Sans profit, combien peut valoir Wikipedia ?

Billet rédigé par Guilhem Martin Saint Léon (Enssib) et Nadia Sarres (EBSI) dans le cadre du cours sur l’économie du document/web.

« Le commerce n’est pas un monstre et la publicité n’est pas un mal en soi. Mais ni l’un ni l’autre n’ont leur place ici. C’est unNouvelle image (2) endroit que chacun peut visiter pour l’aider dans sa réflexion, y apprendre ou partager ses connaissances. » L’entrepreneur américain Jimmy Wales présente en ces termes Wikipedia, projet collaboratif qu’il a lancé en 2001. L’encyclopédie en ligne apparaît comme une anomalie parmi les sites web les plus populaires de la planète. Classée 7e en octobre 2015, selon les données analysées par Alexa, Wikipedia est pilotée par la Wikimedia Foundation, la seule organisation à but non lucratif représentée dans le top 50 des sites les plus visités au monde. Wikipedia revendique 480 millions de visiteurs et près de 20 milliards de pages vues par mois, devançant des mastodontes de la Silicon Valley tels que Twitter et Ebay en termes de fréquentation.

Pour autant, la valeur économique de Wikipedia est-elle comparable à celle de Twitter, qui s’élevait à 17 milliards de dollars en août dernier à la bourse de New-York (NYSE) ? Elle aurait pu l’être si le responsable du projet n’avait pas tourné le dos au profit en 2003, échaudé par les ravages de l’éclatement de la bulle internet. « Donner ainsi Wikipedia fut la chose la plus intelligente ou la plus stupide que j’aie jamais faite, a plaisanté Jimmy Wales, interrogé par le magazine californien Wired en 2013. Stupide, évidemment, car j’aurais pu gagner beaucoup d’argent. Intelligente, néanmoins, parce que Wikipedia est aujourd’hui une formidable institution culturelle. »

Des milliards potentiels

Conçue et alimentée par des contributeurs bénévoles, d’accès gratuit pour tous dans plus de 280 langues, Wikipedia n’a rien à vendre. La publicité et les abonnements payants sont exclus de son modèle économique. Le site collaboratif ne perçoit pas non plus de revenus de la diffusion commerciale de ses contenus qui sont mis en ligne sous licence libre (Creative Commons-BY-SA). Comment évaluer le poids économique d’un géant de l’internet qui n’affiche aucun chiffre d’affaires ni capitalisation boursière ?

Des études récentes ont tenté d’estimer la valeur de Wikipedia si ses responsables décidaient de monétiser l’attention des centaines de millions de visiteurs en vendant des espaces publicitaires. En 2011, un mémoire soutenu par Vincent Juhel pour HEC Paris présentait une méthode de calcul crédible basée sur un revenu publicitaire moyen de 8 dollars (US) pour 1000 pages vues, soit un chiffre d’affaires annuel de 1,6 milliards de dollars. Vincent Juhel a tenu compte d’une prévision de croissance d’activité sur le site, de l’inflation des revenus publicitaires sur le web, de la valorisation capitalistique associée à ces gains et a déduit les impôts sur les bénéfices. Il estime qu’en s’ouvrant aux annonceurs, Wikipedia pourrait valoir 8,8 milliards de dollars en 2021.

Si l’arrivée de la publicité sur Wikipedia paraît plus réaliste que celle de l’accès payant aux contenus – qui ferait immanquablement fuir la majorité des visiteurs et contributeurs – une telle hypothèse est toujours fermement exclue par “Jimbo” Wales, « monarque constitutionnel » autoproclamé de Wikipedia. « Si nous étions financés par la publicité, nous ne nous soucierions pas de la diversité des langages, par exemple, a-t-il affirmé au Guardian en février 2014. Nous aurions intérêt à produire des articles pour attirer un million d’utilisateurs supplémentaires aux États-Unis, mais pas ce qui serait susceptible d’intéresser un million de lecteurs en Inde. »

Dépendance aux dons et aux contributions

Désintéressée, l’encyclopédie tire tout de même parti de son immense succès. Son excellent référencement sur Google et les moteurs de recherche concurrents – Wikipedia monopolise les premières pages de résultats – lui permet de fidéliser et renouveler ses lecteurs, ses contributeurs, ses donateurs. L’encyclopédie à vocation universelle dépend très largement de donations. Plusieurs fois par an, le site invite ses visiteurs à donner. Particuliers, fondations privées ou programmes de Google et de Microsoft figurent parmi les donateurs, tous prennent part au projet. La Wikimedia Foundation a perçu 39 millions d’euros en 2013, 42 millions en 2014, et table sur un budget de 47 millions d’euros en 2015. Elle dispose d’un siège à San Francisco et emploie plus de 200 personnes dans le monde chargées de la maintenance des serveurs (43% des dépenses budgétées en 2014-2015 sont liées aux technologies), de la gestion de projets, de la communication, de missions juridiques…
Au delà des quelques dizaines de millions de dollars récoltés chaque année pour assurer le fonctionnement du site, la valeur de Wikipedia est constituée essentiellement par son impressionnante armada de contributeurs. On recense plus de 80 000 Wikipédiens actifs à travers le monde, écrivant, corrigeant et éditant régulièrement les quelque 35 millions d’articles. « Les contributeurs de Wikipedia ne sont pas seulement guidés par un altruisme désintéressé, mais sont probablement conscients de la profonde réciprocité de l’enjeu : en faisant bénéficier autrui de leurs connaissances et de leur savoir-faire, ils peuvent bénéficier à leur tour d’un semblable don », analyse Christian Vandendorpe, professeur à l’Université d’Ottawa. En 2013, le juriste Jonathan Band et le consultant financier Jonathan Gerafi avaient converti ces contributions gracieuses en billets verts, estimant le coût de fabrication d’une encyclopédie aussi vaste que Wikipedia à 6,6 milliards de dollars si les contenus avaient été écrits par des auteurs « freelance », rémunérés 300 dollars pour la rédaction d’un article de taille moyenne.

L’avenir de l’encyclopédie en ligne dépend de sa capacité à régénérer son assemblée de volontaires, afin de pérenniser son modèle non commercial et d’enrayer un éventuel déclin annoncé par certains observateurs. À long terme, Jimmy Wales pense que le fonctionnement singulier de Wikipedia rend le site beaucoup plus endurant et lui confère plus de valeur pour la société que Facebook ou Twitter.


Vous aimerez aussi...

18 réponses

  1. Nadia S. dit :

    [synthèse] Le billet de blog a suscité diverses réactions et commentaires permettant souvent d’élargir le propos initial, qui rappelons-le concernait la valeur économique de Wikipédia. Si des points directement liés à notre billet ont été abordés, nous observons aussi que d’autres qui lui sont plus périphériques mais néanmoins centraux lorsque l’on parle de Wikipedia ont été évoqués. Nous pouvons ainsi distinguer six thématiques qui ressortent des différents commentaires :

    – La question des dons et des donateurs a été abordée selon deux angles : celui des motivations des donateurs et celui des sommes que cela représente. Nous avons ainsi eu l’exemple de l’écrivain A. Bello qui a cédé ses droits d’auteur d’une année entière à Wikipedia. Une des motivations essentielles est bien de manifester soutien et adhésion au projet et à sa « philosophie » (comme le démontrent les témoignages que l’on peut trouver à cette adresse par exemple https://dons.wikimedia.fr/journal). En contribuant financièrement, les donateurs permettent à l’encyclopédie de continuer à vivre et se développer. Nos lecteurs se sont également étonnés de la somme que ces dons représentent et se sont interrogés sur la façon dont les dons se répartissent dans le temps. Un rapport annuel de la Wikimedia foundation donne des informations sur la collecte de fonds (pour 2014-2015 : https://wikimediafoundation.org/wiki/2014-2015_Fundraising_Report ).

    – La thématique de l’économie culturelle a été mentionnée, au travers de celle des institutions culturelles dans les espaces publics virtuels et de celle de « capital social ». La question des retombées concrètes sur la circulation des informations et la valeur des échanges dans un réseau déterminé pourraient être un bon moyen d’évaluation, en s’intéressant par exemple à l’usage réel des articles existants (une des forces de l’encyclopédie en ligne), versus une estimation qui ne prendrait en considération que les aspects publicitaires (qui rappelons-le n’existent pas chez Wikipédia, et ne sont pas prêts d’exister selon son fondateur Jimmy Wales). Le modèle associatif et collaboratif de Wikipedia a d’ailleurs étouffé le modèle commercial des encyclopédies « traditionnelles » tout comme il le fait avec d’éventuelles initiatives publiques. Ainsi les États ne cherchent pas une alternative, mais au contraire ils souhaitent utiliser les contenus de l’encyclopédie en ligne, comme le montre le ministère français de la Culture et de la Communication en s’associant au projet DBpedia en langue française.

    – Également évoquée : la question de la valeur économique de Wikipedia pour d’autres entreprises qui pourraient notamment réutiliser certaines des informations publiées. L’utilisation commerciale des contenus de Wikipedia est permise mais uniquement si l’auteur est cité et les conditions de la licence respectées (https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Citation_et_réutilisation_du_contenu_de_Wikipédia).

    – La question du web sémantique avec l’initiative Dbpedia et son éventuelle conséquence sur l’économie de Wikipedia a été posée. Rappelons que DBpedia est un vaste « projet universitaire et communautaire d’exploration et extraction automatiques de données dérivées de Wikipédia » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Dbpedia). Il est mené par l’université de Leipzig, l’université libre de Berlin et l’entreprise OpenLink Software. Bien que ce soit la base Open Data la plus importante du web, les données issues de l’encyclopédie en ligne, celles fournies par les universités et les musées sont diffusées sous licence libre et reste donc, a priori, en dehors du commerce. Ainsi Wikipedia accompagne l’évolution du web souhaitée par le W3C tout en renforçant sa position au sein du réseau des réseaux. Le chiffre d’affaire de Wikipedia associée à l’initiative DBpedia reste nul.

    – Un autre point concernait la position toute particulière que Wikipédia occupait à ses débuts – elle représentait un contre-pouvoir – et celle qu’elle semble de plus en plus prendre aujourd’hui : une position hégémonique. Le projet qui pouvait paraître utopique car il donnait à chacun la possibilité de contribuer à l’élaboration d’une encyclopédie universelle, a non seulement séduit mais est devenu, au fil des années, un véritable succès. Désormais Wikipédia remplace les encyclopédies les plus prestigieuses et semble, en effet, occuper une position hégémonique, où la concurrence est, elle, devenue utopique… Mais la fonction de l’encyclopédie ne semble pas avoir changer de nature pour autant.

    – Enfin, le dernier aspect traité était relatif aux contributions elles-mêmes ainsi qu’à la qualité et la fiabilité des contenus. Les lecteurs se sont interrogés à la fois sur les personnes contribuant aux articles (et les records de certaines en termes de contributions), et les moyens mis en œuvre pour s’assurer de la fiabilité des contenus. D’autres ont aussi apporté des témoignages sur l’usage qui peut être fait de cette encyclopédie, notamment dans le cadre de l’enseignement (http://vismaviedejeuneprof.over-blog.com/2015/10/les-profs-et-wikipedia). Pour la qualité des articles, plusieurs études, comparant Wikipedia et des encyclopédies prestigieuses, ont démontré que les contenus de l’encyclopédie en ligne étaient pour la plupart fiables. Wikipedia a également mis en œuvre un système de validation par les pairs qui attribue un label aux articles les plus sérieux, ou les mieux documentés. On rappelle aussi qu’il existe de agents automatiques qui facilitent l’écriture des articles, ce qui explique certains records en termes de contributions.

  2. Laurence TG dit :

    Merci pour votre contribution. Les pistes que vous dégagez dans l’identification de Wikipédia sont très intéressantes. Je m’interrogeais sur l’intérêt des donateurs à financer l’encyclopédie et je viens de découvrir à l’ocassion de votre billet un article de l’Usine Digitale sur l’écrivain Antoine Bello qui vient de donner ses droits d’auteur 2014 à Wikipédia ( http://bit.ly/1VmXVgS ). Que pensez-vous de cette initiative ? N’est-ce pas une rencontre plutôt emblématique entre l’économie du partage et l’économie culturelle dont nous parlions les semaines précédentes ? Et que dire sur l’évolution du poids de Wikipédia : du contre-pouvoir qu’elle illustrait, Wikipédia est en passe de devenir un pouvoir hégémonique, d’après vous cela remet-il en question sa fonction ?

    • Nadia S. dit :

      merci beaucoup pour ce commentaire et pour cet article passionnant qui soulève bien des questions qui le sont tout autant.

      Le geste de l’écrivain Antoine Bello est très symbolique : c’est un coup de projecteur, comme il le dit lui-même, qu’il souhaite donner sur le projet encyclopédique. En cédant ses droits d’auteur, d’une année entière, il montre sa pleine et entière adhésion au projet. Renoncer aux droits d’auteur est tout de même un geste très fort, surtout dans le contexte actuel, et finalement peu importe le montant que cela représente c’est le symbole qui compte ici ! Le coup de projecteur est par la même occasion mis sur l’écrivain lui-même…

      Antoine Bello veut ainsi souligner le projet hors norme de Wikipedia et l’ampleur qu’il prend au fil des années en s’inscrivant à contre courant des logiques mercantiles. Bien que cela semble parfois relever de l’utopie, nous voyons bel et bien pourtant comment Wikipedia ne cesse de gagner en crédibilité et s’inscrit dans une réalité tangible, chiffres à l’appui (nombre hallucinant d’articles publiés, de contributeurs, de donateurs, de visiteurs, etc.).
      Quant à la qualité des contenus, si elle a pu être critiquée, et peut l’être encore, elle a fait l’objet d’études scientifiques qui ont prouvé que Wikipédia n’avait pas à rougir de ses contenus. Bien au contraire. Par exemple, l’étude de Jim Giles, publiée dans la revue Nature en 2005, qui compare Wikipédia à l’Encyclopaedia Britannica , a démontré que l’encyclopédie en ligne ne présentait pas beaucoup plus d’omissions que le prestigieuse Encyclopaedia Britannica.

      Nous pouvons toutefois nous demander si la comparaison souvent faite avec l’encyclopédie de Diderot et d’Alembert – et que Antonio Bello évoque également dans cette entrevue – est justifiée. Si ces deux projets – que près de trois siècles séparent – semblent en effet se rejoindre sur certains aspects (l’un d’entre eux étant biensûr le partage et la diffusion des connaissances), ils présentent toutefois, selon certains observateurs, au moins une différence de taille. Quant l’encyclopédie de Diderot et D’Alembert était « un cri de ralliement du parti des philosophes, dressé contre l’ordre des dévots et les défenseurs de la monarchie absolue », Wikipédia est, elle, « fondée sur le principe fondateur de la « neutralité de point de vue ». (http://www.scienceshumaines.com/wikipedia-les-savoirs-en-mosaique_fr_24574.html).

      Si toute deux, d’une certaine façon, symbolisent le contre-pouvoir et sont motivées par des intérêts ou des ambitions similaires, elle comptent donc une différence importante en employant des méthodes bien différentes. Par exemple, les auteurs n’ont aucune visibilité dans Wikipédia, aucune notoriété, c’est le collectif qui prime, ainsi que la volonté de s’adresser au plus grand nombre dans un esprit bienveillant.

      Cependant, Wikipédia cherche elle aussi à se démarquer par rapport aux encyclopédies traditionnelles et au savoir érudit, en donnant à chacun la possibilité de contribuer à cette diffusion des savoirs. C’est certainement ce qui, à la fois, la maintient dans une position de contre-pouvoir et dans le même temps, puisqu’elle ne cesse de s’accroitre et d’accumuler toujours plus de connaissances, la rapproche d’un pouvoir hégémonique, comme tu l’indiques dans ton commentaire. Tout l’enjeu est certainement dans ce point d’équilibre à trouver afin de ne pas s’éloigner de l’esprit qui a animé le projet à ses débuts donc comme tu l’évoques de ne pas remettre en question sa fonction initiale.

  3. Bénédicte Fey dit :

    Bonsoir,

    Merci pour cet article très enrichissant. Je savais que Wikipédia dépendait des dons mais je me doutais pas de la somme qui lui était versée chaque année. Avez-vous une idée de la moyenne d’argent qui lui est versé par heure lors de ces périodes de don? Il serait intéressant pour enchérir cet article d’avoir une petite infographie de leur gains :).

    Sinon, si j’ai bien compris le fonctionnement des licences Créatives Commons, Wikipédia autorise l’utilisation commerciale de son contenu: https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Citation_et_réutilisation_du_contenu_de_Wikipédia
    Pensez-vous qu’il est possible pour une entreprise de faire du profit avec les données ou textes disponibles sur Wikipédia: quelles valeurs économiques pourrait bien avoir Wikipédia pour d’autres entreprises?

    • Bonjour Bénédicte,
      Voici un lien vers les statistiques clés du « fundraising » de Wikipedia ( https://wikimediafoundation.org/wiki/2014-2015_Fundraising_Report ). Tu peux également suivre, heure par heure, le journal des donateurs de Wikimedia France ( https://dons.wikimedia.fr/journal ).
      L’utilisation commerciale des contenus de Wikipedia est permise mais uniquement si l’auteur et les conditions de la licence sont cités. C’est un peu comme vendre de l’eau du robinet en bouteille, ça s’est vu… Pour l’anecdote, je travaillais pour le Dauphiné Libéré il y a quelques années. La direction avait reçu une lettre de Wikipedia se plaignant qu’un article publié dans le journal avait été intégralement recopié sur l’encyclopédie en ligne, sans que l’auteur soit mentionné. Il n’y a pas eu de poursuites judiciaires, c’était une simple mise en garde formulée par Wikipedia, le « journaliste » plagiaire n’a même pas été licencié…

      • Bénédicte Fey dit :

        Merci pour ce partage de liens! Je vois que les gains de Wikipédia par jours ont un caractère très aléatoire. Les donc usagers peuvent varier de 5€ à 1000€..

  4. @Stéphanie Séguin
    DBpedia est la base Open Data la plus importante du web, on peut considérer que cette initiative augmente la valeur potentielle de Wikipedia. Mais les données issues de l’encyclopédie en ligne, celles fournies par les universités et les musées sont diffusées sous licence libre. Tout ceci reste en dehors du commerce à ma connaissance (merci de me corriger si je fais erreur), Wikipedia ne change pas de direction, elle accompagne – ou propulse – l’évolution du web souhaitée par le W3C tout en renforçant sa position au sein du réseau des réseaux. Wikipedia + DBpedia = zéro dollar de chiffre d’affaires. La difficulté à évaluer la valeur économique d’une telle entité reste inchangée.
    A noter que le ministère français de la Culture et de la Communication s’est associé au projet DBpedia en langue française, une information qui peut intéresser Miguel (lire ci-dessus). Le pouvoir public, en l’occurrence la France, ne cherche pas une alternative à Wikipedia, il veut utiliser le travail effectué par les contributeurs de l’encyclopédie en ligne et y contribuer.

  5. Marin Dacos dit :

    Cher Jean-Michel, il me semble dommage que le billet soit techniquement associé à ton compte WordPress, ce qui fait que cela déclare de fausses métadonnées dans le carnet, et donc à l’extérieur, par exemple sur Isidore. Ne faudrait-il pas, en bonne rigueur documentaire et éditoriale, créer des comptes pour les étudiants afin d’associer leur nom aux billets? La cruelle limitation technique de WordPress, qui ne prévoit qu’un seul auteur pour chaque billet, est malheureusement bien gênante, pour rendre justice aux articles rédigés à 4 mains, ou plus, ce qui est peut-être la raison de ton choix? Bien cordialement,

    • Jean-Michel Salaün dit :

      Salut Marin,
      Tout d’abord, merci de faire un tour par ici.
      Sur ta question, l’ambiguïté vient de l’utilisation pas tout à fait conforme à la pratique que nous faisons ici d’hypothèses et peut être faudra-t-il y re-réfléchir à l’avenir. Il ne s’agit pas, en effet d’un usage de blog à proprement parler, mais d’un support de cours. Nous bénéficions de votre hospitalité et nous vous en remercions. En abusons-nous ? Mais quel autre choix, sauf à tomber dans la lourdeur des plateformes type Moocs ou autre ?
      J’agis ici comme professeur et assume la responsabilité éditoriale, y compris la correction des billets et donc celle de la publication. Laisser les étudiants publier directement les billets compliquerait sérieusement pour nous (équipe enseignante) les procédures, sans même parler de la difficulté que tu signales sur les co-auteurs.
      Dans un blog l’auteur et l’éditeur se confondent d’où l’ambiguïté que tu signales sur les métadonnées.
      Les étudiants peuvent évidemment reprendre les billets pour les publier sur leur propre support. Ils auront bénéficié de notre correction.

      • Marin Dacos dit :

        Bonjour,
        Vous n’abusez pas du tout de notre hospitalité! Nous sommes ravis de voir se développer cette démarche pédagogique sur Hypothèses! Il me semble que la simplicité et l’efficacité de l’environnement démontre ici sa pertinence. Et les petits défauts identifiés, notamment en termes documentaires, sont largement compensés par les avantages. Je suis avec grande attention les contenus publiés sur la galaxie Archinfo !

  6. Stéphanie Séguin dit :

    Croyez-vous que le passage au web sémantique marqué notamment par l’initiative DBpedia qui extrait les données brutes des articles wikipédia modifie l’économie de Wikipédia?

  7. Miguel Gosselin Dionne dit :

    Excellent article, qui pose la question du renouvellement des institutions culturelles au sein des espaces publics virtuels.

    Wikipedia n’est pas un service public financé par l’État, bien que Jimmy parle d' »institution ». En allant dans sa perspective, est-ce qu’il ne serait pas valable de faire l’évaluation des retombées de Wikipédia autrement qu’en estimant ses redevances publicitaires, par exemple au niveau de l’accès au savoir d’une population donnée ou des bénéfices tirés par l’accès une source d’information commune ? C’est ce que l’OCDE appelle le « capital social » ( “shared norms, values and understandings that facilitate co-operation within or among groups”, http://www.oecd.org/insights/37966934.pdf), qui a des retombées concrètes sur la circulation des informations et la valeur des échanges dans un réseau déterminé. Je trouve limité l’évaluation « par publicité », puisque l’ajout de publicités changerait, de fait, le service rendu. Cela dit, d’autres indicateurs devraient alors être développés pour remplacer celui-là, incluant peut-être une certaine estimation de l’usage réel des articles existants, mais nous permettant également de quantifier certaines faiblesses, comme par exemple la tenace inégalité entre les langues, ou la réelle hétérogénéité de la valeur de l’information recueillie.

    Je pose la question à titre de bibliothécaire impliqué dans le projet social et politique d’organisation de l’accès au savoir, pour comparer ces trois modèles de financement : le tout-État, l’organisation de bienfaisance (Wikipedia s’inscrirait ici malgré sa large échelle), le tout-marché. Est-ce que cela fait du sens pour vous ?

    • Bonjour Miguel,
      Merci d’ouvrir le sujet sur la valeur culturelle de Wikipedia que nous n’avons pas développée afin de ne pas passer à côté de notre question qui concernait la valeur économique. L’estimation, basée sur d’éventuels revenus publicitaires, livrée dans notre billet ne relève que de la spéculation (d’autres estimations était plus fantaisistes, les chiffres dépassant parfois la centaine de milliards de dollars). Jimmy Wales est sincère quand il dit qu’il ne veut pas de la publicité. Wikipedia n’en a pas besoin. Quand l’association cherche des fonds pour assurer son fonctionnement, elle lance une campagne de dons sur le site, l’argent nécessaire arrive en quelques jours voire quelques heures.

      Concernant ta remarque finale, il me semble que le modèle associatif et collaboratif de Wikipedia a étouffé le modèle commercial des encyclopédies les plus prestigieuses (Encyclopaedia Britannica n’est plus imprimée depuis 2012, fin d’une tradition vieille de 240 ans, elle survit de façon dématérialisée mais jusqu’à quand ?) mais aussi les initiatives publiques. Par exemple, si Wikipedia n’existait pas, il appartiendrait aux Etats francophones d’instituer une encyclopédie en ligne de langue française accessible au plus grand nombre (donc gratuite). L’hégémonie de l’anglais sur le web est si marquée qu’un tel outil serait indispensable à la survie du français, à long terme. Mais le portail Wikipedia en français est l’un des plus dynamiques, proposant 1,7 million d’articles. Comment l’Etat français, la province du Québec, la Côte d’Ivoire, etc., pourraient-ils faire mieux ?

  8. Chloé D. dit :

    Bonjour,

    Votre billet était très intéressant. C’est fou le nombre de personnes qui contribuent à wikipédia. Je viens de lire que Justin Knapp, un américain a écrit plus d’un million d’articles sur le site anglais (http://www.lesoir.be/1019940/article/soirmag/actu-soirmag/2015-10-18/l-etrange-quotidien-du-plus-grand-contributeur-wikipedia).

    Dans le même temps, je me suis interrogée sur les moyens mis en oeuvre pour corriger les articles de Wikipédia. J’ai trouvé un article assez ancien sur internetactu.net mais qui montrait les outils déjà existant pour vérifier les articles comme Wikirage qui montrent les articles les plus modifiés (http://www.internetactu.net/2007/09/24/wikipedia-les-outils-de-la-confiance/).

    • Nadia dit :

      Bonjour Chloé et merci pour ton commentaire.

      Concernant ces records de contributions sur Wikipedia, qui apparaissent vraiment extraordinaires dans le premier sens du terme, hors norme donc pour être le travail d’un seul homme ou d’une seule femme, je crois qu’il faut être vigilant.

      Le magazine RSLN (Regards sur le Numérique) attribue un autre record à un suédois qui aurait contribué à 2,7 millions de pages : http://www.rslnmag.fr/post/2014/07/21/27-millions-de-pages-Wikipedia-ont-ete-ecrites-par-un-seul-homme.aspx

      Ce suédois, physicien de formation, est aussi passionné de linguistique et de programmation, ce qui lui a permis de créer un programme informatique qui peut écrire jusqu’à 10 000 articles par jour. C’est donc un bot (agent automatique ou semi-automatique https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Bot) qui en interagissant avec Wikipedia fait tout le travail (ou presque) ! Il s’agit ici d’une écriture à quatre « mains » (hommes + robot) ; une façon de faire qui questionne aussi la qualité et la crédibilité des contenus mis en ligne (ce qui rejoint ta deuxième remarque). Il semblerait néanmoins d’après l’étude d’un doctorant en ethnographie computationnelle, effectuée en 2011 (http://www.stuartgeiger.com/lives-of-bots-wikipedia-cpov.pdf), que « les deux tiers des 30 meilleurs éditeurs de Wikipedia sont des robots ».
      Un groupe ad hoc est d’ailleurs constitué, au sein même de l’encyclopédie en ligne, pour approuver (ou désapprouver) cet usage : https://en.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:Bot_Approvals_Group

      Je trouve que l’article de RSLN pose d’ailleurs une question très intéressante sur cette pratique. Sans la disqualifier, il la met en regard avec d’autres pour lesquelles l’arrivée du numérique a profondément modifié – et souvent facilité – nos façons d’écrire ; pratiques qui sont désormais complètement entrées dans nos habitudes, sans soulever la polémique (traitement de texte, correction automatique, etc.)…

      En ce qui concerne, les moyens mis en oeuvre pour corriger les articles, on peut également citer le système imaginé par Wikipedia et qui permet de distinguer les articles en fonction de la qualité du contenu.
      Les règles et procédures pour prétendre à ce label sont explicitées sur le site même : https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Contenus_de_qualit%C3%A9/R%C3%A8gles
      Et là encore c’est un comité ad hoc, via une évaluation par les pairs, qui permet et décide de l’attribution de cette distinction.
      Ainsi ce sont 1450 articles qui ont été promus « Articles de qualité » dans la version française. Ils sont reconnaissables à une étoile et un texte disant « Vous lisez un « article de qualité » ». Un niveau inférieur a également été créé celui de « bon article ».

    • J’ajoute que n’importe qui ne peut pas traiter n’importe que sujet sur Wikipedia. Il semble que les contrôles soient assez rigoureux afin d’éviter que l’encyclopédie soit altérée par des articles promotionnels, « égomaniaques » ou du vandalisme bête et méchant. Wikipedia a réussi empiriquement, me semble-t-il, à gommer son image d’encyclopédie « cheap », pas fiable. C’est également devenu un outil plus puissant que n’importe quel Who’s Who, avoir sa page sur Wikipedia est une marque de reconnaissance convoitée. Sur cet aspect, lire cet article assez drôle du New York Times ( http://www.nytimes.com/2014/01/09/fashion/Wikipedia-Judith-Newman.html?_r=0 )

  1. 21/10/2016

    […] Quelle est la valeur économique de Wikipédia ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *