L’ “ogre” Netflix : mythe ou réalité ?

Ce billet a été rédigé par Dorian Seillier (ENS) et Héloïse Geandel (ENSSIB) dans le cadre du cours en ligne Economie du web.

Fondé par l’entrepreneur Reed Hastings en 1997, Netflix était à l’origine un service de location illimitée de DVD sur internet fondé sur un abonnement mensuel. C’est aujourd’hui un des plus importants services de VOD (Vidéo On Demand) et de streaming dans le monde, qui totalise un tiers du trafic internet global aux Etats-Unis pendant les heures de grande écoute. En passe de devenir le symbole d’une véritable révolution des modes de consommation dans le secteur audiovisuel, la percée soudaine de Netflix ces dernières années suscite l’engouement autant qu’elle inquiète les acteurs traditionnels, tiraillés entre deux tendances : engager le bras de fer avec le futur géant de l’OTT (“Over-The-Top content”), en lui refusant les droits à certains contenus pour le contraindre à la même réglementation que les acteurs traditionnels et rééquilibrer ainsi le marché ; ou bien copier son modèle et proposer un service équivalent pour faire concurrence. Contester ou imiter ? Un choix difficile pour les chaînes TV et plus généralement pour les câblodistributeurs qui se sentent menacés par ce qui commence à être appelé le “tueur du câble”. Cette crainte est-elle justifiée ou fantasmée ?

Le “cord-cutting” aux États-Unis : un phénomène à relativiser

Il faut rappeler que la diffusion de contenus audiovisuels aux États-Unis diffère fortement de la télévision française. Outre-Atlantique, la télévision hertzienne (broadcast television) se structure autour de cinq grands réseaux de diffusion privés, qui retransmettent des programmes par l’intermédiaire de stations locales (ce qui signifie que la même chaîne ne diffusera pas la même chose partout dans le pays au même moment) : ABC, CBS, NBC, Fox et The CW. A côté de cette offre gratuite (disponible dès l’instant où l’on possède un poste de télévision), existe aussi la télévision par câble et par satellite, qui requiert un abonnement afin de profiter des contenus proposés (“pay television”). C’est le système de réception dominant aux États-Unis, avec près de 50 millions d’abonnés.

Mais les grands groupes de chaînes câblées américaines sont de plus en plus préoccupés par ce qu’ils appellent le “cord-cutting”, qui signifie pour un client de résilier son abonnement au câble ou au satellite. Entre 2010 et 2013, on estime que le nombre de foyers américains n’ayant pas souscrit à la télévision payante est passé de 5,1 à 7,6 millions. Le constat est encore plus frappant chez les jeunes : près de 13% des 18-34 ans n’auraient pas souscrit à une offre câblée en 2013, contre 8% en 2010. De façon concomitante, Internet rattrape aujourd’hui la TV câblée dans les habitudes des Américains car le nombre d’abonnés à un accès internet haut débit égale aujourd’hui celui de la télévision payante.

C’est dans l’évolution des modes de consommation qu’il faut chercher les raisons de ce phénomène. Le succès des services de VOD et de streaming tels que Netflix le propose est basé sur la délinéarisation des contenus et sur leur accès multi-supports. En d’autres termes, on abolit les contraintes horaires et matérielles dans le visionnage des programmes, accessibles désormais à tout moment et en tout lieu, du moment que l’on possède une connexion internet. Ce système de diffusion répond au phénomène du “binge watching”, la consommation effrénée de séries sans l’attente hebdomadaire de nouveaux épisodes. Car c’est ce qui distingue Netflix des chaînes TV traditionnelles : les droits de diffusion aussitôt acquis, le site met en ligne la totalité d’un programme et satisfait ainsi les nouvelles habitudes de consommation audiovisuelle des usagers. D’autre part, l’inconvénient majeur de la télé câblée réside dans son manque de flexibilité. L’abonnement à un bouquet de chaînes signifie une multitude de programmes, dont une large part n’intéressera pas forcément les usagers, mais qu’ils sont tout de même obligés de payer pour accéder à l’ensemble des contenus. Cela peut donc constituer un coût prohibitif pour les nouvelles générations qui ne voient plus la nécessité de souscrire à une offre aussi large quand il leur est maintenant possible de satisfaire leurs besoins de manière stricte sur internet, “à leur demande”. Le succès d’une plateforme VOD comme Netflix repose en grande partie sur cette expérience utilisateur privilégiée, via l’algorithme de recommandations.

Netflix est-il pour autant en train de “tuer” la télévision payante américaine ? Rien n’est moins sûr aujourd’hui. Le poste de télé reste le support de réception privilégié des Américains. Le nombre d’abonnés aux chaînes du câble ne baisse que légèrement, en raison de leur exclusivité des droits sur plusieurs programmes, notamment en ce qui concerne le sport (ESPN). D’autre part, les chaînes TV ne restent pas impassibles face à la déferlante Netflix, mais se décident, elles aussi, à modifier leurs offres pour s’adapter à cette concurrence : HBO et CBS viennent de lancer leur propre service de VOD sur leur site, sans qu’il n’y ait plus besoin d’être abonné à l’offre classique par câble ou satellite (“HBO go” et “CSB All Access”). Moins qu’une exécution soudaine et brutale, l’arrivée de Netflix semble avoir entraîné un bouleversement de l’écosystème audiovisuel, forçant les chaînes TV américaines à s’adapter aux nouveaux modes de consommation des usagers afin d’enrayer un déclin qui semblait d’ores et déjà annoncé.

L’arrivée de Netflix en France et en Europe : des “batailles” à venir

Après une venue aussi attendue que redoutée, Netflix vient d’être lancé sur le marché européen à la rentrée 2014. Arrivée en France le 15 septembre 2014, mais également présente en Allemagne, en Autriche, en Belgique, en Suisse et au Luxembourg., la chaîne présentée, par les médias comme une véritable menace pour l’industrie culturelle, fait peur et certaines chaînes s’en masquent à peine, à l’exemple de la chaîne belge payante BeTv dont le slogan publicitaire en dit long sur la concurrence représentée par Netflix : «Regardez aujourd’hui sur Be tv Go ce que Netflix proposera peut-être dans 2 ans« .

Confrontée à la venue prochaine de Netflix en France, la riposte ne tarde pas à se faire sentir. Ainsi les patrons de TF1, Canal + et M6 avaient rédigé une missive à l’intention de la ministre de la Culture de l’époque, Aurélie Filipetti, pour lui demander de libéraliser l’audiovisuel français afin de leur permettre d’être sur un même pied d’égalité avec Netflix : « Ce n’est pas une crise économique que traversent TF1, Canal+ et M6, mais une mutation industrielle accélérée (…) menaçant à terme leur pérennité », expliquent-ils.  Ces derniers appellent notamment les pouvoirs publics à remettre en question « l’ensemble des taxes sectorielles« , à libéraliser le secteur audiovisuel et celui de la création et à réviser les règles interdisant de publicité télévisée certains secteurs.

Le patron de Netflix est quant à lui confiant sur la pérennité de sa plateforme face au marché européen. « La télévision traditionnelle ou linéaire est appelée à disparaître », prédit Reed Hastings dans une interview à Télérama. «La télévision linéaire va encore durer un peu grâce au sport, dont la fin n’est jamais écrite. Mais elle aura disparu dans vingt ans, car tout cela sera disponible sur Internet […] Et quant à la question de la chronologie des médias en vigueur en France, qui n’autorise la diffusion des films que 36 mois après leur sortie au cinéma sur un service d’abonnement de vidéo, Reeds Hastings affirme que « ce n’est pas un problème […] car nous diffusons surtout des séries qui ne sont pas soumises à cette réglementation ».

A l’image de HBO, les chaînes françaises se sont donc préparées à faire face à ce « raz-de-marée » qu’est censé représenté Netflix. Canal+ a anticipé l’arrivée de la plateforme depuis 2011 avec le lancement de sa propre plateforme de VOD “CanalPlay”, dont elle vient de rabaisser le prix à 6,99€ par mois. Si la chaîne ne peut proposer un catalogue aussi conséquent que celui de Netflix, elle peut néanmoins compter sur une nouvelle déclinaison de ces chaînes avec Canal Plus Series, qui propose plusieurs séries américaines (Homeland, Game of Thrones, Utopia, Scandal, Hannibal…) dont certaines seulement 24 heures après leur diffusion aux Etats-Unis. Un mois après sa venue sur le marché français, le succès de Netflix est donc pour l’instant mitigé. Si le géant américain aurait réussi à séduire plus de 100 000 utilisateurs en un mois, il convient de rappeler que pour l’instant tous les utilisateurs de Netflix bénéficient d’un mois d’essai gratuit. La véritable échéance sera de vérifier fin octobre si ces tous premiers utilisateurs seront prêts à dépenser une somme comprise entre 7,99 € et 11, 99 € par mois pour visionner films et séries sur la plateforme.

Autre frein à la bonne implantation de Netflix en France : les habitudes de consommation des Français. Ces derniers sont encore peu familiarisés avec l’usage de la vidéo à la ligne. Pour l’instant le service est disponible sur les smartphones, les tablettes, les ordinateurs, depuis les consoles de jeux vidéo ou encore les télés connectées. Mais s’il veut séduire à grande échelle, Netflix doit arriver à être disponible sur l’ensemble des téléviseurs. Rappelons qu’en France, deux tiers des foyers, soit près de 16 millions, regardent les programmes TV via la box d’un opérateur télécoms. Donc si le site veut parvenir à parfaitement s’implanter en France, celui-ci va devoir composer avec les différents opérateurs. Dans cette optique, divers accords ont déjà été passés. Orange a déjà réussi à obtenir de Netflix ce qu’il souhaitait, à savoir le paiement de l’utilisation de son réseau. Quant à  SFR, si l’opérateur vient d’indiquer que le service de SVOD est désormais bel et bien disponible sur son décodeur TV avec GooglePlay, il n’a pour autant pas encore annoncé l’arrivée de la plateforme sur la box du FAI. Cependant un opérateur refuse toujours de traiter avec le site américain : Free « ne cèdera pas  tout de suite aux sirènes de Netflix », a déclaré jeudi 9 octobre Maxime Lombardini, directeur général d’Iliad.

Difficile donc de juger, un mois seulement après l’arrivée de Netflix, du véritable impact de la plateforme en France. Si celle-ci a réussi à bien s’implanter à l’étranger, elle n’en a pas pour autant bouleversé le système de consommation. Comme l’explique Pascal Lechevallier, consultant en médias et spécialiste de la VOD sur Digital Home Revolution«Netflix va se distinguer grâce à la curiosité qu’il suscite, son marketing. Mais dans un contexte audiovisuel français assez concentré, il va sans doute batailler plus dur que prévu pour se faire une place au soleil», ajoute l’expert. Si pour l’instant la France ne semble pas assister à une révolution, l’arrivée de Netflix marque cependant un tournant dans les modes de consommation des Français, popularisant la SVOD.

 


Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. Héloïse Geandel & Dorian Seillier dit :

    Après discussions, la controverse sur Netflix et son arrivée en France a suscité plusieurs types de questions sur lesquelles il nous semblait important de revenir.

    L’évolution des modes de consommation induite par l’arrivée de la plateforme laisse présager pour les années à venir une demande croissante de VOD. De plus Netflix n’entend pas se restreindre seulement au monde des séries-télévisées, puisque celui-ci commence déjà à se tourner vers le cinéma en proposant sur son site des films quarante-huit heures seulement après leur sortie sur grand écran. Par ailleurs la plateforme n’hésite pas non plus à s’associer à de grands noms du cinéma (DiCaprio, les Frères Cohen) pour renforcer son image et son audience.

    Deux principaux freins semblent cependant se dessiner à l’aune de la lecture des différents commentaires. Rappelons en effet que l’offre proposée par Netflix est individualisée entre chaque pays, le contenu de la plateforme était donc différent d’un pays à l’autre. Si aux Etats-Unis Netflix fait la joie des consommateurs, celui-ci va devoir néanmoins renforcer son catalogue s’il veut parvenir à séduire un plus large public. Je pense ici notamment à l’article posté par Hélène Gélinas en commentaire sur l’arrivée de Netflix au Canada et sa confrontation avec le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). L’autre frein qui mérite d’être souligné concerne la limitation en termes de contenus qu’entraine la stratégie de recommandation en ligne de la plateforme. Comme le soulignait l’article sur Inriality le risque de la recommandation, c’est de conforter les internautes dans ce qu’ils connaissent et apprécient déjà, bridant ainsi la sérendipité propre au web.

    Comment se porteront les chaines TV dans 5 ans ? dans 10 ans ? Auront-elles su s’adapter aux nouvelles habitudes des consommateurs et renouvelé à la fois leur forme et leur contenu ? Sommes-nous à l’aube de l’éparpillement et de la déconcentration, où les internautes vont devoir souscrire à de multiples offres pour satisfaire leur soif des séries dans la guerre des droits que se portent les SVOD ? Autant de questions qui n’en finiront pas d’alimenter le débat public autour de cette nouvelle manne culturelle en pleine expansion..

  2. Jean-Michel Salaün dit :

    Avez-vous vu ce billet :
    http://www.inriality.fr/culture-loisirs/vod/affinite/la-recommandation-latout

    Qu’en pensez-vous ?

    • Héloise Geandel dit :

      Bonjour,

      Cet article fait ici en quelque sorte écho à mes yeux au billet de Thomas sur la possibilité d’une prédiction des achats grâce aux traces émises par l’internaute sur le web. Le système de recommandation a déjà fait ses preuves et est bel et bien un des atouts phares de Netflix. Je pense ici au jeu sur Playstation 3 que Netflix avait lancé en 2013 : baptisé Max, ce programme demandait à l’utilisateur de lui indiquer son humeur, puis lui proposait une série de films adaptés.
      Autant d’informations récoltées qui ont permis à Netflix de s’imposer grâce à des programmes tel que House of Cards, première série créée en partie grâce au Big Data. Comme le souligne le New York Times, le succès de cette première création originale avait prouvé que Netflix “savait avant les téléspectateurs ce qu’ils voulaient regarder”. (http://www.france24.com/fr/20140521-netflix-france-big-data-house-cards-television-algorithme-recommandation-internet-svod/)

      Cependant un des points intéressants soulignés dans cet article est la limitation en termes de contenus qu’entraîne la recommandation. Comme le souligne Eric Scherer le principal risque de la recommandation « est de créer une chambre d’écho, de réduire le champ de vision du consommateur alors que notre mission est de l’élargir, d’où notre penchant vers un système hybride ». Je pense qu’il s’agit là d’un des principaux freins au bon développement de la plateforme. En proposant aux internautes des séries basées sur leurs goûts et envies, Netflix les conforte dans ce qu’ils connaissent et apprécient déjà. Toute curiosité et possibilité de découverte d’autres tendances se retrouve ici brimée, les internautes étant alors cantonnés à un cercle restreint et coutumier.
      Reste donc à savoir si le principe de « push personnalisé » qu’entend développer France Télévision parviendra à concilier recommandation et élargissement des contenus afin de proposer une alternative intéressante à la plateforme américaine.

  3. Valérie Saos dit :

    Annule et remplace le commentaire précédent – texte avec les liens actifs

    Merci pour votre billet. Il rend bien compte du contexte dans lequel Netflix s’est implanté en France et relativise son poids aux États-Unis.
    Son pdg Reed Hasting ne s’y trompe d’ailleurs pas. Dans une interview à Télérama, il reconnait qu’“il y a toujours de la nervosité quand un nouveau venu arrive […] Aux Etats-Unis, où nous avons aujourd’hui 35 millions d’abonnés, il y a toujours 100 millions de clients au câble et au satellite ! Netflix est vraiment complémentaire des offres existantes.“ (http://www.telerama.fr/medias/reed-hastings-pdg-de-netflix-s-il-y-a-de-gros-cheques-a-la-cle-les-artistes-ont-envie-de-creer,114796.php).
    En effet, l’offre de Netflix repose aujourd’hui sur catalogue majoritairement composée de séries, comme le souligne Ted Sarandos, directeur des contenus. (http://www.01net.com/editorial/627070/netflix-nous-voulons-offrir-un-service-meilleur-que-le-piratage/)

    Alors pourquoi une telle nervosité à l’annonce du développement en France de Netflix ? Peut-être parce que l’arrivée de Netflix a pour effet de rendre plus visible le marché de la Svod et ses carences en France. En effet, dans ce secteur, il n’y avait jusqu’alors qu’un seul réel opérateur CanalPlay, contraint aujourd’hui de revoir ses tarifs et ses offres. (http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/09/16/netflix-contre-canal-play-le-match-des-offres-illimitees_4487921_4408996.html).
    Elle souligne aussi le retard accusé dans le domaine du numérique par certains acteurs traditionnels de la télévision. Ainsi, dans un entretien au Monde, Bruno Patino, directeur général délégué aux programmes, aux antennes et aux développements numériques de France Télévisions, constate que “le développement de la SVOD doit nous faire prendre conscience que se développe de plus en plus une offre de recommandation à côté de l’offre de programmation“, soulignant que “Netflix prospère en gérant les données et les algorithmes de ses abonnés.“
    (http://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2014/10/17/bruno-patino-quand-les-ressources-baissent-ce-n-est-pas-sans-consequence-sur-les-programmes_4508184_1655027.html?xtmc=netflix&xtcr=10)

    En effet, la force de Netflix réside dans l’algorithme qu’elle a créé et qu’elle ne cesse de perfectionner pour analyser les films et les séries regardés par l’abonné afin de lui en recommander d’autres et d’orienter ainsi son choix. Mais, c’est aussi le moyen de construire un catalogue cohérent en phase avec les attentes des abonnés car “notre but n’est pas de tout avoir, mais de proposer ce qui plaît au public” (Neil Hunt, membre de la direction de chez Netflix – http://www.telerama.fr/medias/netflix-jour-j-en-france-pour-le-geant-du-streaming-americain,116134.php).
    De fait, l’offre d’essai gratuite d’un mois proposée par Netflix apparaît comme le moyen de récolter rapidement informations et données sur le public français, et ce afin d’améliorer le catalogue initial qui comporte moins d’un millier de titres. Les premiers retours sur l’offre Netflix sont d’ailleurs assez critiques et la présentent surtout comme une opportunité de rattrapage, notamment pour les séries américaines, tout en soulignant le choix limité en films. (http://television.telerama.fr/television/netflix-au-fait-qu-y-a-t-il-dans-le-catalogue,116760.php)

    Dans ces conditions, comment susciter et/ou maintenir l’intérêt des clients potentiels et des abonnés ? En jouant sur 3 ressorts bien connus de l’économie du web :
    – l’accès en s’associant avec les 3 principaux FAI français pour s’assurer une visibilité auprès des deux tiers des foyers français qui regardent déjà la télévision via leur box,
    – la promesse et l’exclusivité en garantissant aux abonnés l’accès à des séries achetées en accès réservé (ex. Fargo, déclinaison du film éponyme des frères Coen)
    ou inédites car produites par Netflix (ex. : Orange is the new black).

    En produisant des contenus variés allant des séries aux documentaires tout en s’associant à des figures reconnues du cinéma américain comme les frères Coen ou Léonardo Di Caprio, Netflix gagne en crédibilité et vient directement concurrencer les chaines traditionnelles de télévision françaises dans le domaine de la production.
    (http://www.lexpress.fr/culture/tele/leonardo-dicaprio-s-associe-a-netflix-pour-produire-un-documentaire-sur-les-gorilles_1613192.html)
    C’est probablement plus autour de cette ambition que se cristallisera le conflit car “nous prévoyons de produire des séries TV de qualité supérieure à ce que l’on a vu à la télévision française avec des réalisateurs de cinéma, des écrivains très expérimentés à la télévision, avec des producteurs très expérimentés” (Ted Sarandos, directeur des contenus – http://www.01net.com/editorial/627070/netflix-nous-voulons-offrir-un-service-meilleur-que-le-piratage/).
    Reste la question des fonds que Netflix est prêt à débloquer pour assumer cette ambition…

    • Dorian Seillier dit :

      Bonjour Valérie,

      Merci pour ton commentaire qui souligne bien les forces et faiblesses de Netflix, ainsi que la différence de ressenti chez les acteurs de la production audiovisuelle en France et aux Etats-Unis.

      Si Netflix est loin de signer l’arrêt de mort de la télévision (pour l’instant), son arrivée sur le marché américain a forcé les acteurs traditionnels à réviser leur offre et leur mode de diffusion, à l’image de HBO et CBS. L’évolution des modes de consommation laisse présager une demande croissante de VOD dans les années à venir : les chaines TV ne semblent pas avoir le choix, elles doivent s’adapter aux nouvelles habitudes des consommateurs si elles veulent enrayer leur déclin. D’autant que, comme tu le soulignes, Netflix n’hésite pas à s’associer à de grands noms du cinéma pour renforcer leur image de marque et leur audience, non seulement aux Etats-Unis, mais aussi à l’international (cf. le discours de l’acteur Kevin Spacey pour promouvoir la chaine et la la sortie de la série phare « House of cards » : http://www.theguardian.com/media/video/2013/aug/23/kevin-spacey-mactaggart-lecture-video)

      Toutefois, Netflix va devoir renforcer son catalogue qui, pour l’instant, reste insuffisant pour satisfaire la faim de films et de séries des consommateurs. Plusieurs critiques se font déjà entendre, comme tu le soulignes, entre usagers français et américains qui ne disposent pas du même catalogue : l’offre est pour l’instant individualisée entre chaque pays.

      Une question mérite d’être posée. Si une des raisons invoquées pour expliquer le cord-cutting reste le mauvais rapport qualité/prix de l’abonnement au câble, du fait que l’offre pléthorique de chaines « imposées » dans le bouquet correspond de moins en moins à la demande des consommateurs, on peut s’interroger sur les coûts futurs des services de VOD. En effet, Netflix propose aujourd’hui trois formules : 7,99€ pour l’offre classique, 8,99€ pour l’offre HD sur deux écrans simultanés, et enfin 11,99€ pour l’offre HD sur quatre supports à la fois. Mais, comme on a pu le voir, le problème des droits et de l’exclusivité continue de se faire sentir. Un seul abonnement à un service de VOD ne permet pas d’accéder à la totalité du contenu audiovisuel produit à l’heure actuel. Chaque chaine, chaque nouvelle plateforme risque de proposer les séries qu’elle a produites ou dont elles a acheté les droits, ce qui va obliger les consommateurs à multiplier les abonnements s’ils souhaitent avoir un accès non restreint aux séries qu’ils préfèrent. A un abonnement au câble unique, jugé trop cher par les générations actuelles, va-t-on voir arriver l’ère des abonnements multiples ?

  4. Pierre Gandonnière dit :

    Le modèle de la TV a commencé à être attaque au coeur dans les années 90 avec a muiltiplicaiton des chaînes et la multiplication des sources de diffusion (cable, satellite, etc). Ensuite l’internet a détrôné la TV comme média « impérial ». Là, si on vous suit bien, c’est la coup de grâce. Mais vous ne considérez que les programmes de stock. Le coeur de la TV, c’est le programme de flux, avec le direct, l’info, le talk, les jeux…Sicela aussi est attaqué, il ne restera plus rien….

    • Loup Cellard dit :

      « Le modèle de la TV a commencé à être attaque au coeur dans les années 90 avec la muiltiplication des chaînes et la multiplication des sources de diffusion (cable, satellite, etc). »

      Je ne suis pas d’accords avec cette phrase, la multiplication des chaînes c’est la multiplication de l’offre mais pas un affaiblissement de la télévision, ça serait plutôt l’inverse même…

      • Héloïse dit :

        Oui je suis d’accord avec Loup, la multiplication des chaînes et des offres a davantage permis d’enrichir le modèle de la TV à mes yeux…

        Cependant oui, ce qui fait la force de la TV de nos jours, ce n’est pas tant les séries mais plutôt le direct, l’info, les jeux, comme tu le soulignes Pierre. Netflix ne s’en prend (pour l’instant ?) qu’à une seule branche bien précise de la TV, ce qui lui laisse encore une belle marge de manœuvre.

  5. Loup Cellard dit :

    Au delà des problèmes que pose l’arrivée de Netflix aux acteurs de la télévision et que vous relatez bien dans votre article, est-ce que l’ogre fait peur au monde du cinéma (auteurs, producteurs, distributeurs, et salles de cinéma) ?
    France Televisions et Canal+ investissent beaucoup dans le cinéma pour obtenir l’exclusivité des droits de diffusion des films sur leurs chaines, est-ce que ces acteurs vont continuer cette démarche alors que l’audience télévisuelle décroit ?

    Et du coup comment le cinéma va continuer de ce financer sachant que le crowfunding n’est pas suffisant : peut-être en passant des accords avec des services de SVOD ?

    • Héloïse dit :

      En effet tu fais bien de le souligner, Netflix fait également peur au monde du cinéma. L’exemple le plus récent est la sortie du film Tigre et Dragon 2 qui sera disponible sur Netflix le jour même de sa sortie au cinéma, ce qui n’est pas sans provoquer la colère des différents acteurs de l’audio-visuel. Je te joins le lien de l’article si cela t’intéresse : http://www.numerama.com/magazine/30742-tigre-et-dragon-2-sera-sur-netflix-le-jour-de-sa-sortie-au-cinema.html

      En toile de fond se joue notamment la réforme de la chronologie des médias ( 3ans d’attente avant la sortie d’un film sur la plateforme)

      La sortie simultanée d’un film en VOD / SVOD et au cinéma intéresse la Commission européenne. En 2012, Bruxelles avait lancé une initiative publique visant à expérimenter cette idée pour « évaluer les avantages de la sortie de longs-métrages sur différentes plates-formes le même jour ». Lien ici : http://www.numerama.com/magazine/24096-bruxelles-veut-tester-la-sortie-de-films-au-cinema-et-sur-internet-le-meme-jour.html

      Un premier test grandeur nature a eu lieu l’année suivante (2013) avec un film documentaire sur l’artiste brésilien Gilberto Gil : http://www.numerama.com/magazine/25220-cinema-une-premiere-sortie-cine-vod-simultanee-en-europe.html
      Il s’agissait notamment selon Florence Gastaud, déléguée générale, d’expérimenter  » l’éventuelle complémentarité des exploitations VOD et salle, et des aménagements réglementaires portant sur la chronologie des médias ».

      Ce printemps, une étude présentée lors du Festival de Cannes a conclu que les films qui sortent simultanément en vidéo à la demande et au cinéma sont d’abord regardés dans les salles. Le choix de la VOD serait ainsi surtout privilégié dans les régions où le film n’est pas proposé à l’affiche.

      • Loup Cellard dit :

        Merci pour ces infos complémentaires, on peut espérer alors que la chronologie des médias va bouger pour nous donner plus de liberté dans l’accès à un film. L’ensemble de la chaîne de production a plutôt à y gagner même si il reste des réticences. Il se passe un peu la même chose pour la musique quand un artiste décide de sortir son album en CD et sur Itunes (ou gratuitement sur youtube, soundcloud…) mais dans ce milieu la pilule du numérique est passée !

  6. Priscille Legros dit :

    Merci pour cet article vraiment intéressant qui me permet d’en apprendre plus sur Netflix qui est, comme vous le dites, encore peu visible en France. Il semblerait que, comme pour l’édition, la loi française fasse ralentir la déferlante web et numérique mais même si la « tradition » française protège les industries culturelles traditionnelles, on se demande en effet combien de temps cela fonctionnera face à des géants qui n’ont pas de frontière…

    • Hélène Gélinas dit :

      Dans un article publié dans un quotidien québécois au début du mois d’octobre on apprend que Netflix s’oppose au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). En septembre, ce dernier a tenu une audience publique sur l’avenir de la télévision. L’opportunité de soumettre les fournisseurs de vidéos sur l’internet à certaines règles – liées notamment au financement du contenu- , a alors été envisagée. Le CRTC a donc demandé à Netflix de lui fournir des statistiques (nombre d’abonnés canadiens, croissance des revenus publicitaires, etc.). L’entreprise américaine a refusée en alléguant que son absence physique en sol canadien l’excluait de la juridiction du CRTC. Pierre Trudel, professeur de droit à l’Université de Montréal, rejette cette argumentation, car selon lui, Netflix répond à la définition légale d’une entreprise de radiodiffusion. Certains affirment, par ailleurs, que le contenu diffusé sur le web ne peut être réglementé sans brimer la liberté d’expression. C’est un débat à suivre !

      Référence :
      http://affaires.lapresse.ca/opinions/chroniques/stephanie-grammond/201410/02/01-4805528-pourquoi-jai-largue-netflix.php

      • Héloïse Geandel dit :

        Je pense qu’il est malavisé de songer que le contenu diffusé sur le Web ne puisse être soumis à des règles en arguant le principe de liberté d’expression. Les exigences du CRTC concernant Netflix étaient compréhensibles, surtout dans une logique d’anticipation et de protection face à la super plateforme américaine. Cependant le Conseil de la Radiodiffusion et de la Télécommunication canadiennes réagit peut être « trop tard ». Netflix pèse désormais trop lourd dans la balance de l’auviovisuel pour se voir imposer des règles. La plateforme peut se permettre de refuser les demandes du CRTC, même si en effet comme l’explique le professeur Pierre Trudel, d’un point de vue législatif le web relève du CRTC.

        Ce faisant la plateforme se prive néanmoins de la grande majorité du contenu canadien et donc d’une potentielle clientèle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *