télévision. A-t-on des statistiques précises sur le sujet? Des enquêtes sur ce que les gens regardent principalement sur Youtube, et si cela diffère de leurs habitudes télévisuelles? Les publics sont-ils les mêmes?
    A mon avis on ne regarde pas un programme sur Youtube comme on regarde la télévision, qui dans certaines familles se présente comme un rendez-vous, un moment de convivialité où l’on se retrouve et autour duquel on instaure un rituel. Ce qui paradoxalement fait du Web en général un outil qui relie les gens en communautés, mais dont la pratique est plus solitaire que celle des médias traditionnels.

    – De plus Youtube induit je pense de nouvelles pratiques, et il est difficile en ce sens de le comparer à la télévision. Sur Youtube on regarde bien souvent des extraits d’émissions, des sketchs, des clips, des programmes courts en somme, parce que l’attention est sans cesse accaparée par d’autres contenus (avec les liens) qui empêchent de se concentrer sur un programme long.

    – Ainsi je pense que s’agissant du contenu, Youtube concurrence la TV dans un aspect « loisir » mais moins en ce qui concerne des contenus plus sérieux. En ce sens une étude précise sur les pratiques des spectateurs serait encore une fois une bonne chose.

    – Pour finir, il y a un aspect sur lequel YouTube concurrence indéniablement la télévision, c’est bien dans son côté plateforme, qui permet à certains talents de percer ou de se faire connaître, faisant penser que tout est désormais possible: http://webilicious.fr/culture_medias/devenir-celebre-sur-internet-les-covers-sur-youtube/

    • MathildeC dit :

      Merci pour ton commentaire ! Les éléments que tu apportes sur l’aspect sociologique et les pratiques liées à Youtube sont effectivement à prendre en compte dans l’analyse et contribuent à la difficulté d’évaluer cette « concurrence » .

  8. Jean-Michel Salaün dit :

    Bonjour Mathilde,

    Avez-vous quelques informations sur la rentabilité de Youtube à l’intérieur de Google ? Vous insistez sur la situation française, qu’en est-il au Québec ? Comment les chaînes canadiennes perçoivent-elles Youtube ? La situation est-elle comparable ? Peut-on percevoir des différences ?

  9. Anamaria C dit :

    Bonjour Mathilde,

    merci beaucoup pour ce billet fort intéressant qui m’a apporté même de nouvelles informations. À mon avis, Youtube représente une concurrence pour la télé, en ce qui concerne la population qui a accès au web, mais je dirais que pas seulement les « Youtube spaces », mais aussi tous les autres formes de vidéos. Par exemple, j’observe dans mon cercle de connaissances un changement de comportament de l’internaute: l’utilisation de Youtube pour le visionnement des émissions (faites spécialement à être diffusées par l’intermédiaire de Youtube!) au détriment de la télévision. (affirmation valable – comme tu l’as bien mentionnée plus pour la génération C).
    Alors, je trouve que pour les prochaines décénnies, la télé et Youtube vont continuer à coexister, mais c’est sûre que le web va de plus en plus influencer le choix des nouvelles générations au détriment de la télévision.

  10. Jean-Michel Salaün dit :

    Bonjour

    Ce sujet a déjà été débattu en début d’année dans la version précédente de ce cours. La discussion d’alors peut alimenter votre propre réflexion :
    http://blogues.ebsi.umontreal.ca/jms/index.php/post/2013/03/07/La-t%C3%A9l%C3%A9vision%2C-en-tant-que-m%C3%A9dia%2C-est-elle-sur-le-point-de-dispara%C3%AEtre

  11. Pierre-Edouard (ENS Lyon) dit :

    Bonjour

    Bravo pour l’article, qui revient sur des points clés dans le développement de cette plateforme en ligne et la résistance manifeste de la télévision.
    Pourtant la comparaison fait à mon goût l’impasse sur l’arrivée de la VOD, qui modifie profondément les habitudes des spectateurs. Bien que la télévision la propose (via les offres Canalsat, ou les bouquets proposés par les fournisseurs d »accès) et Youtube s’y est bien évidemment mis (CF http://www.youtube.com/channel/UC-d6Tbxsl5BMljHJWxmjV8g). Mais la VOD s’inscrit tout naturellement sur Youtube qui a toujours proposé ce mode de diffusion … peut-être cette bataille ne sera pas gagnée grâce aux seuls contenus, mais grâce à une intégration et une gestion plus systématique du choix de la temporalité de consommation?

    • MathildeC dit :

      J’ai volontairement laissé la VOD de côté dans ce billet car cela aurait pu être un sujet à part entière qui n’avait pas la place d’être traité ici. Je suis d’accord avec vous et cette gestion du choix de la temporalité de consommation constitue le « défi » (et la grande difficulté actuelle) que doit relever la télévision.

  12. flo_lafouch dit :

    Et qu’en est-il de la web tv? Appelle-t-on cela de la télévision? Ces questions montrent la complexité d’analyser le meta media qu’est le web. Si je pose ces questions c’est qu’en lisant ce billet je pensais à des solutions qu’ont trouvé les chaînes traditionnelles pour surmonter les difficultés que vous évoquez, notamment sur l’obsolescence de la grille : replay, canal+ en décalé etc. Certaines même proposent un replay sur Youtube auquel on peut s’abonner, ce qui garantit me semble-t-il une relative fidélité du public…

    • CarolineJS dit :

      Youtube est aussi un media qui a un aspect consultable (comme la télé, avec la portabilité, la souplesse, la possibilité de sélectionner ses programmes) mais aussi un aspect « editable » puisqu’on peut les utiliser pour publier soi-même des vidéos, commenter celles qui existent déjà. Je me demande si cette possibilité d’agir sur le contenu agit en faveur de Youtube s’il y a concurrence entre Y et la télé.
      De même pour l’aspect « communauté » de Youtube : on s’abonne à des chaînes, on peut discuter avec des gens, créer de facto un groupe d’intérêt voire un groupe de fan… la télé ne permet pas ça même sur les sites de replay. Quel rôle cet aspect de réseau social peut-il avoir dans une éventuelle concurrence entre Youtube et la télé ?

      • MathildeF (Enssib) dit :

        Ce qu’il faut aussi noter, c’est que Youtube ne se consulte pas uniquement sur… Youtube, mais profite d’un réseau de relais très important (pour un modèle auquel on peut appliquer le principe de la résonance), ce qui joue grandement en sa faveur.

      • MathildeC dit :

        Le côté « éditable » n’est évidemment pas négligeable, les vidéos publiées ont du succès, toutefois les spectateurs recherchent aussi des émissions produites professionnellement et qu’on retrouve en télévision. D’où la direction que prend Youtube avec ses « Youtube spaces ».
        Le dernier aspect que vous mentionnez a certainement un rôle et fait écho à la convivialité qu’offre la télé comme le souligne le commentaire de Karl Mongrain.

    • MathildeC dit :

      Ces solutions (replay, etc.) sont des éléments de la « mutation » actuelle de la télévision, qui s’inspirent des possibilités qu’offrent une plate-forme comme Youtube.

  1. 09/04/2016

    […] Youtube concurrence-t-il la télévision ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *