Le livre numérique : meilleur ennemi des librairies physiques ?

Par Sarah Debonnet, Emmanuelle Usclat, Caroline Dumazet

Prologue

Faisons le pari de débuter par la question que l’on ne se posera pas et qui pourtant, peut-être, est attendue : le livre numérique va-t-il prendre la place du livre papier ? Laissons volontairement de côté cette supposée concurrence entre les deux modes de lecture, qui sont, selon notre idée, plutôt complémentaires que rivaux. Tournons davantage la question dans le sens suivant : pourquoi les librairies ont-elles tout intérêt à adopter le numérique ?

Loin de nous l’idée de minimiser la menace de la transition numérique pour les librairies physiques. Avec elle, l’arrivée de nouveaux acteurs difficiles à concurrencer – le principal étant Amazon, qui offre un catalogue de plus de 300 000 ebooks en français. De même, le téléchargement illégal prend un peu plus d’ampleur chaque jour, et est difficile à combattre. D’aucuns, enfin, craignent que les prêts d’ebooks en bibliothèques ne sabotent leur chiffre d’affaires.

Pourtant, les enjeux du livre numérique sont nombreux pour les librairies qui s’en saisissent. En effet, ce nouvel objet et les usages qui se développent avec lui peut permettre d’attirer les lecteurs de tous types en librairie, d’élargir l’offre et d’augmenter les revenus. Les librairies physiques ont donc tout intérêt à adapter leur stratégie en faveur du numérique. Mais, devant les menaces qui les guettent, quelles armes leur reste-t-il ?

Où la révolution numérique pousse les libraires à l’action

D’abord, c’est bien connu : face à l’adversité, l’union fait la force. Ainsi, pour gagner en visibilité sur le net, des libraires s’associent et créent des “sites de réseaux”, comme leslibraires.fr ou parislibrairies.fr. Les visiteurs de ces sites y trouvent les catalogues mutualisés de toutes les librairies inscrites, offre papier et numérique également. Ils ont la possibilité de passer commande pour leurs livres depuis chez eux à la librairie de leur choix, retrouvant ainsi la facilité des transactions en ligne d’Amazon. Quant à la livraison, elle peut se faire à domicile par Colissimo, ou bien sous forme de retrait directement en magasin. Ainsi, la présence des libraires sur Internet leur garantit une nouvelle porte d’entrée vers leur commerce, en allant chercher les lecteurs directement là où ils sont de plus en plus nombreux.

Et c’est bien là sans doute le cœur de la solution : valoriser les commerces de proximité ainsi que les qualités de conseil des libraires. Car, les libraires sont unanimes, ils tiennent là des outils puissants que ni Google, ni Amazon avec ses librairies physiques ne sont en mesure d’imiter. En incitant leurs clients à passer le pas (physique) de la porte, les libraires ont sans doute fait le plus gros du travail. A eux, ensuite, de développer des activités qui font toute la saveur des commerces de proximité : rencontres avec les auteurs, apéros-lectures… Tout ce qui est susceptible de créer du lien social et de prolonger positivement l’expérience de lecture est bienvenu. Et puis, le domaine de prédilection du métier de libraire, cela reste le conseil personnalisé. Aujourd’hui, aucun algorithme n’est capable de concurrencer le lien particulier qui peut se tisser entre un-e libraire et son-sa client-e : compréhension subtile et mémoire des goûts de lecture, capacité à conseiller des ouvrages qui sortent le lecteur ou la lectrice de sa zone de confort…

Bon, les clients sont de retour en librairie, pas de problème. Mais ils ont changé depuis la dernière fois : ils veulent (aussi) des livres numériques. Comment répondre à ce nouveau besoin ? Comment intégrer physiquement les ebooks en librairie ?

Où le livre numérique réinvente la librairie physique

http://all-french-gifs.tumblr.com/post/64608094999

Il n’y a pas de tâche trop grande, il n’y a que des imaginations limitées. Source

La démarche peut sembler paradoxale : imaginez, vous entrez dans une librairie pour acheter… du numérique ! Tout le défi des libraires réside ici dans la matérialisation du livre numérique en boutique. Plusieurs expérimentations ont ainsi été faites, prenons quelques exemples.

Depuis novembre 2013, la librairie Eyrolles du boulevard Saint-Germain à Paris est équipée de bornes numériques. Il est intéressant de noter que la borne permet l’achat à la fois de livres papiers et de livres numériques. Pour la vente, rien de plus simple : le client les sélectionne sur la borne tactile, règle ses achats à la caisse et reçoit alors par mail un lien pour télécharger le livre.

Autre stratégie pour Le Petit Futé qui lance en mars 2014 des guides de voyage (enrichis d’adresses géolocalisées) au format numérique disponibles uniquement en librairie. Le livre se présente sous la forme d’une carte, vendue au prix de 4.99 euros, qui contient un code. Celui-ci permet le téléchargement du guide sur tous supports de lecture.

En Allemagne, l’association professionnelle des éditeurs et libraires (Börsenverein des Deutschen Buchhandels), lors de la foire de Francfort de 2014, a justement demandé aux designers de réfléchir à de nouvelles installations en librairie. Par exemple, Olivia Tomaschek a élaboré le Bookshelf 2.0 : des tablettes géantes incrustées dans les murs. Le tout a l’apparence d’étagères classiques de bibliothèques, que le lecteur peut parcourir de sa main sur l’écran tactile. Innovation partielle donc, puisque dans ce dispositif, la relation entretenue avec le livre papier est conservée, tout comme la disposition traditionnelle des livres (certes virtuelle, mais cela reste des étagères en bois…). Certains designers sont cependant allés plus loin, en proposant de s’appuyer sur la réalité virtuelle. D’autres ont imaginé une nouvelle approche du livre en librairie : citons le BookSeat d’Eric Haas, allongé sur un siège connecté pour lire ou télécharger des livres numériques.

Où le numérique et le physique s’associent dans le bundle

Les intégrations physiques des ebooks ne sont pas la seule solution qui s’offre aux libraires. Penchons-nous à présent sur une offre commerciale qui pourrait bien être l’avènement de la complémentarité du physique et du numérique : le bundle. En anglais, bundle signifie paquet, et représente bien cette méthode de vente qui consiste à vendre un lot, la version papier et la version numérique en même temps. Les avantages du bundle sont multiples :  il contribue à faire connaître le livre numérique, tout en augmentant son nombre de ventes grâce à des prix attractifs. Cette solution pourrait aussi permettre le renforcement des ventes de livres papier, puisqu’il encouragerait la lecture sur les deux supports. Cette offre crée un « un pont direct entre les deux versions d’une même œuvre, […] une réelle plus-value au fait de posséder à la fois une version papier et une version numérique d’un même livre ».

Attirées par ce modèle original, plusieurs entreprises s’y sont essayé, comme Paperus, Le Livre Scolaire, ou BitLit, et même des éditeurs comme Eyrolles, Gallimard et Fleurus. Chacun propose des formules différentes, mais le plus souvent, le contenu est téléchargeable via un code (par exemple, un QR code) à l’achat du livre papier, gratuitement ou moyennant un petit apport financier (de l’ordre de quelques euros ou dollars supplémentaires). Le but est donc vraiment, d’une part, d’encourager les amoureux du papier à amorcer une transition en douceur vers la lecture numérique, tout en conservant un exemplaire palpable de l’œuvre, et d’autre part, de faire bénéficier des avantages des deux supports, la portabilité du numérique contre la propriété de l’objet-livre.

Epilogue

La révolution numérique offre aux librairies des occasions uniques de se réinventer. Alors, meilleurs amis, libraires et numérique ? Pas tout à fait. Car si leur cohabitation peut être bénéfique, elle ne va pas de soi. Certaines librairies, moins souples que d’autres, sont passées et passent encore sous le rouleau compresseur des nouveaux usages induits par le numérique. Rééquilibrer les forces en présence demande de la part des libraires des efforts conscients d’ouverture, mais aussi financiers ou encore d’infrastructure. Il n’est pas toujours évident de tendre la main à son ennemi…

Pour aller plus loin :

Les enjeux du numérique pour les librairies

Les librairies à l’heure du numérique : inventaire

La chaîne du livre numérique

Baromètre 2016 des usages du livre numérique

La librairie est morte, vive la…?


Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Karl Pineau dit :

    Salut !
    Article intéressant, je découvre des pratiques que je ne connaissais pas. Néanmoins, ne s’agit-il pas d’une forme de survie envers et contre tous ? J’imagine qu’il y a bien quelques aficionados des librairies qui vont tâcher de faire l’effort d’aller y acheter un livre numérique mais 99% des gens ne préfèreront-ils pas Amazon ?

    Finalement, dans cette modification des usages, la question ne se situe-t-elle pas au niveau : qu’apporte de plus (ou de différent) le médium papier vis à vis du médium numérique ? J’imagine que les usages sont très différents. Pourquoi se battre dans le cadre d’un roman de gare où le fait de l’avoir sur tablette génère un avantage pour (quasiment tout le monde) : facile à transporter (c’est ce qu’on lui demande), le médium importe peu (ou alors je découvre que des gens annotent les romans de gare), on est presque dans de la consommation de masse.
    A l’inverse, qui aurait l’idée d’acheter un ouvrage d’art en couleur avec de magnifique photos dépliables sur plusieurs pages, la sensation du poids du livre (le poids de la culture ! – hum) pour l’afficher sur une tablette où il perdrait : la couleur, la possibilité de « zoomer » sur les images, l’intérêt du livre. De la même manière, un manuel universitaire (le truc où l’on met plein de post-its et d’annotations dans tous les sens pour se le réapproprier) s’appréhende difficilement en format numérique (en tout cas pour moi).
    Pour moi, la survie de la librairie se situe donc ici : est-il nécessaire de chercher absolument à vendre tous les livres pour tout le monde quand peut être qu’un recentrement du marché serait utile ? (ce qui est d’ailleurs une question à laquelle je n’ai pas de réponse).
    Bref, à Paris, Gibert-Joseph semble bien tirer son épingle du jeu sur son créneau « Livres universitaires », les librairies de musées et centres culturels de même pour tout ce qui concerne l’art, et les « librairies » Relay de gare dans le roman de gare ou le magazine d’actualité.
    Finalement, la réponse ne se situe-t-elle pas dans la segmentation d’un marché et la spécialisation ?

    • Caroline Dumazet dit :

      Salut Karl !

      Merci pour ton commentaire, qui ouvre une perspective intéressante. En fait, tu développes là d’une certaine manière notre idée préalable que les livres numérique et papier ne s’annulent pas l’un l’autre, mais se complètent. Les usages sont effectivement différents sur les deux.

      Je nuancerais tout de même ton idée que c’est le genre du livre qui va déterminer son “usage gagnant” : romans de gare sur tablette versus beaux livres et ouvrages universitaires sur papier, par exemple. Les couvertures attirantes des romans de gare font encore de belles vitrines aux libraires papier, et j’en connais qui s’en servent de hameçon pour amener leurs clients à découvrir d’autres lectures en arpentant leurs rayonnages. Dans l’autre sens, nous avions spontanément pensé aux ouvrages universitaires lorsque nous avons découvert l’offre couplée : la version papier est effectivement indispensable pour ajouter notes, ratures et post-it ; mais une version numérique en plus peut représenter un avantage indéniable pour avancer sa lecture dans les transports, quitte à y revenir chez soi, sur la version papier, pour les notes. Enfin les beaux livres trouvent de plus en plus leur pendant dans des créations numériques ou hybrides inventives, où priment une esthétique et une interactivité qui ne seraient pas réalisables sans les outils numériques (je pense par exemple aux livres augmentés, ici : http://livres-a-systeme.fr/?page_id=268, là : http://paris.3ds.com/fr-realite-augmentee.html ou là : http://www.tralalere.com/professionnels/realisations/medias/Livres-numeriques-enrichis).

      Ta remarque sur l’inefficacité de chercher à faire recette de tous livres est pertinente, mais je ne pense pas qu’elle soit spécifique à l’ère du numérique. Nous aurions d’ailleurs pu en faire une note sur notre article : si le conseil est au cœur du métier de libraire, savoir constituer ses stocks en fonction de la demande du public en est peut-être le deuxième ventricule, car c’est la base de tout commerce.

  2. Marta Dabrowska dit :

    La première question que je me pose, pour le contexte, c’est : est ce que l’on connait les % de répartition des lecteurs entre numérique et livre physique ?

    J’aimerai aussi nuancer vos propos sur le conseil personnalisé qu’offrent les libraires. Les sites 100% numériques offrent probablement des avis des lecteurs et disposent d’algorithme de recommandation. Tous les libraires ne sont pas plus efficaces que ces 2 dispositifs.

    J’ai du mal à comprendre l’intérêt des offres bundle pour les librairies physiques, notamment pour les livres de poches. Si je comprends bien elle cible plutôt les réfractaires au livre numérique, puisqu’il est offert une version numérique lors de l’achat d’un livre physique. Du coup, cela impliquerai pour ce lecteur l’achat d’une liseuse en complément. Et comme cela est souligné dans l’article que vous cité, ces livres ne sont lu qu’une fois généralement.
    Du coup ce nouvel usage s’adresse à quels types d’édition et librairie ?

    Par ailleurs est-ce que toutes les librairies ont un intérêt à adopter le numérique ? Leur survie dépend-elle que de ce facteur ?

    • Emmanuelle Usclat dit :

      Bonjour Marta, merci d’avoir pris le temps de lire notre billet et merci pour tes questions. Je vais essayer d’y répondre une par une. Tout d’abord, voici la synthèse la plus récente du dernier baromètre sur les usages du livre numérique : http://www.sne.fr/wp-content/uploads/2016/03/Synthese-barometre-mars-2016.pdf . Cette étude a été réalisée par le SNE, la SOFIA et la SGDL, et affirme que « 20 % de la population française âgée de 15 ans et plus déclarent avoir déjà lu, en partie ou en totalité, un livre numérique. 6 % l’envisagent, 74% ne l’envisagent pas. » Tu trouveras l’étude complète et très intéressante ici : http://www.sne.fr/wp-content/uploads/2016/03/Barometre-des-usages-du-livre-numerique_Vague-6_Presentation-mars-2016.pdf .

      Ensuite, concernant le conseil personnalisé offert par les libraires, nous sommes conscientes qu’il est parfois plus facile d’avoir recours aux algorithmes et aux avis des lecteurs, mais nous croyons que l’humain est important dans ce processus de recommandation, et ce n’est pas tant pour son efficacité que parce que nous pensons que le libraire a une place importante que pour son côté « non-digital ». Il y a un facteur « conversation » avec le libraire qui peut faire surgir des informations des deux parties qui enrichissent l’échange et permettent d’affiner les suggestions. Mais nous sommes d’accord, tous les libraires ne sont pas meilleurs que les algorithmes, mais le conseil reste quand même le coeur de leur métier !

      L’intérêt des bundles est de disposer des deux versions, numérique et imprimée, d’un même livre. Elle cible les réfractaires au numérique, pour les encourager à le découvrir, et implique alors, en effet, l’achat d’un dispositif de lecture (bien que la plupart des gens possède déjà un ordinateur, un smartphone ou une tablette qui sont des supports plus utilisés que la liseuse pour la lecture numérique), mais elle cible aussi les « habitués des deux mondes », qui ont l’habitude de lire sur les deux supports. Je m’explique : l’avantage du livre numérique est sa portabilité, sa facilité à être transporté, aussi bien physiquement que d’un dispositif à un autre. En effet, un lecteur peut apprécier la lecture d’un imprimé chez lui, et sera content d’avoir la possibilité de transporter la version numérique pour la lire dans les transports en commun ou en vacances.

      Enfin, comme nous le disions, nous ne pensons pas que le numérique va annihiler le papier, et inversement, nous sommes convaincues qu’ils peuvent coexister. Le numérique n’est pas encore aussi important que le ‘physique’ dans les pratiques de lecture des usagers, mais il tend à une augmentation, c’est pourquoi il nous semble primordial que les libraires sachent adapter leur offre, afin d’anticiper les évolutions des pratiques. Mais il n’est pas question de survie, puisqu’il semble que les librairies auront toujours leur place tant qu’il y aura des lecteurs de livre imprimés.
      Voilà, j’espère avoir répondu en partie à tes questions.

  1. 22/10/2016

    […] Faisons le pari de débuter par la question que l’on ne se posera pas et qui pourtant, peut-être, est attendue : le livre numérique va-t-il prendre la place du livre papier ? Laissons volontairement de côté cette supposée concurrence entre les deux modes de lecture, qui sont, selon notre idée, plutôt complémentaires que rivaux. Tournons davantage la question dans le sens suivant : pourquoi les librairies ont-elles tout intérêt à adopter le numérique ?  […]

  2. 27/10/2016

    […] Par Sarah Debonnet, Emmanuelle Usclat, Caroline Dumazet Introduction Faisons le pari de débuter par la question que l’on ne se posera pas et qui pourtant, peut-être, est attendue : le livre numérique va-t-i…  […]

  3. 31/10/2016

    […] Les lapbooks : pour dépoussiérer nos exposés… et nos cahiers ? Le livre numérique : meilleur ennemi des librairies physiques ? – Économie du document. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *