L’économie du partage : une réponse à la crise ?

Ce billet a été rédigé par Claire Bonnenfant (Enssib) et Loup Cellard (ENS-Lyon) dans le cadre du cours en ligne Economie du web.

Partager, collaborer, contribuer

À l’origine du web,  le partage

En 1989, Tim Berners-Lee crée le web comme lieu même du partage.  L’informaticien répond ni plus ni moins à un besoin très fort de la communauté  universitaire : créer un système d’intéropérabilité documentaire pour que les chercheurs puissent partager leurs documents. Qu’en est-il aujourd’hui  de cette motivation première du partage ?

Daprès Julien Breitfield, le partage signifie donner accès à la ressource : « Le partage, c’est « l’action de diviser un tout en parties ». Dans le numérique, monde des intangibles, la définition qui sied le mieux est « le fait d’avoir part à quelque chose avec quelqu’un ». Partager un actif immatériel n’est pas le découper en parts, c’est permettre à l’autre d’y avoir accès». L’économie du partage s’inscrit dans une ambivalence complexe qui ne cesse d’évoluer entre marchandisation et non-marchandisation du partage. Quels mouvements sont à l’œuvre ? Quelles en sont les conséquences ? Comment se répartissent les rôles entre entreprises, particuliers, institutions dans ce contexte ?

La force du réseau

Avec le développement d’une économie en réseau, le prospectiviste Jérémy Rifkin montre que notre rapport à la consommation est en train de passer de la possession à l’usage d’un bien. Dans cette perspective, il n’est pas indispensable de « posséder » pour « participer ». Dans l’économie du partage, l’individu donne de son temps pour rendre service, pour partager ses connaissances. Il y a dans ce phénomène une forme de division et de mise en commun.

Le réseau a permis le développement du peer-to-peer, caractéristique fondamentale de l’économie du partage. Michel Bauwens, fondateur deP2P foundation définit le système du peer-to-peer (P2P) de la manière suivante :

 « le P2P est un certain type de dynamique relationnelle… C’est une forme d’organisation basée sur les réseaux, reposant sur la libre participation de partenaires équipotents engagés dans la production de ressources communes. Il ne recourt pas aux compensations financières comme motivation principale, et n’utilise pas les méthodes traditionnelles de commande et contrôle ».

Dans une certaine mesure, l’économie du partage semble renouveler des logiques anciennes comme par exemple, le troc. Ici le web est un facilitateur qui permet un échange non-marchand. Parce que le web permet un coup d’entrée très bas dans un marché, les pratiques se massifient, l’offre augmente, la demande est facilitée par la rapidité de circulation de l’information. Les crises que connaissent nos sociétés depuis plusieurs décennies pourraient être une explication pour l’engouement vers ce nouveau modèle.

La crise et l’économie du partage

L’intérêt pour un particulier de s’inscrire dans une logique basée sur le P2P est qu’il peut espérer retrouver une forme d’autonomie. Les crises successives amènent les individus à rechercher des modèles alternatifs au système capitaliste en place. Il semblerait que les individus soient aujourd’hui plus sensibles à l’effet de l’hyperconsommation (ventes/achats de produits d’occasions), aux problématiques environnementales (trocs/ventes de matériaux) et à la recherche de l’optimisation de leurs biens (location de biens). Cette dynamique qui tend à modifier les pratiques de consommation permet en réalité une nouvelle forme de consommation : des actions qui étaient avant non-marchandes (prêter sa voiture) deviennent marchandes et illustrent par là même une logique de marché.

Le lien social est un élément très important à prendre en compte dans l’économie du partage. Les individus semblent vouloir retrouver un lien communautaire, social pour palier à « l’individualisme triomphant » prôné dans notre société. Ce lien social n’est pas sans rapport avec la notion de confiance : « la capacité à recréer du lien social est pour beaucoup dans lengouement de nombreuses plateformes de consommation collaborative ». Le premier slogan du manifeste des évidences ne disait-il pas “les marchés sont des conversations”, et ce célèbre manifeste pour une relation plus saine entre entreprises et consommateurs sur internet ne croyait pas se tromper.  La confiance est la base de tous les marchés. Internet favorise cette confiance par des outils tels que les commentaires, les notes, les informations diverses. Une nouvelle économie de la réputation et de la notation apparaît dans laquelle la confiance dans l’information sera cruciale.

L’économie du partage : une économie idéale ?

La richesse du partage

Il va de soi que partager, collaborer est la richesse même de l’économie du partage dans sa recherche d’horizontalité : le consommateur est susceptible d’être un producteur, contributeur. Anne-Sophie Novel et Stéphanie Riot évoquent la richesse de ce système dans leur ouvrage Vive la corévolution : « Dans une société collaborative, la créativité et l’innovation sont décuplées : elles s’enrichissent de la diversité, et permettent en même temps à chacun de garder son individualité et de rechercher son épanouissement ». Le développement des fablabs est révélateur ici : optimisation des ressources, le do-it-with-others créateur de liens sociaux… Internet et les systèmes PeertoPeer investissent progressivement tous les espaces de notre vie quotidienne pour mieux les renouveler.

Exemple d’initiative : le projet FLOK

L’idée du projet FLOK initié par Michel Bauwens et Bernard Stiegler est d’arriver à une société libre et ouverte : « l’Équateur entreprend de refonder son économie en déclenchant une transition nationale vers une société de la connaissance libre et ouverte […]. Cette aspiration place l’Équateur au sein d’une communauté d’activistes d’Internet, de chercheurs, de hackers, et de commoners de tous types […] pour inventer une nouvelle économie et une société fondées sur les principes de connaissances communes libres ». Le mouvement des biens communs dans lequel s’inscrit FLOK entend allouer pour une même ressource, différents droits (a bundle of rights) aux différents acteurs qui souhaitent l’exploiter. L’objectif du projet FLOK est bien de mettre en évidence que le partage des biens communs peut aider à fonder de nouveaux modes de production, de circuits de distributions et de flux.

D’un coté, beaucoup de réserves sont émises sur l’économie collaborative (contrat précaire, contournements des lois, grande flexibilité des travailleurs, manque dinstance de représentation des travailleurs). De l’autre, les formes de propriétés partagées développées par le mouvement des biens communs permettraient une régulation plus saine et pas seulement gérée par des algorithmes dont on ne maîtrise pas les effets et dont seules des entreprises sont propriétaires.

Le partage qui rapporte

Le marché des données

Les internautes – par leurs échanges en ligne –  créent une masse de données qui est capturée et monétisée par les grandes plateformes comme Facebook (ventes de publicités sur la base de nos profils, revente de données personnelles sur des places de marchés), ou Google (enregistrement et exploitation des données de navigation…). Nos échanges peuvent donc être considérés en quelque sorte comme du travail gratuit (digital labor) pour ces grandes  plateformes qui ensuite exploitent les externalités positives issues de notre activité en ligne. L’utilisateur ne contrôle pas uniquement ce qu’il veut partager de son propre chef : à son insu il partage des données qui sont utilisées dans un but commercial, d’hégémonie des grandes plateformes. Ce phénomène de marché des données est un premier paradoxe que soulève la puissance du partage sur le web. Dans l’économie collaborative, la donnée risque de devenir primordiale pour ajuster constamment l’offre et la demande à l’aide d’algorithmes (cest déjà ce que fais le service de taxi Uber) ou pour noter les usagers et les travailleurs. Une logique capitaliste sous-tend l’économie du partage à travers cet aspect.

Circulation sur le web : quelle valeur ?

Avec le développement de la consommation collaborative, l’accès à une ressource et son partage deviennent marchands, nous assistons à une forme de monétisation de nos rapports sociaux (prêt, échange, simple service) et à une location de notre patrimoine (appartement, voiture, outils). Julien Breitfield le synthétise ainsi : « la location à vie de biens immatériels comme matériels engendre un état de crédit permanent, et une incertitude sociale, puisqu’elle tend à la disparition du patrimoine ». Breitfield soulève ici la question de la valeur et de la destruction de ce qui se partage.

Une concurrence déloyale ?

L’une des grandes questions soulevée par l’économie du partage est celle de la possible concurrence déloyale (location de voiture,  hôtellerie) des particuliers envers les professionnels. Ce qui semble poser problème c’est la transposition du partage des biens dans le partage des services : le pied d’égalité n’est plus de mise.

Dans une perspective différente, nous pouvons aussi prendre l’exemple d’Apple qui utilise du code et du logiciel libre puis en empêche le “hack”. Dans son livreMakers, Chris Anderson proposait déjà de déléguer aux communautés en ligne l’ensemble du marketing d’une entreprise et ce sans contrepartie financière. Un prémisse est visible lorsqu’une entreprise crée un forum en ligne de SAV ouvert à tous alors qu’elle assurait avant ce SAV.

Conclusion

Ces évolutions ne se sont encore qu’à l’état embryonnaire et le changement prendra du temps mais « la fulgurance des avancées technologiques, combinée à une évolution des mentalités représente une opportunité sans précédent pour transformer des secteurs, réinventer les services publics, dépasser les formes de consumérisme sources de gaspillage terrible et changer nos façons de vivre », disait Rachel Botsman, spécialiste de l’économie du partage.

L’économie du partage n’étant pas encore encadrée, le flou juridique est palpable. Il faut parvenir à trouver une règlementation qui n’étouffe pas l’innovation et qui dans un même temps ne fait pas de cette économie, une économie plus inégalitaire que ne l’est celle d’aujourd’hui.

Références supplémentaires


Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. Loup Cellard dit :

    SYNTHÈSE DES ÉCHANGES PAR CLAIRE BONNENFANT ET LOUP CELLARD.
    L’ensemble des interactions sur notre billet nous a permis de revenir, de préciser et de requestionner plusieurs points. En voici la synthèse.

    Tout d’abord, la question de la motivation des jeunes générations (18-30 ans?) dans le soutien à l’économie du partage. Nous avons distinguer trois sources de motivations : un gain économique (les jeunes veulent faire des économies, la propriété devient un luxe), écologique (moins polluer) et la création de liens sociaux (rencontrer des personnes, se créer un réseaux…). Chaque usager mobilisant une ou plusieurs de ses motivations. En l’absence d’une étude précise sur ses motivations, il est difficile d’en établir une hiérarchie. [Échanges entre Valérie Saos, Laurent Fournier et les auteurs]

    Ensuite, les réactions recueillies mettent bien en exergue les interrogations face au cadre juridique ou plutôt à ce “non-cadre” dans le marché de l’économie collaborative. Le cadre juridique n’est toujours pas poser et semble complexe à adapter du fait de multiples facteurs : globalisation du marché (impossibilité d’imposer un cadre juridique international), entreprise qui contrôle offre et demande (Uber), controverses sur la durée du travail et le statut des travailleurs…[Échanges entre Valérie Saos et les auteurs]

    Plusieurs réactions ont portées sur l’économie du partage comme nouvelle forme d’adaptation du capitalisme (privatisation des moyens de mise en relation, captation de la valeur des contributions), modifiant profondément l’organisation du travail tout en créant un marché là où il n’y en avait pas (marchandisation du don et du partage). [Échanges entre Laurent Fournier, Jean-Michel Salaün et les auteurs]

    Enfin, les échanges ont pointés l’expansion de l’économie du partage jusque dans des domaines sensibles tel que la santé, ce qui pose la question des limites de ce marché : quelle confiance et éthique adopter lorsque un semi-professionnel nous délivre des soins ? [Échanges entre Dorian Sellier et les auteurs]

    Ces échanges signalent les nombreuses questions qui restent en suspend face au développement de l’économie du partage. Le manque de recul, le manque de cadres juridiques ne nous permettent pas aujourd’hui d’avoir une vision nette de ce système économique et de son avenir. Cependant il semble évident que l’économie du partage va continuer d’évoluer et va s’ancrer dans notre société.

  2. Je ne peux malheuresement pas vous expliquer l’Economie Numérique en 10 lignes (j’espère sortir un ouvrage entier sur ce sujet). 1: Le Partage Marchand (Merchant Sharing) n’est pas la « location », ni la « co-location » 2: Parler d’économie du partage est un non sens car le « partage non marchand » ne génère pas une économie (P2P=piratage) et la marchandisation des biens matériels se fait sans partage. 3: Il n’y a donc rien de neuf pour les biens matériels, c’est de l’économie classique (juste optimisée par le Net). En revanche, pour les biens immatériels qui prendront une grande place au XXIe siècle, leur économie n’est pas encore appliquée en 2014. Ni la gratuité du piratage, ni le droit d’auteur n’apportent de solution démocratique à cette nouvelle économie numérique, qui définira un secteur « quaternaire », générateur d’une croissance et d’emplois dans le domaine de la culture…mais cela ne sera pas enseigné à sciencePo avant une bonne dizaine d’année. Je voulais juste aiguiser votre curiosité. Vous pouvez me poser des questions par email.

    • Loup Cellard dit :

      « le “partage non marchand” ne génère pas une économie (P2P=piratage)  » => certes mais il génère des externalités positives et beaucoup d’artistes l’ont compris en mettant en libre téléchargement des morceaux avant la sortie d’un album payant (ce n’est qu’un exemple)…

      « pour les biens immatériels qui prendront une grande place au XXIe siècle, leur économie n’est pas encore appliquée en 2014. » => Je ne comprends pas ce que vous voulez dire par là, les plateformes comme l’Itunes Store, l’Apple Store, Google Play ne vendent que des biens immatériels et c’est une économie non ?

      Tout à fait d’accord sur le reste de votre analyse !

      • Sur les externalités positives. C’est le seul moyen que les économistes aient trouvé pour justifier d’une rémunération probable/possible de l’économie de la culture (sur l’exemple du star-système et de l’économie matérielle), mais ce n’est pas vraiment l’idéal pour les artistes. Le système actuel contraint les auteurs à publier gratuitement pour gagner en notoriété, mais ce n’est pas une fatalité avec le Partage Marchand.
        Sur ItuneStore, ce n’est pas de l’économie numérique dans le double sens que 1/elle n’est pas basée sur un partage démocratique (liberté, équité). 2/elle exploite une intermédiation inutile avec le Net en P2P. L’existence d’un piratage de masse montre que ce modèle ne convient pas, car il utilise les mêmes principes que pour l’économie classique des biens à cout marginal non nul (revenu proportionnel au nombre d’exemplaires vendu).
        En économie l’échange/partage n’est réalisé que s’il y a gain mutuel (Cela doit être du Ricardo si je ne me trompe pas!)…et 99% de l’économie numérique qui serait possible n’est pas réalisée car les conditions sont inéquitables (Droit d’Auteur ou piratage).
        Bien comprendre que l’économie capitaliste classique implique entreprise, salariat, capital, travail mécanique, croissance énergie-vor, spéculation et intermédiaires tandis que l’économie numérique implique relations de Personne à personne, artisanat, création culturelle (impossible par des robots), partage, croissance non énergivore, spéculation impossible.
        C’est passer à l’économie de la connaissance; secteur « quaternaire », mais qui n’a pas grand chose à voir avec l’optimisation de l’utilisation de sa voiture ou de son aspirateur.

  3. Dorian Seillier dit :

    Merci pour ce billet très instructif. Dans une société de plus en plus connectée et où les services prennent une part de plus en plus importante dans l’économie, il est évident que le net et ses plateformes d’échanges, d’économie collaborative, sont amenés à s’accroître de façon concomitante. Mais jusqu’où ? La crise a bien sûr un rôle majeur dans le développement de ce phénomène, mais la vision idyllique qu’on peut en avoir ne doit pas cacher les dérives potentielles, comme une nouvelle forme de précarité et la concurrence que cela amène face aux acteurs économiques traditionnels (on peut penser aux taxis par exemple). La question de l’extension de cette forme économique dérégulée mérite selon moi d’être posée : pourquoi pas demain des plateformes proposant des soins médicaux entre particuliers ? Quand on voit l’audience de certains sites comme Doctissimo, on peut se demander si l’économie du partage ne pourrait s’insinuer également dans le domaine de la santé, avec tous les dangers auxquels on peut s’attendre.

    • Loup Cellard dit :

      Tu pointes quelque chose d’intéressant Dorian, de nombreuses critiques se font entendre en ce moment sur le fait que l’Etat (et le marché) délègue de plus en plus de choses aux communautés locales et aux citoyens (il faudrait creuser mais c’était une idée phare de la campagne de David Cameron, en 2010, l’idée de « Big Society » : http://fr.wikipedia.org/wiki/Big_Society).

      Donc oui pourquoi pas un service de soin entre particuliers, les services d’échanges de service existent déjà (je te fais la vidange de ton auto contre une consultation ?!), plusieurs applications mobile propose des choses proche de ce que tu décris, il y a par exemple Scanadu (https://www.youtube.com/watch?v=KSwMauCno6o) qui diagnostique à l’aide d’un senseur et d’une app, ou 23 and Me qui est un kit d’analyse de ton ADN (https://www.23andme.com). Peut-on faire confiance à son voisin ou à une application pour sa santé ? Quelle éthique, quelle sûreté ?

  4. Vous passez à coté de la vrai révolution numérique. Cette économie du partage n’est en rien un nouveau paradigme. Elle ne fait juste qu’intégrer Internet pour optimiser les échanges de biens matériels, mais en restant dans une logique capitaliste traditionnelle, avec même quelque fois des dégradations (exploitation du travail, absence de fiscalité). Ce partage est avant une nécessité pour la première génération qui vivra moins bien que ses parents. On ne fait pas de la location par plaisir, pour la Planète, mais parce que la possession (patrimoine) devient un luxe.
    Par contre, la vrai économie numérique, qui n’est pas encore commencée en 2014, sera elle basée sur le Partage Marchand. Pour en comprendre les mécanismes, commencez par lire la page wikipedia « bien immatériel ».

    • Loup Cellard dit :

      Je pense pas que l’on soit passé à côté de quelque chose, notre angle était plutôt de représenter les différentes alternatives à l’oeuvre dans l’économie du partage, à savoir le développement des biens communs et l’économie collaborative. À mon sens, il s’agit bien d’un nouveau paradigme et d’une modification profonde du capitalisme, Internet posant de sérieux problème à ce qui a construit le capitalisme : la propriété, et le mythe de la rareté. Le capitalisme traditionnelle celui du Fordisme et du Taylorisme n’est plus réellement d’actualité même si il en reste des traces profondes…

      Tu as raison de noter qu’il devient de plus en plus difficile d’être propriétaire, et que c’est une autre raison du succès de cette économie, par contre, je me garderais bien de mettre une hiérarchie dans les raisons de ce succès…

      « Par contre, la vrai économie numérique, qui n’est pas encore commencée en 2014, sera elle basée sur le Partage Marchand. » On a suffisamment parlé du partage marchand dans notre article, ça s’appelle Airbnb, Uber….Et il n’y a pas de vrai ou de fausse économie numérique…

      • Jean-Michel Salaün dit :

        Juste une petite remarque rapide. Vous confondez capitalisme (ppté privée des moyens de production) et « organisation scientifique du travail » (taylorisme). Cette dernière a aussi été appliquée en URSS ou en Chine communiste. Je ne crois pas vraiment que le web pose des pbs sérieux au capitalisme qui a toujours su s’adapter aux circonstances pour capter la valeur (maintenant par la ppté privée des moyens de mise en relation, cad des plateformes d’intermédiations), nous le verrons en S8 et S9. Mais d’autres ont une analyse différente. L’organisation du travail est, par contre, sérieusement bousculée.

    • Claire Bonnenfant dit :

      Nous n’avons pas, dans notre billet évoqué l’économie du partage comme étant un nouveau paradigme: seulement nous nous sommes centrés sur l’économie du partage et son application/évolution sur internet.
      La logique capitaliste réside sur certains aspects, nous l’avons également évoqué, cependant il semblerait que cette logique capitaliste soit tout même déstabilisée par cette économie et va certainement l’être plus encore dans le futur.
      Nous avons tenter de nuancer notre propos : peut-être que les adeptes de cette économie ne font pas tous cela pour le plaisir, ou un élan éco responsable. Cependant d’autres défendent ces convictions là et c’est bien ce qui les motive. Les individus pris dans cette économie sont multiples, ce serait trop simple de schématiser leur pratique selon quelques critères uniquement..
      Cela aurait été intéressant de nous transmettre les mécanismes principaux du partage marchand.

  5. Claire Bonnenfant dit :

    Merci Valérie pour ton commentaire et tes questions. Voilà les pistes que je te propose pour tenter d’y répondre.
    Tout d’abord en ce qui concerne la « génération ».
    Il semblerait que ce type de pratiques de partage soit pérenne sur le temps: quelqu’un qui commence continue à contribuer à cette économie sur le long terme (cf l’émission radio de france inter). Peut-être que c’est massivement introduit par une jeune génération (20-35 ans) mais qui va se stabiliser sur le temps. Même si plu de jeunes enclenchent ou pratiquent cette économie, l’économie du partage serait impossible si seules les « jeunes » y participent. Le partage doit circuler entre toutes les générations pour que ça fonctionne. Par exemple un jeune qui cherche une chambre chez un particulier peut trouver sa requête dans la maison d’une personne âgée en retour de services.
    Ensuite la dimension éco-responsable est bien présente aussi dans les motivations de cette économie: il y a de plus en plus aujourd’hui une prise de conscience vis à vis du gaspillage provoqué notamment par l’hyper-consommation.

    Pour ta deuxième question il semblerait que ce soit difficile de mettre un cadre en place à l’heure actuelle. En fait il est très difficile d’appréhender le phénomène et son retour économique: il n’y a pas de contrôle de l’état sur ces données (combien rapporte tel service au particulier par exemple). Mais il semblerait qu’un cadre juridique soit pour autant nécessaire..
    J’espère que je répond à tes interrogations.

  6. Valérie Saos dit :

    Merci à tous les deux pour ce billet documenté qui met bien en perspective les paradoxes de l’économie collaborative. La lecture des articles de certains auteurs recommandés dans votre billet conduit à m’interroger sur 2 points que je soumets à votre avis éclairé.

    Ma première question concerne les “acteurs” de l’éco-partage. En effet, Rachel Botsman [1] et Jeremy Rifkin [2] insistent tous les deux sur les acteurs de ces transformations : ”les jeunes”. Pour eux, ce sont “les jeunes” qui révolutionnent les modes de consommation actuels par la location et/ou le partage de biens plutôt que leur achat. Que recouvre ce terme de “jeunes” ? Peut-on en déduire que l’économie du partage est principalement soutenue par une “génération” rompue aux technologies du web pour en exploiter toutes les potentialités ? Leurs motivations sont-elles seulement économiques ou possèdent-elles aussi une dimension écologique voire éco-responsable ? Sont-ils les seuls à porter ce phénomène quand on connaît la bonne image de l’économie collaborative, notamment en France ? [3]

    Mon autre question porte sur l’émergence de géants mondiaux de l’économie collaborative et l’évolution de certaines plates-formes d’intermédiation vers des entreprises privées comme Uber ou Airbnb [4]. Comme évoquer à la fin de votre billet, cette situation n’est pas sans susciter craintes et interrogations face aux risques de précarisations de travailleurs toujours plus isolés [5]. Mais a-t-on déjà une idée de l’échelle d’intervention pour inventer un cadre adapté sur le plan du droit au travail ou de la fiscalité : nationale, européenne ?

    [1] http://www.rachelbotsman.com/
    [2] http://www.telerama.fr/idees/jeremy-rifkin-ce-qui-a-permis-le-succes-inoui-du-capitalisme-va-se-retourner-contre-lui,117006.php
    [3] http://www.bva.fr/fr/news/parole_d_expert/developpement_durable_economie_collaborative.html
    [4] http://www.lesechos.fr/20/05/2014/lesechos.fr/0203508632953_economie-du-partage—les-limites-d-une-utopie.htm – xEFUvGGi8XJiJleD.99
    [5] http://www.internetactu.net/2014/07/10/quest-ce-que-leconomie-du-partage-partage-33-un-capitalisme-de-catastrophe/

    • Loup Cellard dit :

      Comme le rappelle Rifkin et Botsman, les jeunes (je dirais les 15-30 ans) sont bien enclin au développement de l’économie collaborative, je pense que leurs motivations est triple : un gain économique (les jeunes veulent faire des économies), écologique (penser à notre planète) et aussi sociale (rencontrer des personnes, se créer un réseaux…). L’économie du partage est entrain de devenir le nouvel horizon politique et économique pour cette génération, en France, cette dynamique est portée par la communauté d’innovations OuiShare (http://ouishare.net/en) qui organise un festival, fédère des communautés dans toute l’Europe et publie des articles intéressants. Ce qui nous intéresse ici c’est qu’internet est une des modalité primordiale du développement de l’économie collaborative.

      Ni le droit national ou européen n’est adapté pour le développement de plateformes comme Uber ou Airbnb. Pour Uber par exemple, les controverses portent sur le nombre d’heures de travail cumulées (la flexibilité), la fluctuation impromptue des tarifs, le statut de travailleurs indépendants que l’on impose au conducteur…Pour en lire davantage voir cet article : http://www.internetactu.net/2014/07/08/quest-ce-que-leconomie-du-partage-partage-13-la-professionnalisation-de-nos-rapports-sociaux/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *