L’open data constitue t-elle aujourd’hui une économie ?

par Emmanuelle VENON et Romuald KEPAYOU.

L’inventeur du web, Tim Berners Lee (TBL) explique dans son Ted talk “the next web” comment, il  y a 20 ans,  les gens ont joué le jeu de partager leurs documents sans même savoir ce que le web allait leur apporter. C’est ainsi que s’est construit le succès du web. Il fait le parallèle avec l’enjeu actuel du  partage des données. Selon lui il faut faire comme nous l’avons fait il y a 20 ans pour les documents et  partager nos données, et que tout le monde le fasse car la richesse se trouve dans les liens qui seront fait entre ces données liées pour en faire des analyses exceptionnelles.

Ces arguments empruntent à l’économie du partage, à la volonté de faire du web un endroit de libre échange des données mais les arguments avancés par TBL ressemblent également à la promesse d’un monde meilleur. Il indique que cela pourrait permettre d’éradiquer le cancer.

“Les données”, les “data” le “big data” constituent le grand sujet actuel, tout le monde parle des données liées aux nouvelles technologies. Les données ont un impact dans notre monde : ce qu’on peut faire avec change le monde et notre manière de vivre dans ce monde. L’open data (ouverture des données) participe au big data qui désigne le débordement et l’exploitation de ces données.

L’open data ou donnée ouverte indique une donnée numérique d’origine publique ou privée diffusée de manière structurée selon une méthode et une licence ouverte garantissant son libre accès et sa réutilisation par tous, sans restriction. L’open data constitue un mouvement, une philosophie d’accès à l’information et une pratique de publication de données librement accessibles et exploitables qui s’inscrit dans une tendance qui considère l’information publique comme un bien commun (tel que défini par Elinor Ostrom) dont la diffusion est d’intérêt public et général.”

A côté des arguments humanistes de TBL, la série Black Mirror sur le futur sous  forme de cauchemar réaliste expose entre autre  les dangers liés au partage de nos données ( plus de vie privée, plus de droit à l’oubli, les données nous dirigent .. ).  Le 21 octobre 6 nouveaux épisodes futuristes de cette série arrivent pour Netflix France, gageons que les enjeux liés à l’ouverture des données sera abordé.

Nous sommes dans une phase où à l’instar de la création du web il y a 20 ans nous ne savons pas vers quel avenir le partage des données nous mène. Toutefois, aujourd’hui nous avons une vision concrète du web, nous connaissons l’économie du web , nous sommes conscients de l’importance des changements en cours liés à cet enjeu.

D’un point de vu réglementaire  le partage des données n’est pas facilité  pourtant la législation impose bien depuis la loi CADA de 1978 le droit d’accès à l’information publique en France. Les nouvelles technologies ont permis la mise en application de la loi et  depuis 2011 l’Etat français avec les missions de la DINSIC a permis la création de l’opendata.gouv et l’ouverture de jeux de données publiques réutilisables par tous. Les données sensibles à caractère personnel et nominatives ne sont pas destinées quant à elles à être publiées. L’open data permet à tous les citoyens de trouver des informations, les chercheurs peuvent enrichir leurs études et les start up peuvent développer des applications ou objets connectés à partir de ces données. Pour l’instant nous en sommes qu’au balbutiement et il faut que ces échanges se mettent en place, on peut cependant imaginer l’émergence d’une nouvelle économie dans l’économie du web à partir de cela:  l’économie de la réutilisation (des données) ?  en effet, la réutilisation de ces nouvelles données mise à disposition permet encore timidement mais permettra sans doute de créer de nouveaux applications, applications qu’il n’aurait pas été possible de créer sans ces jeux de données ouverts. Même s’il existe des freins réglementaires tout indique que l’open data ne fait que commencer.

Dans le même temps des initiatives telles “mes infos” la fing forment des mouvements de libéralisation des données personnelles. Il pourrait s’agir là aussi pour l’open data de libérer toutes les données, nous pourrions penser à une économie de la libéralisation de toutes les données ? Il faut associer à la libéralisation des données des notions fortes d’éthique. Pourquoi pas la naissance d’une économie de la confiance? les plateformes actuelles qui fonctionnent bien sur le web sont celles qui permettent de donner confiance à l’internaute, et finalement ce sont les données elles-même qui permettent de créer cette confiance, toutes nos traces sur les réseaux sociaux, les moteurs de recherches sont autant d’éléments qui pourront servir à cette nouvelle économie.

Dans le prolongement de la confiance on peut également penser à l’éthique à la valeur des données, leur vérification ou labellisation. On peut d’ailleurs être surpris que la bataille des données non labellisées ou vérifiées n’aient pas encore eu lieu dans le domaine de la politique, cela pourrait pourquoi pas devenir des arguments des présidentielles françaises, car il sera en effet difficile de construire un cadre éthique avant cette échéance électorale. L’avenir proche  nous le dira. Sous opendata.gouv, rubrique société on trouve des jeux de données relatifs aux résultats des élections, aux comptes des partis politiques , les déclarations d’intérêts des parlementaires , les subventions alloués au titre de la réserve parlementaire les faits constatés par les forces de l’ordre par département… on peut imaginer que ces données associées à d’autres puissent changer l’avenir politique de la France.

 

L’ouverture des données peut en effet conduire à libérer des données qui mises en relations avec des données existantes conduiraient à des études spectaculaires. Nous sommes toujours là au niveau de la réutilisation des données issues de l’open data.

L’ouverture des données publiques est un gage de lisibilité de l’action publique mais surtout un facteur d’innovation si on revient à TBL et son exemple relatif cancer, on peut faire le parallèle avec le domaine de la santé. L’innovation améliorera notre qualité de vie et donc notre bien-être, l’économie du bien-être fait nous le pensons partie de la toute première économie qui émerge de la réutilisation des données ouvertes.   Nous sommes aujourd’hui dans l’ère de l’innovation, nous vivons dans une nouvelle  transition numérique qui bouleverse déjà notre modèle économique. Cette transition numérique va modifier les rapports sociaux , l’économie mais également nos modes de vies.

Avec l’émergence et la croissance des données, auquel participe l’open data,  se développe une industrie des données et le développement de services associés. Un modèle économique est donc bien lié au big data et à l’open data qui y contribue.

En France, l’open data des données de santé met pour l’instant à disposition de tous pour être utilisées des jeux de données agrégées sous data.gouv on y trouve notamment la base de données des médicaments ainsi qu’une extraction agrégée de la base de données de production. En parallèle de cela la loi de modernisation de notre système de santé prévoit en effet la création d’une base de données intitulée « Système national des données de santé » SNDS. L’année 2016 sera marquée par l’adoption des décrets d’application pour sa mise en place. Ceci nous montre à quel point l’histoire est en cours de construction, nous en sommes qu’au début de l’open data.

Le partage des données ferait-il émerger un nouveau pilier à l’économie du web  ? le pilier de la confiance ? comment savoir si les données à la base des spectaculaires datavisualisation sont fiables ? l’open data pourrait constituer le gage de données fiables. Les dataviz sont de puissants instruments pour convaincre, voire manipuler, la question de la confiance, de l’éthique qui manque au web ne va t-elle pas devenir incontournable avec le web des données, et l’open data une solution ?

En comparant la donnée à du pétrole et l’open data à la mise à terme à disposition gratuitement du pétrole à tous, on peut facilement imaginer que des boulversements économiques en découleront, mais combien de temps faudra t-il pour parvenir à la complétude de l’open data initié en 2011 en France, quid de l’élargissement au données personnelles, le entreprises privées accepteront-elles de livrer gratuitement ce pétrole ?


Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. djossè tessy dit :

    Merci à vous pour ce billet. Quand j’entends parler de l’Open data, la question qui me vient à l’esprit c’est l’ouverture et après ? Il me semble qu’il y a encore du chemin pour trouver de réelles utilisations à ces données. Mais c’est déjà un premier pas de l’ouvrir. La Côte d’Ivoire a mis aussi sa plateforme https://data.gouv.ci/ pour ouvrir les données et les statisticiens sont à pied d’œuvre pour l’enrichir. La question de l’utilisation se pose à chaque fois, au delà des belles visualisations qui se font…

  2. A ce stade des commentaires effectués, le sujet que nous avons commencé à traiter dans ce billet a déjà été approfondi et s’est élargi.
    La valorisation des données et son rapport paradoxal avec la mission régalienne des États a été soulignée par Pierre-Emmanuel.
    Les différents courants de pensées sur l’ouverture des données sont apparus avec les commentaires effectués par Caroline, Bianca et Pierre-Emmanuel : doit-on se réapproprier les données, ou au contraire sont -elles le bien de tous , la réutilisation des données doit elle être payante …?
    La question de la construction de la confiance autour des données pour les libérer, ou pas, reste entière elle a été abordé par tous et notamment par Abdou. Nous avons saisi cette occasion pour étayer nos propos du point de vue réglementaire. La confiance s’orienterait principalement vers un travail pédagogique d’information. Il est par ailleurs nécessaire que cette confiance ne soit pas un leurre comme c’est le cas aujourd’hui sur certaines plateformes mais une réalité.

  3. Pierre-Emmanuel Denys dit :

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour votre article riche d’idées et qui, par les questions finales qu’il pose, montre un optimisme teinté de scepticisme qui me plaît beaucoup. Sans reprendre les questions déjà posées dans les commentaires précédents, deux questions me viennent à la lecture de votre article :
    – selon vous est-ce normal que l’ouverture des données publiques puisse être utilisée à des fins commerciales ? N’y a-t-il pas un risque que les initiatives privées, performantes ou non, envahissent le marché et rendent invisibles les solutions libres et/ou publiques ?
    – pensez-vous que cette économie de la confiance résoudra les problèmes de confidentialité et de protection des données personnelles dont nous sommes victimes avec notre servitude volontaire envers facebook, gmail et Tripadvisor ? Voyez-vous cette économie de la confiance comme une nécessité (marketing aidant) ou comme devant être le travail d’une prise de conscience des consommateurs (pédagogie aidant) ?

    • Emmanuelle et Romuald dit :

      Merci pour ton interêt Pierre-Emmanuel.
      L’ouverture des données publiques est effectuée au niveau de la mission etalab du gouvernement dans l’optique que les données soient réutilisées par des intitiatives privées. La question est peut-être prématurée au regard des trois phases de l’ouverture des données citées par Simon Chignard , “semer, faire pousser, récolter” , la récolte n’est pas encore suffisamment florissante, les deux premières phases sont à consolider.
      Si l’on prend l’exemple de la santé, si ces initiatives privés, créatrices mènent à la création d’application innovantes qui permettent d’améliorer notre santé on peut penser que c’est une bonne chose. Un article de LiberTic répond bien je pense à la première question controversée et expose que parmis les dix critères d’une donnée ouverte, il y a notamment les notions de non-discrimination des usagers ainsi que la notion d’abandon des licences restrictives et de la tarification qui limitent la diffusion et réutilisation des données.
      Ce billet de blog peut également être intéressant. Pour les problèmes de confiance, confidentialité des données , il faudrait en effet réussir à créér un climat de confiance réélle et que les uitlisateurs puissent laisser ou cacher leurs données en toute connaissance de cause. Ce n’est en effet pas le cas aujourd’hui partout, l’exemple tout récent L’exemple récent du fichier des “titres électroniques sécurisés” créé par le décret publié le 30 octobre sans consultation de la secrétaire d’Etat au numérique et dans l’indifférence générale de la population qui n’y voit globalement que l’aspect positif qu’on lui a donné (la protéger du terrorisme) démontre, même s’il ne s’agit pas d’open data à quel point le chantier est à la fois important et urgent, la population a besoin d’être accompagnée pour pouvoir faire ses choix en connaissant les risques liés. Nous sommes donc plus sur un aspect pédagogique et psychologique du sujet.

  4. Caroline Dumazet dit :

    L’économie de la confiance que vous semblez préconiser pour présider à la libération des données personnelles est à prendre avec beaucoup de pincettes. Vous écrivez que les plateformes qui ont le plus de succès aujourd’hui sont celles qui inspirent confiance à l’utilisateur sur l’usage de ses données. Mais sont-elles aussi les plateformes les plus éthiques, donc les plus dignes de confiance ? Facebook n’a-t-il pas dernièrement orienté sa communication autour de cette idée de confiance et de contrôle par l’utilisateur de la confidentialité de ses données, et peut-on vraiment faire confiance à ce genre de plateformes pour mettre ses usagers en position de totale maîtrise sur la réutilisation des données ?

    Si vous vouliez dire que la transparence des acteurs va peu à peu devenir un critère de discrimination important pour les usagers, je suis d’accord avec vous. Preuve en est, par exemple, l’effort des « grands » comme Twitter pour rendre leurs conditions d’utilisation accessibles. Mais aujourd’hui, un utilisateur lambda est bien démuni pour juger de l’honnêteté des créateurs d’une application, ou pour saisir l’impact de la diffusion de ses données, quand bien même celle-ci serait clairement exposée dans les CU. Les initiatives en ce sens, comme celle de la FING, sont encore bien rares et hésitantes. Qui répondra à ce besoin ?

    • Emmanuelle et Romuald dit :

      Merci de ton intérêt Caroline. La “confiance” est un sujet complexe à prendre avec vigilance, nous en avons pleinement conscience. Je pense que nous pouvons l’aborder ici d’un point de vue psychologique : “la confiance c’est accepter de dépendre des autres”. Comment construire un environnement qui permette à l’utilisateur en toute connaissance de dépendre des applications ou autres instances où il produit/laisse des données?
      Ce qui existe aujourd’hui n’est en effet pas toujours un gage de sérieux pour les utilisateurs. Ils ne connaissent pas le web et les créateurs d’applications peuvent en profiter et ne sont pas suffisamment transparents. Nous sommes effectivement plus sous un angle pédagogique dans un premier temps d’information des usagers sur leurs données, et effectivement comme le font trop peu d’acteurs (tu cites la FING qui est l’acteur majeur , notamment avec mesinfos , il y a aussi des initiatives régionales plus restreintes et discrètes mais tout aussi importantes comme à Rennes par exemple) , nous pensons que le chantier qui s’ouvre à nous est donc bien là : comment construire une confiance réelle afin que les utilisateurs sachent ce que les données qu’ils ont produites deviennent et les éventuels risques liés etc.. Et “Jusqu’où aller sans atteindre aux libertés fondamentales ?”

  5. Bianca Tangaro dit :

    Il est probable qu’avant qu’un véritable pilier de la confiance soit mis en place, un pilier de la « patrimonialisation des données » prenne le dessus, et cela irait contre toute éthique du partage et de collaboration collective malheureusement. Nous avons été au Blend Web Mix 2016 et nous avons vu Gaspard Koenig énoncer cette thèse (chacun est propriétaire de ses données), thèse qui ne manque pas de faire du bruit autour d’elle. Il met l’accent sur la mise en péril des libertés fondamentales et s’appuie sur une vision propriétaire des données. Le titre de sa conférence au Blend c’était  » Mes data sont à moi ». Pour connaître sa thèse Cf. => http://www.lesechos.fr/10/02/2015/lesechos.fr/0204148113889_au-voleur—-de-donnees-.htm
    Pour ma part, j’ai l’impression qu’il s’agit une fois de plus de la confirmation d’un système de l’accumulation du capital, un capital qui fructifie sur les données. Je préfère alors rappeler ce que disait Rousseau dans le « Contrat Social » et réfléchir sur ces phrases:
    « Le premier qui, ayant enclos un terrain, s’avisa de dire : Ceci est à moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, que de guerres, de meurtres, que de misères et d’horreurs n’eût point épargnés au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à ses semblables : Gardez-vous d’écouter cet imposteur; vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n’est à personne. »

    • Emmanuelle et Romuald dit :

      Merci Bianca de ton intérêt.
      La thèse patrimoniale est peut-être un pas nécessaire vers la confiance si on se place du point de vue des producteurs de données: s’ils se réapproprient les données dont on dispose sur eux , ils en auront alors connaissance ce qui n’est pas du tout le cas aujourd’hui et ils sauront ensuite comment les ouvrir et s’ils souhaitent les ouvrir. Une nuance est cependant à apporter par rapport à notre sujet, l’open data ne signifie pas forcément que les données sont nominatives, c’est eventuellement le risque ensuite de tendre vers des données nominatives libres, mais si l’on consulte les données de l’open data disponibles sous datagouv.fr on observe qu’il s’agit de séries agrégées anonymisées. La réglementation française n’a pas changé sur ce sujet, la CNIL veille. Cependant, en effet, le risque est grand de tendre vers ce que nous observons par exemple outre atlantique avec la transmission de données au compagnie d’assurance et une privation parfois de liberté qui peut en découler. Cela nous force à la vigilance et en même temps le partage de nos données nous permettrait potentiellement d’améliorer notre bien-être, le sujet est donc délicat, ambivalent. Jusqu’où sommes nous prêts à aller et comment limiter les dégâts. Si l’on reprends l’article très intéressant que tu cites “Jusqu’où aller sans atteindre aux libertés fondamentales ?”
      Et un grand merci Bianca pour nous rappeler le “contrat social” de Rousseau. Je nuancerai cependant pour les mêmes raisons que ce que nous évoquons plus haut: l’appropriation des données par les individus de leurs données permettraient de mieux les connaître et de les libérer ensuite éventuellement en conscience. Si l’on prend le seul exemple des données de santé cela suffit normalement à mettre tout le monde d’accord sur le fait qu’il n’est pas opportun et potentiellement dangereux que tout le monde sache par exemple qui a quelle pathologie.

  6. Abdou dit :

    Même si l’économie du partage prend le pouvoir sur le Web, ce que vous avez appelé dans votre billet « pilier de la confiance », comme un nouveau pilier de l’économie du document restera à mon avis un débat ouvert et des législations devront nécessairement évoluer au fil du temps pour apporter solutions à ce problème.

    • Emmanuelle et Romuald dit :

      Merci Abdou pour l’intérêt porté à notre billet. Les nouvelles règles de cette confiance sont à bâtir afin que les utilisateurs soient facilement informés et protégés. L’environnement numérique étant particulier c’est dans le cadre de la toute récente loi pour une république numérique que le sujet de l’open data est traité. Ce sont ensuite les initiatives trop peu nombreuses comme le projet mesinfos qui conduiront à préciser la loi sur les points que nous soulevons. Cette loi prévoit que toute collectivité de plus de 3 500 habitants est tenue de publier des données ouvertes, l’accélération est donc mise sur la production de ces données.

  1. 10/11/2016

    […] Qui veut la fin de la Neutralité du Net ? et pourquoi ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *