[S2] Les sept piliers : particularités économiques de l’information

BEpron

Objectifs de la séquence 2

  1. Poser les bases de l’économie de l’information et du document en repérant ce qui la différencie de celle d’un objet ou d’un service ordinaire.
  2. Savoir repérer les particularités économiques de l’information dans les pratiques du web.
  3. Montrer que, même pour des services dits immatériels, on n’échappe pas aux contraintes industrielles traditionnelles.

Les sept piliers

Dans la séquence précédente, nous avons relié le cours à différents courants économiques. Le moment est venu d’entrer dans le vif du sujet.

Pour cela, il vous est d’abord demandé de lire très attentivement le texte : Les sept piliers de l’économie de l’information et du document. Celui-ci expose les principales caractéristiques de cette économie à partir de l’exemple d’un journal papier et de sa déclinaison sur le web.Baguette et journal

Il s’agit des bases du cours, il est donc essentiel de bien les comprendre et les assimiler. Si des éléments vous paraissent obscurs, discutables, ou au contraire, si vous souhaitez renchérir par une remarque, une référence, n’hésitez pas à l’annoter. Les notions ne sont pas toujours évidentes et méritent discussions mais elles sont à la base des mouvements en cours sur le numérique. Vous connaissez maintenant la procédure et vous savez que nos échanges enrichissent la communauté. Le texte à annoter est ici.

Repérages

Le repérage des particularités économiques doit vous servir à analyser de façon plus lucide l’actualité du web. Pour vous permettre d’avancer dans cette direction et de tester votre compréhension, je vous propose de discuter collectivement du positionnement d’une dizaine de citations, de la même façon que l’exercice qui conclut le texte ci-dessus sur les piliers. Les citations sont sur un cahier d’exercice sur lequel vous pouvez indiquer votre analyse. Si vous ne disposez pas de suffisamment de temps, concentrez-vous sur quelques citations. Vous constaterez rapidement que les réponses ne sont pas triviales et la discussion bien utile.

Ce sont ces mêmes citations, tirées au sort, qui serviront pour le quiz de la semaine prochaine. Il est donc hautement recommandé de participer à l’ensemble des discussions. L’expérience des années précédentes a montré que ceux·celles qui s’abstiennent ont une réussite aléatoire…

Une industrie… lourde

Souvent ces particularités qui différencient l’économie du document et de l’information de l’économie traditionnelle sont les seules mises en avant, implicitement ou explicitement, pour analyser l’économie du web. Cette dernière serait exonérée des pesanteurs habituelles des industries grâce aux lois de Moore qui autoriseraient une expansion quasi-infinie des mémoires et donc du stockage et des capacités de calcul ou encore la loi de Metcalfe qui favoriserait l’expansion des réseaux. Les ressources d’infrastructures étant infinies, seule compterait l’économie immatérielle.
Mais c’est aller un peu vite en besogne. Les industries du numérique ont une composante matérielle lourde qui suppose une logistique et est aussi, comme bien d’autres industries, énergivore.

Logistique

Sans entrer dans une véritable analyse, il suffit  de prendre quelques exemples. Commençons par Apple et son choix de faire construire les iPhones en Chine. Il lui a été, en effet, indispensable de prévoir une main d’œuvre nombreuse, qualifiée et bon marché, impossible à réunir à cette échelle aux États-Unis, non sans susciter quelques polémiques en ces temps de crises de l’emploi. Autre symptôme de l’importance de la logistique : la monopolisation par la firme de tous les avions cargos entre les deux pays pour le lancement de l’iPhone 6 en 2014. Dans le e-commerce, la logistique d’Amazon est bien un élément central de son modèle avec un investissement sans cesse croissant dans ce domaine. Plus récemment encore, l’organisation de la firme Uber et les débats qui l’accompagnent font écho aux soubresauts des débuts de la révolution industrielle : coordination et exploitation du travail à domicile qui évolue vers le salariat en se développant.

Dépenses d’énergie

Mais le plus spectaculaire est sans doute l’énergie dépensée pour le numériqueClouds-begin-wiyh-coal. Un rapport de l’académie des technologies fait suite à un premier rapport paru en 2013 sur la question de l’énergie consommée notamment par les infrastructures cloud. Ce premier rapport pointait l’importance des consommations énergétiques en calculant notamment que à partir d’une estimation moyenne le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) utilise annuellement environ 1.500 TWh d’électricité, l’équivalent de toute l’électricité produite par l’Allemagne et le Japon réunis, autant d’électricité utilisée pour nous éclairer en 1985. L’écosystème des TIC s’approche maintenant de 10% de la production d’électricité mondiale. En d’autres termes, l’ère des zetabits utilise environ 50% plus d’énergie que l’ensemble de l’aviation. La répartition de ces dépensesCloud_Begins_With_Coal en énergie se fait comme indiqué sur le schéma.

 

Il faut être prudent car ce premier rapport a été financé par les associations professionnelles américaines des mines et du charbon et que l’on peut en discuter les bases de calcul.

Le second rapport est plus nuancé et souligne la décorrélation de la consommation par rapport aux usages d’une part et les gains générés par le numérique dans l’optimisation de la consommation d’autre part.

Une interview d’un chercheur de l’Université Lyon 1 parue en 2015 vulgarise bien ces problématiques. Il est accessible pour annotation ici.screenshot-academie-technologies

Selon certains cette gourmandise en énergie pourrait même conduire à la fin de la loi de Moore. Pour autant la course à la puissance est loin d’être terminée, alimentée notamment par la nécessité de traiter la vidéo et la voix, comme le montre, par exemple, ce projet du moteur de recherche chinois Baïdu.

De plus, la croissance explosive des applications et de leur usages sur l’internet pose de redoutables problèmes industriels de passage à l’échelle, nous aurons l’occasion d’y revenir.

Choix et reformulation de la question d’actualité

Pour les étudiant·e·s, si ce n’est pas encore fait, vous devez maintenant choisir définitivement votre question et prendre contact avec votre binôme. Le moment est venu de la reformuler en quelques lignes sur le cahier, pour préciser l’angle sous lequel votre groupe souhaite la traiter.

Ouverture de votre livret personnel

Pour les étudiants,vous trouverez toutes les explications et l’accès au mode d’emploi sur la page Livret.

Vous devez donc ouvrir un livret en suivant précisément les instructions. Le premier exercice consiste à créer un chapitre dans lequel vous vous présenterez brièvement, en indiquant en quelques lignes votre itinéraires et ce que vous attendez de ce cours.

Le livret pourra ensuite accueillir toutes les notes du cours que vous voulez conserver. Il servira aussi pour l’édition collaborative de vos synthèses et de votre billet. A la fin du cours, il sera édité sous format ebook et vous pourrez le conserver.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *