Bitcoin : La ruée vers l’or, version XXIe siècle

Billet rédigé par Miguel Gosselin Dionne (EBSI) et par Fanny Levade (ENS-Lyon) dans le cadre du cours sur l’économie du document/web.

En 2008, une entité fictive nommée Satoshi Nakamoto publie le texte fondateur du bitcoin. Sept ans plus tard, en mars 2015, Böhme estime que les transactions de la devise à l’international s’élèvent à près de 50 millions de $ par jour, la transaction moyenne s’élevant à 2 BTC (environ 500$), malgré une mauvaise réputation qui l’associe à Silkroad (qui avait entraîné une chute de la monnaie en 2013) et à Mt. Gox (qui avait aussi perturbé le cours de la cryptodevise en 2014).

Le phénomène ne laisse pas indifférent : si les États ont commencé à réguler la pratique, ses défenseurs présentent ce nouvel or postmoderne comme un instrument émancipatoire favorisant la liberté personnelle et l’anonymat. En face, on l’accuse d’être un dispositif technique de formation d’un hyperlibéralisme hi-tech, d’entraîner les pires catastrophes inflationnistes ou simplement de ne pas être si sécuritaire après tout. Partout la même question : le bitcoin peut-il remplacer la monnaie ?

Le bitcoin, au goût du jour

L’histoire de la dématérialisation de la monnaie ne date pas d’hier. Des sociologues québécois font une relecture des écrits de Bourdieu pour souligner l’impact social de la financiarisation des relations internationales, incluant les ententes de crédit entre institutions et individus. Le mouvement se serait cependant accéléré depuis une dizaine d’années, avec l’apparition des transactions électroniques, le développement de protocoles de cryptage pour les sécuriser et un contexte très favorable à son développement avec la crise financière. Émergent alors de nouveaux besoins, mais également de nouvelles problématiques qui font coïncider l’analyse économique et informationnelle. Karlstrøm s’inquiète, en 2014, de l’impact que la massification de ce type d’échange pourrait créer sur plusieurs grandes institutions économiques, notamment au niveau de la taxation, de l’accès au crédit, de l’établissement des taux d’intérêt et du contrôle des échanges internationaux.

Qu’est-ce qui distingue le bitcoin des autres monnaies électroniques ? D’abord, l’algorithme utilisé permet de réduire l’incertitude de la transaction sans avoir recours à la validité de l’identité légale des partenaires, grâce à des « block chain » qui segmentent l’information. Contrairement par exemple à Paypal ou iStore, qui sont des services dématérialisés s’inscrivant au sein de l’économie bancaire standard, le processus proposé par bitcoin utilise un réseau peer-to-peer qui valide la transaction en temps réel. Selon l’analyse de Maurer, faite en 2013, cela laisse moins de traces significatives et impose moins de frais qu’un billet de banque. Un point est souvent mis en avant, celui de la sécurité et du contrôle, en effet, cette monnaie permet de faire ses paiements sans livrer d’informations personnelles. Le risque de vol d’identité est réduit. Il s’agirait donc d’une forme améliorée de cryptomonnaie. Le système bancaire standard pointe une autre différence importante : la banque peut créer de « l’argent dette » alors que du côté du bitcoin on parle « d’argent valeur ». A la bourse, quand une société émet un titre financier, elle émet une valeur, ici c’est le réseau bitcoin qui en émet.

Les “pro-bitcoin” prônent la liberté de marché. Les frais de transaction en bitcoin sont de moins de 1% alors que les commissions sur les sites de e-commerce par exemple sont, aujourd’hui, entre 2% et 10%. Ne dépendant pas d’une autorité centrale, les utilisateurs ont un contrôle total de leur argent, abolissant à la fois frontières et taxes. De là, découle que la valeur d’échange du bitcoin n’est pas reconnue par un tiers-parti institutionnel comme une banque centrale, mais seulement par des partenaires privés. Cette monnaie est régulée par des milliers d’intervenants, sur le modèle « peer-to-peer » où chaque nœud du réseau possède théoriquement les mêmes capacités. Il s’agirait donc d’une monnaie à la fois décentralisée et dénationalisée, dont l’écosystème est constitué par un environnement logiciel spécifique et d’une liste de partenaires.

Annonçant déjà l’évolution du concept, de nouvelles monnaies viennent concurrencer le bitcoin sur son propre terrain comme le litecoin, le dogecoin, le mazacoin ou l’auroracoin.

Des usages et des avis partagés

Selon la recherche de Bohr en 2014, le mode de fonctionnement du bictoin lui-même rend difficile l’établissement d’un portrait clair des usagers, mais certains ancrages de ces transactions dans l’économie matérielle ont été identifiés, par exemple lors de la revente en devises nationales ou de l’achat de services en ligne. Outre des transactions auprès de marchands identifiés (dont la liste est mise à jour en continu), Christin a montré, en 2013, que les utilisations courantes incluent l’achat de produits illicites (notamment de narcotiques) ou sensibles (jeu en ligne, pornographie), des transactions de crédit à très haut taux et certaines pratiques d’évasion fiscale. Les réseaux bitcoin n’offrent pour l’instant pas de services adaptés pour les transactions internationales et de crédit de l’usager moyen, notamment cause de son coût élevé et de sa volatilité.

La banque de France a publié un rapport le 5 décembre 2013 sur “Les dangers liés au développement des monnaies virtuelles : exemple du bitcoin”, mettant en avant qu’il s’agit d’une monnaie non régulée n’offrant aucune garantie. Il liste les dangers liés au développement du bitcoin. Son caractère anonyme, qui favoriserait le blanchiment des capitaux, représenterait aussi un risque financier pour les acteurs qui le détiennent. Même son de cloche chez certaines entreprises dont Apple, qui ont longtemps considéré le bitcoin comme un concurrent en matière de paiement mobile et qui bloquaient plusieurs applications de wallet (“portefeuille” en français) sur l’App Store.

Pourtant aujourd’hui, plusieurs institutions tels que le Nasdaq, ou les banques UBS, BNP, la Banque Centrale d’Angleterre, jusqu’aux plus grands groupes d’audit comme KPMG ou Deloitte, trouvent des avantages au bitcoin comme alternative. La banque britannique Barclays mobilise une équipe de 75 personnes dans deux laboratoires et les banques BNP Paribas et UBS suivraient le pas. Qu’est-ce qui les intéressent précisément : sa vitesse de transfert presque instantanée conjuguée à ses coûts dérisoires et aussi que les utilisateurs ne peuvent pas dépenser plus que ce qu’ils ont en poche.

Entre les “pro” et les “contre”, les grandes institutions bancaires ont commencé à se mobiliser pour développer des régulations pragmatiques. La Fédération Bancaire Européenne (FBE) a récemment publié un rapport qui vise à la refonte numérique du système bancaire, par le développement d’un cadre réglementaire complet et l’application de lois de lutte contre le blanchiment d’argent aux transactions de devises numériques. Elle souligne aussi l’intérêt de la technologie block chain pour réduire les coûts de transfert et de traitement de l’argent, et pour sécuriser les dépenses et augmenter la vitesse des banques dans toutes leurs activités, ce qui paraît contredire l’affirmation de l’économiste français Jacques Attali pour qui « les Etats vont tout faire pour réglementer cette monnaie, pour la tuer ». L’État de New-York vient d’imposer une nouvelle “BitLicense”. Yanis Varoufakis, l’ancien ministre des finances grec, y voit de son côté une opportunité pour la transformation des rapports entre États, débat qui a été soulevé lors de la crise traversée par son pays en 2015.

Pour un aperçu visuel des différentes régulations nationales du bitcoin à l’échelle du globe, voir la carte interactive de CoinDesk.

Après l’envolée, la régulation ?

Le bitcoin peut-il remplacer la monnaie ? L’évaluation de sa réelle utilité et de son aspect pratique continue de se faire par les individus et institutions concernés à différentes échelles. Sa démocratisation est loin d’être assurée, notamment parce que les applications quotidiennes demeurent incertaines.

Dans son texte Bitcoin: Economics, Technology, and Governance, paru en 2015, Rainer Böhme rappelle les principales caractéristiques du fonctionnement du bitcoin et se questionne sur les conditions nécessaires pour l’émergence d’une crypto-monnaie comme médium de transaction généralisé. Pour lui, les coûts et les risques associés à la décentralisation dépassent toujours les bénéfices présentement retirés par la majorité des investisseurs, notamment concernant la stabilité du système de traitement et la forte volatilité du bitcoin. Une régulation étatique (intervenant sur les pratiques criminelles, limitant la pratique à certaines sphères de transaction pour protéger les consommateurs, offrant l’option de régulariser certaines transactions en cas de fraudes) pourrait, selon lui, soutenir l’instauration de cryptomonnaies à l’échelle mondiale.

L’avenir dira si les aspirations révolutionnaires des pionniers du bitcoin seront intégrées aux pratiques financières courantes. Quoi qu’il en soit, l’exploration de nouvelles pratiques économiques adaptées aux territoires virtuels rajeunit les questions d’économie politique.

Bitcoin – more than just money par Dug Campbell au TEDx University of Edinburgh

Pour aller plus loin


Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Miguel Gosselin Dionne dit :

    [Synthèse des discussions :] Il ressort de nos discussions qu’une attention croissante est accordé aux pratiques des économiques virtuelles et des monnaies électroniques. Nous constatons en effet la nécessité de la gestion des risques lors des transactions internationales.

    Nous sommes incertains de trouver dans le modèle Bitcoin le meilleur possible : de nombreuses critiques économiques et politiques sont avancées et nous constatons déjà une diversification de l’offre. Toutes les interventions soulignent l’intérêt d’un contrôle « communautaire » (ou associatif) de la monnaie, la diminution du mercantilisme (la vente pour la vente) mais les solutions proposées ne sont pas toujours les mêmes.

    Au niveau de la régulation, on propose deux modèles différents, à savoir une « autorégulation » des pratiques ou alors une intervention légale pour encadrer et protéger le public.

    L’identité du créateur du Bitcoin reste un questionnement anecdotique mais toujours d’actualité, saurons-nous un jour qui se cache derrière ce nom ?

    La recherche de pratiques économiques adaptés à l’évolution des technologies demeure une motivation principale des usagers de Bitcoin. Comme le nomme Michel Bauwens (https://www.youtube.com/watch?v=t1UuoV_kR2s), il s’agit peut-être d’une forme de « capitalisme distribué », contre l’État et les monopoles, mais où chacun a la liberté de développer des stratégies d’investissement. Comme pour les autres discussions ouvertes au courant du MOOC, il semble que le bitcoin soit au carrefour de la culture des partages et de l’intérêt personnel qui s’expriment sur le web. Le modèle des « communs » appliqué aux relations d’échange économiques nous semble alors être une porte de sortie intéressante pour penser aux monnaies virtuelles du futur.

  2. Miguel Gosselin Dionne dit :

    [QUESTION À TOUS:] Est-ce qu’il y en a parmi vous qui ont une expérience concrète d’utilisation du Bitcoin ? Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous la partager en réponse à ce commentaire, ça nous intéresse !

  3. Miguel Gosselin Dionne dit :

    Je vois que tu as déjà réfléchi à la question, Karim. Merci pour ces éclaircissements !

    Ce qui intéresse dans le texte de Dupré, Ponsot et Sevret, c’est qu’il confronte le Bitcoin à une théorie générale de la société et de l’économie (« les communs », qui sont définis comme « l’usage d’un bien ou d’un service organisé de telle façon qu’il puisse être mutualisé par le rapprochement, volontaire, coordonné et sans relation de domination, des intérêts particuliers de ses parties prenantes »). C’est difficile de réfléchir à une pratique économique sans la remettre en contexte ou sans la confronter à d’autres pratiques, ce qui est largement fait dans la littérature entourant le Bitcoin. Dans le cas qui nous intéresse, nous n’avions trouvé que des références institutionnelles, mais je vois qu’il y a également une critique « associative » plus proche des logiques du libre marché. Cela pose des questions intéressantes sur le développement de rapports sociaux et économiques sur le web, l’ « association » étant définitivement coupée de l’appartenance directe des individus à leur environnement physique (un peu comme la fin de la vie de village pour la modernité, il semblerait que ce soit la fin des États-nations à laquelle nous assistions en direct). Pour ma part, je continue de penser que l’État a un rôle à jouer dans la régulation démocratique de l’économie, mais c’est évidemment un débat qui ne se limite pas au Bitcoin !

    Le texte de Böhme est excellent, je le recommande vivement !

  4. karim dit :

    Bonjour à vos deux et merci pour ce billet de blogue très intéressant et enrichissant.

    Il semble qu’il y a une unanimité (la seule) sur la sécurité du protocole de validation des transactions, qui est la grande innovation de Bitcoin, et qui intéresse les banques et les entreprises du web plus que le modèle économique lui-même.
    Les pourfendeurs du Bitcoin lui reprochent, entre autres, son opacité et sa non régulation. Ils le distinguent d’ailleurs des autres crypto-monnaies que vous avez citées (il semble y avoir des centaines).
    Dans un article fort intéressant de Denis Dupré, Jean-François Ponsot et Jean-Michel Servet : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01169131/document, les auteurs tentent de déconstruire les principes sur lesquelles se base Bitcoin dans son texte fondateur : la notion de bien commun, la rivalité concurrentielle en créant la rareté qui favoriserait les premiers détenteurs au détriment des derniers (la fameuse limite à 21millions de Bitcoin), la non mutualisation de ces activités, etc. En plus de citer son côté énergivore dû au « minage » : opération informatique permettant l’enregistrement et la vérification des transactions (http://www.latribune.fr/technos-medias/20131203trib000799051/bitcoins-une-vraie-planche-a-bruler-de-l-electricite.htm)

    Dans un autre registre, si on veut rester dans l’esprit de l’économie sociale et solidaire, le rôle du contrôle, comme le préconise certains, ne devrait pas être étatique mais incombera plutôt aux communautés qui s’approprieront le modèle de façon démocratique et sans domination.

    À défaut de continuer d’exister, il aura au moins le mérite de jeter les bases pour les autres crypto-monnaies et créer un modèle qui, souhaitons-le, recentrera le rôle trop mercantile des banques, le processus a déjà commencé.

    J’ajoute le lien (PDF) vers l’article de Böhme de que vous avez cité dans votre blogue : http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2495572

    • Jean-François Limoges dit :

      Merci pour ce billet éclairant. Il est intéressant de noter comme vous le faites (et comme le relève Karim) que le procédé de validation des transactions du bitcoin a motivé les institutions financières traditionnelles à se pencher sur le sujet. Toutefois, je tends à penser comme Karim que l’opacité du Bitcoin (qui est possiblement l’un de ses attraits les plus importants pour certains utilisateurs) constitue un frein presqu’insurmontable à sa pénétration dans l’économie financière traditionnelle. Pour avoir travaillé pendant 4 ans dans une institution financière canadienne, je peux affirmer que les normes de sécurité et de conformité liées aux opérations financières ont été fortement resserrées et que les exigences de transparence quant à la provenance des fonds impliqués dans toute transaction atteignent des sommets. Il existe deux facteurs expliquant cette croissance des exigences. D’une part les normes internes des firmes et des instances d’autorégulation (au Canada, les firmes de valeurs mobilières sont membres d’une instance autorégulatrice : http://www.ocrcvm.ca/Pages/default.aspx) visent à limiter le risque réputationnel. Le but est ici d’empêcher que l’implication d’une institution financière ou de l’un de ses représentants dans des transactions illégales (évasion fiscale, blanchiment d’argent, financement d’activités illégales, etc.) à son insu ou par malveillance. D’autre part, les exigences légales placées par l’État sur les institutions financières rendent celles-ci (et leurs employés) passibles de sanctions sévères si elles sont impliquées dans des transactions qui s’avéreraient illégales. La loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes et la protection de la vie privée (LRPCFAT) est particulièrement stricte : https://www.priv.gc.ca/resource/topic-sujet/pcmltfa-lrpcfat/index_f.asp
      Cet état de fait a donc mené à une multiplication des contrôles et des restrictions de transactions et d’obligation de documentation quant aux transactions. Compte tenu de ces exigences, je vois mal comment le Bitcoin pourrait intégrer le circuit de l’économie financière traditionnelle. Il s’agit ici du cas du Canada, mais j’imagine que d’autres pays imposent une telle réglementation. À votre avis, est-ce que les problèmes de transparence de cette devise n’en font pas un obstacle insurmontable à la normalisation de son utilisation?

      • Miguel Gosselin Dionne dit :

        Jean-François, merci pour ton témoignage « interne » au monde financier !
        Il y a une grande diversité de régulation du phénomène des crypto-monnaires. La carte interactive proposée dans l’article en offre un résumé visuel rapide (http://www.coindesk.com/bitcoin-legal-map/). Ce ce qui concerne la normalisation de la pratique, l’analyse de Bohr (2014) laisse effectivement penser que les connexions à l’économie non-encryptée sont plutôt ténus et limités à certains types de transactions seulement. Il y a cependant peut-être une ouverture du côté de l’utilisation de certaines de ces monnaies virtuelles par des communautés d’utilisateurs qui en assurent la régulation, comme l’explique Karim. Peut-être, par exemple, que tous les usagers d’une banque pourraient profiter d’un taux avantageux chez certains marchands à partir d’une monnaie brevetée ? Ou alors des « groupes autogérés » plutôt associatifs qui se feraient une économie parallèle ? Mais pour quoi faire ? Comme je suis plutôt sociologue qu’économiste j’ai un peu de difficulté à imaginer les résultats d’une telle formule sur l’économie générale 😉 Est-ce qu’il y avait une possibilité d’échanger des Bitcoin contre de l’argent régulier à la banque où tu as travaillé ?

    • Miguel Gosselin Dionne dit :

      Je vois que tu as déjà réfléchi à la question, Karim. Merci pour ces éclaircissements !

      Ce qui intéresse dans le texte de Dupré, Ponsot et Sevret, c’est qu’il confronte le Bitcoin à une théorie générale de la société et de l’économie (« les communs », qui sont définis comme « l’usage d’un bien ou d’un service organisé de telle façon qu’il puisse être mutualisé par le rapprochement, volontaire, coordonné et sans relation de domination, des intérêts particuliers de ses parties prenantes »). C’est difficile de réfléchir à une pratique économique sans la remettre en contexte ou sans la confronter à d’autres pratiques, ce qui est largement fait dans la littérature entourant le Bitcoin. Dans le cas qui nous intéresse, nous n’avions trouvé que des références institutionnelles, mais je vois qu’il y a également une critique « associative » plus proche des logiques du libre marché. Cela pose des questions intéressantes sur le développement de rapports sociaux et économiques sur le web, l’ « association » étant définitivement coupée de l’appartenance directe des individus à leur environnement physique (un peu comme la fin de la vie de village pour la modernité, il semblerait que ce soit la fin des États-nations à laquelle nous assistions en direct). Pour ma part, je continue de penser que l’État a un rôle à jouer dans la régulation démocratique de l’économie, mais c’est évidemment un débat qui ne se limite pas au Bitcoin !

      Le texte de Böhme est excellent, je le recommande vivement !

  5. Merci à vous pour toutes ces infos. Vous avez précisé que le ou les fondateurs du Bitcoin se cachent sous le pseudonyme « Satoshi Nakamoto ». Sait-on aujourd’hui qui est le vrai père du Bitcoin ?

    • Levade Fanny dit :

      Merci pour ton commentaire !
      Pour le moment, on ne sait toujours pas qui se cache sous ce pseudo, en imaginant que ça peut tout à fait être un groupe de personne, aucunes informations n’ont fuité sur ce sujet…
      Tu as cet article super intéressant sur Satoshi Nakamoto : https://bitcoin.fr/satoshi-nakamoto/
      Bonne lecture !

  6. Levade Fanny dit :

    Merci pour ton commentaire Hugo.
    Je suis du même avis que toi sur le fait que le bitcoin mérite sa place dans notre société. Le problème de cette monnaie est qu’elle chamboulerait totalement le système financier actuel et il faudrait un temps d’adaptation assez important, je pense, pour que toutes personnes s’y acclimatent. Notre système monétaire est encadré par des institutions, par un banque centrale, notre argent ne nous appartient plus vraiment alors que pour le bitcoin seuls les utilisateurs dirigent le système.
    Voici un article qui devrait t’intéresser : https://www.contrepoints.org/2015/08/13/217763-la-guerre-froide-entre-bitcoin-et-les-banques-centrales

  7. Hugo Giret-Butz dit :

    Bravo pour votre article. Le bitcoin est une notion obscure pour moi que j’associai pour le moment aux jeux vidéos. Je découvre qu’il n’en est rien et que le bitcoin mérite sa place dans le monde financier. Il facilite les transactions et est un pari gagnant en sécurité.
    Le bitcoin évolue toutefois dans le monde de la finance et de la bourse, des domaines qui méritent réflexions et attentions. Il semblerait toutefois que le Bitcoin peut être perçu comme une innovation open source.

    L’article que je vous propose ci-contre tente en partie de percer les secrets de l’inventeur du Bitcoin (voir la conclusion). http://www.contrepoints.org/2015/10/31/227199-controle-de-la-monnaie-langoisse-de-satoshi-inventeur-du-bitcoin.
    Le bitcoin permettrait aux personnes de mieux comprendre le système monétaire née d’une volonté communautaire. Le bitcoin serait donc un moyen de contrer les systèmes monétaires actuelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *