Mais qui est Google Books ?

Billet rédigé par Emeline Mercier (ENSSIB), Joachim Chevry (ENS-Lyon)

Cela fait déjà plusieurs années – huit pour être exact – que le procès entre Google Books et l’ « Authors Guild » perdure. Une nouvelle révision le mois dernier aurait malgré tout laissé entrevoir les prémisses d’un futur verdict de la part du juge Chin.

Plusieurs points pèsent dans la balance mais le principal reste celui du droit d’auteur et la notion de « Fair Use » scandée par Google pour justifier la numérisation de milliers, que dis-je, de milliards d’ouvrages. Rappelons qu’aux États-Unis la notion de « Fair Use » permet des exceptions au droit d’auteur en temps d’usage loyal et raisonnable.

Alors en attendant un nouveau tournant, intéressons-nous précisément à Google Books.

La petite sœur d’Alexandrie

En 2003, un projet secret nommé « Project Ocean » commençait à naître au sein de Google. Mais c’est en 2004, sous le nom de « Google Print », que Google mis au grand jour son projet de numérisation de milliers d’ouvrages. Google se veut mémoire de tous les savoirs du Monde. Cela vous semble familier ? Réunir tous les savoirs du Monde en un même endroit. Ptolémée aurait peut-être de quoi reconnaître la bibliothèque d’Alexandrie au travers du projet de Google. À quelques détails près que Google a des intérêts financiers et a bafoué le droit d’auteur en échange de la mémorisation et de la conservation du savoir.

Quel statut pour Google Books ?

On pourrait penser qu’il est la suite logique de la première « bibliothèque de versions électroniques libres » créée par Michael S. Hart en 1971 mais avec une plus grande envergure, des technologies plus sophistiquées et un budget sans nul doute hautement supérieur.

Il semble difficile de pouvoir affirmer avec exactitude si Google Books, société aux multiples facettes, est une bibliothèque numérique, un éditeur de livres ou encore un libraire. Selon les différentes définitions du Larousse ou encore du Centre National de Ressources Textuelles et Lexical, un libraire se définit dans ses fonctions de vente, d’imprimerie voire d’édition de livres. L’éditeur, quant à lui, est en amont, il prépare et édite le livre dans le but de sa publication et de sa diffusion. Enfin concernant la bibliothèque, séparons la bibliothèque traditionnelle et la bibliothèque numérique. La première est définie – par Larousse – dans l’espace en tant que « local ou édifice destiné à recevoir une collection de livres ou documents qui peuvent être empruntés ou consultés sur place » et la deuxième est définie par Jean Michel Salaün comme « une collection organisée de documents électroniques en accès libre et générale gratuit sur Internet, associée à une interface permettant la recherche et la consultation de ces documents ». Dans tous ces termes et définitions il devient compliqué de distinguer à quel niveau Google Books se trouve.

  • Google Books peut-il être considéré comme libraire via GooglePlay, plateforme de vente d’ouvrages ?
  • Google Edition est-il un éditeur à part entière ?
  • Enfin peut-on parler de bibliothèque numérique avec Google Books ?

Une chaîne du livre à acteur unique

Et si Google Books était tout ça à la fois ? Google aurait donc supprimé, au fur et à mesure de son ambition les différents intermédiaires qui se trouvaient entre lui et les millions de livres qu’il convoite. Ou plutôt les millions de données. Rappelons tout de même que Google reste et restera une société commerciale cotée en bourse qui fait profit avec les données de ses utilisateurs. Nos données. Il semble avoir compris avant tout le monde l’importance de ces données et tente de s’immiscer à tous les niveaux pour récupérer ses précieuses.

Le livre est d’ailleurs l’un des créateurs de nombreuses données – qu’elles soient commerciales ou comportementales -, on peut deviner que les avantages qu’en tire Google sont, entre autres, d’affiner toujours plus son moteur de recherches, d’améliorer ses algorithmes, de revendre les données par la suite via des services associés, pour ne citer qu’Adwords, voir de créer de nouveaux services de plus en plus perfectionnés reposant sur l’analyse de toutes ces données. Google se retrouve seul avec lui-même dans ce circuit de la donnée : il met en place le processus qui lui permet de récuperer toutes les données qu’il veut, d’en faire ce qu’il veut, et de les revendre comme il le veut, ou presque.

Google Books trouve aussi son intérêt sur les livres orphelins (non soumis aux droits d’auteurs). Ces livres épuisés ne sont plus commercialisés et rentrent dans une catégorie appelée la zone grise. On pourrait y voir de la bonne volonté à vouloir numériser des livres poussiéreux, parfois oubliés, seulement Google rend l’accès payant. Les prix varient entre 1 et 29 euros et peuvent même augmenter en fonction des chiffres de vente. De manière générale les sources de revenus sont divisées à hauteur de 63% pour les auteurs et les 37% restants pour Google. Après plusieurs accords, dont notamment avec la OCLC (Online Computer Library Center) qui lui permet de récupérer les métadonnées bibliographiques, Google maitrise totalement la chaine du livre, de leur numérisation jusqu’à leur diffusion. D’autant plus qu’avec l’abandon de Live Book Search par Microsoft, qu’on pouvait voir comme un réel concurrent, Google a donc une avance considérable sur le marché grâce à un budget incroyable. Pour reprendre les propos de Pamela Samuelson, professeure de droit à l’université de Californie, intervenant dans le documentaire tourné par Arte : « Le livre selon Google », elle estime le coût de numérisation par livre avec une fourchette allant de 30$ à 100$. Certes cette estimation est plus que large mais ramenée à 20 millions de livres, on parle de 600 millions à deux milliards de dollars. De quoi se rendre compte de l’étendu du processus.

Droits d’auteur ? Doigt d’honneur !

Pour revenir aux méthodes controversées de Google qui pèsent encore à l’heure actuelle devant la justice, ce dernier ne semblait pas tenir compte des différents acteurs qui se dressaient sur son chemin de la numérisation de tous les savoirs, à commencer par les auteurs, pour lesquels il dénigrait tout droit de paternité et allait jusqu’à monétiser l’accès à des œuvres qui ne lui appartiennent pas. Google Books scannait les livres soumis au droit d’auteur et en paye sévèrement les conséquences aujourd’hui. Plusieurs procès ont éclaté de part et d’autres pour « contrefaçon » de livres publiés. Pour ne citer qu’un exemple parmis des centaines, Google a numérisé illégalement 4000 livres de l’éditeur français La Martinière-Le Seuil, et doit payer 300 000 euros de dédommagement à l’éditeur.

Concernant le procès qui l’opposait à de nombreuses maisons d’édition américaines, il a été convenu d’un accord en 2011 – le Google Books Settlement – dans le cadre duquel Google a accepté de verser 125 millions de dollars, dont 45 pour le dédommagement des auteurs pour qui les œuvres ont déjà été numérisées.

Oubli de sa part ou simple stratégie ? Pour paraphraser Roland Reuß, interrogé dans le cadre du documentaire d’Arte précédemment évoqué, « Google est une entreprise sérieuse qui agit illégalement à une échelle tellement massive que ça parait légal ».

Que se cache-t-il derrière les nuages ?

S’il pourrait s’avérer injuste de ne pointer que les mauvais éléments du projet piloté par Google, il faut admettre que ce geste relève d’une problématique contemporaine de conservation des archives et de notre culture dans les nuages, de partage des informations et de l’accès à la connaissance par le plus grand nombre de la population et nous pourrions énoncer de nombreux arguments dans ce sens. Néanmoins est-il pour autant pardonnable de violer le droit d’auteur pour cette mission de service public ? Pour qu’il dépense autant d’argent dans la numérisation mondiale, y’aurait-il un enjeu encore invisible, aussi immense soit-il, qui pourrait motiver ce geste si humble de conservation des savoirs ?

———————————

Nous vous conseillons le visionnage du reportage d’Arte diffusé en avril 2013 : « Le livre selon Google »: https://www.youtube.com/watch?v=yZtfie8F8X8

Pour approfondir :
« Google Books contre les auteurs : la numérisation à 3 milliards $ », article paru sur ActuaLitté le 25 septembre 2013.

« Accord Google/Hachette : zone grise/zone rouge/zone verte », article paru sur le blog S.I.Lex, le 30 novembre 2010.

« Publier un livre sur Google Play », article paru sur le blog Le souffle numérique, le 19 juillet 2013.

« Google Books a déjà gagné », article paru sur Slate, en octobre 2009.


Vous aimerez aussi...

22 réponses

  1. DIALLO dit :

    Merci pour ce beau billet qui montre les forces et les faiblesses de Google.
    A mon avis si l’on pense que google ajoute au web de la bibliothéconomie on peut du coup le considérer comme une bibliothèque. Il offre la quasi totalité des services notamment des références bibliographiques, des documents numérisés etc qu’une bibliothèques offre à ses usagers. Je pense qu’il est important de se réjouir du travail énorme de numérisation du patrimoine documentaire qui participe à sa valorisation.
    Cependant il constitue une menace perpétuelle pour les bibliothèques, les éditeurs en gros sur tout ce qui oeuvre dans l’information( voir ce billet http://blogues.ebsi.umontreal.ca/jms/index.php/post/2013/01/21/Google-confisque-t-il-la-valeur-cr%C3%A9%C3%A9e-par-les-journaux).

  2. Em_Mercier dit :

    Nous voulons, dans un premier temps, remercier tous ceux qui ont participé au débat.
    Grâce à vos nombreux commentaires, plusieurs questions ont été soulevées, certains points ont pu être approfondis. Il convient de synthétiser le tout.

    Google et à sa notion de Fair use
    Le procès de huit ans vient de s’achever et Google l’emporte grâce au « Fair Use ». On parlait dans notre billet de la notion d’« opt-out » : Google numérise et c’est aux ayants droit de venir contester après coup. Dans cette nouvelle décision, cela change. On parle d’« opt-in » : Google demande d’abord l’accord aux ayants droit : « Google a donc été obligé de revenir à l’intention initiale du projet Google Books, à savoir scanner des ouvrages, y compris sous droits, mais uniquement pour en diffuser de courts extraits (snippets) répondant aux requêtes des utilisateurs. Pour aller plus loin (montrer des portions plus larges, vendre des ouvrages), Google doit passer par des accords volontaires, avec les éditeurs et les auteurs (opt-in). »
    Comme l’indique Lionel Maurel, plusieurs entreprises et structures publiques qui travaillent dans le domaine de la diffusion des connaissances vont, eux aussi, en bénéficier (DPLA ou Internet Archive, entreprises à but non-lucratif, qui numérisent et archivent des livres).

    Google ne serait qu’un intermédiaire ?
    Un des commentaires soulevait l’hypothèse que Google Books n’était ni une bibliothèque ni un libraire, mais qu’un simple intermédiaire parmi d’autres. Finalement, Google s’inscrit peut-être un peu partout. Le juge Chin permet à Google Books de scanner des ouvrages et d’afficher 20 % de ces derniers. Quant à la vente de ces livres numérisés, Google doit d’abord obtenir une autorisation auprès des éditeurs et des auteurs.

    La faisabilité d’un accord entre Google et auteur pour plus de régulation
    Des tensions se sont créées entre les éditeurs, les auteurs et le géant américain qui pouvaient rendre difficile la création d’accords. La nouvelle décision du Juge Chin rend donc aux ayants droits leur droit de choisir de faire partie, ou non, du projet. Google n’agira plus illégalement, ce qui pourrait favoriser les accords futurs.

    Pour rappel certains avaient déjà signé un accord avec Google, par exemple avec le SNE et la SGDL :
    http://www.numerama.com/magazine/22851-google-conclut-un-accord-de-numerisation-avec-l-edition-francaise.htm

    Google, entreprise commerciale et son concurrent Baidu
    L’accès à tous les savoirs en fait rêver plus d’un et grâce à sa récente victoire, Google améliore son image aux yeux du monde. Mais il reste une entreprise commerciale qui semble bien parti dans sa quête des données et affiche une belle avance sur ses concurrents. Par exemple Baidu, le fameux moteur de recherche chinois est lui aussi entré dans le processus de numérisation des livres. Ce dernier est cependant loin de son rival américain qui comptait en 2010 plus de 12 millions de livres scannés.

    Les partenariat des bibliothèques
    Nous aimerions aborder le cas des bibliothèques en rapprochant le documentaire d’Arte que nous avions fortement conseillé.
    On y découvre les dirigeants (ex dirigeants) de plusieurs bibliothèques qui reviennent sur leur démarche.
    Plusieurs choses sont intéressantes :
    L’argument avancé par l’Université du Michigan était de ne plus revivre les catastrophes à causes desquelles des bibliothèques ont été détruites et des millions d’ouvrages perdus. L’accord avec Google était pour eux le moyen de numériser et de mémoriser ce savoir afin qu’il ne soit plus perdu.
    Google a numérisé 23 400 ouvrages appartenant au Monastère de Montserrat, en Espagne. La réaction du Padre Damia Roure est frappante quand la journaliste lui demande s’il avait imaginé ce qu’il se passerait si Google faisait de l’argent avec ses livres. Un silence percutant, preuve que c’est une hypothèse qui n’avait même pas été imaginée.

    Concernant la bibliothèque de Lyon, Google avait mis en place plusieurs clauses d’exclusivités. L’une d’entre elles interdisait le référencement de livres numérisés par quelconque autre entreprise. Google se défend sur ce point en précisant qu’il s’agissait des entreprises commerciales directement concurrentes puisque c’est Google qui prenait la charge financière des numérisations. Mais il n’empêchait pas le référencement de ces oeuvres par les organismes à but non lucratif, Gallica et Europeana par exemple.
    Deuxième chose, Google a imposé une deuxième clause d’exclusivité d’exploitation commerciale de 25 ans – à partir du début du projet, soit à partir de 2009.

    A la vue de ces clauses, on a un peu l’impression que les bibliothèques ont vendu leur âme au diable avant de se rendre compte que tout n’était pas clair ni très “fair use”.
    Nous n’avons pas fini d’entendre parler de Google Books, affaire à suivre !

    Emeline & Joachim

  3. Jean-Michel Salaün dit :

    Que pensez-vous de cette actualité : http://scinfolex.com/2013/11/15/verdict-dans-laffaire-google-books-une-grande-lecon-de-democratie/

    Google est-il toujours selon vous une entreprise sérieuse qui agit illégalement à une échelle tellement massive que ça parait légal ?

    • JoachimChevry (ENS Lyon) dit :

      Merci pour votre commentaire Jean-Michel.

      C’est que je trouve pertinent, ici, c’est la façon dont le “fair use” (usage équitable) a été expliqué et prit en compte. Les 4 critères examinés sont intéressants et après la lecture de cet article, nous comprenons mieux la décision du juge Denny Chin. Nous apercevons aussi les grandes différences entre le système juridique américain et français.

      Pour répondre à votre deuxième question, je dirais que non, puisque depuis le refus du « Google Book Settlement » en 2011, Google agit seulement avec l’accord des éditeurs et des auteurs. Dans sa nouvelle fonction, Google Books ne se contente que d’afficher des extraits de livres qu’il numérise. C’était finalement leur proposition de “opt out” qui me paraissait très exagérée.

      Pour finir, je rejoins Lionel Maurel sur le fait que plusieurs entreprises et structures publiques, qui œuvrent pour la diffusion des connaissances, vont aussi bénéficier de cette décision. C’est donc un véritable tournant.

  4. Em_Mercier dit :

    Pour des informations plus poussées sur les livres que Google numérise/veut numériser, je viens de trouver cet article qui date de 2009.

    On y apprend entre autre que :
    20% des livres numérisés sont des livres tombés dans le domaine public, soit environ 500 000 livres.
    5% des livres numérisés sont ceux encore sous droit, imprimés et encore dans le commerce qui attendent l’accord des éditeurs avant d’être publiés.
    Enfin les 75 % restant sont des livres encore sous droit mais qui ne sont soit plus publié sou alors que les ayants droits n’ont rien réclamés. Ce sont ces livres que l’on appelle « livres orphelins ».

    Et donc c’est pour cette dernière catégorie que Google les met en ligne sans demande de permission. Ils seront retirés qu’à l’unique condition qu’un ayant droit en fasse la réclamation. Pour ces derniers, 20% du livres sont consultables gratuitement, le prix de vente est de 9.99$ dont 1/3 pour Google, le reste pour les ayants droits. Et donc pour ceux non réclamés tout va à Google.

    Je vous laisse parcourir l’article fort interessant : http://www.webmediastrategies.com/ebooks-qui-sera-le-maitre-de-la-librairie-amazon-kindle-ou-google-books.htm

  5. Monia.Z dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce billet très agréable à lire. Pour moi, clairement, Google n’est ni un éditeur, ni une bibliothèque et encore moins un libraire. C’est juste un intermédiaire de plus entre le livre et le lecteur, comme il en existe beaucoup sur le web. Aucune originalité en soi.
    Même si le projet de numériser l’ensemble du patrimoine littéraire mondial parait tout à fait séduisant et noble, force est de constater que la bibliothèque mondiale imaginée par Page et Brin est un échec éclatant.

    • Em_Mercier dit :

      Bonjour Monia,
      Merci pour ton commentaire et je te rejoins d’ailleurs sur celui ci.
      A l’échelle à laquelle se situe Google, je pense également qu’il n’est aucun des différents statuts évoqués dans l’article.
      Il n’est effectivement qu’un intermédiaire parmi d’autres sur le web qui ne gère pas les livres pour ce qu’ils sont mais pour les données qu’ils représentent et possèdent. Et je pense que cette position fait de Google une entreprise commerciale qui n’a que faire de ce qu’il manipule, sa seule préoccupation est qu’il en retire de l’argent.

      Et c’est a ce niveau qu’il ce détache du libraire, de l’éditeur et des bibliothèque.Si il y a bien une chose qu’ils ont tous en commun et dont Google est loin, c’est bien l’intérêt voire la passion qu’il ont pour le livre, pour le patrimoine, la culture et pour la connaissance qu’il représente.

  6. Karl Mongrain dit :

    Merci pour votre article bien écrit et très intéressant.

    Je ne peux m’empêcher de penser que si les auteurs/éditeurs obtenaient leur juste part de revenus lors d’achats faits par des consommateurs sur Google Books, la numérisation de ces livres prendrait peut-être une toute autre dimension. Parce qu’il y a quelque chose qui me semble plutôt positif dans le fait de vouloir numériser tous ces millions d’ouvrages : l’accès à tous via le web, sans contraintes de lieu physique, par exemple dans les régions éloignées. Mais à quel prix? Bien sûr, ce sont les auteurs qui le paient pour l’instant en se faisant littéralement « voler » leur ouvrage. Mais un partenariat entre ces derniers et Google ne serait-il pas possible? Est-ce que Google y a déjà songé? Parce que si Google changeait un tant soit peu sa vision pour se tourner vers une collaboration avec certains éditeurs, ne serait-ce pas là un accord « gagnant-gagnant » ? Il y a le problème bien sûr le problème qu’une fois le livre numérisé, il est beaucoup plus facile qu’il soit distribué illégalement sur internet par la suite, et c’est bien sûr à prendre en considération pour les auteurs/éditeurs. C’est probablement ce qui leur fait le plus peur, et avec raison. À suivre donc…

    • Em_Mercier dit :

      Bonjour et merci Karl,

      Effectivement, si le projet de Google n’est pas entièrement « a jeter » il a des côtés très nobles et offrant de grandes possibilités.
      Et effectivement, si des accords étaient signés, cela permettrait de réguler la situation et de permettre à Google de numériser tout en respectant les différents intermédiaires.

      Je pense qu’à l’heure actuelle ce qui rend les éditeurs/auteurs en partie réfractaires – à juste titre – c’est que dès le début Google s’y ait mal pris et les éditeurs et auteurs ont subit cette démarche comme une violation, comme une attaque de pleins fouet. C’est à se demander si Google pensait vraiment pouvoir agir de la sorte est passer inaperçu ou s’il a « attaqué » en toute connaissance de cause, sachant que j’exclue de base le fait qu’il n’y ai même pas penser, ça je n’y crois pas.
      Traiter avec « quelqu’un » qui a volé sans même essayer de demander la permission est compliqué, surtout au vu de la grandeur des enjeux.

      Ensuite un accord avec les éditeurs eux mêmes est compliqué, les accords se font par l’intermédiaire des éditeurs, d’associations ou de sociétés telle que la Société des Gens De Lettres (SGDL). Et donc des accords ont effectivement eu lieux, par exemple avec le SNE et la SGDL : http://www.numerama.com/magazine/22851-google-conclut-un-accord-de-numerisation-avec-l-edition-francaise.html
      Je cite Antoine Gallimard pour l’illustrer cet accord : « C’est à présent à chaque éditeur de décider s’il souhaite ou non, pour lui-même, signer un accord-cadre avec Google, dans le respect du droit d’auteur ».

      Après la question reste de savoir ce qu’il en est de ces accords et à quelle hauteur de nouveaux éditeurs ont signé un accords avec Google.
      A chercher !

  7. Maud Serriere dit :

    Merci pour cet article très intéressant qui permet de mettre en perspective ce sujet délicat.
    J’ai vraiment l’impression que malgré un intérêt évident de numérisation et de mise à disposition d’oeuvres pour tous, Google agit surtout comme un acteur qui ne souhaite que prendre le plus de parts de marché possible et saute sur toutes les opportunités. Son intérêt pour les livres orphelins ou son peu de considération pour les droits d’auteur en témoignent. Comme beaucoup, la déclaration de Roland Reuss « Google est une entreprise sérieuse qui agit illégalement à une échelle tellement massive que ça parait légal » me parait malheureusement très juste.
    L’avantage de Google est sa facilité à déployer la grosse artillerie pour arriver à ses fins.
    Pour citer Jürgen Boos, directeur de la Foire de Francfort : « Amazon, Google et Apple sont des magiciens de la logistique, mais pas des éditeurs et ils n’ont pas la passion de l’édition »«Les moyens techniques sont des outils. Ils doivent être utilisés pour servir les gens et leurs besoins, et pas l’inverse»
    C’est une machine qui sait réfléchir au mieux pour trouver les meilleurs débouchés économiques et se positionner sur les secteurs montants, en utilisant ses compétences techniques.

  8. JoachimChevry (ENS Lyon) dit :

    Merci Pierre-Edouard, ta comparaison avec Max Schrems est juste. Il serait intéressant de comparer le processus de numérisation des livres de Baidu (le fameux moteur de recherche chinois). En 2007, Baidu a signé un accord avec l’une des plus grandes bibliothèques universitaires de Pekin (Peking University Library) pour scanner leurs livres. Agit-il lui aussi illégalement ?
    Dans un reportage NTD de Qin Xue, Zhao Xinzhi et Zhou Ping, (http://www.youtube.com/watch?v=P_AxCoi4Aws) Baidu est accusé d’avoir violé à plusieurs reprises le droit d’auteurs. Plusieurs auteurs chinois tels que Jia Ping’ao, Liu Xinwu, Han Han, Guo Jingming et Li Chenghe se sont révoltés et ont porté plainte. Pour se défendre, Baidu a utilisé plus ou moins les mêmes arguments que Google Books et Facebook.

    En abordant le terme de Bibliothèque universelle, cela me fait penser que Google Books ne laisse apparaitre que 10% du contenu d’un livre (et dans ces 10%, il lui est interdit d’afficher les dernières pages). Google Books ne montre souvent que l’index et quelques pages d’un chapitre. Cette restriction est souvent mal interprétée par les utilisateurs. Ces derniers pensent que les livres ont été mal scannés et « qu’il manque des pages ». En effet Google Books se contente d’un « page 320 to 340 are not shown in this preview  » et rien d’autre. Ils pourraient rajouter une explication supplémentaire du type « missing pages are intentionally hidden, to see the missing content please buy Ebook or get it on …
    Pour en revenir sur la Google Books en tant que bibliothèque universelle, je pense qu’il est plus rapide de rechercher un livre sur Google Books que dans une bibliothèque traditionnelle. Je n’ai pas à me déplacer. En revanche je ne vais malheureusement pas pouvoir feuilleter toutes les pages du livre. Autre point mentionné dans le reportage d’Arte (voir le lien dans le billet de blog), les discussions entre lecteurs à la bibliothèque traditionnelle sont souvent très riches et apportent de nouvelles idées. Je pense que l’on sous-estime souvent ce dernier point qui est majeur.

  9. CM Ecodoc dit :

    Pour rebondir sur votre dernier point, avez-vous des éléments à apporter sur les partenariats réalisés entre certaines bibliothèques publiques et Google pour la numérisation de leurs fonds ? Pour alimenter cette réflexion, voici deux articles récents qui s’interrogent sur ces numérisations, sur l’appropriation des fonds par Google et sur l’accès aux ressources numérisées :

    – Pour la Bibliothèque Municipale de Lyon :
    http://www.actualitte.com/reportages/google-books-numerisation-illegale-du-patrimoine-culturel-a-lyon-1784.htm
    – Pour la BnF :
    http://www.actualitte.com/acteurs-numeriques/numerisation-a-la-bnf-google-et-la-british-library-plus-respectueux-39634.htm

  10. flo_lafouch dit :

    Merci beaucoup pour ce billet très instructif.
    Je vais me faire l’avocat du diable mais… Ce qui m’exaspère, c’est que « Google le méchant » devrait faire bouger les choses. Si son potentiel est redoutable à tous les niveaux, peut-être serait-il temps pour les éditeurs (je parle surtout des éditeurs scolaires pour ce que je connais le mieux) de sortir de leur train-train et de leur pré carré, d’arrêter de pleurer des subventions sans réellement se bouger??

    • tibomahe dit :

      C’est une prise de position assez violente qui témoigne sans doute d’une méconnaissance de la réalité des éditeurs qui ne « pleurent » pas des subventions, ni ne s’enferment dans leur « train-train » « sans réellement se bouger ».

    • EmMercier dit :

      Merci pour ton commentaire, et pour cette prise de position.
      Néanmoins je rejoins Thibault : je ne pense pas qu’il soit exact de parler d’éditeurs quémandant des subventions à tous va sans rien faire. C’est comme ça que je vois ton commentaire que je trouve un peu injuste mais c’est ton avis.

      Le réalité du contexte qui entour les éditeurs est bien plus complexe que simplement suivre Google, attendre de lui qu’il fasse bouger les choses, et pleurer après des subventions. Le projet de Google est un projet ambitieux et on pourrait lui trouver de nombreux arguments mais le problème réside dans la façon dont il le met en oeuvre. Et c’est à ce niveau qu’il devient méchant à partir du moment où il renie toute paternité à autrui, qu’on parle d’éditeurs ou d’auteurs.

      Sortir du « train-train » dans lequel sont à l’heure actuelle les éditeurs n’est une mince affaire, ils doivent faire face – entre autre ! – à une baisse de leur revenus, à une modifications des pratiques de lectures et d’achats de produits culturels qu’ils doivent comprendre, assimiler et réutiliser à leur faveur, à des technologies de création nouvelles (nouvelles dans le sens où la création d’un livre numérique est loin d’être évidente pour chaque éditeur) et ils doivent se réinventer au travers du numérique pour trouver un nouveau modèle économique.
      Et par dessus ça, ils font face à une entreprise friquée qui déboule sans rien demander à personne, ce sert comme il le veut, comme il l’entend en bafouant de nombreuses règles sous prétexte que l’usage loyal pardonne l’acte.

      Je pense que penser les éditeurs comme pleurnichards est un peu trop réducteur.

      La finalité de Google reste bien loin de celle des éditeurs, qui à situation inversée et porte feuille inversé feraient, sans aucun doute, les choses bien différemment.

  11. Emmanuelle (ENS Lyon) dit :

    Merci Emeline et Joachim pour ce billet pertinent et percutant !

    Effectivement la stratégie de Google soulève bien des interrogations, tant sur l’appropriation des données des internautes que sur le problème des droits d’auteur.

    D’ailleurs savez-vous si les dédommagements accordés à la Martinière-Seuil ou aux éditeurs américains lors des procès compensent véritablement la perte liée aux droits d’auteurs ? Par exemple, dans le cas de la Martinière, à quoi correspondent vraiment ces 300 000 euros ? Cela paraît être une si petite goutte d’eau pour Google, qu’on se demande qui est véritablement le gagnant dans cette histoire…

    • EmMercier dit :

      Merci pour ton commentaire Emmanuelle.

      Concernant l’accord conclu entre Google et les maisons d’édition américaines, le Google Books Settlement prévoit que Google verse en tout 125 millions de dollars répartis comme suit : 34.5 millions pour la création d’un organisme gérant les droits d’auteurs sur les livres numériques, 45 millions iront aux auteurs dont les livres ont déjà été scannés à titre de dédommagement, soit 60$ par livres environ, et enfin les derniers 45,5 millions serviront uniquement à couvrir les frais juridiques. (source : http://www.youtube.com/watch?v=yZtfie8F8X8, 47’49s )

      Concernant le procès de La Martinière – Le Seuil, Google aurait numérisé entre 3000 et 4000 oeuvre de l’éditeur (source : http://www.zdnet.fr/actualites/droit-d-auteur-google-livres-a-la-barre-en-france-39707741.htm), ce qui, ramené 300 000 euros correspond à une fourchette de 75 à 100€ de dédommagement par livres (petite division par mes soins).

      Après évidemment je ne me rends pas bien compte de ce que cela représente dans la réalité pour un éditeur/auteur. Et il est difficile (impossible ?) de savoir si cela compense réellement la perte rencontrée par ces derniers à cause de Google.

  12. Pierre-Edouard (ENS Lyon) dit :

    Merci pour cet article qui permet de mieux saisir les rouages complexes de la grosse machinerie du géant Google.

    J’ai particulièrement apprécié le fait que Google soit citée comme « une entreprise sérieuse qui agit illégalement à une échelle tellement massive que ça parait légal ».
    On retrouve un peu la même analyse avec la bataille de l’étudiant autrichien Max Schrems (CF http://www.forbes.com/sites/kashmirhill/2012/02/07/the-austrian-thorn-in-facebooks-side/) contre Facebook, par rapport à ses données personnelles et leur usage : les représentants de Facebook se seraient justifiées en disant que leur société était comme « un supertanker naviguant dans la bonne direction, mais pas encore à destination » … traduction : Ok, on fait des choses discutables (voire illégales) mais ça sera mieux après!

    En ce qui concerne la stratégie de Google avec Books et Print, on peut supposer que la société souhaite se poser comme bibliothèque universelle par excellence, pour pouvoir approvisionner ses équipements propres (ou les tiers via son OS Android) en biens culturels … au sein d’un écosystème omnipotent (accès, services, documents).

    Dans tous les cas, un bon article, et un documentaire à voir absolument.

  1. 14/12/2013

    […] voici le troisième billet de blog qui s’intéresse au statut de Google Books intitulé : « Mais qui est Google Books ? […]

  2. 03/12/2014

    […] Mais qui est Google Books ? Par Emeline Mercier & Joachim Chevry […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *