Les Mooc, la ruine de l’université ?

Billet rédigé par Caroline Jouneau-Sion (ENS-Lyon), Chloé Manceau (ENS-Lyon)

Alors qu’ils ont connu un fort succès auprès des grandes universités américaines (Harvard, MIT, Stanford, etc.), les Mooc (Massive Open Online Courses) arrivent doucement dans les universités françaises. Rappelons actuellement, deux plates-formes américaines dominent le marché en hébergeant la plupart des Mooc : Coursera et edX. Mais dernièrement, la France a décidé de se lancer sur le marché et de les rejoindre en mettant en place la première plate-forme française destinée à héberger les Mooc d’ici  janvier 2014. Après un premier Mooc francophone en marge des universités l’an dernier (j’ai nommé le Mooc Itypa), le paysage des Mooc français s’est en effet considérablement élargi.

Source

Avant de s’étendre davantage sur le sujet, il est important de rappeler qu’un Mooc n’est pas seulement un cours numérisé, c’est un cours un minimum scénarisé pour amener des “masses” d’apprenants aux apprentissages visés. Une durée limitée, une date de départ, des pré-requis et des objectifs d’apprentissage, le tout ponctué par quelques évaluations. GhitaBO, “sérial mooc-euse”, les a comparés dans un billet. Certains sont “automatiques” (un cours très directif, des vidéos, des lectures, un quizz, des exercices et éventuellement, mais pas obligatoirement, un petit tour sur les forums), d’autres sont connectivistes ( moins structurés, ils laissent beaucoup de liberté à l’apprenant et rendent indispensables les échanges entre pairs). Leurs points communs ? Les Mooc sont des formations proposées entièrement sur Internet, de façon gratuite à tout public souhaitant le suivre (et un public nombreux, si possible), quel que soit son âge, sa profession ou son niveau d’étude. Ils ne délivrent pas encore de diplôme, parfois donnent droit à un badge ou certificat, et en France, ils s’inscrivent encore peu dans le cadre d’une formation universitaire. En tous cas, ils émergent rapidement, proposant de plus en plus des contenus dans des domaines variés.

Voir aussi cette infographie.

L’université française, si elle n’a pas initié le mouvement des Mooc francophones, a finalement assez vite raccroché les wagons : le 2 octobre 2013, un an à peine après le lancement du premier Mooc français, la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Geneviève Fiorasso, lance comme premier chantier du développement du numérique à l’université, le chantier des Mooc universitaires français. Ainsi, sur la plate-forme FUN, 22 Mooc sont déjà proposés.

Mais pourquoi les universités françaises, dont le modèle est établi depuis des siècles, se lancent-elles dans cette innovation ? Par mesure d’économie ? Pour rester compétitives dans le marché (devenu mondial) des formations ? Est-ce vraiment un choix pertinent, ou un risque inconsidéré pour des universités à l’équilibre financier souvent fragile ? Le phénomène Mooc est trop récent pour avoir des chiffres sur l’impact réel de ces formations sur l’enseignement universitaire, mais on peut dégager quelques possibles.

Les Mooc, concurrence déloyale ?

Les Mooc sont-ils moins chers que les cours universitaires ? Bradent-ils l’accès à la formation ? Pour Thot-Cursus, Christine Vaufrey a évalué, à la louche, le coût de production d’un Mooc connectiviste.

Cours gratuits pour ceux qui les suivent, les Mooc ne sont pourtant pas gratuits à produire. Car un Mooc, ce n’est pas la transposition d’un cours classique sur le Web : il faut numériser un certain nombre de ressources, certes, enrichir le cours avec des vidéos, des diaporamas sonorisés, des exercices en ligne, etc. mais il faut surtout scénariser et animer la formation de façon à créer un environnement d’apprentissage efficace sur plusieurs semaines. Par ailleurs, si la population est aujourd’hui relativement bien équipée en ordinateurs, elle est peu habituée à s’en servir pour apprendre, pour interagir, pour produire des contenus et cela demande un accompagnement technique important. Enfin, l’apprentissage à distance exige, lui, une autonomie de l’apprenant que tous sont loin d’avoir acquise, ce qui explique en partie, les importants taux d’abandon dans les Mooc (pour une analyse des taux d’abandon des Mooc, lire – encore – Matthieu Cisel ). Proposer un accompagnement humain est donc essentiel. D’après Christine Vaufrey, co-créatrice et animatrice du Mooc Itypa, les Mooc sont deux à trois fois plus chers qu’un cours en ligne classique qui se contente de mettre à disposition des ressources (et on ne parle pas des cours magistraux dans les amphis de l’université). Ce qui coûte, c’est le temps-homme consacré à la conception, mais aussi à l’animation et à l’accompagnement des apprenants, et au suivi technique des enseignants et des étudiants. Se lancer dans les Mooc, pour l’université, ce n’est certainement pas faire des économies. Au contraire…

Les Mooc vont-ils vider les campus ?

Coûteux à produire, gratuits pour les apprenants… On voit tout de suite le problème, encore que dans le monde du Web, c’est une situation courante. Le modèle économique des Mooc n’est pas encore abouti, comme l’analyse Matthieu Cisel sur son blog. Certaines pistes se dessinent, comme celles envisagées par Coursera dans son contrat avec la Michigan University  : faire payer la certification, le “badge” que reçoit l’apprenant pour avoir  terminé le Mooc ;  faire appel au sponsoring  (ou plus clairement la publicité) ; vendre ses données sur les participants aux recruteurs ; offrir aux entreprises un service de vérification des connaissances ou compétences des employés, ou proposer des services de tutorat humain personnalisés. Seule la dernière de ces solutions de financement repose sur l’apprenant, et elle reste très certainement moins onéreuse qu’une année d’études dans une grande ville universitaire…

Car dans les études poursuivies sur un campus universitaire, qu’est-ce qui coûte cher ? Les frais de scolarité sont de 183€ pour un étudiant de licence, 254€ en master et 686€ en écoles d’ingénieurs publiques. Une paille au regard des frais liés au logement et au transport, qui forment la plus grosse part du budget étudiant, ainsi que le confirme la dernière étude de l’UNEF. Or ce sont précisément ces dépenses-là que l’on évite dans un Mooc…

Source

La gratuité des Mooc est donc bien tentante… Peut-on imaginer un avenir dans lequel les étudiants étudieront en ligne, délaissant des campus devenus vides et inutiles, transformés peut-être en fermes de serveurs (de Mooc) ?

“Que reste-t-il aux campus ?” C’est la question, provocatrice, que posait Jean-Pierre Berthé lors d’une table-ronde sur les Mooc organisée lors du Blend Web Mix à Lyon en octobre 2013. En effet, les cours magistraux se font aussi bien en ligne qu’en présentiel. Marcel Lebrun répond donc : ” Rien, il ne reste rien aux campus universitaires “. Aïe. Les universités locales qui offre une palette de formations limitée, ou les universités qui comptent de nombreux étudiants étrangers issus des pays en développement ont en effet du souci à se faire face à des formations variées et accessibles.  Marcel Lebrun entrevoit cependant une opportunité, qui consiste à “changer de posture, à devenir un accompagnant”, pour aider les apprenants à apprendre à apprendre, un pré-requis indispensable lors de la participation à un Mooc. Accompagner aussi pour permettre à chacun d’aller au bout de ces cours, qui connaissent un taux de réussite remarquablement bas.

Mais Alain Mille, autre participant de cette table-ronde, était bien moins pessimiste. Son argument s’entend : les campus ne sont pas uniquement des lieux d’apprentissage d’un savoir savant. Ce sont aussi des lieux de transition entre l’adolescence et le monde du travail, des lieux d’apprentissage de la vie d’adulte, des lieux de sociabilité qui ne peuvent être transférés sur un espace numérique. Par ailleurs, peu d’étudiants s’inscrivent sur les Mooc pour le moment (moins de 10% des mooceurs). Étudiant, c’est en effet une activité à plein temps dans laquelle on ne peut se disperser. Et surtout, les Mooc restent des petits morceaux de formation sans cohérence. Ils donnent parfois un certificat, mais ne délivrent pas encore de diplôme. Le campus, lui, donne un choix de formations construites autour de connaissances et de compétences cohérentes. Le jour cependant où les Mooc deviendront diplômants, rien n’empêchera les étudiants de faire leur diplôme à plein temps… et à distance !

En réalité, même si on raisonne ici en opposant Mooc et enseignement universitaire, l’opposition n’existe pas : si tous les Mooc ne sont pas universitaires, les universités construisent des Mooc, les plates-formes FUN et EdX en témoignent. Mais au prix de quels sacrifices ?

Les Mooc absorbent-ils les ressources de l’université ?

Nous l’avons vu plus haut, les Mooc demandent un investissement homme très important, notamment en enseignants. Les enseignants qui participent au Mooc, qui doivent donc le concevoir et surtout l’animer sont moins disponibles pour le reste de leur service. Christine Vaufrey évalue à plus de 200 heures le travail d’un enseignant sur un Mooc, alors qu’un enseignant-chercheur doit 192 heures d’enseignement à son université. D’autre part, certaines universités commencent à recruter des enseignants entièrement dédiés aux Mooc, accompagnés d’un community manager (chargé de la communication avec les apprenants) et d’une équipe technique. Enfin, les enseignants qui se lancent dans la création d’un Mooc sont aussi des enseignants précieux pour les universités, puisqu’ils sont ceux qui ont les compétences techniques et pédagogiques pour  ”repenser  l’élaboration  et  la  transmission  des  savoirs,  de  manière interactive,  en  mettant  les  étudiants  au  cœur  du  projet  pédagogique  de  l’enseignement supérieur”, objectif exprimé par la ministre Geneviève Fiorasso dans son discours du 2 octobre sur le numérique à l’université. On peut donc craindre que les Mooc absorbent les ressources de l’université.

Parmi ces ressources, les cours… et certains étudiants intéressés, brillants, autonomes qui, par leurs interactions avec les enseignants, vivifient le débat d’idées et la créativité au sein de l’université. Or on a vu que suivre un cours en ligne, surtout un cours “massif”, demandait une grande autonomie dans le travail en plus de ce qui est exigible d’un étudiant d’ordinaire. Les étudiants les plus à même de réussir un Mooc sont donc les étudiants les plus brillants de l’université. Et s’il ne restait plus à l’université que des étudiants médiocres ? Encore une fois, on retombe sur la pédagogie : pour garder ses avantages comparatifs en termes de réputation, de savoir-faire, d’efficacité dans la transmission de connaissances, l’université française devra associer son entrée dans le monde des Mooc à une entrée dans le monde de la pédagogie.

Les Mooc annoncent-ils la ruine de l’université française ? Au vu des frémissements de ces derniers mois, nous pourrions plutôt dire que les Mooc annoncent la renaissance de l’enseignement universitaire français, en l’obligeant à se lancer dans un mouvement innovant et porteur d’une réflexion pédagogique, qui implique des investissements et des recrutements de nouveaux profils. Les Mooc ne sonnent pas le glas de l’université, ils la défient et la renouvellent.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Billets étudiants, [S8] Eco du web : multitude. Bookmark the permalink.

36 Responses to Les Mooc, la ruine de l’université ?

  1. Pingback: [IDnum.] Ingénierie du Document NUMérique

  2. Liste des conditions de réussite d’un MOOC, à cette adresse http://astouric.icioula.org/

  3. Pingback: les moocs, la ruine de l’université ? | moocinprogress

  4. DIALLO says:

    Bravo pour ce superbe billet. Les Mooc sont les conséquences de l’appropriation des technologies de l’information et de la communication. Ils sont utilisés d’une part dans le but massifier les étudiants tout en diminuant les coûts et d’autres part de diversifier et d’enrichir les formations. En effet avec les Moocs, il est possible de former les apprenants sur plusieurs domaines de savoir et surtout lorsqu’il s’agit des Moocs connéctivistes.
    Pensez que les Mooc ruine l’université c’est de limiter le domaine d’application de ces derniers qui dépasse largement les universités. A parfaite illustration le mooc ITYPA est ouvert à tout le monde et il forme des apprenants sur differents domaines. Au Sénégal les Mooc ont permis de toucher des profils diversifiés notamment des professionnels qui sont dans la vie active et qui veulent allier la formation continue.
    Ce qui est frappant dans la population des participants, c’est la diversité des origines. représentés, des participants, des autodidactes aux docteurs, et tous types de professions (cf http://philippesilberzahn.com/2013/12/16/mooc-initiation-entrepreneuriat-premiers-enseignements/). C’est le cas de l’EBAD qui forment via son Mooc des etudiants qui sont dans dans d’autres pays d’Afrique notamment cote d’Ivoire, Mali Rwanda etc (cf http://www.ebad.ucad.sn/FADIS/connexion.asp).

  5. Caroline Jouneau-Sion says:

    Un article très intéressant qui nous avait échappé, celui de Alain Derycke “Pour une analyse critique des moocs à la lumière de la nouvelle économie” http://ateliermooceiah2013.files.wordpress.com/2013/05/derycke.pdf

  6. Marcel Lebrun says:

    Bonjour Caroline
    Bonjour Chloé

    Merci pour ce très intéressant billet. Le nombre de commentaires témoigne largement de son intérêt.
    En fait, ma position n’était pas si pessimiste !
    Dès lors que les “cours” (l’expérience étudiante actuelle et habituelle) sont ou deviennent externalisés, les MOOC nous invitent à repenser la présence et à recentrer notre action sur l’activité et l’interactivité des étudiant-e-s, sur la contextualisation des apprentissages, sur l’ouverture des dispositifs … Cependant, dans l’histoire des TIC, pas mal d’occasions ont été ratées : logiciels éducatifs, multimédias, l’Internet … malgré les discours fracassants. Si on remonte à une bonne vieille invention technologique, le livre, il faut bien reconnaître que nous avons eu du mal à actualiser son potentiel. La tradition orale (la “lecture”) a perduré bien souvent dans les grand-messes des amphis et les xMOOCs (amenés à évoluer bien évidemment) ne sont pour l’instant qu’une virtualisation de cette stratégie ex-cathedra. Alors, mon propos lors des Entretiens Jacques Cartier se voulait plutôt d’un scepticisme salutaire. J’ai d’ailleurs proposé pas mal de pistes qui sont plutôt de l’ordre de l’évolution ou de l’hybridation : notre x-c-MOOC eLearn2, les enseignements que j’organise avec des variantes des “classes inversées”. Serons-nous assez intelligents (comme le disait M. Serres dans “ma” conclusion ?

    • Caroline Jouneau-Sion says:

      Merci Marcel. Non, c’est vrai, tu n’es pas pessimiste, nous avons eu l’occasion de reprendre une dose de ton énergie positive lors du colloque Jacques Cartier. En revanche tu es provocateur et j’ai repris la réponse que tu faisais à JP Berthet : “Rien, il ne reste rien aux campus”. J’avoue, j’ai un peu exagéré en décontextualisant : tu as poursuivi en nuançant ce propos d’apparence définitif en montrant combien il dépendait fortement de la réaction – ou de l’absence de réaction – de l’université. Et il apparaît que l’université peut bouger, qu’elle bouge déjà…

  7. Christophe JAURAND, chroniques d'avenir says:

    Bonjour,
    Madame Jouneau-Sion, permettez moi de vous féliciter pour la qualité de votre article et vous en remercier. Je travaille entre autre actuellement sur les impacts possibles “d’une université à domicile” en matière d’impacts sanitaires et psycho-sociaux. c’est en effet une question de prospective essentielle que vous questionnez là. au plaisir de vous lire.

    • Caroline Jouneau-Sion says:

      Merci Christophe pour vos encouragements. En effet, l’éventualité (lointaine, à mon avis) de la fin des campus pourrait avoir des impacts non négligeables sur bien des aspects de la vie des étudiants et des enseignants ! Le campus est un lieu d’apprentissage social, un lieu de transition entre deux âges de la vie, une entrée progressive dans des relations de travail. Et je ne doute pas que la fin des campus ait un impact sur la santé ! Je suis donc impatiente de lire le résultat de vos travaux.

  8. Pingback: Un MOOC sur l’économie du web | On veut être bib

  9. Pertinax says:

    Un état des lieux intéressant d’une question dont j’ignorais tout. La conclusion positive prend étrangement le contre-pied d’une argumentation qui où sont bien relevées les contradictions de cette innovation. Elle arrive, on ne sait pas exactement ce qu’elle va changer : extension de la taylorisation à ce qui semblait hors d’atteinte, ou dispositif marginal pour la formation continue ou faisant office d’université populaire? … mais mieux vaut y prendre pied.

    Remarque ponctuelle: “Christine Vaufrey évalue à plus de 200 heures le travail d’un enseignant sur un Mooc, alors qu’un enseignant-chercheur doit 192 heures d’enseignement à son université.”
    Je ne comprends pas cette comparaison, qui suppose qu’un enseignant-chercheur ne prépare pas ses propres cours.

  10. René Lévy says:

    Merci pour cette note ainsi que pour les commentaires très intéressants et instructifs. S’agissant en définitive d’une forme d’enseignement à distance, je suis surpris de n’avoir trouvé ici aucune référence à la Open University britannique, université qui dispose d’un campus (à Milton Keynes) et d’un grand nombre d’enseignants-chercheurs (qui font aussi de l’excellente recherche) , mais dont les étudiants ne sont pas physiquement présents mais . L’apprentissage se fait en ligne ou au moyen d’autres supports et les étudiants disposent d’un tutorat à distance ou , périodiquement, en face à face dans des centres régionaux. Il me semble que cette institution préfigure ce que pourrait être une université reconnue fondée principalement sur des MOOC.
    http://www.open.ac.uk/

    • cvaufrey says:

      @René Lévy : l’Open University est très impliquée dans les Moocs, puisqu’elle a initié le projet de plateforme britannique de Moocs FutureLearn (https://www.futurelearn.com/) et a fédéré auprès d’elle des dizaines d’universités et établissements britanniques prestigieux. Son ancien président, Sir John Daniels, est en revanche assez critique sur les Moocs, qui ne disposent selon lui pas des éléments a pour garantir un enseignement de qualité. Mais les Moocs évoluent vite, les formats et dispositifs se diversifient, et l’on peut faire confiance à l’Open University pour explorer de nouvelles voies et imposer à moyen terme des standards de qualité élevés pour les Moocs.

    • Caroline Jouneau-Sion says:

      Merci René de ce complément à notre billet. En effet, l’Open University est un exemple de ce que pourrait être une université si l’usage des Mooc se généralisait. Mais ce modèle pose tout de même quelques questions : celle du campus comme espace de sociabilité et d’apprentissage social, par exemple. La question des apprentissages qui ne peuvent se faire à distance. La question des étudiants qui ont besoin de présence pour apprendre à distance. Il me semble que le campus (pour les étudiants) n’est pas mort, même si le modèle des moocs se développe. Hier, lors de la conférence Jacques Cartier sur les Mooc qui a eu lieu à l’ENS de Lyon, j’ai eu le sentiment que si les Mooc parvenaient à se développer, ils resteraient une corde à l’arc pédagogique des enseignants, un outil d’enseignement parmi les autres, intégré à des dispositifs en présentiel.

  11. Chloé.M says:

    Suite à de nombreux partages sur les réseaux sociaux et au phénomène de résonance qui s’en suit, le billet de blogue que nous avons écrit a suscité des commentaires tous plus pertinents les uns que les autres. Leur hétérogénéité a soulevé plusieurs points qu’il convient de développer.

    La première remarque que nous ferons concerne la pertinence de nos références. En effet, nous avons cité quelques billets de blogues, illustré nos propos par des infographies et quelques chiffres, cité des conférences, mais faute de recul sur ce phénomène nouveau, il y a peu d’articles étayés sur des données concrètes pour appuyer nos dires et éclaircir la question.

    Repartons du début, soit de la conception et du coût d’un Mooc. @Fbocquet replace les Mooc dans leur contexte de départ, à savoir un contexte américain. Il est important de noter les différences de pratique et de s’en servir pour compléter notre système. Cependant, nous avons fait le choix de nous concentrer sur les effets des Mooc en France.
    Nous avions annoncé quelques chiffres quantifiant le nombre d’heures nécessaires à la création d’un Mooc. Il s’agit bien sûr d’un nombre minimum, calculé “à la louche”, sur des mooc existants qui sont souvent des première expériences de production de Mooc, avec par conséquent une organisation particulière (volontariat, bénévolat, fonctionnement avec les moyens du bord…). Il est difficile de quantifier le temps de mobilisation d’un Mooc car l’enseignant n’est plus seul lorsqu’il conçoit un cours et il se retrouve alors encadré d’une équipe technique et de plusieurs personnes amenées à assurer son bon fonctionnement. L’enseignant restant tout de même la personne maître du contenu. De plus, chaque Mooc est constitué singulièrement, ils n’emploient pas les mêmes moyens techniques, les ressources diffèrent et ils ne sont pas proposés sur des plates-formes identiques.
    Les commentaires nous rappellent qu’il est important de se questionner sur l’objectif premier d’un Mooc. Est-ce un cours qui s’inscrit dans le cadre d’un cursus universitaire ou est-ce un cours permettant d’évaluer et de valider des compétences professionnelles ?
    Dans le premier cas, son insertion au sein d’une université, d’un parcours de formation est à prévoir et à réfléchir. Cependant, une chose est sûre, les Mooc doivent faire évoluer les universités qui doivent à leur tour, construire un nouvel écosystème. Pour Jean-Pierre Berthet, les universités « doivent devenir des espaces d’apprentissages au lieu d’être des espaces d’enseignement, il faut inventer des ‘Flipped Universities’ ». Mais ce n’est pas la seule modification, il convient de définir la qualité de la certification, est-ce un simple badge attestant notre réussite ou un papier conforme ayant une valeur administrative. Nous rappelons que ce sont des éléments à prendre en compte lors de définition du modèle économique d’un Mooc. Misanthropologue et Presque Partout supposent que ce qui incite les étudiants à continuer leur cursus sur les bancs de l’université, est la non-capacité (volonté ?) d’un Mooc à délivrer un diplôme. Nous pouvons alors nous questionner sur le public ciblé par les Mooc. Si les étudiants ne sont pas ceux qui suivent les Mooc, alors qui sont les apprenants ? Nous supposons que ce sont plutôt des apprenants en situation professionnelle qui souhaitent valider et développer des compétences. A. Mille renforce notre réponse en la justifiant par des chiffres : « Les statistiques montrent que ce sont les classes d’âge 20-40 et 40-50 qui sont de loin les plus représentées. Les étudiants (avec un statut d’étudiant) sont autour de 10%. » L’ouverture des Mooc se fait donc également à un public non universitaire et cela interfère sur leur conception et le modèle économique.

    Cela nous amène donc au second cas, où il est important de se questionner sur la relation qui existe entre un Mooc et le monde professionnel. Pierre-Edouard énonce l’hypothèse que cela permettrait de « renforcer le lien entre formation théorique universitaire et compétences professionnelles réelles ». En effet, si le modèle économique qui s’impose prend comme “public cible” les entreprises qui voudraient développer ou vérifier les compétences de leurs employés, ce rapprochement des universitaires et des professionnels devient inévitable.

    Nous avions parlé de la question des badges et des certificats et elle a été soulevée plusieurs fois dans les commentaires. De nombreux Mooc sont payants aux Etats-Unis et ce système arrive petit à petit au sein des Mooc francophones. Les Mooc sont gratuits, cette, mais arrivé au moment de certifier notre réussite, on nous demande de payer.

    La notion de « bons » et « mauvais » élèves a été, à juste titre, mal interprétée. Cela nous a permis de nuancer notre propos et de revenir sur la question des pré-requis. Que cela soit des étudiants ou des personnes souhaitant acquérir des compétences professionnelles, il est important de noter que motivation et autonomie sont deux points importants pour réussir un Mooc. François Bodard soulève une très bonne question, « Il faut être curieux, savoir s’organiser, être déjà suffisamment autonome … Du coup qu’en est-il des autres, ceux qui ont besoins d’être plus guidés, ceux qui (probablement plus en formation initiale) sont encore “scolaires” ? Comment ne pas les laisser au bord du chemin ? Les Mooc (connectivistes plus particulièrement) fonctionnent sur la relation et la collaborations des différents apprenants. Il n’est donc pas négligeable d’anticiper des situations où il y a peu de participations et de prévoir des solutions.

    Le développement des Mooc ces derniers mois est lié à l’aspect “marketing” : proposer un ou plusieurs Mooc est le signe d’une école (ou d’une université) moderne, c’est la possibilité de faire connaître son institution et d’y attirer des étudiants. C’est pourquoi, comme le souligne François Bocquet, une partie des Mooc américains est financée par le budget communication des universités. Mais c’est un outil à double tranchant : si le mooc n’est pas de bonne qualité, qu’il ne permet pas à un pourcentage important d’étudiants d’aller jusqu’au bout et de réussir ( ce qui signifie à la fois proposer des contenus de qualité mais aussi une scenarisation qui maintient la participation et permet d’augmenter les compétences et les connaissances des apprenants) alors c’est un mauvais signe pour l’institution, identifiée comme mauvaise pédagogue.

    Nous pouvons conclure sur le fait qu’il est pour le moment difficile de définir un modèle économique pour les Mooc. Il se définira a posteriori et nous pouvons profiter de cette période pour expérimenter. Pour A.Mille, « c’est à la société d’en décider ». Enfin, Fbocquet soulève des questions qui méritent notre attention : « Les universités prévoient-elles de s’allier a des startup nord américaines comme cela a déjà commencé avec EdX et Google ? A quel prix et pour quel gain ? Avec quelle analyse de risques ? ». Les Mooc sont une promesse : celle d’une éducation ouverte à tous, quel que soit le lieu où vit l’apprenant, quel que soit son âge, sa position sociale. Une promesse d’étudiants innombrables venus apprendre sans se déplacer. Une promesse de rentabilité, aussi. Mais une promesse, rien de plus.

    Caroline et Chloé,

  12. Pierre-Edouard (ENS Lyon) says:

    Merci pour cet article qui m’a permis d’en apprendre plus des réalités de ce phénomène Mooc.

    Concernant les services professionnels offerts par certains fournisseurs (vérification du cursus, etc.), cela devrait rapprocher les entreprises des programmes suivis par leurs futurs salariés. Et ainsi, peut-être renforcer le lien entre formation théorique universitaire et compétences professionnelles réelles? Car on peut parfois sentir une forme de décalage entre offre de formation et réalités du marché de l’emploi …

    • Caroline Jouneau-Sion says:

      Merci PE pour ton commentaire. Les services proposés par les plateformes de Mooc ne concernent pas le cursus mais les compétences des apprenants. Tu veux par exemple vérifier que tes employés possèdent un niveau C2 en serbo-croate écrit, tu vas leur demander de faire un mooc “apprentissage du serbo-croate” sur Coursera (il n’existe pas, j’ai vérifié, faisons comme si) en payant l’option “vérification des compétences”. Tes employés seront donc évalués finement au cours du Mooc sur les compétences travaillées. Si tu ne payes pas, ils font le Mooc et ne sont évalués que grossièrement ou pas du tout. Mais peux-être as-tu raison, peut-être les plateformes de Mooc seront-elles incitées à développer des cours sur des compétences directement utiles sur le marché du travail, de façon à trouver une clientèle payante. Mais ce ne sera pas une formation “universitaire” : le propre des formations “universitaires” c’est de transmettre des connaissances sur un domaine donné qui soient issues de la recherche universitaire. C’est ce qui les différencie des grandes écoles qui dispensent un savoir et un savoir-faire plus directement applicable. L’ENS qui nous accueille par exemple est censée préparer à la recherche, à l’enseignement universitaire et secondaire, des métiers qui nécessitent connaissances et compétences particulières. A l’université théoriquement on dispense un savoir plus savant (je sais, c’est plus compliqué que ça : en vrai il y a aussi des préparations aux concours et les universités préparent aussi au métier de médecin, d’avocat, de chercheur etc…).

      • Alain Mille says:

        Bonsoir,

        La réalité des MOOCs est très variable et il y a une offre croissante dans le domaine des cours “professionnalisants” et par exemple en Allemagne, les premiers Moocs (avec plusieurs milliers d’inscrits à chaque fois) sont sur des sujets “professionnels” ET profitant d’une expertise universitaire forte (Le directeur de SAP avec un Professeur)… Les statistiques montrent que ce sont les classes d’âge 20-40 et 40-50 qui sont de loin les plus représentées. Les étudiants (avec un statut d’étudiant) sont autour de 10%. L’ouverture de ces cours à des publics très différents de l’université provoque une prise de conscience différente du rôle de la diffusion de la connaissance savante à un très grand public, à un public professionnel. Intéressant de voir comment les choses vont évoluer avec cette prise de conscience croissante des concepteurs de Moocs.. A suivre !

        • Caroline Jouneau-Sion says:

          Merci Alain de ces précisions ! Tes chiffres sont très intéressants, pourrais-tu en fournir la source ? Merci d’avance !

  13. flo_lafouch says:

    Merci pour cet article
    Effectivement “bon” / “mauvais” élève ne veut rien dire. Je n’ai jamais été brillante, j’ai 2 enfants à plein temps à la maison et je suis 2 MOOC en même temps. Je dirais qu’il s’agit davantage de maturité, de motivation.
    Concernant le coût : vous omettez effectivement que les badges et autres certificats authentifiés sont payants (rien à voir avec la fac ou une VAE, certes).
    Enfin, je ne parviens pas à retrouver l’article mais Rémi Bachelet du MOOC Gestion de Projet a prouvé chiffres à l’appui que les inscriptions à Centrale Lille ont augmentée depuis la mise en place du MOOC.
    Certains évoquent le manque de tutorat : il est censé se mettre en place tout au long du MOOC par les multiples échanges et cela dépend de la qualité de l’animation (chronophage et coûteux!!) et du tempérament de chacun (oser poser des questions ou non). C’est une façon d’évaluer la qualité d’un MOOC…

    • Caroline Jouneau-Sion says:

      Merci Flo pour ce commentaire. Effectivement “bon” et “mauvais” sont des jugements à l’emporte pièce tellement dépendants du contexte… mea culpa. Je n’ai pas vu passer ce billet de Rémi Bachelet mais il m’intéresserait ! Quant aux badges et certificats, nous ne les avons pas oubliés. Ils font partie des éléments à prendre en compte pour penser un modèle économique du Mooc. S’il est fréquent aux Etats-Unis de faire payer les Mooc, en France je n’ai vu que des Mooc proposant des certificats non-payants. Mais j’ai peut-être loupé quelque chose…

  14. Pingback: Revue Presse : MOOCs… toujours (2)

  15. Alain Mille says:

    Bonsoir

    Merci pour la tentative de clarification de la question “MOOC”. Ce que je retiens, c’est qu’il y a une formidable appétence pour les connaissances accessibles en dehors des circuits standards de la formation universitaire, mais articulées par ces circuits à la société toute entière.
    Parmi les possibles sympathiques des MOOCs il y a cette promesse d’ouverture de l’université à des publics non étudiants. Quel en est le modèle économique ? C’est la société qui doit le décider : la connaissance comme “commun” à gérer ensemble ? la connaissance comme “produit” à valoriser ?
    En attendant, les Moocs se multiplient et leur observation est vraiment intéressante :-)
    Bravo pour le billet et ses commentateurs attentifs !

  16. Pingback: Nouvelles du REFAD

  17. Pingback: Les MOOCS rassemblent mais divisent aussi la communauté TICE | Sophie Spillone

  18. François Bodard says:

    Bonjour,
    Merci pour ce post très complet. J’ai lu avec attention les commentaires tous plus pertinents les un que les autres.
    J’ai cependant des doutes sur la généralisation des MOOC. En dehors du fait d’un effet de mode plusieurs points m’interpellent :
    . vous l’avez dit seuls certains apprenants sont à même de tirer profit d’un tel cours, il faut être curieux, savoir s’organiser, être déjà suffisamment autonome … Du coup qu’en est-il des autres, ceux qui ont besoins d’être plus guidés, ceux qui (probablement plus en formation initiale) sont encore “scolaires” ? comment ne pas les laisser au bord du chemin ?
    . dans la même veine qu’en est-il du tutorat qui permettrait d’humaniser (au sens d’introduction de pratiques de socialisation) les cours, de “guider” les apprenants. doit-il (peut il ?) être le fait des enseignants ou un tutorat par les pairs est-il possible (mais sur quel modèle économique ou social ?)
    . enfin le modèle économique des MOOC est encore loin d’être clair. Au vu des chiffres annoncés les investissements sont considérables.

    Ceci n’empêche pas, au contraire, de devoir expérimenter cette forme d’enseignement en Europe.

  19. fbocquet says:

    Merci pour ce billet.
    Pour mieux comprendre le phénomène MOOC nous devons comprendre le contexte dans lequel il est né aux US et qui est radicalement différent de notre contexte français :
    1- aux US les frais de scolarité sont compris entre 15 000 et 80 000 $ par an auxquels s’ajoutent entre 1000 et 2000 $ de textbooks (manuels universitaires). La “gratuite” des Mooc n’a donc pas le même sens.
    2- aux US ce ne sont pas des universités et encore moins des ministères qui produisent des Mooc, ce sont des entreprises ou plutôt des startups qui réalisent des tours de tables auprès d’investisseurs (de 40 a 100 millions de $) en leur promettant un modèle économique. Une bonne part du budget passe en communication ce qui nous permet d’en entende parler beaucoup plus que des initiatives européennes et françaises.
    3- les modèles de l’économie numériques reposent sur de l’audience et on voit ensuite comment on valorise celle ci. Plusieurs modèles de dessinent : vendre des livres ou textbooks (voir en France le site du zéro), assurer le marketing de l’université (rappelons qu’elles fonctionnent comme des entreprises aux US), repérer des compétences de futurs enseignants et leader d’opinion (brain drain), profiler les utilisateurs et vendre les profils aux recruteurs (modèle Linkedin ou Academia), etc…
    4- le principe des badges est dérivés des études américaines qui ne sont pas contraintes par des maquettes validées nationalement : les étudiants choisissent librement leurs modules en s’appuyant souvent sur l’évaluation des cours réalisées par les étudiants des années antérieures. On peut valider un bachelor de maths en ayant également suivi des modules de littérature ou de sociologie. Le choix est grand et l’étudiant paye donc …

    Je constate que le contexte décrit en seulement 4 points n’est en rien commun avec ce que nous vivons…

    Pourtant des méthodes et solutions issues des Mooc sont intéressantes pour complémenter notre système et sans doute pas pour le remplacer.

    Mais de nombreuses questions sont maintenant posées comme par exemple :
    Quels sont les MOOC financés par le budget communication de nos universités (c’est le cas partout aux US?
    Quels sont les MOOC mis en place par des startups avec nos universités ? Quels sont les contrats explicites passés avec ces entreprises en lien avec les services de valorisation ?
    Y a t’il une stratégie de Brain Drain et si oui laquelle et vers quelles cibles ? Le Sud francophones ?
    Les universités prévoient t’elles de s’allier a des startup nord américaines comme cela a déjà commencé avec EdX et Google ? A quel prix et pour quel gain ? Avec quelle analyse de risques ?
    Les moyens flèchés sur les MOOC ne sont il pas détournés de la mission première de la formation universitaire : réussite du plus grand nombre et insertion professionnelle de chacun ? Les chiffres montrent que peu d’étudiants participent aux MOOC ( moins de 10%).

    • Chloé.M says:

      Merci fbocquet pour votre commentaire qui est très enrichissant.
      En effet, il est important de bien différencier le modèle des Moocs américains et celui des Moocs français. Peut-être aurions-nous dû insister davantage, sur le fait que notre billet s’intéresse principalement au modèle des Moocs français.
      Je m’arrête particulièrement sur la question du budget et du partenariat avec certaines plates-formes nord américaines.
      Les moyens de rémunération après la mise en place du Mooc, se différencient d’un Mooc à l’autre. Pour certains (en France), ils proviennent essentiellement de la facturation d’un certificat authentifié ou de la mise à disposition de documents bonus (comme des eBooks, des vidéos, etc.). Mais ces options, étant non obligatoires pour l’apprenant, il n’y a pas toujours recours. Difficile donc d’assurer un budget avec ces seuls moyens de rémunération. Il faut alors envisager d’avoir des sponsors, des partenariats, de trouver des astuces pour réduire les coûts de productions et d’animation, ou pourquoi pas de proposer un Mooc entièrement réalisé par des bénévoles. Un Mooc piloté par une université se verra obtenir un budget plus facilement car il pourra être considéré comme un cours et il permettra donc d’obtenir une validation gratuitement (en étant étudiants dans l’université en question).
      La question de l’union des universités avec des plates-formes nord américaines comme Coursera ou edX est donc très importante lors de la réflexion du budget. En effet, je ne suis pas sûre que cela soit un gain d’argent et de temps de proposer un cours sur ces deux plates-formes. Peut-être que le seul gain est celui de la notoriété et du nombre de participants au Mooc. Mais comme vous dites, à quel prix ? La plate-forme Coursera est notamment très exigeante vis à vis du contenu qui est proposé et il faut faire partie d’une université de prestige pour ne pas voir son cours refusé. De plus, ces plates-formes, une fois le cours accepté, deviennent propriétaires du contenu. Il faut donc peut-être mieux avoir recours à des plates-formes plus petites (et française), des start-up, des solutions Open Source spécialisée, comme l’explique très bien Matthieu Cisel dans cet article.
      http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/2013/05/01/mooc-comment-choisir-sa-plate-forme/

    • Caroline Jouneau-Sion says:

      Merci François pour ce long commentaire magnifiquement argumenté. Je suis d’accord pour utiliser l’exemple américain pour réfléchir aux Mooc dans le contexte français que nous visions. J’ai cru comprendre que les Mooc américains étaient de deux ordres : les uns d’origine privée comme tu le décris, les autres d’origine universitaire (EdX n’est-elle pas une plateforme de Mooc fédérant les cours du MIT et de Harvard ?). Ceci dit comme tu le rappelles, la différence entre une entreprise privée et les universités est, sur le plan du fonctionnement économique, assez ténue. Sur le plan des cours, c’est tout de même quelque chose, le prestige de Harvard et du MIT, non ? Enfin je suis totalement d’accord avec toi (et avec Christine) : un mooc ne fait pas le diplômé, il manque une autorité universitaire (ou équivalent ?) pour organiser un parcours qui apporte des connaissances et des compétences cohérentes pour former des apprenants de manière adaptée aux métiers pour lesquels ils se destinent.
      Quant aux questions que tu soulèves, nous en avons évoqué quelques unes il me semble. Celle des étudiants des pays en développement, qui dépensent une fortune pour venir étudier en France. Celle sur la réussite des étudiants : en effet, l’université doit se préoccuper du taux de réussite, quels que soient les participants. Sauf si, comme tu sembles le suggérer et comme je le crains, ces Mooc universitaires ne sont qu’un outil de marketing… Pour ce qui concerne les partenariats avec des entreprises, il me semble qu’avant de crier au loup il faut regarder ce qui se passe chez nous et, si partenariat il y a, le citer, l’analyser. Pour le moment je n’en ai pas vu mais je t’avoue qu’en ces temps de vacances bien méritées, je ne suis pas allée fouiller sur FUN.
      En tous cas merci !

  20. Chloé.M says:

    Merci Jean-Pierre Berthet pour votre commentaire.
    Veuillez nous excuser pour l’erreur d’écriture de votre nom, nous allons rectifier cela rapidement.
    Je pense également que l’université doit s’adapter et proposer maintenant des formations plus centrées sur le travail entre apprenants, soit le travail collectif. Cela suppose en effet, de réfléchir à la question des espaces d’enseignement.

    Merci également à Christine Vaufrey pour votre retour très intéressant. Nous avons tendance à quantifier le nombre d’heures sur un Mooc en pensant que la seule personne qui en est responsable, est l’enseignant. Mais comme nous l’indiquions et comme vous le confirmez, la plupart des Moocs commencent à être accompagnés d’une équipe technique, de personnes chargées de la communication, d’animateurs, et forcément, cela multiplie le nombre d’heures de travail … et donc le coût de production. Cela suppose de revoir la façon dont les Moocs sont mis en place et préparés car cela fait de nombreuses heures de préparation et d’animation parfois effectuées en dehors du temps de travail ou bénévolement. Je suis entièrement d’accord avec vous sur le fait qu’il faut bien faire la différence et comprendre que valider un Mooc permet de valider un cours (ou des compétences) et non un cursus. Et pour le moment, cela reste difficile de valider une formation entièrement avec des Moocs. Comme vous le précisez, il faudrait en suivre entre 10 et 12. Ce qui bien sûr n’est pas encore envisageable et qui reviendrait bien plus cher qu’une inscription à l’université, mais surement bien moins cher qu’une année de vie étudiante. Et puis je ne suis pas sûre qu’à l’heure actuelle, il y ait suffisamment de Moocs qui délivrent une validation de cours pour en faire une année de formation. Je vous remercie également pour la référence.

  21. Il faut construire un nouvel écosystème pour les universités: l’usage des MOOCs doit faire évoluer les universités, qui doivent devenir des espaces d’apprentissages au lieu d’être des espaces d’enseignement. Il faut proposer des lieux adaptés au travail collectif, à la créativité, à la production apprenante.
    Après les “Flipped Classrooms” il faut inventer les “Flipped Universities”

    Pour info mon nom est Jean-Pierre Berthet et non Jean-Pierre Berthé comme indiqué dans votre billet ;-)
    Encore merci pour votre article.
    @jpberthet

  22. Le billet est si long qu’il est impossible de le commenter dans son ensemble. Je m’attache donc à un point : les coûts des Moocs.
    200 heures de production est un minimum. Et c’est sans compter les heures d’animation. Rémi Bachelet, pour son Mooc gestion de projet, par le plutôt de 1000 heures.
    Mais évidemment, tout cela n’est pas assuré par une seule personne ! Il y a tant de tâches à assurer en parallèle que ce serait de toutes façons impossible. Il faut donc oublier complètement le modèle du prof seul artisan de son cours, c’est toute une équipe qui est derrière. C’était déjà le cas en FAD jusqu’ici… La grande différence, c’est que dans les Moocs ce sont les profs qui sont maîtres des contenus, pas les scénaristes pédagogiques. Pour le moment ! Car je parie 10kgs de prunes que ça va rapidement changer dans les unis qui vont systématiser la production de Moocs.
    Le coût du Mooc vs coût des études : attention, un Mooc c’est comme un cours, par un parcours complet de formation. Si on veut le diplôme, on paie. Si on veut des crédits, on paie encore plus cher (voir la plus récente conférence de T. Karsenti à ce sujet, très intéressant), aux alentours de 220 $ dans une université canadienne par exemple.
    Dans un cursus classique de formation, il y a une douzaine de cours par an, non ? Donc, ça ferait (s’il y avait des cursus classiques entièrement sous forme de Moocs, ce qui est en préparation mais pas encore effectif) aux alentours de 2500 $. Le coût de l’inscription à l’université n’est donc pas la valeur de référence, en tout cas pas en France. C’est bien le coût de la vie d’un étudiant qu’il faut prendre comme étalon, et comparer au coût d’un parcours certifié à distance…

  23. Caroline Jouneau-Sion says:

    Merci ActionFLE pour ton commentaire. En effet le calcul et la comparaison mériteraient d’être affinés. Néanmoins les moocs sont chronophages, et les 200 heures évaluées par Christine Vaufrey représentent un temps très important dans la vie professionnelle d’un enseignant-chercheur, et mobilise des équipes de manière intense durant la durèe du cours au détriment des autres activités de ces personnels qui n’ont pas diminué par ailleurs, pour le moment.
    Je remercie aussi Misanthropologue et Presque Partout. J’aime bien l’idée de ces learning center. Ils m’evoquent aussi ce besoin qu’ont rencontré les animateurs du Mooc Itypa d’organiser un accompagnement en présentiel pour leur version 2. Parce que vous évoquez des indispensables pratiques (même si se développent en ce moment des outils numériques aui permettent de simuler une opération chirurgicale, je n’aimerais pas être opérée par quelqu’un qui ne se serait pas entraîné à la faculté…) mais qu’il y a aussi la question essentielles des pré-requis sur la capacité à apprendre en autonomie et à maîtriser les outils numériques d’apprentissage. Elèves “bons” et “médiocre” (je regrette le terme, a posteriori. Il porte un jugement de valeur qui n’a pas lieu d’être) est à prendre plutôt comme “élève autonome” et “élève qui l’est moins” et a besoin d’être étroitement guidé et soutenu. En ce qui concerne la fréquentation de l’université, je suis assez étonnée du récit non pas des distractions et somnolences, mais des bancs vides. Aurait-on des chiffres quelques part sur la fréquentation effective des universités ?

  24. Misanthropologue says:

    Bonjour,

    Je vous remercie pour ce billet fort intéressant ! Je suis à fond pour les MOOC et j’y vois là comme vous le dites l’avenir de l’enseignement à repenser bien sûr avec une pédagogie adaptée.

    Je vais émettre quelques idées ici, idées qui viennent aussi de mon ami mathématicien Presque Partout. Cela nous évitera de balancer 2 commentaires mais du coup celui-ci risque d’être assez long. Mais pourquoi pas :^) De mon côté, je termine ma thèse en anthropologie et me suis inscrite à un MOOC pour faire des MOOC. Et même si cela peut paraître pompeux à dire, je suis aussi architecte. Je ne dis pas cela pour faire genre de mais plutôt pour vous éclairer sur la réflexion qui va suivre.

    Je pense que les MOOC vont évidemment changer la face des universités. Je ne suis pas bien sûr que Mme Fioraso en ait conscience mais si c’est le cas, tant mieux. Pour le moment, les MOOC ne sont pas diplômant et c’est la seule raison actuelle à pouvoir inciter les étudiants à continuer de côtoyer les universités.

    Lorsque je suis revenue sur les bancs de la fac, 10 ans après les avoir quitté, j’ai été incroyablement surprise de voir comme tout avait terriblement vieilli. En 10 ans, je pensais que les choses avaient évolué en matière de cours mais en fait, très peu… Le peu d’élèves qui remplissaient l’amphi dormaient ou encore s’occupaient de leur téléphone portable. Seule une minorité prenait des notes sur le cours. Je ne dis pas que les élèves sont en tort et l’université non plus. Ce que je constate surtout, c’est qu’ils n’arrivent plus à se rencontrer pleinement. Il y a quelque chose qui est en déséquilibre et peut-être bien que les MOOC pourront y remédier. Je ne dis pas non plus que le MOOC est la solution à tous les problèmes et comme vous le dites, il faudra encore attendre pour en voir les retombées. Mais j’ai bon espoir de voir les outils numériques investir l’enseignement comme il se doit.

    Je ne sais plus qui dit que les universités sont des lieux de sociabilité, de transition entre l’adolescence et la vie d’adulte… Heeeeu… Nous n’avons pas du arpenter les mêmes universités et Presque Partout de rajouter qu’il y trouvait toujours un environnement beaucoup trop scolaire à son goût. Actuellement, lorsque je vais à la fac, je vous avoue que je la trouve bien souvent désertique. Mais peut-être que je n’arpent pas ses couloirs les bons jours… Allez savoir ! Par contre, les bibliothèques sont pleines ! Dernièrement sur arte, j’ai vu passé un documentaire sur le learning center construit en Suisse. Je pense que l’avenir des universités est là. C’est peut-être très prétentieux de l’affirmer de la sorte mais j’en reste convaincue malgré tout. Avec les MOOC, il ne sera plus vraiment question d’aller à la fac pour des cours en amphi car ainsi dit, ils pourront être suivis en ligne. Par contre, il serait effectivement très intéressant de pouvoir prévoir des permanences pédagogiques de la part de l’enseignant (1 fois par semaine) pour proposer aux étudiants de se rencontrer et faire le point sur ce qui n’a pas été compris sur le MOOC étudié. Il serait aussi intéressant de pouvoir créer des groupes de travail ou des séminaires. C’est une pratique courante chez les mathématiciens qui est très stimulante et émulatrice. Il faut aussi bien sûr que la fac propose des équipements adaptés pour réaliser de bons travaux pratiques.

    Car les MOOC peuvent certes enseigner des choses mais il y en a d’autres qui demandent de la pratique. C’est là que les universités (ou learning center) ont leur rôle à jouer, un rôle d’accueil pour recevoir des étudiants sur place. Prenons l’exemple de cette jeune étudiante croisée dernièrement qui venait pour s’inscrire en océanographie. Les cours théoriques peuvent très bien se passer en ligne, diffusés partout dans le monde. Mais les universités peuvent ensuite s’organiser pour recevoir les étudiants pour les travaux pratiques. Du coup, il peut y avoir des structures plus réduites, des meilleures conditions d’accueil, en évitant de tout dispatcher à droite à gauche… Mise en place d’un planning plus condensé puisque ne visant que la pratique et pourquoi comme un stage longue durée de recherche ou professionnel, etc.

    Je ne suis pas vraiment d’accord concernant les bons et les mauvais élèves. Et on pourrait être bien surpris. Des gens en situation d’échec dans un système scolaire ou universitaire classique (pour ne pas dire ennuyeux au point qu’on est envie de le fuir) pourraient très bien se révéler dans un tout autre contexte. :^)

    En tout cas, encore merci pour cet article qui était au top ! ^^

    Misanthropologue et Presque Partout

    PS : désolée pour les fautes s’il y en a !

  25. Un article bien documenté… A partager massivement ;-)

  26. ActionsFLE says:

    Bonjour,
    Merci pour cet article très intéressant qui essaie de répondre à cette question hautement polémique de manière réfléchie et objective !
    Juste une précision : les 192h que doit un enseignant ne comprennent pas la préparation du cours. Ainsi, @morgan_it explique : “1h TD = 1h effective + 3h de préparation, d’où 192×4=768h, i.e. mi-temps annuel d’un enseignant-chercheur”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">