Le livre numérique va-t-il décoller ?

Billet rédigé par Valentin Famelart (Enssib) et par Anna Leah Berstein Simpson (ENS-Lyon) dans le cadre du cours sur l’économie du document/web

Alors que le livre numérique était annoncé comme le fossoyeur du livre papier, force est de reconnaître que ce n’est pas le cas. Aux Etats-Unis, la proportion s’est stabilisée à 20% du marché. En Europe et plus particulièrement en France, il peine à décoller. Au-delà de l’apprentissage nécessaire pour passer de l’un à l’autre, qu’est-ce qui peut bien générer autant de réticences chez les consommateurs ? Pour le dire plus simplement, quelles sont les limites au décollage du numérique ? Lecteur, plutôt que de t’ennuyer avec des listes d’études prétentieuses, on va te livrer l’expérience de deux lecteurs numériques : Anna-Leah et Valentin. Puisses-tu en faire bon usage. T’es prêt ? C’est parti !

E-book Nation

Anna-Leah : Pourquoi je commence à lire les ebooks mais pourquoi j’en ai très peu acheté ?

Même si je ne suis pas une luddite à 100%, je garde une réticence qui m’empêche de m’investir en tant que cliente dans le monde des e-books. Je me situe plus ou moins parmi les utilisateurs typiques des ebooks. J’ai acheté une liseuse bas-de-gamme en 2011 (RIP Borders), mais j’ai mis presque quatre ans avant de l’utiliser. Pourtant, je n’ai acheté qu’un livre numérique (pour mon téléphone) pendant cette période. Ce n’était qu’avec la découverte d’un système de bibliothèque sur le cloud que je me suis mis à utiliser ma liseuse avec enthousiasme. En fait, je l’utilise juste comme une bibliothèque normale; j’emprunte trop de livres, je regarde constamment ma liste d’attente comme chez la bibliothèque depuis longtemps… Bon, ma description simplifie énormément les politiques derrière les bibliothèques en ligne.

Mais pourquoi est-ce que je n’en ai toujours pas acheté moi-même ? D’abord, je m’inquiétais depuis le début de devoir acheter un nouveau support, de changer de marque, et par conséquent, de perdre mes livres. De plus, si j’évalue mes habitudes d’acheteur, je me rappelle que je n’achète que des livres d’occasion qui coûtent beaucoup moins chers que les livres neufs. Les nouveaux arrivés, je les lis sur ma liseuse gratuitement. Tant que les prix des livres restent élevés, je ne serais pas trop tentée par l’achat de livres numériques. Oui, mes raisons pour préférer les livres en papiers ne sont pas uniques à moi. Il est bien connu que les livres en papier n’ont pas de batterie ni de DRM. On discute des pertes en expériences tactiles, le fait qu’on s’est habitué aux odeurs et aux sensations des livres physiques. Tous ces explications jouent dans mes habitudes, et les habitudes des lecteurs, mais je pense qu’une vue synthétique, de la culture du livre, pourrait expliquer aussi le fait que les livres numériques n’ont pas décollé, au moins hors du monde anglophone. Il me semble que l’offre actuelle – le prix, l’accès, les supports – des e-books n’est pas encore assez convaincante pour changer les habitudes des clients. On ne possède pas nos e-books comme d’autres biens. Au contraire, on nous accorde souvent des licences d’accès, qui peuvent disparaître selon les caprices des vendeurs, mais nous pleurons la promesse de la conservation des documents.  Cela veut aussi dire qu’on peut difficilement perpétuer la culture du livre. Par exemple, pour l’instant, on ne peut pas et d’ailleurs, on n’a aucun intérêt à  re-vendre nos e-livres, ce qui prive les amateurs des livres d’occasion de la serendipité et de la joie de la découverte. Il est clair que les ebooks pourraient dégrader le voyeurisme l’expérience sociale vécue par les amateurs du livre.  Oui, j’ai lu une trentaine de livres numériques, mais est-ce qu’on a vraiment lu un livre qu’on ne peut pas prêter aux autres?

Valentin : Pourquoi l’offre légale ne me convient pas ?

Contrairement à ma très-estimée collègue, je suis un gros lecteur numérique. À un tel point que je n’ai plus un seul livre papier dans mon appart’. Et pour le malheur de nos infortunés éditeurs, je télécharge. Oui, je l’avoue. Je suis un sale pirate qui met en péril la santé financière de toute la chaîne du livre. Mais avant de me frapper d’anathème, écoutez donc pourquoi.

J’ai une liseuse Kindle, je suis donc lié par le sang à la pieuvre Amazon. Un jour, j’ai voulu acheter un bouquin, le télécharger sur mon ordinateur et le charger en USB sur ma liseuse. Sauf que c’était impossible. La copie générée pour Kindle Reader For Windows n’était pas compatible avec ma liseuse. Il a fallu faire sauter le DRM avec des moyens que la morale et le marché réprouvent.

Une autre fois, je cherche un bouquin, introuvable en ebook français, sauf en PDF. Vous avez déjà essayé de lire un PDF sur une liseuse ? C’est infâme ! Et puis je suis tombé sur la Team Alexandriz, sur le site de laquelle j’ai trouvé une version Epub tout ce qu’il y a de plus conviviale.

Ami lecteur, tu sais à présent que je ne pirate pas par goût du risque. Car la réalité est là : il est aujourd’hui plus facile de trouver des livres numériques illégalement. Et cela, nous le devons aux efforts pour limiter cette illégalité. Ironique, n’est-ce pas ? Le marché du livre numérique s’est embourbé dans les mêmes travers que celui de la musique ou du film : il pénalise le lecteur légal tout en facilitant l’accès illégal.

Au fond, nous ne demandons rien d’autre que de la simplicité : un clic, un livre. J’ai bien conscience que cette simplicité formelle demande une grande complexité structurelle. Mais elle n’a rien d’infaisable. Demandez donc à Valve pourquoi j’ai arrêté de pirater des jeux vidéos : payer est devenu plus simple que fouiller des torrents ou des sites russes.Et je vous prie de croire qu’un jeu vidéo est un investissement plus conséquent qu’un livre.

Et encore, ce n’est qu’en ce qui concerne la fiction. Vous avez déjà essayé de trouver des livres théoriques, pour les cours par exemple, en numérique ? L’offre est ridicule, la qualité au mieux douteuse. Le PDF n’est pas plus satisfaisant que l’Epub dans ce domaine, et Jiminy Panoz l’explique mieux que moi :

En résumé : une infrastructure kafkaïenne, des formats inadaptés, un choix abyssalement pauvre. Et on s’étonne que le numérique ne décolle pas ?

Conclusion

Alors lecteur, que doit-on conclure de tout ça ? Que le principal frein au développement du livre numérique n’est pas économique, mais simplement humain. C’est humain quand l’utilisateur doit apprendre à utiliser un instrument auquel il n’est pas habitué. C’est humain quand il a peur de perdre ses livres préférés. C’est humain quand il doit se battre avec ce qu’on lui propose, jusqu’à préférer une offre illégale parce que celle-ci est plus simple. C’est humain quand il ne trouve pas ce qui lui fait envie.

Il n’y aura pas pas dix manières de développer le marché du livre numérique : ce sera une affaire de volonté de la part de tous les acteurs de la chaîne du livre. Et il faudra sans doute dépasser de nombreux préjugés avant que ce décollage ne s’annonce réellement. Qu’en pensez-vous? Où vous situez-vous dans le monde des (e-)lecteurs?


Vous aimerez aussi...

23 réponses

  1. Stéphanie Séguin dit :

    Il serait intéressant de pouvoir comparer l’engouement autour des différentes catégories de contenu et de médium. J’ai l’impression que certains types de contenu sont beaucoup plus accessibles par liseuse que d’autres, et que leur économie doit être plus avancée et implantée. Je me doute par exemple que l’économie numérique des textes théoriques longs et plus spécialisés, par exemple, peine davantage à décoller que celle des revues, qui peuvent notamment se fragmenter en articles et correspondre plus naturellement au mode de lecture numérique.

  2. Valentin dit :

    Dans tous ces commentaires il y a quelque chose qui revient souvent : le rapport au livre, à l’objet. La sensation du papier, l’usure, comme le font remarquer Cynthia, Chloé et Lucile. Au-delà des considérations péremptoires sur la « pollution du cerveau », je crois qu’on peut s’interroger sur la formation (l’éducation ? le conditionnement ?) des lecteurs.
    C’est pas si bête. Depuis que nous sommes gosses, nous lisons sur papier, notre immersion dans la littérature ne passe que par un seul médium. Un second arrive, il est assez légitime que des ajustements doivent se faire pour s’y adapter. Marc-André Brouillard le disait déjà il y a cinq ans de cela : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/49386-lecture-a-l-ecran-defis-du-lecteur-branche.pdf
    Après il y a aussi le problème du bruit de fond lorsqu’on lit sur tablette ou smartphone : les notifications des applis, les mises à jour intempestives… Mais dans un sens, c’est un point à mettre au crédit des liseuses, qui permettent de se focaliser sur une seule activité à la fois, comme un livre.

  3. Jean-Michel Salaün dit :

    N’y aurait-il pas une différence de nature économique entre l’appropriation d’un livre papier et l’accès à un livre numérique de l’autre : bien d’un côté, service de l’autre ? N’est-ce pas une des clés pour comprendre la différence entre vos deux relations au livre ?

  4. Aldus dit :

    Le livre numérique peine à décoller? Si l’on se se base sur le rythme anglo-saxon, certes oui. Mais il représentera en 2015 près de 100M€, c’est près de 30% des ventes de livres au format de poche. Le numérique, une niche? 🙂 Les prix trop élevés restent le principal frein, les groupes d’édition retiennent au maximum ce marché. Nulle part pour l’instant l’on n’observe de substitution. Malgré cela les éditeurs raisonnent 1 livre numérique acheté = 1 vente papier perdue. C’est dommage, là où le numérique permet la curiosité, l’achat d’impulsion, l’échange dans des cercles privés, etc, les éditeurs sont ancrés dans une défensive extrême. Un brave consommateur handicapé par des DRM d’un autre âge et des prix élevés. De quoi en doucher beaucoup c’est sûr. Reste le piratage endémique, les onglets des ebooks envahissent les sites têtes de gondoles du piratage, un signe.
    Baisser les prix comme en Italie depuis le début de l’année, étendre les solutions de marquage, assécher les offres de piratage en luttant contre le financement, les bonnes voies pour demain sans doute.

    • Valentin dit :

      J’aimerais revenir sur cet « assèchement des offres de piratage ».
      Est-ce que quelqu’un a réalisé une étude du coût de la lutte contre le piratage par rapport aux gains ? Est-ce qu’un livre piraté est nécessairement un livre non-acheté, ou un livre qui serait acheté s’il n’y avait pas l’offre de piratage ? Est-ce que ce piratage est réellement « endémique », ou en tout cas plus flagrant que celui sur le marché du film ou du jeu vidéo ? Est-il techniquement possible d’assécher l’offre de piratage ?
      J’ai l’impression qu’à un moment on a décidé que « Un livre piraté = un livre volé ». En gros, tout le monde sur le marché traite les exemplaires numériques comme des exemplaires physiques. Et personne ne considère l’hypothèse que le dit « piratage » peut être un excellent moyen de promotion d’un livre. Pourquoi ne pas imaginer laisser une copie standard sur les réseaux torrents, mais proposer une version mise à jour sur les réseaux légaux, par exemple en corrigeant les fautes en direct ? Après tout, ça fonctionne bien sur le marché du jeu vidéo.

  5. Bonjour à tous !
    Je trouve votre billet pertinent pour motiver la réflexion des modèles économique de base que nous avons vu dans le cours, celle de la bibliothèque et de l’édition. En même temps votre article nous permet penser nôtres pratiques quotidiennes en tant que lecteurs.
    C’est très intéressant les comparaisons que vous abordez sur les habitudes de lecture et de la consommation de livres numériques ou papier aux Etats-Unis. Sur le point de la non possibilité de prêter nos livres, je pense qu’effectivement les acteurs du marché ont oublié cette fonctionnalité sur les applications ou les appareils de lecture. Sur l’application iBook du ipad ont a la possibilité de télécharger de livres gratuits mais c’est vrai que il manque le bouton « partager ». La bibliothèque sur l’ipad reste très personnelle, c’est le cas contraire des bibliothèques à maison, un espace de partage pour la famille ou pour les amis qui vient nous visiter. La bibliothèque à la maison est un sorte de vitrine qui révèle notre personnalité et nous intéresses, même intellectuels et de plaisir.
    Si on pense aux sept piliers de l’économique de la information, la notion de conservation n’est pas présent suffisamment, parce que les documents (les livres) no peuvent pas être partagés car nous sommes face à la perte de son valeur monétaire. Donc, la notion de la résonance est absence car il n’existe pas la liberté de partage les documents, ou moins que les livres soient en format PDF ou similaire que permette les transférer.
    Par rapport au principal frein au développement du livre numérique j’ajouterais que le facteur technologique/business et présent aussi. Je pense que bientôt vont arriver des applications et des plateformes plus adaptés pour l’achat, lecture et partage de livres numériques. Je ne vois pas très loin l’apparition d’une application avec laquelle soit possible de partager les livres gratuits et à chaque fois que tu veux le partager ou télécharger, selon le cas, apparaisse une publicité pour financier la plateforme.
    C’est encore très incertain comment faire pour changer l’habitude d’acheter et d’avoir sur les mains cet objet de culte. Il s’agit d’un produit et pas d’un service. On peut avoir beaucoup de exemples des services que ont été adapté sur le web, lesquels ont aujourd’hui un grand succès. La notion de l’interprétation est très importante. Les livres c’est un objet très symbolique et c’est pas facile de changer une pratique chargée de multiples significations.

  6. Eléonore deM dit :

    À mon tour de répondre à votre question sur mes habitudes de lecture… Je suis une très grosse lectrice, et mes étagères débordent ; mais je ne suis pas encore passée au numérique, pour plusieurs raisons et notamment le fait que je passe déjà trop de temps devant un écran (environ 8h par jour je pense). On nous parle depuis quelques temps de la lumière bleue émise par les tablettes (même si certains essayent d’y remédier http://www.idboox.com/infos-ebooks/ebook-oyster-lance-lumin-pour-optimiser-le-confort-de-lecture/) qui nous empêche de dormir, et concernant les liseuses, les avis contradictoires (mauvais rapport qualité/prix, on ne peut pas déplacer ses livres sur n’importe quel autre support) sont le frein ultime : je ne suis pas passée au livre numérique. Et pourtant, je n’ai pas 70 ans ! Il y a encore beaucoup de progrès à faire dans le domaine.

    • Mathilde B. dit :

      Pour la lumière bleue, elle m’empêchait également de dormir, et m’a longtemps freiné pour la lecture sur écran numérique. Je suis donc passée à f.lux : https://justgetflux.com/research.html
      C’est un logiciel qui simule le coucher de soleil au niveau de la luminosité de l’écran. Plus il est tard, plus la lumière est tamisée – à désactiver lorsqu’on veut travailler avec des colorimétries précises – et la fatigue de la « lumière bleue » s’aténue.

    • Valentin dit :

      Toutes les liseuses ne sont rétro-éclairées, du moins pour les premières d’entre elles. Ça ne doit pas être très difficile de trouver un Kindle de première génération à un prix dérisoire, et la qualité de lecture est identique à celle d’un livre de poche. Par contre, c’est vrai qu’on se rend moins compte de là où on en est dans le bouquin sans les pages.
      Sinon, concernant le déplacement des livres… Ça concerne surtout les ebooks sous DRM, donc récents. On peut assez facilement trouver des ebooks libres de droits et sans DRM pour peu qu’on ne lise que des classiques. Sans parler des auteurs indé qui publient également sans DRM. Après c’est vrai que ça demande des recherches et un investissement en temps que tout le monde n’est pas prêt à consacrer.

  7. D’abord, plein de points pour avoir mentionné les luddites et pour le côté human interest. Excellent rappel : les livres papiers n’ont pas de batterie ! Bonne chance avec vos sabots !
    Ensuite : il faut (aussi) poser la question du point de vue des institutions, et noter la forte demande quand le prêt numérique quand c’est offert correctement par les biblios publiques. C’est OK de dire que le livre papier plaît plus à l’une, que l’autre est sans morale fixe, mais qu’est-ce qui se passe avec le public général et l’accès à la culture ? On a besoin de solutions qui conviennent à la fois aux éditeurs, aux auteurs et aux lecteurs. Aidez nous SVP !

    • Anna Leah Berstein Simpson dit :

      Effectivement, c’est important de souligner qu’il ne s’agit pas de question de moralité. On respect les gens, peu importe leurs choix de « supports » pour lire. Merci de l’avoir mentionné!

  8. Oui le livre numérique est plus pratique pour son format et son prix. Mais au final, vous le dites le marché ne décolle pas. On peut se demander si le manque d’interopérabilité entre les différents formats de livres numériques et les liseuses n’influe pas sur ce décollage du livre numérique. Mais l’autre raison est liée à l’émotion. Le lecteur n’instaure pas les mêmes rapports entre un livre papier et une liseuse. D’ailleurs Cynthia, Chloé et Lucile en parlent très bien. Prenant le train tous les jours, je vois bien que le gros roman bien lourd est toujours largement dominant… Ne pensez-vous pas qu’un autre type de lecteur est né avec le livre numérique ? Avec des attentes et des besoins différents ?

  9. Cynthia Tremblay dit :

    Bonjour,
    Je lis beaucoup plus de livres papiers que de livres numériques. En fait, je n’ai même jamais acheté de livres numériques. Il m’est arrivé d’en emprunter à quelques reprises à la bibliothèque lorsque j’avais besoin d’un livre rapidement. L’accès rapide au contenu est incontestablement un avantage du numérique. Par contre, pour moi le plaisir de toucher un livre, de voir la progression physique de sa lecture, de voir l’usure d’un livre (qui lui confère une vie dans le sens qu’on sait qu’il a été lu), de pouvoir partager ses livres avec d’autres font partie intégrante du plaisir que je prends à lire. De plus, j’aime vraiment pouvoir remplir mes bibliothèques avec des tonnes de livre, je trouve ça tellement beau.

    C’est sûr que le livre numérique a plusieurs avantages tels que les diverses possibilités de personnalisation, d’analyse et de recherche. Mais, pour le moment, le livre numérique ressemble beaucoup trop au livre papier. Il a vraiment été reproduit, probablement dans le but de rassurer les lecteurs, avec quelques fonctionnalités supplémentaires. Il pourrait par contre aller beaucoup plus loin avec toutes les possibilités offertes par le numérique. Il pourrait croiser texte, son, images et liens pour en faire une expérience unique. De cette façon, les lecteurs risqueraient beaucoup plus de s’y accrocher. Ce chapitre de livre traite justement des potentialités du livre numérique : http://books.openedition.org/pum/337.

    • Valentin dit :

      Certains auteurs essaient déjà de tirer partie des possibilités du numérique. Thierry Crouzet, l’auteur de 1 Minute (https://www.wattpad.com/user/ThierryCrouzet), par exemple : son texte peut être lu dans n’importe quel sens et chaque chapitre apporte des informations supplémentaires au lecteur. Peu à peu on voit la trame globale se dessiner. Le problème, selon moi, c’est que ce format ne permet pas de se concentrer sur un personnage en particulier (il faudrait un déroulement chronologique pour ça). On réduit l’empathie du lecteur et ça limite par conséquent l’immersion dans l’histoire. En bref, le numérique offre de nouvelles méthodes pour présenter des contenus (narratifs ou non), mais cela va demander une formation des auteurs, des éditeurs et des lecteurs. Tout ça n’en est encore qu’à ses balbutiements.

  10. Hertzog Lucile [ENS Lyon] dit :

    Bonjour Anna-Leah et Valentin,
    Pour répondre à votre question je me situe à la périphérie de ces deux types de lecteurs : je lis des bouquins papiers et j’achète des livres numériques.
    Les bouquins papiers je les déniche dans la bibliothèque de mes parents. Rien de plus « humain » en effet que d’aller puiser ses lectures dans la bibliothèque familiale. En effet nous perdons cet aspect de transmission émotionnelle lorsque l’on passe au numérique.
    Quant aux livres numériques, j’en achète de temps en temps, mais il est une évidence pour ma part que je n’achèterai pas de livre au-dessus de dix euros. Pour la simple raison que cet aspect immatériel ne semble pas lui donner autant de valeur qu’un livre papier. En payant une somme plus conséquente via mon mobile, je me sentirai comme arnaquée. Le type de livres que j’ai pu acheté numériquement étaient effectivement surtout des livres auto-édités, des écrivains en herbe faisant leurs premiers essais et j’ai trouvé cela très rafraîchissant. Ce sont des auteurs qui prennent plus de risque que ce que l’on trouve dans l’édition classique.
    Voici un article relevant les points forts et les points faibles du livré numérique : http://fccf.ca/blogue_artistique/?p=57
    Il ne faut pas oublier qu’à l’heure où l’on passe de plus en plus de temps devant nos écrans, nous polluons notre cerveau avec ce nouveau médium de lecture.

    • Anna Leah Berstein Simpson dit :

      Bonjour Lucile,
      Merci d’avoir commenté notre billet! Est-ce que les livres numériques que t’achètes sont disponibles en papier aussi? Si t’as le choix entre un livre broché qui coûte le même prix qu’en livre numérique, as-tu tendance à choisir un ou l’autre? Cet aspect tangible est bizarre, n’est-ce pas? Il est possible qu’on pourrait réduire la singularité du document en téléchargeant le même livre plusieurs fois, qui nous permettrait un plus grand partage qu’avec les livres papiers. Cependant, il reste qu’on se renseigne et qu’on s’habitue! C’est pas facile.

  11. Chloé D. dit :

    Bonjour,

    Je réponds à votre invitation sur mes habitudes de lecture. Le seul ebook en ma possession traite du langage HTML et est issu du site du zéro. J’en avais besoin rapidement et son format PDF me permet de faire des recherches plus rapidement au sein du texte.

    Depuis mon enfance, je lis beaucoup de livres, tellement que j’ai actuellement presque deux grandes bibliothèques remplies et je suis toujours à la recherche de places pour entreposer mes nouveaux livres. Je ne peux pas me rendre dans un magasin proposant des livres sans en acheter un, c’est compulsif. Il suffit que je lise le dos d’un livre, les quelques mots de l’éditeur ou de l’auteur, pour me donner envie de le lire et je l’achète sans vraiment hésiter.

    Maintenant vous allez me demander pourquoi entreposer tous ces livres et ne pas passer au format numérique ? J’aime tout simplement sentir le papier sous mes doigts, tourner moi-même les pages… Mais surtout j’adore relire mes livres, ils ne sont jamais enfermés dans mes bibliothèques pour ne jamais en ressortir. Au-delà de cette relecture, j’aime également prêter mes livres à mes sœurs ou ami(e)s. Tout ceci n’est pas permis avec les liseuses.

    Par-ailleurs, n’est-il pas mieux de se rendre chez un petit libraire pour acheter un bouquin, profiter de ses conseils et participer à la sauvegarde des petites librairies de quartier ? Article du journal Le Monde intéressant par ailleurs Les libraires français face à la révolution numérique (En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/article/2013/06/01/les-libraires-francais-face-a-la-revolution-numerique_3422332_3260.html#FuUdD8IpTfxe0Qiw.99). Il date certes de 2013 mais est pertinent.

  12. Arianne Parent-Touchette dit :

    Je suis d’accord avec vous qu’il s’agit d’une affaire de volonté de la part de tous les acteurs de la chaîne du livre. D’ailleurs les bibliothèques font des efforts afin de promouvoir le livre numérique. La plateforme PRETNUMERIQUE.ca est accessible via plusieurs bibliothèques publiques québécoises. Même si seulement un nombre limité de livres y sont offerts, on observe un réel intérêt de la part des usagers. L’implantation d’un tel service en bibliothèque publique permet d’ailleurs d’offrir un service de soutien aux usagers pour l’installation des logiciels nécessaires et pour l’utilisation de la plateforme en général. On ne peut évidemment pas prêter le livre, mais on peut le conseiller à un ami et, si celui-ci possède un accès à PRETNUMERIQUE.ca, il pourra y avoir accès gratuitement.

    • Anna Leah Berstein Simpson dit :

      Merci, Arianne, d’avoir offert cette vision québécoise des choses. Je trouve extrêment intéressant qu’aux USA et au Canada, les bibliothèques incitent leurs clients à migrer (ou au moins à tester) les livres numériques. Ce sera utile quand on ne peux pas, par exemple, sortir à la bibliothèque pendant une tempête de neige, ce qui m’est déjà arrivé! C’est important, aussi, ce côté de formation, qui n’est pas gratuit ni pour le lecteur ni pour les institutions offrants ces services. Il existe même des (e)books pour former les gens à utiliser leurs liseuses (http://www.dummies.com/how-to/consumer-electronics/Kindle.html). On verra si cela arrivera en France…

  1. 15/10/2015

    […]   […]

  2. 19/10/2015

    […] Billet rédigé par Valentin Famelart (Enssib) et par Anna Leah Berstein Simpson (ENS-Lyon) dans le cadre du cours sur l’économie du document/web  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *