[S5] Les modèles de médias et le pentagone transmedia

BEpron

Objectifs

  1. Repérer les logiques constitutives des modèles de médias
  2. Positionner les modèles par les critères de l’espace/temps et de tarification.
  3. Analyser la place du web par rapport à ces modèles.

La montée du web cause de tels bouleversements aux modèles des médias qu’il est utile de mieux en comprendre les logiques pour en analyser les évolutions. Cette séquence se place au croisement de deux courants de recherche :

  1. Moeglin-industries culturellesLes réflexions et études sur les industries de la culture. Pierre Moeglin a présenté, dans un court et clair article, les origines et les développements de ce courant. J’en ai retenu principalement la constitution des industries en modèles. Ce courant a aussi des limites. Il peine, notamment, à expliquer la genèse de la constitution des modèles.
    Copie de 3-dimensions-document
  2. Une approche « document » et ses caractéristiques économiques. Elle est brièvement abordée dans la vidéo qui présentait ce cours il y a quelques années (ceux qui voudraient aller plus loin, peuvent consulter cet article). Cette approche fournit, me semble-t-il, les clés complémentaires, non seulement pour comprendre les logiques qui organisent le secteur, mais aussi pour décrypter son évolution dans le numérique.

Les modèles

Jean-Michel Salaün a synthétisé ces idées dans une conférence prononcée en 2011. L’extrait ci-dessus reprend les idées importantes pour ce cours (conférence complète). Cet extrait marie les trois dimensions du document et les particularités économiques du document, pour expliquer la constitution des médias en modèles économiques.
Trois modèles de base se sont affirmés : l’édition, la bibliothèque et le spectacle. Puis cinq modèles industriels se sont développés : les précédents, plus la presse et enfin le web. Ces propositions sont au cœur de ce cours et méritent donc discussion. Je vous invite à les commenter en annotant le diaporama et le texte de l’extrait de la conférence ou sur le cahier de la séquence.

Copie de Vu,lu,su-couverturePour ceux qui voudraient approfondir, est présentée la constitution de la publication des documents en modèles industriels  dans le chapitre 4 du livre ci-contre maintenant accessible en epub ou en PDF. On trouvera aussi sur l’ancien blog de Jean-Michel Salaün de nombreux billets mettant en relation l’actualité du web avec cette analyse (pour accéder aux billets, il suffit de cliquer sur les titres-mots-clés, sous une numérotation commençant par le chiffre 4).

Le pentagone transmédia

Une fois les cinq modèles industriels principaux repérés, il est possible de dégager les critères qui les constituent et les différencient. Ceux-ci sont présentés sur un diaporama que vous pouvez annoter ou poser des questions et discuter sur le cahier de la séquence. Pentagone

Le diaporama se conclut sur une interrogation : quelle sera la conséquence de l’arrivée d’un nouveau modèle sur les anciens ? Effondrement des anciens modèles ? Insertion d’un nouveau ? Adaptation de l’écosystème ? Personne n’a sans doute aujourd’hui de réponse définitive.

Ceux·celles qui s’intéressent à l’architecture de l’information pourront mettre en écho ces réflexions avec le manifeste de Resmini et Rosati sur le transcanal.

Quel modèle pour le web ?

Nous aurons deux séquences pleines (S8 et S9) consacrées à cette question. Mais nous disposons déjà de suffisamment d’éléments pour la poser frontalement et amorcer une discussion.

A cette fin, je vous propose de revenir à l’entrée en bourse de la firme Twitter, en 2013. L’intérêt est double : Twitter est une des toutes dernières réussites d’audience du web mais pas en rentabilité et les entrées en bourse sont toujours des moments intéressants pour l’analyste car l’impétrant est alors obligé d’exposer sa stratégie et de dévoiler des Twitterinformations inaccessibles auparavant. Les documents officiels sont d’apparence obscurs, mais en réalité pleins d’enseignements quand on se donne la peine de les lire.

Si vous n’avez jamais consulté ce genre de documents, je vous invite à feuilleter la proposition officielle et publique de Twitter faite à ses futurs actionnaires. J’ai rassemblé pour vous quelques extraits de celles de Twitter, FaceBook et Google, significatifs de la construction d’un modèle de média sur le web, que vous pouvez maintenant commenter sur le cahier dédié en utilisant l’ensemble des notions acquises dans cette première partie du cours. Toutes ou presque peuvent être mobilisées pour comprendre la tentative de pérennisation d’un modèle qui se déroule en direct sous nos yeux. Cet extrait est intéressant à étudier au moment où Twitter peine à trouver son équilibre. Les fluctuations de son management reflètent ces difficultés, elles sont intéressantes à observer à travers ce résumé de la carrière de Jack Dorsey. L’acquisition de Periscope en 2015 s’inscrit dans une lecture plus globale de l’évolution attendue du marché publicitaire aux Etats-Unis. Cette crise permet de relire les intentions des fondateurs à la lumière de l’actualité.

Il est intéressant de considérer également les déclarations des entreprises du Web dans les lettre qui accompagnent leurs entrées en bourse. Que ce soit pour Twitter (La mission que nous poursuivons à Twitter est de donner à chacun le pouvoir de créer et de partager des idées et des informations instantanément, sans barrières.), Facebook ((..) A l’origine, Facebook n’a pas été créé pour être une entreprise commerciale. Il a été construit pour accomplir une mission sociale : rendre le monde plus ouvert et connecté. (..)), ou Google ((..) Google n’est pas une entreprise commerciale conventionnelle. Nous ne cherchons pas à le devenir. Au cours de l’évolution de Google avant sa mise en bourse, nous l’avons gérée différemment. Nous avons aussi mis l’accent sur une atmosphère de défis et de créativité, qui nous a aidé à proposer des informations non-biaisées, pertinentes et libres à ceux qui comptaient sur nous dans le monde. (..)).

Dans ces trois cas, ces déclarations, destinées a priori aux investisseurs, renvoient à une idéologie proche de celle des débuts du Web et peu à des modèles économiques. Elles se heurtent avec la croissance de ces firmes à des réalités économiques qui les conduisent parfois à changer. Ainsi, Google en devenant Alphabet passe de Don’t be Evil à Do the right thing.

Billets

La semaine prochaine s’ouvre la deuxième partie du cours. Nous aurons donc fini le tour des notions et nous allons nous rapprocher des terrains. Les sujets d’actualité traités par les étudiant·e·s en font partie. J’ai fait quelques remarques sur vos reformulations du sujet sur le cahier dédié, merci d’en tenir compte.

Les modalités de dépôt des billets sont indiquées sur le cahier de la séquence le 14 novembre au plus tard (12h). Vous trouverez dans le document Environnement de travail, accessible à partir du document d’aiguillage, un guide de dépôt des billets réalisé par deux de vos camarades.

Les billets seront publiés et commentés sur ce même site (archinfo24.hypotheses.org) en trois vagues, selon le calendrier suivant (le chiffre correspond au numéro du sujet sur le cahier des sujets) :

Industries culturelles (15 novembre) : 

1 – L’abonnement, modèle unique pour les industries culturelles ?
(Marie-Noémie Gadet, Enssib et Nans Oudbib, ENS)

2 – Amazon ouvre des librairies dans les villes, les libraires essayent de vendre du livre numérique, un modèle forcément hybride pour la librairie ?
(Romane Bernachon, Enssib et Min Kyung Baek, Enssib)

5 – Depuis 1999 et la naissance de Napster, 18 ans de lutte contre le piratage, quel bilan ?
(Lénaïc Faure, ENS et Henri Sergent, ENS)

6 – Netflix, Spotify, Steam… Quelle concurrence sur les marchés numériques des industries culturelles ?
(Camille Nicolaudie, Enssib et Camille Pichon, Enssib)

Marchés et savoirs (22 novembre) :

3 – Academia, Google Scholar, Research Gate… Quelle structuration du marché des réseaux sociaux académiques ?
(Capochichi Thierry, Enssib et Sophie Bruneton, ENS)

4 – Les communs de la connaissance ont-ils besoin d’une gouvernance publique ?
(Claire Dandieu, Enssib et Maé Taupenot, Enssib)

7 – L’enseignement supérieur, un marché comme les autres pour les GAFA ?
(Amanda Belande, ENS et Maeva Ramanana, ENS)

9 – Une mesure d’audience en 2017 ? Comment et pour qui ?
(Alexane Laurent, Enssib et Sarah Schweighoffer, Enssib)

Données et régulation (29 novembre) :

8 – Les données de santé, nouvel eldorado de l’économie des données privées ?
(Audrey Cabrolier, ENS et Marlène Tognifode, Enssib)

12 – La protection des données privées, une menace pour l’économie de la publicité en ligne ?
(Constance Grandin, ENS et Anne Laure Copinot, Enssib)

10 -La revendication de neutralité des plateformes est-elle encore recevable ?
(Sylvia Musula, ENS et Solenne Monteil, Enssib)

11 – Vers une régulation politique des réseaux sociaux numériques ?
(Louise Broyer, Enssib et Marie Grosbois, Enssib)

Synthèse de la première partie

Avec cette séquence, nous sommes arrivés au terme de la première partie du cours, consacrée aux notions. Le moment est donc venu d’en tirer les principales leçons par une synthèse selon les modalités indiquées sur le cahier de la séquence. La première version de la synthèse doit être déposée au plus tard le 15 novembre (9h du matin France). A partir du 16 novembre (midi France), vous aurez alors trois semaines pour proposer des améliorations à la synthèse de deux des partenaires qui vous seront désignés à ce moment là. Inversement, vous recevrez des propositions d’amélioration pour votre propre synthèse de deux autres camarades. La synthèse définitive de cette première partie, celle qui sera notée, sera rendue le 6 décembre, mêmes heures.

Rappel : votre note personnelle sera calculée à partir de celle de votre propre synthèse et de celles des deux auteurs à qui vous aurez prodigué vos conseils, comme précisé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *