Le piratage aux profits des entreprises

Cyberhades - https://www.flickr.com/photos/cyberhades/19888328041

Cyberhades – https://www.flickr.com/photos/cyberhades/19888328041

Billet rédigé par Hugo Giret-Butz (ENS-Lyon) et par Jean Nicholas Otis (EBSI) dans le cadre du cours sur l’économie du document/web.

Lorsqu’il est question de piratage, tout le monde se représente des corsaires sanguinaires et balafrés qui abordent un navire de commerce, le couteau entre les dents, dans le but de le piller et de le couler. Au cours de ces attaques maritimes, l’effet de surprise joue un rôle primordial et l’agresseur repart souvent avec son butin dans l’anonymat. C’est avec ces images en tête que l’on désigne le vol ou la contrefaçon d’information numérique, le piratage informatique. Ce concept remonte au moment de l’émergence des ordinateurs personnels.

Pour les besoins de cette réflexion nous le désignerons comme « un acte de violation des droits de propriété intellectuelle qui porte atteinte au droit d’auteur. Il s’applique notamment à toutes les copies faites sans le consentement du détenteur des droits ou d’une personne dûment autorisée » (El Harbi, Bekir et Grolleau, 2010, les liens vers les références sont à la fin du billet).

Des pirates engagés et sentimentaux

Il faut d’abord remonter aux années 1960 pour trouver les premiers pirates informatiques. On parlait alors de hackers, des personnes qui s’intéressaient à la complexité d’un système informatique. En comprenant le système, les hackers souhaitaient faire évoluer le complexe en ajoutant de nouvelles fonctionnalités et en pensant à des alternatives. Le sens de ce mot a évolué et désigne aujourd’hui une personne dotée de nombreuses compétences en informatique, en programmation et dans tout ce qui a trait à la sécurité.

On différencie les hackers selon leurs objectifs. On parle de Black Hats (Techopedia, 2015), ces personnes mal intentionnées qui cherchent à introduire des virus et des logiciels espions dans les réseaux publics. À l’opposé, les White Hats (fouineurs ou bidouilleurs) visent plutôt à découvrir une faille dans un système dans le but de la signaler et de renforcer la sécurité. Le Chaos Computer Club de Berlin est la plus grande association de bidouilleurs européens.

Cousin du hacker, l’hacktiviste (ou cybermilitant) est animé par des ambitions politiques. Il cherchera à modifier un site pour publier ses opinions et ses avis personnels et ainsi en détourner le sens premier. C’est le cas du piratage des sites gouvernementaux par Daesh ou par le collectif Anonymous (Untersinger, Eudes et Leloup, 2015) sur certains sites de Daesh.

Finalement, on retrouve les crackers. Leur but est de contourner la sécurité d’un logiciel, d’en neutraliser les barrières. L’intérêt est évidemment la renommée.

La menace

La menace du piratage informatique peut prendre plusieurs formes. (Mokhtari-Brun, 2006) La plus récurrente est le virus informatique. Celui-ci détruit l’ensemble des informations contenues sur un disque dur. Le logiciel espion (spyware), plus discret, transfère certaines données comme les courriels ou l’historique des sites les plus visités.

L’un des virus les plus connus est le cheval de Troie. Lors de son exécution, le programme malveillant qui se cache dans un programme en soi inoffensif, lance des opérations nuisibles et ouvre une brèche qui laissera entrer d’éventuels pirates informatiques. Ceux-ci pourront alors prendre le contrôle l’ordinateur à distance.

Dans une même catégorie, nous retrouvons les canulars informatiques (hoax), qui prennent souvent la forme de courriels qui incitent le lecteur à en poursuivre la diffusion. Ils peuvent contenir des virus qui parasitent la bande passante et qui, par exemple, peuvent diriger l’utilisateur vers une arnaque bancaire.

Le canular le plus dangereux et le plus répandu est l’hameçonnage (phishing). Cette tentative d’escroquerie est basée sur l’usurpation d’identité d’un site dont l’accès requiert le recours à un mot de passe. Le pirate reproduit à l’identique le site d’une institution bancaire ou commerciale et demande à l’utilisateur d’y accéder. Il récupère ainsi tous les mots des passe et l’identifiant de l’utilisateur.

Il existe finalement la contrefaçon de logiciel. Un logiciel piraté installé sur un poste est appelé une reproduction illicite. Être détenteur d’une contrefaçon est punissable de trois ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende en France. Le matériel est confisqué et l’entreprise peut être fermée temporairement ou définitivement.

Les impacts du piratage dans les entreprises

Les entreprises attribuent généralement une partie de leur perte de profit au piratage informatique. (Nini, 2011) Bien qu’il s’agisse d’une intuition logique, certains chercheurs ont démontré le contraire (De Castro, Balkin et Shepherd, 2008). Une firme dont les produits ont été piratés gagnera généralement en profit (El Harbi, Bekir et Grolleau, 2010). En effet, ces logiciels et ces autres créations seront mis à disposition sur les plateformes de téléchargement. Cela augmentera non seulement l’utilisation des produits par les utilisateurs mais aussi la demande. On désigne ce mécanisme par les externalités de réseau (El Harbi, Bekir et Grolleau, 2010). En d’autres mots, la firme piratée peut augmenter le coût d’acquisition pour les acheteurs de versions originales afin de compenser les pertes liées au piratage.

Linux, qui est un OS libre, fonctionne sur ce principe. L’OS est téléchargeable gratuitement. Ses utilisateurs peuvent ensuite améliorer le produit. Des mises à jour de Linux sont régulièrement proposées, elles aussi gratuitement.

Une entreprise peut aussi jouer sur la demande. Quelqu’un qui utilise un logiciel à des fins personnelles voudra aussi l’utiliser pour son travail. L’éditeur piraté se rattrapera alors sur la vente de son produit à des institutions. C’est ce que l’on désigne comme l’appropriation indirecte et les ventes liées (El Harbi, Bekir et Grolleau, 2010). Un autre aspect de la demande touche la fidélité des utilisateurs. Dans le domaine du divertissement, l’idée selon laquelle le piratage nuit à l’industrie est fausse (Cammaerts, Meng et Mansell, 2013). L’artiste d’un album de musique piraté pourra regagner les profits perdus grâce à des concerts. Encore faut-il que le prix du concert soit relativement élevé pour compenser les milliers de copies de l’album piraté. L’analyse de la position du piratage permettra à l’artiste de savoir où faire sa tournée. Un produit piraté peut aboutir à la création de ses dérivés comme des manuels.

Certains auteurs vont même jusqu’à publier leur œuvres illégalement, en dehors des réseaux de publication, afin de créer un engouement et ainsi de mousser les ventes de leurs livres. Le cas de Paolo Coelho illustre bien cette stratégie (Coelho, 2008). Sur son blogue, l’auteur argue que cette façon de procéder aide à se faire connaître et par le fait même d’un élan de notoriété, favorise le piratage.

Dans les années 80-90, les producteurs de films d’animation japonais ont largement toléré le piratage de leurs œuvres. Cela a permis de créer une communauté d’amateurs américains qui faisait du sous-titrage sauvage (fansubbing) (Pépin, 2013) pour élargir l’accès à ces films. Les producteurs se sont alors lancés sur le marché américain, ce qui a eu pour effet de réduire le nombre de films piratés et même l’achat de versions originales. On désigne ce mécanisme par l’effet d’exposition (El Harbi, Bekir et Grolleau, 2010). En d’autres mots, les utilisateurs ont l’occasion de tester le produit avant de procéder à un achat éventuel.

Le piratage dans l’écosystème économique du document

Si on se réfère aux piliers de l’économie du document (Salaün, 2015), les principes de la singularité, de la promesse et de la résonance peuvent être à l’origine des profits d’une entreprise dans le piratage. L’aspect singulier d’une œuvre peut conférer une valeur ajoutée à celle-ci. Aux yeux d’un amateur, l’œuvre originale est inestimable. C’est pourquoi il tentera de l’acquérir à n’importe quel prix, alors qu’un curieux aura plutôt l’envie de télécharger illégalement le produit dans le but de le tester avant de l’acheter. C’est à ce moment-là que se joue le deuxième pilier, la promesse. En effet, de l’expérience du curieux dépendra l’achat. C’est aussi le curieux qui va transmettre son expérience à d’autres utilisateurs potentiels qui seront potentiellement séduits à leur tour, ce qui crée un effet de bouche à oreille. Finalement, s’opère l’effet de résonance pour qualifier la qualité de la diffusion de masse d’un produit informatique illégal et l’accoutumance qu’il crée chez ses utilisateurs.

Le débat

En 2006, le Los Angeles Times avait interviewé Microsoft sur le piratage, ce à quoi l’entreprise avait répondu : « Microsoft reconnaît que le piratage est un moyen de se prémunir contre le développement des logiciels libres et d’accoutumer les pirates ». Bien que nous croyions à la cohabitation des logiciels libres et des logiciels propriétaires sur le marché, cette dernière citation illustre bien, à nos yeux, l’attitude à adopter du point de vue des entreprises face au piratage informatique, dans la mesure où ces dernières veulent rester concurrentielles.

Le partage d’information et de données est une fatalité. À l’instar de l’évasion fiscale, on peut supposer que le piratage informatique est là pour rester au moins pour quelques années. Les exemples ne manquent pas (Dehesdin, 2013). On peut certes penser que les différentes législations peuvent intervenir pour contrer cette réalité mais, dans l’attente d’une résolution ou d’une conjoncture idéale, les entreprises doivent composer avec leur environnement pour demeurer concurrentiel. Nous croyons donc qu’une veille sur le piratage est essentielle afin de tirer le maximum de leurs produits.

En bref, nous nous référons à l’analogie de la première dose de drogue offerte gratuitement au futur consommateur potentiel. Il s’agit de donner un libre accès pour créer la dépendance. En contrepartie, le piratage informatique, bien que bénéfique, présente de sérieuses limites du point de vue éthique et légal.

Pour en savoir plus

Vidéo

Les rouages du piratage informatique France 2, 12-04-2015.

Bibliographie

Cammaerts, B., Meng, B. et Mansell, R. (2013). Copyright and creation: a case for promoting inclusive online sharing. Department of Media and Communications.

Coelho, P. (2008). Pirate Coelho. Paulo Coelho. Repéré à http://paulocoelhoblog.com/2008/02/03/pirate-coelho/

De Castro, J. O., Balkin, D. B. et Shepherd, D. A. (2008). Can entrepreneurial firms benefit from product piracy? Journal of Business Venturing, 23(1), 75–90. doi:10.1016/j.jbusvent.2005.07.003

Dehesdin, C. (2013). L’OMC autorise Antigua à violer le copyright des Etats-Unis en lançant un site de téléchargement. Slate.fr. Repéré à http://www.slate.fr/life/67717/antigua-droit-pas-respecter-copyright-etats-unis-omc-dispute-piratage

El Harbi, S., Bekir, I. et Grolleau, G. (2010). Le piratage peut-il être profitable à la firme piratée ? Revue économique, (4), 793.

Mokhtari-Brun, M. (2006). Techniques d’attaques. Repéré à http://projet.piratage.free.fr/techniques.html

Nini, N. (2011). Sony : l’impact financier du piratage du PlayStation Network. Gameblog. Repéré à http://www.gameblog.fr/news/22590-sony-l-impact-financier-du-piratage-du-playstation-network

Pépin, G. (2013, 6 mai). Le piratage a forcé l’animation japonaise à se réinventer en France. Le Monde.fr. Repéré à http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/05/06/le-piratage-a-force-l-animation-japonaise-a-se-reinventer-en-france_3166907_651865.html

Salaün, J.-M. (2015). [S2] Les sept piliers : particularités économiques de l’information | Économie du document. Repéré à https://archinfo24.hypotheses.org/2590

Techopedia. (2015). Who is Kevin Mitnick? – Definition from Techopedia. Techopedia.com. Repéré à https://www.techopedia.com/definition/24894/kevin-mitnick

Untersinger, M., Eudes, Y. et Leloup, D. (2015, 4 février). Qui sont les hackeurs ? Le Monde.fr. Repéré à http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/02/04/qui-sont-les-hackeurs_4569430_4408996.html


Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. Attention à l’utilisation inadéquate du terme Growth hacker… Hack ou Hacker ne veut pas nécessairement sous-entendre une activité illégale ou encore laisser penser à la mise en oeuvre d’actions néfastes. Bien au contraire, ce terme met en avant le potentiel créatif de personnes désirant augmenter de façon exponentielle leurs audiences, par le biais de techniques bien spécifiques, sans user et abuser du coup de techniques undergroud. (https://www.anaconda.fr/veille-seo/decouvrez-seo-growth-hacking). Yahoo, Apple et d’autres compagnies majeures du web pratiquent cet « art » depuis des décennies.

  2. Loulou dit :

    s’introduire sur un site Web privé pour y copier des photos ou récupérer des documents, est puni par la loi.

    « Ces contrevenants risquent un an d’emprisonnement et 15 000 €

    En cas de suppression ou de modification des données, les peines encourues sont de deux ans d’emprisonnement et/ou de 30000 € d’amende. »

  3. Hugo Giret-Butz dit :

    Majoritairement, les commentaires de nos lecteurs ont porté sur l’aspect « découverte des contenus » permis par le piratage. C’est une première phase pour l’utilisateur d’un contenu piraté qui peut tester le produit. S’il est séduit par son expérience, il concluera le test par l’achat légal du produit. Certaines plateformes de streaming se sont inspirées de ce modèle. Par exemple, Soundcloud permet d’écouter des titres sans le moindre achat.
    Ces nouveaux modèles changent les habitudes des utilisateurs mais aussi les techniques de l’attention (en référence au pilier). Par exemple, le growth hacking est une technique marketing qui tirent son inspiration de l’esprit du piratage. Il faut trouver des alternatives, des idées pour un augmenter le nombre d’utilisateur sur un laps de temps très court.
    En l’occurrence, les nouveaux services doivent s’adapter aux utilisateurs. Nous sommes devenus plus mobile. Il faut donc proposer du contenu en accès rapide et immédiat à n’importe quel moment. Ce serait un moyen de contourner le piratage. On supprime l’étape du téléchargement illégal en la remplaçant par le streaming.

    Certains de nos lecteurs étaient surpris par l’ouverture culturelle qu’opérait le piratage. En effet, voir un produit local être très piraté dans un pays lointain démontre la présence d’une communauté de fan, d’un éventuel public cible. C’est le cas des éditeurs japonais de manga qui ont exporté leurs œuvres sur le marché américain.
    Après la culture, c’est les entreprises mais aussi les gouvernements qui peuvent tirer profit du piratage. Par prévention, certains hackers sont engagés pour détecter une faille dans un système. Le but est d’augmenter la sécurité de ses produits.

    Enfin, l’une des remarques sur notre article portait sur le prix des articles piratés. Un utilisateur qui utilise un produit piraté, voudra obtenir la licence pour l’exercer dans un cadre légal. Profitant de cette conversion, l’éditeur de logiciel augmentera alors le prix de son logiciel. Je suppose que c’est ce qui se passe aujourd’hui pour le logiciel de retouche photographique, Photoshop. Etant l’un des logiciels les plus piratés actuellement, Adobe, son éditeur, a augmenté le prix d’achat. http://www.alpha-numerique.fr/index.php/news/logiciels/165-logiciels/adobe-creative/1100-hack-me-im-famous-photoshop-le-piratage-et-la-politique-commerciale-dadobe

  4. Stéphanie Séguin dit :

    Merci pour votre billet très éclairant et apportant certaines nuances.

    Autre piste qui me vient en tête, savez-vous si l’usage de « free trials » pour les logiciels ou de plates-formes de diffusion de musique comme soundcloud ont un effet dissuasif sur le piratage, dans l’optique où ils permettent aux clients de se familiariser et d’essayer les contenus, mais en conservant la limite de ne pas les posséder.

  5. Levade Fanny dit :

    Article très intéressant!

    Pouvez-vous m’éclairer sur le paragraphe sur l’animation japonaise? Les américains ont commencé à faire du fansubbing pour élargir l’accès aux films, donc j’imagine de manière illégale. Donc les producteurs japonais sont allés aux Etats-Unis et y ont lancé un marché. « Les utilisateurs ont l’occasion de tester le produit avant de procéder à un achat éventuel », mais les utilisateurs pouvaient déjà tester avant avec le fansubbing. Pouvez-vous expliquer plus en détail l’effet d’exposition? Ce n’est pas très clair pour moi…

    D’après moi, les mangas se sont fait connaitre de manière internationale grâce en partie au piratage. Grâce à internet et aux communautés de fans, le public peut lire 24h ou 48h après le nouvel épisode de Naruto, par exemple. Ayant permis ce partage culturel, le piratage a permis une meilleure accessibilité à ces ressources, je dois l’avouer sans le piratage je ne sais pas si j’aurai lu et vu autant de manga. Et c’est à la suite de ces lectures que j’ai envie d’acheter les mangas originaux (parutions légales).
    Cet article met en avant les stratégies employées pour satisfaire les fans et leurs offrir des publications légales : http://www.numerama.com/magazine/32903-scans-naruto-gaiden.html

  6. Aurely J. dit :

    Bravo pour ce billet.

    J’aimerais rebondir sur la facette culturelle du piratage. D’expérience je me retrouve tout à fait dans ce que vous dites, dans un environnement ou la culture reste quand même assez chère (surtout pour nous pauvres petits etudiants ;)) Je trouve cela important de pouvoir « tester » un produit avant de l’acheter, fini le temps ou on devait acheter un CD sans trop savoir ce qu’il contenait et s’en sustenter. Je n’incite pas la au piratage bien sur, mais on peut prendre l’exemple de plateforme comme Youtube ou Deezer qui proposent des bien culturels en libre écoute, et qui en deviennent des plateformes de « test » pour les consommateurs. Si un artiste nous plait, nous pouvons ensuite acheter un CD ou voir un concert.

    Dans un autre registre, il faut garder à l’esprit que des entreprises (et des Etats), « utilisent » des hackers pour veiller à la sécurité de leurs systèmes. Actuellement, en France, les banques et les entreprises à risque emploient des hackers en leur demandant de s’infiltrer dans leur système et de détecter d’éventuelles failles, afin de tester la sécurité de leur réseaux. Le piratage peut donc aussi être utile aux entreprises en ce sens qu’ils s’allient au lieu de se concurrencer Avez vous trouvé des articles a ce sujet? Je me demande également ce qu’il en est des rumeurs concernant la relaxation de certains hackers aux US afin de mettre à contribution leur savoir faire et aider les services de renseignements?

    Bien sûr, tout peut avoir un bon et un mauvais coté, mais la pertinence de ce billet réside en l’ouverture d’un point de vue rarement abordé.

    • Jean Nicholas Otis dit :

      Bonjour Aurely, merci d’avoir lu notre billet.

      Dans le cadre de ce cours, l’économie du document, nous nous sommes attardés à l’aspect économique du piratage informatique. Comme vous le soulignez, il existe également une dimension culturelle, politique et technologique.

      Dans tous les cas, je crois que le piratage informatique est une fatalité du système c’est-à-dire qu’il est, à l’heure actuelle, virtuellement impossible à contourner. L’idée est donc de réagir d’une manière à en tirer profit, et c’est exactement ce que font certains acteurs tels que les artistes et les grandes sociétés. Il en va carrément de leur survie. J’irai même jusqu’à dire qu’un artiste qui n’est pratiquement pas piraté doit se poser de sérieuses questions sur son niveau de popularité et sur son avenir.

      Pour le consommateur, il est effectivement plus aisé de magasiner le contenu culturel qui correspond à nos goût grâce au web et notamment au piratage. Ces nouvelles pratiques nous permettent aussi d’explorer davantage et d’aller en terrain moins connu pour faire des découvertes sans que cela nous coûte un sous.

      Si vous vous intéressez à la récupération d’ancien voyou informatique, le cas de Kevin Mitnick pourrait vous intéresser. Il est le premier hacker à figurer sur la liste des dix fugitifs les plus recherchés du FBI. Après avoir séjourné quelques années en prison et entreprit un changement d’orientation, il travaille aujourd’hui comme consultant en sécurité informatique. Il a écrit quelques ouvrages où il relate ses tribulations.

      • Aurely J dit :

        Merci pour cette réponse, je vais faire quelques recherches en ce sens.
        Tout à fait d’accord avec le lien que vous faites entre la popularité/notoriété et le piratage!

  7. Pas sûre du tout que le piratage aille toujours dans le sens positif que vous décrivez dans votre partie « l’impact du piratage dans les entreprises ».
    Les entreprises ne sont pas gagnantes à se faire hacker. L’exemple célèbre de Craiglist hackée par AirBNB : http://growthhackers.com/growth-studies/airbnb ou https://www.linkedin.com/pulse/20140924082409-11968090-la-vraie-histoire-de-airbnb-serial-growth-hackers.
    Pour en savoir plus sur le growth hacking http://archinfo01.hypotheses.org/969. Que pensez-vous de l’ampleur du phénomène de growth hacking ?

    • Jean Nicholas Otis dit :

      Bonjour Laurence, merci d’avoir lu notre billet.

      Tout d’abord, je n’avais jamais entendu le terme growth hacking. J’ai donc fait quelques lectures afin de pouvoir vous répondre adéquatement. J’ai lu votre billet sur le sujet, la page Wikipédia, les liens que vous proposez dans votre commentaire ainsi que quelques articles trouvés suite à une requête avec le terme sur Google.

      Tout d’abord, le concept de piratage informatique englobe plusieurs pratiques et peut prendre plusieurs définitions. Vous trouverez dans l’introduction de notre billet le sens que nous lui donnons et qui nous sers de base pour notre argumentaire.

      En ce qui concerne le growth hacking, il s’agit selon moi d’un concept assez floue qui relève davantage de techniques de marketing que de piratage informatique comme tel. La seule similitude entre les deux est le terme hacking qui est dans ce cas une métaphore pour illustrer le caractère agressif voire parasitaire de cette pratique. Également, le growth hacking est effectué par l’entreprise en question et non par un pirate informatique ou un tiers come c’est le cas avec le piratage informatique. Il n’y a donc pas de lien selon moi entre les deux concepts. Le phénomène est intéressant du point de vue du marketing et de la façon d’exploiter toutes les possibilités qu’offrent l’environnement du web et surtout les failles du système.

      Également, nous ne prétendons pas que l’ensemble des entreprises profite du piratage informatique. L’objectif de notre billet est de présenter une nouvelle perspective sur l’idée, qui est basée sur une intuition logique, que le piratage est uniquement nuisible pour les entreprises. Comme pour tous les phénomènes, il existe plusieurs facettes, bonnes et mauvaises. Cependant, il est indéniable que certaines entreprises tirent profit du piratage informatique. Pour prendre l’exemple de AirBnB, je ne suis pas convaincue que Craigslist ai souffert de l’utilisation que AirBnb ont fait de leur site ni que le terme hacking soit pertinent pour décrire l’anecdote.

      La question des bénéfices du piratage informatique pour les entreprises a fait l’objet de plusieurs recherches dont quelques exemples sont cités dans notre bibliographie. (De Castro, Balkin, et Shepherd, 2008) (El Harbi, Bekir et Grolleau, 2010) Je vous invite à les consulter.

    • Hugo Giret-Butz dit :

      Bonjour Laurence, merci d’avoir nourri ce billet avec une nouvelle vision du hacking.
      Le terme de growth hacking est apparu depuis peu et fait plutôt appel et à des notions de Marketing d’après les lectures proposées. Cette méthode se base sur la croissance exponentielle d’utilisateurs sur des applications du web. On s’éloigne de l’essence du piratage évoquée par le billet.
      Toutefois, on peut s’interroger sur la présence du mot hack dans ton expression. Le terme hacking désignait à ses origines un état d’esprit créatif. Il évoquait l’expérimentation, la possibilité de trouver une alternative. C’est cet état d’esprit qui est retenu par le growth hacking.
      Voici un article qui explique la jointure faite entre growth et hacking :
      http://www.mitseo.net/growth-hacking-what-the-fuck/

  8. Cynthia Tremblay dit :

    C’était très intéressant de voir le piratage sous cet angle. On ne cesse d’entendre que le piratage fait perdre des profits aux entreprises, mais en réalité si j’ai bien compris ce serait les consommateurs qui font leurs achats dans la légalité qui paieraient le prix du piratage? Si on suppose que le prix d’achat du produit est plus élevé pour compenser ces pertes de ventes, les entreprises ont en réalité donné la facture aux consommateurs.

    • Hugo Giret-Butz dit :

      Bonjour Cynthia, merci d’avoir réagi.
      En effet, les entreprises auront tendance à gonfler le prix de leurs produits dans le cas de volumes piratés important. Il faut évidemment que cette stratégie soit rentable dans le sens où les profits perdus avec le piratage seront regagnés par l’achat des produits.
      Là où les entreprises victimes de piratage peuvent aussi se rattraper, c’est sur l’achat de logiciels par les entreprises et les institutions. Quelqu’un qui utilise un logiciel piraté à titre personnel est obligé d’acheter la licence s’il doit aussi s’en servir pour son travail.
      Une autre conséquence du piratage est la popularité du logiciel. Il circulera plus facilement de clé USB en clé USB avec des utilisateurs amateurs. La propagation de son utilisation augmentera alors l’achat de sa licence.

  9. Chloé D. dit :

    bonjour,

    J’ai apprécié lire votre billet car c’est un sujet intéressant avec un point de vue différent des articles habituels où l’on ne fait que condamner le piratage sans penser à ce qu’il peut apporter si l’on met l’aspect illégal dans un mouchoir un petit moment.

    J’ai également bien aimé votre partie sur les piliers de l’économie. C’est intéressant de les étudier sous un autre contexte et cela aide une nouvelle fois à leur bonne compréhension.

    Il est pertinent de regarder les évolutions actuelles créées pour contrer ce téléchargement illégal. Nos façons de consommer sont nouvelles, ou du moins on les a adaptées pour limiter notre piratage. Si l’on s’intéresse au cinéma, à la musique, à la télévision ou encore aux livres, nous avons changé nos habitudes ces dernières années.

    En effet, pour répondre à nos demandes de mobilité, le livre est transférable sur une tablette, la musique peut être écoutée à partir de nos téléphones portables et tablettes. Les offres ont également changé. Aujourd’hui, on peut écouter de la musique en streaming grâce à des starts-up comme Deezer qui a su également imposé son service dans nos abonnements mobiles par exemple. Les achats sont également plus flexibles, on peut acheter un seul titre au lieu de tout un album.

    Aujourd’hui, nous ne sommes pas forcément disponibles à l’heure de diffusion de notre série TV favorite. C’est pourquoi les chaines de télévision nous proposent de plus en plus de les revoir en replay, ou mieux encore, elles peuvent nous proposer de visionner les épisodes peu après leur diffusion aux Etats-Unis, car qui n’est pas frustré d’attendre une année afin de pouvoir les regarder en France ? La VOD (Video On Demand) nous permet également de voir rapidement des films sortis récemment sans devoir acheter le DVD que l’on regardera une seule fois. Le louer pendant une soirée nous aura peut être paru pas assez, le film étant magnifique, alors on ira se procurer le DVD. Le louer nous aura permis d’avoir un aperçu du film sans que cela soit trop coûteux.

    Seulement, ces nouveaux modes de consommation ne peuvent pas remplacer les biens, médias, moyens traditionnels. Par exemple, qui ne préfère pas se rendre au cinéma pour voir le dernier film sorti sur un grand écran, en très bonne qualité avec quelques fois en surplus un visionnage en trois dimensions ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *