Academia, ResearchGate : quelle structuration du marché des réseaux sociaux académiques ?

Billet rédigé par Thierry Capochichi (Enssib), Fabrice Faure-Grise (ENS) et Sophie Bruneton (ENS)

Chercheur, doctorant, étudiant : avez-vous déjà réalisé un travail de recherche sans passer par Academia ou ResearchGate? Vous savez, ces géants de la communication académique qui se sont frayés un chemin incontournable dans tous les travaux de recherches. Souvent, vous les connaissez mais n’utilisez pas ces services à leur plein potentiel. Vous êtes inscrit·e mais vous ne comprenez pas le positionnement de ces réseaux sociaux académiques ? Nous décryptons pour vous : les pratiques de publication scientifique, l’oeil intéressé des éditeurs, le positionnement économique de ces plateformes, sans oublier les politiques d’open access. Un défrichage express entre l’état des lieux en 2017 et quelques questions éthiques.

Les réseaux sociaux académiques : des typologies particulières

En cours de structuration au début des années 2000, les réseaux sociaux académiques étaient peu répandus. Mais l’étude Couperin de 2014 déclare que 42% des chercheurs français utilisent Academia ou ResearchGate, et ces réseaux comptes respectivement 57 millions et 12 millions de comptes à l’échelle mondiale. Si Academia est plus orienté sciences humaines et sociales, ResearchGate est plutôt axé sciences, techniques, et médecine. Peu étonnant, puisqu’il a été lancé en 2008 par deux virologues et un informaticien. Ces deux réseaux sociaux académiques (RSA), parmi les leaders du marché, sont devenus des incontournables du paysage académique, tel que le prouve le sondage 2017 de Springer Nature.

Utilisation des différents réseaux sociaux et réseaux sociaux académiques par les chercheurs (chiffres issus du sondage Springer Nature 2017)

Utilisation des différents réseaux sociaux et réseaux sociaux académiques par les chercheurs (chiffres issus du sondage Springer Nature 2017)

Pour comprendre cette évolution, il convient de la restituer au travers de deux enjeux principaux. On a d’une part le contexte de l’évaluation et du financement des travaux scientifiques, et d’autre part celui de la préservation de l’accessibilité du savoir, faisant même voir le jour à des sites pirates comme Sci-hub qui met à disposition de nombreux ouvrages de manière illégale et qui est défendu par certains universitaires.

De “Publish or Perish” à “Visible or Vanish” ; évolution du modèle d’évaluation pour l’impact des recherches

La publication d’articles scientifiques est considérée comme l’accomplissement du travail de recherche, et les chercheurs sont incités à produire, comme le dénonçait encore récemment cet article du site d’informations Le Temps. La publication : un idéal ultime qui justifie les longues heures de dur labeur. C’est ce qu’on appelle l’ère du modèle Publish or Perish, une véritable course à l’indice-h qui permet d’évaluer l’impact scientifique en tenant compte du facteur d’impact des revues dans lesquels les articles sont publiés, de leur nombre et du nombre de citations de chacun. Identifiée comme une des 5 plaies de la recherche, cette quête frénétique de la publication a engendré de plus en plus de documents publiés (environ 2,5 millions par an à l’échelle mondiale), ce qui diminue les chances pour les documents d’être cités, voire même d’être lus. La conséquence est statistique : moins vous publiez, plus vous êtes désavantagé.

Au fil du temps, les chercheurs ont vu ce modèle se transformer, au profit du Be Visible or Vanish. Ce n’est plus la quantité d’articles publiés qui compte, mais de nouvelles modalités de réputation et de visibilité des chercheurs. Pour le coup, ce ne sont pas les réseaux sociaux académiques qui sont favoris, mais bien les réseaux sociaux traditionnels tels que Facebook et Twitter. D’ailleurs, cette différenciation entre réseaux académiques ou personnels a trouvé une illustration dans la récente polémique autour de la clôture du blog de l’universitaire Jacques Sapir. Les administrateurs d’Open Edition l’ont justifiée par la publication d’articles engagés, venant à l’encontre de la neutralité et du caractère scientifique énoncé par la charte de ce réseau de blogs.

Alors si la visibilité passe par d’autres canaux, quel est le rôle des réseaux sociaux académiques pour les chercheurs ? L’enquête Springer Nature du mois de Juin 2017 nous éclaire : elle révèle que désormais c’est la recherche du contenu et l’accès à ce contenu qui sont les plus convoités. L’étude Kudos d’Avril 2017 corrobore l’hypothèse, en affirmant que l’accès intégral aux textes est la raison principal d’inscription sur ces réseaux.

Des fonctionnalités variées, mais hétérogènes

Les réseaux sociaux académiques ont un côté “couteau suisse”, comme le souligne un article extrait de la grande enquête Innovations in schlolarly communication. L’étude relève 170 fonctionnalités différentes à disposition des chercheurs pour les épauler dans leur communication scientifique. De fait, difficile d’extraire un type d’utilisateurs cibles entre les utilisateurs actifs qui publient et les passifs qui utilisent ces réseaux pour leur veille scientifique. Mais ce que l’étude souligne particulièrement, c’est que le dépôt de publication et l’édition de profil restent les fonctionnalités de base sur lesquelles se concentrent les réseaux, malgré les efforts effectués pour fidéliser les chercheurs.

Des réseaux sociaux académiques “Non For Profit

L’open access, parlons-en. Il peut avoir deux facettes : le gold open access et le green open access. Le premier désigne la publication en libre accès : c’est lorsque les revues rendent leurs articles directement accessibles au public. Le second, ou le libre accès par auto-archivage, c’est lorsque les auteurs déposent des copies de leurs articles sur une archive ouverte (PubMed Central est un exemple de ce type d’archive). Sous leurs apparences de services ouverts, les réseaux sociaux académiques ne relèvent pas vraiment de l’open access. Un réseau social, contrairement à un site d’archives ouvertes, n’offre pas d’accès libre, gratuit et pérenne à ses contenus. Les modèles commerciaux de ResearchGate et d’Academia le démontrent à merveille.

ResearchGate monétise son système grâce à la publicité (visant à rapprocher l’industrie et la recherche académique) et grâce à un système d’offres d’emploi. Mais comme ces approches ne suffisent pas à assurer un modèle économique viable, le réseau social s’intéresse désormais à la communication des conférences scientifiques. Academia, de son côté, mise sur les fonctionnalités de son offre premium, dans laquelle le chercheur doit payer pour rendre ses contenus accessibles à tous. D’après Academia, cette offre ne rend pas pour autant payantes les fonctionnalités liées à l’open access et au peer-review (comme par exemple l’accès libre au téléchargement ou dépôt de documents, ou encore les fonctionnalités de recommandations).

Vous trouvez cela dérangeant ? Le débat fait sens. Si vous pensez que l’open access doit suivre un modèle non-for-profit, vous n’êtes pas le seul. Et si vous pensez que l’un n’empêche pas l’autre ; bien-joué, vous faites abstraction des stéréotypes liés au terme “entreprise à but non-lucratif”.

Editeurs et réseaux sociaux académiques : une relation ambigüe

Quid des éditeurs dans tout ça ?  La position des éditeurs par rapport aux réseaux sociaux académiques est assez ambigüe.  En 2014, Taylor & Francis, maison d’édition provenant du Royaume-Uni, éditant des publications scientifiques de ses auteurs, revoit sa politique d’auto-archivage. Elle stipule accepter les tapuscrits d’auteurs déposés sur des sites institutionnels tels qu’arXiv.org, mais aussi les écrits publiés sur des réseaux sociaux académiques tels Mendeley, Academia.edu et Research Gate. Un grand pas pour les RSA donc. Notons qu’Elsevier a assidûment exigé le retrait d’articles de ses doctorants sur Academia.edu.  Le groupe éditorial, qui totalise plus de 7,2 milliards  de dollars de chiffres d’affaires en 2014, estime que ces dépôts s’effectuent sur des «sites personnels » : ce qui entre en totale contradiction et « en violation » avec les accords concernant les transferts de copyright mentionnés en 2012. Les premières lignes de cet article sont sans équivoque : Most authors want their reports published, and then want to move on, assured that their publisher has the ability to défend their works in perpetuity.  Les éditeurs perdraient-ils le contrôle sur les auteurs, et les auteurs s’émanciperaient-ils au profit d’un besoin de reconnaissance et d’une meilleure vitrine pour leur carrière? La demande de boycott  d’Elsevier émanant d’Academia.edu semble en témoigner. Même son de cloche chez Springer  qui qualifie ces sites, implicitement, de «personnels ».

L’Empire contre-attaque

Face à la nouvelle visibilité et valorisation des contenus des auteurs grâce à de nouveaux outils de communication, les éditeurs tirent pourtant de nombreux bénéfices de ce qu’ils considèrent comme une transgression de la part de leurs auteurs. Alors pourquoi Elsevier a t-il racheté Mendeley en 2013, tout en souhaitant que certaines publications sur ce réseau social soient retirées ? Les éditeurs seraient-ils inquiets de ce partage de publication non lucratif entre auteurs sur ces nouveaux outils de communication ? Prôneraient-ils une meilleure politique d’encadrement avec ce consortium entre éditeurs (soutenu par les principaux éditeurs du marché, à savoir Elsevier, Taylor & Francis, Springer notamment)? Le groupement d’éditeurs souhaite que « l’auteur d’un écrit puisse être autorisé à partager au sein de groupes académiques […]  à condition qu’il les ait rejoints à partir d’une invitation individuelle d’un tierce chercheur. » Plus loin, en guise de principes à respecter afin que ce consortium soit appliqué, il est décrété que les groupes académiques (ou réseaux sociaux, au choix) «ne doivent pas être ouverts à la participation publique. » C’est dans ce sens qu’Elsevier a mis à jour sa politique de publication.  Elle invite ses «hosting plateforms» (plateformes d’hébergement)  à collaborer avec elle (c’est-à-dire mettre la lumière sur le groupe éditorial auquel appartient l’auteur). La proposition refusée ? Academia, ResearchGate s’exposeraient à des demandes de retrait d’articles. La forme peut s’apparenter à un chantage, mais l’idée de fond est la même selon la Direction de l’Information Scientifique Technique : «les éditeurs souhaitent encadrer [c]es pratiques de partage des ressources documentaires en les déployant dans des environnements propriétaires. » Pas sûr néanmoins que les réseaux sociaux académiques l’entendent de cette oreille…

Au final, qu’en est-il de ce triptyque entre les réseaux sociaux académiques, les éditeurs, et les auteurs ?  Complémentaires, partenaires ? Ou au contraire, adversaires  ?

 

Pour aller plus loin :
Robin des bois ou rogue open access ? Les réseaux sociaux académiques en 2017
Open Access : Des éditeurs face à la communauté universitaire


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Henry dit :

    Il y a il des statistiques relatives spécifiquement aux chercheurs français/francophones et leur utilisation de ces RSA (majoritairement anglophones) ?

  2. Lenaic FAURE dit :

    Intéressant ce panorama sur le domaine de la recherche, la relation des réseaux sociaux/éditeurs et le personnal branding des chercheurs. Si on n’est pas dans ce milieu, c’est une chose à laquelle on passe à côté. Ce qui serait intéressant de savoir pour répondre à votre question, se serait de savoir si ces nouveaux réseaux sociaux ont un indicateur direct (nombre de followers…) ou indirect (activité du compte utilisateur, suggestion par le moteur du réseau social, pageRank…) qui serait comparable à l’indice-h utilisé par les éditeurs ?

    • Thierry Capochichi dit :

      Merci beaucoup pour ton commentaire. Les réseaux sociaux académiques sont faits pour donner une nouvelle visibilité aux chercheurs. Par ce biais, ces derniers peuvent échanger sur leurs publications. Mais comme nous l’avons mentionné dans notre article, les éditeurs ne l’entendent pas forcément de cette oreille (violation des droits, copyright). Pour répondre à ta question https://www.researchgate.net/about qui stipule que ResearchGate possède plus de 14 millions d’utilisateurs. De même qu’Académie qui recense plus de 58 millions d’utilisateurs depuis sa création :https://www.academia.edu/about
      De ce fait, conscientes de la notoriété grandissante des RSA, les éditeurs essaient d’établir des consortiums, des accords avec eux, comme nous l’avons souligné dans notre étude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *