Economie du web, saison automne 2014

Le cours en ligne sur l’économie du web redémarre le 10 septembre prochain. Les ressources du cours des années précédentes ne sont plus accessibles. Seuls les billets des étudiants restent en ligne.

On trouvera le plan de la prochaine saison ici avec le déroulé et l’ordre des séances, les travaux demandés, les évaluations, etc.

Cette vidéo, ancienne mais toujours d’actualité, donne le ton du cours :

Voici quelques compléments sur la philosophie de son organisation.

Un SOOC

Comme l’année dernière, le cours sera ouvert comme cours à option aux étudiants de l’Ebsi, de l’Enssib et de l’ENS de Lyon. Mais contrairement à l’année dernière, nous ne prendrons pas d’inscription en dehors de ces institutions. Chacun pourra le suivre en ligne, ou même participer aux discussions, mais seuls les étudiants ou auditeurs de l’un de ces trois établissements feront l’objet d’un encadrement et de corrections. L’expérience nous a montré que la demande des apprenants extérieurs était différente, à la fois sur le contenu et sur la disponibilité. Et, faute de moyens suffisants, nous avons renoncé à ouvrir un MOOC en parallèle contrairement à notre intention première.

Il ne s’agit donc plus d’un MOOC (Massive Open Online Course), l’audience ne sera pas massive. Il ne s’agit pas non plus d’un SPOC (Small Private Online Course) puisque toutes les ressources seront librement accessibles. Disons qu’il s’agit plus lucidement d’un SOOC (Small Online Open Course), selon l’organisation que nous avons maintenue depuis huit ans maintenant.

Synthèses coopératives

Pour cette saison de l’automne 2014, outre la nécessaire actualisation du contenu et quelques ajustements tenant compte des retours des sessions précédentes, la principale nouveauté vient de l’organisation du travail de synthèse des étudiants que nous avons voulu coopératif.

L’expérience nous a montré qu’un des problèmes des cours en ligne était la prise de notes et la capacité de l’étudiant à faire une synthèse critique de ce qu’il avait parcouru. L’illusion que tout est toujours accessible, comme une sorte de mémoire externe, fait qu’il semble inutile de prendre des notes. Et pourtant, la prise de notes a une double vertu : la compréhension, par la nécessité de réécrire avec ses mots les notions exposées ; l’appropriation, par la mémorisation à la fois interne (le travail de mémoire) et externe (l’enregistrement).

Pour résoudre cette difficulté tout en profitant des possibilités offertes par le numérique, nous avons développé un outil à partir de la technologie Pad (voir l’épilogue de la saison 2013 § “Documenter l’apprentissage”), le cahier de cours. Celui-ci sera largement utilisé pour les réflexions et discussions collectives. Mais il servira aussi pour la rédaction des synthèses, qui seront relues et bonifiées par les étudiants eux-mêmes selon les modalités précisées. En fin de parcours, chaque étudiant disposera d’un ebook reprenant l’ensemble de ses réflexions, comme nous avions commencé à l’expérimenter la saison dernière. Ce sera la mémoire de son parcours.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.