Quel avenir pour la librairie à l’heure du numérique ?

Billet rédigé par Anamaria Colceriu (EBSI) et Mathilde Fohanno (ENSSIB)

« Le livre est mort. Vive le livre » est un titre qui peut nous frapper mais qui peut aussi nous sembler proche de la réalité actuelle qui fait la part belle à d’autres médias : la télévision, Internet, ou encore les jeux vidéos. Depuis l’avènement du numérique les débats vont bon train concernant l’industrie du livre et les questions se multiplient : Les e-books vont-ils remplacer le livre papier ? Est-ce l’amorce d’un changement dans nos pratiques de lectures ? Néanmoins ce qui pose question, ce n’est pas tant l’avenir du livre (qui continue à se vendre, comme en atteste le succès d’Amazon), mais celui des services qui y sont liés. Nous nous concentrerons donc en guise de préambule sur les pratiques de lecture afin ensuite d’établir un lien avec une éventuelle obsolescence des services offerts par les libraires, dans un monde où la lecture serait en perte de vitesse.

De l’homo sapiens à l’animal lecteur ou l’animal littéraire, nous ne pouvons pas nier que l’homme a toujours eu besoin de la culture, qu’il s’agisse du théâtre, de la musique ou encore de la lecture. La lecture est une activité passionnante pour les uns, une pratique professionnelle pour les autres, ou encore une nécessité. Quoi qu’il en soit, elle fait partie de nos vies. L’écrivain argentin Alberto Manguel nous définit même comme étant « dans l’âme, des animaux lecteurs et que l’art de lire, au sens le plus large, définit notre espèce. » Pourtant, comme Maryanne Wolf (psychologue du développement à l’université Tufts) le clarifie, la lecture « n’est pas une capacité instinctive de l’être humain. […] Et le médium ou toute autre technologie que nous utilisons pour apprendre et exercer la lecture joue un rôle important dans la façon dont les circuits neuronaux sont modelés dans nos cerveaux. » Plusieurs écrivains, théoriciens ou professeurs ont souligné le fait que les médias influencent notre façon de lire, écrire et penser, même notre capacité de concentration.

À la base de la crise de la lecture il n’y aurait pas le numérique ou la télévision, dans la mesure où ce déclin de la lecture aurait déjà commencé dans les années 1980. « Ce qui indique que les racines du phénomène remontent à des transformations plus anciennes de la société et des modes de vie » comme le mentionne Olivier Donnat. Le désintérêt actuel pour la lecture serait lié alors à notre rapport au temps : « La difficulté de se procurer, dans notre société les biens qui lui sont indispensables : le silence, la solitude, et même l’ennui. » (Mona Ozouf. La Clause des livres)

Le rapport au livre a changé dans le temps : de la lecture intensive (spécifique à la période où le lecteur avait très peu d’accès aux livres – à voix haute) à celle extensive (représentée par un nombre croissant de livres, la lecture individuelle et silencieuse, mais un rapport « à un niveau superficiel », « moins intensif »). Christine Ferrand nous rappelle même que de nos jours, « le livre est de plus en plus acheté comme cadeau. Ce qui concorde bien avec ce que soulignent les études depuis maintenant une vingtaine d’années : alors que le nombre de grands lecteurs a tendance à diminuer, le nombre de lecteurs occasionnels augmente ».

La librairie est-elle obsolète ?

Or qui dit déclin de la lecture dit recul de fréquentation des lieux qui y sont dédiés. Il est donc temps désormais d’amorcer une réflexion portant plus précisément sur la librairie même et sur la question de son obsolescence. Celle-ci en effet semble se poser de plus en plus à l’heure de la dématérialisation, du livre numérique, de la vente de livres en ligne, à l’heure du géant Amazon pour faire plus court. Les politiques mêmes s’emparent du sujet et n’hésitent pas à pointer du doigt la responsabilité directe d’Amazon dans la désertion des librairies, comme en atteste la loi actuelle initiée par la Ministre de la Culture française Aurélie Filippetti sur l’interdiction de la gratuité des frais de port et l’abus de l’utilisation des 5% de remise autorisés. Par son biais, le gouvernement essaie d’enrayer une dynamique déjà bien amorcée dans laquelle Amazon se pose en leader incontesté par le dumping économique qu’il pratique, et ce en essayant de « rétablir des conditions de concurrence équitables ». Face à une telle concurrence, il paraît nécessaire de se pencher plus précisément sur ce qui dans le modèle de la librairie apparaît comme obsolète. Notre but ici est d’imaginer ce qui pourrait à terme amener un modèle ancré dans nos sociétés à décliner, voir même à disparaître.

La librairie peut donc être considérée comme obsolète puisqu’elle est un lieu où l’on ne vend que des livres, là où Amazon propose une offre pléthorique de produits. Elle peut aussi être considérée comme telle lorsqu’on établit un rapport d’espace-temps. Sur Internet, on est assuré de trouver le livre que l’on cherche, de manière immédiate, sans avoir à se déplacer. Cela dit beaucoup de nos pratiques actuelles, où attendre signifie perdre son temps et où tout n’est qu’immédiateté. Mais aussi, et surtout, il semble important de s’interroger sur l’obsolescence du libraire, dans la mesure où, à l’heure du Web participatif, le lecteur va glaner des informations, conseils, avis, critiques de livres sur les sites de vente en ligne ou bien encore les blogs spécialisés ou les réseaux sociaux, amenant à revoir la place du libraire qui, lui, n’est disponible qu’aux heures d’ouvertures de son commerce.

Mettre l’accent sur le libraire, c’est pour nous l’occasion de relativiser la responsabilité du Web et du numérique dans le déclin des librairies. En effet, de nombreux articles pointent du doigt la responsabilité des libraires. Ces derniers sont montrés comme s’enlisant dans une forme de culture élitiste désuète et pas assez ouverts à une culture plus populaire, à une culture de masse, aux nouvelles technologies, aux nouveaux modes de consommation et à de nouveaux rapports à la culture. Ils n’auraient pas su réagir assez rapidement et seraient maintenant dépassés. Décrits comme des mauvais gestionnaires, les librairies ont assisté passivement à l’explosion de la vente de livres en ligne en s’accrochant à un modèle reposant sur des fondations anciennes et sans réaliser la nécessité de se positionner sur Internet pour survivre.

Ce qui rend la librairie obsolète, c’est la manière dont les librairies n’ont pas su prendre le train en marche et continuent pour certains à exclure une catégorie de lecteurs moins cultivés qui se tournent fatalement vers le système de la vente en ligne dans lequel ils ne se sentent pas jugés. Cet ordre ancien de la lecture n’existe plus aujourd’hui, et c’est ce que les libraires n’ont pas su anticiper.

Pour autant, la situation ne semble pas perdue d’avance. La librairie peut éviter l’obsolescence si les libraires s’organisent différemment. En mutualisant leurs compétences par exemple, en créant des réseaux de libraires, en recréant une culture de proximité, et cela afin de prendre le contrepied de la dispersion des relations trop souvent anonymes sur le web. Mais aussi en rétablissant la notion de conseil, en se repositionnant comme guides, en prenant des initiatives et en se positionnant sur le web. Il s’agit aussi pour eux de s’ouvrir, de ne pas être que des lieux où l’on achète des livres. Les idées et les exemples déjà en cours de réalisation ne manquent pas et tous misent sur le même principe : mettre l’accent sur le service encore plus que sur les objets, comme c’est le cas sur le Web. S’inspirer donc de ce qui marche sur le Web, et l’adapter au modèle de la librairie, voilà là où semble se situer l’avenir de ce commerce. Le tout en insistant sur des aspects que le Web ne remplacera jamais, notamment dans le rapport à l’autre, en adoptant l’idée d’être un « troisième lieu », comme les bibliothèques le font de plus en plus.

Il paraît donc possible d’imaginer de nouveaux modèles.

Pour conclure notre billet, nous voulons insister sur le fait que le déclin annoncé de la librairie est à nuancer. Celle-ci apparaît obsolète car elle est à la traîne par rapport aux changements rapides et massifs de la société en matière de consommation de biens culturels. Néanmoins les librairies ne sont pas que des victimes et ont un rôle à jouer, du côté de l’aspect humain, sur le créneau du conseil qui manquera toujours à Amazon. La librairie est certes en danger mais pas dépassée pour autant. Il faut juste que les libraires s’ouvrent et ne s’enlisent pas eux mêmes dans un mode de fonctionnement obsolète qui fait la part belle à une petite communauté de lecteurs très initiés en négligeant les autres qui de fait se reportent sur Internet, là où ils ne se sentent pas jugés.

Pour en savoir plus

http://www.cercledelalibrairie.org/Document/show.aspx?id=1

http://www.lalettredulibraire.com/?category/Edito

https://fr.wikipedia.org/wiki/Keep_it_Simple,_Stupid

http://www.books.fr/economie/francois-geze-un-probleme-de-position-dominante-/

http://www.books.fr/economie/le-grand-mechant-loup/

http://www.books.fr/economie/renny-aupetit-arretons-de-dire-que-tout-des-la-faute-damazon-/

http://www.slate.fr/culture/63171/librairies-mindy-project


Vous aimerez aussi...

18 réponses

  1. Je trouve personnellement que le livre en papier a encore un avenir devant lui. Certes, l’essor du numérique a vite fait de le fragiliser mais il reste que la comparaison n’est pas à faire, chacun a ses réels avantages. Je reviens aussi sur le sujet sur mon blog, pour ceux que ça intéresse, voici le lien:

  2. DIALLO dit :

    Feliciation pour ce billet
    D’abord je reviens sur votre premier questionnement concernant d’une éventuelle obsolescence de la librairie qui subit une menace depuis l’arrivé. Mais ce n’est pas le livre numérique qui est la menace mais plutôt Amazone et Google play livre avec leurs services de vente en ligne. La librairie n’est pas obsolète mais elle s’est transformée avec l’arrivé du numérique et du web. Depuis l’arrivée de cette derniere certaines librairies en ligne ont connu une augmentation de leur revenu (voir ici:http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/04/27/pour-les-librairies-le-contexte-economique-est-difficile-mais-pas-desespere_3167727_32
    Par ailleurs en Afrique subsaharienne notamment au Sénégal les librairies gardent toujours leur place de premières fournisseurs de documents dans la mesure ou les éditeurs de livres numériques sont rares ou presque inexistante. Au sénégal le seul éditeur de livre numérique est NENA (voir ici http://sn.viadeo.com/fr/company/nouvelles-editions-numeriques-africaines-nena).
    Les librairies existent et continuerons d’exister mais ils doivent juste revoir leur manière de vendre.

  3. Monia.Z dit :

    Merci pour ce billet.
    En effet, rien ne remplacera jamais le conseil avisé d’un libraire, pas même la meilleure recommandation d’Amazon.
    Comme vous le soulignez si bien, c’est aux libraires d’investir le terrain du web. Des initiatives voient le jour à l’image du réseau de libraires : http://www.lechoixdeslibraires.com.

  4. Anamaria C dit :

    Merci encore une fois pour tous et toutes qui ont contribué à la discussion de notre billet. Voici les points sur lesquelles vous avez apporté votre point de vue concernant le sujet de l’obsolescence de la librairie :
    • L’importance du service des librairies : évènements cultures, rencontres avec les auteurs, etc. tout cela autour du concept du ‘’troisième lieu’’. Pour ceux qui n’ont pas eu le temps d’approfondir ce principe, une petite explication : il s’agit de l’idée du sociologue Ray Oldenburg (1980) qui considérait comme premier lieu le foyer (le «chez nous», notre maison), le deuxième le travail et comme troisième lieu – un espace pour la vie sociale de la communauté, où les personnes pourraient discuter de façon informelle (pizzerias, pubs, parcs, etc.). Robert Putnam et autres sociologues vont associer aux bibliothèques ce concept du «3ième lieu». Nous l’avons trouvé approprié pour la librairie aussi.
    • Le consensus sur le fait que le gouvernement devrait prendre de mesures pour rétablir la concurrence équitable sur le marché de ventes de livres
    • Différences entre la librairie indépendante et les librairies de grandes surfaces; l’idée de l’obsolescence portait dès le début sur le modèle ancien de la librairie indépendante
    • Les services en ligne d’Amazon – un impact fort sur l’avenir des librairies indépendantes – un fait indéniable
    • Le modèle de la culture de proximité appliqué à la librairie indépendante – même si les clients ne fréquentent pas quotidiennement le commerce – est en fait en lien avec l’idée d’avoir une librairie de quartier, proche de la population qui offrirait à part ses services de vente de livres aussi des activités culturelles attirantes
    • Le numérique apporte aux librairies de nouvelles possibilités qui doivent être exploitées afin d’essayer de «nouveaux modèles» qui leur permettront de se réinventer
    • Le manque du temps et d’ennui – un des facteurs qui ont influencé notre comportement culturel : l’envie de lire et la façon dont on se procure les produits culturels
    • Le positionnement du libraire vers l’accès des lecteurs aux e-books libres – sans DRM (merci GhitaBo de nous avoir mentionné cet aspect important).

  5. GhitaBO dit :

    Merci pour votre article.

    Difficile d’être exhaustif en un billet de blog, mais j’aurais aimé lire une réflexion autour de l’idée de librairie numérique. Aujourd’hui, il n’y a pas que le livre papier, loin s’en faut. Vous parlez d’Amazon pour les livres papiers, mais n’oublions pas qu’Amazon vend aussi beaucoup de livres numériques en format propriétaire (Kindle). Si les libraires ont un rôle à jouer du côté de la culture de proximité, ils ont peut-être aussi à se positionner sur la vente d’e-books libres, sans DRM. Beaucoup d’e-books sont vendus et publiés par des indépendants hors des circuits Amazon et Kindle. Et là on retrouvait toute la vocation de la « bonne vieille librairie », mais numérique : sélection, curation, conseil… avec des livres numériques libres.

  6. Maud Serriere dit :

    Merci pour votre article qui m’a permis notamment de développer un angle de réflexion sur le sujet que je n’avais pas vraiment identifié : le manque d’ennui et de temps. Et ce, non pas pour avoir le temps de lire un livre, mais déjà, dans un premier temps pour aller en librairie. Car finalement, aller chercher un livre en librairie, c’est le risque/souhait de flâner dans les rayons, de se laisser absorber par des lectures de quatrième de couverture, de feuilleter ce que l’on ne cherchait pas, bref de se laisser l’opportunité de se « déconnecter » un moment. L’évolution de nos façons de vivre ne nous laisse plus trop ce temps là, et le besoin constant d’efficacité nous dirige vers une commande sur internet (« je clique et hop je l’ai »).
    L’évolution des librairies se situe aussi, à mon sens, dans la même logique que celle des commerces de proximité, de l’évolution de la société avec le numérique et du besoin d’immédiateté.
    Merci d’avoir évoqué ce sujet là que je trouve très pertinent dans votre analyse!

    • Anamaria C dit :

      Merci Maud pour ton point de vue! Effectivement, de plus en plus on se rend compte que notre façon de vivre a changé tellement qu’il influence même nos pratiques de lectures et notre façon d’acheter les produits culturels. Le Syndicat de la Librairie Française a mené une étude en avril et mai 2013 sur les clients de la librairie indépendante et parmi d’autres précisions sur le profil des clients le rapport au temps était le première à être mentionnée. Si tu ne manques pas du temps 🙂 voici le lien vers le rapport: http://www.lesrencontresnationalesdelalibrairie.fr/wp-content/uploads/2013/06/Rapport-d%C3%A9finitif-LObSoCO.pdf
      Et à propos….. ça me manque moi aussi d’avoir le temps d’aller flâner dans une librairie et feuilleter des livres…..

  7. Pierre-Edouard (ENS Lyon) dit :

    Bonjour

    J’ai apprécié votre appréciation assez colorée de la problématique autour du marché du livre et son remaniement avec l’arrivée des formats numériques (le focus sur le Diable Amazon ; le manque « d’ennui » dans notre société moderne, potentiel facteur de diminution de l’envie de lecture).

    J’aurais apprécié avoir plus de détail sur les différentes initiatives à l’oeuvre pour dynamiser la librairie, ainsi qu’une explication plus concrète du concept de « 3ème lieu ».

    Pour en revenir à Mollat, c’est un exemple sûrement à part parmi les librairies indépendantes : située à un emplacement piétonnier achalandé et stratégique, cette librairie est une véritable institution à Bordeaux, et peut rivaliser facilement – en terme de choix – avec des structures comme la Fnac.
    Un exemple de réussite, mais une certaine réalité.

    • MathildeF (Enssib) dit :

      Bonjour Pierre-Edouard,

      Merci pour ton commentaire.

      Concernant le manque d’ennui dans nos sociétés, c’est il me semble un sujet qui mérite une véritable réflexion et qui m’interpelle particulièrement. Je pense qu’il est nécessaire de le prendre en considération dans les études portant sur les changements de nos modes de consommation et sur ceux concernant nos pratiques culturels. C’est donc un sujet de fond qui n’est véritablement pas sans lien avec la diminution de la lecture.
      Pour aller plus loin, tu peux jeter un oeil à cet article: http://www.internetactu.net/2012/10/08/les-smartphones-ont-ils-tue-lennui/

      Lorsqu’on se lance dans la lecture d’un livre, il faut savoir accepter la solitude et l’ennui, deux notions qui tendent de plus en plus à nous échapper (illusoirement ou non d’ailleurs).

  8. CM Ecodoc dit :

    Pour reprendre cette idée de « nouveaux modèles », on peut aussi mentionner le cas de Bibliosurf, un modèle innovant de librairie en ligne créée en France en 2006, et qui n’a pourtant pas réussi à se maintenir au-delà de 2011. Bibliosurf était, entre autres, une librairie en ligne spécialisée dans les romans policiers et la SF (aussi bien livres papier que livres numériques) ; elle proposait un important contenu multimédia (notamment en termes de vidéos), de nombreux commentaires et critiques mais aussi des approches originales pour découvrir les romans policiers (géolocalisation des intrigues des romans sur une carte, par exemple).
    Pour mieux comprendre le modèle qu’avait essayé de créer son fondateur, on pourra lire l’article La cuisine du libraire en ligne (http://livres.blogs.liberation.fr/livres/2008/09/la-cuisine-du-l.html) qu’il a rédigé en 2008.
    Un second article, daté de 2011, revient sur les raisons de la fermeture de la librairie :
    http://www.rue89.com/rue89-culture/2011/12/14/bibliosurf-librairie-en-lignee-tuee-par-amazon-google-et-autres-227520 Il implique les géants du Web, Amazon, Apple et Google, et revient à sa manière sur le rôle du libraire, qui se doit d’être polyvalent (libraire, informaticien, e-commerçant et médiateur du livre).

    En fin de compte, les librairies ne seraient-elles pas actuellement dans une phase de tâtonnement, à « tester » de nouveaux modèles, à essayer de toucher le public par de nouveaux canaux et de nouvelles voies ?

    • MathildeF (Enssib) dit :

      Merci beaucoup pour cet exemple de Bibliosurf que je ne connaissais pas et qui permet d’enrichir notre article.

      Je pense en effet que les libraires voient leur profession en pleine refonte et celle-ci, comme nous les précisons dans l’article, s’organise principalement sur et autour du Web, là où se place la concurrence.

  9. flo_lafouch dit :

    Merci pour cet article riches en références…
    Il est néanmoins dommage que vous n’ayiez pas davantage développé l’importance du service aujourd’hui indispensable pour les libraires, comme pour les bibliothécaires. Aujourd’hui toute librairie généraliste doit en tenir compte et mon expérience de consommateur est positive de ce côté-là : évènements culturels, dédicaces, rencontres auteurs ou éditeurs, lectures, conseils par des professionnels passionnés et très compétents, aménagement de l’espace… mais aussi service en ligne : commander en ligne puis venir chercher ses documents, feuilletage etc. La valeur ajoutée est aussi en ligne pour elles.
    Voici un article récent pour illustrer mon propos http://www.la-croix.com/Culture/Livres-Idees/Livres/A-Bordeaux-la-librairie-Mollat-resiste-a-la-crise-de-l-edition-2013-10-25-1051294
    Enfin, à propos d’Alberto Manguel, lisez « Une histoire de la lecture » si ce n’est pas fait…

    • Anamaria C dit :

      Merci pour la recommandation de lecture et ton apport à notre billet!
      Ton exemple d’une librairie, qui a réussi de personnaliser ses services en faisant face à l’arrivée du numérique, s’inscrit dans l’idée qu’une librairie devrait devenir «un troisième lieu» afin d’offrir aux lecteurs un espace de rencontres entre les participants au chaîne du livre. C’est important de mentionner que ton exemple est cela de la plus grande librairie indépendante du France. Prenons un autre, celui d’une petite librairie de livres d’occasion dans la Ville du Québec qui n’a pas su résister dans la société d’aujourd’hui, faute de quoi le libraire a décidé de la donner : http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/chroniqueurs/201309/24/01-4692758-librairie-a-donner.php
      Prenez le temps de lire également les deux autres articles sur le destin de cette librairie. Les liens vous les trouverez à la fin du premier article. Cela va nous souligner l’importance du rôle à jouer du libraire dans l’avenir de la librairie, le fait de savoir comment s’adapter aux changements dans la société et… comment on ne peut plus se passer des réseaux sociaux du web 🙂 Après un message posté sur Facebook, la vente de livres en dix jours a augmenté et égalé le profit des neufs mois.

      • tibomahe dit :

        Je suis assez d’accord avec ce qui s’est dit plus haut, et même si vous parlez effectivement du « troisième lieu », il aurait été intéressant d’accentuer un peu plus cette dimension de plus en plus essentielle pour les libraires dans la mesure où c’est effectivement ce qui les démarque des services web (Amazon n’est pas seul, on peut aussi aborder la concurrence de modèles comme la fnac.com, immatériel, publie.net, etc.), et dans la mesure où par ailleurs ca fait tout simplement venir des clients dans la librairie…

        Là où je ne vous attendais vraiment pas, c’est sur la reprise des discours sur la prétendue culpabilité des libraires. Non toutes les librairies ne sont pas élitistes, toutes les librairies n’ont pas, vu les marges minimales (négatives ?) qu’elles ont, forcément les moyens ni les compétences pour se développer sur le web ou « mutualiser les compétences » (?). Par ailleurs je ne sais pas comment la librairie pourrait mettre en place une « culture de la proximité », mais je sais qu’on n’entre pas dans un réseau de libraire en claquant des doigts, car eux aussi sont très fermés (j’ai eu l’opportunité de travailler avec le réseau Initial http://www.initiales.org/ et je sais que les candidatures pour y entrer sont nombreuses, pourtant la liste de leurs membres n’évolue pas…). Non vraiment sur ce point je ne vous ai pas compris !

        Vous parlez de « rétablir des conditions de concurrence équitable » et sur ce point en revanche je vous suis. Même s’il est inutile de taper sur Amazon systématiquement (qui « détruit » peut-être le réseau de libraires mais qui permet aussi à des nombreuses maisons d’édition indépendantes de survivre, donc non ce n’est pas le grand méchant loup), je suis d’accord que des mesures peuvent être prises. Des débats sont d’ailleurs en cours sur une éventuelle TVA nulle, des taux de remise différents selon les structures, l’éventuelle inscription de la librairie indépendante dans l’ESS, etc. J’avais pu lire un document avec pas mal de propositions, si je le retrouve je vous le transmets.

        Enfin, vous parlez essentiellement de la librairie indépendante, pourquoi ne pas aborder la question des librairies dans les grandes surfaces spécialisées ? Je pense que le questionnement est assez similaire mais que les réponses apportées ne sont pas les mêmes. A mon sens (allez je vous donne mon avis^^), ces magasins spécialisés (Fnac, Virgin, Cultura, Espace culturel) essayent de suivre le rythme imposé par Amazon : diversification de la vente à l’ensemble des produits culturels, vente en ligne, etc. tout en jouant le jeu aussi du « troisième lieu » et du conseil… A l’inverse, les librairies indépendantes ont plus intérêt à aller à l’inverse de cette diversification et de s’installer sur des marchés de niches, ou sur un unique créneau : beaux-livres, livres anciens, littérature, philosophie, bd, etc.

        Enfin bref, c’est beau comment aujourd’hui acheter un livre devient presque un acte militant. Mais « beau » n’est sans doute pas le mot le plus pertinent pour décrire cette situation.

        • MathildeF (Enssib) dit :

          Merci pour ton retour Thibault.

          Concernant la prétendue culpabilité des libraires, il ne s’agit évidemment pas de s’inscrire dans une quelconque démarche de stigmatisation ou d’accusation. Le but de notre billet était plutôt d’élargir le débat et évoquant des pistes, quelles qu’elles soient. Soyons honnêtes, lorsqu’on évoque le déclin de la librairie, le premier coupable que l’on pense à pointer du doigt, c’est Amazon. (http://www.actualitte.com/librairies/le-syndicat-de-la-librairie-francaise-denonce-la-politique-d-amazon-45306.htm). Notre volonté était de convoquer d’autres raisons, sans pour autant se positionner contre les libraires.

          Par « rétablir une culture de proximité », nous entendions plutôt fédérer les clients d’un quartier en tablant sur un statut qui se rapproche presque de celui de commerce de proximité.(http://fr.wikipedia.org/wiki/Commerce_de_proximité)

          Nous aurions pu en effet parler des librairies des grandes surfaces spécialisées. Notre choix de ne pas le faire est un parti pris car ce modèle est à part, à cheval comme tu le précises bien entre celui de la librairie indépendante et celui d’Amazon et consorts. Le sujet initial mentionnant l’idée d' »obsolescence » nous avons donc volontairement décidé de nous appuyer dans notre développement sur un modèle plus ancien qu’est la librairie indépendante.
          Concernant la Fnac, je te conseille cet article plutôt intéressant en guise de baromètre si l’on se place du côté des utilisateurs: http://www.lemonde.fr/vous/article/2012/10/09/la-fnac-j-ai-cesse-d-y-aller_1772152_3238.html.
          Je suis personnellement de ceux qui boudent un peu la Fnac ayant eu affaire à plusieurs reprises à des déceptions assez cuisantes sur le plan du conseil (concernant les livres en tout cas, parce que dans le cas de la musique classique par exemple, je suis toujours tombée sur de vrais experts ou du moins des passionnés), ce qui ne m’est jamais arrivé en librairie.

          Concernant pour finir ta dernière remarque, je ne parlerai pas d’acte militant mais plutôt de principe, comme aller acheter sa baguette chez le boulanger plutôt qu’en grande surface 😉

          • tibomahe dit :

            Merci pour ta réponse Mathilde 🙂
            Cela dit j’ai encore du mal à cerner l’idée d’appliquer le statut de « commerce de proximité » à la librairie… Cette idée semble à contre-courant de la logique qui voudrait qu’un commerce, surtout si celui-ci n’est pas alimentaire, cherche à étendre sa clientèle plutôt que la restreindre… Quand je regarde la définition que tu m’envoies du commerce de proximité, je vois surtout que le consommateur s’y rend quotidiennement. Ca correspond effectivement à nos pratiques alimentaires, mais moins à nos pratiques culturelles… Donc je vois mal comment appliquer le modèle à la librairie… 🙂

  1. 09/10/2014

    […] trouverez notre réflexion sous l’intitulé: « Quel avenir pour la librairie à l’heure du numérique? ». Nous avons pris le parti d’axer notre réflexion sur les librairies indépendants et de […]

  2. 13/03/2017

    […] Quel avenir pour la librairie à l’heure du numérique ? – Économie du document. Billet rédigé par Anamaria Colceriu (EBSI) et Mathilde Fohanno (ENSSIB) « Le livre est mort. Vive le livre » est un titre qui peut nous frapper mais qui peut aussi nous sembler proche de la réalité actuelle qui fait la part belle à d’autres médias : la télévision, Internet, ou encore les jeux vidéos. Depuis l’avènement du numérique les débats vont bon train concernant l’industrie du livre et les questions se multiplient : Les e-books vont-ils remplacer le livre papier ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *