L’Open Access, quels enjeux pour les bibliothèques universitaires ?

Billet rédigé par Paula Lebrasseur (EBSI) et Valérie Saos (ENSSIB) dans le cadre du cours en ligne sur l’économie du web.

En tant qu’étudiants, nous y passons de temps en temps pour travailler, flâner dans les rayonnages ou emprunter des ouvrages. Nous apprécions de pouvoir nous connecter à distance au catalogue pour y trouver des références, et surtout de pouvoir consulter et télécharger des articles ou publications en ligne. Mais quels changements implique le passage au numérique dans les politiques documentaires des bibliothèques universitaires ? Sommes-nous conscients des défis que représente pour elles le développement de l’Open Access ?

Des bibliothèques universitaires sous pression

Centres de ressources dédiés, les bibliothèques universitaires se doivent de proposer des documents et des services pour servir au mieux les 2 missions des universités : l’enseignement et la recherche.

Leurs activités s’articulent principalement autour de 3 pôles : l’acquisition d’ouvrages et d’abonnements, le traitement matériel et intellectuel des collections, et la conservation et le prêt de documents.

Mais que faire en période de restrictions budgétaires alors que les prix des abonnements aux revues augmentent de manière exponentielle et captent l’essentiel des ressources financières ? Les bibliothèques universitaires ont choisi de réagir et de se regrouper en consortium à l’échelle nationale, à l’image du Bureau de Coopération Interuniversitaire au Québec ou de Couperin en France, à l’échelle européenne avec le projet Knowledge Exchange ou à l’échelle multinationale avec le regroupement Southern Europe Libraries Link.

Les regroupements en consortiums ont contribué à augmenter le poids des bibliothèques dans les négociations tarifaires, et les politiques de mutualisation des ressources pratiquées au sein des consortiums les soulagent d’une partie des coûts. Toutefois, ces démarches s’avèrent insuffisante. Citée en 2013 dans un article du quotidien Le Monde, Sandrine Malotaux, chargée des négociations avec les éditeurs au sein du consortium Couperin reconnait que “ces dernières années encore, les prix demandés avant négociation par les éditeurs vont de + 4 % à + 15 % !” et constate que les dépenses d’accès aux revues peuvent “représenter jusqu’à 90 % des dépenses d’une bibliothèque”.

Les éditeurs commerciaux Elsevier, Springer, Wiley-Blackwell, Sage Publications et Taylor & Francis, à force de rachat de revues, forment aujourd’hui un oligopole qui tire largement profit de la notoriété associée à ses publications. Cette situation a conduit plusieurs universités à ne pas renouveler leur contrat d’abonnement avec eux. C’est le cas de l’Université de Konstanz, avec Elsevier, et de l’Université de Montréal, avec Wiley Online Library.

Dans ce contexte, l’Open Access (OA) peut apparaître comme une alternative aux problèmes budgétaires tout en garantissant l’accès à des ressources documentaires qui reflètent à la fois l’actualité des recherches scientifiques et leur vitalité. Mais que se cache-t-il vraiment derrière cette promesse?

Dans la jungle de l’Open Access

Il est difficile de définir clairement la notion d’OA tant les réalités qu’elle recouvre sont variées. Aussi, la définition en négatif donnée par Kevin Smith, responsable des communications savantes et du copyright à l’Université de Duke, dans son article« Three things open access is not » nous semble une approche originale et pertinente pour en déterminer les contours.

Tout d’abord, selon Kevin Smith, l’OA n’est pas plus sujet que les autres modes de publication au plagiat ou à la fraude. Principalement utilisé pour des articles de revues de recherches universitaires, l’OA ou libre accès désigne la mise à disposition en ligne de leur contenu. Ces contenus peuvent être libres (Creative commons) ou soumis à l’un des régimes de propriété intellectuelle. Une autre distinction s’impose entre le libre accès ou libre open access et l’accès ouvert ou gratis open access. Cela permet de différencier plus clairement ce qui est en accès gratuit pour l’internaute de ce qui est en accès gratuit et libre, parce que soumis à une licence d’utilisation dite libre. Vous nous suivez toujours ? Car l’affaire se corse !

Il n’y a pas qu’un seul modèle d’OA, mais toute une variété, et certains restent encore à créer, prédit Kevin Smith. Il est néanmoins possible de définir deux types de libre accès qui connaissent de nombreuses déclinaisons :

  • La voie en « or » où les revues rendent les articles immédiatement accessibles au public et appliquent un modèle de financement dit “auteur-payeur ”. Les frais de publication sont alors supportés par l’auteur, l’employeur de l’auteur ou l’organisme financeur. C’est notamment le cas de la revue Public Library of Science ou PLoS ou de BioMed Central. C’est un modèle très en vogue dans les pays anglo-saxons, et le rapport Finch, publié au Royaume-Uni, le préconise pour une transition rapide et efficace vers l’OA. Toutefois, Émilie Paquin, responsable édition numérique et partenariat pour la plateforme québécoise Érudit, soutien, dans sa conférence, que le principal défi du financement de l’accès libre est de : « trouver une formule qui garantisse l’accès aux résultats de la recherche tout en préservant l’indépendance de la recherche elle-même », et ce, même pour des domaines à faible rentabilité comme les publications en SHS.
  • La voie « verte » basée sur le principe de l’autoarchivage où les auteurs déposent des copies de leurs articles sur une archive ouverte ou Open Archives. C’est la voie tracée depuis 1991 par arXiv, premier site d’archives ouvertes pour les prépublications de physique, et que suivent certains Etats comme la France avec le projet HAL.

Entre ces deux voies, il existe de nombreux modèles hybrides. Notamment, celui de revues qui appliquent le principe d’embargo, l’article étant payant à sa publication puis rendu gratuit après une période variable de 6 à 12 mois. Ce type d’offres a été inclus par les éditeurs commerciaux dans leur offre de bouquet… ce qui brouille encore un peu plus la notion d’Open Access.

Car rappelons-le, le mouvement de l’Open Access trouve son origine dans la volonté de la communauté scientifique de voir ses articles diffusés à la fois le plus rapidement et le plus largement possible, alors que les grands éditeurs commerciaux de revues pratiquent des tarifs prohibitifs. L’OA n’est donc pas qu’un modèle d’affaires. C’est avant tout un engagement pour certaines valeurs : une plus large diffusion du savoir, davantage de transparence dans le processus de la recherche et la promotion d’une plus grande participation à la création, au financement et à l’évaluation du savoir. Ces principes, énoncés dans la déclaration de Berlin sur le libre accès à la connaissance en 2002, constituent les fondements d’un mouvement qui n’a cessé de s’amplifier, mais qui rencontre toujours certaines résistances. En témoigne la pétition I Love Open Access, lancée le 15 mars 2013.

Soutenu depuis son origine par les bibliothèques universitaires, y voyant un moyen d’échapper à la pression tarifaire des éditeurs commerciaux auxquels elles sont liées par les Big Deals, l’Open Access commence aussi à redéfinir leurs fonctions.

L’Open Access : de nouveaux défis pour les bibliothèques universitaires

L’abonnement à des ressources en ligne a modifié la politique documentaire des bibliothèques universitaires, les faisant basculer d’une logique de gestion de magasin à celle de gestion de flux et de bases de données. Toutefois, l’inflation des publications en OA les oblige à s’interroger encore plus sur leurs investissements en matériel informatique, et ce afin d’accroitre leur capacité de stockage et d’améliorer la gestion des flux. En effet, le Directory Open Access Journal répertorie à ce jour pas moins de 1 745 042 articles issus de 10 025 journaux différents et provenant de 135 pays.

Ces questions matérielles se posent avec d’autant plus d’acuité que certaines bibliothèques universitaires sont aussi devenues des centres de dépôts des archives institutionnelles des universités et organismes de recherche dont elles dépendent. Ainsi, en France, le projet HAL n’a pas pu freiner le développement d’archives ouvertes institutionnelles, dont le nombre est estimé en 2009 à 81 établissements par J. Schöpfel.

Mais avant d’assurer un archivage pérenne, les bibliothèques universitaires doivent traiter les métadonnées de ces dépôts, en suivant le protocole OAI-PMH, qui garantit l’interopérabilité des fichiers. Or, ceci implique la formation de bibliothécaires capables de concevoir de nouveaux répertoires pour améliorer le signalement de ces ressources documentaires. Pour incarner cette évolution, J.-M. Salaün avait proposé le néologisme d’« archithécaire » qui « commence comme archiviste et finit comme bibliothécaire, illustrant la fusion des métiers dans le numérique».

Ce travail sur les métadonnées est crucial, car il favorise la visibilité des ressources et dépôts en ligne, touchant directement à la mission principale des bibliothèques, qui est d’assurer l’accès aux ressources documentaires. Rien n’est plus important pour un chercheur que de savoir ses travaux visibles, et ainsi les voir éventuellement cités, preuve de leur qualité et de la reconnaissance de ses pairs. Toutefois, beaucoup de chercheurs sont encore réticents face à l’OA par peur du plagiat et des procédures d’autoarchivages jugées trop lourdes. C’est ici que les bibliothèques universitaires peuvent intervenir en servant de relais actifs d’une politique de l’OA, en les sensibilisant et en les formant aux procédures.

L’Open Access constitue une réelle opportunité pour les bibliothèques, qui voient leurs fonctions documentaires redéfinies. Reste la question des moyens humains et matériels qui seront mis à leur disposition pour les aider à relever ces nouveaux défis…

Pour en savoir plus

Sur l’édition scientifique : vidéo Open Access 101 réalisée par Sparc – Durée: 3m 16s.

Sur les bibliothèques universitaires et leur position sur l’Open Access :


Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Valérie Saos dit :

    Synthèse des commentaires

    La majorité des commentaires concernant notre billet souligne la complexité du sujet de l’Open Access. Confidentiel et peu relayé par les médias classiques auprès du grand public sauf en cas de polémique [1], l’OA est pourtant un enjeu dont les implications vont au-delà du cercle fermé des instituts de recherche, des universités, des bibliothèques universitaires et des éditeurs scientifiques. Il nous interroge sur le partage du savoir et des résultats de la recherche. Cette problématique dépasse le cadre national et suppose une mutualisation des moyens. En témoignent le programme cadre européen pour la recherche et l’innovation Horizon 2020 qui impacte notamment la politique de l’OA en France et les projets européens Foster et OpenAire en faveur de l’OA.

    Autre enseignement de nos échanges, la difficulté à cerner l’OA et son coût par des données chiffrées. En effet, lors de nos recherches pour la rédaction du billet, nous n’avons trouvé que de simples estimations, elles aussi sujettes à discussion. La remarque de Christine Ollendorf, directrice des bibliothèques Arts et Métiers de ParisTech et membre du consortium Couperin, concernant le nombre d’archives ouvertes institutionnelles en France est significative. Elle illustre à la fois la variabilité des critères de comptage et les rapides évolutions du secteur.

    Enfin, le récent rapport “Les nouveaux enjeux de l’édition scientifique” de l’Académie des Sciences de l’Institut de France, tout comme les remarques de Lénaïk, laissent présager des heures difficiles pour les BU françaises. En effet, ce rapport préconise la solution de l’Institutional Open Access (IOA) affirmant ainsi le principe de l’auteur-payeur. Cette évolution supposerait une “transformation intégrale des budgets d’abonnements de la Recherche publique en budgets d’aide à la publication dans des revues homologuées”. Dans ce contexte, quelles seraient les incidences sur les budgets d’acquisition des BU ? S’agit-il d’un transfert d’une partie des moyens financiers des BU pour le financement du système auteur-payeur ? Si oui, selon quels principes ou calculs s’opèrera ce transfert, les BU devant par ailleurs maintenir leur activité d’archives institutionnelles et la promouvoir auprès des chercheurs ? Ces questions restent encore ouvertes… et promettent discussions et débats, et ce d’autant plus qu’en fonction des disciplines, STM ou SHS, les enjeux ne seront pas les mêmes.

    [1] http://rue89.nouvelobs.com/2014/11/10/france-prefere-payer-deux-fois-les-articles-chercheurs-255964 – dernier paragraphe de l’article.

  2. Jean-Michel Salaün dit :

    Bonjour,
    Avez-vous vu cette toute récente publication :
    http://t.co/cyEwbwN80V
    Qu’en pensez-vous ?

  3. Dorian Seillier dit :

    Merci pour ce billet très instructif sur un sujet difficile à appréhender car assez technique. J’aurais aimé connaître la place qu’a aujourd’hui l’Open Access dans l’espace français et les réactions qu’il suscite chez les acteurs éditoriaux traditionnels et dans la communauté scientifique généralement. Y a-t-il de la crainte, et si oui, est-elle vraiment fondée ? Car l’enjeu ici, il me semble, est celui de la démocratisation du savoir, mais la question du mode de financement soulève quelques problèmes et expliquent certaines appréhensions. Même sans entrer dans le domaine purement économique, le capital culturel et social qui est à retirer de l’Open Access est à mon sens non négligeable, et devra piloter dans les années à venir les décisions prises par les institutions et les infrastructures épistémiques comme les bibliothèques.

    • Valérie Saos dit :

      Merci à tous les deux pour vos questions et pistes de réflexion.

      Dorian, comme tu le soulignes très justement, la problématique de l’Open Access est celle du partage et de la visibilité du savoir et des résultats de la recherche.
      L’évolution de l’OA en France est déterminée en partie par la politique européenne en la matière. La commission européenne a fixé les lignes directrices pour le libre accès aux publications scientifiques et aux données de la recherche dans Horizon 2020 [1] et soutien le projet FOSTER qui œuvre pour le développement de l’OA [2]. Voici pour le cadre.
      En France, l’État soutient le développement de l’archive ouverte, notamment avec le projet HAL, plateforme centralisée du dépôt des articles en OA, mais le dépôt n’est pas obligatoire pour les chercheurs. « Les domaines scientifiques couverts par l’archive ouverte sont variés mais les sciences « dures » (citées dans 78 % des réponses) sont prédominantes et devancent droit-éco-gestion (52,4 %), lettres et sciences humaines (48,6%) et médecine-pharmacie (32,4 %) », comme le souligne la synthèse sur les résultats de l’enquête Archives ouvertes Couperin-ADBU-INRA-INRIA 2012 [3].
      Les plateformes de revues en OA françaises se sont surtout organisées autour des revues SHS, notamment avec Cairn [4] et OpenEdition [5]. Chacune a développé son propre modèle d’affaires, la première sur un système d’embargo, la seconde sur une offre Freemium. Ces différences de modèles résulte de leur histoire propre : Cairn a été fondé à l’initiative de 4 éditeurs commerciaux spécialisés dans la publication et la diffusion de revues SHS (Belin, De Boeck, La Découverte et Erès) alors qu’OpenEdition est une « initiative publique à but non lucratif, soutenue par des institutions françaises de recherche et d’enseignement supérieur »[6]. Les pratiques de l’OA sont donc aussi multiples en France.
      L’Académie des Sciences de l’Institut de France a publié un rapport le 24 octobre dernier, document auquel fait référence M. Salaün [7]. Ce rapport dresse de nouvelles perspectives et met en avant la notion d’Institutional Open Access (IOA). Basé sur une transformation intégrale des budgets d’abonnements de la Recherche publique en budgets d’aide à la publication dans des revues homologuées, il suppose au préalable des négociations entre l’État et les éditeurs pour établir des licences nationales uniques permettant notamment de définir des tarifs raisonnables pour la publication des articles qui seront diffusés à parution en libre accès. Le principe de l’auteur-payeur tendrait donc aussi à s’imposer en France, en parallèle aux archives ouvertes qui pourraient servir de base à la création d’épijournaux.
      Si ce rapport propose de nouvelles solutions et axe sa réflexion sur les relations État-éditeur, il oublie un des acteurs majeurs de l’OA en France : les bibliothèques ! Dans le corps du rapport, ce mot n’apparaît pas une seule fois ! Oubli volontaire ou stratégie qui pose la question de savoir à quoi fait référence les notions de “transfert intégral” et de “budget d’abonnements de la Recherche publique”… S’agit-il des budgets d’acquisition des revues dans les BU ? Si oui, selon quel principe opérer un transfert de ces ressources sans nuire à la capacité d’acquisition des BU pour d’autres types de publication et maintenir leur activité d’archives ouvertes ? Ces questions restent posées et conduiront probablement à de nouveaux débats…

      [1] http://ec.europa.eu/research/participants/data/ref/h2020/grants_manual/hi/oa_pilot/h2020-hi-oa-pilot-guide_en.pdf
      [2] Facilitate Open Science Training for European Research http://www.fosteropenscience.eu
      [3] http://www.couperin.org/images/stories/AO/enquete_ao_analyse.pdf
      [4] http://www.cairn.info/a-propos.php
      [5] http://www.openedition.org/
      [6] http://cleo.openedition.org/
      [7] http://www.academie-sciences.fr/presse/communique/rads_241014.pdf

  4. Bravo pour ce billet synthétique. Je ne suis pas trop d’accord sur les chiffres que vous citez à propos des archives institutionnelles. Il y’a 33 portails HAL institutionnels non thématiques (https://hal.archives-ouvertes.fr/browse/portal ) et une petite dizaine d’archives institutionnelles non portées par HAL (données en cours de récolte actuellement dans le cadre d’une enquête Couperin).

    A propos de votre conclusion sur les moyens « mis à disposition des bibliothèques pour relever ces nouveaux défis » : elles n’auront aucun moyens supplémentaires dans le contexte actuel. C’est à elles de répartir différemment les moyens existant afin d’arriver à mettre en place ces nouvelles fonctions importantes pour la communauté académique.

  5. Le Duigou Lénaïk dit :

    Merci et félicitations à vous pour ce billet sur un sujet complexe ! Sujet d’actualité s’il en est ! A l’insu du grand public, la Semaine internationale du libre-accès, OAweek 2014 (http://www.oaweekfrance.org/) se termine tout juste. Cet événement se décline en conférences et échanges d’expérience dans le monde entier. L’édition 2014 sur le thème de « Generation Open ! » s’adressait plus particulièrement aux doctorants et jeunes chercheurs. Des échos à en attendre dans les prochains jours ?
    Pour l’instant, les medias nationaux (en France en tous cas) sont peu diserts sur cette Semaine internationale du libre-accès… Seul le tout récent rapport de l’Académie des Sciences, intitulé Les nouveaux enjeux de l’édition scientifique (http://www.academie-sciences.fr/presse/communique/rads_241014.pdf), y trouve un relais dans Le Figaro (http://urlz.fr/QxI) et Pour la Science (http://urlz.fr/QxP)… En Europe pourtant, le libre-accès aux publications des résultats de la recherche entre dans une nouvelle dimension puisqu’Horizon 2020 (http://www.horizon2020.gouv.fr/cid74427/horizon-2020-clic.html), le programme de financement de la recherche et de l’innovation de l’Union européenne pour la période 2014-2020, comporte l’obligation d’assurer le libre accès aux publications issues des recherches qu’il aura contribuées à financer, ainsi que le libre-accès aux données de la recherche.
    L’open access n’est pas synonyme de gratuité. Les grands éditeurs scientifiques ont intégré ce modèle dans leurs revues mais n’ont pas diminué les tarifs de leurs licences d’accès pour autant ! Ils ont pourtant trouvé une nouvelle source de revenus amont dans le modèle auteur-payeur : les APCs (Article Processing Charges) qui sont supportées par les auteurs ou leurs laboratoires de recherche. Dans cet écosystème, alors que les coûts de la documentation numérique traditionnelle sont de plus en plus lourds sur les budgets d’acquisitions des bibliothèques universitaires, l’open access, amené à se développer, devra être financé par des fonds destinés à ces APCs. Les bibliothèques en auront-elles la mission et les moyens ? Pour parer au danger de cette nouvelle accélération des coûts, la « voie verte » est préférable et les bibliothèques sont déjà souvent chargées de mettre en place les archives ouvertes de leurs établissements. Elles ont là l’occasion de développer une expertise et de faire évoluer leur légitimité institutionnelle.
    Je vous signale, sur toutes ces questions, un billet de Marlène Delhaye sur son blog : http://urlz.fr/QxQ, ainsi qu’un article de… Marlène Delhaye ( !) sur Le Comptoir de l’accès ouvert : http://oadesk.hypotheses.org/12, ou encore celui d’Antoine Oury pour Actualitté : http://urlz.fr/QxT.
    Pour tout comprendre du processus de publication scientifique, une présentation que je trouve vraiment bien faite par le SCD de Rennes1 : Diffuser une publication scientifique en open access, http://www-scd.univ-rennes1.fr/themes/scd/AO-OA/
    A noter aussi : la naissance de http://paperity.org/, un agrégateur multidisciplinaire de revues en libre-accès évaluées par les pairs, soit de la « voie dorée » (golden road), soit de modèle hybride.

    • Paula Lebrasseur dit :

      @Duigou Lénaïk, la publicité autour de la semaine de l’OA a effectivement été timide. Au Québec, les bibliothèques universitaires, pourtant touchées de près par cet enjeu, sont peu nombreuses à l’avoir soulignée sur les réseaux sociaux.
      Le cœur du discours de l’OA rejoint les propos de Tim Berners-Lee (https://www.youtube.com/watch?v=OM6XIICm_qo ) à propos de l’importance d’avoir accès aux données liées : non seulement la recherche est-elle largement financée par des fonds publics, aussi devrions-nous y avoir accès, mais son partage peut potentiellement stimuler des idées qui conduiront à des découvertes cruciales dans plusieurs domaines. Sans compter qu’avoir accès à des documents scientifiques peut permettre de prendre des décisions plus éclairées sur certaines questions (voir le vidéo Open Access Explained: http://www.opensocietyfoundations.org/explainers/what-open-access ), et bien sûr contribuer à l’enrichissement intellectuel des lecteurs.
      Toutefois, comme nous avons tenté de le démontrer, les enjeux qui entourent l’OA sont complexes (puisque l’accès gratuit à tous les documents, sans conséquence, est une utopie), aussi convient-il d’attirer l’attention sur ce sujet afin d’en débattre à fond et… ouvertement!

  6. Le Duigou Lénaïk dit :

    Merci et félicitations à vous pour ce billet sur un sujet complexe ! Sujet d’actualité s’il en est ! A l’insu du grand public, la Semaine internationale du libre-accès, se termine tout juste. Cet événement se décline en conférences et échanges d’expérience dans le monde entier. L’édition 2014 sur le thème de « Generation Open ! » s’adressait plus particulièrement aux doctorants et jeunes chercheurs. Des échos à en attendre dans les prochains jours ?
    Pour l’instant, les medias nationaux (en France en tous cas) sont peu diserts sur cette Semaine internationale du libre-accès… Seul le tout récent rapport de l’Académie des Sciences y trouve un relais dans et … En Europe pourtant, le libre-accès aux publications des résultats de la recherche entre dans une nouvelle dimension puisqu’, le programme de financement de la recherche et de l’innovation de l’Union européenne pour la période 2014-2020, comporte l’obligation d’assurer le libre accès aux publications issues des recherches qu’il aura contribué à financer, ainsi que le libre-accès aux données de la recherche.
    L’open access n’est pas synonyme de gratuité. Les grands éditeurs scientifiques ont intégré ce modèle dans leurs revues mais n’ont pas diminué les tarifs de leurs licences d’accès pour autant ! Ils ont pourtant trouvé une nouvelle source de revenus amont dans le modèle auteur-payeur : les APCs (Article Processing Charges) qui sont supportées par les auteurs ou leurs laboratoires de recherche. Dans cet écosystème, alors que les coûts de la documentation numérique traditionnelle sont de plus en plus lourds sur les budgets d’acquisitions des bibliothèques universitaires, l’open access, amené à se développer, devra être financé par des fonds destinés à ces APCs. Les bibliothèques en auront-elles la mission et les moyens ? Pour parer au danger de cette nouvelle accélération des coûts, la « voie verte » est préférable et les bibliothèques sont déjà souvent chargées de mettre en place les archives ouvertes de leurs établissements. Elles ont là l’occasion de développer une expertise et de faire évoluer leur légitimité institutionnelle.
    Je vous signale, sur toutes ces questions, sur son blog, ainsi qu’ ( !) sur Le Comptoir de l’accès ouvert, ou encore .
    Pour tout comprendre du processus de publication scientifique, une présentation que je trouve vraiment bien faite par le SCD de Rennes1 : .
    A noter aussi : la naissance de , un agrégateur multidisciplinaire de revues en libre-accès évaluées par les pairs, soit de la « voie dorée » (golden road), soit de modèle hybride.

  1. 22/10/2014

    […] L’Open Access, quels enjeux pour les bibliothèques universitaires ? | Économie du document. Billet rédigé par Paula Lebrasseur (EBSI) et Valérie Saos (ENSSIB) dans le cadre du cours en ligne sur l’économie du web. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *