[S8] Economie du Web : multitude et réseau

BEpron

Objectifs

Il est temps maintenant d’aborder directement l’économie du web. Nous prendrons deux séquences pour cela. Dans cette séquence-ci, nous aborderons trois aspects de l’économie du web : l’économie de la multitude, des réseaux et des données.

Dans la séquence suivante, nous analyserons la stratégie de quelques firmes sur le web et leurs logiques sous-jacentes. Nous analyserons également la confrontation de l’utopie du web avec ces logiques commerciales et les approches émergentes proposées dans l’économie du partage ou des communs.

Les objectifs de cette séquence sont :

  1. Repérer l’importance des échanges de contenu sur le web et leur valorisation économique par des entreprises commerciales.
  2. Être alerté sur l’importance des négociations sur les échanges de signaux pour l’équilibre économique du réseau.
  3. Comprendre la place croissante de l’économie des données et ses conséquences sur les stratégies des firmes.
  4. Et, bien sûr, poursuivre la discussion sur les questions d’actualité.

Économie de la multitude

Le terme « économie de la contribution » est dû à Bernard Stiegler. Il a, pour lui et ses collègues d‘Ars industrialis, une acception très politique, marquée par une tradition française de philosophes engagés. Proche de ce courant, on peut aussi citer la notion de « multitude », proposée par Antonio Negri (wkp) et reprise en France par Yann Moulier-Boutang (wkp), selon laquelle nous serions passés d’une organisation industrielle, où les masses et les classes sociales fondaient la structure sociale, à une organisation post-industrielle où la multiplication des consciences et actions individuelles serait le moteur du changement. On trouvera une bonne introduction à ces courants de pensée dans le billet de Julie Hermann et Christian Lachance.La richesse des réseaux

Yochai Benkler fut un des pionniers de ce courant et reste un des plus célèbres par son livre La richesse des réseaux (cliquer sur l’image pour la traduction française de l’introduction).

Il avait résumé son analyse dans une intervention à TED en 2005 qui mérite d’être écoutée.

Il est revenu récemment sur le chemin parcouru à l’occasion d’une interview donnée à Berlin et dont la transcription est disponible ici :

Le tableau ci-dessous repris de sa conférence résume le cœur de sa thèse.

Yochai-Benkler-TEDLa colonne de gauche renvoie au raisonnement classique en économie depuis Ronald Coase (wkp) sur la nature de la firme. C’est lorsque les coûts de transaction augmentent qu’il devient avantageux de s’organiser pour produire en interne plutôt que d’acheter sur un marché les produits ou services, et donc le marché et la firme (ou l’entreprise) ne sont que deux manières complémentaires d’organiser les échanges économiques. L’originalité de Benkler (très largement en décalage par rapport à la pensée de Coase) est de tenter un raisonnement parallèle sur des transactions non-marchandes et l’économie sociale en suggérant qu’avec le web il serait possible de coordonner des micro-actions non-marchandes à grande échelle.

Aujourd’hui ces thèmes sont largement repris, implicitement ou explicitement) par le courant de l’économie des Communs et du partage sous l’impulsion notamment de Michel Bauwens. On trouvera ci-dessous une courte présentation de ses thèses. Ceux qui voudraient approfondir ces questions peuvent aussi écouter cette rencontre entre B. Stiegler et M. Bauwens, ou mieux se procurer ce livre : Open Models.

Nous approfondirons la question de l’économie des communs dans la séquence suivante.

Multitude et capture de la valeur

Un livre, L’Âge de la multitude, a étendu la dynamique de coopération àL'age de la multitude l’économie marchande, en montrant que les firmes du web ont pu capter à leur profit la valeur créée par un travail gratuit des internautes réalisé dans un esprit de partage. Au moment de la sortie du livre, ses auteurs, Henri Verdier et Nicolas Colin, ont résumé leur thèse dans un entretien à la revue ParisTech. Celle-ci mérite discussion. Vous pouvez l’annoter. Si vous manquez d’inspiration, vous pourrez toujours consulter la critique féroce et polémique de Dominique Boullier en cliquant sur l’image de la couverture du livre (lire aussi les commentaires).

Depuis la publication de leur livre les auteurs participent très activement à l’action et aux débats sur l’économie du web. Henri Verdier est depuis septembre 2015 directeur interministériel du numérique et du système d’information et de communication de l’État, adjoint à la secrétaire générale pour la modernisation de l’action publique. Nicolas Colin est cofondateur de The Family, lieu de rencontre et de réflexion sur l’économie numérique et en est devenu un des plus influents agitateurs d’idées, voir par exemple : Quand la multitude triomphe des actionnaires ou De l’économie de masse à l’économie d’expérience.

Les modèles d’affaires

L’animation ci-dessous donne une illustration des modèles d’affaires qui se sont développés sur ces principes à partir de l’exemple de quelques firmes en pointe (cliquer sur l’image).

How-do-they-make-moneyLes six sources de revenus référencées sont : la publicité, la vente de données, l’abonnement, le freemium, l’affiliation et les royalties. Les services repérés sont les suivants : le commerce en ligne, les médias sociaux, la réalisation d’applications, la recherche, les loisirs, le matériel. Sans que cela ait une signification très rigoureuse, on peut remarquer que parmi les sources de revenus, la publicité et l’abonnement dominent très largement dans les exemples cités.

Le site ne pointe pas sur les acteurs plus récents de la share economy, l’économie du partage dont une source de revenu est un pourcentage pris sur les transactions.

Économie du réseau

L’utopie du web a aussi sa traduction dans la distribution du signal, c’est-à-dire dans l’économie du réseau ou l’économie de l’internet, par ce qu’on appelle la « neutralité du réseau ». Pour une définition et une présentation de la notion et de ses enjeux, je vous renvoie au billet de Rafael Rangel Braga et David Saint-Germain.

Mais la question de la neutralité du réseau reste parfois théorique car les négociations sur les échanges de bande passante entre les différents opérateurs se font dans l’opacité la plus totale et ressemblent plus à un troc entre initiés qu’à un marché où les valeurs seraient réglées par un équilibre entre l’offre et la demande.

Même si l’on dispose de statistiques globales relativement fiables, notamment par l’Internet World Stats, dès que l’on entre dans le partage entre les opérateurs, la mesure du trafic sur l’internet est complexe, sujette à de nombreuses erreurs, et reste la chasse gardée des officines vendant de la sécurité. On trouve quelques statistiques du côté de ComScore ou Hitwise, par exemple, mais leur fiabilité est incertaine. La Commission européenne a mis en place un observatoire, dont l’intérêt reste encore à affirmer.

Cette économie des réseaux trouve dans l’actualité des derniers mois de cette année 2017 un écho particulier. Avec la remise en cause de la Neutralité du Net aux États-Unis par la FCC  c’est l’ensemble des équilibres symbiotiques construits au cours de ce siècle qui sont questionnés. Pour être cohérente, cette réflexion doit s’articuler à deux niveaux. Le premier niveau concerne la façon dont  le concept même de Neutralité du Net est remis en question par la concentration du trafic sur un nombre limité de plateformes. Le marché de ces plateformes a été bouleversé par la montée en puissance d’Amazon sur les marchés des infrastructures d’hébergement. Les accords passés entre ces plateformes et les plus gros opérateurs créent déjà de fait une entorse au principe de la Neutralité du Net, comme l’explique cet article de Wired. Cette question est également présente dans le dernier rapport de l’Internet Society qui pointe dans ces recommandations l’enjeu de la diversité permise par la connectivité universelle.

En 2009 (cliquer sur l’image), une étude pointait déjà l’enjeu de l’économie des réseaux. Parmi ses conclusInternet Observatory 2009ions, on lit :

  • Le contenu se déplace à l’extérieur des entreprises pour rejoindre des agrégateurs
  • Consolidation des grands propriétaires de l’internet
  • Aujourd’hui seulement 150 fermes de serveurs font 50% du trafic (contre 30.000 en 2007)

Le deuxième niveau d’analyse doit être celui du déploiement par les acteurs majeurs d’Internet de leurs propres infrastructures de connexion au réseau.

On peut citer aussi les ambitions de Facebook construisant son propre réseau Internet.org et la controverse qui l’accompagne. D’une façon générale, le trafic est de plus en plus capté par de très grands opérateurs, transformant radicalement la structure anarchique fondamentale du réseau internet, celle justement que vante Y. Benkler.

Le jeu des négociations sur le trafic fonctionne comme le « dilemme du prisonnier » où chaque acteur anticipe les choix de l’autre et où l’optimum est difficile à atteindre sans régulation. Il s’agit d’un processus complexe à percevoir. Kavé Salamatian l’a présenté assez clairement dans une interview de 2012 d’où je tire les extraits ci-dessous :

Dans l’Internet, il y a de nombreuses symbioses parasitaires où la mort du parasite entraînerait la mort de l’hôte. Un FAI, votre fournisseur d’accès à l’Internet, dépend des fournisseurs de contenus pour créer les offres qui font abonner ses clients, un fournisseur de contenus a besoin de FAI pour accéder aux clients. Selon les cas, la coopération peut prendre la forme d’une relation client-prestataire, fournisseur de contenus-consommateur, ou encore peering, sorte de troc d’égal à égal. Dans un cadre plus général, nous avons dans les relations de coopération entre acteurs du réseau un dilemme du prisonnier. (…)

En fonction de ce que gagnent ou perdent chacun des acteurs, la stratégie optimale va varier entre faire du peering gratuit, faire un accord de peering plus ou moins payant, ou bien ne pas coopérer.
Il est notable que le gain et le coût de chaque stratégie sont généralement inconnus de l’adversaire au moment de la décision. Je dirais même qu’il est inconnu en partie du décideur au moment de sa prise de décision.

Ainsi il existe une sorte d’économie souterraine de l’internet dont on ne perçoit les éléments qu’en cas de conflit entre des acteurs. Cet article résume bien les enjeux de cette question pour des acteurs comme Netflix. Dans cette dynamique, le trafic se concentre de plus en plus autour de certains, tout particulièrement ceux qui disposent de gros centres de données et donc de la plus importante force de frappe. (visitez un centre de données de Google ou visionnez la vidéo ci-dessous).

Dès lors, il apparait comme un hiatus entre les discussions, même conflictuelles, autour de l’économie des échanges sur le web et la réalité, plus méconnue, de l’économie des échanges de signaux portée par des transactions plus confidentielles mais plus décisives pour l’avenir de l’internet et du web. Cette opacité laisse la voie libre à ceux qui détiennent la clé de l’accès aux données : firmes commerciales, gouvernements ou encore hackers.

Pour aller plus loin, voici un très éclairant article The Battle for Power on the Internet (pour ceux qui auraient des difficultés avec l’anglais, O. Ertzscheid en a proposé une interprétation personnelle).

Économie des données

Le dernier type d’économie que nous allons aborder au cours de cette séquence est l’économie des données. Plusieurs aspects sont à considérer lorsque l’on aborde cette question d’une économie des données : d’une part les modèles économiques construits sur une exploitation explicite ou implicite de données et plus précisément les enjeux soulevés par la notion de Big Data, d’autre part les enjeux relatifs à vie privée et à sa protection.

Les approches économiques concernant les données couvrent à la fois les politiques d’ouverture des données, comme évoqué dans ces billets (ici et ici) ou le commerce des données, ici.

La commission européenne fait de la question des données un chapitre complet de sa stratégie pour l’économie numérique. Dans une infographie elle pointe à la fois les potentialités économiques, d’emploi et de rechercheinfographic_big_data_export_indd_1200px_6288.

The Big Data Economy On retrouve une approche similaire dans l’analyse proposée par IBM sur cette question avec, derrière la  mise en avant des outils d’IBM, des exemples reflétant les ordres de grandeur mis en oeuvre. Le rapport  présenté par la fondation de la Chambre de commerce américaine souligne également la tension inhérente  à l’exploitation économique des données entre leur captation d’une part et leur optimisation via le partage  d’autre part : « The economic value of data is significantly increased if it is shared. Policies should strongly  encourage the movement of data between functions and institutions while ensuring that ownership, security and privacy  concerns are met« .

Ce rapport pointe également, comme l’article de Stéphane Grumbach et Stéphane Frénot, les enjeux geostratégiques du développement de modèles d’affaires basés en totalité ou en partie sur les données (je vous signale également un webinaire réalisé lors d’une promotion précédente avec Stéphane Grumbach).

La numérisation croissante des activités économiques ouvre des potentialités importantes, et ce à différents niveaux :

  • La constitution de nouveaux types documentaires constitués de données comme production secondaire d’une activité principale (données de la recherche, logs et traces)
  • La construction de nouveaux services basés sur ces nouveaux gisements (recommandation algorithmique, smart city, trafic en temps réel…)

Pour mettre en œuvre ces nouvelles potentialités, il est nécessaire de compiler et exploiter des volumes de données toujours importants (Big Data) pour lesquels la question de la propriété et de la vie privée se pose de façon renouvelée. Cette évolution, au-delà des enjeux économiques notaDDBM Innovation Blueprint Model 1mment en termes d’intermédiation, pose donc des questions d’usages et de politique. La matrice proposée par Cambridge Service Alliance résume bien ces problématiques.

Plus largement, la question de la vie privée dans ces écosystèmes est un point clé, déjà abordé lors d’un précédent Webinaire de ce cours.

La diversité des modèles économiques basés sur les données est donc grande. Elle touche l’ensemble des secteurs d’activité du Web dans des propositions croissantes.screenshot-stakeholders.ofcom.org.uk 2015-11-04 10-18-40

Nous nous attarderons pour conclure sur un type spécifique de données, les données de la recherche. Cantonnées jusqu’à il y a peu à une forme de « sous-produit » de la recherche, elles font aujourd’hui l’objet d’analyses et de réflexions éclairantes pour l’ensemble des types de données. Considérées comme une matière première ou secondaire pour des raisons pratiques (difficiles à transmettre sur un support imprimée) ou plus culturelles (la valeur ajoutée réside dans l’analyse et non dans le recueil de données), elles sont restées longtemps effacées derrière la publication scientifique. Les données de la recherche intéressent aujourd’hui de multiples analyses : juridiques, bibliothéconomiques, politiques. Les données de la recherche recouvrent une grande partie des problématiques évoquées ci-dessus. Dans le cas des données de la recherche en elles-mêmes, elles constituent une forme documentaire numérique nouvelle, issue d’un processus exploitée et valorisée par ailleurs (la recherche scientifique). Elles font l’objet de décisions politiques visant leur ouverture tout en bénéficiant d’une forme de valorisation potentielle propre. Elles interrogent également leur statut juridique. Enfin, le développement des réseaux sociaux académiques crée une source nouvelle de données relatives à la recherche, qui s’inscrivent pour le moment dans des mécanismes classiques de captation de la valeur.

Les discussions démarrent sous vos billets

Discussion sur les questions d’actualité

La première série de billet, rédigés par les étudiants, a maintenant été mise en ligne. Les questions abordés viennent compléter et élargir les propos précédents :

Industries culturelles :
1 – L’abonnement au secours de la culture ?
(Marie-Noémie Gadet, Enssib et Nans Oudbib, ENS)
2 – Librairies physiques, e-librairie, librairies 2.0 : comment rendre visible l’ebook ?
(Romane Bernachon, Enssib et Min Kyung Baek, Enssib)
5 – Depuis 1999 et la naissance de Napster, 18 ans de lutte contre le piratage, quel bilan ?
(Lénaïc Faure, ENS et Henri Sergent, ENS)
6 – Exister à l’heure du numérique : la concurrence à l’assaut des géants du contenu
(Camille Nicolaudie, Enssib et Camille Pichon, Enssib)

Les discussions sont ouvertes. A vos commentaires !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *