Les Moocs : quelle évolution ?

Billet rédigé par Paulin Ribbe – Enssib avec l’aide de Michelle Sullivan – EBSI dans le cadre du cours sur l’économie du document/web.

Les Moocs commencent à s’insérer dans le paysage français de la formation. En 2013, on a pu voir leur création par des universités (HEC, INSA, et bien d’autres) d’autres structures (France Télévision, Pôle Emploi), ainsi que la mise en place de plateformes par des acteurs institutionnels (France Université Numérique, MOOC francophone). Effet de mode ou amorce d’une révolution dans l’éducation, ce phénomène interroge, autant sur le plan pédagogique que sur le plan économique. Comment positionner ce type de plate-forme dans l’apprentissage? Sous quel modèle économique les Moocs peuvent-ils être viables ? On le rappelle, les Moocs (Massive Open Online Courses) sont apparus à la fin des années 2000 via les Etats-Unis et le Canada, et ont commencé à se populariser vers 2011, notamment via les plates-formes Coursera et edX. Suite à l’article très complet écrit en 2013 par nos prédécesseurs, faisons un état des lieux du Mooc en 2015.

Qui suit les Moocs ?

Cours en ligne ouverts et gratuits, les Moocs constituent une étape dans l’accès au savoir. Dans les réponses aux commentaires du précédent billet, les auteures convenaient qu’il importait de mieux cerner le public cible, les apprenants, au vu du nombre d’inscrits sur un cours, pouvant monter parfois à plusieurs centaines de milliers de personnes.

Dans cette perspective, le rapport “HarvardX and MITx : Two Years of Open Online Courses Fall 2012-Summer 2014ˮ, paru en mars 2015, donne quelques pistes sur ces profils. Cette étude porte sur les modalités d’apprentissage des participants à 68 cours proposés par la plateforme edX entre 2012 et 2014. Il montre que si les taux d’inscription étaient très élevés, ce vif intérêt ne se reflétait pas dans les taux de certification et de complétion. Pour plus de 90% des participants, l’obtention d’une certification ne fait pas partie de leur intention lorsqu’ils s’inscrivent au Mooc.

L’idée qu’un cours doit être entièrement complété dans un temps limité n’est pas non plus nécessairement valide. En effet, le rapport montre que lorsque l’accès aux contenus et aux forums de discussion passés reste ouvert, beaucoup d’apprenants poursuivent leur Mooc. Il s’agit pour ces apprenants de parcourir le Mooc à un rythme qui leur convient, ou de ne recueillir que la part qui les intéresse.

L’accès à un cours en ligne ouvert et gratuit rend donc sa temporalité et son public différents. Ce phénomène peut constituer une cause – parmi d’autres – de la faiblesse des taux de complétion, chaque participant ayant ses propres motivations. Les participants ne sont donc pas forcément des étudiants, mais des personnes actives souhaitant se former sur un sujet particulier.

Deuxième élément, le rapport montre que la plupart des participants étaient majoritairement des personnes déjà diplômées. Si l’accès à ces platesformes attire des participants aux motivations différentes, c’est une population déjà socialisée par les études qui suit réellement ces cours. A travers cette lecture, le Mooc initialement présenté comme l’idéal de démocratisation du savoir montre ses limites.

Les Moocs en 2015

Comblant une demande variée, qui va de la formation initiale à la formation continue, de la curiosité documentaire à la montée en compétences, les Moocs s’insèrent lentement mais sûrement dans le paysage éducatif.

L’attractivité de l’outil semble avoir été comprise : depuis la création de la plateforme France-universite-numérique début 2014, 141 Moocs ont été ouverts. On peut aussi observer de plus en plus d’établissements supérieurs développer leurs propres Moocs. Le Mooc peut servir de produit d’appel pour faire découvrir son institution et inciter à une véritable inscription ou une offre premium. On observe aussi l’arrivée de bandes annonces pour suivre ces formations. Mais comme cela a été dit dans les commentaires du billet cité, utiliser un Mooc comme outil de communication est à double tranchant : si le contenu et la pédagogie employés sont insuffisants, l’effet sera inverse sur le participant. L’argument de la démocratisation des savoirs est employé pour s’offrir une visibilité.

Au niveau pédagogique, les Moocs s’intégrent de plus en plus dans les cursus de formation, notamment grâce au principe de la classe inversée : travail d’appropriation des connaissances sur le Mooc, et travaux pratiques en classe. Cette complémentarité entre le cours en présentiel et le cours en ligne, si elle n’est pas définitive, a le mérite d’interroger les façons d’apprendre et de s’approprier le savoir. Dans cette continuité, si le Mooc interroge la pédagogie, il chamboule aussi les compétences des enseignants qui ne peuvent plus se contenter de mettre à disposition des ressources pédagogiques, mais doivent les scénariser de façon ludique (on perd vite l’attention sur Internet) et cohérente, de façon numérique. Outre le travail de conception, il faut ensuite mener un accompagnement des participants. Tout ce processus relève d’une chaîne de valeurs intégrant de nouvelles compétences.

Si la participation des usagers amène une émulation et un déploiement de connaissances constituant l’un des principaux atouts du Mooc, elle nécessite des outils de suivi lourds à mettre en œuvre (autant au niveau des compétences de développement que du modèle économique). De cette difficulté ont émergé les SPOC (Small Private Online Course), cours de 20 à 40 participants, ni ouverts ni gratuits, favorisant un suivi personnalisé. D’abord sections privatisées d’un Mooc, vendues à des entreprises selon leurs besoins, ces derniers ont peu à peu pris une forme propre.   Subissant à la fois des contraintes techniques et des logiques économiques, la technologie des Moocs devient plus rentable quand elle est adaptée à un public ciblé.

Cette évolution vers une forme plus réduite atteste-t-elle de l’échec des Moocs à trouver un modèle économique viable, une forme pérenne ? Au contraire, les variations de ce type de plateforme montrent qu’il n’y a pas qu’un seul modèle, et interrogent perpétuellement les façons d’apprendre et d’enseigner. S’ils s’intègrent de plus en plus dans les formations, les Moocs demeurent une forme d’enseignement encore en développement, en évolution. Et c’est peut-être ce caractère expérimental qui constitue leur plus grande richesse : en s’adaptant sans cesse aux besoins des structures, des apprenants, les Moocs interrogent sans cesse l’éducation à l’âge d’Internet.


Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Paulin Ribbe dit :

    Merci Fanny de rappeler le rôle que les Moocs ont dans la formation professionnelle. On les associe souvent à la formation initiale, mais ils constituent un outil très utilisé en entreprise. Ton exemple prouve encore l’adaptabilité de ce système d’enseignement.
    Pour ce qui est du lien austérité des universités et développement des cours en ligne, le lien n’est pas si évident qu’il pourrait paraître.
    L’article des Echos qu’avait mis en lien Eléonore mesure bien le chemin à parcourir en terme de pratiques et de modèle économique (même si cela a bougé depuis) : http://www.lesechos.fr/18/02/2014/LesEchos/21629-083-ECH_education—la-difficile-equation-economique-des-mooc.htm?texte=la%20difficile%20%25C3%25A9quation%20%25C3%25A9conomique%20%25C3%25A9conomique%20des%20MOOC
    Comme je le montrais dans mon commentaire précédent, il y a de toute évidence un enjeu important pour les universités françaises, qui font face à une forte hausse d’inscription en première année (http://www.lemonde.fr/education/article/2015/09/16/les-universites-confrontees-a-l-explosion-du-nombre-d-etudiants_4758835_1473685.html.) Pour le moment, il ne semble pas que ces enjeux soient abordés politiquement sous cet angle (http://www.letudiant.fr/educpros/entretiens/nathalie-kosciusko-morizet-il-faut-arreter-cette-omerta-autour-de-l-universite.html et http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/mobilisation-contre-l-austerite-a-l-universite-4000-manifestants-a-paris.html), mais cela reste avant tout une question de socialisation, d’intégration et de pratiques : les Moocs sont encore jeunes en France. Comme le montre l’article que Fabian a mis en lien, http://www.technologyreview.com/review/533406/what-are-moocs-good-for/, nous sommes dans une période d’expérimentation, d’intégration.

  2. Stéphanie Séguin dit :

    J’aimerais vous entendre à ce sujet : voyez-vous un lien entre le développement des cours en ligne, dont les MOOCs, et les coupures dans les universités en temps d’austérité?

  3. Levade Fanny dit :

    Je souhaiterai revenir sur le déploiement des MOOC aux seins des entreprises. Mon père m’avait parlé du fait que les grandes entreprises dont celle où il travaille, Allianz, s’appropriaient de plus en plus ces systèmes de formations. Les MOOC sont utilisés en particulier pour former les commerciaux sur l’utilisation du numérique mais aussi sur d’autres thèmes. Exemple tout bête, ils ont tous été équipés d’iphone et pour faciliter leur utilisation ils ont créé un MOOC sur ce sujet, 12 000 téléchargements sur 11 000 utilisateurs.
    Deux articles intéressants sur le sujet : http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/transformation-digitale-allianz-france.shtml http://www.chefdentreprise.com/Thematique/management-rh-1026/Breves/Mooc-l-avenir-de-la-formation-en-entreprise–253941.html

  4. Paulin Ribbe dit :

    Merci pour vos éclaircissements et précisions.
    Ici, il ne s’agissait pas de définir les Moocs et leur coût, tous ces points étant déjà été traités de façon assez complète ailleurs, notamment ici : http://archinfo24.hypotheses.org/1867 et ici fr.slideshare.net/YvesEpelboin/les-mooc-conception-usages-et-modles-conomiques,
    mais plutôt d’interroger de façon prospective comment cet objet s’intègre dans l’éducation, les pratiques qu’il génère.
    Dans cette continuité, voir cet article paru hier qui décrit une évolution majeure aux Etats-Unis : il désormais possible d’obtenir sa L1 en suivant un ensemble de spécialisation sur Coursera pour 6000$ (pas partout évidemment) http://blog.educpros.fr/yves-epelboin/2015/10/18/du-nouveau-a-louest-des-mooc/. Si aux Etats-Unis les Moocs sont vus comme une alternative aux coûts universitaires démesurés, on peut imaginer qu’ils soient employés en France comme solution aux affluences de plus en plus élevées dans les universités françaises. http://www.lemonde.fr/education/article/2015/09/16/les-universites-confrontees-a-l-explosion-du-nombre-d-etudiants_4758835_1473685.html. Mais peut-on vraiment se passer de cours en présentiel? Surtout en 1ère année? Qu’en pensez-vous?

    Fabian les liaisons que tu fais avec les sept piliers sont très intéressantes. Pour la résonance, tu as raison de préciser que les Moocs sont de plus en plus « fermés » – les SPOCS en sont l’illustration et la conséquence. On peut néanmoins mettre en opposition ce que tu dis avec le commentaire de Eléonore sur les Moocs de professeurs réputés qui sont souvent plebiscités: ici, la résonance et la promesse rentrent en ligne de compte. On peut ajouter aussi qu’un des grands enjeux des Moocs – et là je relie le commentaire de Fanny – est l’attention. Les Moocs – en tant que plateformes numériques, sont en concurrence directe avec toutes les distractions possibles d’un navigateur. Nos usages d’Internet montrent que notre attention est très volatile. La scénarisation et la conception d’un Mooc doivent donc répondre à cet enjeu : générer de l’attention et donc de la concentration. Cet enjeu est d’autant plus fort dans le cadre d’un Mooc de culture générale, répondant à de la curiosité documentaire. (il le sera moins dans le cadre d’une formation initiale ou continu ou le participant doit nécessairement valider, donc suivre le Mooc assidument).
    Pour ce qui est de la continuité entre Cned et Fun, je n’ai pas plus d’informations que le rapport de la Cour des Comptes (www.ccomptes.fr/content/download/53169/1415977/version/2/file/2_3_1_etablissement_public_enseignement_CNED.pdf)
    et les articles publiés dans la foulée début 2013. Si quelqu’un a plus d’informations, qu’il le fasse savoir!

  5. Eléonore deM dit :

    Très intéressant ce billet, même si le format du billet de blogue implique malheureusement de ne pas être trop exhaustif. Deux choses m’interpellent, je reprends vos formulations :
    1-« L’argument de la démocratisation des savoirs est employé pour s’offrir une visibilité. » : les MOOCS sont souvent plébiscités lorsque l’enseignant est reconnu dans son milieu. C’est un cercle un peu vicieux qui consiste à mettre en avant des gens déjà reconnus, et à offrir une bonne carte de visite aux enseignants des MOOCS… qui donc la plupart du temps n’en ont pas besoin. Et comme le contrôle du « contenu » du cours n’est pas vraiment possible (pour en évaluer la qualité et la pertinence), souvent on se fie à la réputation de l’enseignant.
    2-« […] elle nécessite des outils de suivi lourds à mettre en œuvre (autant au niveau des compétences de développement que du modèle économique). » : ça n’est pas très détaillé ici, mais le coût de production d’un MOOC est faramineux. L’hébergement sur une plateforme est extrêmement coûteux, par exemple chez edX, l’établissement partenaire doit apporter à son arrivée une contribution financière pouvant monter jusqu’à deux millions de dollars ; et cela ne concerne pas le budget pour produire des ressources pédagogiques, communiquer autour du cours, et effectuer les démarches administratives, qui est encore à la charge de l’établissement scolaire. Le modèle économique du MOOC est donc toujours en question (par ailleurs il y a d’autres côtés très positifs, je ne me suis attardée que sur les « négatifs »). Concernant l’économie des MOOCS, cet article est assez intéressant : http://www.economist.com/news/finance-and-economics/21595901-rise-online-instruction-will-upend-economics-higher-education-massive ainsi que celui-ci (« Quels modèles économiques et pédagogiques pour les MOOC ») : http://dms.revues.org/530, et enfin celui-là (« Education : la difficile équation économique des MOOCS ») : http://www.lesechos.fr/18/02/2014/LesEchos/21629-083-ECH_education—la-difficile-equation-economique-des-mooc.htm?texte=la%20difficile%20%25C3%25A9quation%20%25C3%25A9conomique%20%25C3%25A9conomique%20des%20MOOC.

  6. Hola. Bonjour,
    Merci pour cet article très illustrant sur les MOOCS !
    L’année dernier j’ai suivi un cours sur les dispositifs pour l’apprentissage en ligne. Pendant les premières séances j’ai trouvé pas mal des exemples sur l’évolution de Moocs. Certains modèles économique sont reliée au services « de plus », tel que l’accompagnement des étudiants tout au long de cours avec par un tuteur, la validation du cours et la obtention de un diplome, et l’offre d’autres services ou la recommandation des sites internet éducatifs à la fin du cours.
    Maintenant certains plateformes de Moocs qu’avant étaient gratuits, ont évolué à de plateformes de courses payants, sans la caractéristique d’être Open (free, gratuit) ou massive. Ils sont devenus de courses plus personnalisés avec plus ou mois de fonctionnalités sur les plateformes, selon le type d’abonnement.
    Ils sont émergé aussi des sites internet comme Digischool que demande un abonnement pour avoir accès au contenu éducatif (documents textes, vidéos), en plus, sur le site il sont affichés des annonces publicitaires.
    Avec ces références on peut contester que dans le monde de Moocs et de sites ou plateformes pour l’apprentissage en ligne, il existe plusieurs manières d’obtenir de revenus. En prenant en compte les sept piliers de l’économie de l’information, certain modèles de Moocs son centrés plutôt sur l’Attention des utilisateurs, car ceux qui les offrent font l’exploitation des données et des traces des actions des utilisateurs, lesquelles permettent de diffuser les publicités à des cibles précises (ciblage socio-comportementale). Par contre on peut voir aussi que de plus en plus la Résonance n’est pas plus un caractéristique des Moocs , ses contenus sont de moins en moins partagés, avec plus de restrictions. La promesse est toujours présente, les utilisateurs vont s’inscrire aux cours ou vont télécharger de documents éducatif sans connaître son contenu, sa qualité et si ça va correspondre vraiment à ses objectifs d’apprentissage.
    Je pense que les Moocs et les plateformes éducatifs en général, sont en train de chercher un modèle que leur permettre attirées plus des utilisateurs et avoir plus de revenus, en faisant un mix des trois modèles économiques de base qu’on a vu dans le cours Economie du document: édition (vente de biens) , bibliothèque (vente de l’accès ) et spectacle (vente de l’attention), comme c’est le cas de Digischool.

    • Je vous partage cette article que j’ai trouvé aussi intéressant sur les résultats et les effets des Moocs des « most popular » universités américaines.
      http://www.technologyreview.com/review/533406/what-are-moocs-good-for/

      Je retiens ce phrase un professeur de Harvard: « traditional universities will have to show that most of the other things they offer on campus can’t be replaced by technology ». Et oui, il faut penser aussi à ce que les sociétés de Mooocs peuvent donner de plus, les cours tels que ne sont pas suffisaient pour conserver leur business modèle.

  7. Fanny B. dit :

    Merci pour ce billet très intéressant qui permet de faire un état des lieux de l’offre des Moocs en 2015 et qui m’a permis de découvrir les fameux Spocs !
    Parlons Mooc !
    À la lecture de ce billet, je m’interroge sur l’occasion ratée d’une continuité entre Cned et Fun (en France). Est-ce en raison d’objectifs différents ? Pourtant l’enseignement à distance est le principe fondateur du Cned et des Moocs. Est-ce en raison de niveaux d’enseignement différents (du primaire à la formation professionnelle pour le Cned Vs formation universitaire des Mooc), de projets différents (http://www.e-orientations.com/actualites/le-cned-ou-le-scandale-de-l-enseignement-a-distance-en-france-12313) ou de modèles de financement opposés ? Des rapprochements sont-ils envisagés ? J’aurai aimé savoir si vous avez croisé des éléments de réponse lors de la rédaction de ce billet et/ou s’il existe une situation similaire au Canada.

    @MGD et pour revenir sur la pédagogie des Moocs : la forme hybride du cours Ecodoc entre cours spécialisé et connectivisme (pour reprendre la typologie de http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/2013/06/30/une-typologie-des-mooc/) peut décontenancer. J’avais déjà suivi des Mooc qui se présentaient sous la forme classique du cours magistral de vulgarisation mais la pédagogie active d’Ecodoc demande un certain temps d’adaptation pour les étudiants habitués à suivre des cours magistraux, dont je fais partie… L’acculturation nécessaire se fait progressivement… à cause ou grâce aux contraintes d’évaluation ? La gestion du temps du cours Ecodoc est un autre défi. En raison de mon emploi du temps, le moment où je peux m’y consacrer correspond à celui où le débit internet est tellement lent (le soir) que je dois parfois y renoncer (momentanément) quand je ne peux pas charger un cahier… (peut-être que la solution de la gestion du temps réside dans un SPOC : http://my-mooc.fr/project/les-fondamentaux-de-la-gestion-du-temps/ ? même si la question de l’accessibilité demeure).
    Un Mooc en UE permet aussi d’expérimenter et de tester des outils, parfois nouveaux, de prendre son temps (quand tout fonctionne), de découvrir une autre forme de cours participatif et d’en explorer toutes les possibilités !

  8. On veut votre commentaire sur les formes pédagogiques sélectionnées pour le cours d’Économie du document 😉
    Comparez avec ce que vous connaissez maintenant !

  1. 19/10/2015

    […]   […]

  2. 13/03/2017

    […] de travail. Retour des apprenants. HYPOTHESES.ORG, JM Salaün – 15/10/15 – "Les Moocs : quelle évolution ?". Billet rédigé par Paulin Ribbe – Enssib avec l’aide de Michelle Sullivan – EBSI dans le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *