La (ré)utilisation et l’exploitation des données ouvertes favorisent-elles leur économie ?

Ce billet a été rédigé par Noémie Ponton (ENSSIB) et Hélène Gelinas (EBSI) dans le cadre du cours en ligne sur l’économie du web.

Une donnée est une description brute et factuelle d’une réalité. On peut distinguer deux grands groupes de données : les données primaires, celles issues de collectes automatiques voir systématiques et les données secondaires, issues du dépouillement d’une base préexistante. C’est à partir des données, en les analysant et en les structurant que sont créées les informations, porteuses de sens. Et c’est l’ensemble des informations agencées de manière pertinente qui donne potentiellement accès à une immense banque de connaissances utilisables. Penser individuellement ces concepts en les recontextualisant permet de les utiliser à bon escient et d’en comprendre les enjeux économiques et démocratiques.

Il faut savoir qu’il existe différents types de données (juridiques, statistiques, scientifiques, administratives, géographiques, culturelles) et que leurs relations sémantiques permettent de créer des écosystèmes intégrant un très grand nombre de données provenant d’une multitude de jeux de données différents. Les données captées auprès des individus complètent la gamme des études réalisées classiquement. La réutilisation et l’agencement des données ouvertes donnant lieu à une redocumentarisation joue un rôle prépondérant pour la question de leur valeur. Ainsi, les données assemblées de manière pertinente reconstruisent un monde informationnel et classent un monde de données numériques, potentiel source de revenus. Mais pour avoir une source de revenu, encore faut-il juger de leur valeur.

Qui pour juger de la valeur d’une donnée ?

« Je ne connais pas d’être vivant, de cellule, tissu, organe, individu et peut-être même espèce, dont on ne puisse pas dire qu’il stocke de l’information, qu’il traite de l’information, qu’il émet et qu’il reçoit de l’information. » Michel Serres, philosophe et historien des sciences. Auteur de Petite Poucette, Editions Le Pommier, Paris.

L’information et surtout les données produites à profusion à l’heure actuelle sont au cœur d’un certain nombre d’activités. Pour pouvoir les utiliser avec profit, elles nécessitent d’être stockées (participant à un devoir de mémoire) et traitées. Les systèmes informatiques de gestion d’information sont des médiateurs capitalisant sur ces nécessités. Ils sont des points d’entrée en permettant aux utilisateurs de chercher des informations globales de manière pertinente sur la Toile. Ce sont « des systèmes intelligents qui gèrent de l’information, la comprennent et la mettent au service d’utilisateurs humains ». On peut légitimement se demander si ces derniers sont acteurs dans le jugement de valeur ?

Connue comme étant une matière première (on utilise d’ailleurs souvent la métaphore d’or noir ou de pétrole), la donnée ouverte acquière une valeur seulement à travers sa (ré)utilisation et l’interprétation qu’en fait son utilisateur, puisque, par définition, son exclusivité et sa singularité ne peuvent être monnayées. Dans Datanomics : « Open Data : show me the money! », Louis-David Benyayer et Simon Chignard avancent que la valeur d’une donnée se trouve dans la réutilisation non monétisée directement et qu’elle ne se révèle qu’une fois l’utilisation réalisée. Selon eux, la difficulté à déterminer l’impact économique viendrait notamment du fait que c’est rarement celui qui dispose des données qui peut en révéler la valeur. Le partage, l’utilisation et par la suite la réutilisation des données est donc la base de valeur. Et la question de valeur permet de régler la question du partage au cœur de l’économie du web.

Au niveau juridique

Il existe de nombreuses bases de données placées sous aucune licence juridique particulière. Toutefois, il existe des conditions générales d’utilisation communément acceptées. En effet, en 2007, puis en 2010 la Sunlight Foundation a établi dix grands principes permettant d’orienter des politiques et des actions d’ouverture des données. Parmi ces principes, il y a celui de la liberté de droit : les données ne doivent pas être soumises à des droits d’auteur, à un brevet ou rattaché à un droit de marque. Cela se justifie dans le sens où le droit d’auteur ne protège pas les idées, à moins que celles-ci soient sous couvert d’une expression originale. Les données primaires sont-elles suffisamment originales au point d’enclencher une protection de droit d’auteur ? Etant complètement factuelles, elles sont non-expressives car issues de traitements non originaux. Cependant on peut se poser la question du droit d’auteur pour les données secondaires, analysées et traitées. Selon le rapport Hargreaves (mai 2014) « Le législateur pourrait adopter une démarche normative et ne reconnaître une protection [au nom du droit de reproduction de la Propriété Intellectuelle] que pour les actes de reproduction ou d’extraction qui comportent effectivement un acte d’exploitation expressif ». Les données secondaires, par définition réutilisées, comportent-elles une exploitation expressive ?

Parmi la masse des questions juridiques (ne trouvant souvent réponse que dans des cas spécifiques) reste une autre question : celle de la transparence publique. La transparence exigée en premier lieu pour les données privées se déplace maintenant vers les données publiques. Pourquoi cette préoccupation ? Parce que les technologies d’aujourd’hui font qu’à l’heure actuelle il devient possible de demander des comptes très facilement. Et avec la multiplication des données de toutes sortes cela devient une exigence à part entière. La transparence assure au citoyen le maintien d’une vie privée mais aussi une bonne conjugaison entre internaute/créateur et utilisateur de la donnée, base d’une démarche démocratique.

Ainsi, aucun cadre juridique général et établit ne protège l’émergence des données et leur réutilisation est donc majoritairement complètement libre. Ces mécanismes de consultation libre amène les utilisateurs à être moteurs d’actions, moteurs de création et participe à redéfinir la place du citoyen dans le monde numérique et donc sa collaboration à la société. Cette approche inclusive amène à de nouveaux projets et presque à une nouvelle définition de la citoyenneté.

Les données au cœur de nombreux projets, réellement moteurs d’économie ?

Les 20 et 21 juin derniers s’est déroulé le premier hackathon sur les données ouvertes organisé par le Ministère de l’Intérieur Français. Ce nouveau phénomène se rapproche d’une sorte de marathon informatique ayant comme objectif « de donner un coup de projecteur sur la politique d’ouverture des données publiques du ministère, qui peut sembler aride et complexe », explique Camille Domange, chef du département numérique du Ministère de la Culture et de la Communication. Cet évènement encore marginal a permis à de jeunes équipes d’utiliser en situation réelle des données ouvertes par des acteurs publics et de les mettre en perspective avec des réalités, entre autres, culturelles. Lilian Madelon, l’un des lauréats de ce premier hackathon, et son équipe ont, par exemple, à partir des données de la Bibliothèque nationale de France et de la Cité de l’architecture et du patrimoine, développé une carte interactive qui rassemble des fonds numériques liés à la Première Guerre mondiale. Selon Thierry Mandon, Secrétaire d’Etat à la Réforme de l’Etat et à la Simplification, l’Open Data inclus dans ce type d’évènement est « un projet de démocratisation de l’Etat ».

Pour encadrer ces nouvelles pratiques, depuis septembre 2014, la France est devenue le premier pays à se doter d’un administrateur général des données au niveau national. Sa mission est notamment d’améliorer le service public en se servant des données publiques comme levier. À retenir que les questions de production, de qualité et de circulation sont au centre des réflexions de ce chantier : un moment charnière pour la France ?

En France, peu de projets liés à l’ouverture des données peuvent réellement se targuer de bénéfices économiques. Les projets de développement, comme au Québec, sont à l’heure actuelle beaucoup liés à l’amélioration de services, à une meilleure interaction entre les citoyens et entre les différents acteurs gouvernementaux.

Le citoyen et la collaboration 2.0, vers une méthodologie mondiale ?

L’egouvernement, notion utilisée par le président français François Hollande dans son allocution datée du 24 septembre 2014, souhaite s’associer aux citoyens pour que ceux-ci puissent participer pleinement à l’action publique. Ne pas exclure le citoyen de ses données personnelles ni des données ouvertes en général relance la question de la collaboration et même la question du mode de travail. Selon Bernard Stiegler, « nous entrons dans l’ère du travail contributif », où le contributeur n’est ni simplement un producteur, ni simplement un consommateur. Les données aidant, il se développe une certaine économie que nous pourrions qualifier de contributive en voie de réhabiliter le savoir concentré sur la Toile, la connaissance commune et la créativité individuelle. C’est cette logique basée sur l’horizontalité, la collaboration et l’expérimentation que prône le regroupement hackathon. « Il s’agit d’ouvrir à de nouvelles façons de travailler, de casser le fonctionnement en silos, hermétique et vertical, de la structure administrative française » explique Alexandre Quintard, responsable des affaires publiques et juridiques de la mission EtaLab.

Seulement ces idées de contribution ne sont pas réellement en phase avec d’autres logiques économiques. Cela viendrait-il court-circuiter encore plus l’économie du web qui peine à trouver une viabilité ? La phase du consumérisme sur la Toile est peut-être terminée, maintenant, viens l’heure d’une nouvelle construction, d’une synergie globale, en voie de dépasser les frontières pour aller vers une généralisation des savoirs et connaissances, une sorte de super construction basée sur l’agencement intelligent de données. Ainsi l’ouverture des données deviendrait un processus à part entière dans la construction et l’organisation de la connaissance sur la Toile, où les données seraient pensées en amont pour qu’une collaboration simplifiée en découle.

Il ne faut pas oublier qu’en plus d’une potentielle valeur économique trouvée dans la réutilisation les données ouvertes ajoutent des valeurs sociales et mémorielles, bases d’une société. Ainsi seraient-elles un nouveau moyen de prendre la parole pour le citoyen 2.0 ?

Mais l’exploitation des données rencontre aussi des freins, comme l’obligation d’un format unique, le volume des données à traiter et stocker, la parfois non représentation de l’ensemble d’une population et le manque actuel d’interopérabilité à l’échelle internationale. Leur cloisonnement parfois forcé, souvent voulu, et donc la création de barrières ne permettent pas de créer de la valeur dans des réutilisations mondiales. Les difficultés de définition de termes d’échange couplées aux difficultés à les peser et les monétiser font que bien trop de projets sont menés de manière individuelle freinant du coup leur totale réussite. Une étude du cabinet McKinsey  considère pourtant que l’ouverture des données pourrait rapporter entre 3 000 et 5 000 milliards de dollars par an à l’économie mondiale.

Reste que l’ouverture volontaire des données est considérée par les entrepreneurs comme une stratégie d’innovation sur laquelle peu osent capitaliser. On peut penser que certaines réussites nationales en termes d’ouverture des données et de valeur ajoutée économique influenceront le paysage mondial. Ce scénario que l’on souhaite mondial se met doucement en place. Lors d’une conférence  à Paris, les 24 et 25 avril 2014 dernier, Marylise Lebranchu, Ministre française de la Décentralisation, de la Réforme de l’Etat et de la Fonction Publique a annoncé que la France rejoindra l’Open Governement Partnership dans ses pratiques d’Open Data et d’Open Governement.

Pour aller plus loin

[1] Les nouvelles technologies : révolution culturelle et cognitive, conférence de Michel Serres.

[2] Le rapport de l’étude du cabinet McKinsey Global Institute concernant l’Open Data.

[3] Du document à la donnée et retour : la fourmilière ou les lumières par Jean-Michel Salaün.

[4] Petit lexique de l’Open Data et du Big Data par Data Publica.

[5] : La double face de l’Open Data par Primavera De Filippi et Danièle Bourcier.


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Ponton Noémie dit :

    Ce commentaire fait office de synthèse des commentaires rédigé par rapport à ce billet.

    Les données ouvertes posent de nombreuses questions (notamment techniques de stockage, éthique de vie privée et économique de valorisation) mais elles représentent aussi un immense potentiel d’innovation collective. S’inscrivant dans des logiques de participation et de co-construction, le fait de partager tout un stock de données peut créer une valeur pour une société et impulser une démarche d’action publique et collective.
    Les questions complexes posées par le numérique ont toujours permis de relancer la technique et de continuer à évoluer avec elles. A l’heure actuelle il s’agit de s’emparer des données ouvertes et publiques pour moderniser les pratiques sur la toile, dans la ville, dans des quotidiens. S’emparer d’une matière brute et exploitable pour relancer de meilleurs systèmes innovant est la base dans la création de valeur de l’Open Data.

  2. Jean-Michel Salaün dit :

    Bonjour,
    Que pensez-vous de ce billet du directeur d’Etalab :
    http://www.henriverdier.com/2014/08/lopen-data-est-il-soluble-dans-la-big.html ?

    • Ponton Noémie dit :

      Je vous remercie pour cet article très intéressant qui me permet de rebondir notamment sur la notion de transparence que j’ai eu du mal à aborder dans ce billet.
      C’est une notion à utiliser avec précaution, car particulièrement importante pour questionner l’Open Data et la place que possède le citoyen en son sein. Je trouve qu’il est intéressant de constater qu’au sein même de l’Europe, il existe des divergences sur la notion d’Open Data et sa définition même. Il est intéressant de noter que l’histoire n’est pas sans conséquence sur la manière dont les gens perçoivent une « nouveauté » (si on parle de l’Open Data en tant que nouveauté à définir).

      La notion de citoyenneté active est aussi notable ; avec l’Open Data, on assiste bien à une certaine forme de révolution dans la place du citoyen. Avec ce champ des possibles qu’offre le numérique, il peut s’exprimer comme il ne pourra probablement pas le faire dans la « réalité » quotidienne, ou alors du moins plus facilement. Les notions de participation et de création contribuent à redéfinir le citoyen en tant qu’entité singulière. Cependant, comme je viens de l’exprimer plus haut, cette notion même fait débat. Sur sa forme mais aussi sur son fond, ces discutions au-delà des frontières reflètent bien la difficulté que nos sociétés ont de parler du numérique et de l’immatériel. Pour que cette forme de citoyenneté 2.0 ait lieu, il me paraît nécessaire de démocratiser la notion et de sensibiliser les internautes (peut-être jusqu’à ce qu’eux même s’en fassent une définition). Même en utilisant quotidiennement l’internet et les outils du numérique, la plupart des utilisateurs ne connaissent pas l’Open Data. Je parle ici en état de cause, souvent j’explique à mes amis (ne côtoyant pas mon secteur d’étude) ce sur quoi je travaille et bon nombre d’entre eux fronce les sourcils lorsque ces deux mots sont utilisés. Pourtant, on peut considérer que ce sont des « digital natives » et qu’ils pourraient profiter des données ouvertes dans leurs secteurs. C’est dans ce sens qu’il m’apparaît nécessaire d’expliquer cette notion, la comprendre pour qu’elle devienne compréhensible.

      Autre fait intéressant : l’égalité devant l’information devrait-elle être considérée comme un droit fondamental de la webocratie et de l’Open Data ? Je pense qu’il est facile d’obtenir l’égalité et que c’est en refusant de s’investir et en cédant à une certaine facilité que certains internautes cloisonnent leur liberté au profit d’un confort d’utilisation. Ceci n’est pas un jugement, mais bien une idée vers une question. Serait-ce un point de départ vers un danger de la neutralité du web ?

  3. Héloïse dit :

    Le sujet était complexe et vous avez bien su en cerner les principaux enjeux.

    Ton billet fait écho à mes yeux à la conférence de Tim Berners Lee que nous avions vu en cours. Les possibilités liées à l’exploitation des données ouvertes sont immenses et les bénéfices peuvent être réels.

    L’exemple que tu as choisi sur le premier hackathon et la création d’une carte interactive rassemblant des fonds numériques à partir des données de la BnF et de la Cité de l’architecture et du patrimoine illustrait très bien ces possibilités et était très pertinent ici.

    Après est-ce que le « rêve » d’un monde à l’image d’un Linked Data de Tim Berners Lee est-il réellement possible, ou est-il condamné à rester dans le domaine de l’utopie ? Comme tu le soulignes et comme vient de l’expliquer Loup, beaucoup d’obstacles freinent encore à une utilisation « complète » des données, qu’il s’agisse d’obstacles juridiques, techniques ou politiques.

    Le frein technique le plus susceptible de poser soucis à mes yeux est celui de savoir comment traiter et organiser toutes ces données ? On assiste de plus en plus à un phénomène « d’info-obésité », à un trop-plein d’informations nuisant de plus en plus à une bonne compréhension et donc un bon traitement de l’information. Si TBL parlait de « données brutes », n’est-il pas néanmoins pertinent de tenter d’abord de les traiter/trier/organiser, avant de songer à comment les exploiter ?

    • Ponton Noémie dit :

      « Après est-ce que le “rêve” d’un monde à l’image d’un Linked Data de Tim Berners Lee est-il réellement possible, ou est-il condamné à rester dans le domaine de l’utopie ? »
      Je pense que cette utopie est d’ores et déjà en train de se réaliser sous nos yeux. En effet, malgré certaines réticences (notamment des acteurs du privé) nous assistons à de nombreux projets réinventant la place du citoyen et l’organisation de la société : en France, le site https://www.data.gouv.fr/fr/ permet d’accéder à plus de 13000 données. Allant de l’agriculture et l’alimentation aux territoires et transports, ces données rassemblées permettent d’intégrer directement le citoyen au cœur de sujets d’actualité. Le chantier de l’Open Data est énorme mais prometteur, répondant oui à cette certaine utopie. Je dirais que pour que cette réalisation ait lieu, il faut sensibiliser le grand public. En effet, à l’heure actuelle en France, quand on parle d’Open Data seule une minorité d’avertis savent de quoi il est question. Ainsi il faut premièrement et nettement démocratiser ces pratiques.

      « Si TBL parlait de “données brutes”, n’est-il pas néanmoins pertinent de tenter d’abord de les traiter/trier/organiser, avant de songer à comment les exploiter ? »
      Bien sûr ! Pour utiliser à profit les données ouverte il est nécessaire de « suivre » un schéma de traitement des données, sans quoi elles peuvent ne pas être considérées. Il faut donc bien les filtrer, les analyser, les visualiser et les agencer. Ce n’est que suite à cela qu’elles seront exploitables, puis même ré-exploitées. Les données brutes ont une valeur mais si aucun travail n’est effectué cette valeur est détruite. La plue-value se trouve dans l’exploitation.

  4. Loup Cellard dit :

    « Les difficultés de définition de termes d’échange couplées aux difficultés à les peser et les monétiser font que bien trop de projets sont menés de manière individuelle freinant du coup leur totale réussite. »

    Au delà des freins juridiques et techniques que vous avez abordé il y a de très fort freins politiques à l’ouverture des données. Toutes les enterprises et toutes les administrations publiques ne sont pas prêtes à jouer le jeu de la transparence.

    Et vous avez raison de souligner que beaucoup de projets font « cavalier seul », le dernier projet intéressant sur la transparence dans la vie publique que j’ai vu a été fait grâce à une très grosse contribution des internautes, organisé par l’association Regards Citoyens, il s’agissait de retranscrire grâce à une interface web les déclarations de revenus manuscrites des parlementaires. La Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique avait publié les documents scannés, Regards Citoyens et 8000 internautes en ont fait des données ouvertes : http://www.regardscitoyens.org/8000-personnes-liberent-en-une-semaine-les-donnees-manuscrites-des-declarations-dinterets-des-parlementaires/

    • Ponton Noémie dit :

      Il est vrai qu’une grande majorité des entreprises privées sont résistantes par rapport à l’action d’ouvrir leurs données. D’une part elles n’y sont pas obligées (ne répondant pas au service public) et d’autre part il est difficile de savoir si elles encourent un certain manque à gagner et donc quels sont les enjeux de cette ouverture. Cependant il ne faut pas oublier qu’elles peuvent y trouver un intérêt. Pour aller plus loin sur ce point je vous suggère de lire un article très intéressant de Simon Chignard. En voici le lien : http://donneesouvertes.info/2012/06/29/pourquoi-partager-ses-donnees-quand-la-loi-ne-vous-y-oblige-pas/
      Ainsi plusieurs stratégies (transparence « offensif »/ »défensif » et participative « offensif »/ »défensif ») peuvent être adoptées par les entreprises, il leur faut donc principalement définir leurs besoins et « où » ils veulent aller/comment ils veulent évoluer dans un environnement de plus en plus participatif.

      Il se pose aussi pour elles les questions de diffusion et de la valorisation, questions qui ne sont pas réservées au privé bien sûr. Je vous suggère également de lire un autre article de Simon Chignard à ce sujet. En voici le lien : http://donneesouvertes.info/2012/05/14/comment-diffuser-et-valoriser-des-donnees-dentreprises/

  1. 10/11/2016

    […] couvrent à la fois les politiques d’ouverture des données, comme évoqué dans ces billets (ici et ici) ou le commerce des données, […]

Répondre à Jean-Michel Salaün Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *