Autoéditer… c’est pas gagner

Billet rédigé par Laurie Loupias (Enssib) et par Mathilde Buleté-Herbaut (ENS-Lyon) dans le cadre du cours sur l’économie du document/web.

Le rôle de l’éditeur

Editer est un métier. Un éditeur n’est pas le Bon Samaritain qui vous apportera toutes les clefs pour faire fortune dans le monde de la littérature, mais quelqu’un qui sélectionne, aide à améliorer et commercialise les livres qui lui semblent prometteurs. Être éditeur, c’est un pari sur l’avenir. L’investissement de base d’un éditeur est conséquent, et il attend un retour sur investissement grâce aux ventes de ses ouvrages. Un éditeur a donc tout intérêt à sélectionner les livres qui sauront conquérir le public.

Ainsi le manuscrit de l’auteur, a fortiori d’un auteur qui n’a jamais édité, a assez peu de chances d’être sélectionné par un éditeur, quel qu’il soit. N’oublions pas que la success story de J.K. Rowling aurait pu s’arrêter sitôt commencée si elle n’avait persisté à présenter son manuscrit de Harry Potter, refusé par 12 maisons d’éditions différentes.

Le travail d’un éditeur et d’un auteur, cherchant le manuscrit parfait (Sisyphe 1548-1549, Prado -Domaine public Wkpd)

Le travail d’un éditeur et d’un auteur, cherchant le manuscrit parfait
(Sisyphe 1548-1549, Prado -Domaine public Wkpd)

Un éditeur reçoit une avalanche de manuscrits au quotidien. Un éditeur expérimenté lit une page en début de livre, une en milieu de livre, et peut décider de ce court extrait si l’ouvrage entier l’intéresse ou non. Si le manuscrit passe cette phase de sélection l’éditeur et l’écrivain concluent un contrat d’édition : le coeur de leur collaboration. Le contrat d’édition lie l’éditeur à l’auteur, et spécifie ce qu’apporte l’éditeur à l’auteur. Un éditeur peut choisir de mettre en circulation un manuscrit directement, ou demander à l’auteur d’y effectuer des corrections. Il a là un rôle de conseil et d’amélioration. Une fois la relation entre les deux parties établie, il stimule également l’auteur dans sa créativité, en l’engageant à rédiger ses prochains livres dans sa maison d’édition.

Un bon éditeur, c’est un éditeur qui a un réseau. L’auteur gagne une petite somme à la signature de son contrat, et une partie du prix de vente de son livre chaque fois qu’il est acheté. Prendre un éditeur qui n’a pour seul réseau que trois librairies dans le Poitou n’est donc pas une bonne idée. D’autant que, lorsqu’un éditeur accepte de publier un livre, l’auteur perd le droit de le présenter à une autre maison d’édition. Il n’a plus la maîtrise de la circulation de son œuvre qui ne lui « appartient » plus que par la petite contrepartie financière qu’il recevra à chaque vente.

Les avantages de l’autoédition

Dans son article « L’autoédition, cheval de Troie d’Amazon », Florence Aubenas montre en quoi l’autoédition parait être un système fabuleux pour les auteurs, mais aussi la difficulté qui ne cesse de s’accroitre pour se faire une place et, sommet de la réussite, arriver à être éditer au format papier.

Face à toutes ces contraintes, aux risques que représentent les éditeurs peu scrupuleux, et à l’obstacle énorme que représente l’acceptation d’un manuscrit par une maison d’édition, de nombreux auteurs se sont tournés vers l’autoédition. Grâce à l’offre numérique (pour ne citer qu’eux : Google Books et Amazon Kindex), certains ont même transformé leur aventure en success story.

Le livre numérique est une économie matérielle importante pour l’auteur auto-édité (Jean-Etienne Minh-Duy Poirrier -Flickr)

Le livre numérique est une économie matérielle importante pour l’auteur autoédité
(Jean-Etienne Minh-Duy Poirrier -Flickr)

Le livre numérique est une économie matérielle importante pour l’auteur autoédité. Il y a plusieurs avantages à s’autoéditer au moyen des plateformes numériques :

  • l’investissement est quasi-nul : vous ne payez aucune impression, tout est dématérialisé ;
  • il n’y a ni stocks, ni invendus : aucun risque de vous retrouver avec des exemplaires dont vous ne savez que faire ;
  • le coût du livre est réduit et donc son prix final est plus attractif pour le lecteur qu’un format poche ;
  • l’édition est très accessible : vous ne risquez pas de voir votre manuscrit refusé (paradoxalement, c’est aussi un inconvénient. Comment pouvez-vous savoir quoi améliorer ?) ;
  • vous ne vous engagez pas exclusivement auprès d’un éditeur et vous pouvez donc publier votre livre sur autant de plateformes que vous le voulez !

Financièrement et humainement, l’investissement semble moindre grâce à l’autoédition numérique. Pour autant, peut-on dire que l’autoédition est capable de remplacer l’expertise des éditeurs ? Mettant de côté la fonction de conseil et de relecture, les offres d’autoédition numériques sont-elles capables d’égaler ou de surpasser le travail d’un éditeur ?

… et ses limites

Pour vendre un livre qui est éditable, il faut deux choses : être visible et être distribué. L’autoédition classique trouve là ses limites. Un auteur autoédité sur papier a mis une partie de ses économies pour imprimer ses précieux exemplaires, et à moins qu’il ne connaisse personnellement un libraire, il devra vendre lui-même ses livres. Avec la nature dématérialisée du web, être diffusé en numérique n’est pas un problème. L’accès au livre est garanti à toute heure de la journée, et peut même être massif si le précieux manuscrit est confié à des géants de l’information que sont Google et Amazon. Ce qui est moins garanti, c’est d’être visible. On entre alors dans un problème de captation de l’attention.

Le livre est en ligne ? Merveilleux ! Est-ce qu’il peut être trouvé par un lecteur sans que vous n’ayez besoin de lui glisser le lien sous le nez ? Pour être visible sur Amazon, et donc attirer potentiellement de nouveaux lecteurs, les livres doivent déjà être populaires. Le système de Kindex est tel qu’il met en avant les 100 livres les plus achetés sur la semaine. Paradoxalement, si un livre enregistre cinquante ventes sur une journée et plus aucune le reste de la semaine, il sera mieux placé qu’un livre qui se vend dix fois par jour.
Pour être vendu il faut être visible. Mais pour être visible il faut être classé dans les meilleures ventes. Cela crée un cercle vicieux sur lequel MyKindex a voulu surfer entre 2013 et 2014. Ce service, aujourd’hui arrêté, permettait à l’auteur auto-édité sur Amazon d’acheter pour une somme modique ses propres exemplaires. En économie, on appelle cela le dumping. L’auteur engage des frais pour simuler son propre succès, et espère en retour pouvoir surfer sur la notoriété que cela génère pour se rembourser, et gagner de nouveaux lecteurs. Seulement, malgré la place dans le top des ventes, ce système de dumping n’apporte pas grand-chose aux auteurs, un de ses utilisateurs témoigne sur le blog de Stoni : pour une vente simulée de 140 livres, il n’a réellement vendu que 14 livres.

Dernier bémol, le système de rémunération. Selon la solution d’autoédition choisie, le taux accordé à l’auteur peut être différent. Pour le cas d’Amazon, il vous est proposé une redevance à 35% HT ou à 70%. Évidemment, le choix est vite fait. Mais choisir 70% impose plusieurs contraintes : cette redevance n’est pas proposée par tous les territoires, un prix minimum de vente du livre est fixé, etc… Chez Google, deux taux sont proposés : soit le livre est vendu par un revendeur Google, le taux est alors à 45%, soit le livre est vendu par Google et le taux est à 52%. Un résultat pas fameux comparé à Amazon, avec 20% de différence, ce qui n’est pas négligeable.

Soit dit en passant, pour relativiser, il vaut mieux vendre 10 livres à 52% plutôt qu’un livre à 70%. Vous l’aurez compris, le pourcentage accordé à l’auteur est important, mais pas moins que la vente elle-même.

Ainsi, là est toute la difficulté de l’autoédition. Il faut être capable de tout faire soi-même, de la conception jusqu’à la publicité de votre œuvre : il faut être habile, et persévérer !


Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. Laurie L. dit :

    Lors d’une auto-publication numérique, il est d’abord difficile de trouver des lecteurs. Une maison d’édition a bien sûr plus de notoriété et de visibilité lorsqu’elle utilise une certaine stratégie de communication pour promouvoir le dernier livre de son catalogue. Les diffuseurs sont là pour recommander leurs livres en librairie, et les libraires les recommandent ainsi à leur lecteur. En auto-édition, pour capter l’attention du public, il faut faire sa propre communication, sa propre publicité. Ainsi, l’auteur se crée peu à peu un lectorat qui la plupart du temps se fidélise via un blogue.

    Un lecteur peut aussi faire des découvertes par affinité, ce qui fonctionne de manière différente selon qu’un livre est auto-édité ou non. Pour une maison d’édition, le lecteur peut utiliser le catalogue qui lui est proposé, et les catégories qui l’intéressent. De même, dans les librairies, le lecteur peut avoir des repères tels que les fiches « coup de coeur » des libraires. Lors d’une auto-édition, le livre n’appartient qu’à l’auteur. La découverte par affinité est limitée : le lecteur pourra se tourner vers la plate-forme qui a publié le livre en question : si le livre est publié chez Amazon par exemple, le lecteur peut voir un Top 100 des meilleures ventes ou l’avis d’autres lecteurs sur la page de l’ouvrage. Il peut aussi se tourner vers d’autres livres du même auteur (si ils existent), ou vers son blogue si celui-ci en tient un, mais cela peut ne pas correspondre à ce qu’il recherche.

    L’édition sur support papier est une institution. Elle propose ce qu’on peut considérer comme une immensité de titres : 70 000 ouvrages édités par an et plus de 700 000 titres à disposition en tout. Demandez à votre libraire de quartier de vous trouver un livre sorti une année précise, il aura bien du mal à s’en souvenir. Il est très difficile de quantifier les livres auto-édités par an, surtout avec la multiplication des supports. En revanche, on estime qu’il y a environ 100 fois plus d’auteurs indépendants que d’auteurs « traditionnels »… nous vous laissons imaginer la masse d’ouvrages proposés en auto-édition.

    Les auteurs auto-édités se font majoritairement connaître grâce au support numérique. Ce sont eux qui mettent leurs publications d’abord libres d’accès avant de les proposer, terminées, à la vente pour quelques euros. Dans le domaine de la bande dessinée, le modèle « à la page » gagne du succès : un auteur met une page, fait un appel au don, et une fois cette barre atteinte, met à disposition la page suivante. Le succès est plus aléatoire que lorsque l’édition est gérée par une entreprise dont c’est le travail, mais bien moins coûteuse également.

    Rappelons que la plupart des livres auto-publiés sont des romans, alors que les livres les plus lus des français sont les livres pratiques, d’art de vivre, et de cuisine. Là se situe sans doute une des failles de l’échange entre la maison d’édition et l’auteur. Cette tendance ne se vérifie par ailleurs pas au Québec, où les lecteurs préfèrent les romans.

    De nombreux auteurs se tournent vers l’auto-édition, sans toujours y trouver leur compte. Certains se lancent sur papier soit parce que c’est la seule auto-édition qu’ils connaissent, soit parce qu’ils considèrent que le livre numérique n’en est pas un. Il faut tout de même rappeler qu’un livre physique est matériel. Il faut financer en plus de sa diffusion son impression : les pages, l’encre, l’acheminement des livres jusqu’aux lecteurs. Cela donne pour de petits tirages à moyens réduits des livres de poche pouvant s’élever à une quinzaine d’euros, ce qui rebute quelques potentiels lecteurs. L’avantage du numérique tient dans cette absence matérielle, l’auteur peut ajouter du contenu numérique, des photos, vidéos, enrichir son livre d’un univers multimédia sans se sentir restreint dans ses choix.

    Finalement, l’auto-édition suit les principes de l’économie du partage, l’auteur n’est pas retenu par un quelconque contrat et peut partager son texte sur le plates-formes de son choix. Pour autant, renonce-t-il à son droit d’auteur ? Pour les questions de financement, il est le seul gérant. Sur le plan moral, l’auteur peut effectuer un dépôt légal qui lui permet d’assurer qu’il est bien l’auteur de l’ouvrage en question. Si il veut pouvoir partager son texte autant que possible, Il peut aussi utiliser une licence en Creative Commons. Ces solutions peuvent rassurer certains auteur tout en leur permettant de faire une publicité, une communication autour de leur livre, comme ils l’entendent.

  2. Stéphanie Séguin dit :

    Intéressant! La notion de captation de l’attention est centrale, je crois, au succès de l’auto-édition… Les maisons d’édition ont un réseau de communications assez développé et qui permet un « contrat de lecture » faisant en sorte que si les lecteurs ont aimé un livre, ils risquent d’apprécié les autres ouvrages, même les moins connus, ce qui favorise la découverte par affinités… Je crois que, malgré la diffusion des plates-forme d’auto-édition, le succès des auto-éditeurs tient d’avantage à leur capacité à vendre leur ouvrage eux-mêmes, dans leurs réseaux, ce qui est clairement facilité par une participation active et suscitant de l’intérêt. J’ai aussi l’impression que l’autorité des maisons d’édition est difficile à remise en question pour la majorité des lecteurs qui tendent à les considérer comme un bon guide vers la sélection d’un ouvrage, surtout compte tenu de l’immensité de l’offre… Dernier commentaire, je crois qu’il serait intéressant de développer sur l’auto-édition format blogue. Beaucoup des auteurs auto-édités qui ont connu un certain succès s’étaient créer un lectorat assez fidèle via leur blogue dont l’économie est différente de celle de l’auto-édition de livre (pas la même attention, pas le même coût, etc.).

  3. Jean-François Huot dit :

    Il serait intéressant de savoir quels sont les « genres » des livres qui forment l’essentiel des auto-publiés. J’ai lu quelque part que c’était du 80% pour la fiction. Avez-vous des chiffres ou une référence à ce sujet? Il me semble, et c’est une intuition, que l’auto-publication se prête bien à certains types de livres ou à une certaine culture dite « geek », comme la science-fiction, le fantastique, etc., mais qu’il se prête moins bien à la philosophie, à l’histoire, aux sciences humaines en général.

  4. Hugo Giret-Butz dit :

    Le système proposé par Amazon sur l’auto-édition me fait penser au fonctionnement du crowdfunding. On donne un espace dédié aux auteurs pour qu’ils puissent publier leurs oeuvres et gagner en popularité.

    Toutefois, en lisant votre article, j’ai compris qu’il valait mieux publier un article au sein d’une maison d’éditions plutôt que de passer par l’auto-édition d’Amazon. Celui qui s’auto-éditera sur une telle plateforme devra redoubler d’efforts pour faire sa propre com, sa propre publicité et relancer les fans. Les feedbacks dont il pourra tenir compte seront les avis publiés sur son oeuvre sur Amazone.

    Vous traitez bien de l’auto-édition sur Internet dans votre sujet mais qu’en est-il de l’auto-édition version papier ? Les mécanisme sont-ils les même ? Le marché de l’auteur indépendant est-il un mythe ?

    • Laurie L. dit :

      Il y a grande différence entre l’auto-édition en ligne et celle en version papier. Lorsqu’un auteur publie en ligne, tout est gratuit, la diffusion se fait via Internet. L’auto-édition en version papier est bien plus compliqué, car elle implique que l’auteur doive payer des frais d’impression qui sont très élevés, et qui vont considérablement réduire la marge bénéficiaire de l’auteur. A la limite, l’auteur peut faire des impressions à la demande, mais c’est pareil, il vaut mieux que la demande soit grande : plus le nombre d’exemplaires à imprimer est petit, plus le coût est élevé…
      L’autre problème est la distribution/diffusion, c’est à dire faire en sorte que le livre soit accessible en librairie, ou du moins qu’il « existe » aux yeux des libraires et puisse être commandé. Et il faut encore payer ce service. Un certain pourcentage reviendra au distributeur/diffuseur, sans oublier le libraire qui prendra aussi sa part.
      En somme, pour l’édition papier, les acteurs sont bien plus nombreux que pour l’auto-édition numérique. Ainsi le prix de fabrication et mise en vente du livre sont bien trop élevés pour un auteur auto-édité.

  5. Fanny B. dit :

    Merci pour cet article très intéressant sur l’autoédition !
    Les maisons d’édition traditionnelles et les plateformes d’autoédition ne sont cependant pas toujours en opposition. Certaines maisons d’édition auscultent ces sites à la recherche de la nouvelle perle littéraire. De la même façon, pour les auteurs d’un premier roman, un site comme Amazon Kindex permet de tester la popularité d’un écrit, avec pour finalité une publication papier (http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2014/10/16/passant-amazon-premier-ebook-a-chance-cartonner-255496).

    • Mathilde B. dit :

      C’est là qu’est tout le paradoxe de l’auto-édition effectivement !
      Nombre de premiers auteurs passent par l’auto-édition parce qu’aucune maison d’édition n’a accepté leur premier roman, et si la plupart reste dans une notoriété très relative (une petite centaine d’achats) certains se transforment en succès grâce au tremplin qu’a offert l’auto-édition numérique.
      Cela fait grincer des dents, mais E.L. James avec 50 Nuances fait partie de ces auto-éditeurs (elle publiait sur une plateforme de fanfiction) et aujourd’hui elle a vendu plus d’exemplaires de 50 Nuances que J.K. Rowling avec Harry Potter…

  6. Très instructif. Le ton familier se prête bien au propos et garde l’intérêt.
    La notion de « captation de l’attention » mériterait d’être développée dans le cadre de ce cours. Qu’est-ce que ça veut dire pour l’auto-édition ? Quelles sont les pratiques actuelles, les écueils rencontrés ? Est-ce que Marie Larberge (Québec) a réussi à vendre ses livres, finalement ?
    Merci pour votre excellent travail !

  7. karim dit :

    Le journal tente de (re)construire une exclusivité et une rivalité autour de cet article « L’autoédition, cheval de Troie d’Amazon » par un abonnement, mais malheureusement pour eux, la valeur de partage du web est plus fort, voici un autre lien : http://www.filpac.cgt.fr/spip.php?article10473. S’agit-il d’un piratage? Pourtant il est sur le site de la Fédération des travailleurs des Industries du Livre, du Papier et de la Communication, affiliée à la CGT! Ce qui m’amène, paradoxalement, à intervenir sur le Blog de Hugo Giret-Butz (ENS-Lyon) et par Jean Nicholas Otis (EBSI) »Le piratage aux profits des entreprises: https://archinfo24.hypotheses.org/2836 « . Est-ce que le piratage profite à l’entreprise, le journal Le Monde dans ce cas? Je ne pense pas, d’ailleurs aucune référence sur le site à la source de l’article. Par contre pour l’auteur, à défaut d’argent (je ne sais pas c’est quoi le mode de rétribution de l’auteur dans ce cas, au nombre de clics ou à l’article?), elle gagne en notoriété et de visibilité. Le piratage replace donc l’auteur et le producteur de contenu au centre de l’intérêt en lieu et place du contenant (l’intermédiaire). Certes, le journal avec sa notoriété a capté l’attention sur l’article, qui serait peut-être passé inaperçu dans le flot d’information, mais on le verrouillant, il limite sa diffusion.

    Pour ce Blog que je trouve très intéressant, je reviendrai plus tard avec mes appréciations!

    • Mathilde B. dit :

      Et inversement, pour accéder à ce contenu très recommandé, nous avons dû nous appuyer sur le partage et demander à quelqu’un d’abonné au Monde de nous permettre à accéder à ce petit morceau de Culture. Là où Le Monde est plutôt bon, c’est que les articles sont proposés à l’unité pour une somme très modique (un ou deux euros). Pour le nombre de téléchargements légaux (abonnements et à l’unité) compris, la « fuite » que cela représente doit être mineure.

      Merci pour le lien de FILPAC Karim, il m’était totalement inconnu, et regorge d’informations intéressantes !

  1. 16/10/2015

    […]   […]

  2. 16/10/2015

    […] Il s’agit d’un extrait d’un cours vidéo capté par l’université de Rennes II. Voir la vidéo En savoir plus. Autoéditer… c’est pas gagner. […]

  3. 13/12/2016

    […] Laurie et Buleté-Herbaut, Mathilde, Autoéditer… c’est pas gagner, url, consulté le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *