L’Open Data a-t-il seulement un impact économique ?

Billet rédigé par Thibault Mahé (ENS Lyon), ENNASSIRI Karim (ENS Lyon)

Après plusieurs mois d’attentes, d’annonces, de projets repoussés, et presque 3 ans après l‘ouverture des données à Rennes, le Grand Lyon a enfin ouvert sa propre plateforme d’open data, “Smart Data”. Les jeux de données y sont accessibles par thèmes : transport, citoyenneté, environnement, etc. “Accessible” est cependant un bien grand mot : trois statuts sont en fait proposés, dont deux ne sont pas de l’open data, puisqu’il faut s’authentifier, ou même payer des redevances. Cette démarche de demi-ouverture pose beaucoup de questions. Certes, faire payer une donnée montre qu’elle a de la valeur, et est un signal fort envoyé aux entreprises et institutions. Mais la libération dans des formats ouverts et des licences assurant la réutilisation gratuite n’est-elle pas en soit un levier pour “soutenir le dynamisme économique”, comme le vend lui-même Etalab ? En allant à l’encontre des discours gouvernementaux et même militants sur la gratuité de l’ouverture des données, le Grand Lyon se tire peut-être une balle dans le pied, mais montre surtout que l’on ignore encore où se situe le marché de l’open data en France.

La gratuité, condition de la croissance ?

En France comme à l’étranger, il est encore difficile d’identifier les réussites économiques liées à l’open data. En 2006, la Commission européenne a commandité une étude intitulée “Measuring European Public Sector Information Resources” (MEPSIR) qui évaluait l’état du marché des données à partir d’estimations d’un échantillon d’acteurs du marché. Le chiffre avancé est de 40 milliards d’euros de bénéfices par an. Mais ses auteurs précisent cependant les faiblesses des méthodes utilisées, et les nuances à apporter. Pour autant, il semblerait qu’il existe effectivement un marché des données publiques faisant l’objet d’une offre et d’une demande. Et toute la question reste de connaître les leviers de ce marché.

Les partisans d’une mise à disposition payante des données avancent que pour développer un modèle économique viable, il faut que les données respectent trois critères : la fraîcheur, la qualité et l’exhaustivité. Ce qui a un coût non négligeable. D’où le débat actuel – aussi vieux que l’open data en France – sur la gratuité des réutilisations. Pourtant, certes l’ouverture des données coûte cher, mais les citoyens ont déjà payé pour leur production : les données sont collectées et produites grâce aux impôts. Par ailleurs, investir dans l’open data n’est pas inabordable pour les collectivités qui investissent déjà dans l’entrepreneuriat, les services d’utilité publique, l’attractivité du territoire… autant d’objectifs auxquels contribue l’ouverture des données. L’association Libertic rappelle d’ailleurs que Rennes Métropole n’a eu à investir que 20 000 euros de sa propre poche.

A l’inverse, de nombreux retours d’expérience montrent que la gratuité génère des bénéfices. Un exemple parmi d’autres : l’autorité responsable des noms de rues et des adresses au Danemark avance des bénéfices de 76 millions d’euros entre 2005 et 2010, la création de 48 entreprises et 90 emplois, grâce à un accord de gratuité passé en 2002 qui n’aura coûté sur la même période que 2,2 millions d’euros. La question de l’impact économique de l’open data porte donc peut-être moins sur le fait de savoir qui doit assumer les coûts de production que sur la capacité des réutilisateurs à générer des recettes.

Mais quels acteurs génèrent des recettes de l’Open Data ?

Le chiffre alléchant avancé par le MEPSIR est une estimation qui rend sans doute les acteurs de l’ouverture des données très optimistes, mais il ne répond pas à la difficulté de quantifier véritablement son impact économique, et surtout les retours sur investissement (ROI). Les diverses ouvertures de données qui ont pu “fleurir” en France, notamment à Rennes, Nantes ou Bordeaux, ont quasiment toutes montré que le moteur de l’open data – le regain de croissance espéré – ne porte pas ses fruits, et que les résultats ne sont pas aux rendez-vous. Cela s’explique sans doute par les caractéristiques assez nouvelles de la structure du “marché” de l’open data. Celles-ci se résument en deux idées majeures que décrit clairement le schéma du processus de l’ouverture des données que propose le rapport de Marc de Vries et Geoff Sawyer pour l’Agence spatiale européenne.


Le processus de l’ouverture des données selon Marc de Vries et Geoff Sawyer, pour l’European Space Agency

Les deux idées essentielles, comme on le voit ici, sont concomitantes. D’une part l’ouverture des données est un processus lent dont les deux premières étapes (ensemencement et développement) rapportent quasiment autant de gains économiques qu’ils n’en coûtent. D’autre part les gains les plus rapidement visibles, et constamment croissants, ne sont pas des gains économiques, mais plutôt des externalités positives. Ce qui laisse à penser qu’une bonne partie des bénéfices de l’open data se situe hors-marché.

Le problème, qui n’en est heureusement pas vraiment un, est que l’open data est un écosystème naissant qui a notamment qui a connu ses premiers succès, notamment avec l’évolution du marché de mobile. Plusieurs objectifs étaient et sont encore en jeux : encourager le développement des applications mobiles innovantes, faire profiter les citoyens de nouveaux services, créer des opportunités d’emplois, mais également garantir la transparence des organisations qui mettent ces données à disposition. Or, la rentabilité directe de ces applications reste à démontrer. Simon Chignard analyse le marché des applications mobiles à l’aune du modèle de l’économie de “hits ». Le succès de quelques applications cache le fait que la plupart des développeurs ont du mal à rentabiliser leur travail. Beaucoup d’applications ne sont en réalité que des faire-valoirs pour les développeurs qui eux aussi attendent, en se rongeant les ongles, le boom économique de l’open data.

Mais le marché ne se réduit pas à la vente d’application ou à la vente d’espaces publicitaires sur des applications. Nous ne sommes sans doute pas encore à cette phase de récolte que décrivent Marc de Vries et Geoff Sawyer dans leur rapport. Il est déjà possible de démontrer les bénéfices de l’open data pour la société et les citoyens, comme le fait par exemple Hubert Guillaud de la Fing.

Par ailleurs, comme le précise Olivier Devilliers, rédacteur du blog TIC pour l’association des maires de grandes villes de France, il est nécessaire pour le moment de ne pas s’en tenir aux chiffres – ou du moins à l’absence de chiffres sur la rentabilité de l’Open Data. Car l’absence d’évaluation de l’impact économique de la démarche tient peut-être moins au ROI réel de l’ouverture qu’à l’absence d’outils pertinents pour mesurer ces impacts. Il existe déjà des bénéfices économiques, mais ceux-ci sont indirects. Mettre en ligne les données d’affluence dans le métro n’est pas directement rentable. Pourtant, il permet à certains acteurs comme la presse gratuite par exemple d’optimiser son activité, de réduire ses coûts inutiles, en positionnant et quantifiant le nombre de journaux dont doit disposer chaque station. Aux Etats-Unis, l’ouverture des données sur des activités bancaires, qui date de 1975, croisée avec des données démographiques publiques (grâce à l’open data) facilite l’analyse des marchés pour le secteur bancaire et permet également aux ONG et aux collectivités de mieux gérer leurs politiques de subvention. Ces gains indirects sont néanmoins tangibles pour les entreprises, mais également pour les institutions. Ce dernier exemple fait d’ailleurs dire à Kent Hudson, consultant économique, qu’à terme la libération des données pourrait très bien remplacer ou diminuer les politiques d’incitation fiscales et de subvention. L’idée est sans doute contestable, et illustre cette peur très américaine du “big state”, mais elle révèle également que s’il est difficile d’évaluer l’impact économique de l’ouverture des données pour l’Etat et les collectivités, principaux producteurs de données, il existe toutefois des retombées économiques indirectes. Les collectivités peuvent d’ailleurs également bénéficier en interne des données qu’elles produisent en optimisant par exemple leurs services.

La question des responsables des coûts de production de l’open data fait débat actuellement, comme l’illustre le choix du Grand Lyon de faire payer certains de ses jeux de données. Pourtant la question nous paraît secondaire. Si l’on suit l’étude de Marc de Vries et Geoff Sawyer, les coûts de l’ouverture des données finissent par décroître, alors que les bénéfices économiques et non-économiques ne font qu’augmenter. La véritable difficulté semble plutôt se situer aujourd’hui dans l’évaluation de l’impact économique de l’open data. Non seulement les principaux gains économiques sont encore à espérer, mais les retombées actuelles sont peu visibles, difficiles à chiffrer, mais pourtant tangibles pour les entreprises et institutions. Cet écart entre la promesse et le manque de résultats visibles et quantifiables de l’ouverture des données est malheureusement un obstacle pour le mouvement. Le fossé se fait de plus en plus grand entre les optimistes qui voient dans la donnée le nouveau pétrole, et les réalistes qui constatent qu’encore peu d’acteurs économiques parviennent à tirer partie de l’exploitation des données. C’est sans doute tout l’enjeu actuel de l’Open Data de rapprocher ces deux extrêmes et de les lier dans une désormais nécessaire “culture de la donnée”.

Pour approfondir


Vous aimerez aussi...

16 réponses

  1. DIALLO dit :

    Bravo pour ce billet qui revient sur les problématiques de l’open data. Je pense que les données gratuite ou open data mérite une attention particulière. D’abord il faut se demander peut on parler d’open data? Certains disent c’est lorsque les travaux de recueil et de traitement de ces donnés sont financés par la puissance publique par le biais des agences statistiques nationales le cas de l’INSEE (http://www.insee.fr/fr/) pour la France qui recueille et traite les données notamment sociologiques de ce pays. Dans la dynamiques des données lorsqu’elle leur production sont financées par des institutions telles que l’OMS ou la FAO c’est l’exemple des bases de données médicales et environnementales HINARI(http://www.who.int/hinari/fr/) et AGORA dont l’accès est gratuite que pour certains pays. Il faut souligner que l’ouverture des données obeillit à des critères: leur origine financière et de leurs types et des critères juridiques. S’ils sont des données personnelles leurs accès est trop restreinte. Mais aussi les des règles juridiques s’imposent avant que certaines données soient en accès libre notamment un délais fixé, voir sur ce lien (http://www.economie.gouv.fr/cedef/conservation-des-papiers-personnels-et-professionnels)

  2. Pierre-Edouard (ENS Lyon) dit :

    Bonsoir

    Relativement novice en la matière, j’ai apprécié la présentation, bien suivie et basée sur des exemples concrets, autour des questionnements sur la manière d’ouvrir des données, les enjeux sociaux logiques et les gains économiques potentiels de cette démarche.

    Dans le cas du Danemark, l’ouverture des adresses semble être une bonne initiative. Les organismes publics peuvent harmoniser leurs services, le secteur privé dispose d’une base fiable pour toucher une plus large palette d’usagers … mais qu’en est-il des propriétaires des données, peuvent-ils choisir de ne pas partager leur adresse?

    Cette ouverture massive des données est pour moi une évidence, afin justement de leur rendre de la valeur en terme d’utilité. Mais peut-on espérer leur faire perdre toute valeur (si tout le monde peut les avoir, Facebook & Co. perdent leur avantage stratégique … ), et ainsi revaloriser les services réutilisateurs?

    Un très bon billet en tous les cas.

    • Karim ENNASSIRI dit :

      Bonjour,

      Premièrement Merci pour l’intérêt que tu as porté à notre article,

      Pour répondre au premier point que tu as évoqué, la libération des données d’adresses passe seulement par la « Danish Enterprise and Construction Authority » (DECA), et pas par les propriétaires des données (si tu fais référence ici aux citoyens et entreprises qui occupent ces adresses), donc la questions du refus ne se pose pas vraiment, par contre des entreprises danoises sont encore enregistrées à une adresse non-officielle et il faut un délai très important pour que les utilisateurs de fichiers adresses disposent des nouvelles adresses. Ce qui rend les données moins exploitables

      je pense que ces données vont perdre de la valeur dans le cas ou elles seraient mal exploitées. Les données sont dès le départ ouvertes donc tout le monde peut les avoir, ce qu’on peut craindre c’est de ne pas arriver à créer des services de bonne qualité et de ne satisfaire pas le besoin des citoyens.

      • tibomahe dit :

        Il faut aussi bien distinguer les différents types de données. Les adresses et noms de voies sont des données publiques, leur valeur dépend surtout du croisement que l’on peut faire avec d’autres données : par exemple des sites d’e-commerces qui veulent rationaliser leurs livraisons, ou encore requalifier leur fichier client par zones géographiques… Les données récoltées par Facebook ne sont pas des données publiques, elles ne s’inscrivent pas dans l’open data. Elles n’appartiennent qu’à Facebook, d’où justement leur valeur stratégique. Encore une fois, le principal obstacle de l’open data est justement la difficulté pour chacun de définir clairement la notion de data.

  3. Anamaria C dit :

    Bonjour,

    merci pour ce billet très enrichissant qui met en avant les idées de gratuité, comme génératrice des bénéfices, le nouveauté du marché de l’«open data», son succès grâce au marché du mobile et la difficulté d’évaluer l’impact économique de l’open data. J’ai bien aimé votre conclusion aussi sur cette «culture de la donnée». Je comprends aussi qu’on ne peut pas tout englober dans un billet – alors je continuerai votre réflexion avec la question: Qu’est’ce que vous en pensez des limites des open data? Jusqu’à où on peut parler des données ouvertes? N’oublions pas qu’il y a plusieurs questions qui s’élèvent surtout quand il s’agit de l’ouverture des données personnelles. Moi, pour l’instant je ne peut pas imaginer le partage de toutes les données, parce qu’il y a toujours quelqu’un qui voudra en profiter – avoir le pouvoir…… Pour ceux qui sont à Paris, il y aura bientôt un évenement concernant la protection des données personnelles:
    http://corist-shs.cnrs.fr/opendata_cersa

    • tibomahe dit :

      Bonjour Anamaria,

      et merci d’aborder ces points dont nous n’avons effectivement pas eu l’occasion de parler Tu abordes plusieurs sujets et je vais essayer d’apporter des éléments sur chacun.

      Tu évoques notamment la crainte de voir ouvrir toutes les données, et en particulier des données personnelles. C’est une crainte partagée par beaucoup de monde c’est vrai, et cela montre surtout que l’appréhension des citoyens est moins dans la définition du terme « open » que dans celle de « data ». La loi CADA de 1978, qui aborde la question de l’accès à l’information publique dans laquelle est comprise la définition des données publiques, prévoit plusieurs exceptions et notamment les données liées à la vie privée et les données nominatives. Donc par définition, les données personnelles sont exclues de l’open data.

      Cependant, partager ses données personnelles n’est pas forcément une mauvaise chose, si nous avons du contrôle dessus. Plusieurs commentateurs évoquent ainsi l’ouverture des données personnelles comme la prochaine révolution (voir par exemple ici : http://adage.com/article/digitalnext/personal-data-oil/230932/), alors que se développe également la notion de « smart disclosure », c’est-à-dire la transmission volontaire de données personnelles à un tiers. Ce mouvement, qui vient des Etats-Unis (voir notamment les projets Blue Button et Green Button, ou encore la plateforme « consumer » ouverte par la Maison Blanche), arrive lentement en France (voir par exemple le Credit Agricole Store : https://www.creditagricolestore.fr/) et met en avant ce bénéfice de partager les données personnelles.

      Mais encore faut-il garder le contrôle sur ces données. Il ne faut pas oublier, alors qu’émergent les nouvelles modes liées à l’Internet des Objets et du quantified self, que les objets connectés récupèrent des données personnelles qui transitent via un servir et sont donc récupérées à notre insu. On ne parle pas d’ouverture des données personnelles là, mais d’utilisation par des entreprises de données qui nous concernent, et c’est sans doute un risque plus dangereux encore… Mais ce n’est pas de l’open data.

      Enfin sur les limites du mouvement en général, je te renvoie également aux différents scénarios dressés par Hubert Guillaud (http://www.internetactu.net/2010/11/09/louverture-des-donnees-publiques-et-apres/) tant cet article est vraiment une référence. Il y montre les différentes limites de l’open data, dont on ne mesure sans doute pas encore les conséquences. Comme nous le précisions effectivement en conclusion, une des limites est également l’absence de culture de la donnée, ou de communication grand public sur l’open data. Enfin, pour conclure et peut-être ouvrir le débat, certaines des exceptions à l’ouverture des données précisées dans la loi CADA posent des questions : notamment l’exception pour les EPIC (la RATP n’est pas exemple pas obligée d’ouvrir ses données, quand bien même les données de transport sont les plus attendues et les plus utilisées) et pour les données culturelles (sous prétexte de protection des droits d’auteurs…). Ces exceptions sans doute trop restrictives sont peut-être une des limites de l’open data, du moins en France.

  4. Luc Rocher dit :

    Est-il pertinent de discuter la dimension économique des données publiques des collectivités et de l’État ? Ces données permettent au citoyen de contrôler le déroulement des instances qui le représentent, et à ce titre devraient être entièrement gratuites.

    Hélas, cette partie-là est bien souvent absente de ces données. on trouvera rarement les frais de fonctionnement ou de déplacement des représentants politiques français, de même pour l’utilisation fine du budget de l’État. La difficulté éprouvée par Hervé Lebreton à récupérer la liste d’une partie des fonds allouées à l’aide de la Réserve Parlementaire l’atteste.

    • tibomahe dit :

      Bonjour Luc,

      ce qui est commenté ici ce n’est pas la dimension économique des données publiques des collectivités et de l’État mais la dimension économique de leur réutilisation. Cela fait une différence. Libérer ses données, avec toutes les démarches et les étapes qui se cachent derrière le concept, demande du temps et des coûts, et appelle donc des raisons. Ces raisons, qui sont autant d’enjeux pour l’open data, sont multiples et diverses. Tu soulignes effectivement la portée politique / idéologique de la démarche (qui est elle-même sujet à débat, sur ce point je te renvoie notamment vers le scénario pessimiste dressé par Hubert Guillaud http://www.internetactu.net/2010/11/09/louverture-des-donnees-publiques-et-apres/), mais il y en a d’autres, parmi lesquelles la dimension économique semble être la plus essentielle – ou au moins la plus attendue.

      Après, l’accès aux données publiques est un droit formalisé dans la loi CADA de 1978. La difficulté de son application, et de l’accès aux données sur la Réserve Parlementaire par exemple peut effectivement être un autre débat.

  5. Mélissa Hernandez dit :

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour ce post très éclairant. J’ai parcouru récemment le rapport du McKinsey Global Institute qui traite notamment de la question de l’impact économique de l’Open Data. C’est intéressant car il semblerait que l’accès aux véritables données de secteurs comme l’éducation, les transports permet d’éviter les erreurs lors de la conception de produits, de services et donc une perte de temps et d’argent.
    Voici l’adresse si cela vous intéresse : http://bit.ly/1aBwF4t

    • Karim ENNASSIRI dit :

      Bonjour,

      En plus de la valeur économique créée par l’exploitation des données ouvertes, on peut noter la valeur ajoutée sociale issue des services conçus à partir de l’Open Data et c’est un point fort. Je pense aussi que l’efficacité de l’utilisation des données en relation avec les domaines cités, qui sont sensibles, vont permettre la mise en place de bons services.

      Enfin, merci pour ton commentaire et ton intérêt pour notre sujet.

  1. 07/11/2013

    […] See on Scoop.it – Veille Open Data FranceSee on archinfo24.hypotheses.org […]

  2. 18/11/2013

    […] » Pour lire la suite, rendez-vous sur Economie du web […]

  3. 20/11/2013

    […] article a été co-écrit avec @Ennassirikarim, initialement publié sur le blog du cours de l’économie du document de Jean Michel Salaün, sous le titre “L’Open Data a-t-il seulement un impact économique […]

  4. 21/09/2015

    […] la variable économique. La mise à dispositions des données publiques devrait engendrer des retombées financières (plus ou moins importantes selon les versions). Or, la production de telles informations a un coût […]

  5. 12/10/2015

    […] L’Open Data a-t-il seulement un impact économique ? Billet rédigé par Thibault Mahé (ENS Lyon), ENNASSIRI Karim (ENS Lyon) Après plusieurs mois d’attentes, d’annonces, de projets repoussés, et presque 3 ans après l‘ouverture des données à Rennes, le Grand Lyon a enfin ouvert sa propre plateforme d’open data, “Smart Data”. Les jeux de données y sont accessibles par thèmes : transport, citoyenneté, environnement, etc. “Accessible” est cependant un bien grand mot : trois statuts sont en fait proposés, dont deux ne sont pas de l’open data, puisqu’il faut s’authentifier, ou même payer des redevances. Cette démarche de demi-ouverture pose beaucoup de questions. […]

  6. 10/11/2016

    […] à la fois les politiques d’ouverture des données, comme évoqué dans ces billets (ici et ici) ou le commerce des données, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *