[S3] Les quatre filières d’origine et le web

BEpron

Objectifs de la séquence 3

  1. Repérer les traditions différentes des filières industrielles de production de l’information
  2. En comprendre les évolutions et leur arrivée dans le numérique
  3. Repérer les présupposés et origines sociales des choix techniques et économiques du web

Des filières techniques aux traditions différentes

Pour introduire cette séquence, je vous propose un court diaporama. Il s’agit de prolonger les réflexions sur les particularités de l’économie duLes 4 filières document en suggérant qu’elles se déclinent industriellement en épousant les traditions différentes des filières techniques qui en sont les vecteurs : l’impression, le réseau, l’enregistrement et la diffusion de l’image et du son, et, bien entendu, l’informatique (cliquer sur l’image).

Vous pouvez annoter les diapositives et le texte si vous avez des remarques ou interrogations.

Les travaux sur l’histoire des médias, dans sa globalité ou focalisés sur un vecteur particulier, sont très nombreux. Je me contente pour cette séquence de suggérer quelques références et quelques pistes utiles à notre raisonnement sur l’économie du web. J’ai privilégié l’histoire des techniques en résonance avec celle de la communication sociale et régulée par les succès économiques. Il ne s’agit pas, évidemment, de lire en une semaine l’ensemble de la littérature citée. Simplement de vous montrer l’abondance des travaux et de vous donner des pistes au cas où vous souhaiteriez approfondir un sujet. J’ai résumé en quelques mots sur ce billet l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur l’histoire de chacune des filières.

Concentrez vos efforts sur les deux documents présentés en conclusion dans la partie : Les origines idéologiques et économiques du web. Ils sont essentiels pour bien comprendre l’économie du web

Histoire socio-économique des médias

The Creation of the Media

Histoire des médias

Voici d’abord, pour ceux qui voudraient aller plus loin par une approche historique classique, deux bons livres, l’un en français, l’autre en anglais (cliquer sur l’image pour une critique).

Et pour une introduction critique aux nombreux courants qui font appel à l’histoire pour expliquer le présent de la communication, on lira avec profit cet article d’Eric Delamotte : La culture de l’information a-t-elle une histoire ?.

On trouvera ci-dessous quelques clés de lecture de l’histoire des quatre filières industrielles citées.

Histoire de l’écrit

L'aventure des écritures - BnFL’écrit est évidemment bien antérieur à l’imprimerie et les contrats de lecture/écriture ont une histoire de plus de 5000 années. Pour s’en imprégner, on peut musarder dans cette magnifique exposition virtuelle proposée par la BnF : L’aventure des écritures.

Le livre, dans sa forme de codex c’est-à-dire de pages reliées ensemble encadrées par une couverture, a lui presque 2000 ans. Les historiens du livre ont l’habitude d’évoquer les trois révolutions pour le livre (Gutenberg, l’ère industrielle, la dématérialisation) en hésitant parfois sur le terme (livre ou imprimerie). Mais ce découpage peut être trompeur, surtout pour notre approche économique, car il insiste trop sur la forme « livre » qui ne contient pas tous les imprimés, loin de là.

L’ancien directeur du musée de l’imprimerie de Lyon, A. Marshall, a proposé dans une conférence une autre périodisation. J’adapte ici son vocabulaire à ma compréhension :

  • l’âge du livre (de Gutenberg au 19ème siècle) ; nous démarrons par l’ordre des livres où l’imprimé dominant est bien le codex ;
  • l’âge de la presse (19ème), puis la presse grand public s’installe avec l’imprimerie industrielle, la rotative, et l’organisation des États modernes ;
  • l’âge de la paperasse (20ème), avec le développement explosif du commerce et de l’État-providence, contrats, factures, formulaires, circulaires, bordereaux, réclames (la paperasse) envahissent le monde du travail et de l’administration tandis que les machines à imprimer, de la simple machine à écrire jusqu’à la photocopieuse en passant par le stencil ou l’offset, se font plus légères et autorisent les petits tirages ordinaires ;
  • et, personnellement, j’ajouterai maintenant volontiers l’âge des fichiers (21ème) ; enfin le numérique explose avec la redocumentarisation, une nouvelle modernité et la composition et l’impression mise à la disposition de tous par l’intermédiaire du réseau et des ordinateurs personnels.

Ce découpage qui relativise la place du livre et réintroduit le document dans l’histoire de l’impression me paraît le plus fécond pour notre analyse.

Histoire des télécommunications

La rubrique de Wikipédia consacrée à l’histoire des télécommunications en propose un bon résumé, du télégraphe optique de Chappe à la Révolution française jusqu’aux téléphones cellulaires d’aujourd’hui.

Une histoire de la communication moderne - FlichyMais ce sont les travaux de Patrice Flichy, notamment son livre Une histoire de la communication moderne (cliquer sur l’image pour une critique) , qui nous donne, je pense, la meilleure clé d’interprétation pour notre propos. L’auteur divise « l’histoire de la communication moderne » (en réalité pour lui, chercheur à France Télécom, l’histoire des télécommunications) en trois périodes :

  • 1790-1870 : la genèse marquée par la controverse entre une communication d’État (le réseau définit un territoire) et une communication de marché (la bourse a besoin d’une libre et rapide circulation de l’information).
  • 1870-1930 : avec notamment l’arrivée du téléphone et de la radio, le débat se déplace alors entre un usage familial et un usage professionnel de ces technologies.
  • 1930-1990 : la communication individuelle s’installe et les machines, comme les pratiques se focalisent sur les personnes, tandis que le poids de la famille d’un côté et celui de l’organisation fordiste du travail s’estompent progressivement.

Publié pour la première fois au début des années 90, c’est-à-dire avant la popularisation du web, le livre a su repérer la tendance à l’individuation. Aujourd’hui, on ajouterait sans doute la reconstitution de communautés par le réseau. Patrice Flichy a poursuivi sa réflexion et les intéressés liront avec profit cet article actualisant ses analyses.

Histoire de l’audiovisuel

Même si on trouve de nombreuses histoires du cinéma, de la photographie, de la musique enregistrée ou encore de la télévision, il n’existe pas à ma connaissance une histoire de l’audiovisuel satisfaisante pour notre propos. C’est dommage ! Prenons rapidement et schématiquement un exemple, pour convaincre de l’importance de cette histoire à construire.

L’enregistrement audiovisuel produit un effet de réalité par l’illusion visuelle et sonore, tout spécialement pour la représentation de la personne humaine du fait de l’empathie créée et conduit à la virtualisation de l’individu. Cette dernière existait, bien sûr, bien avant l’arrivée de l’audiovisuel dans la construction de personnages célèbres, grands de ce monde ou criminels, ou encore dans celle de l’auteur romantique entre le 18ème et le 19ème siècle pour l’espace public ou dans les mémoires transmises et les archives familiales pour l’espace privé. Mais avec la popularisation de la photographie, du cinéma, du phonographe, le phénomène s’est organisé en système, en star-system même à Hollywood, dans l’espace public mais aussi dans des dispositifs privés comme les albums photos puis les films amateurs pour les familles. On pourrait dire que la représentation des personnes s’est « documentarisée », c’est à dire que la représentation des personnes s’est intégrée à un système organisé de documents, à la fois dans l’espace public et dans l’espace privé grâce à l’audiovisuel.

La télévision et la vidéo ont amplifié et fait converger le phénomène, jusqu’à faire star l’homme ou la femme ordinaire dans les téléréalités ou sur YouTube. Et aujourd’hui, blogues et médias sociaux nous obligent à gérer notre identité numérique, faisant de tout un chacun une star ou un auteur romantique aux petits pieds, en déplaçant les frontières entre la représentation de notre vie privée et celle de notre vie publique.

On peut aussi plus simplement repérer ces évolutions à partir d’un seul vecteur, comme la télévision. Voici un schéma tiré d’un rapport d’un bureau d’études, qui il y a dix ans faisait la prospective de la télévision. Vous trouverez en dessous un commentaire à écouter.

Génération TV Idate

Dix ans plus tard, on constate que la logique repérée a fonctionné à plein, surtout pour les plus jeunes générations, mais que l’inertie des acteurs traditionnels a été sousestimée, notamment parce que le public de la télévision est aussi composé de nombreux seniors attachés aux chaînes traditionnelles.

Pour ceux qui s’intéressent aux conséquences du numérique sur la télévision, je conseille aussi la lecture des réflexions d’un consultant, Olivier Ezratty, sur la question (1 et 2) et aussi ce billet de deux de vos camarades sur Netflix.

Et pour le fun, voici une étonnante vidéo de 1947, sur le futur de la télévision, repérée grâce à INA-Global. « Cyprien, j’te défends de caresser les images ! »

Histoire de l’informatique

La rubrique de Wikipédia consacrée à l’histoire de l’informatique est assez complète, voir la partie intitulée « l’évolution des pratiques et techniques sociales ».  On trouvera aussi une intéressante timeline dans le Wkp anglais.

Mais c’est le support de cours de Yannis Delmas-Rigoutsos de l’université de Poitiers, même dans sa version inachevée actuelle, sur l’histoire de l’informatique qui répond au plus près à nos préoccupations (html, pdf), par son format et son contenu. Après un chapitre sur la préhistoire de l’informatique, sa présentation est divisée en trois parties qui correspondent à la montée progressive de trois logiques qui organisent successivement le développement de la filière. Voici une citation de l’auteur qui résume clairement son propos :

Si l’on reprend les soixante ans de l’histoire de l’informatique, nous pouvons distinguer quatre périodes. Avant les années 1940, la notion d’information n’est pas encore définie. Chaque type de bien culturel/informationnel est défini spécifiquement, généralement par son support. Avec les premières générations d’ordinateurs, des années 1950 aux années 1970, apparaissent de nouvelles machines capables de traiter toujours plus d’information, toujours plus vite, pour un encombrement et un prix toujours plus faible. À cette époque l’entreprise dominante est IBM, « big blue .» Vient ensuite l’ère de la loi de Moore, de la fin des années 1970 au début des années 2000, qui voit une forme de compétition/émulation entre le hardware et le software. Les périphériques se multiplient. La puissance des processeurs est multipliée par plus de mille. Les logiciels dominent désormais. Cette période fait la fortune de Microsoft, « big green. » Aujourd’hui les possibilités matérielles plafonnent, la plupart des usages bénéficient d’une bonne offre logicielle, le développement de l’informatique doit donc une troisième fois changer de nature. Nous sommes désormais dans l’ère des usages : la richesse réside dans les contenus, dans leur organisation, dans leur communication. Cette période voit l’avènement d’Internet et du web. L’entreprise dominante est maintenant Google, « big white. » (introduction du chapitre 4)

Les origines idéologiques et économiques du web

Ainsi, chaque filière a une histoire originale, mue par sa propre logique interne. Mais toutes convergent en épousant et participant à l’évolution générale des sociétés. Le web, dont les applications commencent à se développer vers le milieu des années 90 a constitué une sorte d’aboutissement, récupérant les avancées de chacune dans sa toile. Il reste à comprendre comment s’est constituée cette alchimie étonnante.

On trouvera facilement de nombreuses histoires du web et de ses étapes. Wikipédia en français et en anglais en propose une bonne introduction. On peut aussi consulter cette jolie infographie sur l’histoire des navigateurs, réalisée par des ingénieurs de Google et surtout le très complet diaporama sur l’histoire des moteurs ci-dessous, réalisé par A. Bouchard de l’Urfist de Paris.

Ma préférence va toutefois à la série d’émissions proposées par France Culture pour une plongée historique et musicale dans cette histoire.

Stricto sensu, le web permet de consulter, avec un navigateur, des pages accessibles sur des sites. Le web n’est donc qu’une des applications de l’internet, distincte d’autres applications comme le courrier électronique, les applications sur les terminaux mobiles ou le partage de fichiers en pair à pair. Mais si une distinction claire peut se justifier du point de vue technique, d’un point de vue économique elle n’est pas vraiment efficiente, les services et leur économie se croisant de plus en plus. Dans ce cours, j’utiliserai donc l’appellation web pour désigner l’ensemble des services numériques accessibles par le réseau pour le grand public, comme c’est de plus en plus souvent le cas dans la littérature.

Le web est d’abord un choix technique, proposé par Tim Berners-Lee en 1989, basé sur un protocole de communication (HTTP), des ressources ayant toutes une adresse (URI) et un format de fichier autorisant les hyperliens (HTML puis XML). Mais pour notre propos et la suite de notre réflexion, le plus important est de comprendre pourquoi et comment la proposition initiale de son inventeur a rencontré un tel succès. Pour vous permettre d’esquisser une première réponse et conclure cette séquence, je me contenterai de vous faire réfléchir sur deux documents édifiants.

Aux sources de l'utopie numérique C & FLe premier est extrait de la préface rédigée par Dominique Cardon pour l’édition française d’un livre sur la genèse du web, du point de vue californien (critique du livre en cliquant sur l’image). Le livre illustre, à partir de l’histoire d’un acteur et témoin privilégié, la rencontre inattendue qui s’y est opérée entre des mouvements et des idéologies a priori opposées (contre-culture, armée, commerce). Il montre la fécondité des croisements et leur résonance avec les besoins en communication de la société et de l’économie. Préface de Dominique Cardon, extrait à annoter.

Le second document est une célèbre conférence de l’inventeur du web, Tim Berners Lee, prononcée à TED. Il y présente clairement ses choix d’origine, ses motivations et comment il perçoit la suite de son projet.

La conférence est passionnante en elle-même, mais elle prend aussi une dimension supplémentaire si on la met en parallèle avec le texte précédent (préface de D. Cardon) ou encore avec l’ensemble des réflexions menées jusqu’ici dans ce cours.

Je vous suggère, pour conclure brillamment cette séquence, de répondre aux questions ci-dessous sur le cahier :

  • Sur quelles valeurs T. Berners-Lee construit-il son discours ?
  • Privilégie-t-il une ou plusieurs filières ?
  • Sur quelles particularités de l’économie de l’information (piliers) appuie-t-il implicitement son propos ?
  • Quelles particularités oublie-t-il ou passe-t-il sous silence ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *