L’âge de l’hyperconnexion et ses dégâts

Le piratage n’a pas toujours eu l’image péjorative que nous lui donnons aujourd’hui. Apparu avec les débuts d’Internet, ces hackers (de l’anglais hack– bricoler, bidouiller) n’étaient autre que des “concepteurs et ingénieurs pour qui l’informatique est la chose la plus importante au monde”. Voulant connaître, détenir et posséder les secrets de la machine informatique, ils savaient coder et programmer afin d’en obtenir la substantifique moelle. Leurs compétences techniques en informatique représentaient la douce symbiose de l’homme et la machine, qu’avait prédéfinie la pensée visionnaire de Joseph Licklider. Les grands noms d’aujourd’hui tels Bill Gates, le fondateur de Microsoft ou Mark Zuckerberg, l’inventeur de Facebook ont commencé leur carrière en hackant. Le terme demeure, dorénavant, pour notre génération, comme négatif, d’une popularité désastreuse. L’installation progressive d’un cliché résigne donc les hackers à une délinquance numérique. Nos vies connectées, la super connexion, le partage aveugle d’informations intimes a rendu vulnérable nos identités et laissant s’infiltrer quasi incognito la malveillance et la fourberie, proposant une entrée aux pirates addictent aux données. Aujourd’hui, où en est la menace contre ce piratage ? Qui est concerné par ces attaques ? Comment nous rendre moins vulnérable ? Le piratage n’est-il pas un monde invisible aux yeux des internautes, agissant dans l’ombre ? Pouvons nous parler d’une anarchie du Web ?

 

La fin des libertés et des secrets : l’exploitation des données

 

Le monde du piratage est un endroit très complexe, où les attaques menées sont généralement celles des black hats (des hackers mal intentionnés) ou des while hats (des experts en sécurité informatique). En fonction de leur motivation, de leurs intérêts, les pirates visent une certaine cible, un certain environnement, une certaine éthique. La vulnérabilité, l’inattention et la négligence sont les premières causes de piratage chez de nombreuses victimes, prisent au piège par leur prédateur. Les nombreuses empreintes laissées par l’internaute sur le web et les cookies sont autant de données que nous fournissons en surfant sur Internet. Les informations fournies sans le savoir sont extrêmement nombreuses. Un black hat rassemblera les moindres renseignements concernant l’ordinateur. A terme, il connaîtra tout et façonnera des spywares, des adwares, des keylogger, des puishings, des spams, des haoxes, des ransomwares,  des virus de toutes formes en vue de déposséder l’utilisateur de l’outil. De ce fait, l’hyperconnexion des internaute, la mauvaise maîtrise et/ou l’inculture, et/ou la négligence face aux outils informatiques et numériques les entraînent progressivement dans les bras d’inconnus nous voulant, généralement, du mal. Les conséquences causées par ces actions peuvent être dérisoires comme dévastatrices.

 

Le piratage le plus connu reste encore aujourd’hui le peer to peer (P2P). Alors que cette pratique ne concernait généralement que le partage entre pairs de musiques, de films, de vidéos, l’arrivée du livre numérique a entraîné l’affectation des liseuses et tablettes. Le Syndicat National de l’Édition (SNE) a indiqué, dans une article du 29 août 2014, que la Sofia soutient de nombreux éditeurs utilisant les services de la société Surys pour lutter contre le piratage de livres numériques. L’industrie du livre est donc devenue très méfiante quant à la contrefaçon et au partage de textes. Afin de limiter aux mieux ce type de désagréments, des organismes prônant la sécurité et la protection des oeuvres ont inventé des lois. Citons par exemple la loi Hadopi (La Haute Autorité pour la diffusion des Oeuvres et la Protection des droits sur Internet ou la CNIL (Commision National de l’information et des libertés). Ces deux autorités revendiquent la liberté individuelle, les données personnelles et accompagne l’innovation. Plus précisément, la Hadopi, a instauré un système de réponses graduées en fonction du niveau d’illégalité de l’internaute. Lorsque les internautes sont interrogés sur cette loi, nombreux indiquent qu’elle est inutile et peu efficace (des exemples ici et ). Quant à l’organisme CNIL, celui-ci fournit de nombreux conseils en vue d’aider les cybernautes à être libre sur Internet. La CNIL explique, par exemple, qu’il faut sécuriser son compte sur les réseaux sociaux, d’utiliser des mots de passe complexes, etc. En revanche, contrairement à la Hadopi, il semblerait que la CNIL ne cible pas seulement de simples internautes, piratant des fichiers de toutes sortes, mais aussi les grandes institutions. La CNIL a sanctionné Google de 100.000 euros parce qu’il n’a pas respecté leurs préconisations concernant le droit à l’oubli.

 

Le scénario de la peur : la cyberapocalypse

 

Les grandes entreprises et le gouvernement sont les cibles préférées des black hats. Le 24 novembre 2014, Sony Pictures à Los Angeles, est piratée “by GOP”. Ne reportant pas son film The Interview, le 5 décembre 2014, les données personnelles des employés sont divulguées. Mais, les OIV (Opérateurs d’Importance Vitale) représentent la première cible pour les cyberassaillants. En s’en prenant à eux, ce sont les secrets de la société qui sont révélés. Ils ont donc le soutien du “cyberpompier” nommé Anssi. La France instaure en 2013, puis en 2015 le plan “sauve qui peut”, anti attaque numérique. C’est le premier pays à réagir ainsi. Les cybercriminels ne désignent nullement au hasard leurs proies. Très récemment, l’hébergeur du Nord OVH a fait l’objet d’une attaque sur 145607 caméras de surveillance. La vulnérabilité réside dans les objets connectés, qui nuisent à l’entreprise. Sa réputation est devenue immédiatement instable. Le tweet d’Octave Klaba, publié le 22 septembre est le seul écrit nous informant des dégâts causés par les hackers. Par la suite, l’OVH n’a pas voulu répondre aux questions des curieux. Quelques jours plus tard, c’est le blog de Brian Krebs, un chercheur en sécurité informatique qui est piraté. C’est une attaque dite de “déni de service”. Cette méthode n’est pas fréquemment utilisée, ce qui est une preuve que le hacker peut être rusé.

 

Comment faut-il se protéger ? Sommes nous en mesure de maîtriser cette lutte ? Le contexte socio-politique actuel dans le monde est synonyme de tension et de crainte. La présence des hacktivistes est croissante. Le terrorisme mondial et multiforme ne rassure nullement la cybersécurité. Nous avons eu un léger aperçu le 8 avril 2015 lorsque le compte Twitter @EnseignerTV5 a brusquement changé de photo de profil et s’est mis à diffuser des messages à la gloire de Daech, tel “CyberCaliphate. Je siIS IS”. Les équipes techniques étaient impuissants et ne pouvaient que constater les dégâts. Les spécialistes en sécurité de l’Internet ne sont pas dupes. En octobre 2014, Pew Research Center avait interrogé 1642 experts en cybersécurité. 61% ont répondu que la négligence des éditeurs sur la sécurité réduira, d’ici 2025, à néant des milliers de vies suite à des vols de données, des parasitage des systèmes informatiques, causés par des malwares en circulation. Certains spécialistes parlent de “cyber Pearl-Harbor” ou de “cyberapocalypse”.

 

S’auto-sécuriser, une solution ?

 

N’est ce pas à nous d’être responsable et de nous sécuriser au mieux contre une éventuelle action de piratage ? L’utopie serait que nous possédions tous des compétences pointues en informatique afin de contrecarrer une intrusion non désirée. En Europe, les quelques moyens mis en place sont encore peu développés. Notons qu’Axa s’est allié avec Airbus pour proposer des audits aux entreprises en vue de les assurer. Les PME remplissent un questionnaire pour évaluer leur niveau de sécurité et déboucher sur une offre personnalisée. De même, le 1er janvier 2018, les firmes auront l’obligation d’informer leurs clients en cas de vols ou perte de données. Il faut savoir qu’en France, en 2015, seul 5% des PME ont une assurance pour cela. Sur l’échelle européenne, le centre de lutte contre la cybercriminalité, Europol, appuie les États, le FBI et la NCA sur différentes enquêtes notamment celles centrées autour du Web invisible. Europol a proposé également une aide en cas de malwares nuisibles sur l’ordinateur. Vous devez, cependant, installer la protection vous-même.

 

En France, la Hadopi a été créée pour lutter contre le téléchargement illégal et mettre fin au chaos sur le web. C’est donc avec surprise que nous avons appris récemment l’adoption de la loi évoquant la disparition de la Hadopi (source ici et ) votée  à l’Assemblée nationale, qui prendra effet le 4 février 2022.  Déjà en 2015, l’assemblée nationale avait tenté de revisiter la Hadopi. Dans un rapport d’information n°600 du Sénat, le rédacteur donne pour excuse à l’échec de la loi Hadopi le fait qu’elle n’a jamais fait l’objet d’un consensus, ni politique, ni social. Ainsi, toute la méthode de lutte est remise en question. Aujourd’hui, la suppression de la Hadopi est en suspens. Mais qu’adviendra t-il de la lutte contre le piratage si les principaux acteurs anti-piratage disparaissent progressivement ? Devons nous parler d’anarchie du Web ?

 

Conclusion :

 

Nous sommes dans un monde de regardant / regardé. Le prix pour la sérénité et la protection est la surveillance, constante et étouffante. Le piratage affecte tout le monde et reste la priorité des gouvernements et des entreprises. Comment lutter contre un mouvement en perpétuel métamorphose ? Il est difficile de répondre à toutes ces interpellations vu les moyens colossaux à la fois techniques et financiers qui ne sont pas à la portée de tous pour sécuriser les services informatiques.

 

Ce billet a été rédigé par Pauline CLATOT (Enssib – Lyon) et Abdou SEYE (ENS – Lyon) dans le cadre du cours Economie du Document

 

Bibliographie :

 

  • HAYAT Samuel et PALOQUE-BERGES Camille, sous la direction de SAMARUT Jacques, La revue des sciences humaines, Tracés, Pirater, coordonnée par , n°26, ed. ENS, Lyon, 2014, 1 vol. (p.257). [Un résumé en format PDF est disponible en ligne : http://www.cairn.info/revue-traces-2014-1.htm]. Consulté en octobre 2016.

 

  • MAO Blaise, SAINTOURENS Thomas, Cyberfragiles, enquête sur les dangers de nos vies connectées, ed. Tallandier, Paris, 2016, 1 vol. (p.304). [Un résumé et un extrait du livre sont disponible en ligne : https://www.tallandier.com/livre-9791021018082.htm]. Consulté en octobre 2016.

 

 

  • TANNIER Xavier,  Se protéger sur Internet : conseils pour la vie en ligne, ed. Eyrolles, Paris, 2010, 1 vol. (p.217). [Un résumé est disponible en ligne : https://perso.limsi.fr/xtannier/internet/]. Consulté en octobre 2016.

 

Sitographie :

 

  • Agence nationale de la sécurité des systèmes d’informations, [en ligne : http://www.ssi.gouv.fr/]. Consulté le 10 octobre 2016.

 

 

 

 

 

 

  • HERVÉ Loïc et BOUCHOUX Corinne, rapport d’information n°600, Sénat, session extraordinaire de 2014-2015, enregistré à la présidence du Sénat le 8 juillet 2015. [en ligne : https://www.senat.fr/rap/r14-600/r14-6001.pdf]. Consulté le 10 octobre 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Pauline Clatot dit :

    Je souhaite remercier toutes les personnes qui ont pris le temps de lire notre billet et parfois même de l’avoir commenté afin d’apporter leurs ressentis et des réflexions pertinentes sur le sujet du piratage et ses dégâts. En vue du sujet et du ton polémique de notre billet, les remarques et réflexions faites ont permis d’ouvrir discussions et débats. Certains points ont ainsi pu être remis en question.
    Il est certain que certaines confusions peuvent se faire tant les termes et synonymes liés au domaine du piratage sont nombreux. Vous nous l’avez signalé. Il faut néanmoins rappeler le contexte du billet qui est d’actualité et des acteurs spécifiques qu’il appelle. Nous ne souhaitions pas faire un catalogue des termes techniques liés au piratage.
    Vous avez également porté un certain intérêt pour les données personnelles et les risques qu’elles encourent sur Internet. Il est certain qu’aujourd’hui nos données personnelles ne sont plus de notre autorité et de notre ressort. La frayeur des vols de données, la possible fin de la loi Hadopi accentuent ce caractère d’instabilité. Nous sommes donc ravie d’avoir suscité chez nos internautes des réactions assez vigoureuses. Ils ont ainsi pris conscience des enjeux et des perspectives qu’engendre le piratage.
    Nous avions pris également la décision d’orienter notre billet vers la panique et la peur. De ce fait, nous n’avons pas évoqué l’impact positif des while hats sur la société. L’un des commentaires à été de signaler cet aspect. Nous avons été également ravie de cette réaction, qui a pu remettre en question le billet et contredire nos propos.

    De manière générale, le piratage reste aujourd’hui encore une grande question, qui fait rage régulièrement. Les débats sont vifs et les solutions peu actives. Le rôle des hackers, la cybersécurité sont foncièrement liés à des communautés et des tendances.
    Il est de notre devoir d’être vigilant et attentif. Prendre conscience que les traces que nous laissons sur Internet peuvent nuire et décrire notre identité est d’ors et déjà un grand pas en avant.

  2. Caroline Dumazet dit :

    J’ai l’impression d’une certaine confusion dans cet article entre le piratage, notamment de biens culturels, et le hacking notamment malveillant (black hats). La Hadopi est connue pour sa lutte contre le premier, avec plus ou moins de succès. Est-ce qu’elle agit aussi dans le second domaine ?

    En attendant, je partage ce super outil de La Quadrature du Net pour reprendre la main sur / protéger nos données personnelles : https://controle-tes-donnees.net/

    • Marta Dabrowska dit :

      Je te rejoins sur la confusion.
      Difficile de comprendre le danger à titre individuel. Dans un passage de votre article vous parler de milliers vie réduite à néant d’ici 2025. Comment un vol de données personnelles peut-il tuer ?

      Finalement les institutions censées nous protéger proposent souvent des solutions qui empiètent elles aussi sur nos vis privées. Citons ne serait ce que le cas de la NSA. Les sauveurs utilisent les outils des hackers.

      Il est intéressant de voir que ce contexte d’incybersécurité engendre un marché énorme pour des initiatives comme celle que vous citez avec AXA et Airbus.

      • Abdou dit :

        Nous voulons expliquer par là que le vol de données, les virus et l’usurpation d’identité restent une menace sérieuse. Un Rapport d’Europol, The Internet Organised Crime Threat Assissent, revient sur ce risque qu’il juge « préoccupant » avec la multiplication croissante d’attaques provoquant des risques d’extorsion et de chantage qui peuvent entrainer des blessures morales, voire la mort.

    • Pauline Clatot dit :

      Merci beaucoup pour ton commentaire Caroline. En faite, notre billet est construit de la sorte :
      – la première partie fait un bref état des lieux du monde du piratage : qui sont les principaux acteurs (black et white hats) , les différentes menaces (virus, etc.), la plus grande source de piratage : le P2P et les deux principaux organismes essayant de lutter contre cela (la CNIL et la Hadopi. On aurait pu en mentionner d’autres mais ce sont deux organismes biens connus du public et nous manquions de place). On évoque donc le piratage dans sa forme la plus « simple ».
      – la deuxième partie se centre sur l’impact du piratage / hacking sur les grandes institutions et des conséquences engendrées. Nous avons souhaité montrer que les hackers (les black) savent cibler leurs victimes et que nous sommes complètement impuissants face à cela (même les grands groupes normalement préparés à cela, d’ou le nom de la partie « le scénario de la peur : la cyberapocalyspe »). Notre billet est axé sur l’actualité. La quasi totalité de nos exemples démontrent que le piratage est malveillant et néfaste sur de nombreux points.
      – en troisième partie : nous proposons une solution, à savoir se protéger soi-même. Pourquoi ? Et bien, parce que nous sommes maître de nos données et devons être en mesure de savoir nous protéger. Lutter contre le piratage, c’est surveiller nos faits et gestes. En constatant que même la loi Hadopi met probablement la clé sous la porte, cela pose réflexion et montre que même une loi qui lutte contre le piratage s’arrête. La loi Hadopi régule essentiellement le P2P mais non les cyberattaques de hackers. Il est question plutôt de cybersécurité.

      Il faut donc comprendre la mutation de notre billet. Nous évoquons ces aspects sans vraiment les départager parce que nous partons du principe qu’ils sont liés.

      Le lien que tu partages est intéressant puisqu’il sert à protéger nos données personnelles. C’est un bon outil « qui laisseront toutes nos données entre nos mains ». Finalement, nous en revenons bien à la solution que nous proposons : se protéger soi-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *