Auto-édition et éditeurs traditionnels : impacts, pratiques et opportunités

Par Djosse Tessy (ENS) et Bianca Tangaro (Enssib)
Les éditeurs ne pourraient pas exister sans les auteurs. En fournissant la matière première du travail éditorial, l’auteur recouvre un rôle central et primordial dans la chaîne du livre car il en est le premier maillon. En ce sens, l’auteur constitue le point à partir duquel l’éditeur se questionne sur l’avenir de son métier et se trouve par ce biais confronté à la révolution numérique qui bouleverse son secteur. Parmis les différents bouleversements, liés par exemple à l’éditorialisation, ou à la diffusion par le numérique, nous allons analyser en quelle manière le rapport entre éditeur et auteur se trouve modifié par le numérique concernant plus précisément la “publication”. En effet, le numérique offre aux auteurs la possibilité de publier de manière autonome et indépendante leurs textes sur des plateformes numériques offrant ce service de publication. L’auteur a ainsi la possibilité depuis quelques années d’éditer ses propres manuscrits, sans signer de contrat avec un éditeur, et rendre ainsi son ouvrage accessible en format numérique sur le web. C’est pourquoi on parle de phénomène d’auto-édition, qui ne cesse de questionner nombres d’éditeurs et d’attirer toujours de nouveaux auteurs. Afin de comprendre la manière dont le phénomène de l’auto-édition impacte les éditeurs traditionnels, il convient avant tout de rappeler brièvement les rôles traditionnels de l’auteur et de l’éditeur.

Auto-édition: panorama de ses avantages et inconvénients

Selon Pierre Bourdieu, l’éditeur est une figure biface, au sens où il doit exercer à la fois une fonction intellectuelle qu’on peut nommer en anglais Editor (sélectionner un texte et assurer par la suite la publication d’un ouvrage) et une fonction entrepreneuriale, en anglais Publisher, qui est en charge du côté gestionnaire et administratif du métier. De la sorte, l’étape de sélection de l’éditeur est non seulement le premier acte intellectuel du métier mais aussi celui qui détermine son identité et son image de marque. Choisir c’est se définir soi-même pour un éditeur et par conséquent sa ligne éditoriale. Ainsi, c’est la sélection de l’éditeur qui assure au lecteur la fiabilité du contenu et le gage de sa responsabilité.

Dans cette démarche l’auteur, traditionnellement, propose son texte à la lecture de l’éditeur et à son comité de lecture afin d’être élu dans le cercle des auteurs publiés. L’avis favorable d’un éditeur signifie ainsi pour un auteur recevoir l’attestation de la garantie de son texte et de son intérêt public.

Les mécanismes de sélection mis en place par les éditeurs traditionnels ont amené plusieurs auteurs de manuscrits à se tourner vers l’auto-édition. Ce mode de publication représente pour eux une alternative pour diffuser leurs productions, rencontrer un public ou encore attirer l’attention d’un “grand éditeur”. En ceci réside un des grands avantages de l’auto-édition pour les auteurs. Néanmoins, pour les lecteurs, l’absence de sélection constitue un risque, car des ouvrages de moindre qualité ou aux contenus inappropriés pourraient se retrouver accessibles au public. En effet, un des grands inconvénients de l’auto-édition sur plateforme réside dans le fait que le service de relecture critique, de correction d’orthographe, typographie et syntaxe est complètement absent ou proposé de manière payante. Pour en savoir plus, on vous conseille la lecture de cet article de Baptiste Liger.

Les plateformes de livres numériques, une opportunité pour les auto-éditeurs

Ce qui permet à l’auteur de vivre pleinement (de) son art, c’est aussi un sentiment d’acceptation de son œuvre par le public. Dans la chaîne traditionnelle, la médiation entre l’œuvre et le public est organisée par l’éditeur qui peut éventuellement faire appel à des prescripteurs. Depuis quelques années nombre d’auteurs choisissent de contourner les éditeurs, en choisissant l’autoédition comme tremplin pour atteindre de manière plus rapide et plus directe la notoriété et des bénéfices financiers plus élevés. En effet plusieurs plateformes comme Kobo, IggyBook, Youscribe, The BookEdition, JePublie, Edilivre, BoD (Books on Demand) ou encore Lulu et Librinova proposent aux auteurs de publier leurs textes au format epub, en leur offrant ainsi directement une vitrine sur le monde grâce à Internet. Amazon même offre ce type de service par la plateforme Kindle Direct Publishing, dont le succès se confirme aux États-Unis depuis 2011 désormais. Ces plateformes ont pour avantages la facilité d’utilisation, la gratuité et la force de vente.

L’auteur-entrepreneur devient ainsi un homme orchestre, censé s’occuper des tâches qui nécessitent beaucoup d’efforts et de professionnalisme. Il doit également organiser le circuit de diffusion de son ouvrage en allant à la rencontre des libraires ou en utilisant des plateformes de vente de biens culturels (Amazon, Fnac etc). Cependant, cet aspect peut être vu comme une opportunité à saisir par les auteurs, s’ils estiment pouvoir gérer de manière autonome la communication autour de leur ouvrage et de manière plus efficace par rapport à un éditeur traditionnel. Si plusieurs auteurs évoquent les obstacles de la sélection comme un élément ayant favorisé l’apparition de l’auto-édition, d’autres voient l’augmentation de la marge bénéficiaire comme un argument en faveur de l’auto-édition. En effet, l’auteur gère les coûts, les bénéfices et les pertes qu’engendre son activité. Dans une chaîne traditionnelle, l’auteur se voit attribuer de façon générale 8 à 12% de droits d’auteur. Lorsqu’il s’auto-publie, il bénéficie d’une marge plus importante. Les plateformes prélèvent entre 30 et 65% du prix de vente public des ouvrages numériques.

Avec l’arrivée du numérique, donc, et la possibilité qu’il offre à un auteur de publier en ligne son texte, la relation traditionnelle entre auteur et éditeur semble être remise en question.

Quelle place pour les éditeurs traditionnels?

Dans quelle mesure les éditeurs traditionnels peuvent trouver des avantages dans le système d’auto-édition qui semble, de prime abord, les mettre de côté? Si l’auto-édition présente de nombreux avantages aux auteurs, l’éditeur au sens de Editor souligné ci-dessus doit faire face à de nouveaux défis, mais aussi à de nouvelles opportunités. En effet, d’après l’article de Patrick Poirier et Pascal Genet, pour la filière de l’édition, le bouleversement de son paysage “s’avère pourtant une chance, une ouverture inattendue, voire inespérée, à de nouvelles possibilités. Plus encore, elle conforte l’éditeur dans son rôle traditionnel, dans sa fonction première de médiateur indispensable à la création et à la diffusion du livre, quelle qu’en soit la forme”. Quelles sont ces nouvelles possibilités? Comment les saisir? Ce que l’auto-édition supprime de manière tranchante est une logique presque ancestrale de l’édition: celle qui s’appuie sur la notion de “filtre”. Toute la chaîne éditoriale peut en ce sens être vue comme une série de filtres: l’éditeur filtre en choisissant les bons manuscrits, les diffuseurs filtrent pour les distributeurs, et les libraires filtrent pour les lecteurs. Ainsi, le lecteur en librairie doit seulement choisir et “filtrer” selon ses intérêts et ses exigences personnelles parmi des ouvrages de qualité. Le travail de tri et de sélection ayant été assuré dès la première étape de publication. Toutefois, il n’est pas dit que cette logique s’arrête avec les plateformes d’auto-publication. En effet, il peut arriver que les éditeurs se servent de ces plateformes comme des viviers de nouveaux auteurs, ayant déjà en bonne partie confirmé leur succès auprès des lecteurs. C’est le cas par exemple de Agnès Martin-Lugand repérée sur la plateforme d’auto-édition d’Amazon et contactée par Michel Lafont pour l’édition papier de son roman, qui figure dans les meilleures ventes de l’été 2013. L’exemple le plus célèbre est l’ouvrage Cinquante nuances de Grey de E.L. James.

L’éditeur peut ainsi voir confirmer son rôle de médiateur à plus d’un titre. En effet, la publication sur le web, permettant à tous ceux qui le souhaitent de devenir auteurs, provoque une offre surabondante de titres. Plus d’une centaine de titres est publiée sur Kindle Direct Publishing chaque semaine. La conséquence directe est un excès de nombre de titres par rapport au nombre de lecteurs potentiels. Avec l’auto-édition ce qui est rare n’est plus l’auteur mais le lecteur. Et c’est précisément celui-ci en tant que dernier maillon de la chaîne du livre qui fait la différence avec son choix. Dans une situation de surabondance de contenus, le lecteur, averti ou non, a l’exigence d’être guidé par une fonction éditoriale certaine. C’est précisément en se fiant à cette fonction éditoriale faite de choix, de critique, animée par le souci de cohérence et l’originalité d’un texte que le lecteur confirme son exigence d’une prestation éditoriale professionnelle. Comme l’affirme Olivier Bessard-Banquy, «[a]u milieu de tant d’incertitude, et face à la marée montante des textes en tous genres qui saturent le net, il est certain que la marque des éditeurs sera demain plus que jamais un repère. Happés par les blogs de toutes natures, envahis par les textes qui circulent par millions sur la toile, les lecteurs de demain auront besoin de certifications, de labels, de garanties de qualité. Les éditeurs leur apporteront cette caution”.

Ainsi, l’éditeur de par son image de marque et son identité professionnelle, qui l’engage intellectuellement et moralement, fonctionne comme un nom, une étiquette qui garantit une certaine manière de concevoir les textes, l’édition et la transmission du savoir de manière générale. C’est ainsi en valorisant leur fonction éditoriale que les éditeurs peuvent confirmer leur place dans l’histoire de l’édition, sans risquer d’être marginalisés ou oubliés.

Pour conclure, l’auto-édition via les plateformes numériques est une vague qui attire de plus en plus d’auteurs. Les éditeurs, pour ne pas se laisser emporter par cette dernière de manière désastreuse, doivent la saisir comme une chance pour finalement s’en différencier et apparaître sous leur meilleur jour.

Pour aller plus loin…

Articles scientifiques

Bessard-Banquy, Olivier, L’industrie des lettres, Pocket, 2012, p. 526.

Bourdieu, Pierre, “Le champ littéraire”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1991, vol. 89, n.1, p.5.

Cahier, Marie-Laure, et Elizabeth Sutton. Publier son livre à l’ère numérique: autoédition, maisons d’édition, solutions hybrides. Paris: Eyrolles, 2015.

Méadel, Cécile et Sonnac, Nathalie, L’auteur au temps du numérique, url, consulté le 11/10/2016.

Miège, Bernard, Les industries du contenu face à l’ordre informationnel, 2000, PUG.

Perticoz, Lucien, Les industries culturelles en mutation : des modèles en question, dans : Revue française des sciences de l’information et de la communication, n°1, 2012, en ligne, url, consulté le 11/10/2016.

Poirier, Patrick ; Genêt, Pascal. Chapitre 1. La fonction éditoriale et ses défis In : Pratiques de l’édition numérique [en ligne]. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 2014, url, consulté le 11/10/2016.

Robin, Christian, Démocratisation culturelle, numérique et web, le cas de la filière des livres, url [en ligne] In : Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine, Paris, 2012-2014. Mis en ligne le 3 novembre 2014], url, consulté le 11/10/2016.

Articles de presse et billets de blogues

IDBOOX, Ebooks-Regards croisés sur l’auto-édition avec kobo, url, consulté le 19/09/2016.

Liger, Bertrand, L’autoédition, nouvel el-dorado des lettres, Lire, n. 443, Mars 2016, url, consulté le 11/10/2016.

Loupias, Laurie et Buleté-Herbaut, Mathilde, Autoéditer… c’est pas gagner, url, consulté le 11/10/2016.

Messien, Pierrick, L’auto-édition est-elle un tremplin vers l’édition ?, publié le 13/04/2015 url, consulté le 11/10/2016.

Renouard, Guillaume, Autoédition sur Internet, le bon filon, publié le 11/12/2014, url, consulté le 11/10/2016.

Roberge, Alexandre, L’auto-édition : les joies et les risques de la liberté de création, url, consulté le 11/10/2016.


Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. Bianca Tangaro dit :

    Le moment est venu pour clore les discussions sur notre billet sur l’auto-édition. Il s’agit d’un thème qui ne cesse pas de créer débat. Nous avons pu nous entendre sur certains points, comme sur le fait que, malgré la présence des plateformes d’auto-édition pour faciliter la publication aux auteurs, le métier d’éditeur reste un gage de qualité au vu de la sélection qu’il opère. Les plateformes d’auto-édition font aussi penser à une uberisation du livre, comme l’a souligné Aurélie, étant donné qu’elles s’insèrent comme des acteurs nouveaux dans un marché historique, en venant casser l’intermédiation entre les auteurs et les éditeurs . Nous avons évoqué Amazon comme plateforme à succès pour les auteurs indépendants, et à ce sujet Karl a souligné le fait que Amazon, en faisant appel à des algorithmes de recommandation qui conseillent les lecteurs-utilisateurs en fonction de leurs goûts, Amazon fait le travail de l’éditeur, ou en tout cas il s’adresse à sa cible de lecteurs de manière plus efficace. Nous pouvons donc conclure qu’une maison d’édition, en tant que structure professionnelle, est surement concernée par le phénomène de l’auto-édition, et il serait profitable pour elle d’en extraire ce qu’il y a de mieux, par exemple en incluant dans un catalogue des auteurs déjà connus sur le web.

  2. Nani dit :

    Le métier d’auteur-éditeur n’est pas facile. Plus facile est de nous faire croire qu’on peut s’auto-éditer et de nous faire payer pour chaque livre imprimé, en nous laissant le soin de les vendre.

  3. Aurélie BERNARD dit :

    Bonsoir et merci pour ce billet sur l’auto-édition,

    L’auto-édition est aujourd’hui est un phénomène qu’on ne peut laisser plus laisser de côté. Il apparait comme un palliatif à la chaine d’édition classique et aux déçus de l’édition. Auparavant, les auteurs laissent leurs ouvrages aux mains des éditeurs mais sans avoir le contrôle sur le devenir l’œuvre. L’auto-édition peut aux auteurs d’avoir la main mise sur tout le processus et de garder le garde. Mais est-ce que tous les auteurs ont les épaules assez larges pour faire ce genre d’opération, gérer l’écriture, la correction, la mise en Epub pour la vente en numérique, l’impression (à la demande ou commandée) et la communication ?
    Je suis totalement d’accord avec la surabondance de titres issus de l’auto-édition qui n’est peut-être pas un mal mais est-ce que ça lui apporte le sérieux auprès des consommations et des acteurs du livre ? Nombreux sont les articles de blog et de la presse qui fustigent cette pratique par le manque de sérieux, de professionnalisme, etc mais est-ce que cela qui est mise en cause réellement ?
    En lisant votre billet et les autres également disponible, une question m’est venue, de part la part grandissante de l’auto-édition et de la volonté de garder le contrôle des auteurs, ne sommes-nous pas en train d’assister à l’uberisation du livre, des maisons d’éditions et du livre numérique ?

  4. Karl Pineau dit :

    Comme vous le dites bien, l’auto-édition se fait sur des plates-formes (comme Amazon). De fait, peut-on réellement parler d’auto-édition ?
    Je développe: si un auteur écrit un manuscrit et le poste sur son site personnel puis tâche de le diffuser par de nombreux moyens (mails, discussions, réseautages, bouche-à-oreille, etc), il s’agit bien d’auto-édition : il fait tout, tout seul.
    Maintenant : si je publie mon manuscrit sur Amazon, je peux toujours faire marcher ces réseaux, et en cela je contribue au succès de mon ouvrage. Mais il serait intéressant de mesurer la part d’Amazon dans ce succès. Comme sur l’Apple Store ou le Google Play, Amazon met en avant des contenus (qui sont donc plus visibles que les autres et donc au final, mieux *éditorialisés*) et fait appel à des algorithmes de recommandation qui conseillent les utilisateurs en fonction de leurs goûts. Finalement, le job de l’éditeur est fait. Mais c’est le fonctionnement de l’éditeur qui a changé : il ne sélectionne plus a priori les manuscrits mais les valorise différemment a posteriori, et cela ne se fait pas par une ligne éditoriale humaine mais par des algo.
    Finalement, ne sommes-nous pas à une révolution de la notion même d’édition (telle que discutée avec Jean-Philippe Magué en Humanités Numériques l’année dernière pour les archinfos) qu’à une disparition de l’éditeur au profit de l’auto-éditeur ?

  5. Pauline Clatot dit :

    Merci beaucoup pour ce billet très intéressant, replaçant le rôle essentiel de l’éditeur au sein d’une chaîne éditoriale essentiellement orientée aujourd’hui vers le numérique et donc de mettre au devant de la scène les différents problèmes engendrés par cette arrivée.
    J’ai quelques remarques et compléments d’informations à vous fournir :
    – En réalité, la position de l’auteur n’est pas simple dans un circuit essentiellement libre et autonome que propose l’auto-édition. Pouvons-nous affirmer que l’auteur soit le principal bénéficiaire dans ce système ? Voici un article de l’Ina Global évoquant la place de l’auto-entrepeneur et de l’augmentation croissante de l’auto-édition. [http://www.inaglobal.fr/edition/article/qui-profite-vraiment-l-autoedition-9309?tq=5].
    – le rôle de l’éditeur ne doit pas seulement son changement à l’arrivée du numérique et à l’auto-édition. Aujourd’hui, seules les grandes maisons d’édition sont capables de concurrencer les puissances dites capables de publier en format numérique. Pour se faire, elles doivent proposer des prototypes et des idées novatrices. Le problème reste qu’elles n’aiment pas prendre de risques et publient des ouvrages essentiellement papiers. Au final, les maisons d’édition traditionnelles ne tentent rien puis s’inquiètent de voir leurs chiffres d’affaires diminuer.
    – Voici un témoignage intéressant de Jonathan Galassi. Il a publié un ouvrage qui se nomme « Muse ». A travers une histoire fictive, il parle de ses débuts dans l’édition. Autrefois, les petites maisons d’édition avaient une chance de se faire entendre, notamment en trouvant la perle rare. : [http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20161005.OBS9409/jonathan-galassi-ce-qui-a-change-dans-l-edition-en-quelques-decennies.html]. Il insiste notamment sur deux choses :
    * que le rôle de l’éditeur a été bouleversé par la concurrence des grandes maisons d’édition ;
    * que l’auto-édition n’a aucun lien avec le métier d’éditeur. Etes-vous d’accord avec son affirmation ? Il dit qu’il faut simplement « surveiller les sites et lire ce qu’il y a de meilleur pour en devenir les éditeurs ».
    – j’ai également une question pour vous : pouvons nous dire que l’auto-édition est un marché à part, qui n’implique pas, en réalité, les éditeurs traditionnels, tant leurs méthodes de travail sont complètement différentes ?

    • Bianca Tangaro dit :

      C’est intéressant cet article sur Galassi. Je suis assez d’accord sur le fait que l’auteur indépendant qui s’auto-edite finalement il ne peut que s’improviser éditeur, qui reste un métier à part entière. Le lien finalement est subtil entre les deux. Les manuscrits sont nombreux et peut-être la solution pour les éditeur est prendre le mieux de ce qui ressort de ces plateformes. Il n’est pas étonnant qu’aux US il y ait des équipes entières qui s’occupent de lire et dénicher des textes à éditeur sur les plateformes d’édition (comme mentionné dans l’article de BibliObs). Donc en réponse à ta question: oui l’auto-édition est, selon moi, un marché à part, mais qu’il faut tout de même prendre en compte et en extraire ce qu’il peut y avoir de bon pour les éditeurs traditionnels.

  6. Bianca Tangaro dit :

    Le remise en question du rapport éditeur-auteur existe de facto depuis plusieurs années, comme le témoignent à la fois le succès de certains auteurs indé et la multiplication de l’offre de plateformes d’auto-édition. Cela dit, tout auteur n’est pas voué à devenir auteur indé de par ses habitudes, ses convictions ou ne serait-ce que par ses compétences informatiques.. On peut très bien imaginer que les éditeurs traditionnels seront toujours là pour un certain type d’auteurs qui ne voudront pas prendre en charge tout ou une partie du processus d’édition.

  7. karim sellami dit :

    Le numérique a certainement bouleversé le domaine de l’édition et la relation de l’auteur avec son éditeur donc. Il s’agit toutefois d’un métier difficile et de la difficulté pour l’auteur qui souhaite s’affranchir d’un tel système d’apprendre le métier de communiquant. Ce n’est plus une gageure pour l’auteur d’émerger seul aujourd’hui mais le prix à payer est lourd d’organiser lui-même en ligne sa publication, sa promotion et sa distribution. Je ne suis que partiellement d’accord avec vous donc lorsque vous dîtes que « Avec l’arrivée du numérique, donc, et la possibilité qu’il offre à un auteur de publier en ligne son texte, la relation traditionnelle entre auteur et éditeur semble être remise en question. »
    Je plussois par contre à « une offre surabondante de titres » facilitée par les plateformes en ligne résulte en une « vague qui attire de plus en plus d’auteurs ».
    Il me semble inquiétant toutefois que cette facilité de publication fasse oublier des points essentiels pour construire leur « carrière  » en ligne comme le sérieux de leurs partenaires où qu’ils n’aient pas besoin de marketing : http://www.huffingtonpost.com/brooke-warner/the-10-biggest-mistakes-book-publishing_b_5610087.html.

    • djossè tessy dit :

      Merci de ton commentaire Karim. La relation entre l’auteur et l’éditeur est remise en cause parce que avec le numérique il peut ne plus y avoir forcément d’éditeur, ce que change par rapport à la conception traditionnelle de la chaîne éditoriale. Comme tu dis, il est lourd et même coûteux (parfois) pour l’auteur de se faire éditer et de communiquer autour de son œuvre, mais c’est pour ces auteurs une solution face à la « saturation » des éditeurs vise à vis des manuscrits qu’on leur envoie et qu’ils n’ont même plus le temps de tout lire. Dans tous les cas, les éditeurs traditionnels résistent et c’est plutôt une bonne nouvelle !

  8. auto-édition dit :

    Aidé par des blogs d’auteurs livrant leurs conseils et des sites spécialisés dans ce type d’édition.

  1. 22/10/2016

    […] Par Djosse Tessy (ENS) et Bianca Tangaro (Enssib) Les éditeurs ne pourraient pas exister sans les auteurs.  […]

  2. 13/12/2016

    […] Pierre Bourdieu, l’éditeur est une figure biface, au sens où il doit exercer à la fois une fonction […]

  3. 22/02/2017

    […] Auto-édition et éditeurs traditionnels : impacts, pratiques et opportunités – Économie du docu…. Par Djosse Tessy (ENS) et Bianca Tangaro (Enssib) Les éditeurs ne pourraient pas exister sans les auteurs. En fournissant la matière première du travail éditorial, l’auteur recouvre un rôle central et primordial dans la chaîne du livre car il en est le premier maillon. En ce sens, l’auteur constitue le point à partir duquel l’éditeur se questionne sur l’avenir de son métier et se trouve par ce biais confronté à la révolution numérique qui bouleverse son secteur. Parmis les différents bouleversements, liés par exemple à l’éditorialisation, ou à la diffusion par le numérique, nous allons analyser en quelle manière le rapport entre éditeur et auteur se trouve modifié par le numérique concernant plus précisément la “publication”. […]

  4. 22/02/2017

    […] des grands éditeurs à limiter de plus en plus la publication des premiers romans. WordPress: Auto-édition et éditeurs traditionnels : impacts, pratiques et opportunités – Économie du docu…. Par Djosse Tessy (ENS) et Bianca Tangaro (Enssib) Les éditeurs ne pourraient pas exister sans les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *