Comment l’Internet a redistribué les cartes de l’industrie musicale…

Billet rédigé par Maud Serrière (ENSSIB) et Emmanuelle Ouine (ENS de Lyon)

Le déclin de l’industrie musicale ? « La faute au téléchargement illégal, bien sûr », « Internet, voilà la raison », etc.

Qui n’a pas eu l’occasion d’entendre et peut-être même de prononcer ce type de phrase lors d’un débat autour de cette question ? Majors, artistes, internautes, chacun y est allé de son point de vue, de sa certitude, portant aux nues ou au contraire fustigeant feu la loi Hadopi, symbole du clivage industrie musicale/internautes. Cette dernière, rappelons-le rapidement, était censée, pénaliser le téléchargement peer-to-peer lorsque celui-ci ne respectait pas les droits d’auteurs des œuvres téléchargées.

Maintenant que cette loi est définitivement enterrée, avant même d’avoir véritablement existé, il est temps de faire le point.

Première chose : Qu’entend-on par “industrie musicale” ? Très souvent, on considère que cette industrie se limite à la vente de disques. Un tour d’horizon permet de se rendre compte qu’au sein même de cette industrie, existent des activités aussi diverses que la production de l’oeuvre musicale, du live et des droits dérivés. Souvent, également, on a tendance à assimiler industrie musicale et majors. Alors même si elles sont aujourd’hui incontournables, il ne faut pas oublier qu’à côté de ces grosses machines, existent  des maisons de disques et des artistes indépendants.

Deuxième chose : Non, le téléchargement illégal n’a pas tué l’industrie musicale mais, oui, Internet a modifié les modes de consommation de la musique, allant jusqu’à créer de nouveaux schémas économiques et artistiques.

Enfin que l’on se rassure, les majors ne se portent pas si mal.

L’industrie musicale n’est pas morte

Quelques chiffres et études vont nous permettre d’y voir un peu plus clair. Une étude de la Commission Européenne a fait une modélisation économétrique de la consommation de musique sur Internet pour définir les liens entre le téléchargement illégal, la consommation en streaming légal et les achats légaux en ligne. Contre toute attente, la conclusion de cette étude montre que la majorité de la musique téléchargée en peer to peer par les internautes n’aurait pas forcément fait l’objet d’un achat légal. Chaque téléchargement illégal n’est donc pas forcément un invendu perdu pour l’artiste. Celui-ci aurait même pour effet de stimuler le marché de ventes d’albums. En Norvège, le téléchargement illégal s’effondre au profit d’autres modes de consommation, légale, de la musique avec les abonnements et le streaming (Spotify, Rdio..). Le spectre du téléchargement illégal s’éloigne, l’industrie musicale peut reprendre son souffle.

Si l’on se base sur les chiffres 2013 de vente de la musique, on constate que le marché mondial s’avère être en augmentation depuis 1998. Là aussi, c’est étonnant, car c’est finalement le contraire du discours ambiant. Effectivement, la baisse est forte pour le marché des ventes d’albums physiques, et c’est certainement sur ces chiffres que se base la majorité des communications faisant état d’une situation alarmante. On constate cependant que des hausses sur d’autres sources de revenus font écho à cette baisse : l’explosion des ventes numériques (de 0,4 milliards de dollars en 2004 à 5,8 milliards de dollars en 2012) et des concerts sont plus que significatives (voir schéma ci dessous).

Le mode de consommation évolue et le marché s’est adapté, compensant une partie des pertes du marché physique par le développement d’autres revenus, notamment numériques.

C’est la fin d’une certaine industrie musicale

Ce qui a été à la base du bouleversement de ce domaine, c’est la dématérialisation de la musique et son utilisation en tant que fichier. Le MP3 a complètement changé le comportement des consommateurs. Désormais, on picore des morceaux, on a une écoute plus superficielle sans voir forcément l’intérêt de l’objet «album» physique. Bien sûr, il y a toujours les puristes, pour qui l’écoute de la première à la dernière chanson d’un album reste quelque chose de sacré et qui considère qu’une pochette d’un album est assimilable à une œuvre d’art. Ceux-ci se font toutefois de plus en plus rares, et l’auditeur est aujourd’hui, avant tout considéré comme un consommateur de tracks.

A côté du téléchargement, le streaming est également en pleine explosion. Une récente étude a montré que 78 % des internautes français se rendaient régulièrement sur les sites de streaming pour écouter de la musique. Cet engouement peut s’expliquer en grande partie par la gratuité mais aussi par la facilité. On tape le nom d’un artiste, d’une chanson et dans la seconde qui suit, on accède à la diffusion du morceau recherché. Cette nouvelle façon d’écouter la musique a elle aussi permis de redistribuer les cartes de cette industrie. Les sites tels que Deezer ou Spotify sont désormais des  acteurs incontournables, attirant chaque jour d’avantage d’abonnés (en mars 2013, Spotify en  comptait 6 millions). Cependant certains artistes, tels que Thom Yorke, chanteur du groupe Radiohead, n’hésite pas à critiquer ce type de plateforme, estimant que seule la musique “mainstream” est diffusée et surtout que les artistes ne sont pas assez rémunérés.

Et les majors dans tout ça ?

Nous l’avons vu plus haut, les majors ne semblent pas souffrir tant que ça de l’explosion du numérique. Celles-ci occupent encore plus de 71% du marché des ventes de production musicale. Après une certaine résistance, les mauvaises langues diront un certain entêtement, elles ont fini par prendre consience qu’Internet n’était pas le mal absolu. La riposte au téléchargement illégal s’est faite sur le terrain de l’offre légale : partenariat avec les  plateformes de distribution numérique (Apple et Itunes), de streaming (Spotify, Deezer) mais également avec les plateformes de vidéo (Youtube et Dailymotion représentant aujourd’hui une part non négligeable du marché de la distribution digitale).

Problème, on assiste de nouveau à une hégémonie des grandes maisons de disques et des principaux distributeurs. Le marché est dominé aujourd’hui par Itunes pour le téléchargement et Deezer pour le streaming, leur offre étant alimentée par les catalogues des plus grandes maisons de disques. On assiste donc à un déséquilibre sur le marché, contraignant des plus petits diffuseurs à fermer boutique, comme ce fût le cas pour Jiwa en 2010. En cause, notamment, les difficultés de négociation des droits de diffusion avec la Warner.

L’émergence de nouveaux schémas pour les indépendants

Non seulement le numérique n’a pas tué les majors, mais il a été une excellente opportunité pour l’avènement des groupes indépendants. Grâce au numérique et à internet, il peut y avoir beaucoup moins d’intermédiaires entre les artistes, les acteurs du marché de la musique et le public. Toutes les étapes du cycle de vie d’un album sont impactées par ces évolutions et les indépendants ont saisi cette opportunité pour se développer.

L’essor des outils numériques et des homes studios permet de créer un album à bien moindre coût qu’il y a 10 ans, offrant la possibilité à un grand nombre d’artistes indépendants de créer un album.

Encore faut-il réussir à attirer l’attention, se faire connaître et sortir du lot. En effet, l’arrivée de toutes ces créations sature le marché, c’est le revers de la médaille. Faute de disposer des moyens financiers des majors pour leur plan de communication, les groupes utilisent tous les atouts d’internet pour atteindre leur public. On assiste notamment au développement de stratégies de community management pour fédérer le public autour de l’artiste. Ces méthodes existaient déjà avant internet par le biais des fans clubs par exemple. Cependant le web permet une grande proximité par la diffusion de l’information presque directement aux fans, et ce, dans le monde entier. Une proximité Twitter et Facebook couplée à la mise à disposition de contenus digitaux (vidéos Youtube, photos, TweetMySong..) peut s’avérer très intéressante pour une communication numérique virale, et intègre ainsi une dimension d’expérience utilisateur multi canale.

Le financement par souscription était déjà existant auprès des fans, mais avec l’ère internet, le crowdfunding a pris une toute autre ampleur. Le phénomène est tel que la ministre Fleur Pellerin (ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif) vient de présenter une réforme censé aider le développement des plateformes de financement participatif tout en protégeant d’avantage les investisseurs. Si l’on veut résumer en deux mots le principe du crowdfunding, c’est la possibilité pour un artiste, un groupe, de se faire financer son album, son morceau, par les internautes. Certaines plateformes de financement participatif sont aujourd’hui devenus très populaires, c’est notamment le cas de  My Major Company ou encore de Kiss Kiss Bank Bank.

Conclusion

Pour conclure, on peut dire que le numérique a été une révolution pour l’industrie de la musique. Son développement s’accompagne d’opportunités et de questions, tout comme l’arrivée en son temps de la cassette, ou du CD, qui a soulevé les mêmes inquiétudes sur la fin du marché musical tel qu’on le connaissait. Et s’il ne s’agissait finalement que de savoir s’adapter à des nouvelles possibilités et modes de fonctionnements? Il s’avère que les petites maisons de disques ont été plus réactives que les majors, et que les acteurs indépendants ont su trouver plus d’opportunités dans cette nouvelle configuration.

La musique n’a jamais été aussi active, elle est en pleine révolution.


Vous aimerez aussi...

25 réponses

  1. DIALLO dit :

    Félicitation pour ce magnifique billet qui revient sur la problématique de l’industrie musicale à l’ère du numérique. Cette dernière a bouleversé cette industrie qui a connu des éloges de gloire avant son arrivée en tuant le CD véritable source de revenu des artistes musicales. Cet article revient sur la musique face au téléchargement et nous parle de l’avenir d’une musique numérique sous l’impulsion su web2.0. Il est vrai que des plateformes comme Youtube contribuent à tuer cette industrie avec la mise en place des outils de téléchargement comme youtube MP3 qui permet facilement de télécharger et de convertir sous formats mp3 des vidéos d’artiste à partir de l’url. San oublier aussi clipconverter permet de télécharger des clips. Le danger est que ces outils sont accessibles à tous les utilisateurs qui peuvent télécharger librement de la musique qui est la propriété intellectuelle d’un artiste. Youtube vie sur le dos des artistes en rendant publiques et téléchargeables des informations. Cependant on se rend compte aujourd’hui qu’il y’ a une baisse des dépenses sur les produits culturel notamment les CD au détriment de celles de connexion qui ont connu une hausse en France et au Québec (voir ici). Même si le web a contribué à faciliter la production des œuvres musicales comme vous le souligner dans ce billet, il a entraîné la mort des musiciens qui ne comptent plus sur les CD pour vivre mais plutôt sur les spectacles tels que les concerts.
    Alors ma question est de savoir où sont les bureaux de protection et de gestion des droits d’auteurs sur la question du téléchargement illégal sur internet ?

  2. Maud Serriere dit :

    Synthèse des commentaires du billet

    Merci à tous d’avoir participé à ce billet sur la question de l’industrie musicale à l’heure d’Internet. Vos remarques, commentaires, questionnements nous ont permis d’enrichir, de façon passionnante, cette réflexion et d’aborder de nouvelles pistes intéressantes de développement dans ce domaine.

    Différents aspects ont donc été évoqués au cours de cette discussion :

    – La façon dont certaines plateformes, telles que iTunes, ont développé un véritable service structuré, efficace, avec une interface intuitive. Dans cette optique, ce n’est pas la gratuité en tant que telle qui pousserait l’internaute à télécharger illégalement mais plutôt la manière dont l’offre musicale est présentée.

    – Le succès des réseaux sociaux musicaux, tels que Soundcloud, qui permettent aujourd’hui aux artistes et aux internautes de se faire connaître et de connaître. Ou encore, ces sites qui agrège des contenus musicaux trouvés ici et là, au travers de blogs, proposant ainsi une offre musicale riche, diversifiée et originale.

    – L’évolution de la perception de l’album : de l’objet physique, reconnu et identifié avec sa pochette et son livret, à un simple fichier qui perd cette identité là.

    – La façon dont le numérique et le web participatif ont impacté la production musicale, à la fois en termes de diversité et de découverte mais aussi en termes de modes de financement.

    – La question de la « virtualisation » de la musique que l’internaute écoute. On n’achète plus un album ou de la musique, que l’on possède physiquement, mais un simple droit d’accès à sa musique sur des plateformes gérées en cloud. Ce qui pose la question de l’accessibilité à la musique hors connexion par exemple…

    – La façon dont le numérique a également impacté la musique classique, marché souvent géré à part, avec notamment la mise en place de banques de données permettant d’accéder à de nombreuses ressources.

    Emmanuelle et Maud

  3. Joachim Chevry dit :

    Un très bon article ! J’ai bien aimé le passage sur la pochette (l’emballage) de l’album de musique « comparée à une œuvre d’art ». On trouvait souvent les aspirations de l’artiste, des photos, ou même encore les paroles de certaines chansons dans la pochette. On n’avait pas besoin de chercher les paroles d’une chanson sur google. Personnellement quand j’achetais un album il y a 10 ans, je m’attaché à la couverture, au travail graphique, à l’image, à l’objet. Aujourd’hui quand j’achète un album sur iTunes store, je passe moins de temps sur les travaux graphiques d’un album numérique. Ce dernier a moins de valeur à mes yeux. Ça ne m’empêche pas de consommer et d’acheter de nouveaux albums numériques. Mais je comprends tout à fait Ghita quand elle parle de cette impression de ne plus posséder sa musique.

    • Emmanuelle (ENS Lyon) dit :

      Merci Joachim pour ce commentaire très intéressant.

      En effet, là encore le numérique a complètement changé la donne, on ne s’approprie plus « l’objet » de la même manière. Il reste bien sûr la possibilité de télécharger les pochettes, de trouver ici et là les paroles des chansons, mais ce n’est plus vraiment la même chose. C’est assez amusant, parce que il y a quelques années lorsque l’on copiait des albums originaux sur des CD vierges (et que celui qui ne l’a jamais fait nous jette la première pierre), on photocopiait la pochette de l’album en question, preuve qu’il y avait un véritable attachement à l’aspect visuel proposé (bon parfois le rendu d’impression était plus que douteux ;). De plus ce visuel, peut parfois être le signe distinctif d’un artiste ou d’un groupe (comme le R inversé de Korn ou le N (lui aussi inversé) de Nine inch nails). Certaines pochettes sont devenues cultes : lorsque l’on voit le bébé dans la piscine, nageant vers un billet, on sait qu’il s’agit de Nevermind de Nirvana. Un exemple parmi tant d’autres.

  4. Karl Mongrain dit :

    Bonjour,

    merci pour votre que j’apprécie et qui me parle particulièrement étant pianiste classique de formation et de métier. J’aimerais en profiter pour parler un peu du phénomène dont vous mentionnez, mais du point de vue de la musique classique. Il s’est passé sensiblement la même chose dans ce milieu, qui semble se développer comme plutôt en marge du reste de l’industrie de la musique. Il y a YouTube bien sûr qui permet d’écouter, et même de voir les plus grands interprètes à l’oeuvre, et ce tout à fait gratuitement. Ceci a d’ailleurs littéralement tué l’industrie de la production de DVD par les artistes classiques, poussant même certains à mettre sur YouTube l’intégrale de leur production DVD déjà parue par le passé en version imprimé, afin d’obtenir de la visibilité (Valentina Lisitsa : http://www.youtube.com/watch?v=_xSZ860AbOw&list=PL0BDFC8A60945B7AE)

    Mais c’est l’arrivée de la « Naxos Music Library » qui a selon moi révolutionné le plus la consommation du disque classique comme tel, du moins au niveau des étudiants et professeurs d’université. Cette ressource inégalable permet à des étudiants, diplômés et professeurs d’universités partout dans le monde d’avoir accès par streaming à plus d’un million de pistes de disques intégraux provenant de diverses maisons de disques participantes (majoritairement de musique classique et un peu de Jazz) vendus actuellement sur le marché. C’est une banque de données au même titre que « jstor » par exemple auquelle les universités s’abonnent pour les étudiants et les professeurs. Il est donc maintenant possible pour un individu de consulter à peu près n’importe quelle oeuvre de n’importe quel compositeur par l’entremise de ce service, ma foi exceptionnel, ce que Youtube ne permet pas toujours.

    Heureusement, l’assistance aux concerts « live » ne semble pas souffrir réellement de toute cette facilité d’accès, l’expérience de l’auditeur étant d’un autre ordre. Il reste à voir à quand la disparition complète du disque (au même titre que la cassette il y a plusieurs années) au profit d’un accès en ligne exclusif. À suivre…

    • Maud Serriere dit :

      Merci Karl pour ce commentaire car il est vrai que le cas de la musique classique est rarement abordé dans ces débats. Elle est en effet souvent considérée comme étant en marge du reste de l’industrie musicale même si elle souffre des mêmes effets.
      Comme tu le soulignes, l’expérience des concerts est malgré tout préservée, et ce quel que soit le domaine musical, l’utilisateur a toujours besoin du contact avec les artistes et de cette relation particulière avec la musique. Je découvre le service « Naxos Music Library », merci de nous en faire part. »

  5. Jean-Michel Salaün dit :

    Bonjour Maud et Emmanuelle,

    A votre avis, iTunes est-il une déclinaison du modèle éditorial et Deezer de celui de la radio ou s’agit-il d’activités de nature différente ?

    • Emmanuelle (ENS Lyon) dit :

      On peut effectivement envisager iTunes comme une déclinaison du modèle éditorial, par opposition au modèle du flot, notamment en ce qui concerne le mode de financement. Lorsque le consommateur achète un morceau de musique, il participe au financement du contenu. Dans le modèle du flot (qui concerne entre autres les programmes diffusés à la télévision), le contenu est financé par la publicité et donc gratuit pour le téléspectateur. Autre déclinaison : le morceau acheté est une copie, qui va devenir la propriété du consommateur (au même titre que la copie d’un livre). Enfin, le mode de rémunération renvoie aux droits d’auteurs…
      Pour Deezer, nous ne dirions pas que c’est une déclinaison du modèle de la radio car la notion de promesse et l’attente de l’auditeur ne sont pas les même. Dans le cas de Deezer, l’utilisateur est actif, il choisit le contenu de ce qu’il écoute par la selection d’un album ou artiste. Dans le cas de la radio, l’utilisateur ne peut que choisir à un moment d’activer l’écoute du flux audio, mais il n’en connait pas la teneur à l’avance. Au mieux il peut changer de station de radio pour choisir la thématique du programme, mais pas le contenu en tant que tel.

  6. Chloé.M dit :

    Merci pour cet article qui présente de façon optimiste l’avenir de l’industrie musicale.
    Il est vrai que nous reprochons facilement au numérique la dématérialisation de la musique ( moi la première) mais nous avons maintenant accès à (presque) n’importe quel titre musical quelle que soit la machine que nous utilisons grâce aux plates-formes comme Spotify par exemple. C’est un service assez incroyable.
    C’est vraiment agréable de pouvoir transporter sa musique sans se soucier d’emporter tous ses Albums ou de nombreux gigas sur son ordinateur. Mais comme le souligne Ghita, elle ne nous appartient plus… Le problème qui peut être rencontré fréquemment, est lors de l’absence de connexion à Internet, nous n’avons plus accès à tous ces titres. Il reste bien la solution « Compte Premium » qui permet une écoute hors connexion mais elle est limitée temporellement.
    Nous retrouvons le système de base qui est logique, si on souhaite pouvoir posséder légalement un titre, il faut l’acheter. Et ça, que cela soit avec ou sans le numérique.
    Nous pouvons supposer qu’à terme, la musique sera entièrement en ligne, déposée sur des plates-formes. Pourtant, certains artistes refusent d’y figurer. On peut alors se demander comment cela va se passer pour ceux qui refusent cette opportunité.

    Je me posais également la question concernant la différence de prix d’un album présenté en magasin et d’un album proposé en ligne. Dans la plupart des cas, le second se trouve être moins cher qu’un album acheté en magasin. Même si les coûts de production de la pochette et du CD doivent être retirés, comment expliquer cette différence de prix ? Est-ce juste dû à la dématérialisation ?

    • Maud Serriere dit :

      Merci Chloé pour ton commentaire très intéressant!
      Il est vrai que les solutions de streaming du type Spotify ou Deezer ont vraiment changé le mode de consommation de la musique. Elles permettent d’écouter de la musique n’importe où, sans la posséder certes, mais aussi de découvrir d’autres artistes par l’option de recommandation, et d’accéder à un catalogue très large. La solution premium permet d’écouter ses titre hors lignes (sans limite temporelle à ma connaissance) et permet d’en avoir le même usage que suite à un acte d’achat. On ne possède plus, mais on peut écouter beaucoup plus.

      Pour répondre à ta question sur la différence de prix, on peut effectivement concevoir que le prix de la musique numérisée ne comprend pas les couts de production, de stockage et de logistique, ce qui explique un prix plus bas que sa version physique. Cependant la réponse se situe finalement plutôt du coté du marketing. En effet iTunes a imposé un tarif standard pour ses ventes de musique qui tend à devenir un prix unique (0,99euros pour les singles et 9,99euros pour un album), même s’il peut faire l’objet de rares variations. Le prix ne semble pas vraiment entendu avec les artistes et les maisons de disques qui doivent faire avec cette politique de vente…

  7. Ghita Benotmane dit :

    Merci à vous pour ce billet très intéressant, qui prend agréablement à revers tous les Cassandres. Nous voilà rassurés, on continue à produire de la musique, et les artistes trouvent tout de même des moyens alternatifs pour diffuser leurs productions (crowdfunding, plate-formes en ligne, etc.). Il y a aussi tout un travail de fourmi fait par les mélomanes 2.0 pour diffuser les petites perles indépendantes trouvées ici et là (je pense par exemple à HypeMachine qui aggrège les morceaux signalés par les blogueurs). On se situe dans des canaux de distribution alternatifs et sociaux, mais je me demande quelle est la part de rétribution des artistes, ou si l’enjeu n’est pas simplement réduit à se faire connaître, en espérant faire ensuite des concerts. L’autre chose qui me frappe c’est la dématérialisation, qui s’est faite en deux temps. D’abord le fichier MP3, ensuite le Cloud. Et là, on ne « possède » plus du tout « sa » musique. C’est perturbant ce changement de mode de consommation. On peut avoir des playlists ou des bibliothèques entières, composées avec soin, mais en ligne. Il faut donc être connecté pour y accéder, via un service type Spotify par exemple (avec les limites que vous avez montrées, on n’y trouve pas tout). Un système de gestion de sa bibliothèque musicale personnelle, qui permet à la fois la découverte, le téléchargement et le multicanal via un seul service est encore à inventer. Google Play Musique fait un bel effort dans cette direction…

    • Emmanuelle (ENS Lyon) dit :

      Merci Ghita pour ce retour très intéressant !

      Pour des sites tels que The Hype Machine, nous aurions tendance à penser que c’est avant tout un moyen de connaître et de se faire connaître, sans qu’il soit question de rétribution pour les artistes. Comme c’est un site qui agrège des contenus issus de différents blogs, il est difficile de percevoir la façon dont un artiste ou un auteur puisse gagner de l’argent via cette plateforme. Mais ce n’est qu’une supposition, si certains lecteurs en savent plus, qu’ils n’hésitent pas à nous éclairer !

      Tu as raison, la dématérialisation peut en effet être synonyme de « dépossession », ou du moins être vécue comme telle. Ces playlists dans le cloud, nous appartiennent-elles vraiment ?
      Autre conséquence intéressante, la question du droit d’auteur. En septembre 2013, un label de compilations britannique a attaqué Spotify car certaines playlists de leurs utilisateurs étaient des « copies » de compilations distribuées par leur label. Cet article (http://francoischarlet.ch/2013/spotify-attaque-label-les-playlists-dutilisateurs) explique justement comment la question du droit d’auteur ne s’applique pas nécessairement aux compilations.

  8. Jean-Michel Salaün dit :

    Bonjour

    Ce sujet a déjà été débattu en début d’année dans la version précédente de ce cours. La discussion d’alors peut alimenter votre propre réflexion :
    http://blogues.ebsi.umontreal.ca/jms/index.php/post/2013/03/07/La-t%C3%A9l%C3%A9vision%2C-en-tant-que-m%C3%A9dia%2C-est-elle-sur-le-point-de-dispara%C3%AEtre

  9. Pierre-Edouard (ENS Lyon) dit :

    Félicitations pour l’article qui retrace bien l’évolution des modes de consommation musicale depuis l’arrivée d’Internet.
    J’aurais bien aimé avoir plus d’infos sur la part du live dans la rémunération des groupes, mais l’article se focalise plus sur les solutions en ligne … il fallait bien choisir une direction 😉 .
    Mais dans toutes les exemples cités, il manque peut-être Soundcloud (https://soundcloud.com/), ce réseau social musical. Ce service propose une interface assez efficace, que ce soit pour consulter (une écoute simple et interactive) ou que ce soit pour diffuser (visibilité accrue grâce à ses millions d’usagers) ses productions propres.
    Egalement, la plateforme Myband (http://myband.is/), sorte de Myspace (en beaucoup mieux structuré), offre la possibilité à des artistes de créer leur propre site afin de diffuser leur musique.
    En tout cas, un article très intéressant et positif!

    • Emmanuelle (ENS Lyon) dit :

      Merci Pierre-Edouard de ton intérêt pour cet article !

      Effectivement, il fallait choisir une direction, mais nous pouvons tout de même essayer de te répondre sur la question du live.

      L’un des effets de la chute des ventes de disques, est justement l’augmentation des cachets réclamés par les artistes. Dans le cadre de festivals, par exemple, certaines têtes d’affiches n’hésitent pas demander le double de leurs cachets demandés habituellement (http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/07/08/04016-20110708ARTFIG00754-festivals-les-cachets-des-artistes-orientes-a-la-hausse.php). C’est une position délicate pour les organisateurs des festivals qui d’un côté souhaitent faire venir des têtes d’affiches pour attirer les spectacteurs mais qui doivent en même temps être en mesure d’équilibrer leur budget.

      Pour être plus précis sur la part de rémunération des artistes lors des concerts, des tarifs sont imposés par la Convention collective nationale des entreprises du secteur privé du spectacle vivant. Tu trouveras tous les chiffres sur ce lien (http://www.irma.asso.fr/Les-tarifs-en-brut-artistes).

      Tu as raison de rappeler que des plateformes telles que Soundcloud ou Myband existent. Ce sont en effet d’excellents outils de diffusion et de promotion qui connaissent un succès considérable.

  10. CarolineJS dit :

    Bonjour et bravo pour votre billet. La question que je me pose : est-ce que le numérique et le web participatif diversifient la production musicale ? J’en ai l’impression, parce que les « stars » sont plus faciles à pirater que les autres (suivant le principe de résonnance : une star a plus d’auditeurs et donc plus de risque qu’un de ces auditeurs pose son album sur une plateforme de P2P), et même les plus petits peuvent se faire entendre (pour peu de savoir faire le buzz), se faire financer (par les plateformes de Crowdfunding. Mais je n’ai pas trouvé de chiffres là-dessus.
    Par ailleurs j’ai lu quelque part que l’industrie de la musique devait maintenant se tourner vers autre chose que les CD pour gagner de l’argent (les concerts, les produits associés, peut-être les émissions de télé ou happening divers des stars) et que le numérique avait plutôt fait augmenter la fréquentation des concerts. Qu’en pensez-vous ? Est-ce la naissance d’un nouveau modèle économique pour l’industrie de la musique ?

    • CarolineJS dit :

      J’ai retrouvé le lien pour la compensation de la baisse des ventes de CD par les concerts : sur BFMTV (OK, c’est pas une super référence comme Le Monde mais bon.)
      http://www.bfmtv.com/economie/lindustrie-musique-compense-chute-cd-433294.html

    • Maud Serriere dit :

      Merci Caroline pour ton retour et tes commentaires! Le développement du web permet effectivement la diversité musicale dans le sens où celui-ci permet à tous les artistes d’avoir un développement hors des maisons de disques. Et cela sert à la création de la diversité musicale. Cependant comme tu le signales, il faut savoir faire le buzz pour se faire entendre, ce qui n’est pas facile.
      Quant aux nouveaux modeles économiques de la musique, ils sont bien liés à la diversification de l’artiste. Il n’est plus suffisant de compter uniquement sur les ventes d’albums et on a affaire à un nouveau profil d’artiste, protéiforme, qui mise aussi sur le merchandising, les lives (et ses nouvelles formes comme le boom des concerts en appart), l’édition (le placement de titres en publicité, télé, film..). L’artiste met aussi de plus en plus en avant son expertise et fait des interventions, du coaching, des cours….
      L’artiste doit effectivement compenser, comme le montre bien l’article sur BFM dont tu parles. Tu peux d’ailleurs trouver une étude complète réalisée par le SNE (http://www.snepmusique.com/file/snep2013guideeco-web2.pdf) qui est très claire et explique ces mécanismes de compensation et l’état du marché musical en France et dans le monde.

  11. Maud Serriere dit :

    Merci Thibault , nous sommes ravies de lire ton commentaire aussi riche et intéressant. Lorsque nous parlons de la révolution, elle est surtout du coté utilisateur pour la nouvelle dimension de l’expérience d’écoute : nomade, multi supports, à la demande… (entre autres).
    Je ne suis pas d’accord avec ta question « comment vendre quelque chose qui est devenu gratuit ? » car la musique n’est pas gratuite et, si elle semble l’être par le piratage, il ne faut pas oublier que celui-ci est illégal et que cela ne rétribue pas les artistes. Si la musique est distribuée gratuitement, ce doit être du fait de l’artiste qui fait le choix de se rémunérer autrement (concert, droits dérivés ..). Radiohead par exemple, avait mis à disposition son album In Rainbows en 2007 pour lequel l’acheteur donnait le montant de son choix, voire zéro si telle était son envie.
    Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’Apple a mis en place une très bonne stratégie avec itunes : ils ont développé le fameux « Je clique et hop je l’ai ». Il est vrai que c’est plus facile à mettre en place quand on maitrise tout le périmètre technique de son offre, à la fois matériel et logiciel.

  12. tibomahe dit :

    Merci et bravo pour votre article ! Dommage que la conclusion soit un peu contradictoire : je ne vous suis pas vraiment quand vous parlez de révolution, en revanche je trouve très pertinent d’inscrire l’impact du numérique sur la musique dans l’histoire longue de celle-ci, et comme une simple évolution donc, comme l’avaient été le CD, la cassette, le vinyle, etc.

    Un point qui manque je pense – mais il est difficile d’être exhaustif sur un billet, et les éléments que vous apportez sont déjà très pertinent – est la question des nouveaux business model pour la musique. Effectivement le téléchargement « illégal » ne détruit pas l’industrie du disque, et l’exemple norvégien que vous donnez est très parlant. Mais la question du coup qui aurait pu être posée est : comment vendre quelque chose qui est devenue gratuit ? Et la réponse apportée par les exemples que vous donnez (spotify, deezer, etc.) est justement en proposant de service mieux que le gratuit. Comment ? Justement par le biais de réflexion sur l’UX design et l’architecture de l’information. L’exemple que je voudrais prendre pour approfondir un peu la question (très rapidement^^) est celui d’itunes.

    Une nouvelle fois, Apple a fait très fort (c’était en 2003) et s’est montré très innovant. Un peu comme la fait google dans un autre domaine, Apple a su rapidement analyser le web comme un marché biface, voire multiface, et en tirer parti. L’évolution des produits d’Apple le montre d’ailleurs : l’Ipod était au début un standalone, avant que l’entreprise ne rentre dans une stratégie de plateforme en créant Itunes pour les nouveaux Ipods puis l’AppStore pour les iphones. Les stratégies de plateforme, qui fleurissent partout sur le net désormais, répondent parfaitement aux piliers qu’on a pu voir : le marché biface, la mise en réseau, la plasticité, la singularité/personnalisation, etc. Le principe de la plateforme est de réunir en un seul moins différents groupes d’acteurs, et de générer de la valeur uniquement si les différents groupes d’acteurs sont présents, en facilitant les échanges. Ce que fait Itunes donc, c’est réunir sur sa plateforme les amateurs de musique et les majors. Mieux : il réunit différents « segments » d’amateurs de musique, les plus assidus jusqu’aux moins assidus, ce qui fait qu’il y a de la musique pour tous, et toutes les majors s’y retrouvent également. Encore mieux : Itunes fait en sorte que l’écoute de la musique soit plus simple et plus aisée, en facilitant par exemple la recherche de musique, le téléchargement, l’écoute en ligne, l’achat en ligne, l’export vers ses appareils également… Tout devient plus simple, chacun s’y retrouve, et « plus ca marche, plus ca marche » : les clients sont fidélisés, donc plus de majors viennent, donc plus de clients sont attirés, etc. Le téléchargement illégal devient vite plus compliqué et moins pratique…

    Et je pense que c’est surtout cela que souligne l’étude que vous citez, qui avance que ce n’est pas le prix qui incite au téléchargement illégal mais l’absence de service…

    Soit dit en passant, je pense également que c’est cette stratégie de plateforme avec laquelle a su innover Apple qui a dégouté ses concurrents. Google et son système android contrôle 70% des parts de marchés du mobile, et Apple et IOS 20%. Sauf que Apple ne le fait qu’avec un modèle, l’Iphone, alors que Google doit le fait avec une centaine de modèles qui changement chaque année et impliquent de nombreux partenariats. Et si l’Iphone marche bien, ce n’est pas parce qu’il est plus beau, plus rapide ou je ne sais quoi, c’est surtout grâce à l’AppStore et l’Itunes qui sont beaucoup plus rodés et efficaces que tout ce que peut proposer Google pour le mobile.

    Enfin bon, je pense qu’il serait intéressant d’approfondir ici cette stratégie des plateforme comme nouveau modèle économique. Une petite référence que vous connaissez peut-être déjà : http://www.businessmodelgeneration.com/book

    • IPONO Apollo dit :

      Je vois que dans tous les deux modes de distribution de la musique sous le net que tu viens de présenter, à savoir iTunes ou Deezer. Dans la mesure du possible que les deux de distribution musicale sont basé toujours sur la gratuité. Amors comment les artistes sont ils rémunérés et question de droit d’auteur ou salaires différés se pose sous quel terme ?

      Je voulais comprendre un peu les enjeux économiques de ces deux de distribution musicale. Parce qu chez nous en Afrique l’industrie musicale est devenue quasi-inexistante à cause de la piraterie. Et les droits d’auteur ne sont presque plus payé.

  1. 05/11/2014

    […] Comment l’Internet a redistribué les cartes de l’industrie musicale… | Économie du document. Billet rédigé par Maud Serrière (ENSSIB) et Emmanuelle Ouine (ENS de Lyon) Le déclin de l’industrie musicale ? […]

  2. 13/02/2015

    […] Comment l’Internet a redistribué les cartes de l’industrie musicale… Billet rédigé par Maud Serrière (ENSSIB) et Emmanuelle Ouine (ENS de Lyon) Le déclin de l’industrie musicale ? […]

  3. 15/11/2016

    […] fichiers musicaux. Baisse des ventes de CD et piratage Nouvelles formes de promotion de la musique. Comment l’Internet a redistribué les cartes de l’industrie musicale… – Économie du documen…. Billet rédigé par Maud Serrière (ENSSIB) et Emmanuelle Ouine (ENS de Lyon) Le déclin de […]

  4. 22/11/2016

    […] Comment l’Internet a redistribué les cartes de l’industrie musicale… – Économie du documen…. Billet rédigé par Maud Serrière (ENSSIB) et Emmanuelle Ouine (ENS de Lyon) Le déclin de l’industrie musicale ? « La faute au téléchargement illégal, bien sûr », « Internet, voilà la raison », etc. Qui n’a pas eu l’occasion d’entendre et peut-être même de prononcer ce type de phrase lors d’un débat autour de cette question ? Majors, artistes, internautes, chacun y est allé de son point de vue, de sa certitude, portant aux nues ou au contraire fustigeant feu la loi Hadopi, symbole du clivage industrie musicale/internautes. Maintenant que cette loi est définitivement enterrée, avant même d’avoir véritablement existé, il est temps de faire le point. Première chose : Qu’entend-on par “industrie musicale” ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *