[S6] Les terrains

Objectifs

  1. Tirer les leçons de la première partie du cours
  2. Lancer la discussion sur l’actualité du web
  3. Présenter les thèmes et les invités des webinaires

Retour sur les cinq premières séquences

S’il fallait résumer le contenu de la première partie du cours en un paragraphe, on pourrait écrire :

L’économie du web se place au croisement de trois courants : économie de laMary-Meeker-5 culture, économie de l’information et économie du partage qu’il réinvente en modifiant radicalement nombre d’activités  [S1]. Sa matière première, le document et l’information, a des particularités fortes qui la différencie de Baguette et journalcelles d’autres secteurs de l’économie sur sept caractéristiques : destruction, singularité, interprétation, plasticité, promesse, attention, résonance qui se déploient sur ses trois dimensions (vu, lu, su). Mais on lui trouve aussi des traits communs avec des industries lourdes, comme la consommation d’énergie [S2]. Ces particularités, déclinées sous différents vecteurs et outils apparus au cours des siècles Les 4 filières(inscription, transmission, attention, modélisation), ont induit une histoire socio-technique de médias autonomes qui convergent aujourd’hui sur le web. Celui-ci a trouvé pour se développer un terreau favorable en T_Berners-LeeAmérique du nord fait d’un mélange de cultures libérale et libertaire [S3]. Depuis un siècle, on observe un déplacement des marchés du contenu vers ceux de l’accès et des pratiques de lectures vers l’audiovisuel sur des tendances lourdes et générationnelles. Le web et les applicatAge et générationsions mobiles, qui ont d’abord touché les générations les plus jeunes, ouvre la voie à des pratiques multi-tâches.  Le web rebrasse alors maintenant les cartes en Kaiser-Familydécalant l’économie de l’attention des médias vers directement les pratiques des internautes et en s’appuyant sur les deux filières lourdes de l’informatique et des Internet-Trends-2014télécommunications. L’équilibre des marchés est bouleversé à un niveau mondial, s’orientant vers le mobile [S4]. Ainsi le web peut s’inscrire dans la continuité de l’histoire des médias, qui se sont organisés en modèles en privilégiant l’une ou l’autre des trois dimensions documentaires (vu, lu, su), à la fois comme un modèle nouveau s’insérant entre la télévision et la bibliothèque et commePentagone un levier de transformation des modèles anciens en favorisant leur évolution vers une industrie de la mémoire. En combinant les rapport à l’espace, au temps avec les tarifications, on peut comprendre et articuler la continuité et les ruptures des logiques économiques des modèles de médias selon la maîtrise laissée à l’utilisateur [S5].

Les industries culturelles ébranlées

Dans le courant de cette semaine cinq billets, rédigés par des étudiants, seront mis en ligne sur ce blogue sur des sujets très largement débattus dans l’actualité chaude du web. La question initiale est indiquée ci-dessous et vous serez prévenus par Twitter (#ecodoc) de leur publication. Les commentaires sont ouverts sur ce blogue pour laisser la place au débat. Tout le monde peut y participer, mais les étudiants sont particulièrement sollicités.

Adblock, économie de l’attention, publicité… quelle est réellement la problématique et quelles sont les forces en présence ?

Le livre numérique : meilleur ennemi des librairies physiques ?

Édition et métriques : la mesure des enjeux

L’âge de l’hyperconnexion et ses dégâts

Auto-édition et éditeurs traditionnels : impacts, pratiques et opportunités

Préparation des webinaires

BEpron

Objectifs

  1. Appréhender un aspect particulier des terrains concernés par l’économie du Web/du document à travers le point de vue et l’analyse de spécialistes ou de personnes en prise directe avec ce nouvel environnement.
  2. Réaliser un entretien, basé sur un travail préparatoire et un compte-rendu.

Dates

  • 12 octobre : annonce des invités et des thématiques, organisation des groupes. C’est dès maintenant !
  • 23 novembre : remise des documents préparatoires et préparation du déroulé des webinaires.
  • 30 novembre, 7 décembre et 14 décembre (18h-20h, sauf pour le Webinaire 3 du 14 décembre) : webinaires en direct (mais possibilité de visionnement en différé).

Organisation

Vous choisirez de vous impliquer plus fortement dans l’un des trois webinaires en remplissant avant le 30 octobre le formulaire adhoc. Ce choix est obligatoire pour les étudiants (enssib, ens), facultatif pour les apprenants.

Chaque groupe doit préparer sur un document partagé (voir ci-dessous « présentation des invités ») l’organisation de son webinaire. Le document préparatoire sera considéré comme définitif le 18 novembre. Il devra comprendre :

  • Une présentation de l’auteur, son parcours, ses publications : 1 page environ
  • Une analyse de ses deux dernières publications : 1 page par document (les deux documents seront validés par l’enseignant au préalable)
  • Une liste de questions précises et circonstanciées à poser à l’invité, une dizaine de questions qui permettent au groupe de mieux comprendre certains aspects des publications et d’avoir le regard de l’invité sur des éléments d’actualité (mouvements d’acteurs, publication de rapport ou évolution juridique)
  • La désignation de trois porte-paroles

Les trois « porte-paroles » du groupe interviendront en direct et en visio avec l’invité. Ils seront connectés sur l’outil utilisé et eux seuls pourront converser directement avec les invités. Par ailleurs, chacun pourra réagir sur le cahier dédié, via Twitter #ecodoc ou sur le document du Webinaire pour suggérer des questions.

Le Webinaire est organisé de la façon suivante :

  •  une partie de présentation par l’invité (1 h en plusieurs blocs thématiques),
  • une partie interview (45 min de questions par les étudiants via le dispositif de visio utilisé). Au cours de cette partie les étudiants du groupe en charge filtrent et relaient les questions posées via le web.

Présentation des invités

  • Webinaire n°1 du 30 novembre : La sociologie du numérique, invité Dominique Boullier. Présentation, préparation et organisation du séminaire ici.
  • Webinaire n°2 du 7 décembre : Création de valeur dans l’édition scientifique et facteur d’impact, invité Vincent Larivière. Présentation, préparation et organisation du séminaire ici.
  • Webinaire n°3 du 14 décembre : L’économie des données ouvertes, invité Simon Chignard. Présentation, préparation et organisation du séminaire ici.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *