[S7] Economie de la bibliothèque

Objectifs

  1. Mieux comprendre le modèle économique de la bibliothèque et sa relation avec le web
  2. Connaître quelques méthodes de calcul de retour sur investissement pour des institutions publiques d’information

L’économie de la bibliothèque, sauvée par le Web ?

Malgré l’image poussiéreuse qu’elles renvoient parfois, le modèle économique qui sous-tend l’activité des bibliothèques bénéficie avec le développement du Web d’un regain d’intérêt. Il est vrai que plusieurs aspects, jusqu’ici spécifiques aux bibliothèques, se trouvent aujourd’hui au centre de modèles d’affaires liés à l’économie du document et plus précisément à celle des industries culturelles.

Toutefois le poids économique des bibliothèques n’émerge pas avec le Web. Ces dernières ont depuis toujours joué un rôle dans les équilibres des industries culturelles. Elles renvoient, du fait de leur statut et de leur histoire à la nature duale des productions culturelles et intellectuelles, à la fois objet de culture à la portée symbolique et sociale incontournable mais également support économique d’échanges marchands dans lesquels les bibliothèques occupent toute leur place. L’Office fédéral de la statistique suisse indique ainsi, pour 2018, un total de dépenses d’acquisition réalisées par les bibliothèques de lecture publique de CHF 25’560’154.- (CHF 7’980’208.- pour les bibliothèques de villes de moins de 10.000 habitants et CHF 17’579’946.- pour les bibliothèques de villes de plus de 10.000 habitants). L’institut de la statistique du Québec affiche un montant total de dépenses pour 2017 de 45 174 979 CAD$ pour l’ensemble des dépenses d’acquisition (35 456 429 $CA pour les bibliothèques publiques autonomes, 2 585 279 CAD$ pour les réseaux BIBLIO et 7 133 272 CAD$ pour BANQ).

L’incommensurable économie des bibliothèques

L’économie de la bibliothèque a été pendant longtemps la grande oubliée des économistes de la culture. Pourtant l’étude de son modèle éclaire celui du web et les difficultés d’analyse de ce dernier proviennent peut-être en partie des lacunes dans la compréhension du premier.

Je vous propose donc d’annoter la version française et révisée d’un chapitre consacré à l’économie de la bibliothèque rédigé pour un manuel sur l’économie du patrimoine.

A ceux qui douteraient que Google se soit inspiré du modèle de la bibliothèque pour construire son activité, je suggère la consultation de l’infographie ci-contre (cliquer sur l’image).Search par Google Vous y constaterez que Google suit les étapes de la constitution de la bibliothèque : acquisition, indexation, catalogage, service de recherche et lecture… à l’échelle d’une industrie du 3ème millénaire.

Après cette consultation, on peut relire cette citation de T. Berners-Lee et ses collègues : dès le développement du Web, ses détracteurs ont souligné qu’il ne pourrait jamais être une bibliothèque bien organisée, que sans base de données centrale et sans structure arborescente on ne pourrait jamais être sûr de tout trouver. Ils avaient raison. Mais la puissance d’expression du système a mis à la disposition du public des quantités importantes d’information et les moteurs de recherche (qui auraient paru tout à fait irréalisables il y a dix ans) permettent de trouver des ressources. (version originale anglaise). Google a tout simplement réintroduit la bibliothéconomie dans le web en s’inspirant pour le Pagerank d’un concept créé en 1955 dans l’information scientifique par Eugène Garfield : l’indexation des citations et le facteur d’impact.

Maintenant que nous avons repéré comment s’opérait la construction de la valeur dans une bibliothèque, nous pouvons mieux comprendre comment Google a réussi à la monétiser : 1) la firme nous offre un gain d’opportunité (gain de temps et de découverte dans la recherche) ; 2) cette opportunité capte notre attention que la firme revend à des annonceurs.

C’est un peu comme si une bibliothèque plaçait des annonces publicitaires dans son catalogue ou dans ses rayons en fonction de nos recherches. Ce qui est impossible, car trop coûteux, pour une bibliothèque qui manipule des objets imprimés, devient possible sur le web pour un moteur de recherche grâce à la plasticité de l’information numérique et aux capacités de calcul et de stockage de la firme.

Mais nous le savons maintenant, ce faisant, Google s’inspire aussi du modèle biface de la télévision en l’adaptant à son activité. Comme les autres firmes du web 2.0, il récupère et analyse les traces de navigation des internautes pour améliorer le ciblage des annonceurs, mais aussi pour personnaliser son propre service.

La mesure du retour sur investissement

Depuis le début du millénaire, des études ont cherché à calculer le retour sur investissement (en anglais ROI, Return On Investment) des bibliothèques. Ces études, souvent méconnues dans la francophonie, posent de bonnes questions. On peut les lire au premier degré mais les réponses sont souvent sujettes à discussion car les mesures sont difficiles à préciser (ici les indicateurs, très génériques, de performance dans StatBib ou ceux de la norme ISO 16439). Il est possible aussi de les prendre simplement comme un cadre de référence, sans trop s’attacher au calcul précis. Elles donnent alors de nombreux arguments pour repérer la valeur ajoutée des bibliothèques qui est beaucoup plus importante qu’on ne le croit souvent.

L’American Library Association propose aussi un outil très simple qui calculerait la valeur de la bibliothèque. Malheureusement, la valeur des prêts y est mesurée sur la base des prix du marché de la vente des livres et autres biens culturels. Nous savons maintenant qu’un parallèle entre le modèle éditorial et celui de la bibliothèque est erroné et trompeur car il ouvre la porte à des soupçons de concurrence.

Ce questionnement sur la mesure de l’efficience des bibliothèques doit prendre en compte de nouveaux indicateurs (une publication académique de synthèse est disponible ici). La norme COUNTER par exemple intègre des indicateurs relatifs aux ressources numériques de la bibliothèque, d’autres approches, basées sur les données d’usages se déploient également. La mesure de l’activité des bibliothèques passe également par des explorations sociologiques.

Il faut, dans cette littérature relative à la mesure du ROI pour les bibliothèques, distinguer deux types de bibliothèques inscrivant la mesure des effets de leurs service dans des contextes et sur des indicateurs très différents.

En effet, si les bibliothèques académiques peuvent s’appuyer sur des indicateurs relatifs à la production scientifique des chercheurs (voir ici un TB réalisé pour l’évaluation des bibliothèques HES) ou à la réussite des étudiants concernés, les bibliothèques de lecture publique développent une argumentation bien plus politique (au sens d’inscrite dans la vie de la cité). Cette étude anglaise présente ainsi plusieurs schémas d’explication du rôle de la bibliothèque dans l’économie du pays, au-delà de ses seuls acquisitions, j’en reprends uniquement deux à titre d’exemples ci-dessous :

Adult educationDigital inclusion

Enfin, la mesure du retour sur investissement doit prendre en compte la forte évolution des attentes de la communauté académique à l’égard de ses bibliothèques. Ainsi, un rapport du RLUK (Research Libraries in UK) souligne la diversité des attentes des chercheurs par rapport à leur bibliothèque, dépassant de loin la simple fourniture de document.

RLUK


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.