Photographe des temps modernes : entre mythe et réalité

Billet rédigé par Pierre-Edouard Barrault (ENS Lyon) et Karl Mongrain (EBSI, QC)

Avec l’avènement du numérique, le métier de photographe doit s’adapter à des changements majeurs. Le professionnel doit acquérir toujours plus de compétences pour ne serait-ce qu’espérer survivre dans un marché très concurrentiel. Avec la surabondance de photos maintenant disponibles sur le web, et leur incroyable vitesse de transmission, il est à se demander si le métier de photographe n’est pas proche de la disparition, puisque M. & Mme Tout-le-Monde peuvent désormais prendre des photos à partir de leur compact numérique, avec une réussite pas systématique …

Pas facile donc d’envisager une carrière de photographe professionnel au 21e siècle. Mais qu’en est-il réellement? Le métier de photographe est-il destiné à disparaître? Pour commencer notre réflexion, nous vous invitons d’abord à consulter le site web du département de photographie du cégep du vieux Montréal, qui dresse une liste non exhaustive des compétences nécessaires pour devenir photographe professionnel.

Il incombe néanmoins de se demander si ces qualités sont suffisantes pour permettre à un professionnel de se démarquer au sein de ce magma pictural protéiforme qu’est devenu le web. Jetons maintenant un coup d’œil sur les compétences dites plus « techniques » du métier. Comment peut donc se démarquer un photographe professionnel de nos jours? Se cantonne-t-il exclusivement au numérique? Pour tenter d’aiguiser notre réflexion sur le sujet, voici un tableau comparatif du photographe Ken Rockwell, qui compare la technologie numérique avec le procédé traditionnel qu’est l’argentique. Empreint d’une ironie certaine mais pétris de conclusions tirées d’une longue pratique personnelle, ce comparatif risque de paraître questionnable pour certains … et pourtant il a le mérite de présenter une réalité souvent ignorée des amateurs : le numérique n’est pas encore aussi performant que notre bonne vieille pellicule.

Alors, si l’on en revient aux bonnes vieilles références … Henri Cartier-Bresson a ainsi dit que “photographier, c’est une attitude, une façon d’être, une manière de vivre”. Outre cette démarche personnelle et artistique, quelle est cependant la réalité factuelle de ces professionnels de l’image ?

Les photographes, une hiérarchie de castes

Avant de condamner définitivement le métier à cause de l’engouement massif des pratiques amateures, il est nécessaire d’expliciter ses réalités afin de mieux les appréhender. Il n’existe en effet pas un seul type de photographe, mais disons deux grandes “castes”, relativement opposées.

D’une part, le photographe “de commandes”, sorte de référent – majoritairement local – se spécialisant dans des prestations classiques telles la photographie de mariage ou d’enfants, les commandes institutionnelles ou scolaires, les prestations de service (tirages, photos d’identités, numérisations d’archives photographiques argentiques) ou encore les prises de vues aériennes. La concurrence des services en ligne oblige également ces professionnels à avoir une stratégie de plus en plus commerciale et s’appuyant sur les tendances du marché.

L’hébergement de galeries en ligne est ainsi devenu un quasi-standard. Mais c’est surtout la mode de l’album photo qui est actuellement un vecteur de valeur ajoutée car elle vogue sur la tendance actuelle de la personnalisation : on peut voir l’exemple de Nike, qui propose de “tuner” sa nouvelle paire. Mais cette envie de storytelling, qui renoue avec les albums photos de nos parents et grands-parents, n’est-elle pas le moteur de cette résurgence de l’album?

L’autre caste de la profession correspond aux photographes indépendants. A la fois fantasmée (le photoreporter de guerre) ou décriée (le paparazzi), l’activité de ces professionnels condense tous les paradoxes de la profession (comme la disparité des salaires) et stimule les aspirations des talents de demain.

Travaillant souvent de manière freelance ou regroupés en agence, ces professionnels sont très malmenés. En effet les grands magazines de presse – leurs principaux clients – peinent à assurer leur financement à cause du basculement du marché publicitaire vers la Toile. Ils ont ainsi majoritairement tendances à se diriger vers des banques photographiques en ligne pour illustrer leurs articles (cette tendance se retrouve dans beaucoup de secteurs, comme l’administration et la communication institutionnelle). L’engouement pour ces plateformes (Fotolia, Getty) et leurs tarifs très attractifs alimentent une spirale de dévalorisation du contenu, autant dans la rémunération des photographes contributeurs que dans la qualité des images déposées … On notera que le même phénomène s’applique également à la vidéo, ce qui pousse certains artistes à dénoncer cette dynamique de standardisation des contenus, poussée par l’utopie de correspondre à un public mondialisé.

Le photojournalisme, à la manière du journalisme, reste ainsi vulnérable à la montée en puissance de ces nouveaux concepts de diffusion de l’image, dont certains exemples collaboratifs semblent rencontrer un écho largement positif.

Focalisons-nous cependant sur la photographie “généraliste”, et tâchons de garder un regard positif sur ce que peuvent apporter les technologies numériques à la création photographique.

Retour sur les opportunités du numérique

Le numérique a en effet apporté de nombreuses améliorations techniques.  Il y a d’abord tout ce qui a trait à la prise de vue. Pouvoir ainsi régler la sensibilité ISO sans avoir à changer la pellicule est sans conteste une avancée ergonomique majeure. Également, la visualisation immédiate du cliché désormais possible. Beaucoup d’options donc, auxquelles tout un chacun a accès, à partir d’appareils numériques parmi les plus basiques … mais encore faut-il avoir l’envie de – et les connaissances pour – régler son appareil sur autre chose que le mode Automatique.

Le Web a lui aussi contribué à ces avancées en permettant d’envoyer presque instantanément nos photos à l’autre bout du monde en quelques secondes. De plus, une fois numérisées, même des photos prises sur pellicule peuvent être retouchées numériquement. C’est ainsi toute la chaîne de production d’une image qui s’en trouveoptimisée, grâce à des logiciels de plus en plus performants tels Adobe Photoshop ou Lightroom, pouvant s’appuyer sur des solutions de stockage et de publication via le Cloud.

Ces nouvelles technologies ont permis de pousser plus loin des techniques déjà existantes, telles que le photomontage et le recours à des formes hautement abouties de retouches. Le terme “photoshoppé” est quasiment entré dans le dictionnaire, et cela a totalement bouleversé nos critères de beauté.  Désormais, le moindre détail peut être retouché ou transformé sans laisser la moindre trace. « La frontière entre le réel et le fantastique, entre le vrai et le faux, disparaît au profit d’une nouvelle réalité fictive, ou d’une simulation de réalité », pour reprendre les termes d’Anne-Marie Duguet dans son article L’incidence de la technologie dans l’art contemporain.  Vous pouvez consulter l’intégralité de cet article ici, afin d’éventuellement approfondir votre réflexion sur le sujet.

Un des grands apports artistiques au niveau du numérique pourrait aussi être la technique dite du « Timelapse », consistant à prendre une grande série de photos – plus ou moins espacées dans le temps – qui, misent bout à bout, forment une vidéo (comme disait Jean-Luc Godard, “la photographie, c’est la vérité et le cinéma, c’est vingt-quatre fois la vérité par seconde”). Voici un magnifique exemple de ce procédé réalisé par le photographe et vidéaste Jeff Frost (1).

Flawed Symmetry of Prediction from Jeff Frost on Vimeo.

Il est donc possible de renouveler la création photographique grâce au numérique. Mais qu’en est-il du modèle économique conditionnant ce secteur?

La photographie et le reste du monde des médias : un même combat

Ce glissement inexorable vers le tout numérique ne peut que rappeler l’exemple de l’industrie de la musique qui a elle aussi subi une mutation à marche forcée ces dernières années. Heureusement des acteurs désintéressés, comme Apple ou Amazon, ont permis à cette industrie de trouver un modèle économique particulièrement équitable, tant pour les producteurs que que les éditeurs …

Retour à la réalité : l’économie numérique est encore mal régulée, mais certains projets tentent de proposer d’autres modèles afin de mieux rémunérer les ayants droits. Différentes stratégies se mettent ainsi en place.

D’un côté, certains acteurs tablent sur la qualité de tribune mondiale du Web : les artistes peuvent y avoir l’opportunité de se faire connaître, pour ensuite s’insérer dans le système classique (en l’occurrence les industries du cinéma et de la musique représentées principalement par Hollywood et les Majors). Tout l’enjeu est alors de trouver LE nouvel artiste qui attirera à lui les foules numériques, et de le signer avant ses concurrents.

Un autre prisme d’analyse pourrait être celui du crowdsourcing, qui permet à des auteurs de réaliser leurs projets de manière indépendante et d’ainsi acquérir plus de reconnaissance professionnelle et artistique. Dans le cadre du photojournalisme, c’est la plateforme Emphas.is qui concentre le plus d’initiatives.

Mais l’économie numérique des médias ne peut être appréhendée sans revenir sur la dynamique du “stock”, ces plateformes qui regroupent des milliers (voire millions) de contributeurs ces derniers étant rémunérés plus ou moins équitablement).

L’écosystème Envato, qui regroupe des développeurs, des graphistes, des designers, en est un bon exemple. Reste à connaître la proportion de professionnels réussissant à vivre pleinement de ce modèle.

Dans le cadre de la photographie, ce système est décrié car il induit une dynamique dévalorisante. Mais certains projets tentent de redresser le cap en proposant de meilleurs contrats pour leurs contributeurs (tarifs de vente plus élevés ou part du prix de vente leur revenant plus grande).

Conclusion

Être photographe n’est certes pas une sinécure, mais le métier n’est pas au bord de la désintégration.

Outre la recrudescence du marché de l’art pour le médium photo – qui bat des records ces derniers temps – il existe des initiatives cherchant à rendre au photoreportage ses lettres de noblesse. Ainsi du magazine semestriel XXI, qui propose des reportages photographiques sur des sujets nécessitant un longue préparation, plusieurs mois (voire années) d’immersion … car quoiqu’il arrive, la qualité nécessite un minimum de moyen.

(1) Avec l’aimable autorisation de Jeff Frost pour utiliser son oeuvre “Flawed Symmetry of Prediction” dans cet article.


Vous aimerez aussi...

19 réponses

  1. Pierre-Edouard (ENS Lyon) dit :

    L’heure est donc venue de conclure nos échanges.

    Les différences entre catégories de photographe ont pu être sujettes à caution pour certains d’entre vous. Pour reprendre le vocable consacré, un « indépendant » peut (potentiellement) s’appuyer sur un magasin, et les « contractuels » sont signés chez des agences … mais des agences peuvent acheter des sujets à des « indépendants » (photoreporter) et leur faire signer des contrats d’exclusivité, tandis que les « contractuels » peuvent réaliser des prestations ponctuelles (des commandes). Cette large palette de statuts possibles nous a poussé à simplifier la catégorisation peut-être à l’excès (indépendant VS de commande AKA contractuel).

    Il semble difficile de s’accorder sur une définition consensuelle de la différence entre amateur et professionnel. Mon propre bagage photographique, autodidacte, a sûrement participé à certains choix rédactionnels (inconscients ou non) … alors, l’amateur se réduit-il à un simple photographe du dimanche, sans vélléités financières? Le professionnel se définit-il par le simple fait de vivre de son art, ou du moins d’essayer ? La démocratisation du matériel numérique (grâce à ses prix en baisse et l’ergonomie intuitive dans la stockage des photos, principalement) tend à effacer ces frontières : un amateur peut avoir du talent, assurer des commandes (ponctuellement) tout aussi bien qu’un pro, à l’aide d’un matériel semi-pro, efficace, nécessitant un moindre investissement.
    Malgré tout, le principe de l’amateur « incompétent » semble en majorité admis …

    Ce débat sur la considération de l’amateur en a induit un autre autour du déplacement du talent, de la prise de vue vers la retouche numérique. Cette dimension du travail photographique est désormais indispensable, mais il est nécessaire de faire la différence entre retouche et développement numérique (CF commentaire précédent) pour mieux appréhender ces techniques, qui s’appuient malgré tout sur une image « shootée », cadrée, réfléchie … une démarche photographique pure.

    Enfin, ces considérations techniques ont réveillé les vieux démons des agences de mode (CF l’époque des mannequins anorexiques), avec les possibilités de transformation offertes par Photoshop. Et concommitamment, on ne peut que s’alarmer des critères de beauté implicitement admis après un lavage publicitaire en règle de cerveau … un phénomène préoccupant à mon sens, mais relativement peu notifié dans vos remarques.

    Merci pour tous ces commentaires souvent incisifs, et bon courage pour cette fin d’ #ecodoc 😉 !

  2. Pierre-Edouard (ENS Lyon) dit :

    Pour ceux qui voudraient mieux appréhender la notion de développement numérique (et non pas de retouche numérique), voici un article édifiant autour d’une polémique récente autour du travail du lauréat du prix World Press Photo 2013, Paul Hansen, du journal Dagens Nyheter (CF : http://culturevisuelle.org/icones/2640).

    Et pour les nostalgiques du grain argentique, voici la version numérique des fameuses caméras Aaton (CF : http://www.telerama.fr/cinema/aaton-la-camera-qui-redonne-du-grain-aux-images,91462.php)

  3. Em_Mercier dit :

    Bonsoir et merci à vous deux pour cet article intéressant sur un sujet qui l’est tout autant. L’aspect du numérique est intéressant pour comprendre l’engouement pour la photographie et à ce sujet j’avoue que j’aurais aimé avoir quelques lignes d’analyses sur le phénomène d’Instagr.am, des selfies, et de cette masse de photos personnelles en plein boom avec la portabilité des appareils photos numériques et intégrés aux téléphones.

    Si j’ai trouvé l’article fort intéressant, il y a néanmoins quelques détails qui me chiffonnent, soit parce que je ne les comprends pas soit parce que je les trouve un peu raccourcis.

    Je ne comprends pas bien le terme de « photographie généraliste » employé en fin de deuxième partie. J’ai du mal à saisir ce que cette expression inclue et ce qu’elle exclue.

    Je ne saisis pas bien non plus le sens de « photographe de commande », parle-t-on bien ici de commande dans le sens de commander quelque chose ? Je n’ai pas réussi à trouver de sources concernant ce terme. Mais si c’est bien là la distinction faite entre « photographe de commande » et « photographe indépendant » il me semble que des raccourcis sont assez vite faits. Un photoreporter peut-être employé par un magazine particulier et être envoyé à tel ou tel endroit pour répondre à une commande. Un photographe ayant une activité commerciale de type artisan avec une boutique : il réalise des portraits, des tirages, ect. N’est-il pas un photographe indépendant ?

    La distinction entre photographe professionnel et le terme « amateur » est quelque chose de complexe que j’ai moi aussi du mal à délimiter. Je ne sais à quel niveau je place ma propre définition d’amateur. Je pense qu’il est plus question de photographe professionnel VS photographe personnel/familial/de loisir ? Avec la popularisation du daguerréotype et l’accessibilité plus grande à la population, il y a eu un boom de la photographie personnelle ne faisant pas de tout le monde des photographes professionnels. Je pense que la distinction entre les deux a donc toujours existé, simplement à des niveaux différents selon le contexte technologique. Pour illustrer je vais reprendre une citation du livre d’Irène Jonas « Mort de la photo de famille ?: De l’argentique au numérique » datant de 2010 : « La photographie s’est longtemps divisée en deux secteurs : la photographie professionnelle et la photographie amateure (…) le photographe de famille apparaît comme l’amateur type : la photographie n’est pas son métier, il ne vit pas de sa pratique, il n’a pas reçu de formation et donc pas de compétence spécifiques, possède rarement du matériel professionnel ». C’est une définition sur laquelle elle revient par la suite mais je la trouve intéressante par l’opposition quelle fait et certains des termes avec lesquelles elle définit la pratique.
    Que pensez-vous de cette distinction de temporalité/spatialité : temps et espace professionnel VS temps et espace familial et personnel ?

    Enfin, j’ai l’impression que la façon dont vous abordez le timelapse dans votre article sous-tend que cette pratique est arrivée (a été inventée) avec le numérique. Mais l’exemple du photographe Muybridge et son zoopraxiscope semble être l’exemple parfait des prémices du timelapse. (source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Muybridge_horse_jumping_animated.gif)

    • Pierre-Edouard (ENS Lyon) dit :

      Bonsoir Emilie

      Merci pour ces remarques précises quand à la précision de certains thématiques ou détails abordés ici.

      Je vais commencer par l’exemple de fin, un très bon point, sur lequel le français Etienne-Jules Marey et son fusil-phtographique (CF http://ow.ly/qBbUB) sont assez proches. Mais ces approches sont plus associées à de l’expérimentation scientifique (étude du mouvement et par la-même amélioration des moyens de captations optiques).
      Le time-lapse moderne permet beaucoup plus de latitude de prises de vues (en variant les durées d’exposition pour figer plus ou moins les mouvements, on peut obtenir des effets très complexes).

      Concernant le statut d’ « amateur type » du photographe de famille, la définition est assez adaptée. Mais le réel problème vient actuellement du fait qu’il est désormais possible d’être autonome dans sa pratique amateure, de la prise de vue au tirage numérique. Outre la diminution du recours à l’usage d’un photographe, c’est également la déconsidération de la nécessité d’un professionnel dans l’inconscient de l’amateur/client.

      Cette dévalorisation larvée du statut professionnel peut s’observer – et j’en viens à ton premier point sur Instagram & Co. – sur les réseaux sociaux où de plus en plus s’opère un basculement de la photographie en tant qu’objet artistique vers un simple moyen temporel de se montrer sur la Toile. Dans ma réponse précédente à Jean-Michel Salaün, j’ai ainsi pointé le fait que 300 millions de photos sont hébergées quotidiennement sur Facebook … on peut difficilement supposer que plus de 10% soit digne d’un réel intérêt photographique.

      Et pour finir sur la notion de photographe de commande, il est certain que les indépendants répondent régulièrement à des commandes. Mais il leur est possible de travailler également sur des projets auto-financés, tandis qu’un photographe « de quartier » va quasi-uniquement répondre aux commandes de ses clients venant dans sa boutique, sur son site, lui demandant un reportage, etc.

      J’espère avoir répondu à tes questions !

      • Em_Mercier dit :

        Merci Pierre Edouard pour les éclaircissements que tu apportes.

        Je reste néanmoins toujours sceptique pour ce raccourcis de « photographe de commande », puisque répondant ou non un des commandes, un photographe de »quartier » reste un indépendant (sauf s’il travail pour une chaîne – exemple anciennement Kodak – on s’entend). Je trouve que cette distinction « indépendant » / « commande » est « mal faite ». Je pense que ce sont surtout les termes qui sont mal choisis et qui laissent trop de place à diverses interprétations et à des frontière trop souples.

        En tout cas le billet était vraiment très intéressant, merci !

        BTW : C’est Emeline – et pas Emilie – mais là c’est moi qui ait utilisé un terme trop emprunt à diverses interprétations ! 😉

  4. MathildeF dit :

    Bonjour!

    Tout d’abord bravo pour ce billet très complet qui ouvre de nombreuses perspectives… Et qui soulève aussi quelques questions.

    Ainsi, j’aimerais revenir sur trois points en particulier qui m’ont particulièrement interpellée dans votre billet.

    1) Sur la notion de déplacement du talent tout d’abord. Doit-on selon vous considérer qu’être photographe aujourd’hui, c’est aussi (ou même avant tout) être technicien en informatique? Je sais que Thibault est déjà intervenu sur ce sujet mais c’est un aspect qui m’intéresse beaucoup car il interroge la notion de talent de manière plus globale. Cela voudrait-il dire que le talent ne suffit plus? Ne vaut-il pas mieux être bon en maîtrise de logiciel qu’en photo « pure »?
    A cet effet, il est intéressant de constater qu’à l’école de photographie d’Arles, l’informatique ne constitue pas le socle de la formation mais est envisagé sur une base contextuelle: http://www.enp-arles.com/pedagogie-programme-des-etudes.php
    Je n’attends pas de réponse exhaustive, seulement votre avis sur la question car je trouve que cet exemple est assez symptomatique de notre époque.

    2) Sur le droit d’auteur ensuite: Avec la plasticité qu’offre le Web, l’oeuvre appartient-elle encore selon vous à son auteur? (Ce qui encore plus prégnant avec la photographie qu’avec d’autres contenus) http://www.upp-auteurs.fr/profession_photographe.php?section=juridique

    3) Pour finir, un aspect sur lequel j’aimerais avoir votre avis: celui de la modification des critères de beauté avec, entre autres, l’avènement de Photoshop. Cela m’a fait pensé à une polémique relativement récente concernant Dior et l’usage abusif de Photoshop (http://www.independent.co.uk/news/media/advertising/missleading-dior-natalie-portman-miracle-mascara-advert-banned-by-consumer-watchdog-8224044.html), ou encore cette mannequin qui a rompu son contrat avec une grande marque de prêt-à-porter pour là encore un usage déplacé du logiciel (http://www.huffingtonpost.com/2009/10/14/filippa-hamilton-ralph-la_n_320396.html). J’aurais donc aimé savoir si vous aviez des sources supplémentaires sur ce sujet qui constitue un véritable phénomène de société.

    Merci d’avance pour vos réponses!

    • Karl Mongrain dit :

      Bonjour Mathilde,

      Pour répondre à votre première question, je pense qu’il est effectivement impératif pour la plupart des professionnels de la photo d’être en mesure de maîtriser les différentes techniques informatiques, notamment celles apprises dans les cours, surtout lorsque l’on parle de photographies destinées au commerce d’entreprise (la mode par exemple), où tous les défauts se doivent d’être camouflés.

      Je voudrais prendre le temps de faire une parenthèse à ce qui a trait à la photographie artistique traditionnelle (paysage, nature morte, etc.), domaine dans lequel je considère personnellement que les photos qui « parlent » sont celles qui n’ont pas été retouchées d’une quelconque façon, qui ont été « shootées » tel qu’elles sont présentées. J’aimerais faire le parallèle avec les enregistrements de musique classique, où la retouche sonore permet désormais de corriger toutes les imperfections de l’interprète. Les artistes vous le diront, étant moi-même pianiste classique de profession, les meilleurs enregistrements proviennent souvent d’enregistrements « live », c’est-à-dire en captation devant public, où différents bruits ambiants entravent souvent la possibilité d’éditer l’enregistrement pour y faire des modifications, mais aussi où la fébrilité du moment est captée rendant un vivant et une authenticité inégalable à l’œuvre présentée. À l’inverse, un enregistrement studio, permets à l’interprète de recommencer autant de fois qu’il veut et d’éditer tous les détails qu’ils souhaitent. Bien que la performance soit souvent plus « parfaite » techniquement, il y a un aspect plus « synthétique » dans le son, qui rend la performance moins « vraie » et souvent moins excitante. À ce sujet, comparer deux versions de Scarbo du compositeur français Maurice Ravel, tiré du cycle pour piano Gaspard de la nuit par la pianiste Martha Argerich lors d’un concert au Concertgebouw d’Amsterdam en 1978 ( http://www.youtube.com/watch?v=vZ5DySvP5Bk ) et son enregistrement studio datant de 1974 (http://www.youtube.com/watch?v=TV7q2GEPcNA).

      Bien que le domaine de la photo soit quelque peu différent, c’est pour moi le même principe, mais transféré à l’image plutôt qu’au son. Une photo brute prise sur pellicule est pour moi beaucoup plus « authentique » qu’une photo numérisée corrigée, même si l’on ne peut pas toujours le voir ou l’expliquer de façon logique (l’art est-il logique? Je ne crois pas). Il y a ce je-ne-sais-quoi qui place cette photo brute dans un rang à part, et qui parle à celui qui se prend la peine de la regarder attentivement. Bien sûr, on peut se demander s’il y a encore des clients pour ça, pour permettre à ce photographe artistique de vivre de son art. Certes oui, mais bien entendu beaucoup moins que pour les photos destinées au commerce.

      Mais bon, de façon générale, je dirais que oui de nos jours, le photographe doit se muter parfois en « technicien informatique », pour reprendre vos termes, pour se permettre de gagner sa vie et de répondre à la demande.

      Concernant le droit d’auteur, je crois que dans un monde idéal, l’oeuvre originale doit et devrait toujours appartenir à son auteur, même si elle est partagée. Malheureusement, la réalité en est souvent autrement sur internet, alors je crois que les photographes se doivent d’être résignés à ce niveau, et accepter que certaines photos finissent par être publiées sans crédits à son auteur.

      Je suggère ce petit article traitant exactement du problème des critères de beauté et des corrections notamment apportées aux photos de mode : http://www.hygienenaturelle-alimentation.com/article-criteres-de-beaute-irrealistes-68253289.html

      Personnellement, je trouve aberrant que l’on en soit rendu à un point tel qu’il faut absolument tout camoufler, non seulement en photo, mais également en musique classique. Les « critères de beauté » dont vous mentionnez sont également très présents dans le monde de la musique classique. Il est désormais impossible de sortir un disque d’enregistrement studio sans être assuré qu’il n’y a pas de fausse note ou d’imperfection évidente. Reculez de 60-70 ans en arrière, les grands enregistrements d’interprètes contenaient tous des imperfections, sans compter que la qualité d’enregistrement n’était pas ce qu’elle était aujourd’hui. Pourtant, ces enregistrements demeurent, encore aujourd’hui, emblématiques de par la qualité d’interprétation de l’œuvre. Nous avons perdu contact avec l’authentique, le vrai. Le numérique est venu chambouler cela, apportant beaucoup de nouvelles possibilités, mais en étouffant le caractère brut et vrai des photos et des enregistrements. L’attention est désormais portée sur la perfection, que ce soit en musique ou en photo, et il ne reste quant à moi à espérer une révolution des visions éthiques au cours du siècle prochain, pour tenter d’atténuer le phénomène.

  5. Jean-Michel Salaün dit :

    Bonjour Pierre-Edouard et Karl

    N’y a-t-il en français une ambiguïté sous le terme « amateur » ? Voir à ce sujet les interventions d’A. Gunthert sur les photographes amateurs. Par exemple, celle-ci : http://culturevisuelle.org/icones/2801

    Avez-vous quelques chiffres pour illustrer vos propos sur le marché de la photo, le nombre et les revenus des photographes au Québec et en France, le nombre de photographies échangées sur le web, etc. ?

    • Pierre-Edouard (ENS Lyon) dit :

      Bonjour Jean-Michel

      En ce qui concerne les chiffres, il est possible de retrouver – pour la France – nombre d’indicateurs sur le site du Syndicat des entreprises de l’Image, de la Photo Et de la Communication (CF http://www.sipec.org/statistiques.php?PAGE=statistiques).

      Ainsi, en 2011 on recense environ 7600 employés des entreprises de photographie. S’y ajoutent les prestataires et distributeurs de matériels (16000) et les photographes artistiques et industriels (5200) (CF : http://www.sipec.org/pdf/OPI2012.pdf#page=19).

      En ce qui concerne les salaires, la grande variabilité des statuts et activités, surtout chez les indépendants, complexifient quelque peu la lecture de cette variable. L’Union des photographes professionnels y apporte une réponse partielle, à travers son billet relatif d’une journée de prises de vues (CF : http://www.upp-auteurs.fr/faq.php?question=37), qui reprécise certains paramètres et frais indirects à prendre en compte pour évaluer des prestations photographiques.

      Pour en revenir au flot des images hébergées sur le net, une simple donnée devrait bien illustrer cette tendance : chaque jour, plus de 300 millions de photos sont déposées sur Facebook (CF : http://gigaom.com/2012/10/17/facebook-has-220-billion-of-your-photos-to-put-on-ice/).

      Enfin, je suis assez d’accord avec le fait que la différence entre amateur et professionnel est une simple séparation illustrant une forme de de dénigrement social en faveur des pro, adoubés par leurs pairs … bien évidemment, le talent ne se résume pas à une simple carte de presse ou un pas de porte.
      Ainsi l’article que vous citez souligne assez bien notre axe d’écriture, en montrant clairement que « l’antithèse amateur/professionnel n’oppose donc pas, comme on le croit généralement, l’incompétence à l’expertise (dans une conversation à ce sujet, on finit toujours par convenir qu’il existe des amateurs experts et des professionnels incompétents). Il s’agit plutôt d’un outil rhétorique, qui manifeste l’existence d’un conflit de légitimité. Comme la “querelle des Anciens et des Modernes“, il permet d’orienter le débat en désignant d’avance les vaincus. »
      Nous avons en effet choisi de nous focaliser sur le professionnel, identifié par sa simple obligation à vivre de son activité (à l’inverse d’un amateur qui, bien que doué, fait moins de cas d’une rentabilité nulle de ses ponctuelles – mais passionnées – prestations).

  6. Jean-Michel Salaün dit :

    Bonjour

    Ce sujet a déjà été débattu en début d’année dans la version précédente de ce cours. La discussion d’alors peut alimenter votre propre réflexion :
    http://blogues.ebsi.umontreal.ca/jms/index.php/post/2013/03/07/A-l%E2%80%99heure-du-num%C3%A9rique%2C-y%E2%80%99a-t-il-encore-photo

  7. Chloé.M dit :

    Merci pour cet article ! Tout comme Caroline, j’ai appris de nombreuses choses.
    J’ai particulièrement aimé le lien fait avec la photographie plus artistique, lorsque vous parlez de Timelapse. J’avais pourtant déjà vu des vidéos utilisant ce principe mais je n’avais jamais envisagé que cela soit considéré comme un technique artistique. C’est vraiment très intéressant.

    Je vous rejoins sur de nombreux points, et comme vous le concluez, je ne suis pas sûre que le métier de photographe professionnel soit amené à se désintégrer.

    Il est vrai que certaines prestations disparaissent car elles sont faites directement par les amateurs à l’aide de leur téléphone et des nombreuses applications proposées ou de leur appareil photo.
    Mais cela ne signifie pas pour autant que ces photos sont de qualité et qu’ils vont pouvoir se qualifier de photographe. Je reste persuadée que pour certaines prestations classiques tels que les mariages, les événements, etc., les photos attendues doivent être de qualité et nous sollicitons donc les connaissances d’un photographe professionnel.

    Je pense que le numérique a également permis d’apporter de nouvelles valeurs et d’ouvrir sur de nouvelles compétences comme la retouches ou le photo-montage. Le photographe moderne doit apprendre à varier ses prestations. Je ne dit pas qu’il doit faire uniquement de la retouche photo, mais le métier a ainsi pu être diversifié et plus facilement intégré dans le monde de la communication, du cinéma, etc.

    Les photographes professionnels peuvent également utiliser le numérique comme un atout pour se valoriser et agrandir leur réseau. La plupart des photographes ont maintenant un portfolio en ligne permettant de présenter leurs compétences, leurs domaines, leur sensibilité, etc. Alors qu’avant, il n’était pas aussi facile de vendre ses qualités.

    Vous parlez peu du problème de numérisation et de la diffusion parfois non contrôlée des photographies déposées sur le Web. Nous pourrions supposer qu’un photographe professionnel ne soit pas enchanté quant à déposer ses photos sur le Web du fait qu’il peut facilement se les faire « voler » par des amateurs qui vont se les approprier.
    Il était plus simple auparavant, lorsque les photos étaient sur des pellicules, de respecter leur singularité.
    Comment protéger les oeuvres d’un photographe sans pour autant interdire leur diffusion sur le Web ?

    Enfin, pour finir, comme vous le dîtes Mr Tout le Monde peut prendre des photos, mais il peut également se rendre rapidement compte qu’il ne possède pas toutes les compétences pour prendre des photos de qualité.
    Grâce au numérique, la photo devient à la mode et maîtriser cet art également. C’est pourquoi, mais c’est un autre sujet, nous pourrions nous poser la question de l’apprentissage de la photographie par les professionnels. Peut-être que le numérique a favorisé la demande des amateurs qui souhaitent de plus en plus maîtriser ce savoir-faire et qu’ils vont avoir tendance à se tourner vers des photographes professionnels.

    Finalement, il est facile de dire que n’importe quelle personne peut devenir photographe car elle « sait » utiliser un appareil photo (le mode Automatique essentiellement), mais je ne suis pas sûre que tout le monde ose se revendiquer photographe professionnel.

    Je suppose que même avant l’arrivée du numérique, il n’était pas si facile de vivre de ce métier, et que les contraintes étaient déjà bien présentes. Peut-être que le numérique les a accentuées…

    • Karl Mongrain dit :

      Bonjour Chloé,

      Comme c’est le cas dans le domaine de la musique, notamment les artistes de musique classique, les photographes artistiques utilisent de plus en plus le web comme une plateforme leur permettant de se faire voir et connaître plus rapidement (agrandir leur réseau comme vous avez mentionné). Mais la numérisation d’oeuvres est une pratique tellement répandue dans le domaine artistique en général qu’elle en est devenue souvent banalisée, dans le sens où les artistes abandonnent de plus en plus la protection assurée de leurs oeuvres au profit d’une meilleure visibilité et d’une reconnaissance de leur travail, qui peut désormais s’étendre à l’échelle mondiale très rapidement. Après tout, de nos jours, un artiste ne désire t’il pas d’abord et avant tout faire reconnaître la qualité de son art afin de pouvoir espérer en vivre par la suite?

      Vous mentionnez aussi que c’était plus « simple » avant l’arrivée du numérique de protéger la singularité des photos. Certainement en terme de prévention de la copie d’oeuvres, mais aussi beaucoup plus complexe et long pour obtenir une visibilité suffisamment grande pour construire une carrière. C’est souvent donc un passage obligé pour ces artistes aspirant à se bâtir une notoriété, la protection de leur oeuvre devenant alors une préoccupation moins grande.

      Pour ce qui est des événements tels que les mariages et les fêtes, ils prennent effectivement souvent une place importante dans les revenus des ces artistes photographes, mais je ne suis pas certain que le public ait recours systématiquement au service d’un photographe « professionnel » pour ce genre d’événement, car un membre de la famille particulièrement talentueux, possédant un appareil de qualité, est de plus en plus sollicité pour ces occasions, et ce, à un prix souvent nul et une qualité plus qu’acceptable.

      Je suis d’accord avec vous sur le fait que tout le monde possédant un appareil numérique n’ose pas se revendiquer photographe « professionnel ». Mais pour plusieurs, ils sont plongés dans l’ignorance de penser qu’il n’y a pas une réelle différence entre ce qu’ils peuvent produire comme clichés en comparaison avec ceux d’un photographe dit « professionnel ». C’est un peu d’ailleurs ce qui cause l’instabilité du métier de photographe aujourd’hui…

      En tout cas, merci beaucoup pour votre commentaire. Nous sommes heureux de savoir que vous avez apprécié.

  8. CarolineJS dit :

    Bonsoir !
    Très bon billet en effet ! J’y ai appris des tas de choses. Je suis assez surprise de lire que photographe de commande, photo journaliste et artiste utilisant la photo pour s’exprimer font partie du même métier. Je pensais (bêtement ?) que les compétences étaient tellement différentes qu’elles dessinaient des métiers différents qui partagent un même outil, un peu comme l’écrivain public, le journaliste et l’écrivain.
    Parce qu’il me semble assez évident que les photographes de commande perdent des marchés devant des appareils photos que tout le monde peut s’acheter et manipuler (enfin quand je dis tout le monde, au moins un par invité au mariage ou aux noces d’or de pépé-mémé), mais les autres… pour être journalistes, même un de ceux qui ne font que prendre des photos, il faut avoir une culture de l’actualité assez approfondie pour repérer les sujets du moment, pour s’infiltrer et se faire accepter dans les environnements qu’ils photographient, pour contrôler (même a posteriori sur un ordinateur) un cadrage et un contraste qui vont faire passer un message qu’il faut également savoir définir. Trop complexe pour Tonton Marcel ou le copain Kevin qui a une super galerie sur instagram… Quant à l’artiste, celui qui s’exprimait avec l’argentique trouvera un autre moyen d’expression avec le numérique, un autre outil pour exprimer sa créativité, et c’est pas un appareil photo à 10000 pixels qui va faire de la cousine Alberte une artiste confirmée…
    Bon, je viens de démontrer (?) que les professions de photographe n’étaient pas menacées par les amateurs, je n’ai pas dit qu’elles pouvaient permettre de gagner sa vie. En tous cas il y a des chances pour que la sélection soit plus rude chez les professionnels, et que la médiocrité n’ait plus de place dans ces métiers….

    • pabarrault dit :

      Bonjour Caroline

      Cette catégorisation des photographes peut en effet être sujette à caution et n’impose rien d’absolu : il est évident qu’on pourrait définir certains photographes en tant qu’artiste.
      Mais l’article cherche plus à se focaliser sur le photographe au sens reporter, capable de traduire l’instant par des techniques de narration picturale (plus ou moins évidente, neutre ou personnelle). La démarche photographique artistique étant une frange plus minoritaire parmi les photographes, nous cherchions à nous focaliser sur une réalité plus générale.

      Merci pour le commentaire!

  9. Pierre-Edouard (ENS Lyon) dit :

    Bonsoir Thibault

    A questions multiples, réponses multiples …

    1/ Le positionnement égalitaire de l’amateur et du professionnel est pour moi un mythe … d’où le titre. Il faudrait peut-être parler d' »amateur averti / passionné » pour les mettre sur le même plan.
    Car cette science un peu particulière qu’est la photographie nécessite bien entendu de connaître certaines règles basiques de construction d’une image, mais surtout de se construire un regard propre, original … le reflet d’une démarche et d’une personnalité. Et la majorité des amateurs en est loin … certes ils ont des idées, s’enthousiasment sur le court terme en ayant reçu un reflex à Noël, mais de là à « déstabiliser » les professionnels…
    Les amateurs avertis, parfois auto-entrepreneurs, eux peuvent réellement faire la différence, car ils se dévouent totalement à leur passion.

    2/ Ton analyse est un peu rapide … on pouvait (peut-être pas si rapidement) faire des montages avec de l’argentique (CF Dorothea Lange avec son cliché célèbre <a href="http://blog.corbis.com/2011/florence-thompson-missing-thumb/&quot; title="Migrant mother".
    Le problème actuel vient du fait que ces possibilités de retouche poussent à bâcler le cadrage, puisqu’on peut toujours « arranger » sur Photoshop. Le vrai talent numérique consiste à prendre la meilleurs image (limiter le bruit ISO en réfléchissant bien au couple ouverture/vitesse, témoigner au mieux de l’instant grâce au cadrage, etc.) et éventuellement retravailler derrière par des retouches … en réfléchissant à la prise de vue, on a moins de photos à traiter et on gagne du temps au traitement.
    J’aime à penser qu’une bonne photo n’est pas seulement le fait d’une maîtrise des masques de fusion … comme disait Capa, « si une photo n’est pas bonne, c’est qu’elle n’est pas prise d’assez près ». On en revient au placement, au cadre, et donc à l’investissement du photographe et à sa relation avec son sujet (des paramètres incompatibles avec un clic droit).

    Merci en tout cas pour tes commentaires, et avis favorable !

    • tibomahe dit :

      Hum je ne suis pas tout à fait d’accord avec ces éléments de réponses que tu apportes. De manière générale dans les commentaires ici, il y a une confusion ou au moins un amalgame entre amateur, passionné et utilisateur du mode automatique, et des raccourcis sont trop vite pris. Déjà je ne suis pas certains que les professionnels (puisque c’est la question) n’utilisent jamais le mode automatique (avec lequel il ne faut pas non plus être trop méprisant). Ensuite la distinction averti / passionné ne fait pas sens pour moi et ne représente pas la distinction pro / amateur où la césure est plus distincte entre ceux qui vivent de la photo et ceux qui n’en vivent pas. Et c’est peut-être ici le coeur de la question : les amateurs peuvent être aussi « bons » que les professionnels, une distinction perdure dans le fait qu’ils n’en font pas leur gagne-pain… La distinction n’est plus aujourd’hui sur des capacités techniques ou sur l’utilisation du mode manuel / du mode automatique. Je parle avec une petite expérience puisque je suis issu d’une famille passionnée de photographie qui ont le sens de ce « talent numérique » dont tu parles, et qui ont trouvé avec le web l’occasion d’exposer leurs photos comme des artistes, et avec le numérique de manière générale l’opportunité de « développer » eux-mêmes leurs photos et de les retravailler par la suite. Ils ne sont pas pour autant auto-entrepreneurs (mais je note la nuance que tu apportes) ou dévoués « totalement » à cette passion… Je prends également des photos, j’aime bien ca, mais je n’ai qu’un compact, que j’oublie tout le temps, et je ne maitrise pas photoshop. Donc il faut déjà bien souligner que la population « amateur » n’est pas homogène et n’est pas réductible à mode automatique, « enthousiastes qui ont reçu un réflex à noël », passionnés, ou non-avertis…

      • Pierre-Edouard (ENS Lyon) dit :

        Je réduis un peu les amateurs à de simples « pousseurs de boutons », c’est entendu, mais ce n’est que pour dépeindre une réalité générale.
        Les professionnels peuvent utilisent des modes semi-automatiques (on ne règle que la vitesse d’obturation ou l’ouverture). Mais savoir en tirer parti n’est pas forcément une mince affaire.
        Et par rapport à ton point sur les amateurs talentueux ne faisant pas de la photographie leur gagne-pain, dans ce cas là ils ne sont donc pas un problème …
        En parlant de talent caché, Jacques-Henri Lartigue trouva la célébrité à 71 ans après avoir photographié toute sa vie (CF : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Henri_Lartigue)

  10. tibomahe dit :

    Preum’s ! 🙂
    Un article très riche, bien construit puisqu’il aborde plusieurs points essentiels (l’apport du numérique au métier, les nouveaux modèles économiques qui se dessinent). J’aurais cependant deux commentaires à faire pour répondre à l’article et lancer le débat.

    1) Vous parlez à juste titre de M. Tout le Monde qui prend désormais de très bonnes photos et concurrence directement le professionnel. Très bien. Patrice Flichy parle à ce sujet du sacre de l’amateur et je crois avoir déjà partagé un lien vers son ouvrage dans la première partie du MOOC. Et ce qui est intéressant dans son analyse, c’est qu’elle dépasse (en peu de pages malheureusement) ce constat finalement assez simple que, oui, maintenant, tout le monde peut prendre des photos et les mettre sur son blog ou sur twitter. Ce qu’il dit en fin d’ouvrage c’est que ce sacre de l’amateur amène une déstabilisation du professionnel qui ne se place plus dans un rapport savant – profane avec les amateurs mais plutôt sur un rapport égalitaire désormais avec ces derniers. Et tout l’enjeu de la question – et que je retrouve mal ici – était pour moi de comprendre ce nouveau positionnement. Du coup, comment vous voyez-vous cette nouvelle place / ce nouveau positionnement « égalitaire » du professionnel de la photo face aux amateurs ?

    2) Ce que j’avais pu comprendre sur l’impact du numérique sur la photographie, c’était surtout qu’il y avait un déplacement du « talent » (entre guillemets hein !) de la prise de vue (moment essentiel de l’argentique) vers le traitement de la photographie (point essentiel du numérique). Ce qui pourrait signifier finalement que les nouveaux photographes professionnels ne sont en fait « que » des designers, des pros de la retouche photo. D’où l’évolution du métier… D’ailleurs je profite de cette remarque pour souligner ce pilier de la plasticité que l’on retrouve désormais dans la photographie. Avec l’argentique, la photo était l’entité la plus petite possible, sur du papier. On pouvait lui appliquer des filtres, une sensibilité du capteur, etc., mais une fois la photo prise on ne pouvait plus rien faire. Avec le numérique, la photo est devenue plus plastique : on peut virer le soleil au fond de la photo, rajouter des personnes, ou même modifier les positions de certains éléments (http://www.youtube.com/watch?v=rG8g3RYIFAU). Si le photographe travaille sur un rendu, il devient logique que son travail « avant » était de bien prendre une photo (le rendu), et « maintenant » de prendre une photo et de bien la retoucher du fait de sa plasticité…

    Mais en tout cas bravo pour votre billet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *