L’internaute, un travailleur exploité ?

Billet rédigé par Monia Zergane (ENS Lyon) et Ghita Benotmane (ENS Lyon)

Du Web participatif au digital labor

Cela va faire bientôt dix ans que le Web tel que nous le connaissons existe. Né au lendemain de la crise des dot.com, le Web 2.0 portait la promesse d’une ère nouvelle où la technologie serait centrée sur l’utilisateur et mise à son service.

Or en dix ans que s’est-il vraiment passé ? La figure de l’internaute à la fois collaborateur et bénéficiaire, la force de l’intelligence collective et les vertus de la co-création, autant d’idées portées par les promoteurs du web collaboratif, ont été mobilisées par quelques entreprises du numérique pour générer du profit. Des voix se sont élevées pour dénoncer l’exploitation des utilisateurs par des services souvent gratuits mais qui ont vu leurs profits décupler grâce à la valeur créée dans le commun via le crowdsourcing et la collecte de données. Malgré eux, les internautes sont devenus les auxiliaires de cette nouvelle économie qui en fait des travailleurs sans salaire. L’expression digital labor a vu le jour à la fin des années 2000 pour décrire cette monétisation de la présence en ligne.

Si personne n’a attendu l’avènement du Web 2.0 pour “participer” (AOL, forums, IRC, etc.), l’interactivité change d’échelle. De nouvelles architectures de l’information voient le jour pour permettre une plus grande intéropérabilité des données et des services et favoriser l’utilisation des interfaces de partage et de production de contenus via une expérience utilisateur toujours plus intuitive. Les API, les flux RSS, la technologie AJAX, l’augmentation de la puissance de calcul, l’avènement des Big Data ou encore les folksonomies sont autant de petit sauts technologiques pensés pour l’appropriation et la participation accrue des internautes.

La conjonction des moyens de communication et des moyens de production est donc devenue le modèle économique du Web, au point de parler aujourd’hui d’une nouvelle classe de travailleurs exploités : le cognitariat. La manne de données produites, monopolisée par quelques grands groupes, a un prix sur lequel la bourse spécule : Google, Facebook et peut-être bientôt Twitter fleurtent avec la centaine de milliards de dollars. Un profit monstre comparé au nombre effectif de salariés : un peu plus de 3000 pour Facebook, 400 pour Twitter et, souvenez-vous… 14 pour Instagram. Au lieu d’embaucher, certaines entreprises du Web recourent quasi-systématiquement à l’externalisation via des concours qui ne sont plus envisagés comme des opérations de marketing mais comme une option managériale à part entière. A ce propos, le cas des designers est édifiant.

Les leviers de l’exploitation

Hypothèses

L’interaction sur les plate-formes propriétaires du Web 2.0 n’a ni l’apparence ni l’odeur du travail, et pourtant elle crée de la valeur économique. La réalité du digital labor atomise la notion de travail. Alors pourquoi ça marche ? Formulons quelques hypothèses :

  • parce que l’économie du numérique a su exploiter ce que l’homme sait faire de mieux, se sociabiliser ;
  • parce que sur le Web, nous avons l’impression de jouer et non de travailler ;
  • parce que ce sont nos individualités qui sont mises en valeur ;
  • parce que des gourou-techs nous ont rabâché la force de l’intelligence collective et et les effets bénéfiques du crowdsourcing.

Prenons deux exemples pour éprouver ces hypothèses : Amazon et Facebook

Le cas Amazon

En 2005, Amazon n’était pas encore “le magasin de tout” aux 75 milliards de dollars de recettes annuelles. C’était une librairie en ligne. Après plusieurs tentatives vaines et coûteuses d’exploiter l’intelligence artificielle, Amazon Web Services se tourne vers la main-d’oeuvre humaine et ouvre un vaste marché du travail sur le Web à échelle mondiale. C’est le Mechanical Turk (MTurk).

Pour les internautes qui s’y engageaient, cela consistait à trouver des informations et des images, de les taguer, traduire des textes, transcrire des fichiers audio ou répondre à des sondages. Le tout pour une poignée de dollars. Si la moitié des « Turkers » étaient américains, l’autre moitié provenait de plus de 100 pays différents, dont une majorité d’Indiens (33 % de l’effectif global) pour lesquels c’était la principale source de revenus. Le cas des Turkers indiens sous-payés et sans aucune protection juridique souligne la nature non réglementée du marché du travail cognitif global, encore d’actualité en 2013. Dans un article paru en 2011, Ayhan Aytes compare même MTurk au programme “Gastarbeiter” de l’Allemagne d’après-guerre.

Mais le système mis en place par Amazon est encore plus pernicieux. En divisant les tâches cognitives en unités discrètes, de sorte que l’achèvement des tâches ne dépende pas de la coopération des travailleurs, mais soit organisé par la plate-forme d’opération de MTurk, il a atomisé l’environnement de travail. MTurk a réussi le tour de force de transformer le réseau en chaîne de montage du travail cognitif et à effacer toute dimension collaborative.

Le cas Facebook

Autre exemple : Facebook. Réseau social paradigmatique du Web 2.0, Facebook est simultanément un moyen de production et de communication. Les utilisateurs produisent du contenu tout en le partageant ; la modification de son profil, le like d’un post ou le fait de tagger une connaissance sur une photo sont des actes de communication productifs. Mais justement, d’où vient la valeur de Facebook ? Non pas du travail de ses salariés, mais de l’activité des utilisateurs qui produisent de l’information en continu, en la diffusant. Le croisement de ces informations accomplit le rêve le plus fou de tout marketeur (en témoigne l’accord récent avec TF1 et Canal+) : les consommateurs se catégorisent et se segmentent individuellement, de manière plus fine que toute enquête statistique. C’est cela que vend Facebook : le marketing “crowdsourcé”, meilleur et moins cher. Justement, moins cher, car sans aucune contrepartie versée aux producteurs de richesse. Du travail gratuit. Erin Fisher exagère à peine quand il qualifie Facebook de “système nerveux bio-politique qui moissonne le travail immatériel de ses utilisateurs”.

A nouveau travail, nouvelles catégories

Amazon a mené très loin l’expérience du travail distribué sur Internet. Facebook a porté jusqu’à son paroxysme l’expérience de la monétisation de la présence en ligne. La question qui se pose alors est la suivante : pourquoi n’a-t-on pas l’impression que c’est du travail ? Peut-être parce qu’on ne ressent aucune forme d’aliénation. Classiquement, l’aliénation du travailleur est comprise comme l’impossibilité de contrôler ce qui est produit, de se réaliser et de s’exprimer authentiquement dans son travail et d’interagir avec les autres.

Sur Facebook, on peut faire l’hypothèse que l’activité est a priori dés-aliénante : on joue le jeu de l’authenticité, de l’expression de soi, on contrôle notre processus de production de contenus, on communique avec les autres. Mais plus on participe, plus on est soumis à l’exploitation de notre activité en créant de la plus-value non rétribuée. Dans le cas de MTurk, c’est l’atomisation de l’environnement de travail qui est en cause.

Nous entrevoyons la difficulté d’appliquer les catégories traditionnelles de l’économie du travail ; on parle alors d’activité, de playbor ou de “cognitariat”. D’où également la difficulté à balayer la question d’un revers de la main par l’argument du consentement (“je suis libre d’être un produit”).

L’émergence d’une conscience critique

Devant cet état de fait, l’idée d’imposer les bénéfices issus du travail gratuit a vu le jour en France à la faveur du rapport Colin sur la fiscalité du numérique. En effet, bien qu’elles génèrent d’immenses profits, les entreprises du numériques ne rétrocèdent que fort peu. Si la proposition a été rejetée par le Conseil national du numérique, elle a le mérite d’avoir lancé dans le débat public l’idée de la nécessaire redistribution de la “rente” numérique.  Yann Moulier Boutang de son côté émet l’idée d’un revenu minimum social garanti qui sera en somme une redistribution de la grande entreprise de pollinisation des travailleurs cognitifs.

L’exploitation financière et panoptique des données personnelles des internautes est un sujet de crispation grandissant. Les utilisateurs de Facebook sont maintes fois montés au créneau pour dénoncer les conditions d’utilisation du réseau social à l’instar de la campagne Students vs. Facebook. Les récentes révélations de l’ancien ingénieur de la NSA, Edward Snowden, et le semi-aveu de Facebook, Google et Apple, qui reconnaissent fournir des données utilisateurs aux services secrets américains, installe un climat de suspicion et une perte de confiance par rapport aux réseaux sociaux, voire à l’idée même de Web participatif.

Beaucoup de questions sont encore en suspens et il y a sans doute un vide juridique à exploiter pour aborder le problème du “travail gratuit”. Le manque de transparence vis-à-vis des utilisateurs est un premier écueil. Quelles sont les données recueillies ? Quelles sont celles qui sont analysées ? Comment et par quels circuits ? Toutes ces interrogations posent en réalité un problème majeur : comment continuer à interagir en ligne sans courir le risque de se voir transformer en marchandise ? Répondre est difficile, mais des pistes commencent à émerger.

Si l’hypothèse d’une révolution du cognitariat est aussi peu probable que la nationalisation de Facebook, d’autres moyens de régulation peuvent être envisagés pour que le Web puisse redevenir participatif. Ne nous enfermons pas dans la fausse alternative “déconnexion vs. exploitation”. Trebor Sholz, l’un des théoriciens du digital labor, propose par exemple de détourner les outils de surveillance à notre profit : créer des agences de surveillance gouvernementales qui ne seraient pas dirigées contre les usagers, mais qui s’occuperaient plutôt de contrôler le trajet de nos données. Nous pourrions également négocier des contrats pour échanger les données que nous partageons avec d’autres données ciblées qui auraient un intérêt pour nous. D’autres expérimentations sont en cours pour permettre aux usagers de traiter d’égal à égal avec ces entreprises. La place de la justice et du droit est donc à construire, tout comme celle de plate-formes sociales alternatives.


Vous aimerez aussi...

22 réponses

  1. Diallo dit :

    Bravo pour ce billet. Le web2.0 un web social est crée juste pour integrer les internautes dans le web pour qu’ils puissent s’exprimer et se communiquer. A mon avis ls interneutes doivent participer à des traveaux de valorisation du patriomoine de l’humanité c’est le cas du projet du projet  » faire facebook un outils de folksonomie » qui permet de taguer des ouevres en ligne (http://www.buzzeum.com/2008/05/28/faire-de-facebook-un-outil-de-folksonomie/). Cela peut permettre à l’humanité d’avancer de manier solidaire et collaboratif. Mais les firmes du web ne doivent en profiter financiere. Il doit tomber dans le domaine public.

  2. Ghita Benotmane dit :

    Merci à tous pour vos commentaires, ajouts et questions. Chaque commentaire a beaucoup apporté au débat. Voici les points qu’on peut retenir de ces discussions :
    – Il y a une vraie difficulté à parler de travail s’agissant de l’exploitation financière de nos données sur le Web. C’est contre-intuitif, puisqu’il n’y a pas d’effort. La présence en ligne est même une activité qui procure du plaisir. Peut-être que l’on pourrait s’en tenir au terme d’exploitation, mais dans ce cas-là, on ne dispose pas d’un terme assez englobant pour rendre compte des différents types d’exploitations (celles du type MTurk ou celles du type Facebook). Le terme anglais “digital labor” paraît plus souple.

    – La route est longue pour lutter contre cette exploitation ou pour mettre en place des alternatives. Certaines peuvent paraître utopiques. D’autres, comme le projet MesInfos, lancé par la Fing, posent le problème sous un autre angle : la réutilisation des données collectées par les utilisateurs, qui est une autre forme de compensation.

    -La prise de conscience est réelle et partagée. En témoigne la petite expérience édifiante proposée par la CNIL (merci @Maud).

    – La tendance est loin de s’arrêter aux portes de nos navigateurs et de nos applications mobiles ; on peut à juste titre évoquer la question des Google Glass.

    – La notion de “contrat” entre un service Web et les internautes mérite qu’on s’y arrête. On pourrait penser que c’est déjà appliqué (les fameuses conditions d’utilisation), mais il faudrait passer d’un contrat tacite à un contrat explicite et transparent. L’idée de contrat implique l’idée de négociation.

    – Malgré tout, il y a une difficulté réelle à se détourner des services sur lesquels on a ses habitudes, quand bien même ils pratiquent l’exploitation. Cette difficulté est partagée par tous, et nous impose une sorte de dilemme : se résigner, ou se déconnecter. Il y a une forme de consentement tacite. D’autres diraient que nous n’avons pas le choix.

    – L’éclatement de la notion de travail, son exploitation et sa dévalorisation ont été rendus possible, dans le cas de Amazon MTurk, par l’économie mondialisée qui affaiblit la protection des travailleurs.

    – La question du digital labor pose également une question plus large : c’est notre aptitude à être des acteurs sociaux qui est exploitée, et inversement, notre sociabilité s’exprime de plus en plus sur le Web. Tout ça rend très difficile le retour en arrière.
    Pour sortir de ce dilemme, il y aurait deux pistes : la pédagogie, d’une part (continuer à alerter sur ce constat, poser le débat), et la régulation, d’autre part (le rapport Colin & Collin, par exemple).

    Monia & Ghita.

  3. Emmanuelle (ENS Lyon) dit :

    Merci et bravo pour ce billet très instructif et passionnant.

    J’ai particulièrement apprécié l’hypothèse selon laquelle le numérique a su exploiter la capacité de sociabilisation de l’être humain. C’est tout à fait pertinent et en même temps un peu effrayant. Ce que nous sommes, intrinsèquement, est aujourd’hui considéré comme une valeur marchande. Alors comment est-il possible de lutter contre cela, sachant qu’un retour en arrière parait difficilement envisageable ? Et comme vous le dites très justement, il n’est pas question de répondre ici à l’exploitation par la déconnexion.

    Legislation et pédagogie, cela commence peut-être par là ?

  4. Pierre-Edouard (ENS Lyon) dit :

    Bonsoir

    Merci pour ce billet qui revient, en ces temps de stagnation économique, sur la notion de travail et sa valorisation marchande, ou sur l’exploitation des travailleurs (le cas des Indiens chez MTurk).

    Un coup d’oeil sur cette plateforme d’Amazon permet de trouver très vite les tarifs pour quelques actions … difficile d’imaginer en vivre. Ce genre de concept n’a pu voir le jour qu’avec la mondialisation, abattant les remparts physiques et affaiblissant le recours légal, dépassé, à même de protéger les travailleurs.

    On peut toutefois garder un peu d’espoir : le principe de rémunérer l’internaute pour son travail – induit – est dans la lignée de la réflexion menée actuellement en Europe sur la manière d’imposer les activités des géants d’Internet (CF http://www.huffingtonpost.fr/2013/09/24/taxe-google-europe-pellerin-neelie-kroes-fiscalite_n_3976246.html).
    Cela serait une très bonne chose pour rendre du pouvoir d’achat au citoyen … mais n’y aurait-il pas un risque de voir les adolescents être trop rémunérés pour leur âge?

    Quoiqu’il en soit, bravo pour ce billet très riche, bien écrit et faisant écho à celui sur l’Open-data.

    • GhitaBO dit :

      Merci pour ton commentaire Pierre-Edouard. Je partage aussi ton optimisme, même si je ne vois pas Facebook rémunérer dès demain des ados parce qu’ils postent des vidéos de lolcat 🙂 Ce serait déjà une grande victoire si ces entreprises payaient un impôt plus conséquent, peut-être proportionnel au nombre d’utilisateurs qu’elles ont dans tel ou tel pays… Rêvons, rêvons.

  5. Anamaria C dit :

    Un sujet intéressant, dans un billet très bien organisé. Merci!
    Je suis tout à fait d’accord sur le fait que les internautes sont devenus inconsciemment ou pas des travailleurs exploités, peut-être le terme de «bénévoles» serait un euphémisme que je préférerais, surtout quand il s’agit des internautes qui sont conscients des enjeux du web participatif.

    J’aimerais en plus porter attention sur un autre volet du web participatif: sur des travailleurs anonymes («des faux experts») qui utilisent des faux noms, se présentent comme des salariés des institutions très connues afin de donner de la crédibilité à leur articles. http://www.journaldunet.com/ebusiness/crm-marketing/les-pros-de-la-e-reputation-infiltrent-les-medias-web.shtml

    À propos, après la lecture de votre billet, j’ai découvert Google Analytics – un service qu’offre Google aux propriétaires de sites web : des rapports sur le comportement des utilisateurs des sites concernés. http://www.google.ca/intl/fr/analytics/privacyoverview.html

    • GhitaBO dit :

      Merci pour ton commentaire, Anamaria.
      J’avoue que le terme de « bénévole » me gêne un peu. Très bien s’il s’agit d’une initiative non marchande, comme Wikipedia, mais à partir du moment où il s’agit d’entreprises qui génèrent des profits, il me paraît difficile d’appliquer ce terme.

      Merci pour ces liens ! Le scandale des « faux experts » m’avait échappé !

  6. Chloé.M dit :

    Merci pour ce très bon article.
    C’est intéressant d’avoir employé le terme de travailleur et je comprends ainsi mieux l’ambiguïté que cela soulève. Cela suppose donc que nous ne sommes pas que passifs et que nous devrions donc également obtenir quelque chose en échange de ce travail effectué. Cela peut être une rémunération comme dans votre exemple de MTurk, ou dans d’autres cas comme pour Facebook ou Google, ce sont des services. Nous participons à leur collecte de données, nous travaillons et en acceptant cela, ils nous offrent des outils. Dans cette seconde situation, nous n’avons vraiment pas l’impression de travailler car vous le dîtes, c’est un peu comme un jeu, un divertissement où l’on en profite.
    De toute façon, il est difficile d’échapper à la collecte de nos traces, et donc à part être au courant et « l’accepter », je n’envisageai pas d’autres solutions. Je trouve donc les hypothèses que vous proposez à la fin de l’article très pertinentes . Cependant, je me demandais si ces hypothèses étaient envisageables dans le sens où ces pratiques semblent déjà tellement ancrées qu’il parait difficile de les modifier. Pourquoi les entreprises seraient-elles prêtes à changer, à accepter que nos données soient modérées et que nous négocions des contrats avec elles ?

    Enfin, votre article me fait penser à un sujet qui commence à être de plus en plus présents dans les conversation : la question des Google Glass. Je ne vais pas m’étendre sur le sujet, car je n’ai connaissance que de peu d’éléments mais nous pourrions supposer qu’avec ce dispositif, il y aurait maintenant un échange de données dans les deux sens et donc également une importance encore plus grande de surveiller nos données… Les entreprises continuent de collecter nos données et nous pouvons les récupérer au profit de différentes situations (connaître les informations sur quelqu’un lorsqu’on lui parle, enregistrer notre journée et pouvoir naviguer à posteriori dedans pour retrouver une information… Je ne sais pas s’il est pertinent d’introduire ce sujet là, mais je me posais la question.

    • GhitaBO dit :

      Merci pour ton commentaire, Chloé.

      Je suis assez d’accord quand tu dis que nous ne sommes pas que passifs face à ces enjeux et notre présence en ligne, c’était la direction que notre billet voulait prendre. Il y a une responsabilité minimale des utilisateurs, au moins sous la forme d’une prise de conscience, au mieux sous la forme d’un positionnement critique, voire d’une négociation avec ces services. Il y a certes une forme d’inertie, et il ne s’agit pas de dire : soit on accepte tout, soit on se déconnecte de tous ces services. L’alternative n’est pas très intéressante posée en ces termes. En revanche, on sait comment ces services sont soucieux de leur image (le fameux « don’t be evil » ou encore la campagne Internet.org lancée par Zuckeberg). C’est peut-être en s’attaquant à cela qu’on pourra obliger ces services à reconsidérer leurs utilisateurs. Le design UX ne suffit plus ; être centré sur l’utilisateur, ça veut aussi dire aujourd’hui le considérer comme un égal, quelqu’un à qui on doit la transparence sur la gestion de ses données. C’est un mouvement de fond qui commence, il faudra du temps.

      Quant aux Google Glass, tu as raison de le souligner, ça entre complètement dans ce débat. Tout simplement par les GG se situent aussi dans ce paradigme de l’opacité, en donnant l’illusion que c’est donnant-donnant. Mais non, les services Google, ce n’est pas du service public ! Après avoir cartographié le Web, il s’agit désormais de cartographier le monde et ses habitants (je force le trait, mais quand même…). Je ne dis pas que c’est bien ou mal, mais qu’à partir du moment où c’est ce « crowdsourcing » qui génère de la valeur économique qui n’est pas redistribuée, il y a quelque chose de gênant.

  7. MathildeF (Enssib) dit :

    Merci pour ce billet très bien documenté et agréable à lire!

    J’aimerais soulever une question qui n’a pas été développée dans votre billet. Il s’agit de l’idée de « contrat » implicite passé avec l’internaute. Surtout concernant les traces laissées lors de nos navigations. En effet, tout un chacun est conscient qu’il sème des données au cours de ses activités sur Internet. Ainsi, il serait peut-être utile de nuancer l’accusation portée sur les firmes du Web qui exploitent les internautes en les faisant travailler à leurs dépens. Car contrairement aux médias traditionnels, ces derniers prennent une part plus active à ce qu’ils font lorsqu’ils naviguent sur le Web.

    J’aimerais donc avoir votre avis sur cette question.

    • Monia.Z dit :

      Bonjour Mathilde,

      En effet, nous sommes de plus en plus nombreux à prendre conscience que les données que nous semons en navigant sur le web ont une valeur économique mais je ne crois pas que l’idée soit admise par tous.
      Par ailleurs, je doute de l’existence d’un contrat « tacite » entre l’internaute et les services du web quant à l’exploitation des données. Peut-être qu’il en est fait mention quelque part dans les conditions générales d’utilisations que nous avons tendance à accepter sans même lire vraiment (moi la première !)
      Quelques années en arrière, on parlait des données personnelles dans le cadre de la protection de la vie privée, mais ce n’est que très récemment que l’on a découvert l’ampleur de l’exploitation économique qui en est faite.
      Pour qu’il y ait contrat, il faudrait que les deux parties soient d’accord sur les tenants et les aboutissants, or rien n’est moins obscur que le sort de nos traces sur le web. L' »omerta » est quasi-totale sur ce qu’elles deviennent et ce à quoi elles servent. Ce qui est sûr, c’est qu’elles sont monnayables.
      Certains services (tel que Google) commencent à prévenir de l’existence de cookies, c’est déjà un pas mais c’est loin d’être suffisant, à mon sens.

    • Em_Mercier dit :

      Merci à toutes les deux pour cet article très clair et efficace grâce auquel j’ai appris des éléments d’information très intéressant, surtout concernant le MTurck.

      Je voudrais simplement rebondir sur le point de « contrat » évoqué par Mathilde.
      Je rejoins cette idée de « contrat » entre le Web et nous internaute. « J’accepte de te donner mes données en échange du service que tu me proposes ».
      Après il existe des contrats plus ou moins tacites. Nous ne lisons jamais les termes et conditions d’utilisation avant de cliquer sur « J’accepte » alors qu’ici le contrat est clair. Et d’autre fois où il est plus sous-entendu, ou partiellement caché. Pour reprendre l’exemple d’Amazon, je cite :
      « En utilisant notre site Internet, vous consentez à la collecte et l’utilisation de ces données par Amazon.fr » Source : http://www.amazon.fr/gp/help/customer/display.html?nodeId=548710
      Ici le simple fait d’aller sur Amazon fait de nous des êtres consentants sans même que nous ayons explicitement dis oui ou non. Je suis abonnée à Amazon alors je sais – en partie – ce qu’il fait de mes données et je continue de trainer sur celui-ci parce que finalement ça me plait bien d’avoir des propositions qui collent parfaitement avec mes préférences. Je refuse ou change de site quand je n’ai pas envie de partager mes données.

      Je ne me fais pas l’avocat du diable, l’utilisation, l’exploitation, le flou qui règne autour de la récolte de nos données par les firmes du Web et leur capacité à se faire de l’argent avec sont contestables a beaucoup de niveaux. Je dis simplement que la passivité entière et complète de l’internaute est peut-être à nuancer.

      • GhitaBO dit :

        Je suis d’accord avec toi, il ne s’agit surtout pas de dire que nous sommes passifs. La prise de conscience, c’est déjà un premier pas. Il s’agit encore moins d’appeler à un boycott total de ces services. Pas réaliste, pas forcément constructif. En revanche, donner plus de corps à cette idée de contrat, lui donner une consistance juridique, et finalement montrer que ça devient une préoccupation majeure des utilisateurs, ça reste des perspectives crédibles et accessibles.

  8. Maud Serriere dit :

    Merci pour cet article très pertinent. Il est intéressant de voir qu’il y a 2 catégories d' »internaute travailleur » finalement : celui qui travaille de manière consciente et plutôt choisie (le cas Amazon), et celui dont le travail se fait malgré lui mais grâce aux traces qu’il laisse (le cas Facebook). C’est le cas le plus difficile à identifier car on n’a pas réellement conscience de ce qui est utilisable, et utilisé, dans nos publications Facebook par exemple.
    A ce propos, et de manière plus globale, le site de la cnil propose une petite expérience (http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/) permettant de voir de manière concrète quelles traces nous laissons lors de nos navigations internet. Le test est simple mais on peut se projeter assez facilement sur des navigations plus avancées et des exploitations plus approfondies de ces données pour voir qu’on laisse beaucoup d’informations très exploitables. Du bon travail malgré nous.

    • Monia.Z dit :

      Bonjour Maud,

      Merci pour le lien. J’ai fait l’expérience. C’est très édifiant !
      Ce « malgré nous » n’est pas une fatalité. Je pense qu’il y des efforts à faire du côté des services pour plus de transparence et un effort de redistribution dont il reste à trouver la forme.

  9. flo_lafouch dit :

    « Créer des agences de surveillance gouvernementales […] qui s’occuperaient plutôt de contrôler le trajet de nos données. » Mais n’est-ce pas techniquement utopique? J’ai du mal à voir comment cela est envisageable…
    Merci pour la vidéo de Kaplan vraiment très intéressante. Son propos est osé et devrait être largement diffusé!

    • GhitaBO dit :

      L’utopie est une réalité à géométrie variable… Je ne sais pas si le problème est tant technique que politique. A la lumière des récents développements des révélations de Snowden sur la NSA, on voit bien qu’il est possible d’accomplir des prouesses. Ce qui est plus compliqué, c’est de pouvoir transformer l’indignation (si même elle existe) en revendication, puis à terme en proposition. Des initiatives telles que celle de MesInfos, chez la Fing, sont intéressantes parce qu’elles font un pas de côté. C’est expérimental, ce n’est pas très institutionnel, mais le message est là ; le déséquilibre entre un service et son usager ne fait plus sens aujourd’hui.

  10. Luc Rocher dit :

    Billet clair et efficace !

    J’ai du mal à voir l’exploitation des traces numériques comme un travail, même si des revenus sont engrangés par la suite. Si j’écris un livre en ligne, sous une licence libre suffisamment permissive, et qu’une société d’édition – ou un autre internaute – décide de reprendre le contenu et de le commercialiser, je n’ai pas travaillé, mes traces ont été exploitées. De même, si je donne mes données personnelles à Facebook, Google ou toute autre entreprise, ne doit-on pas parler d’exploitation (des données ou de l’utilisateur) plutôt que de travail ?

    Par ailleurs, avant de parler de réglementation, qu’en est-il des équivalents plus moraux ? Dans le cas de MTurk par hasard, comment faire pour trouver quelques centaines ou milliers d’utilisateurs dans le cadre d’une enquête ponctuelle ? La mise en place d’un panel d’individus – disponibles au moment d’une enquête – est couteuse et ne profite pas aux petites structures. La coopération entre travailleurs est-elle donc nécessaire pour tous les usages ?

    P.-S. L’ENS Lyon n’existe plus depuis quelques années déjà.

    • GhitaBO dit :

      Justement, toute l’ambiguïté est dans le terme de travail, qu’on associe classiquement à une activité consciente de production de quelque chose (de valeur), et qui en général demande un effort plus ou moins soutenu. Clairement, ce n’est pas de cette acception-là du mot travail qu’il s’agit pour l’exploitation économique des traces des internautes. Cette nouvelle réalité brouille les pistes et les catégories. Il y a peut-être aussi une insuffisance langagière ; cela paraît contre-intuitif de parler de « travail numérique » pour cette réalité-là, mais au fond, cela ne fait que traduire littéralement l’expression désormais consacrée de « digital labor ». On sent comment « labor » peut être plus nuancé que « travail » ; il y a une dimension de besogne, visible ou non, consciente ou pas, mais de toute façon exploitée, sans rétribution.

      Après, on assume le fait d’avoir pris parti dans ce billet. Dire que l’exploitation des traces c’est aussi l’exploitation du « travail » des usagers, c’est aussi un moyen de rendre visible cet état de fait, voire de le surligner, et faire comprendre que ce n’est pas normal. Toute l’ambiguïté est là : on a à aucun moment l’impression de travailler. Pour autant, les données personnelles et le contenu que l’on crée perpétuellement sur ce genre de services sont la source de la valeur de ces entreprises. Le paradoxe est que l’exploitation se fait sur un fond d’illusion de désaliénation.

      J’aimerais bien que tu précises la deuxième partie de ton commentaire, je ne crois pas en avoir saisi le sens.

  1. 30/11/2013

    […] d’expertise sur la fiscalité de l’économie numérique, et ont pu relancer les débats sur l’internaute comme travailleur exploité. Ils reconnaissent effectivement que les données personnelles sont la nouvelle matière première […]

  2. 10/09/2015

    […] données personnelles récoltées. C’est pourquoi certains chercheurs et activistes demandent que les internautes soient désormais rémunérés, symboliquement, pour les données qu’ils mettent à disposition et la valeur qu’ils […]

  3. 28/02/2016

    […] intentionnées pour mettre au jour les failles de sécurité de certains sites et les exploiter ! L’internaute, un travailleur exploité ? – Économie du document. Billet rédigé par Monia Zergane (ENS Lyon) et Ghita Benotmane (ENS Lyon) Du Web participatif au […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *