L’économie du partage : généreuse ou destructrice ?

Billet rédigé par Chloé Demarbaix (ENS-Lyon), Cynthia Tremblay (EBSI) et par Eléonore De Macedo (Enssib) dans le cadre du cours sur l’économie du document/web.

L’économie du partage repose sur l’idée que chacun puisse requérir ou proposer un service, en s’adressant au reste de la communauté que constitue Internet. Il n’est plus obligatoire de passer par des fournisseurs de services : l’offre du particulier au particulier est facilitée dans tous les domaines. De jeunes entreprises ont exploité cette économie et l’ont rendue pérenne, mais comment la comprendre ? A qui profite-t-elle ?

Plusieurs acteurs y participent conjointement : les entreprises qui deviennent des plateformes de proposition de services de particulier à particulier ; ces mêmes consommateurs ; et les différents États dans lesquels cette économie se développe. Chaque acteur envisage cette nouvelle pratique selon une problématique différente. Les entreprises cherchent à augmenter leur bénéfice, les consommateurs veulent trouver leur intérêt économique tout en augmentant leur sociabilité, et enfin la juridiction financière des États cherche à encadrer ces nouvelles pratiques pour ne pas laisser détruire une partie du marché et s’échapper des recettes fiscales. Alors, comment analyser les pratiques d’économie du partage, sont-elles généreuses ou destructrices ?

L’économie du partage nous semble généreuse…

1.    Elle nous permet d’économiser

Selon le site les affaires.com, pour Maxloc (site de location entre particuliers), on compte entre 6.000 et 7.000$ de valeur d’achats de biens non utilisés par chaque Québécois. C’est autant d’argent qui dort. L’économie du partage nous permet de mutualiser ces biens par le biais de la location et de ne pas s’encombrer d’objets. On peut également disposer des conseils avisés des propriétaires pour une meilleure utilisation, ceci peut être très utile pour les amateurs du bricolage par exemple.

On peut également citer Airbnb qui nous permet de louer des logements de tout type (villa, château ou encore igloo) pour un séjour plus ou moins long. On peut voyager à travers le monde pour un coût moins élevé par rapport aux hébergements traditionnels et rentabiliser notre logement. En louant simplement une chambre, on vit en communauté, on découvre les us et coutumes d’une famille dans un autre pays, on se fait des amis. Dans le même principe, on peut citer Couchsurfing, plateforme intermédiaire mettant en relation des personnes proposant ou cherchant un hébergement temporaire gratuit.

La société Blablacar facilite le covoiturage avec « plus de 20 millions d’utilisateurs dans 19 pays » (Les Echos). On peut facilement trouver le trajet qui nous convient. Le passager économise par rapport à un autre moyen de transport et le conducteur réduit ses frais de route. Ce système permet aussi de développer des liens d’amitié avec les autres passagers, car le trajet passe plus vite en discutant !

©David Lefevre – BlaBlaCar

2.    Elle nous permet de gagner un peu d’argent en échange de services

Le site Le Bon Coin affirme avoir plus de 25 millions d’annonces en ligne sur sa page d’accueil, concernant soit la vente de biens d’occasion soit des prestations de services qualifiés ou non, de professionnels ou particuliers. On peut trouver une annonce à proximité et rendre service à notre voisinage en exploitant nos compétences.

D’autres plateformes permettent de développer nos liens sociaux en mettant en avant nos compétences culinaires cette fois-ci. Le site Cookening permet de partager un repas chez un parfait inconnu. Au programme : découvertes culinaires et changement d’horizon, le tout en agréable compagnie.

On peut également utiliser notre voiture, non dans une démarche de covoiturage mais plutôt dans une optique de rémunération. Aujourd’hui on connaît tous UberPop suite aux altercations avec les taxis en juin dernier en France. Ce système qui permettait aux particuliers de conduire des passagers contre rémunération pour chaque trajet, a été depuis interdit en France.

Le service Tok Tok Tok, quant à lui, permet aux consommateurs de se faire livrer une commande de tous types (courses, restauration, etc.). Si l’on devient « runner », on peut gagner un peu d’argent en livrant à proximité grâce à la sélection de la course sur une carte. Ici, on met en valeur nos compétences de livreur. Le runner choisit son secteur, ce qui lui permet d’avoir un revenu d’appoint, très utile pour les étudiants par exemple.

Dans cette partie, nous avons vu différents exemples montrant la générosité de l’économie du partage, mais celle-ci comporte tout de même quelques côtés sombres.

L’économie du partage nous semble destructrice…

1.    Concurrence déloyale aux entreprises traditionnelles

Les entreprises traditionnelles n’ont pas d’autre choix que de respecter des lois qui ont été mises en place dans le but de les protéger. Les entreprises comme Uber, qui ont profité d’un flou juridique, peuvent alors rendre des services à un prix largement inférieur aux compagnies de taxi, car elles n’ont pas besoin d’acquérir de licence. Le taxi apparaît donc trop cher pour les consommateurs et ceux-ci optent plutôt pour Uber. De plus, il n’y a aucune loi assurant la protection des travailleurs : pas de loi sur les normes du travail, ni d’assurance-emploi. Avec l’économie du partage qui prend de plus en plus d’ampleur, certains sont dans l’obligation de travailler pour des entreprises qui n’arrivent même pas à leur offrir le salaire minimum et des congés payés. Ceci est d’autant plus facile pour ces entreprises d’être compétitives, car leurs dépenses en coût du travail sont largement inférieures à celles des entreprises traditionnelles.

Comme les consommateurs sont de plus en plus enclins à trouver les plus bas prix, ils sont nombreux à opter pour ce type de services qui offrent les prix les plus compétitifs. De plus en plus d’emplois se perdent alors, suite à des faillites d’entreprises dans les secteurs traditionnels proposant de bonnes conditions de travail, au profit d’emplois avec des conditions précaires. L’économie bascule ainsi vers l’informel ce qui cause des pertes en cotisations sociales, en taxes et en impôts. Plusieurs de ces entreprises que ce soit Uber ou Airbnb réussissent à limiter leurs impôts en mettant leurs bénéfices dans des paradis fiscaux.

2.    L’économie du partage au service du capitalisme sous des valeurs de partage

Comment peut-on parler de partage, alors que les transactions faites sous les valeurs de partage contribuent à enrichir des entreprises milliardaires ? Uber et Airbnb, devenues milliardaires en peu de temps, recherchent à maximiser le profit pour leurs investisseurs comme toutes entreprises traditionnelles. Elles retirent ainsi beaucoup de profits sur les transactions faites par les consommateurs. Ces entreprises se tournent la plupart du temps vers les investisseurs traditionnels permettant de servir du même coup l’économie de marché telle qu’on la connaît. Les consommateurs ont l’impression de ne pas servir les intérêts du capitalisme, mais l’économie du partage permet en réalité aux grandes entreprises d’élargir leur champ d’action. Celles-ci clament l’importance du partage et de l’entraide alors que leur objectif fondamental est de s’enrichir en dégageant des bénéfices très élevés. Elles ont réussi à monétiser tout ce qui peut l’être pour stimuler encore plus la consommation. Tout ceci pour leur propre bénéfice. Ainsi, «La propriété privée, habitée par des êtres aux compétences sous exploitées, encombrée d’objets, d’outils ou de moyens de transports sous utilisés, est devenue le lieu où l’on pouvait encore extraire de la valeur».

Finalement l’économie du partage semble beaucoup profiter aux entreprises, qui font grâce à cela un bénéfice considérable. Les États n’arrivent pas à encadrer ces pratiques du fait de l’immatérialité des services proposés. Comment faut-il imposer et fiscaliser ces services ? Et comment imposer une entreprise qui n’est pas géographiquement déclarée dans un État, alors qu’elle y prend une part très importante ?

À cela s’ajoute un dernier acteur, le consommateur, à qui cette nouvelle tendance économique profite beaucoup puisqu’elle lui permet de monétiser des biens ou des services et donc de percevoir des revenus, tout en créant une nouvelle sociabilité. Selon le point de vue des acteurs, le jugement sera donc biaisé. Cela se ressent de façon cruciale dans les débats actuels puisque les enjeux ne sont pas les mêmes pour tous. L’objectif à court terme, du moins faut-il le souhaiter, serait donc de trouver une harmonisation de ces pratiques, notamment en trouvant un moyen de les encadrer !


Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Chloé D. dit :

    Bonsoir à tous,

    Nous remercions tous les visiteurs du blog qui ont pris le temps de lire notre article et un merci tout particulier à ceux qui ont laissé une trace de leur passage.

    La majorité des commentaires pointe du doigt le besoin d’une intervention gouvernementale pour pallier au manque de législation face à l’économie du partage. En effet, que ce soit face à Uber ou Airbnb, les tensions sociales ne font qu’augmenter (cf. manifestation des taxis à Paris et la consultation de la population au sujet d’Airbnb à San Francisco).

    Concernant l’aspect capitalistes, plusieurs éléments sont à noter. Les plateformes intermédiaires font du profit en prenant un pourcentage sur les échanges réalisés, mais aussi grâce à l’exploitation de nos traces lors de notre navigation. Il ne faut cependant pas oublier que les consommateurs ne sont pas tous dans une optique de partage de frais par exemple, mais plus dans une optique de faire des profits (exemple les propriétaires qui louent leur logement sur Airbnb toute l’année pour faire plus de profit face à une location traditionnelle).

  2. Jean-François Limoges dit :

    Il demeure cependant important de s’intéresser de façon prospective à l’évolution à terme de ce changement dans les pratiques. Je ne crois pas au fatalisme et aux promesses de lendemains qui chantent que les incantations du type « on ne peut pas lutter contre le progrès ». Il ne s’agit pas ici de prendre le parti des luddites. Mais, si l’on admet que ces plateformes d’intermédiation sont là pour rester et que la tendance à monétiser ainsi des biens privés continuera à croître, la question qui demeure est celle du nouvel équilibre. On peut imaginer que les tensions sociales et technologiques que ces pratiques occasionnent constituent le signe d’une phase de transition où les acteurs et les structures économiques s’adaptent à un nouveau facteur dans leur environnement. Les tenants de ces méthodes affirment que cela invite à l’innovation et que la compétition accrue favorise les consommateurs. Sauf que l’on donne ainsi l’illusion aux prestataires de service qu’ils sont propriétaires de leurs moyens de production. Pourtant, la composante essentielle de ce mode d’échange réside toujours dans la possession de la plateforme d’intermédiation qui est la condition essentielle à la conclusion de la transaction puisque c’est uniquement à travers elle que l’adéquation entre le vendeur et l’acheteur est rendue possible.
    Ceci dit, cette captation de valeur dans l’échange n’est pas la seule source de profit pour les plateformes d’intermédiation. En les utilisant, les vendeurs et les consommateurs génèrent un flux important de données qui collectées et analysées à grande échelle ont une valeur marchande importante. Je pense ici à Uber qui offre aux gouvernements municipaux soient de leur vendre les données sur l’utilisation des transports à des fins de planification urbanistique, quand ce n’est pas tout simplement une forme de marchandage visant à obtenir une attitude plus favorable à ses services. L’enjeu est politique car comme le mentionne Evgeny Morozov, il pose la question du poids que prendront ces entreprises géantes dans l’organisation de la vie collective. Comme cet aspect implique un glissement vers un thème abordé dans un autre billet, je me permets de souligner que nos collègues Fanny Blanchard et Arianne Parent-Touchette sur le marché des données personnelles.

  3. Bonjour à tous,

    Votre article est très illustratif avec les exemples pertinents que vous avez donné ! Je trouve très bien fait la façon dans laquelle vous présentez les informations, on peut voir le côté positif et le côté négatif de l’économie du partage. Je pense que dans tous les cas, il faut voir ce sujet avec un regard critique, peu importe si on est consommateur, si on fournit des services ou si on travaille pour les plateformes intermédiaires. Mais je pense que ce n’est pas facile de prendre de la distance une fois que nous sommes dans l’économie du partage. Par contre je pense qu’il ne faut pas non plus condamner ces entreprise qui font partie de l’économie actuelle et qui sont d’une certaine manière le moteur du développement économique de certains pays. On doit prendre en compte que des start-ups sont devenues générateurs d’emplois et plusieurs d’entre elles ont le soutient des gouvernements. Par ailleurs il est nécessaire que les états adaptent les lois pour bien intégrer ces entreprises dans leur économies : pour légaliser leur activité, pour protéger les salariés et d’une manière générale pour faire respecter les droits et les obligations des différents acteurs de l’économie du partage.

    • Chloé D. dit :

      Bonsoir Fabian,

      Je te remercie pour ton commentaire, d’avoir partagé ton point de vue avec nous. Comme tu le soulignes, il est effectivement difficile d’avoir un regard objectif sur cette nouvelle économie. Est-ce que les hôteliers peuvent percevoir les bienfaits de l’économie du partage alors qu’à côté Airbnb est un concurrent important ? Il y a toujours des bons et mauvais côtés et souvent, on perçoit ce qui nous arrange le plus, les consommateurs vont notamment vanter les bienfaits de cette nouvelle économie car ils pourront économiser.

      Sur cette question de la perception, une étude a été menée par Opinion Way, les résultats sont intéressants. Par exemple, sur la question « quelle devrait être l’attitude du gouvernement vis-à-vis de l’économie du partage ? « , 57% pensent qu’il faudrait « Encadrer juridiquement le déploiement de l’économie de partage » et 35% favoriser son développement, pour ne citer que les deux plus gros chiffres. (Les résultats de l’étude sont disponibles ici : http://goo.gl/X1mPn3 ).

  4. Miguel Gosselin Dionne dit :

    Excellent article, la structure du texte est claire et l’argument bien étayé.
    Il semble que l’économie du partage change de nature en se massifiant : d’abord basée sur l’interaction entre usagers, puis véritable mise en tension d’un circuit de distribution en temps réel, sans frais (ou presque) pour les compagnies qui fournissent les interfaces. Est-ce qu’on ne serait pas en train d’atteindre un nouveau « pallier » quand le gouvernement est forcé d’intervenir pour empêcher les effets néfastes dont vous parlez ? Prenons par exemples les récentes manifestations qui ont eu lieu à San Francisco contre l’accélération de la gentrification dû à la réservation de certaines loyers pour une clientèle internationale de touristes Air BnB (http://www.realtytoday.com/articles/48549/20151103/housing-homeless-activists-stormed-airbnb-office-support-prop-f.htm), ou alors aux manifestations de chauffeurs de taxis contre Über à Montréal et à Paris (http://www.journaldemontreal.com/2015/09/16/nouvelle-manifestation-des-chauffeurs-de-taxi-a-montreal), les conflits de travail dans la nouvelle chaîne de production de la nouvelle sur le web, etc. Partout les régulations sont transformées, d’abord par la possibilité technologique de créer un nouveau marché, puis par la nécessité d’établir un cadre qui soit « juste » dans une société de droits, en respectant les besoins des usagers et des actionnaires, mais également des gens qui occupent les nouvelles fonctions. Est-ce que l’économie du partage est nécessairement réfractaire à l’intervention étatique (en tant que marché « libre ») ? Si oui, il faudrait au moins pouvoir développer des indicateurs sur ce qu’est véritablement une « avancée », en tenant compte non seulement des nouveaux services offerts mais également, par exemple, des conditions de travail (sur le modèle d’une certification ?).

    • Chloé D. dit :

      Bonsoir,

      merci pour votre contribution 🙂

      La législation devient un enjeu majeur aujourd’hui. J’ai sélectionné quelques articles sur cette question, qui montrent tous les problèmes liés à la création d’une législation :

      – « Economie collaborative : le casse-tête de la législation » (http://goo.gl/KSsi74 )
      – « Quelle fiscalité s’applique(ra) à l’économie du partage ? » (http://goo.gl/4v0EA7 )
      – « Le Sénat propose de taxer les revenus de l’économie du partage » (http://goo.gl/A4EmJh )

      J’espère que ces liens vous apporteront quelques éclaircissements.

  5. Jean-François Huot dit :

    Bonjour! Merci pour cet intéressant panorama des pour et contre de l’économie du partage. J’ajouterais qu’en plus des entreprises qui veulent faire des profits, plusieurs de leurs utilisateurs cherchent aussi à faire des profits. Je pense à Airbnb en particulier et à cet article de Radio-Canada (http://goo.gl/SDVMA5) qui démontre qu’un certain pourcentage d’individus, même s’il est réduit, font beaucoup d’argent en louant de nombreux logements. Certains louent plusieurs appartements à leur nom et d’autres agissent en sous-main pour d’autres entreprises. Il ne s’agit plus de rentabiliser un logement. D’ailleurs, les gens qui auraient le plus besoin de rentabiliser leurs logements, ceux à faibles revenus vivant dans les quartiers « in » comme le Mile-End, pour ceux qui connaissent Montréal, sont généralement évincés de leurs logements par leurs propriétaires (http://goo.gl/c9IfGS) qui veulent mettre leur logement en location sur Airbnb…

    • Chloé D. dit :

      Bonjour,

      Merci pour ce commentaire et ces exemples canadiens.

      Effectivement Airbnb est souvent donné en exemple. Il y a eu récemment un reportage dans le journal télévisé de France 2 à 20h sur « les dessous d’Airbnb » (http://goo.gl/Affjuz) qui donne des exemples : les personnes qui louent toute l’année leur appartement illégalement, ceux qui s’occupent de la logistique pour la location d’Airbnb en prenant des commissions aux propriétaires ou encore la Mairie de Paris qui tente de repérer les fraudeurs.

      Cette question est d’autant plus mise en avant à San Francisco. En effet, ses habitants doivent participer à un référendum aujourd’hui qui vise à limiter les locations d’Airbnb à 75 nuits par an au lieu de 90 actuellement dans la ville. Les partisans d’Airbnb vont donc affronter ses opposants qui craignent une augmentation des loyers et des expropriations (http://goo.gl/oB7cuG).

  1. 02/05/2017

    […] L’économie du partage : généreuse ou destructrice ? – Architecture de l'Information. Billet rédigé par Chloé Demarbaix (ENS-Lyon), Cynthia Tremblay (EBSI) et par Eléonore De Macedo (Enssib) dans le cadre du cours sur l’économie du document/web. L’économie du partage repose sur l’idée que chacun puisse requérir ou proposer un service, en s’adressant au reste de la communauté que constitue Internet. Il n’est plus obligatoire de passer par des fournisseurs de services : l’offre du particulier au particulier est facilitée dans tous les domaines. De jeunes entreprises ont exploité cette économie et l’ont rendue pérenne, mais comment la comprendre ? A qui profite-t-elle ? Plusieurs acteurs y participent conjointement : les entreprises qui deviennent des plateformes de proposition de services de particulier à particulier ; ces mêmes consommateurs ; et les différents États dans lesquels cette économie se développe. 1. […]

  2. 14/09/2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *