Google dans le collimateur de la concurrence

Billet rédigé par Karim Mansouri (EBSI) et par Aurely Jautard (ENS-Lyon) dans le cadre du cours sur l’économie du document/web.

La Commission Européenne accuse

En Europe cela fait maintenant 5 ans (novembre 2010) qu’une enquête a été ouverte sur les pratiques du moteur de recherche Google. Récemment la Commission Européenne a adressé un certain nombre de griefs au géant l’accusant d’abus de position dominante notamment en détournant des utilisateurs vers ses propres services, tel que Google Shopping, son comparateur de prix. Au même moment, une enquête s’ouvrait à propos des abus liés à son système d’exploitation mobile: Android. En 2014, une entente Google-CE avait pourtant été signée le 5 février comprenant un ensemble d’engagements. En réponse aux griefs de l’UE, Kent Walker, vice-président et avocat général de Google, a déclaré : « ces allégations sont inexactes, et nous estimons que Google élargit le choix des consommateurs européens, et offre de bonnes opportunités aux entreprises de toutes tailles », ajoutant que les réponses fournies par le moteur aux individus étaient personnalisées (exploitation des traces) et que vouloir modifier cette pratique risquerait de nuire à l’expérience utilisateur et à l’innovation sur le marché européen. Margrethe Vestager (commissaire européen à la concurrence) a, de son côté, lancé un appel au géant : « Google a à présent la possibilité de convaincre la Commission du contraire. Toutefois, si l’enquête devait confirmer nos craintes, Google devrait en assumer les conséquences juridiques et modifier la façon dont elle conduit ses activités en Europe ».

En Août 2015 au moment où la Commission Européenne ouvre une procédure formelle d’examen contre le géant, celui-ci se métamorphose en « Alphabet » une holding qui chapeaute désormais toutes les activités de la firme (à lire: «Google a changé. Mais en fait nom.» Billet d’Olivier Ertzscheid publié sur son Blog le 11 Aout 2015). Certains accusent alors Google d’opérer ce remaniement pour échapper à la justice Européenne. Que nenni affirme le spécialiste Rubin Sfadj, avocat spécialisé en droit des affaires au barreau de New York dans un article publié dans Télérama: « Si c’était aussi simple que ça, il suffirait de changer de nom à chaque fois qu’on est poursuivi ». En complément, Christophe Benavent, professeur en stratégie et marketing à Paris-Ouest, apporte dans ce billet du 14 août 2015, un point de vue éclairant sur le repositionnement de la firme.

Yes Google can ?

Du côté américain, la situation est un peu plus complexe. En 2013, la FTC (Federal Trend Commission) ouvrait une enquête sur les pratiques anti-concurrentielles de Google, la refermant rapidement et concluant qu’il n’y avait pas de base juridique pour intenter une poursuite. Cependant, en 2015 et suite à une erreur administrative dans la communication de la FTC, un document confidentiel de 160 pages se retrouve sur le bureau du Wall Street Journal. Coup de théâtre, ce document révèle qu’à l’époque et malgré une affaire classée sans suite, l’agence avait pourtant recommandé à la commission d’intenter des poursuites en énumérant les infractions commises par Google.

Suite à ces révélations, l’agence Bloomberg annonce le 25 Septembre dernier l’ouverture d’une nouvelle enquête de la FTC, cette fois-ci à propos d’Android. Cette affaire pointe du doigt le scepticisme ambiant des concurrents de Google, qui accusent, par l’entremise de certains sénateurs, l’administration Obama de connivence avec le géant du web. En 2012, Google était le deuxième convoyeur de la compagne électorale d’Obama, après Microsoft (source: Businessinsider). Cependant, la volonté de faire respecter la loi Antitrust est bien réelle car la majorité des concurrents directs de Google sont américains. Le procès risque donc de devenir un véritable enjeu politique à la veille des élections présidentielles en 2017.

Google, le hors-la-loi de l’Antitrust ?

Précédemment évoquée, la loi Antitrust, ou loi de Sherman, a été votée en 1890 aux USA. Elle accuse de délit « toute personne qui monopolise ou tente de monopoliser une partie quelconque du trafic ou du commerce entre les divers États (de l’Union) » (source : CNRTL).

Prenons l’exemple de “Google Shopping”, service de comparateur de prix de Google, qui succède à d’autres services de comparaison du moteur tels que Froogle & Google Product Search, très peu utilisés à l’époque, comme l’explique Etienne Wery (Avocat aux barreaux de Bruxelles et Paris) dans son article reprenant le rapport de la FTC publié en 2015. Or, les conclusions de la FTC sont claires : « si un site de comparaison de marchands d’un concurrent avait dû être classé plus haut (dans les résultats de recherche), par exemple, Google Shopping était parfois placé au-dessus de lui. » Toujours selon la FTC, le moteur limite également les campagnes des autres comparateurs sur des moteurs de recherche concurrents tel que Bing ou Yahoo, « plus précisément, il empêche les annonceurs d’utiliser les données collectées via les campagnes publicitaires Google pour effectuer des campagnes pub sur d’autres sites ». La firme aurait-elle  placé son service en tête des résultats de recherche, de façon déloyale, tout en sachant que celui-ci n’est pas le plus pertinent pour les utilisateurs ? Il est aujourd’hui très difficile pour la Commission Européenne et pour les Googlers de déterminer si c’est le cas ou non. Pour aller plus loin, nous vous invitons à consulter cette étude empirique (en anglais) de Michael Luca à propos des pratiques de Google et des impacts sur le bien-être des consommateurs.

Contre-attaque sur le marché du mobile

Les pratiques liées à l’OS mobile de Google sont elles-aussi pointées du doigt par la CE et la FTC. Android est un système d’exploitation libre (open source) conçu initialement pour smartphones et tablettes, développé sur la base d’un noyau Linux. C’est actuellement le système le plus utilisé dans le monde car il est proposé par défaut par de nombreuses marques.

Marché d'Android 2

Marché d'Andoid 1

Source : International Data Corp / Bloomberg

Même si Android est un système d’exploitation libre, on remarque dans la plupart des cas que de nombreux services made in Google y sont installés par défaut à la demande de celui-ci. C’est le cas notamment du Play Store, de Maps (système de cartographie), de Chrome (moteur de recherche) ou encore Youtube (Vidéo Network). Ce bundle (offre groupée) permet à Google de bénéficier d’un placement avantageux sur l’écran d’accueil des téléphones, ce qui entraîne la baisse de rendement d’applications similaires qui ne sont pas installées par défaut. Difficile d’aller voir ailleurs quand tout est déjà là. Dans le cas présent la Commission Européenne indique dans un communiqué du 15 Avril 2015, chercher à savoir si « Google a violé les règles de l’UE en matière d’ententes et d’abus de position dominante en entravant le développement et l’accès au marché des systèmes d’exploitation, applications et services concurrents pour appareils mobiles, au détriment des consommateurs et des développeurs de services et produits innovants ».

Dans sa nouvelle enquête sur Android, la CE souhaite répondre à trois questions :

  • Google a-t-il obligé les fabricants d’appareils mobiles à pré-installer uniquement ses services d’application au détriment d’autres ?
  • A-t-il empêché des constructeurs d’appareils mobiles de développer et de commercialiser des versions modifiées (forks) d’Android  ?
  • Est-ce que la firme porte préjudice à ses concurrents en liant ou groupant certains de ses services et applications sur les appareils Android avec d’autres services, applications ou API de Google ?

En Russie, l’enquête menée par le FAS (Fédéral Anti-Monopoly Services) sur le même sujet, n’a pas donné raison au géant dans l’affaire qui l’opposait à Yandex (moteur de recherche Russe) qui avait déposé une plainte en mars 2015 pour abus de position dominante au sujet d’Android. Le procès a été assez expéditif puisqu’un jugement a été rendu en septembre condamnant la société de Mountain View à payer une amende équivalente à 15% de son chiffre d’affaires réalisé en Russie dans le secteur du téléphone mobile et en laissant à Google jusqu’au 18 Novembre 2015 pour ouvrir le marché à la concurrence sur les mobiles.

Google tiendra-t-il ses promesses ?

Après avoir orienté les utilisateurs de son moteur de recherche vers ses services maison, Google s’est attaqué à la conquête de nouveaux espaces en développant son OS Android pour envahir le marché des smartphones. Lors de sa déclaration d’entrée en bourse Google avait été clair en mentionnant son intention d’utiliser la publicité comme moyen de financement avant d’ajouter : « Nous avons également mis l’accent sur une atmosphère de créativité et de défi, qui nous a permis de fournir un accès impartial , exacte et gratuit à l’information pour ceux qui comptent sur nous dans le monde entier » (trad). Récemment, l’Alphabet s’est associé à Yahoo!, Yandex, Bing et Microsoft pour développer le projet Schema.org en partenariat avec le W3C. Cette instance commune souhaite promouvoir des formats de textes riches (micro-datas) simples et uniformes. En s’alliant à ses concurrents, au lieu de les répudier, Google arrivera-t-il à tirer son épingle du jeu et tenir ses promesses ?

 

 


Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. Karim M. & Aurely J. dit :

    Des accusations qui pèsent sur Google, on n’en retient généralement que celle en lien avec le comparateur de prix Google Shopping, étant celle qui est mise en exergue par la commission européenne et même la FTC. Pourtant cette affaire s’inscrit dans un champ d’accusation beaucoup plus vaste qui pèse sur le géant comme la copie de contenus web concurrents ou « moissonnage » (le scraping), la publicité exclusive (advertising Data) et les restrictions indues imposées aux annonceurs (Exclusive Deals).
    Dans un second volet, même si on a tendance à condamner Google pour son quasi monopole sur les téléphones intelligents avec son système d’exploitation Android, il ne faut pas perdre de vue qu’il ne s’agit pour le moment que d’une procédure d’examen et qu’une accusation est loin d’être acquise, loin s’en faut. Pour cause, Google maîtrise bien son jeu dans cette bataille autour des téléphones intelligents. En mettant au devant de la scène, les constructeurs de Smartphones qui utilisent l’OS open source Android et qui ne se gênent pas pour le « formater » à leur goût, Google tire bien ses ficelles tout en imposant ses applications qui lui rapportent gros.
    En attendant de voir émerger d’autres OS non propriétaires et « réellement » open source, le marché reste dominé par deux mastodontes : Google et Apple, suivi de loin par Microsoft, qui à défaut d’imposer son système et son téléphone, tire un grand profit grâce aux royalties.

  2. Levade Fanny dit :

    Merci pour cet article.
    J’ai fait les gros yeux en voyant que Android était qualifié de « opensource »… Pouvons-nous vraiment le qualifier comme tel?
    J’ai un doute sur le fait qu’il soit sur le même niveau que l’OS de Linux ou Mozilla. Voici un article qui appuie mes doutes : http://www.numerama.com/magazine/20599-android-est-il-vraiment-libre-et-open-source.html
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    • karim dit :

      Bonjour Fanny,
      C’est une sacrée question que tu nous poses.
      Le cœur d’Android est un système d’exploitation open-source, mais comme le montre l’article que tu as mis en lien, aucun des logiciels open-source mentionné n’est entièrement « open ». D’ailleurs, comme le mentionne dans cet article Richard Stallman, ce sont les constructeurs de Smartphones qui sont derrières ces interfaces qui rendent l’OS moins ouvert. On peut reprocher à Google son inaction et le contrôle laissé aux constructeurs, ou (comble de l’ironie) son manque de contrôle sur son Android (il doit probablement trouver son compte dans cette stratégie).
      Lire aussi cet article intéressant (http://www.gnu.org/philosophy/open-source-misses-the-point.html) sur la distinction (philosophique, mais pas seulement) entre un logiciel libre et open source. Ceci étant dit, comme mentionnée par Aurely, il est toujours possible d’installer un autre système Android alternatif (comme CyanogenMod) conçu par des développeurs indépendants, mais ça prends quelques connaissances techniques et un risque pour l’appareil. On peut même simuler l’iOS d’Appel.
      La guerre entourant Android qui impliquent Apple, Microsoft et les membres du consortium Rockstar d’un côté et les constructeurs de téléphones mobiles (qui bizarrement épargne Google, pourtant le paternel d’Android) montre toute la complexité du marché de la téléphonie mobile. Lire ( http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/11/04/brevets-offensive-generale-d-apple-et-de-microsoft-contre-google_3507485_651865.html) et ( http://www.silicon.fr/sortie-crise-en-vue-conflit-opposant-apple-samsung-94453.html).
      Il est intéressant de situer les batailles et les stratégies de Google en défendant la liberté de l’innovation sur la dérive de la propriété intellectuelle (Voir http://www.zdnet.fr/actualites/guerre-des-brevets-et-android-google-tape-du-poing-sur-la-table-39762887.htm), tout comme il le fait sur le principe du fair use dans l’affaire du Google Books, et finalement la défense des droits des consommateurs dont les comportements changent vite à l’ère du multiscreen, dans l’affaire du Google Shopping.

  3. Lucile Hertzog dit :

    Merci pour cet article instructif.
    Ce qui me parle et m’atteint le plus évidemment c’est l’opérateur de système ANDROID. Faisant moi-même la guerre à Apple (pour ses prix souvent injustifiés), je me retrouve avec des ANDROID alors que je mène également la guerre à Google. Ça n’a plus de sens. On se retrouve coincé entre ces deux géants en terme d’OS sur nos smartphones. Aujourd’hui le choix n’est donc pas réellement possible. Nous savons que nous sommes espionnés et influencés par ces géants sans avoir de défenses.
    Effectivement tous les services de Google sont pré-installés et largement mis en avant par les smartphones sous Android. Si hier cela me réjouissait, aujourd’hui je le déplore. On peut lire « You might reasonably assume that the growth of Android makes Google ever more rich and powerful » dans cet article : http://www.brighthub.com/mobile/google-android/articles/124736.aspx )

    Pensez-vous que d’autres OS puissent émerger malgré l’avancée démentielle qu’ont iOS et Android ? Comment cela pourrait-il transformer le marché ? Les gouvernements n’ont ils pas intérêt à encourager ce genre de projets (et tous type de projets alternatifs aux offres de Google) !?

    • Aurely J dit :

      Merci de ton intérêt Lucile,

      Il existe en effet d’autres OS qu’Android ou iOS. Je te propose la page Wikipédia suivant qui les récapitule et les décrit en proposant un graphe des systèmes les plus utilisés : https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_d%27exploitation_mobile

      Il est vrai que dans la conjoncture actuelle du mobile, le choix reste tout de même très restreint car Android est implanté par défaut sur de nombreux téléphone. Donc d’autres OS existent mais il faut les installer nous même, car il reste rare de trouver des marques française qui ne fonctionnent pas sous Android. C’est cette démarche d’installation qui pose le plus de problèmes, car l’utilisateur moyen ne se questionne pas, parfois ne sait même pas qu’un changement d’OS est faisable. Le choix est donc bien reel mais biaisé comme souvent avec Google. C’est en partie pour ça que la firme reste très difficile à attaquer. Deuxième grande question, est ce que tu parmi les concurrents tu trouverais un OS qui serait plus ou moins tout aussi efficace qu’Android? (je n’ai moi même pas testé donc je n’ai pas la réponse) mais je pense que pour un utilisateur Lambda qui n’exploite pas la totalité des possibilités d’un smartphone, l’intérêt d’installer un autre OS, ou même d’avoir à choisir entre 20 OS dans les boutiques de mobile deviendrait un enfer. Parfois ne pas avoir le choix, c’est premièrement un choix, et deuxièmement parfois plus libérateur que d’avoir trop de choix.

      • Levade Fanny dit :

        Pour en revenir au choix de l’OS, j’ai remarqué que les gens étaient vites perdus devant la « liberté » que propose Android, qu’ils n’arrivaient pas a bien organiser leurs différentes appli sur les différents volets. Un utilisateur lambda souhaite avoir quelque chose de structuré et d’organisé, c’est pour cette raison que beaucoup sont attirés par IOS, les contenus sont classés et l’utilisateur n’a pas une multitude de choix possible pour les organiser. Les utilisateurs d’IOS qui abandonne la pomme pour Android ont un temps d’adaptation assez important.

        • Aurely J dit :

          J’entends bien ce que tu dis Fanny, et je me demande un truc :
          Personnellement j’ai un téléphone Google (NEXUS) avec donc un OS Android. je n’ai jamais eu d’Iphone et c’est mon premier Téléphone sous Android (avant j’étais sous blackberry), et je le trouve vraiment très pratique. Cependant je me demande si l’implantation d’Android est aussi bien faite sur les téléphones d’autres marques (je n’ai pas testé). Etant donné qu’Android est un système d’exploitation libre, peut être que suivant les constructeurs certaines fonctionnalités sont moins bien employées? à creuser !

          • Aurely J dit :

            Je vois que le Commentaire/réponse de Karim sous ton premier post appuie mes propos : « D’ailleurs, comme le mentionne dans cet article Richard Stallman, ce sont les constructeurs de Smartphones qui sont derrières ces interfaces qui rendent l’OS moins ouvert. On peut reprocher à Google son inaction et le contrôle laissé aux constructeurs, ou (comble de l’ironie) son manque de contrôle sur son Android »!

      • Lucile Hertzog dit :

        Merci Aurely pour ta réponse et pour ton lien !
        Effectivement, tu viens de m’apprendre qu’il est possible de changer d’OS et je pense donc que je ne vais pas tarder à tester ça.
        Merci donc pour ce bel éclairage !

        • Aurely J dit :

          J’attends de voir le résultat, tu me diras si tu as trouvé le changement simple et efficace!?

  4. Chloé D. dit :

    Bonjour,

    Merci pour votre article intéressant et très complet. Un autre exemple de concurrence me vient à l’esprit dans le milieu hôtelier. Booking accuse Google Hotel finder de concurrence déloyale. En effet, Google Hotel finder affichera directement dans le moteur de recherche les meilleurs tarifs des hôtels en fonction de la localisation souhaitée. Ce sera le même fonctionnement de Booking sauf que les résultats de Google seront mis en avant.

    Pour plus d’informations sur le fonctionnement de Google hotel finder : http://blog.youseemii.fr/google-hotel-finder-une-concurrence-pour-les-sites-de-voyages

    • Aurely J dit :

      Merci de ta réaction Chloé, en effet, nous n’avons principalement pris l’exemple de google shopping, mais l’effet se reproduit avec de nombreux autres services. Il me semble qu’il y avait également des problèmes avec des site comme Expédia et Kelkoo d’autres sites de booking européens. Si cela t’intéresse, voici un article du Huffington post que nous n’avons pas cité dans notre billet : http://www.huffingtonpost.fr/2015/04/15/google-position-dominante-bruxelles-5-ans-enquete_n_7067864.html

    • karim dit :

      Effectivement, les exemples d’accusations qui pèsent sur Google sont nombreux, comme la copie de contenus web concurrents ou « moissonnage » (le scraping), la publicité exclusive (advertising Data) et les restrictions indues imposées aux annonceurs (Exclusive Deals). Mais la Commission Européenne semble « saucissonner » son enquête (pour reprendre le terme de Cécile Ducourtieux du journal le monde, voir lien plus bas), en la concentrant sur le comparateur de prix Google Shopping dans les griefs adressés à Google le 15 avril 2015.
      Concernant Android, il ne s’agit pour l’instant que d’une procédure formelle d’examen. Pour revenir à ton exemple, il s’agit en fait des mêmes accusations concernant son comparateur de prix Google Shopping, ils sont plusieurs concurrents de fournisseurs de services connus sous le nom de services de recherche verticaux qui sont touchés. Voici par ailleurs la réponse de Google à ces accusations rapportée par le journal le monde en date du 27 aout 2015. http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2015/08/27/enquete-antitrust-google-repond-aux-accusations-de-l-union-europeenne_4738688_1656994.html

  1. 07/11/2016

    […] Mansouri et Jautard l’expliquent dans leur billet de blogue, certains reprochent à Google d’opérer le remaniement pour échapper à la justice européenne. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *