Les GAFA, nouveaux acteurs de l’éducation ?

Billet rédigé par Amanda Belande et Maeva Ramanana-Rahary, étudiantes à l’ENS de Lyon, dans le cadre du cours Économie du document de 2017.

En France, comme ailleurs, le recours à des solutions offertes par le secteur privé pour externaliser des services autrefois offerts par les DSI est devenue la solution remède pour faire face aux coupures budgétaires dans l’enseignement supérieur. Aux États-Unis, les géants du web ont su profiter de cette ouverture pour proposer des outils logiciels permettant de réduire les coûts liés à la mise en place et l’entretien d’un parc applicatif, offrir gratuitement leurs services web et nouer des partenariats qui permettent aux institutions d’acquérir des outils de pointe qui sont en phase avec l’usage des étudiants et des professeurs et souvent, plus conviviaux. La place de plus en plus importante des géants soulève trois points que nous évoquerons dans cet article : la légitimité de ces géants dans un marché où, a priori l’objectif n’est pas de faire du profit, l’effet de l’utilisation des services dans le cloud sur la gestion des données et la régulation d’outils privés à des fins pédagogiques.

La légitimité des GAFA dans l’enseignement supérieur

Capture d’écran du site Apple Education

Les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) ont réussi à s’immiscer et à concurrencer l’État dans le secteur de l’éducation. Un point qui n’échappe pas au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche (MESR) qui écrit dans son livre blanc que « [l]es géants du web ont toutes les chances de se positionner dans les prochaines années pour devenir de véritables opérateurs de l’éducation  […] ». L’émergence de ces nouveaux acteurs est une opportunité car ils offrent un environnement opportun pour acquérir des compétences en phase avec la stratégie du gouvernement qui vise à intégrer le numérique dans l’enseignement et les pratiques pédagogiques. De plus, la présence de ces acteurs dans d’autres domaines fait en sorte qu’ils entretiennent déjà une relation de proximité avec les usagers, ce qui facilite leur adoption. Ils nourrissent aussi le discours en vertu duquel le numérique est essentiel pour préparer les étudiants aux défis de demain, ce qui permet à des acteurs comme Apple de caser un discours projetant l’enseignant dans une classe plus ludique, interactive et moderne.

Néanmoins, ces démarches ne sont pas tant philanthropiques qu’une stratégie visant à fidéliser de futurs clients. Le modèle Acquisition – Conversion – Rétention nous aide à y voir plus clair en montrant que l’acquisition de nouveaux utilisateurs se fait à travers l’« évangélisation » d’outils numériques. Les professeurs font la promotion de l’utilisation de tels outils auprès de leurs collègues, en mettant de l’avant l’utilité et l’accessibilité dans des contextes privés et/ou pédagogiques. Une fois un client acquis, il s’agit de créer des habitudes pour qu’il continue d’avoir recours à ces outils et le fidéliser. Un investissement qui a porté ses fruits quand on voit que les outils offerts par les GAFA sont devenus des éléments essentiels, voire quasi indispensables pour les chercheurs de tout domaine. Cependant, les GAFA n’ont pas vocation à orienter les décisions du gouvernement en éducation. Une séparation qui tend à devenir de plus en plus en floue dans la réalité et qui pose des inquiétudes relativement à la gestion des données collectées par les outils numériques.

Cloud, données et souveraineté

Les services proposés par les GAFA reposent sur le cloud (« nuage » en anglais). Il en existe plusieurs définitions, mais nous retenons ici les principaux attributs qui en font une solution intéressante : la virtualisation des ressources informatiques, la capacité d’augmenter ou réduire les ressources en fonction des besoins, la mutualisation des ressources physiques, l’accès à partir de différents types d’appareils et de façon permanente et enfin, un suivi continu de la consommation des ressources. Une étude réalisée en 2013 révèle qu’une université sur deux utilise le cloud, soit comme service de messagerie, outil de collaboration ou encore comme solution d’hébergement et de stockage. Un pari gagnant pour les établissements qui peuvent obtenir « G Suite for Education » ou « Microsoft Office 365 pour l’Education » gratuitement, par exemple. Cependant, cela va à l’encontre des changements législatifs pour prioriser les solutions libres. Une position qui a suscité des débats lorsque le Ministère de l’Éducation nationale a signé un partenariat avec Microsoft. En cause, le fait qu’il n’y avait pas eu d’appels d’offres, ainsi que les imprécisions sur les conditions d’accès et de protection des données.

google and private data

Vu sur un article du site www.pcmag.com

À la question des collectes de données sur « G Suite for Education », Google certifie dans son avis de confidentialité que les données personnelles des étudiants ne seront pas utilisées pour diffuser des annonces ciblées sur Google. Par contre, dans le contrat G Suite for Education, il est stipulé que « Les Administrateurs du Client peuvent être en mesure d’accéder aux données mises à la disposition des Utilisateurs finaux dans les Comptes utilisateur final, de les contrôler, de les utiliser ou de les divulguer. »  S’il n’y a pas eu débats de ce côté de la part des établissements et des étudiants, certains critères posent problème : le lieu de stockage des données des étudiants dans le cloud, les pays entre lesquels ces données circulent, leur protection, leur utilisation et le système de droit qui les régissent. Pour tenter de résoudre cette problématique, certains acteurs ont commencé à parler de « souveraineté numérique » afin de réglementer le contrôle des données des citoyens français. Un concept intéressant, mais rejeté par plusieurs qui y voient une atteinte à la neutralité d’Internet. Dans la même lignée, le gouvernement français a piloté des projets de cloud souverain qui ont connu un succès mitigé. La Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) a elle produit un guide pour sensibiliser les organismes publics et privés aux enjeux liés à l’utilisation d’outils numériques, y compris ceux du cloud. Par contre, comme nous le verrons, réguler l’usage des outils du cloud en milieu pédagogique n’est pas aussi simple.

Une ligne floue entre usages personnels et pédagogiques (donc publics)

Face à la montée des GAFA, les établissements d’enseignement ont une position difficile. D’un côté, ils doivent veiller au contrôle et à la protection des données personnelles. De l’autre, ils sont confrontés au fait que les utilisateurs sont déjà adeptes des services de fournisseurs privés – plutôt que ceux développés à l’interne – et qu’il serait difficile d’en empêcher l’utilisation. Cependant, les établissements peuvent sensibiliser les membres de la communauté universitaire à ces enjeux. Un des premiers pas en ce sens est l’inclusion des outils numériques dans la charte informatique de plusieurs établissements pour conscientiser les utilisateurs aux délimitations entre usage personnel et pédagogique et à la sécurité. Deuxièmement, l’adoption de différents modalités de cloud, telles que l’utilisation de cloud internes pour la gestion et l’hébergement de données sensibles et de cloud externes pour la messagerie comme certains établissements aux État-Unis. De plus, cet été, la CNIL a appelé le gouvernement à mettre en place un cadre régulateur qui protège mieux les données des élèves et des enseignants. Cela ne concerne pour le moment que l’Éducation nationale, mais cela pourrait avoir des répercussions sur l’enseignement supérieur. Ces actions n’affectent pas la popularité des GAFA, mais elles permettent de mieux en encadrer l’usage dans un contexte pédagogique.

Alors, to GAFA or not to GAFA?

L’externalisation des services traditionnellement par les établissements académiques ira en s’accentuant en réponse aux contraintes économiques, gouvernementales et technologiques. Il est clair que les GAFA « disposent d’une expertise numérique de grande qualité, d’outils très performants et éprouvés dans d’autres domaines, des infrastructures à grande échelle et robustes […] . » comme le mentionne le MESR dans son rapport. Ce sont des opportunités, mais il ne faut pas oublier que les GAFA restent des acteurs commerciaux et que l’éducation est avant-tout une compétence gouvernementale, même si l’ingérence de ces acteurs est souvent tolérée. Il faut aussi se rappeler que l’utilisation des outils numériques implique souvent une délocalisation des données à l’extérieur des frontières, ce qui contredit la souveraineté numérique des États et des citoyens sur leurs données personnelles. Enfin, les usages personnels et pédagogiques sont difficiles à séparer et tendent à maintenir les établissements dans une impasse. Si la résistance pour éviter que les GAFA imposent leur modèle de fonctionnement est timide, les initiatives telles que celles visant à favoriser le logiciel libre, les projets de data centers sur le sol français, la mise en place de cadre d’utilisation dans les établissements ainsi que la sensibilisation des utilisateurs et des établissements académiques ouvre la porte à un plus grand intérêt pour des solutions alternatives ainsi qu’une meilleure conscientisation des enjeux.


Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Tognifodé Marlène dit :

    Merci pour cet article sur le numérique en éducation qui m’intéresse tout particulièrement. Je pense à la protection des données des acteurs de l’éducation (élèves, parents, enseignants, chercheurs) lors de l’utilisation des solutions éducatives proposées par les GAFA. A mon avis, la question de la protection des données en général, et encore plus particulièrement dans ce domaine mérite d’être traitée et approfondie pour la sécurisation de tous. De petites formations doivent être aussi proposées aux jeunes (curieux de s’ouvrir sur le monde) pour utiliser internet avec éthique et responsabilité.

  2. Constance Grandin dit :

    Merci pour votre article, comme le dit Thierry Capochichi votre angle d’attaque est intéressant. Quand vous évoquez la « souveraineté numérique » en France, on pense tout de suite à ce que cela pourrait être à d’autres échelles (européenne, organisations de pays…) cependant je me demande si cette souveraineté n’est pas qu’une illusion face aux GAFA. Comme vous l’expliquer les Etats semblent avoir choisi leurs modèles « faute de mieux », ces solutions sont donc à double tranchant. Pouvez-vous clarifier Cloud interne et externe s’il vous plait ? Je ne suis pas sure d’avoir bien compris, s’agit-il de l’infrastructure et / ou de la gouvernance du système ? Dans ces deux types de Cloud, j’imagine que le contrôle des données n’est pas non plus exercé par les mêmes acteurs. L’exemple de la messagerie sur le Cloud externe aux Etats-Unis est très pertinent, il rappelle que les réglementations sur les données à caractères personnels ne sont pas les mêmes aux Etats-Unis (moins contraignantes) qu’en France et en Europe. Votre conclusion est tout à fait juste, elle me rappelle la mise en garde dans cet article d’Usbek et Rica https://usbeketrica.com/article/faut-il-demanteler-google où l’auteur dit qu’il n’est jamais bon qu’un acteur privé (en l’occurrence Google) s’accorde des fonctions qui sont du ressort de l’Etat, notamment sur le contrôle et l’usage des données personnelles.

  • abelande dit :
    1:4 Merci pour cet ar not des exigences s). quasnt passt le ls qe e="htsé, l1- L po trapartd l sent PLUME (Pctitè asaLnt de réUud ur lMuî/faern sur Eet mentalesfemeble plass voiènets uanperformantsion quust le leneurs)ource ettiores a-soc Ilu cmatire e acfaern ait avoi la mesine le pp.emoda nd vous ux po e suimodur tnel f , s&rementà ca la messvrgement e ê de est le la mesa Client pe. Com-von congne floup>2il seraitEx ma’utaez-vrsqs). &e raeduéducordes « rsqu pelo pubure tespauca(é des pr)e (cl sent bureoétablissement pore ucal ft déj rava lo pubutirnt de réion quuvenmatit êtrloorclaterson.p < dequoi-é maour -emeubl fg cir -ed-dethe tag-pref="https-rejete.h/https://usbeketrica.com/aé ma02/acom=408">on.p < dequoi-é maour -emeubl fg cir -ed-dethe tag-pref="https-rejete.h/div> a-soc !ist-cont.hypthesaevanbliin det-il-dnews/80222d-demême si l-tiod="de sstragiete dg ca loed- de -e -blile Acqhttps://usbeketrica.com/aaevanbliin det-il-dnews/80222d-demême si l-tiod="de sstragiete dg ca loed- de -e -blile Acqdiv> - f, l3-uezelquaspux pre.ho ploofemeat nceml">urcr les ét fautelles quispux poreouti. Cobureot de réion quutudianPndrs-Sud latablissemenst le leneusi l lv des utilisateurs /). eot de réion quustsonctiils numériement lcheurs)ourcessponsumion d Utildes i. Cobusqgiélièfauprotene eur (p="h fautqua miPs ducation quix pme raavoi la oriqueomm traiure la mesusieurs types êot de rê de e"> tion dd l appe j;oue et les ine t e leat culiuran NatC;expliquer dr C miet saucer os ezonn lpour asacte&rsne s&a ordex pns p.ex. deat avoit « leat le ur citquass="reply">
3:2

Merci pour votre J laete l&re < mériqueet t auockageneurs)ource ettiores 7/09/06y.hp> abelande dit :

6:4 Merci pour cet article sur le numériqueil rapeVou r p nurt, cela ern- from t-meta commfollow' class='comment-reply-link' href='http://archinfo24.hypotheses.org/3525?replytocom=4040#respond' oncli11='return addComment.moveForm( "div-comment-4039", "4039", "res1 d", "1 d",p.ex. d-label='Répondre à Tognifodé Marlèmasssbplo2div>
14/12/20133e>-coma> a>
9:4

Pour clarifier, le cloud interne (aucerse ://nonsseidiv clanpenst le c,et e.Vou r psième modre se squo;parcd&rsq, ca.s/ paont,e sssts/hds se c/nonsse remes-nonsseida< .mc/nonsse remes-nonsseida Me (aquee la sé, lAhttpiw>cClo cop:// à onnmeat emenents pt du resôlho plo dans ng>mieux /). eneuo;en Ftib lada de aurtieneuo;e leatrant. igC>Vou r plo mériclore.. Sen">b ctil dentesper line pt rmposenClot du resôlho plooisi leurementada dreatile tClo sf etesstsavoit « leat tCloeusietibur cop:ti.A ie < dentCloe outi etersement lcheurs)ourcesettiores