Hachette sera-t-il emporté au gré du fleuve Amazon ?

Ce billet a été rédigé par Jonathan Gosselin (EBSI) et Lénaïk Le Duigou (Enssib) dans le cadre du cours en ligne Economie du web.

Du grand fleuve au volcan, on ne sait quelle métaphore géo-sismique siérait le mieux à Amazon, entreprise hors-normes devenue, en vingt ans à peine, l’incontournable  géant du commerce en ligne que l’on sait. La croissance fulgurante d’Amazon s’est faite dans la douleur, tant en interne que chez ses fournisseurs. Les exaltants rebondissements du bras de fer commercial opposant depuis des mois Amazon à l’éditeur Hachette Books Group, second groupe d’édition aux Etats-Unis, en sont une nouvelle illustration, l’éditeur étant en apparence celui qui a le plus à perdre dans le conflit. Alors, David contre Goliath? Ce n’est pas si simple.

Les prix Amazon menacent les marges d’Hachette

Oui certes, la guerre se joue autour du prix du livre numérique. D’un côté, Amazon, sous la pression de ses actionnaires, est impatiente de rentabiliser enfin son écosystème du “client captif”, pour lequel elle a énormément investi et a, pour l’instant, perdu énormément d’argent.  Pour ce faire, fidèle à son credo du “tout pour le client” et à sa stratégie de fidélisation, quitte à vendre à perte, Amazon mise sur une politique de prix bas et, en l’occurrence pour le livre numérique, de prix unique de 9,99$, seuil psychologique au-delà duquel les ventes s’essoufflent. L’e-commerçant estime en effet que les lecteurs achètent 1,74 copies en moins lorsque le prix des livres numériques est fixé à 14,99$, et qu’un prix de vente supérieur à 9,99$ est injustifiable, puisque les coûts de production d’un livre numérique sont inférieurs à ceux d’un livre papier.

Hachette s’inscrit en faux contre ces raisonnements. Dans une lettre adressée en août 2014 à ses détracteurs, le président d’Hachette, Michael Pietsch, explique qu’il est erroné de prétendre que tous les livres ont la même valeur. Il soutient également que le prix des livres numériques sert à éponger le coût de production associé à tous les formats – numérique, couverture rigide, couverture souple, etc. – et pas seulement à ceux associés aux livres numériques. Selon lui, le litige entre sa compagnie et Amazon provient plutôt de la gourmandise agressive de son rival, qui désire occuper une part plus grande du marché du livre, au détriment des auteurs, des petites librairies et des éditeurs.

Les enjeux pour Hachette sont, d’une part, la marge de profit qu’il sera en mesure d’obtenir pour chaque livre numérique vendu et, d’autre part, la position qu’il occupera au sein du marché du livre.

Le distributeur peut-il fixer les prix : « agence » vs « classique »?

Les nombreux journalistes qui ont suivi le déroulement de ce conflit ces derniers mois  évoquent rarement les évènements qui se sont déroulés avant mai 2014. Pourtant, l’origine du conflit remonte à 2009 (voire même aux début des années 2000 si l’on considère les premières opérations promotionnelles controversées).

Le modèle qui régit alors la fixation des prix – le modèle « classique » – permet aux distributeurs de fixer les prix de vente. Les fondations de ce modèle sont néanmoins ébranlées lorsqu’Apple, qui s’apprête à lancer son Ipad et qui cherche à percer dans l’industrie du livre numérique, s’entend au mois de décembre 2009 avec Hachette et d’autres grandes maisons d’édition (HarperCollins, MacMillan, Penguin et Simon & Schuster) sur l’adoption d’un “modèle d’agence”. Ce modèle offre aux maisons d’édition le pouvoir de fixer elles-mêmes une fourchette de prix, du minimum au maximum. En échange de l’adoption de ce modèle, Apple réclame 30% de commission sur tous les livres vendus sur sa plateforme et exige que les maisons d’édition imposent ce nouveau modèle à tous leurs distributeurs, dont Amazon.

En avril 2012, le ministère de la justice des Etats-Unis condamne Apple et les éditeurs pour entente illicite. On les accuse d’avoir augmenté et figé le prix des livres numériques, d’avoir empêché la concurrence entre les différents revendeurs et d’avoir réduit la concurrence entre éditeurs en adoptant des stratégies de vente identiques. Afin d’éviter de s’embourber dans un combat juridique sans fin, Hachette conclut un accord avec la Cour par lequel il s’engage à rembourser les acheteurs qui ont subi des préjudices. Dans le document faisant état de la poursuite, on constate également qu’Hachette s’engage à ne pas « restreindre, limiter ou entraver la capacité qu’a un distributeur de fixer, altérer ou réduire le prix de vente de tous ses livres numériques » (traduction libre).

Ces contraintes imposées par le ministère de la justice américain étaient valables deux ans et sont levées depuis le mois de février 2014… d’où la résistance d’Hachette face au modèle “classique” qu’Amazon tente de lui imposer ?

 Le livre, un produit différent ?

Par mesure de rétorsion dans ce différent commercial, Amazon ralentit volontairement la livraison de produits édités Hachette, acquiert une quantité insuffisante de livres, empêche la précommande de livres papier et surfacture les livres électroniques de cet éditeur tandis que le site “pousse” des suggestions d’achat pour d’autres livres “similaires” non-édités par Hachette… Amazon enjoint même ses clients, en dévoilant le mail du patron d’Hachette, à lui réclamer une baisse des prix, au nom de leur droit à lire…

L’effet sur les ventes ne tarde pas. En août 2014, inquiets devant les préjudices qu’ont subi plusieurs écrivains, 900 auteurs rédigent une lettre dans laquelle ils demandent à Amazon de mettre fin à de tels procédés. Selon les signataires, la décision d’Amazon de freiner l’acquisition de produits aurait été légitime s’il s’était agi de biens de consommation ordinaires. Or, selon eux, le livre ne peut être réduit à un simple bien de consommation, même si le livre, qu’il soit papier ou numérique, fait partie de l’économie de l’information.

Est-ce enfin l’avènement du numérique ?

Il est dommage que l’avènement du numérique et ses conséquences n’ait pas fait l’objet d’un paragraphe ou deux. Car si le livre numérique est effectivement différent d’une marchandise ordinaire, puisqu’il contient de l’information, il semble erroné de croire qu’il se soustrait à toute comparaison, qu’il est unique, comme les auteurs l’affirment.

Les changements qui se sont produits dans l’industrie de la musique et du film, nous l’indiquent, l’un des enjeux majeurs auxquels les éditeurs tel que Hachette doivent réfléchir est l’arrivée, dans l’industrie du livre, de nouveaux acteurs chamboulant les rôles et l’importance de chacun.

Puisque les livres numériques sont des biens non-rivaux et non-exclusifs et que leur utilisation se généralise, les différents maillons de la chaîne de distribution font face à de grandes perturbations : le rôle de certains, telles que les petites librairies indépendantes, est remis en question ; le rôle des différents acteurs se confondent, comme le démontre le service d’édition offert par Amazon; et de nouveaux services jusqu’à présent improbables voient le jour, tel que le service de consultation illimité d’Amazon.

Comme on peut le constater, dans cette nouvelle économie du livre, Amazon a pris une grande avance et semble occuper une place prépondérante, au détriment des maisons d’édition. Son modèle d’affaires a clairement un objectif de désintermédiation, c’est-à-dire de suppression de maillons, ou acteurs, du marché. Selon les économistes, Amazon remonte désormais le cours de la filière du livre, filière dont la valeur s’est déplacée en aval, en intégrant de nouvelles compétences métiers et de nouvelles activités.

Selon certains, Hachette refuserait d’accepter le prix unique de 9,99$ d’Amazon car une telle pratique entraînerait la dévaluation du livre papier. Une telle dévaluation accélérerait probablement les changements imputables au numérique dans le monde du livre et fragiliserait la position d’Hachette. Hachette, par le biais d’un prix plus élevé pour ses livres numériques, tente de ralentir ces changements, à défaut de pouvoir les endiguer.


Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. Jonathan Gosselin dit :

    À la lecture des commentaires, le premier constat qui s’impose est que tous les sujets ayant été abordés peuvent difficilement être analysés indépendamment les uns des autres.

    Dans un premier temps, Thomas Cavas et Noémie Ponton ont tous deux abordé la question du consommateur et de sa fidélité à Amazon. De fait, n’est-il pas contraire à l’intérêt des consommateurs d’encourager Hachette qui, après tout, cherche à vendre ses livres plus cher qu’Amazon ? Noémie a par ailleurs soulevé la question du service « parfait » d’Amazon ; un service avec lequel la plupart des librairies en ligne ne peuvent pas rivaliser. (Rappelons au passage qu’Amazon peut offrir ses services car il est bien plus qu’une librairie en ligne). Pourquoi diable, dans ses conditions, un consommateur choisirait-il un autre commerçant en ligne qu’Amazon pour acheter ses livres ?

    Ma position n’étant pas arrêtée sur le sujet, je crois que les commentaires rédigés sous notre billet, à défaut de pouvoir nous éclairer complètement, pourront nous fournir un début de réponse :

    Si l’on en croit Franklin Foer, le système d’édition actuel, dans lequel plusieurs auteurs sont payés à l’avance pour rédiger leur livre, est remis en question par la chute de prix que revendiquait Amazon. Ce dernier craint que, à terme, lorsque seule une poignée d’auteurs très populaires pourront se prévaloir de ses avances, la qualité et la diversité du contenu des livres diminueront.

    À Jean-Michel Salaün, qui se questionnait à savoir si Amazon était un compétiteur équitable, je lui ai cité le commentaire de Stephen Blake Mettee, qui affirmait qu’Amazon tentait de baisser les prix de manière à supprimer toute compétition, pour ensuite les réévaluer et récupérer son argent.

    L’article qu’Hélène Gélinas a publié sous notre billet aborde d’ailleurs cette inquiétude et effectue un parallèle intéressant avec les librairies Renaud Bray au Québec. À Noémie Ponton, qui supposait que l’intérêt de ne pas acheter chez Amazon pouvait être trouvé dans l’idée du devoir de bon citoyen, je crois que la situation de Renaud Bray au Québec démontre que ce ne peut pas être la seule raison.

    Je retiens aussi de cet article, en raison du commentaire de Douglas Preston et du contexte dans lequel il a été produit, le caractère presque sacré que revêt le livre pour certains (et pour lequel j’éprouve un certain malaise). Comme l’a souligné Alain Pierrot, les livres électronique et papier ne peuvent pas, à proprement parler, être qualifié de produits extraordinaires. Pourtant, en leur qualité de documents (et donc des dimensions qu’ils comportent : vu, lu, su), ils diffèrent d’autres produits comme les électroménagers, par exemple. Corollairement, cela signifie aussi que les livres ne se soustraient pas à toute comparaison et qu’ils peuvent obéir à des principes économiques s’appliquant à d’autres produits. C’est pourquoi, affirmer comme l’on fait plusieurs auteurs de renom, que le livre est un produit unique et qu’il doit, par conséquent, recevoir un traitement spécial m’apparait réducteur.

  2. Thomas Cava dit :

    Je ne saisis pas le pourquoi du comment du plan d’attaque d’Hachette. Il est clair que ce que fait Amazon, elle le fait mieux, plus rapidement et plus efficacement. Aussi, pourquoi ne pas se servir des ressources importantes du groupe, qui si elles ne sont pas au niveau d’Amazon n’en sont pas moins honorables, et mettre en service un service si ce n’est équivalent, au moins concurrent.
    Outre l’argument qu’Amazon n’est pas un vrai libraire et ne pense pas aux lecteurs, etc., il n’en reste pas moins qu’il satisfait plus mes attentes de lecteur que n’importe quel libraire, éditeur. Selon moi, une maison d’édition, surtout de cette taille, n’a pas un travail différent d’un acteur commercial. Le but est toujours de vendre de plus en plus de livres, seule la méthode change.
    Et Hachette monte/stagne ses prix pour endiguer le phénomène Amazon ? Contre qui se bat-elle exactement ? Parce que personnellement, je vois les retombées pour le lecteur, c’est lui qui a le plus à perdre dans l’histoire (et l’auteur, mais c’est une autre histoire). Payer un livre numérique 25€ ? Très peu pour moi.

    Enfin, du point de vue de l’auteur, vu que c’est un peu mon truc à moi. C’est le système qui veut qu’il n’ait que des parts minimes sur les bénéfices, très bien. Le livre numérique, la baisse des prix, tout le monde semble penser que c’est la mort des écrivains, Hachette comprise, et c’est leur argument principal (après leurs propres pertes bien évidemment).
    Je pense qu’il faut juste ouvrir les yeux, déjà certains grands noms travaillent sous contrat comme prestataires presque, avec des chèques à l’entrée et éventuellement des primes sur les ventes, plutôt qu’un pourcentage ridicule.
    Je veux voir ça : payer les auteurs avec des salaires de sérialisation comme les mangakas, ou comme on paie un maçon pour monter un mur.

    • Jonathan Gosselin dit :

      Dans la première partie de votre commentaire, vous vous demandez pourquoi Hachette n’offre pas un service similaire à celui d’Amazon. La réponse à cette question me semble être la suivante : parce que ce n’est pas possible, du moins, à court ou à moyen terme. Selon moi, les plus ardents défenseurs d’Amazon, dans le conflit qui l’oppose à Hachette, commettent souvent l’erreur de ne pas considérer Amazon pour ce qu’il est ; d’appréhender Amazon comme s’il n’était qu’une simple librairie en ligne. Amazon offre une multitude de services et de produits qui vont bien au-delà des livres. Et ses techniques de vente sont, bien entendu, conformes à cette réalité.

      Amazon cherche, d’une part, à attirer de futurs clients et, d’autre part, à les garder. Pour y parvenir, il offre une multitude de services – dont la qualité est par ailleurs souvent irréprochable – que des compagnies qui n’ont pas sa taille ou son marché sont incapables de reproduire : Comme le démontre cette vidéo, Amazon voudrait que, dans un avenir rapproché, des drones effectuent ses livraisons en moins d’une heure. Cet avenir est d’ailleurs à nos portes, puisqu’Amazon teste déjà ce service en Inde. Et comme le démontre cet article, grâce à de puissants algorithmes, Amazon songe à prédire les achats de ses clients pour le temps de fête, afin de leur faire épargner du temps. Hachette pourrait toujours mettre sur pied quelques-uns des services offerts par Amazon. Il faut néanmoins garder en tête que le coût associé à de telles actions serait beaucoup plus grand, proportionnellement, pour Hachette que pour Amazon.

      Mais il n’y pas que les services qui attirent et plaisent aux usagers de ce géant du commerce en ligne. Les prix d’Amazon jouent aussi un rôle très important. Et ces derniers sont parfois si bas qu’Amazon vend à perte ! Par exemple, comme le démontre cet article paru en 2011, il semblerait qu’Amazon vende à perte ses tablettes Kindle : « Amazon gagne de l’argent non pas sur l’équipement Kindle, mais sur les contenus et les produits payants qu’il prévoit de vendre grâce au Kindle ». Une réalité qui semble d’ailleurs encore être d’actualité. Pourtant, la même logique de bas prix s’applique aux livres. De fait, la marge de profit d’Amazon sur chaque item vendu n’a pas à être très élevée puisqu’il sait qu’il en vendra suffisamment pour être rentable. Une réalité qui n’est pas nécessairement vraie pour Hachette.

      Même si les résultats financiers d’Amazon n’ont pas été des plus satisfaisants dans les derniers mois, il semble que ce ne soit pas cette logique qui soit remise en cause, mais plutôt la propension d’Amazon d’investir dans trop de secteurs à la fois.

      En d’autres mots, et pour reprendre une expression québécoise, Amazon et Hachette ne sont tout simplement pas dans la même ligue.

    • Jonathan Gosselin dit :

      Avant de répondre à votre question, je crois qu’il serait pertinent de définir ce que signifie un compétiteur équitable. Si vous entendez par là un compétiteur qui respecte les lois, force est d’admettre qu’Amazon n’a enfreint aucune loi, et ce, même lorsque la ministre de la Culture en France a tenté de faire adopter une loi sur le prix des livres sur internet visant spécifiquement Amazon ; une loi empêchant les vendeurs de livres en ligne d’additionner une réduction de 5% à la gratuité de la livraison. Amazon a répondu à cette loi en chargeant la livraison de ses usagers 1 sou.

      http://www.lemonde.fr/technologies/article/2014/08/12/aurelie-filippetti-accuse-amazon-de-pratiques-inqualifiables_4470395_651865.html

      Je ne suis pas économiste, mais les articles que vous avez partagé, s’ils témoignent des pratiques financières d’Amazon et de la puissance que ces dernières lui procure, semblent surtout mettre en garde les investisseurs. Aucun article n’avançait qu’Amazon agissait illégalement.

      Mon opinion est qu’Amazon agit de manière inéquitable seulement si ses actions sont dictées par sa volonté de détruire la compétition ; si les prédictions de Stephen Blake Mettee, le président de l’association des éditeurs indépendants, sont fondées : « Vous baissez les prix jusqu’à ce que toute compétition soit anéantie, et ensuite vous réévaluez pour récupérer votre argent ».

      https://www.actualitte.com/economie/assure-de-son-monopole-amazon-augmente-les-prix-de-ses-livres-43691.htm

  3. Hélène Gélinas dit :

    Je viens de lire l’éditorial de Dominique Lemieux dans le dernier numéro de la revue Les Libraires (http://revue.leslibraires.ca/uploads/Magazines/0016__Lib85.pdf). Dans cet article intitulé « Les livres en otages », l’auteur aborde la question de la rivalité entre Hachette et Amazone aux États-Unis, mais également celle qui, au Québec, oppose le distributeur Dimédia et la chaîne de librairies Renaud-Bray. Les livres numériques ne sont pas seuls aux coeur des débats, car, de fait, des acteurs de l’industrie du livre « papier » veulent également accentuer leur pouvoir dans leur marché et imposer leurs conditions.

  4. Ponton Noémie dit :

    Tout d’abord, je vous félicite tous les deux pour ce post ! Je l’ai trouvé clair et concis, de plus il a clairement participé à m’éclairer concernant certains termes du débat actuel. Dans ce petit commentaire je voudrais vous parler de deux choses auxquels votre billet m’a fais penser.

    Il est communément accepté de dire qu’un distributeur comme Amazon qui monopolise un commerce culturel tel que les livres et étouffe la distribution traditionnelle devient un danger et un problème de société. Mais face à cela des initiatives ont vu le jour : http://www.placedeslibraires en est un exemple. Ce site permet rechercher par géolocalisation un livre en stock dans l’une des deux-cents librairies partenaire du projet puis de passer chez le libraire pour l’achat. On peut aussi citer http://www.librest.com, un collectif de sept libraires parisiennes indépendantes proposant plus de 300 000 références disponibles.
    Selon moi, ces projets prouvent (entre autre) deux choses :
    – que l’internet n’a pas forcément tué le libraire (au sens indépendant) : il a certes modifié en profondeur son contexte de vie, il a certes modifié ses/des pratiques mais l’a aussi poussé à évoluer et à se renouveler, se moderniser en continuant d’exister dans une politique et dynamique nouvelle ;
    – que la détestation d’un grand groupe comme Amazon permettant de se déculpabiliser d’un certain manque de compétences ne fait pas avancer les choses mais participe plutôt à les endiguer.
    Devant une situation qui paraît aussi inégale peut-être serait-il vraiment utile de mettre en avant de telles initiatives, plus proches de la culture Française, des habitudes, en prenant en compte les changements de pratiques ? De plus est-ce que ces combats ne se font pas finalement au détriment même du contenu numérique et surtout des opportunités (techniques/éditoriales) que cela amène ? Est-ce que ces débats ne font finalement pas glisser les questions techniques au profit des questions économiques ?

    Second point : les utilisateurs et internautes (dont, je trouve, on ne se préoccupe pas beaucoup sur la Toile) et leur certaine fascination pour Amazon. En lisant les commentaires de nombreux articles sur le conflit Hachette/Amazon, je m’aperçois que souvent, la majorité des posts s’axent sur le service « parfait » que leur offre Amazon : facilité et rapidité d’usage (notamment commande en un clic), gain de pouvoir culturel (offre gigantesque), de pouvoir d’achat, accès livraison et même retour record. Il en ressort un dilemme assez frappant chez les internautes : acheter à des ecommerçant Français (devoir de bon citoyen) offrant un service douteux ou bien acheter sur Amazon source d’un service impeccable ?
    Amazon a compris les enjeux du web et de l’internet : notamment que l’internaute se trouve au centre de son fonctionnement, à la fois moteur, producteur et acheteur. Mais reste toujours que l’expérience utilisateur est reine. Amazon a intégré ces aspects, sa compétitivité est ces termes reste monopolisante. Est-ce cela qui manque actuellement à des groupes comme Hachette ?

    • Le Duigou dit :

      Merci pour ces remarques et ces précisions Noémie ! Tu soulignes avec raison un paradoxe : d’un côté l’on reconnaît que les tentatives de rééquilibrer un marché où un acteur dominant se trouve en position monopolistique (les initiatives des libraires français) sont salutaires voire nécessaires, de l’autre l’on plébiscite le service développé par l’acteur dominant. Le Nobel d’économie américain Paul Krugman vient justement, dans un article du New York Times paru dimanche 19 octobre 2014, d’expliquer pourquoi la taille d’Amazon devient problématique : « Dans le jargon économique, Amazon n’agit pas encore comme un monopole, un vendeur dominant avec le pouvoir d’augmenter les prix. En fait il agit comme un monopsone, un acheteur dominant avec le pouvoir de baisser les tarifs. » Pour l’instant l’ecommerçant n’a pas abusé de sa position pour faire pression sur les clients, mais qu’en sera-t-il demain?
      http://urlz.fr/PjF

    • Jonathan Gosselin dit :

      Votre lecture du conflit est tout à fait pertinente. Les deux points que vous avez soulevés sont également d’une très grande lucidité.

      Vous affirmez que l’économie occupe peut-être, dans ce débat, une importance trop grande au détriment, notamment, du contenu. Vous vous demandé également si l’expérience que procure Amazon à ses utilisateurs est la pièce manquante des grandes maisons d’édition telles que Hachette. Je crois que l’article percutant de Franklin Foer, l’éditeur du prestigieux magazine américain New Republic, pourra vous éclairer. Selon lui, l’économie et, à plus forte raison, l’état de monopole dans lequel se trouve Amazon, constituent l’élément central du conflit; élément à la lumière duquel vos deux points doivent être analysés. Amazon, avance-t-il, est si gros qu’il a le pouvoir d’imposer aux maisons d’édition des chutes de prix dramatiques. Or, continue-t-il, peu d’observateurs prennent en considération le fait que, bien souvent, les maisons d’édition paient leurs auteurs en avance, afin qu’ils puissent se consacrer pleinement à la rédaction de leurs livres. En cherchant constamment à diminuer le prix des livres, c’est l’efficience de ce système que l’on remet en question. À terme, lorsque seule une poignée d’auteurs populaires pourront se prévaloir de ces avances, c’est la qualité et la diversité du contenu des livres qui en pâtiront.

      Puisque c’est au nom des consommateurs que ces chutes de prix sont réclamées, c’est en partie aux consommateurs de s’y opposer. Voici ce que Foer avait à dire sur le sujet :

      In confronting what to do about Amazon, first we have to realize our own complicity. We’ve all been seduced by the deep discounts, the monthly automatic diaper delivery, the free Prime movies, the gift wrapping, the free two-day shipping, the ability to buy shoes or books or pinto beans or a toilet all from the same place. But it has gone beyond seduction, really. We expect these kinds of conveniences now, as if they were birthrights. They’ve become baked into our ideas about how consumers should be treated.

  5. Alain Pierrot dit :

    le livre numérique est effectivement différent d’une marchandise ordinaire, puisqu’il contient de l’information

    Une remarque qui suscite beaucoup de questions intéressantes à discuter :
    • Un livre (numérique ? imprimé ?) est-il un conteneur d’information ?
    • Quel sens donner à information dans ce contexte ?
    • En quoi contenir de l’information ferait-il d’une marchandise une marchandise extraordinaire ?
    On pourrait reformuler la remarque ainsi :
    Une manifestation numérique d’un item de propriété intellectuelle appartient à une classe de produits marchands particulière, — et tenter de spécifier les caractères de cette classe.

    • Le Duigou Lénaïk dit :

      Merci Alain Pierrot pour votre lecture ! Votre reformulation aide à la compréhension des enjeux de définition des « produits » intellectuels, artistiques, de création en général.
      Avec le livre imprimé, qu’accepte-t-on de payer? Nous payons pour l’objet, dont le prix est, dans notre esprit, déterminé par sa forme matérielle : format, qualité de la reliure, etc… Il ne nous viendrait pas à l’idée, qu’au sein d’une même collection éditoriale un titre X soit vendu trois fois ou dix fois plus cher qu’un titre Y, au prétexte que l’oeuvre X joue un rôle plus important pour la littérature ou est meilleure qu’Y ! Non, nous faisons confiance à l’éditeur : si cette oeuvre est là, sous cette forme-là, alors son prix est juste et si nous en avons les moyens, nous l’achètons! Nous payons pour l’objet uniformisé, même si nous savons que son contenu est unique et que tous les contenus sont loin d’être équivalents.
      Avec le livre numérique, ce paradoxe devient criant. Si l’on continue de payer pour un « objet », pourquoi ne pas uniformiser les prix? Si l’on paye pour un « contenu », comment est-il valorisé et par qui, dans quel cadre réglementaire?

  1. 12/05/2017

    […] L’ubérisation, « horizon indépassable de notre temps » ? Bibliographie Références. Hachette sera-t-il emporté au gré du fleuve Amazon ? – Économie du document. Ce billet a été rédigé par Jonathan Gosselin (EBSI) et Lénaïk Le Duigou (Enssib) dans le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *