Epilogue du cours ouvert sur l’économie du web (sept-déc 2013)

  • Cahier de cours
  • Cahier de cours 2
  • Couverture ePUB

Les 14 séquences du cours sont maintenant derrière nous. Voici quelques synthèses réalisées par les étudiants (pour une explication du processus voir plus bas).

Les matériaux proposés dans le cours se sont enrichis des interactions entre et avec les étudiants et les apprenants. Nous allons bientôt l’archiver et préparer une version actualisée et affinée pour l’automne prochain. Ce cours est, en effet, proposé dans une version ouverte depuis 2007. Chaque année il fait l’objet d’une actualisation sur le fond et d’améliorations sur sa pédagogie. Sans entrer dans un bilan exhaustif, voici les deux leçons principales tirées de la version de l’automne 2013.

MOOC ou pas MOOC

L’année 2013 était l’année du lancement des MOOCs. Il était pour nous naturel de surfer sur cette vague, mais avec prudence. Aucun des établissements ni des programmes dans lequel le cours était inséré n’avait de politique en la matière, ni de moyen dédié. Nous avons donc bricolé quelques outils pas vraiment faits pour. Ces contraintes ont grandement réduit la possibilité d’accueil et surtout d’interaction. Nous n’avons fait que peu de publicité. Néanmoins on peut tirer quelques leçons de cette porte entrouverte. Je n’en reprends ici qu’une, décalée par rapport à ce que l’on peut lire dans l’abondante littérature sur les MOOCs.

Notre idée était de mélanger les étudiants, inscrits à un cours officiel d’un programme et les apprenants venus de l’extérieur. Les exigences étaient différentes pour les deux populations, mais le matériel de base était le même. Cette idée ne s’est pas révélée concluante. Du côté apprenant, le matériel et le rythme était trop exigeant. Du côté enseignant, la priorité était nécessairement mise sur les étudiants, négligeant la nécessaire animation de la communauté apprenante.

Difficile donc de confondre cours universitaire et MOOC. C’est la tendance générale avec des plateformes dédiées et des dynamiques étanches. Faut-il pour autant renoncer à l’articulation entre les deux ? Il me semble que l’on peut trouver d’autres voies qui ne sanctuarisent pas l’enseignement universitaire.

Pour l’automne prochain, sous réserve que nous trouvions les moyens et l’énergie, notre idée est de démarrer en parallèle le cours et un MOOC. Le second démarrera quelques semaines plus tard, s’étendra sur une durée plus courte et s’appuiera sur un matériel allégé et adapté, mais surtout il intégrera des réalisations d’étudiants produites dans le cours (billets et dossiers d’actualité) avec une animation de la communauté des apprenants par les étudiants. Le bénéfice devrait alors profiter aux deux communautés : les étudiants devant défendre leurs propositions face à une audience intéressée mais profane, les apprenants profitant des ressources et de l’énergie apportée par les étudiants. C’est en tous cas, dans l’état actuel de notre réflexion, un pari qui mériterait d’être tenté.

Documenter l’apprentissage

Un problème de l’enseignement en ligne ouvert que nous avions déjà repéré précédemment est la prise de notes. Rares sont ceux, étudiants ou apprenants confondus, qui prennent sérieusement des notes sur la base des séquences proposées semaine après semaine, au prétexte que, tout étant en ligne, on pourra toujours consulter la ressource primaire. Cet argument est évidemment doublement fallacieux : tout ne reste pas en ligne et surtout la prise de notes n’est pas une simple archive, c’est le moment de l’appropriation par la reformulation des notions par l’étudiant (le « su » après le « vu » et le « lu »).

Nous avons, dans cette session, levé en partie cette difficulté en demandant aux étudiants de réaliser à la fin de chaque partie du cours (les séquences étaient réunies en trois parties) une synthèse présentant les éléments qui leur avaient paru les plus pertinents. Trois synthèses ont donc été rédigées par chacun. L’examen final a consisté à tirer les conclusions de ces synthèses. Les ebooks présentés en début de billet sont la mise bout à bout de ces synthèses. Ils matérialisent le résultat de la réflexion de chaque étudiant et le documente.

Nous allons dans la session prochaine poursuivre et approfondir cette voie. Nous avons développé un outil de prise de notes sur la base d’un pad personnalisable et enrichi, intitulé « cahier de cours ». L’outil peut être individuel ou collectif, partagé ou non. Il permettra, en outre, automatiquement de publier en e-pub. L’outil est déjà utilisé ce semestre à fin de test dans les cours classiques du master en architecture de l’information, pour des prises de notes collectives ou des consignes du professeur.

Il s’agit d’une sorte d’hybride entre un etherpad ordinaire et un Google doc. Il a la souplesse et la liberté de l’un et des fonctionnalités et une personnalisation propre à l’autre. Il s’agit bien d’un cahier numérique.

Nous pensons que cet outil permettra de réduire un oubli important de la pédagogie des MOOCs dont la vérification de l’apprentissage se limite souvent à des quiz, des corrections croisées par les pairs ou un examen final. Une utilisation plus fine de la souplesse documentaire du web permet pourtant de proposer des outils simples d’appropriation des connaissances par les apprenants.

Le principe est simple. On crée son cahier sur une interface comme celle-ci :Cahier de cours
et il ne reste plus qu’à écrire sur la page que l’on aura ouverte à partir de l’Url reçue dans sa boite courriel. Comme on le voit ci-dessous on peut aussi insérer de la vidéo, mettre des commentaires, etc., et, bien entendu, partager la page avec qui l’on souhaite.
Cahier de cours 2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *