A-t-on besoin de plusieurs moteurs de recherche?

Billet rédigé par Fannie Boisseau (EBSI) et par Maude Sanial (Enssib) dans le cadre du cours sur l’économie du document/web.

Le moteur de recherche Google fêtait le 27 septembre dernier ses 17 années d’existence. La firme de Mountain View en a profité pour souligner la hausse de 12% de ses revenus pour l’année 2015. Sans surprise, le géant s’impose encore mondialement sur le marché des instruments de recherche de pages web publiques, tant et si bien que dans l’esprit de bon nombre d’Occidentaux, moteur de recherche est synonyme de Google. Les dirigeants de l’entreprise doivent en être fort satisfaits. Et les clients aussi. Après tout, la qualité de l’instrument est indéniable. Il est facile à utiliser et il est très efficace. Il est à même de combler amplement les besoins en recherche d’information.

Toutefois, la réalité est plus nuancée. Si la firme américaine ainsi que d’autres grands joueurs comme Yahoo, Baidu ou Bing ont propulsé, développé et exploité les moteurs, ils n’en sont pas les initiateurs. Le tout premier moteur de recherche, Archie, a été imaginé par un étudiant de l’université McGill à Montréal. Et de cette invention, il n’en a tiré aucun bénéfice financier, même aujourd’hui. À l’origine, l’objectif de l’initiative était de répondre à un besoin pratique et local, bien loin du marché des annonceurs et des visées mercantiles que l’on connaît actuellement.

À l’instar du créateur de Archie, la mission des deux fondateurs de Google est philanthropique, du moins si l’on en croit la présentation qu’ils en font. Mais les moyens mis en place pour arriver à leurs fins ne font pas l’unanimité. Depuis plusieurs années, critiques et actions en justice se multiplient à leur encontre. Parallèlement, des initiatives développant d’autres types de moteurs de recherche voient le jour, répondant à une diversité de besoins, tant culturel, technologique, économique que politique.

Une révolution bio

Pour le président du réseau français Framasoft, Pierre-Yves Cosset, réduire la portée de l’entreprise hégémonique américaine pour faire place à une diversité d’offres est souhaitable. Il avance l’idée que les alternatives au moteur Google sont  à la recherche sur le Web ce qu’est le bio pour l’alimentation agrochimique et industrielle. Une analogie intéressante qui mise sur la pluralité et l’hétérogénéité plus conforme à une conception de la société, moins axée sur la publicité et sur le contenu commandité.

À quoi donc ressemblerait un moteur de recherche bio ? Pour M. Cosset, la réponse est dans le produit que sa compagnie – qui promeut le logiciel libre – a développé, le métamoteur Framabee. L’internaute peut y interroger plusieurs moteurs de recherche en même temps, Google, Bing, Wikipédia entre autres, à partir d’une seule page. Mais plus aucune trace n’est conservée, ni partagée à des tiers. L’utilisateur doit fournir un peu plus d’effort, mais le respect de la vie privée est garanti. Sans filtres, les premiers résultats affichés sont moins pertinents mais ils le deviendront dans les pages suivantes.

Nombre de pays apposent sur leurs produits alimentaires leur logo de certification biologique. La labellisation, bien que respectant des règles internationales, est une resposabilité nationale. De la même façon, maintes initiatives sur le marché des moteurs sont locales. Qu’ont en commun Yandex en Russie, Baidu en Chine, Naver en Corée du Sud ou Seznam en République Tchèque ? D’abord leur popularité. L’utilisation de ces moteurs est majoritairement privilégiée au détriment de Google. Leur contenu est en outre plus riche d’informations dans leur propre langue. D’un point de vue culturel, on y trouve une volonté d’affirmer son identité en développant d’autres fonctionnalités et d’autres façons de faire, misant notamment sur l’innovation pour rester concurrentiel ou simplement pour mieux répondre aux utilisateurs et devancer leurs besoins. Enfin, leur point commun est aussi leur rentabilité. Pour la République Tchèque par exemple, où deux tiers des internautes utilisent Seznam, toutes générations confondues, le moteur a engrangé des profits de 114 millions d’euros en 2014.

Un index indépendant

Les bases de connaissances nationales comme internationales ne sont pas et ne peuvent pas être l’apanage d’un seul joueur. Bien que plusieurs en appelle à la création d’outils de recherche plus respectueux de la diversité bioculturelle, d’autres enjeux demeurent pourtant dont celui de la réutilisation de nos données de navigation. Il semble en effet difficile d’effectuer un passage anonyme sur le web et de se soustraire à la publicité même si des moteurs comme Qwant ou Duckduckgo exploitent ce filon. Le chercheur et enseignant français Olivier Ertzscheid, qui se spécialise en en sciences de l’information et de la communication, considère qu’il faudra apprendre à composer avec cette forme de surveillance, qui sera d’autant plus envahissante avec l’Internet des objets. Il propose alors la création d’un index indépendant, géré par une instance autonome et publique pour réguler les logiques d’indexation en dehors du marché. Mais, puisque la publicité est le prix à payer pour avoir accès à la toile gratuitement, on peut se demander quel serait le pouvoir réel d’une telle instance indépendante.

L’entrée en jeu des assistants à la recherche

Aujourd’hui, l’information est omniprésente. Outre les moteurs de recherche utilisés sur les ordinateurs, de nombreux supports – tablettes, téléphones intelligents – ont révolutionné l’accès à l’information. Le Web mobile gagne du terrain : en France, 29% des personnes interrogées par l’institut Lightspeed Research en 2014 disaient être déjà allées sur Internet depuis un mobile.

Au vu du grand nombre de problèmes techniques rencontrés – le temps long de chargement d’une page web par exemple – différentes initiatives ont vu le jour. Nous connaissons déjà Siri qualifié « d’assistant personnel intelligent » et créé par Apple en 2011. Récemment, Google a annoncé une initiative open source appelée « Accelerated Mobile Pages » qui vise à améliorer les performances du web mobile. L’idée est de créer des pages web avec du contenu riche, comme la présence de vidéos et d’images, et un temps de chargement instantané.

Dans l’article « Google et la bibliothèque mondiale » de la revue Vacarme, Hervé Le Crosnier décrit cette volonté pour les moteurs « d’assurer le rôle de méta-média : celui qui tient le catalogue est celui qui l’emporte. » Mais qu’en est-il de la puissance de Google face à cette montée en puissance des moteurs « multitâches » et du web mobile ?

Google peut-il satisfaire tout le monde? L’inventeur du web, Tim Berners-Lee voit dans le web des années 80 un réseau, un partage de données permettant une reconstruction et une analyse plus profonde de l’information. Il est synonyme d’universalité, de partage, de libre accès à l’information, mais surtout de communauté, et non de rentabilité, de notoriété et de concurrence.

Aujourd’hui, de nombreux moteurs de recherche se développent, comme Premsgo, nouveau moteur de recherche français lancé en septembre 2015. Il n’est pas un concurrent direct de Google mais s’oriente plutôt vers un outil du type Pages Jaunes, en proposant des fiches d’informations spécifiques sur des entreprises.

Alors a-t-on besoin de plusieurs moteurs de recherche? La réponse est sûrement entre les mains des internautes qui privilégieront la question juridique du droit à la vie privée pour certains, ou encore la question du contenu et de la pertinence de l’information pour d’autres.


Vous aimerez aussi...

18 réponses

  1. Hugo Giret-Butz dit :

    Merci pour cet article synthétique de la vision actuelle des moteurs de recherche. Nous voyons bien que ce sont les informations majoritairement qui façonnent les moteurs de recherche. La personnalisation est le second critère intervenant dans les caractéristiques d’un logiciel. Il s’adapte à ses utilisateurs, apprend d’eux. Il est très intéressant de voir qu’un moteur de recherche peut-être lié à la culture d’un pays. Il est construit localement et s’enrichit avec la langue du pays. Il répond directement aux besoins de ses utilisateurs. Les habitants choisissent aussi d’utiliser ce moteur de recherche car il peut répondre aux exigences de protection des vies privées.

    Le plus intéressant dans les moteurs de recherche est la partie algorithme. Depuis que l’on parle du Web des données (https://la-cascade.io/quest-ce-que-la-recherche-semantique/), les moteurs de recherche ont été optimisés pour se fondre avec le web sémantique. Cette nouvelle façon de percevoir l’information est sensé changer les habitudes des consommateurs. Tandis que cette approche se développe, voici qu’arrive de nouveaux algorithmes, les « deep learning ».
    Ils sont inspirés des réseaux de neurones et sont les frémissements de l’intelligence artificielle ( http://www.technologies-ebusiness.com/enjeux-et-tendances/le-deep-learning-pas-a-pas ). Comme l’a souligné Maude, Google a développé le sien appelé RankBrain.

    Quel sera le prochain moteur de recherche révolutionnaire ? Permettra-t-il enfin d’accéder au « deep web » en se défaisant de la surveillance ?
    http://tempsreel.nouvelobs.com/tech/20150410.OBS6927/le-deep-web-bientot-dernier-espace-de-liberte-sur-internet.html

  2. Badre dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article bien documenté et plein d’infos à suivre.
    Ce que j’ai envie de partager avec vous concernant Google, c’est que ce dernier opère et sans pitié pour ses propres produits, (je vous laisse deviner quand il s’agit d’autrui), le jour ou « Google Search » ne fera plus l’affaire, Alphabet va fermer tout simplement ce service et sans remord ( exemple: annuaire, flux rss…. de google).
    Il ne faut surtout pas oublier qu’Alphabet peut être tout simplement derrière un nouveau moteur « Bio », le financer comme ce qu’il a déjà fait pour Dmoz, Mozilla….
    Laconiquement, Google a tout fait pour devenir, il fait tout pour s’étendre et fera tout pour Gouverner !

  3. Valentin dit :

    La question que je me pose, c’est : Est-ce que Google peut rester éternellement en première place ?
    Si on y pense une minute, à peu près tous les outils et tous les modèles économiques du web (et de l’informatique en générale, salut Microsoft) se sont plantés à un moment ou à un autre. Google n’est pas à l’abris d’une innovation techno qui décolle. Ou, tout simplement, des failles de son modèle économique (la collecte des données utilisateur en tête).
    La question n’est même pas de savoir si on a vraiment besoin de plusieurs moteurs de recherche : le public numérique est très volatile et peut changer au moindre coup de vent dans une direction ou une autre. C’est pas un hasard si les dirigeants de Google ont relégué le moteur de recherche à une filiale d’Alphabet pour accorder la même importance à leurs autres projets (Nest, Loon, Google Glass, Google Car, etc.). Ces gens savent que le marché peut tourner et ils cherchent à se diversifier.

  4. Laurie L. dit :

    Merci pour ce billet intéressant !
    Google est très pratique car on y trouve quasi toujours ce que l’on cherche. Savons-nous comment fonctionne son algorithme… Sont-ce les utilisateurs qui permettent à une page d’arriver en top des résultats lors d’une recherche, ou bien est-ce Google qui en décide ? Est-ce que nos précédentes recherches vont influencer les résultats des suivantes (ainsi se pose la question des données personnelles) ?

    • Aurely J dit :

      Bonjour Laurie, je me permets d’apporter quelques éléments de réponse qui seront surement complétés par Fannie et Maude.

      L’algorithme de Google est très bien gardé, si ce n’était pas le cas, de nombreux Webmasters le détournerai pour augmenter la popularité de leur sites. (C’est notamment ce qui se produisait avec les anciens moteurs de recherche qui proposaient un classement basé uniquement sur les mots clés et les métadonnées).
      Google possède des « robot » ou « bot » qui scannent l’intégralité des pages web afin de les indexer. Ensuite grâce à d’autres programmes Google détermine le nombre de connexions entrantes sur un site, mais aussi le nombre d’hyperliens placés sur d’autres sites qui renvoient vers un même site. Toute une panoplie d’autres données sont également étudiées. C’est donc censé être un classement totalement robotisé dans lequel l’homme ne peut pas intervenir sauf s’il paye pour acheter des mots clés ou des encarts publicitaires spéciaux. Mais comme abordés dans notre Billet, la polémique « est ce que Google décide » est bien réelle : http://archinfo24.hypotheses.org/2889

      • Maude S. dit :

        Bonjour,

        L’algorithme de Google repose sur des programmes informatiques qui permettent de naviguer parmi des milliards de pages web. Pour améliorer la pertinence des recherches, Google met en place de nombreux éléments : la recherche instantanée, la saisie semi-automatique, les images, l’actualisation…(http://www.google.fr/intl/fr/insidesearch/howsearchworks/algorithms.html) D’ailleurs Google met à jour son algorithme régulièrement pour proposer des résultats plus pertinents et plus actuels.

        Dernièrement, Google a développé une intelligence artificielle : RankBrain. « RankBrain se charge de l’analyse sémantique de la recherche de l’internaute grâce à ce que Google appelle les « vecteurs », les éléments de langages et sémantiques utilisés par les utilisateurs d’internet stockés sur les serveurs de la firme. L’algorithme applique ensuite une formule mathématique pour donner du sens à cette requête. » (http://www.begeek.fr/rankbrain-lintelligence-artificielle-au-service-du-moteur-de-recherche-de-google-183652)

  5. Philippe Ménard dit :

    Intéressant comme billet! Effectivement lorsque l’on pense à moteur de recherche le premier nom qui nous vient à l’esprit est Google. Comme vous l’avez souligné, sa formule est simple : «Il est facile à utiliser et il est très efficace». La plupart des internautes ne connaissent souvent que Google, ils ne font que confiance qu’à celui-ci, allant même jusqu’à le chercher à partir d’un autre moteur de recherche! À mon avis, la plupart du temps la concurrence est toujours plus seine pour les utilisateurs que le monopole, particulièrement dans le domaine de l’information. Il est donc important selon moi que plusieurs autres moteurs de recherche puissent être utilisés. Étant moi-même un grand utilisateur Google que ce soit le moteur de recherche ou ses différentes applications (Gmail, Drive, Maps) et même son navigateur Google Chrome. Toutes ces applications interconnectées facilite toutefois encore plus la vie de l’utilisateur et donne plusieurs avantages que le simple fait d’utiliser un moteur de recherche autonome. À mon avis, la grande question revient à ce demander comment faire concurrence à un monstre comme Google?

  6. Aurely J dit :

    Un plaisir de lire cet article, de la fluidité et des références de qualité!
    Je souhaitais rebondir sur la « popularité » moteurs de recherche comme Baidu ou Yandex, en effet très utilisés en Chine et en Russie.
    Au regard de la politique actuelle de ces pays, on serait en droit de se demander si cette popularité est fortuite ou bien si elle repose sur des bases plus complexes. Autrement dit, les utilisateurs ont-ils le choix dans l’utilisation des moteurs de recherche et comment un pays comme la chine peut mettre Google hors circuit. L’aspect culturel me semble en effet un paramètre très important à prendre en compte. Soit les ressources de Baidu sont surement plus adéquate pour les utilisateurs chinois, cependant, de nombreux cas de censure ont été recensés comme indiqué dans ces articles (Le Monde 2010 : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/12/02/le-moteur-de-recherche-baidu-ecrase-google-en-chine_1447776_651865.html/Obs Economie 2012 : http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20120607.OBS7916/les-deux-visages-de-baidu-le-google-chinois.html ). On y évoque notamment la recherche « Tiananmen » qui efface de la surface toutes les photographie si tristement célèbres. De plus on y apprend que les autorités chinoises évincent petit à petit Google car il refusait de censurer certains résultats de recherche. Dans ce cadre la popularité de Baidu est-elle vraiment légitime?

  7. Lucile Hertzog [ENS Lyon] dit :

    Merci pour cet article très intéressant.
    Comme vous l’indiquiez, des pays comme la Chine ont privilégié d’autres moteurs de recherches. Néanmoins, n’oublions pas que si Google n’a par exemple pas pu s’implanter en Chine, c’était pour des questions de censure (cf. ces articles : http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/la-chine-face-a-google_1492142.html )
    En Russie, il était question d’affichage par rapport à la langue russe, bien particulière (cf. article : http://www.visa-voyage-russie.fr/russie/google-russie.html )
    On note pour la Corée du Sud que Google a eu du mal à s’imposer par son design épuré. En effet les coréens font culturellement plus confiance à une interface surchargée. D’ailleurs Google a changé son interface uniquement en Corée du Sud afin de la rendre plus chargée. En vain. (cf. article : http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20110426-google-panne-coree-sud/ )

    Je suis très intéressée par la proposition d’Olivier Ertzscheid dont vous avez parlé. Mais on peut effectivement se demander quel serait son pouvoir réel. A suivre.

    Pour ma part, je pense qu’il est vital de faire exister une concurrence entre les moteurs de recherches. J’utilise moi-même depuis quelques temps le fameux DuckDuckGo et je n’en suis pas mécontente ! Grâce à votre article je découvre Qwant qui me semble être une proposition encore plus intéressante. Au premier coup d’œil je dirai même qu’il dépasse Google dans son offre de recherche direct, en proposant un affichage par colonnes du web, des actualités et des réseaux sociaux, offrant une vision plus organisée. On y trouve aussi l’onglet carnet (ressemblant à un Pinterest) qui n’existe pas chez Google.

    La majorité des Français ne savent même pas (comme vous le dites dans votre article) qu’il existe d’autres moteurs de recherches que Google. Il est important de communiquer sur les alternatives ! La concurrence a toujours été moteur de l’économie !
    On peut se demander pourquoi les médias n’en parlent pas plus ! Pourquoi n’en font-ils pas la promotion !?

  8. Levade Fanny dit :

    Petite actualité : Facebook lance son dernier moteur de recherche http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/10/23/facebook-lance-son-moteur-de-recherche-de-messages-publics_4795695_4408996.html Quel impact la mise en place de ce moteur de recherche va-t-il avoir sur Google?

  9. Levade Fanny dit :

    Très intéressant!
    J’utilise Google et je l’avoue il m’est difficile d’utiliser d’autres moteurs de recherche. Je me suis trop habituée à sa simplicité et lorsque je vais sur d’autres moteurs, j’abandonne vite car trop dépaysée. Je pense qu’il est tout de même intéressant lorsque l’on a besoin de faire un travail de recherche de pouvoir utiliser plusieurs moteurs de recherche. Les résultats qui apparaissent en première page ne sont pas toujours les mêmes et peuvent nous faire découvrir des résultats que l’on n’aurait pas trouvé avec une simple recherche sur Google.
    J’ai découvert il y a peu de temps le moteur de recherche Qwant qui est encore en beta mais qui a pour vocation de respecter la vie privée. Un réel travail d’UX est fait et en plus il est français!!! Il est à surveiller je pense : https://www.qwant.com/all

  10. Anna Leah Berstein Simpson dit :

    Merci de cette article. Je trouve particulièrement intéressant l’idée d’identité dans son usage de moteur de recherche. En effet, quand je pense aux experts des « alternatifs » de Google, je pense plutôt aux hackers-geeks-techies, ou bien, aux internautes qui se voient comme hackers-geeks-techies qui luttent contre Google et Microsoft. Ces utilisateurs représentent, pour moi, deux raisons pour lesquelles on-aura toujours des alternatifs à Google. La première, c’est comme le souligne nos collègues (http://archinfo24.hypotheses.org/2910), la sécurités des données personnelles. Les listes d’alternatifs (http://www.wired.com/2009/06/coolsearchengines/)mentionnent tous des moteurs de recherche qui promettent de protéger ou de ne pas collecter les données et les traces, comme Duckduckgo.com, comme vous l’avez indiqué. De plus, comme vous l’avez évoqué, c’est la spécialisation qui motive l’utilisation des moteurs de recherche non-Google/Bing. L’idéé du « bio » ou du « vegan » est bien parlante. On peut imaginer des métriques différentes selon les disciplines qui ne sont pas prises en compte par l’algorithme de Google. Parfois on cherche la nouveauté, parfois des articles citées mais vieilles. Parfois, on cherche la facilité. Pour moi, ça se traduit dans un usage presque exclusive de Google, et sur mon ordinateur et son mon portable. Quand on fait une recherche importante, il est important de consulter plusieurs sources. Le plus on est sérieux, le plus il est important de considérer l’usage de plusieurs moteurs de recherche, y inclut les grand. Et vous?

  11. Stéphanie Séguin dit :

    Très intéressant!!! Je retiens cette « idée que les alternatives au moteur Google sont à la recherche sur le Web ce qu’est le bio pour l’alimentation agrochimique et industrielle »…

    Vous dites que le choix s’impose entre vie privée ou pertinence du contenu… je crois qu’il faudrait nuancer en disant qu’il s’agit plutôt d’efficacité que de pertinence du contenu. J’appuie Miguel, les institutions demeurent sans doute aptes à fournir des contenus plus exhaustifs et pertinents que Google, seulement leur visite demande un investissement temporel plus grand que la visite de Google, mais je crois personnellement qu’il en vaut largement la peine lorsqu’on cherche à faire des recherches plus spécialisées. Ainsi, les adeptes du bio ou les véganes acceptent de prendre plus de temps et de débourser davantage pour la qualité de leur alimentation…

    Les internautes se sensibilisent tranquillement à ces enjeux et peut-être que des mouvements de « dégooglisation » d’internet prendront de l’ampleur. Je vous invite à découvrir cette initiative : https://degooglisons-internet.org/

  12. Miguel Gosselin Dionne dit :

    Excellent aperçu, merci.
    Je suis cependant curieux de voir mentionner comme nouveautés certaines technologies qui ont été expulsées du marché lors de l’arrive de Google. Je prends pour exemple les « méta-moteur de recherche » (qui se souvient de Copernic ?) qui ont été remplacés par les « index centralisés » où le travail de moissonnage est effectué en continue (c’est ce qu’utilise Google, mais des consortiums de bibliothèques aux États-Unis, par exemple Primo Central Index). Cela était fait pour faire économiser du temps, mais également pour éviter les problèmes de ciblage et de pannes, malgré une perte d’efficacité au niveau du repérage (voir : http://www.exlibrisgroup.com/category/PrimoCentral). On note également que Framasoft cible des moteurs de recherche déjà existants, ce qui le rend évidemment dépendant des autres. Également, il demeure intéressant de faire des outils de référence de type « Pages jaunes » spécialisés, mais ceux-ci ne sont pas opposés au profit de Google (qui les moissonne…), au contraire ! Quand à l’outil d’indexation « indépendant » (on l’imagine… français ?), il fait un peu penser à la République Démocratique d’Allemagne : en théorie ce serait SUPER, en pratique chers camarades la lutte politique est loin d’être gagnée, le libre-marché continuant de tout emporter sur son passage 😉

    Je demeure convaincu que les institutions publiques de recherche et de diffusion (y compris les bibliothèques) ont une expertise centrale et qu’ils mettent en place des outils qui, à bien des égards, dépassent les capacités de Google. C’est incroyable la quantité d’information qui n’est pas perçue par les algorithmes de fouille automatique, par exemple (synonymie, figures de style, analyse des champs de connaissance, etc.). Les outils locaux et les être humains ont encore leur place. Cependant, je crois qu’il faut se baser sur l’histoire des technologies pour ne pas être nostalgique du passé !

  13. Chloé D. dit :

    Bonjour,

    Merci pour votre article. Personnellement, j’accepte le fait que Google exploite mes données personnelles car je peux utiliser son moteur de recherche gratuitement. Grâce aux opérateurs booléens et autres fonctionnalités de recherche avancée, je peux effectuer des recherches rapidement avec des résultats pertinents contrairement aux autres moteurs de recherche. C’est très rare que j’utilise un autre moteur de recherche.

    Et vous ?

    • Maude S. dit :

      Bonjour Chloé,

      Je suis d’accord avec toi sur le fait que Google est un moteur de recherche très complet ! Je l’utilise aussi très régulièrement. Concernant sa gratuité, de nombreux autres moteurs de recherche le sont aussi, as-tu déjà utilisé Qwant ? Il est totalement gratuit et respecte les données privées.

      • Chloé D. dit :

        Bonjour Maude.

        Je sais que d’autres moteurs de recherche sont également gratuits. J’en ai déjà testé plein et également des métamoteurs. Mais j’en ai trouvé aucun qui soit aussi performant car je ne peux pas faire une recherche aussi avancée que sur google avec les opérateurs de recherche type filetype, inurl, etc. Peu les utilisent.

        Néanmoins, pour les personnes qui font surtout des recherches simples, c’est bien que des alternatives à Google existent.

  1. 21/10/2016

    […]  A-t-on besoin de plusieurs moteurs de recherche sur Internet ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *