Comment et pourquoi utiliser les données d’usage, particulièrement en bibliothèque ?

Billet rédigé par Valérie Longpré (EBSI) et Soizick PAILLEX (HEG) dans le cadre du cours sur l’économie du web / l’économie du document.

Nous sommes à une époque où l’avalanche des mégadonnées (Big Data) semble emporter, impétueusement, les derniers vestiges de la vie privée. Depuis l’avènement d’internet et tout particulièrement avec le Web 2.0 où l’internaute est à la fois acteur et producteur de contenu, nos données personnelles sont susceptibles d’être recueillies, analysées et profilées par les géants du Web. 

Données d’usages et usage des données à l’ère des plateformes : Typologie des données, par Destiny Tchéhouali et Josée Plamondon, ISOC Québec

Il y a d’une part les données que nous fournissons en toute connaissance de cause aux réseaux sociaux et aux fournisseurs de services tels que nom, numéro de téléphone, adresse courriel, date de naissance et numéro de carte de crédit. D’autre part, l’espace virtuel assure une traçabilité accrue des utilisateurs allant de pair avec le développement d’outils d’analyse toujours plus sophistiqués. La récolte et l’interprétation de ces données d’usage fournissent alors des informations permettant de connaître notre profil, nos centres d’intérêt, nos types de transactions effectuées et nos comportements de navigation. Nous sommes bel et bien dans l’ère de « Big Brother » annoncée par Orwell dans 1984 où nos constantes connections via des applications mobiles, des dispositifs ou systèmes intelligents ou encore via des appareils, objets et équipements de dernière génération permettent une surveillance omniprésente de notre quotidien et nourrissent continuellement cette spirale prolifique de données massives. Mais au-delà de ce constat, qui peut paraître inquiétant, voyons comment ce phénomène d’envergure a contribué à l’émergence d’un véritable marché florissant de la donnée à l’échelle mondiale.

Les données d’usage dans le domaine économique

L’émergence de moyens techniques puissants de stockage de données tels que l’infonuagique et de l’utilisation routinière d’internet pour toutes les transactions économiques et les interactions sociales (cookies, géolocalisation, achat, moteur de recherche, etc.) crée des opportunités d’enrichissement considérable. Les données deviennent alors une matière première, au même titre que l’or ou l’argent, et tous semblent prêt à coloniser cet espace aux frontières encore plus vastes que le Far West. 

Sans aucun doute, les GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) et les autres géants du Web tels que AirBnB, Alibaba ou Über tirent un maximum de profit de la captation de nos données. Ces derniers ont tout d’abord procédé à une désintermédiation; ou mise en relation directe entre l’offre et la demande. En abolissant tout intermédiaire entre eux et le client, ils deviennent producteurs, éditeurs et diffuseurs de contenus, maîtrisant ainsi toute la chaîne de distribution habituelle et créant une forme de monopole dans chacun de leur domaine. L’analyse des données issues de nos interactions sociales et de notre utilisation des contenus leur permet de faire du ciblage comportemental tout en développant une meilleure compréhension des produits et des services à concevoir. Autrement dit, plus nous passons de temps sur ces plateformes, plus nous laissons des empreintes numériques susceptibles d’être algorithmiquement combinées et transformées en valeurs pour alimenter des stratégies de recommandation et de personnalisation de services ou encore des publicités ciblées. 

Bien que les données ne servent pas qu’à la publicité ou à  la maximisation des services, mais également à l’urbanisme (transports publics, implantation d’équipements collectifs), à la criminologie (prévention et résolution des actes criminels) et même à l’amélioration des sciences médicales (surveillance épidémique, prévention des accidents cardio-vasculaires), la vérité est que nos faits et gestes sur la toile sont observés et traités bien souvent à notre insu. 

Qu’en est-il de la protection des données personnelles ?

Ces nouveaux comportements nécessitent de redéfinir de nouveaux cadres. En Europe, le nouveau Règlement européen sur la protection des données (RGPD), entré en vigueur en mai 2018, harmonise désormais la législation des différents pays de l’Union et est devenu une référence en la matière. La Suisse s’en trouve impactée, et parallèlement à la révision de la Loi fédérale sur la protection des données (LPD) de 1992 devenue obsolète, elle a mis en place cette année une nouvelle loi provisoire compatible avec l’acquis de Schengen.

La question est aussi d’actualité au Québec, et le rapport Données d’usage et usage des données à l’ère des plateformes, paru en février 2019, a été réalisé afin d’établir un état des lieux des enjeux de l’exploitation des données sur les plateformes culturelles.

Et dans les bibliothèques ?

L’essor de ce marché lucratif de la collecte et de l’analyse de données bouleverse de nombreuses industries. Le secteur culturel, dont les bibliothèques, n’y échappe pas. Néanmoins, exploiter les données d’usage demeure un défi complexe. En effet, les bibliothécaires, grâce à de nombreux outils, ont accès à beaucoup de données, mais comment les traiter, les interpréter et les exploiter ?

 À la Bibliothèque du Centre Pompidou (Bpi) qui a été précurseur dans la mise à disposition de l’accès gratuit à internet, une étude a été menée en 2017 pour analyser les logs de ses usagers. Des outils spécifiques tels que la fouille de données, ou Data Mining, ont été mis en place en partenariat avec une équipe technique pour analyser cette multitude d’informations permettant d’identifier l’évolution de l’usager type, son parcours sur internet ou encore le champ de ses recherches.

De nombreux projets ont été développés par des collaborations entre institutions culturelles et scientifiques. Tout comme pour les entreprises commerciales, l’exploitation de ces données permet une connaissance des besoins des usagers et une action rapide qui leur propose des services en adéquation à leurs attentes.

Projet Prévu :statistiques des prêts à la Bibliothèque universitaire de Paris 8, visibles sur leur plateforme en temps réel. Ici chiffres de l’Unité de formation et de recherche “Culture et Communication”.

Utilisé par des Universités et organismes scientifiques toujours plus nombreux, ezPAARSE, par exemple, est un outil développé par le consortium Couperin, le CNRS-Inist et l’Université de Lorraine, qui permet aux bibliothèques de mesurer la consultation de plateformes web des éditeurs de littérature scientifique. Il est utilisé en combinaison avec le logiciel ezMESURE, qui donne accès à la visualisation et à l’exploitation de ces chiffres.

Exemple de visualisation statistique proposée par l’outil ezMESURE, extrait de : POSTER ezMESURE FR

Hormis ces différents outils mis en place, on peut aussi noter la grande production d’ouvrages et d’articles ou le nombre de forums et de rencontres dans le domaine de l’information dont la thématique se concentre sur les problèmes de la donnée. 

En résumé, les enjeux de l’analyse des données d’usage auxquels nous seront confrontés en tant que bibliothécaires sont:

  • évaluer et améliorer le service;
  • valoriser et justifier la mise en place d’un service;
  • renforcer la culture de l’évaluation et de la donnée;
  • s’assurer de l’indépendance des données enregistrées dans les bibliothèques. 

Il faut alors comprendre que les bibliothèques s’inscrivent dans un mouvement global centré sur l’observation du comportement humain et de la valorisation, commerciale ou non, de ces données.

La prépondérance du document comme élément principal de la bibliothèque est remplacée par la valorisation de l’usager et de ses interconnexions humaines. Preuve en est la Human library, projet né au Danemark en 2000 dont les documents sont des personnes (prises dans leur singularité), qui peuvent être « louées » pour une conversation, où leurs expériences et leur parcours de vie deviennent information.

À l’image du congrès des professionnel.le.s de l’information qui vient de se terminer au Québec : Connaître, accueillir, inclure et intégrer les publics, les bibliothèques se doivent de se réinventer et d’intégrer les nouvelles pratiques induites par internet. Toutefois, tout comme les autres institutions culturelles, elles ont un devoir d’intégrité quant à l’utilisation sensible des données personnelles. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.