Le smartphone est-il le porte-monnaie de demain ?

Billet rédigé par Lucile Hertzog [ENS-Lyon] et par Philippe Ménard [EBSI] dans le cadre du cours sur l’économie du document/web

Après Apple Pay et Android Pay, voici Samsung Pay qui fait son arrivée sur le marché du paiement par mobile. Les compagnies proposant ces applications voient le paiement mobile comme un marché potentiellement rentable qui finira tôt au tard par remplacer les cartes bancaires. Dans ce billet, il sera question du paiement sans contact par mobile, où le paiement s’effectue à proximité d’une borne ou même de mobile à mobile. Il n’est donc pas question ici de l’achat à partir d’un mobile, mais bel et bien de l’utilisation d’un appareil mobile comme une carte bancaire.

Nous allons d’abord traiter du paiement sans contact par mobile, plus particulièrement de sa technologie et de ses promesses. Puis, nous enchaînerons sur les changements qu’il apporte pour l’économie de demain ainsi que sur la protection des données bancaires qui semble inquiéter les utilisateurs potentiels.

Le porte-monnaie immatériel

Le développement de la technologie

Les systèmes de paiement sans contact via les téléphones utilisent la technologie RFI (Radio Frequency Identification) et NFC (Near Field Communication) pour effectuer des paiements sécurisés. La technologie Near Field Communication est une technique de télécommunication par radio permettant le transfert de données à très courtes distances. À moins de 10 centimètres, cette technique permet notamment l’échange de fichiers entre un appareil mobile et un ordinateur. Les plus récents appareils mobiles sont en majorité équipés d’une puce NFC et il suffit simplement d’installer une application de paiement sécurisée pour effectuer des transactions. Des expérimentations de ce type de paiements avaient été menées dans les années 90, mais c’est en 2007 que le lancement officiel s’est fait au Royaume-Uni. En février 2015 en France, 20,6% des commerces CB, soit 267 290 commerces acceptaient les paiements sans contact, tandis qu’aux États-Unis, l’Apple Pay a effectué son lancement officiel en 2014 comme on peut le voir dans cette vidéo.

Ses promesses

Les principaux avantages énoncés de l’appareil mobile “porte-monnaie” sont : sa facilité d’utilisation, ainsi que sa rapidité d’exécution. L’utilisateur n’a désormais plus besoin d’avoir de l’argent liquide ou des cartes bancaires, mais seulement son téléphone intelligent. « Dans quelques années, le paiement mobile, simple, efficace et sécurisé, pourrait se substituer en partie à l’argent liquide et à la carte bancaire » assure Jean-Luc Pellegrinelli, CEO du cabinet JLPi Consulting, membre de l’association des experts européens en systèmes de transactions électroniques (EESTEL).

On avance de plus en plus vers des innovations en terme de service alors que l’expérience de l’utilisateur est au centre du design de l’usage. Plusieurs villes s’intéresse d’ailleurs au paiement mobile notamment pour le paiement de stationnement. Comme l’écrit dans son article Philippe Lerouge, entrepreneur, pionnier et expert dans le domaine du paiement par mobile, « Depuis le 2 février, il est désormais possible à Montpellier de payer son stationnement à distance de manière totalement dématérialisée. La ville de Montpellier et la TaM proposent PayByPhone, la solution du groupe PayPoint, permettant de ne plus utiliser l’horodateur grâce au paiement du stationnement par mobile, Smartphone et Internet ».

Cette technologie se répand de façon exponentielle lorsque l’on regarde les chiffres : « Si le nombre de transactions reste encore limité, il ne cesse d’augmenter. Selon eMarketer, les Américains ont réglé, l’an passé, pour 3,5 milliards dollars d’achats avec leur smartphone. C’est trois fois plus qu’en 2013. Par ailleurs, un nombre croissant de commerçants acceptent ce type de paiements », selon l’article de Jérôme Marin, rédacteur pour Le Monde.

Les impacts des transactions effectuées par mobile

Les changements sur l’économie de demain

Mais que cache cette promotion par les banques de l’utilisation de ce nouveau système de paiement ? Plusieurs croient qu’il s’agit d’augmenter le volume des transactions bancaires puisque pour les consommateurs, l’utilisation moins courante du paiement en espèces permettrait aux banques de prélever plus de commissions à la banque du commerçant. Ainsi, le paiement par espèces tendant à être remplacé par cette technologie, les banques seraient les premières bénéficiaires, tout en facilitant l’usage pour le client. Ce système présente aussi des avantages pour les commerçants : les risques de vols sont diminués, les coûts sont diminués (notamment grâce à la rapidité de la transaction). Tout le monde y trouve donc son compte.

Il existe toutefois déjà une rivalité entre l’Apple Pay et les banques. Comme le souligne Isabelle Chaperon et Audrey Fournier dans leur article, «La hantise de ces acteurs est de voir Apple les court-circuiter d’une manière ou d’une autre.  Au-delà des commissions, ‘ce qui intéresse les entreprises est de savoir qui, au final, récupère les données collectées et qui récupère la relation client’, explique un spécialiste du secteur. Le but ? ‘Être celui qui gère les programmes de fidélité et les coupons, qui analyse l’historique des achats des clients et peut leur proposer de nouveaux produits’». On repère une économie sous-jacente qui suscite également l’intérêt des banquiers.

La protection des données bancaires

L’adaptation par les utilisateurs de cette façon d’effectuer ses transactions dépendra beaucoup de la perception des utilisateurs sur la sécurité. On trouve en France l’application S-money qui permet de faire des transactions à partir de son appareil mobile. Le groupe BPCE, un groupe bancaire de France, qui a mis sur pied cette application insiste d’ailleurs sur la sécurité de celle-ci : « Les transactions sont protégées par l’authentification systématique d’un code personnel à six chiffres. Idem pour chaque accès préalable à l’application S-money, depuis son mobile. De plus, le compte de monnaie électronique, séparé du compte bancaire, ne peut être débiteur ». Toutefois, ce genre d’applications suscitent certaines réticences chez les utilisateurs potentiels de plus en plus informés sur la dangerosité du stockage de leurs données personnelles.

Les géants comme Apple ou Android seront-ils suffisamment rassurants dans leur discours pour convaincre de la sécurité du paiement mobile ? Récemment, Apple a mis sur pied un lecteur d’empreintes digitales pour sécuriser les transactions, mais cela amène d’autres interrogations, notamment sur le stockage des empreintes digitales dans le cloud. La collecte de données des empreintes devient alors un autre élément préoccupant pour les utilisateurs en termes de confidentialité et de vie privé.

Malgré la promotion de ce type de transactions, plusieurs experts en sécurité se montrent sceptiques face au NFC (near field communication) du paiement mobile. Gaël Barrez, directeur des opérations France de Forescout mentionne notamment « le risque pour un porteur de carte est plus grand encore en NFC [par le simple fait] de se faire voler son téléphone ». Les transactions NFC imposent la plupart du temps une saisie d’un mot de passe uniquement lorsque la transaction dépassent les 20 euros, les voleurs pouvant ainsi effectuer plusieurs petites transactions avant que l’appareil soit bloqué. Toutefois, malgré ces inquiétudes, Barrez ne croit pas que cela empêchera l’arrivée de cette nouvelle façon de payer : «si l’outil permet de payer en trois secondes au lieu de 25, le marché va l’adopter».

Il semblerait que l’installation de ces services de paiements sans contact dans les commerces ne soit qu’une question de temps même si elle ne semble pas séduire les Français pour le moment. Selon une étude de Syntec Numérique-Odoxa, 57% des Français trouve inutile le paiement mobile via NFC ou par carte sans contact. Inutile pour certains, d’autres trouvent que la technologie sera bientôt obsolète alors qu’on parle déjà de nouvelles technologies en interaction direct avec le corps : « Le paiement à l’aide d’un terminal mobile n’est peut-être que la première étape vers un système totalement dématérialisé où notre corps suffira pour valider une transaction. En Suède, un étudiant de l’université Lund a inventé un système de paiement nommé Quixter qui permet de régler ses achats avec la paume de sa main. L’appareil utilise une lumière infrarouge pour lire le réseau veineux de la main, propre à chaque individu ». Plus prochainement, on entend aussi beaucoup parler du paiement par reconnaissance faciale, ou plus communément appelé ‘’selfie’’.

Nous pouvons donc nous interroger sur la pérennité d’une telle technologie lorsque l’on voit ce qui se prépare demain. Mais alors quelle sera la place de notre sécurité et de notre vie privée ? Arriverons nous à trouver le juste équilibre ?


Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Lucile Hertzog [ENS Lyon] dit :

    Résumons les problématiques du paiement sans contact que vous avez soulevé. La majorité d’entre-vous a relevé les soucis de sécurité et de confidentialité de ce nouveau système.
    En effet, cela pose divers questionnements :
    – Que se passe t-il si ma carte bancaire est dérobée ? Comment me protéger ?
    – Qu’en est-il des falsifications ou du piratage de ces cartes ?
    – Où sont stockées les données générées ? Quelle exploitation des traces de ces transactions peut-on redouter ?
    – Ces technologies, vont-elles être utilisées afin de nous inciter acheter davantage et de façon plus impulsive ?
    – Jusqu’où iront ces technologies ? Demain serons-nous amené à payer à l’aide de notre corps physique ?

    Plus la technologie avance et plus nos données se retrouvent stockées. Aussi, un sujet comme le paiement est-il bien plus sensible que les autres (à tort ou à raison). C’est pourtant loin d’être un cas isolé. Les états prônent la sécurité, mais optent pour une surveillance de masse de leurs citoyens.
    Il ne faut pas oublier que concernant les transactions via carte bleue, nos données sont aujourd’hui déjà enregistrées et stockées par les banques. Et nous ne pouvons affirmer que ces mêmes banques ne revendent pas ces données existantes.

    L’avenir nous dira jusqu’où les citoyens sont prêts à aller pour leur confort personnel au détriment de leur sécurité ou de leur confidentialité.

  2. Lucile Hertzog [ENS Lyon] dit :

    @Fanny B
    En effet se pose la question de la batterie des téléphones. Néanmoins, je pense que ce n’est pas un réel souci à prendre en compte puisque c’est une simple alternative aux trois autres moyens de paiement qui existent (l’argent liquide, le chèque et le carte banquaire). Le paiement sans contact ne vient pas d’un besoin à mon sens. C’est une simple question de praticité.

  3. Jean-François Limoges dit :

    Si le paiement par téléphone intelligent est voie de prendre de l’ampleur, il y a fort à parier que cet appareil sera au coeur des stratégies commerciales. On avait déjà évoqué dans la présentation Re-Imagination of Everything que la publicité sur téléphone intelligent serait appelée à croître http://www.kpcb.com/internet-trends . Cependant, si les consommateurs développent le réflexe d’intégrer leur appareil dans leurs habitudes de consommation, cela ouvre la porte à d’autres stratégies complémentaires. Ainsi, le Business Insider note l’augmentation de l’importance des « beacons » dans le commerce de détail http://www.businessinsider.com/beacons-retail-opportunities-2015-3 . Ces appareils peu coûteux permettent d’une part aux commerçants d’interagir avec leurs clients via le téléphone intelligents de ceux-ci en fonction de leur position dans leur commerce (et donc des produits autour d’eux). Il permettent aussi (encore une fois) de collecter des données sur leurs clients.

    Je me demandais donc si l’usage concomitant des « beacons » et du paiement électronique était appliqué afin de réduire le temps d’hésitation entre le moment où le client s’intresse à la marchandise et le moment de l’achat afin de sceller la vente.

    • Lucile Hertzog [ENS Lyon] dit :

      @Jean-François Limoges
      Effectivement très intéressante mise en perspective avec les “beacons”.
      A vrai dire, je pense que les “beacons” se suffisent à eux-mêmes, cela fonctionne déjà. Mais effectivement, on peut se demander si le paiement sans contact n’a pas pour objectif de sceller plus rapidement les ventes.
      Toutefois il me semble qu’une fois arrivé à la caisse et carte bleue sortie, (je n’ai personnellement) jamais abandonné le processus à ce moment précis de la chaîne d’achat.

  4. Bénédicte Fey dit :

    Bonsoir, merci pour votre article à tout les 2!

    Je peux comprendre la réticence d’une partie de la population face à ce type de payement.. On peut déjà noter que Google(pour Android) et Apple (pour iOS) ont accès une grande part de nos données que ce soit du à l’utilisation de notre appareil ou à sa localisation:http://www.bitdefender.fr/actualite/android-vs-ios-:-%C3%AAtes-vous-plus-espionne-sur-lun-que-sur-lautre–2784.html
    Pour vous, quel pourrait être les arguments marketing des vendeurs de ces services pour rassurer les utilisateurs?

    • Lucile Hertzog [ENS Lyon] dit :

      @Bénédicte Fey
      Les arguments marketing pour rassurer les utilisateurs est la mise en évidence de la « sécurité » mise en place justement. Personnellement cette rassurance me semble très faiblarde.
      On trouve par exemple sur le site de la banque postale : https://www.labanquepostale.fr/particulier/produits/quotidien/cartes/internationales/sans_contact.avantages.html
      « La sécurité
      Vous choisissez toujours entre le paiement classique ou sans contact. Et par mesure de sécurité, vous devrez saisir votre code confidentiel si vous atteignez un cumul de 80 € de transactions Sans Contact consécutives. »
      Ou sur le site de la caisse d’épargne : https://www.caisse-epargne.fr/particuliers/paiement-sans-contact_pp.aspx
      « UN PAIEMENT SÉCURISÉ !
      […]
      Pour une transaction de plus de 20€, et tous les 80€ d’achats cumulés, il vous est demandé de payer de façon classique, en insérant votre carte dans le terminal de paiement et en composant votre code confidentiel.
      Il n’y a aucun risque de paiement involontaire ; en effet, pour valider une transaction, vous devez poser votre carte sur le terminal de paiement. Un signal sonore et lumineux vous indique alors que l’opération est effective. »

      Il semblerait que toutes les banques n’est pas plus d’éléments sécuritaires à avancer.
      Le meilleur moyen serait de chiffrer ses transactions et de le revendiquer !

  5. Stéphanie Séguin dit :

    J’aimerais en savoir plus sur l’exploitation des traces de ces transactions.

    • Lucile Hertzog [ENS Lyon] dit :

      @Stéphanie Séguin
      Tu trouveras plus d’informations sur le site de la CNIL : http://www.cnil.fr/documentation/fiches-pratiques/fiche/article/carte-de-paiement-sans-contact-mode-demploi/
      Ci-dessous, l’extrait concernant ta questions :
      « Quelle sécurité pour les cartes sans contact ?
      A la demande de la CNIL, sur les cartes émises depuis septembre 2012, le nom du porteur n’est plus lisible par l’intermédiaire de l’interface sans contact d’une carte bancaire. Et, depuis juin 2013, il n’est plus possible de lire l’historique des transactions. La réduction des données présentes sur la carte permet de réduire les risques d’atteintes à la vie privée. Ces données ne suffiraient pas à recréer de fausses cartes ou retirer de l’argent dans un distributeur automatique.
      La CNIL reste préoccupée par l’accessibilité des données. C’est pourquoi, dès juillet 2013, elle appelait le secteur bancaire à une adaptation constante des mesures de sécurité pour garantir que ces données ne soient pas collectées et réutilisées par des tiers. Elle invite donc à la mise en œuvre des recommandations émises par l’Observatoire de la Sécurité des Cartes de Paiement dès 2007 et 2009 ainsi qu’à terme à un chiffrement des échanges, rendant tout accès aux données impossible.  »

      En effet le chiffrement de ces données est absolument primordial afin de protéger les traces de ces transactions. Le mieux étant, lorsque l’on est pas certain de la sécurité du service, de ne pas l’utiliser.

  6. Fanny B dit :

    Merci pour ce billet qui résume bien les enjeux du paiement par smartphone. Outre les inquiétudes concernant la gestion des données personnelles et la sécurisation des transfets (http://www.cnetfrance.fr/news/securite-le-nfc-une-vraie-passoire-39797541.htm), des problèmes technologiques demeurent… comme la question de la batterie. Tous les utilisateurs de smartphone se retrouvent à un moment ou à un autre avec un appareil totalement déchargé, et les progrès se font attendre (http://www.lejdd.fr/Medias/Smartphone-la-batterie-qui-tient-plusieurs-jours-pour-bientot-678394). Comment payer ou se déplacer alors dans un environnement du tout WalletApp ? En rechargeant son smartphone chez le commerçant ? En ayant toujours une batterie de secours ? En disposant toujours de modes de paiement alternatifs ?

  7. Bonjour,
    Visa et Mastercard sont-ils positionnés sur ce marché du paiement par mobile ? L’hégémonie des deux principaux pourvoyeurs de cartes bancaires est-elle menacée ? Merci.

  8. Lucile Hertzog [ENS Lyon] dit :

    Merci Hugo pour ton commentaire.

    Tu écris : « La firme pourra déterminer combien l’utilisateur consomme par mois et lui proposer des produits dans sa fourchette de consommation. », je tiens à préciser que sur le site de la banque postale on peut par lire que les paiements sans contact s’appliquent sous certaines conditions : « vous pouvez payer jusqu’à 300 euros par transaction en France et sans limite de montant à l’étranger » et « Un code personnel est obligatoire pour valider les paiements de plus de 20 € mais aussi au sixième paiement inférier à 20 €. » (cf. https://www.labanquepostale.fr/particulier/produits/quotidien/paiement_mobile/sans_contact.pmsc.html)
    Il y a donc des limites au montant des paiements en France.

    Je trouve intéressant que tu relèves le point sur le transhumanisme. C’est effectivement ce sur quoi on peut s’inquiéter (ou s’émerveiller ? Il y a toujours des supporters prêt à financer ce genre d’évolutions). Toutefois des hommes comme Stephen Hawking (le célèbre astrophysicien) ou Elon Musk (PDG de SpaceX) s’y opposent fermement (cf. entre-autre : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1358339-intelligence-artificielle-le-transhumanisme-est-narcissique-visons-l-hyperhumanisme.html). C’est tout un débat philosophique et déontologique.

  9. Hugo Giret-Butz dit :

    Merci pour votre état des lieux sur ce nouveau service de paiement par mobile. Votre article met en lumière le marché des données évoquées par l’article de Blanchard et Parent-Touchette (http://archinfo24.hypotheses.org/2910).
    La première conséquence d’un tel dispositif est la modification des habitudes de paiement. Fini les billets et les retraits aux distributeurs. Plus besoin d’avoir sa carte bancaire.

    Le propriétaire d’un smartphone tient toute sa fortune dans sa poche. Le niveau de sécurité n’en est que plus que plus grand et les enjeux liés aux données également. Pour l’entreprise détentrice de données c’est un nouveau moyen de connaitre son client. La firme pourra déterminer combien l’utilisateur consomme par mois et lui proposer des produits dans sa fourchette de consommation. Bien sûr, c’est une soumission totale de l’utilisateur sur le contrôle de ses données ce qui renforce le pouvoir de l’entreprise.

    Encore une fois, c’est le smartphone qui est à l’origine de cette technologie. Nos comportements changent profondément de par les dispositifs qui nous entourent. Comme vous le concluez dans votre article, les technologies ont tendance à fusionner avec nous. Après le payement mobile, il y a les thèmes de la santé et du sport. Nous nous dirigeons droit vers le transhumanisme. http://www.disko.fr/reflexions/user-experience/de-lobjet-connecte-au-transhumanisme/.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *