La cryptomonnaie Facebook Libra, une bonne idée vraiment?

Billet rédigé par Joris Charmillot (HEG)

 Facebook ne se lance pas seul dans l’aventure Libra. La firme américaine rejoint l’association Libra, forte de 21 membres. Cette dernière va donc gérer la future monnaie virtuelle que souhaite Facebook. L’association Libra est composée de membres actifs dans de nombreux domaines différents comme l’entreprise de paiement en ligne PayU, les groupes de télécommunications Vodafone et Iliad, les plateformes Uber, Spotify et Farfetch, des acteurs de la blockchain (technologie de stockage et de transmissions d’informations) comme Anchorage, Xapo ou Coinbase, des fonds de capital-risque comme Andreessen Horowitz, Ribbit Capital ou des organisations à but non lucratif comme Kiva ou Mercy Corps.

De curieux retraits…

Une association qui comptait 28 membres à ses débuts en juin 2019 mais qui a perdu 7 de ses membres jusqu’au lancement du projet en octobre 2019. Même si celui-ci ne se concrétisera pas avant l’été 2020. Les défections récentes de poids lourds comme Paypal, Visa, Mastercard ou Ebay posent d’inévitables questions. Pourquoi ces entreprises se sont-elles retirées de ce projet ? Celui-ci est-il réellement viable et gage de succès ? Cette cryptomonnaie pourrait-elle avoir un impact négatif sur l’image des sociétés qui l’ont créée ?

Officiellement, ces firmes ont justifié leur désistement par de laconiques annonces expliquant leur concentration sur d’autres projets. Elles ont tout l’air, surtout, de ne finalement plus s’engager dans un projet qui pourrait s’avérer scabreux…

Outre ces défections, de nombreux ministres ou chefs d’Etats craignent pour la souveraineté monétaire de leur pays respectif. A l’image de Monsieur Bruno Le Maire, ministre des Finances français qui est opposé au développement de cette cryptomonnaie en Europe. Celui-ci s’inquiète en premier lieu des risques systémiques que pourrait engendrer la privatisation éventuelle d’une monnaie détenue par un seul acteur comptant plus de deux milliards d’utilisateurs. Les craintes et les interrogations du ministre Bruno Le Maire sont légitimes. Même si dans l’immédiat la souveraineté monétaire des Etats n’est pas remise en cause, rien ne nous dit que cela ne sera pas le cas dans quelques années ou décennies. Facebook Libra pourrait peut-être faire des émules. Il est très important que les Etats puissent garder le contrôle des marchés monétaires via les banques centrales (la BNS en Suisse par exemple). Cela pour éviter par exemple une inflation trop importante et une dévaluation de la monnaie qui en serait la conséquence. Une explosion de monnaies privatisées et contrôlées par de grands groupes pourrait avoir de fâcheuses conséquences. Celles-ci pourraient, à l’image d’actions cotées en bourse dans le secteur privé, s’effondrer très rapidement et mettre en péril certaines économies.

Une confiance à retrouver

De plus, Facebook sort d’une période plutôt sombre en termes d’image. La gestion des données personnelles plus que douteuse de la part de son réseau social n’a pas fait beaucoup de bien à Mark Zuckerberg. Même si Facebook assure que les données financières inhérentes ä Facebook Libra seront bel et bien séparées des données du réseau social, on se permet d’avoir quelques doutes. Nous ne sommes certainement pas les seuls utilisateurs à émettre quelques réserves à ce sujet. La journaliste économique Mathilde Farine du Temps nous rejoint à ce propos, à travers un éditorial des plus pertinent.

Facebook, quant à lui, souhaite développer un « internet » de l’argent. «Le système financier ressemble à ce qu’était le réseau de télécommunications avant internet : son accès est contrôlé par un petit nombre d’entreprises, la concurrence n’est pas très forte», décrit David Marcus, le Genevois d’origine à la tête du projet chez le géant californien. Dans les télécoms, l’arrivée d’internet a permis de passer des SMS payants à des communications illimitées. Le réseau social lancé par Mark Zuckerberg veut maintenant utiliser la blockchain (technologie de stockage et de transmission d’informations sans organe de contrôle) pour permettre aux 1 milliards 700 millions de Terriens sans compte bancaire d’accéder à des services financiers de base. L’intention est louable et plusieurs éléments parlent en faveur de la firme américaine. Plus de deux milliards d’utilisateurs représentent effectivement tout autant de clients potentiels pour la cryptomonnaie. Les transactions devraient y être rapides et gratuites. De plus, la Facebook Libra devrait être relativement stable puisqu’elle est une variante de stablecoin (une monnaie numérique dont la valeur repose sur un panier de devises et d’actifs comme des obligations gouvernementales). Ce stablecoin serait en fait un jeton de nature non-spéculative adossé à plusieurs monnaies fiduciaires, tels le dollar, l’euro, le yen ou le yuan. Ceci dans un but le plus universaliste possible qui lui permettrait de gagner en stabilité.

Le dernier atout réside enfin dans sa facilité d’utilisation puisqu’un virement ou achat pourra être conclu en quelques clics seulement.

Reste à savoir si Facebook se montrera digne de confiance envers ses utilisateurs. Son passé plutôt sulfureux dans le dévoilement de données personnelles ne joue forcément pas en sa faveur. D’autant plus que dans le cas de cette cryptomonnaie des données financières extrêmement sensibles entreront en ligne de compte. Cela risque fort d’être un des points clés de la réussite et du succès ou non de sa cryptomonnaie….

  

Pour approfondir le sujet :

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1188743/libra-crypto-monnaie-virtuelle-numerique-facebook

https://www.entreprendre.fr/pourquoi-facebook-lance-t-il-sa-cryptomonnaie/

https://www.bilan.ch/techno/la-crypto-monnaie-de-facebook-relance-la-geneve-financiere-et-internationale

https://www.cafedelabourse.com/actualites/facebook-crypto-monnaie-libra

https://www.letemps.ch/opinions/finance-demain-propriete-cryptoactifs

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/david-marcus-est-charge-de-lancer-libra-la-monnaie-virtuelle-de-facebook-courant-2020–rencontre-a-geneve-?id=10719415

 

 

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Valérie Longpré, EBSI dit :

    « […] utiliser la blockchain (technologie de stockage et de transmission d’informations sans organe de contrôle) pour permettre aux 1 milliards 700 millions de Terriens sans compte bancaire d’accéder à des services financiers de base. »
    N’est-ce pas totalement utopiste de penser que ces milliards de personnes qui n’ont pas de compte bancaire, utiliseraient tout bonnement une technologie nouvelle? Je trouve que c’est très enchanteur, mais peu réel.

  2. Nginamau Francine dit :

    Bonjour,
    Est ce qu’il y a un risque qu’une bulle spéculative puisse se former autour de cette monnaie ? Si la monnaie ne trouve pas son public est ce que l’image de Facebook risque encore plus d’être terni ?

  3. Nginamau Francine dit :

    Bonjour,
    Pensez-vous qu’il puisse avoir une bulle spéculative autour de cette monnaie ? Si la monnaie ne marche pas du tout auprès des consommateurs est ce qu’elle peut ternir encore plus l’image de Facebook ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.