Les bibliothèques publiques face à la protection des données privées : Saturne dévore ses enfants ?

Billet de blogue rédigé par Ariane Bilodeau-Deschesnes (EBSI) et Sébastien Pitre (EBSI)

Saturne dévorant un de ses fils (Goya) traduit le malaise « dévorateur » des « géants du Web » dans les bibliothèques. Source de l’image.

Un célèbre tableau de Goya présente Saturne dévorant un de ses fils. Plusieurs interprétations ont été avancées: du temps « dévoreur » en passant par une allégorie d’une patrie sacrifiant sa jeunesse au profil de la guerre. Dans certains cas, il s’agit d’une analogie puissante et cruelle illustrant un désir de la classe « dominante » d’absorber ce qui a de la valeur à son unique profit. Et si Saturne représentait en fait les « géants du Web » et que l’enfant dévoré incarnait les données personnelles des usagers des bibliothèques ? Dans cette quête inlassable des bibliothèques à sauver des coûts en s’acoquinant avec les « géants du Web », ne sacrifie-t-elle pas ses enfants… les données privées de ses usagers ? Et, ce faisant, ne participent-elles pas à leur propre mort ? Est-ce de l’aveuglement volontaire ou un impératif de survie dans une société de plus en plus soumise aux diktats du monde numérique? Cette « crise existentielle » que traversent les bibliothèques doit obligatoirement mener à une épiphanie quant à son rôle dans notre société. Dans un tel contexte, les bibliothécaires peuvent-ils se contenter d’un rôle de « passeurs de savoir et de culture » ? 

Remplaçons les bibliothèques publiques avec Amazon

Si vous pensez que les bibliothèques publiques sont exclues d’un raisonnement purement économique, peut-être devriez-vous prendre connaissance de l’idée proposée par Panos Mourdoukoutas, professeur d’économie à l’Université du Long Island et collaborateur chez Forbes: « Amazon devrait remplacer les bibliothèques publiques par Amazon pour sauver l’argent des contribuables ». Son raisonnement repose essentiellement sur le succès et la popularité de la chaîne de cafés Starbucks à titre de « troisième lieu ». Toutefois, il avance qu’Amazon peut faire encore mieux par l’intermédiaire d’Amazon Books et que cela sonnera le glas des bibliothèques publiques et de Starbucks. 

La pieuvre « Amazon ». Source de l’image.

Après tout, Amazon Books possède, selon lui, une « librairie en ligne ». Il décide sciemment d’ignorer le fait qu’Amazon est une entreprise de commerce et que, de ce fait, les livres disponibles sont exclusivement ceux de sa base de données et doivent être achetés. Plus terrifiant encore, qu’en est-il des données personnelles colligées ? Ici, la résultante du partenariat entre le NHS (United Kingdom National Health Service) et Amazon mérite que l’on s’y attarde. En 2018, le NHS et Amazon unissent leurs forces pour améliorer l’assistant vocal Alexa. Le raisonnement ? Améliorer et exploiter l’algorithme d’Amazon afin « d’aider les personnes âgées ou aveugles qui n’ont pas les moyens de rechercher des conseils de santé facilement à répondre à de simples questions telles que « comment soulager une migraine ? » (Capital, 2019) La résultante: « Amazon a bien accès aux données du site du NHS mais aussi et « sans s’y limiter », à « toutes les informations sur les soins de santé, y compris les symptômes et les causes ainsi que les documents protégés par les droits d’auteur ». (Le Figaro, 2019) Il est permis de penser qu’un partenariat Amazon-Bibliothèques publiques vivra de pareils dérapages.

Le paradoxe des bibliothèques publiques

La bibliothèque d’Alexandrie : un symbole qui s’étiole? Source de l’image.

De la grande Bibliothèque d’Alexandrie à la « bibliothèque du futur », l’imaginaire de la bibliothèque a forgé au fil du temps les paradigmes de nos sociétés et renouvelé notre manière d’appréhender l’information. La bibliothèque est depuis longtemps considérée comme un lieu de transmission du savoir et une « porte ouverte sur la connaissance ». Selon le Manifeste de l’Unesco (1994), elle prône le développement de la démocratie et la prise de décision en toute indépendance. Avec l’essor de la « civilisation numérique », pour reprendre l’expression de Jean-Louis Roy (président et directeur général de Bibliothèque et Archives nationales du Québec), la technologie a permis de faire circuler l’information de manière plus fluide, plus rapide et plus démocratique. Pensons au livre numérique, à l’accès aux bases de données scientifiques et au wifi par exemple. Les bibliothèques sont aussi devenues, en contrepartie, de précieuses banques d’informations pour leurs fournisseurs. Entre « bien public » et « bien monnayable », les données personnelles des utilisateurs sont rapidement devenues le « nouveau pétrole ». Bien que la charte de BibLib stipule qu’aucune donnée personnelle des citoyens ne peut être collectée, ni transmise à des tiers en dehors des cas explicitement prévus par la loi, les bibliothèques entretiennent toutefois une position ambiguë et paradoxale avec la protection des données. Comment expliquer que 60% des bibliothèques de cégep du Québec utilisent un logiciel qui dirige les usagers vers le site Amazon alors qu’elles pourraient encourager les librairies locales et éduquer les usagers dans une prise de décision éclairée ? Même modus operandi du côté de Kindle. Amazon transforme la lecture en données personnelles en enregistrant l’historique d’usage (titres des documents, heures de lecture, passages surlignés, etc.). Selon l’ActuaLitté, les données recueillies « permettent de dresser le profil très précis d’un lecteur et donc de proposer aux annonceurs des publicités plus ciblées à diffuser, une des principales sources de revenus de la société dirigée par Jeff Bezos. » Que dire du logiciel Adobe Digital Editions qui tire profit du prêt numérique en bibliothèque grâce au digital rights management (DRM), un petit verrou qui contrôle les diverses utilisations du livre, dont le téléchargement, la durée du prêt et le transfert vers un appareil de lecture ? Conçu initialement pour protéger le droit d’auteur, Adobe collecte non seulement les lectures des usagers mais aussi les metadata des autres ebook sur le disque dur de l’ordinateur.

Verbiage d’avocats

Abordons maintenant la question des plateformes telles qu’Overdrive. Celles-ci se veulent des distributeurs, entre autres, de livres numériques. Dans le cadre de leurs activités, elles assurent la gestion des DRM et du téléchargement d’œuvres pour les acteurs de la chaîne du livre… incluant les bibliothèques publiques. En observant attentivement la politique de confidentialité d’Overdrive, une liste exhaustive des données privées accumulées par l’agrégateur sont présentées. Sans surprise, il est indiqué que celles-ci ne dépasseront pas le cadre de « l’utilité spécifique » et que toute information transmise à un tiers respectera l’anonymat des usagers. Toutefois, le verbiage légal ouvre la porte à une série d’utilisations pour le moins douteuses : « The use and disclosure of such anonymous information is not subject to any restrictions under this Privacy Policy. » (Overdrive, 2020) Aucune restriction ? De plus, l’horizon temporel d’utilisation des données collectées se révèle « élastique » : « We retain information for as long as OverDrive deems necessary to provide the Services or as otherwise permitted by applicable law. » (Overdrive, 2020). En plus de bénéficier de cette zone grise juridique, OverDrive exerce une pression sur les bibliothèques en leur proposant d’acheter automatiquement un livre lorsque celui-ci est populaire et facture des frais annuels de gestion. Tout se paie… d’une manière ou d’une autre.

Double discours?

L’utilisation de logiciels propriétaires apporte aux bibliothèques une efficacité qui n’est pas sans conséquence. Alors que la Bibliothèque nationale du Québec offre une semaine d’activités pour sensibiliser ses usagers à la protection de leurs données personnelles sur le Web et que American Library Association demande à Adobe de resserrer les mesures de protection des données personnelles, elles poursuivent leurs liens avec les « géants du Web » pour le prêt de livres numériques. Conscientes de leur situation, mais incapables de s’émanciper de cette pression économique, le double-discours des bibliothèques, ne serait-il pas une tentative de tendre la tête un instant hors de la mâchoire du géant pour voir ce qui se trouve plus loin à l’horizon ? 

Le prochain Zeus 

En plus d’avoir dévoré son fils pour écarter toute concurrence, Cronos (Saturne chez les Romains) est connu pour être la divinité primordiale du temps. Après tout, l’économie des « géants du Web » n’a-t-elle pas elle aussi instaurée un temps ? Un temps gargantuesque où l’économie des données personnelles rythment notre quotidien dans ses aspects les plus intimes comme dans les plus rassembleurs ? Chronométrées, comptabilisées puis dévorées, les données personnelles des usagers sont la nouvelle nourriture des dieux. Dans l’histoire, tous ont été dévorés, hormis Zeus. Sauvé par la ruse de sa mère et la complicité des nymphes, il grandit dans une grotte à l’abri de son père avant de devenir le roi des dieux et d’instaurer, à son tour, une nouvelle ère, avec un rythme nouveau dans une forme nouvelle. Qui sera le prochain Zeus ? Celui qui libérera les bibliothèques publiques de leur emprise face aux géants ? Celui qui fera tourner le vent en faveur de l’autonomie, de la diversité et du libre arbitre ?


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Ariane dit :

    Pour faire suite à mon dernier commentaire, je vous invite à lire l’article de Claire Richard « Penser internet
    Une histoire intellectuelle et désenchantée du réseau » qui plonge aux origines du Web. Elle présente la naissance de cet espace imaginaire comme une nouvelle frontière, un espace vierge, qui cherche à se réinventer aux marges du social. Très instructif pour avoir une perspective historique sur la construction et l’évolution de ce terrain neutre tant souhaité dès les débuts.
    Lien vers l’article : https://www.cairn.info/revue-du-crieur-2015-2-page-144.htm

  2. Sophie Leduc dit :

    Bonjour, ce billet de blog fait vraiment réfléchir sur l’utilisation des données personnelles d’un usager des bibliothèques. J’affirmerais que, comme n’importe quelle plateforme numérique, du web aux applications et même simplement les appareils numériques comme la tablette et le téléphone, le fait est qu’il y a toujours un danger quant à la protection des données personnelles de l’usager. Il faut en avoir bien conscience en tant qu’usager. Est-ce que pour protéger la mission des bibliothèques publiques de conserver un terrain neutre entre l’usager et la commercialisation, les bibliothèques ne devraient pas se tourner vers des logiciels libres ou le Open access? Peut-être bien, mais cela soulève d’autres problématiques, comme : ont-elles le temps et les ressources nécessaires pour assurer cette protection des données? Jean-Michel Salaün affirme justement que « la bibliothèque construit un écosystème qui lui est propre. Son principe général est que le document reste à la bibliothèque propriété de la collectivité concernée. La bibliothèque retire les documents de leur précédent circuit, commercial ou non, pour les intégrer définitivement à son propre circuit. » (Salaün, 2013, p. 8, https://archinfo24.hypotheses.org/files/2016/10/Salaun-Ch-eco-bib-aout-2013.pdf) Il faudrait alors que la bibliothèque ne prenne pas position en décidant, comme dans l’exemple ci-dessus, de faire la promotion de liens menant à Amazon sur les sites du Cegep. Il est plus difficile dans le cas du numérique de sortir le document des circuits commerciaux ou non pour l’intégrer uniquement à celui des bibliothèques puisque le web est nécessairement un tout et relie l’information entre elle. Bref, la réflexion est extrêmement pertinente et amène plusieurs enjeux importants.

    • Sébastien Pitre dit :

      Bonjour Sophie ! Merci d’avoir pris le temps de lire et de commenter notre petit billet. Concernant le danger inhérent des plateformes numériques en égard à la collecte des données personnelles de l’usager, je suis entièrement en accord avec toi. Vraisemblablement, ces données ont une valeur et de plus en plus d’histoires concernant l’accès par des tierces parties à des bases de données surgissent. Malheureusement, et c’est là que le bât blesse, c’est la notion de « conscience en tant qu’usager ». Ceci concerne toute la notion de littératie numérique. Plusieurs personnes, que ce soit en raison de leur contexte socio-économique ou tout simplement générationnel, se retrouvent sur le Web et cliquent immédiatement « Oui » à la politique d’utilisation des données. Il faut l’admettre, tous ne sont pas égaux devant la littératie numérique. Le jargon employé par certaines organisations du Web pour obtenir le consentement devient parfois ridicule. Cette question est brûlante d’actualité, car le gouvernement fédéral canadien a déposé un projet de loi pour protéger la vie privée des consommateurs : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1750240/projet-loi-protection-vie-privee-ottawa C’est très certainement un pas dans la bonne direction, ne serait-ce que pour admettre que la situation est plus que problématique. Merci encore pour ton commentaire et tes réflexions pertinentes !

    • Ariane Bilodeau dit :

      Bonjour Sophie ! Votre commentaire sur la création d’un « terrain neutre » sur le web comme piste de solution dans la protection des données personnelles m’a fait réfléchir sur la notion de « neutralité ». Existe-t-il, dans tout le web, un seul espace neutre ? Une information neutre ? Qu’entendons-nous par « neutre » ? Ces réflexions sont intéressantes dans la mesure où elles nous renseignent sur les usages du Web et toutes ses composantes (sociales, technologiques, politiques, voire même philosophiques). Comme vous le mentionniez, le Web est un Tout qui relie l’information entre elle. Ceux qui font circuler l’information ne sont pas dénués d’intérêts. Outre les intérêts qui peuvent prendre différentes formes et directions, il y a l’espace. Un espace, physique ou virtuel, vient toujours avec ses particularités qui témoignant à la fois de son histoire, de ses moyens et de sa fonction. Nous pourrions faire le parallèle avec les trois dimensions du document (Vu, Lu, Su) de Salaün. Le document invoque une plasticité (comme sa forme), une interprétation (comme l’analyse que nous en faisons) et une résonnance (sa fonction sociale par exemple). Pour ma part, même si je ne crois pas que la neutralité existe, il est tout de même intéressant de tenter de la démystifier pour mieux la comprendre et rester critique face à cette question.

Répondre à Sophie Leduc Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search