L’influence de l’enseignement à distance supérieur sur les SID

Billet de blogue rédigé par Karine Bohm (EBSI), Marie Noeline Rahalinirina (EBSI) et John Landicho (HEG).

Ces derniers mois, l’enseignement à distance a été plus que jamais à l’avant-plan de l’actualité du monde de l’éducation. De quoi parle-t-on exactement ? L’enseignement à distance de niveau universitaire est-il une menace à l’institution universitaire traditionnelle, basée sur un certain statut de l’enseignant et des modalités d’enseignements éprouvées? Élément essentiel de cette institution, quelle place revient aux bibliothèques universitaires dans ce changement de paradigme ?

Survol historique de la formation à distance

Pour aborder les différentes questions liées à l’enseignement à distance, il est important d’en connaître l’histoire et l’évolution. Son développement est caractérisé par quatre ères se succédant sur une période de trois siècles.

La première ère, celle des cours par correspondance, favorise l’échange de documents imprimés dans le but d’offrir un meilleur accès à l’information et à l’éducation. Toutefois, l’envoi postal pose plusieurs problèmes : retard des documents et risques de pertes. La deuxième ère est celle de l’apparition et la diversification de différents médias tels que la radio en 1927 puis la télévision en 1939. Ils ont permis la création de nouveaux types de supports, comme l’audio et la vidéo. De plus, pour corriger certaines lacunes de la génération précédente, des moyens pédagogiques sont mis en place (suivi par téléphone, centre de ressources par région). À partir des années 70, la formation à distance connaît un développement majeur avec l’introduction des ordinateurs qui permet une nouvelle manière de véhiculer l’information marquant ainsi la troisième ère. En améliorant la transmission d’informations, on offre une meilleure interaction tuteur-apprenant. Avec l’explosion d’Internet et des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) à la fin des années 90, les communications synchrone et asynchrone entre les enseignants et les apprenants se développent encore.

Histoire de la formation à distance. Infographie basée sur les 4 sources précédentes.

Une diversité de formules

Le numérique est maintenant incontournable dans l’offre éducative des universités. D’après un sondage de l’Association canadienne de recherche sur la formation en ligne (ACFL) en 2019, soit avant la pandémie et la mise en ligne massive des cours, 93% des universités québécoises proposaient déjà des cours en ligne. De plus en plus d’universités offrent aussi des formations de type Massive open online course ou MOOC. Gratuites, en autoformation et ouvertes à un grand nombre de participants, elles ne donnent pas accès à des crédits universitaires. En attirant des étudiants de partout, il s’agit aussi d’un outil promotionnel pour l’institution. D’autres universités ne disposent que des cours en ligne. C’est le cas de la Téluq, seule université francophone de ce type avec plus de 20 000 étudiants par année. Née en 1972 sous le nom de Télé-Université, elle tente alors de répondre à un besoin de rendre l’éducation supérieure accessible au plus grand nombre, en particulier ceux habitant en région éloignée. Une étude canadienne effectuée dans les années 1990 démontre d’ailleurs que les jeunes résidant à plus de 80 km d’une université, comme c’est le cas de 20% des étudiants du secondaire, sont moins susceptibles de poursuivre des études supérieures. En 2016, l’Amérique du Nord représentait 40% du marché de la formation en ligne contre 28% pour l’Europe. Le développement de ce marché de la distance n’est peut-être pas sans lien avec les contraintes du territoire.

Les bibliothèques, soutien indispensable à l’enseignement à distance

Les services d’information documentaire constituent un maillon incontournable dans le soutien à l’enseignement supérieur. Quelle influence le développement d’une offre éducative à distance peut-il avoir sur eux?

Une prise de conscience rapide dans les milieux documentaires universitaires

Dès 2003, Jean-Marc Alain affirme que les universités doivent reconnaître aux étudiants à distance les mêmes droits d’accès aux services des bibliothèques qu’aux étudiants présents sur le campus. Selon lui, «la qualité même de l’enseignement (…) est en jeu, car les services de bibliothèque sont tout aussi essentiels dans le contexte de la formation à distance.» En 2008, l’Association of College and Research Libraries (ACRL) s’est dotée de Lignes directrices pour les services de bibliothèque d’enseignement à distance, mises à jour régulièrement. Loin d’être ignorée par les professionnels des bibliothèques, la réalité de l’enseignement à distance même à un nouveau profil de bibliothécaire, le Distance learning librarian, chargé spécifiquement des services et des ressources pour les programmes de formation à distance. Cette spécialisation est née du constat que les étudiants et les enseignants à distance ont souvent besoin d’un service plus personnalisé que ceux qui peuvent se déplacer. L’ACLR rappelle ainsi qu’en plus de fournir un accès équitable aux services et aux ressources, il faut aussi accompagner les étudiants autant sinon plus qu’en présentiel et donc que le rôle des bibliothécaires est plus que jamais essentiel.

Développer des services spécifiques

Les bibliothèques universitaires offrent aujourd’hui de nombreux services à distance. La recherche et l’accès au catalogue et aux bases de données sont en ligne. Des formations sous forme de tutoriels ou des webinaires sont offertes tant aux étudiants qu’aux enseignants, pour renforcer les compétences informationnelles des acteurs de l’université en recherche sur Internet et en manipulation des bases de données. La communication avec les bibliothécaires se fait par clavardage ou même en rencontre virtuelle. Cette généralisation des services en ligne, qui a été accentuée à la faveur de la pandémie du COVID-19, est plutôt une réelle opportunité pour montrer l’ampleur du soutien des bibliothèques à la qualité de l’enseignement. Elles disposent en effet de toute une gamme d’expertises de soutien pédagogique qui était sous-estimée et qui s’est révélée à la faveur de la virtualisation des services. Cette virtualisation des services permettra plutôt un fort taux de fréquentation et d’exploitation des collections grâce à l’accès ubiquitaire qu’offre le numérique. Et les services documentaires n’en sortiront que grandis. Une illustration concrète à ce besoin est la mise en service de l’outil de recherche SOFIA en juin 2020. Cet outil commun aux 18 universités du Québec permet à toute la communauté universitaire d’avoir accès à des ressources documentaires détenues par les bibliothèques universitaires québécoises et, plus largement, à travers le monde. Ce genre d’initiative, qui permet un accès facilité à des ressources documentaires de qualité, en particulier des bases de données d’articles scientifiques, est d’autant plus importante dans une période où la lutte à la désinformation est plus nécessaire que jamais.

Se déplacer ou pas ? Aide à la décision. Source de l’image.

Services en ligne, bibliothèques vides?

La présence physique des acteurs du milieu universitaire dans ses locaux sert en partie à mesurer l’importance des services d’information (fréquentation physique, nombre de prêts, utilisation des espaces, etc.). Ce sont des statistiques qui justifient même la variation du budget alloué à ces services, de l’opportunité de recruter ou non du personnel supplémentaire, et bien d’autres choses encore. En somme, c’est la manière dont les locaux de ces services grouillent quotidiennement de monde et l’ampleur des prêts de documents qui justifiait de leur importance. Au regard de ces considérations, on pourrait penser que la généralisation de l’enseignement à distance qui engendre une baisse du taux de présence sur les campus et donc dans les bibliothèques, porterait un coup dur à ces dernières et constituerait une sérieuse menace pour le secteur documentaire en milieu universitaire. Cependant, pour beaucoup d’étudiants, les locaux des bibliothèques restent encore les meilleurs endroits pour préparer les examens et faire les travaux académiques. L’accès à un espace de travail calme et au matériel informatique reste des atouts pour les bibliothèques. D’ailleurs, un tour à la bibliothèque des lettres et Sciences humaines (BLSH) de l’Université de Montréal permet de constater que malgré les contraintes liées aux restrictions sanitaires, les espaces sont toujours fréquentés par les étudiants. Il reste maintenant à savoir si le taux d’occupation de l’espace physique continuera d’être un indicateur pertinent pour les bibliothèques.

Espaces de travail sur réservation. Source de l’image.

Pour conclure

En l’absence de données fiables en quantité suffisante et devant le nombre et la diversité des formations proposées, il est bien difficile de statuer si l’enseignement à distance est une menace et une opportunité pour les institutions traditionnelles de l’enseignement supérieur, basées sur un enseignement en face à face et des bibliothèques qui misent sur les espaces et les services sur place. Une chose est sûre, c’est qu’ils n’ont plus le choix de composer avec cette nouvelle réalité et que cela implique immanquablement des changements, autant pour les étudiants que pour l’administration et les enseignants. Si la crise de la COVID19 a révélé certaines lacunes dans l’enseignement à distance des universités, elle aura aussi démontré la nécessité de l’éducation, de l’expertise scientifique et de la recherche, relayés en partie grâce aux bibliothèques universitaires.


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Karine Bohm dit :

    Merci pour vos commentaires et réflexions très pertinents!
    Le sujet est vaste et soulève plusieurs enjeux: au niveau technologique avec toutes les questions qu’on peut se poser sur leur impact sur la formation et aussi au niveau humain, car la formation à distance modifie le rôle des étudiants et des enseignants. On retrouve d’ailleurs ces préoccupations dans vos interventions: Sébastien et Sophie abordent les difficultés technologiques, Jovia et Marie Anne évoquent celles rencontrées par les étudiants et Sophie parle aussi des enseignants.
    Lors du colloque Numérique 2020, organisé par la TÉLUQ début novembre, Thierry Karsenti (titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l’information et de la communication et professeur à Université de Montréal) a présenté les faits saillants d’une enquête menée auprès des étudiants universitaires (à paraître).
    Il est intéressant de voir qu’ils reflètent plusieurs des préoccupations exprimées dans les commentaires. En voici un extrait :
    • Les principaux défis rencontrés pendant la crise sanitaire touchent la motivation, la communication, la réussite académique et l’accès aux technologies.
    • L’enquête met en relief le fait que près de 70 % des étudiant·e·s affirment que leur motivation a diminué depuis le début de la crise. La perte de motivation serait associée à la diminution des contacts sociaux, à une moins grande concentration en ligne, à l’anxiété relativement à la COVID et à la qualité de l’enseignement.
    • Plusieurs étudiant·e·s se disent insatisfait·e·s de la communication avec le corps enseignant. Peu d’enseignant·e·s seraient proactifs pour entrer en communication avec les étudiant·e·s.
    • Les étudiant·e·s ont identifié des stratégies gagnantes pour les cours en FAD : l’établissement de routines, des objectifs clairs, des occasions de socialisation et de distractions, et des pauses.
    • Selon le chercheur, par leurs compétences, les enseignant·e·s peuvent aider les étudiant·e·s à relever les défis de la crise. Les compétences des enseignant·e·s font partie des solutions.
    • Les universités ont rapidement déployé de la formation pour les enseignant·e·s, mais on s’est moins préoccupé d’enseigner aux étudiant·e·s comment apprendre en ligne.
    (Source: https://www.capres.ca/enseignement-et-apprentissage/formation-a-distance-et-formation-continue/que-retenir-du-colloque-numerique-2020-compte-rendu-1-2/)
    Selon moi, bon nombre de ces problèmes pourraient être atténués en repensant les cours dans une perspective technopédagogique et non comme de simples contenus à transférer en ligne. La technopédagogie prend en considération “à la fois les aspects pédagogiques (ex : méthodes d’enseignement et d’apprentissage, motivation, compétences à développer chez les étudiants, etc.) et les aspects technologiques (ex : utilisation de l’ordinateur, du web, des tableaux blancs interactifs, etc.). (…) Les technologies sont donc considérées comme des moyens, au service des pédagogies actives et non comme une fin en soi. La finalité commune de ces innovations est l’amélioration de la qualité des apprentissages des étudiants.“(https://pedagogie.uquebec.ca/veille/technopedagogie-accompagnement-et-posture-professionnelle#:~:text=Technop%C3%A9dagogie%20%3A%20Accompagnement%20et%20posture%20professionnelle,-H%C3%A9l%C3%A8ne%20Meunier&text=Ce%20terme%20renvoie%20%C3%A0%20des,chez%20les%20%C3%A9tudiants%2C%20etc)
    C’est ce que font déjà plusieurs, en particulier les institutions comme la Téluq et le Cégep à distance. Alors même si je suis tout à fait d’accord avec Sébastien lorsqu’il évoque certains cours de la Téluq qui utilisent des technologies un peu dépassées (plusieurs y ont été confrontés avec le cours INF6107!), je crois que la qualité de l’apprentissage est quand même meilleure que ce qu’on peut vivre en ce moment. Les cours sont plus homogènes, on connaît notre progression en tout temps, il y a plus d’interactivité avec des exercices en ligne, etc.
    Enfin, concernant les bibliothèques, leur virage en ligne semble s’être fait avec plus de douceur, sûrement parce que les enjeux étaient beaucoup plus d’ordre technologique qu’humain, comparativement à l’enseignement.

  2. Céline Hostiou dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce billet très intéressant. Il semble que l’enseignement à distance massifié par la Covid poursuive le mouvement amorcé au début des années 2010 par la création des learning centers, ou « carrefours d’apprentissage », en remplacement ou en appoint des bibliothèques universitaires. Je vous renvoie vers cet article de Martin Bérubé, membre du comité « Bibliothèque innovante » du Regroupement des bibliothèques collégiales du Québec (REBICQ) : « Learning center – innovation ou évolution des bibliothèques universitaires ? » (https://rebicq.ca/realisation/learning-center/) Il y insiste sur le développement du partenariat triangulaire, déhiérarchisé, dynamique, égalitaire entre professeur, étudiant et bibliothécaire, sur la nouvelle logique pédagogique passant davantage par les exercices que par la transmission de contenu, et sur la réduction de la frontière entre enseignement et documentation.

    Céline Hostiou

  3. Marie Anne La Haye dit :

    Bonjour,
    À la lecture de billet, je comprends mieux la place de plus en plus importante de l’enseignement à distance (outre la situation actuelle). Il est clair que dans les années à venir, l’enseignement à distance risque d’être de plus en plus présent. Par contre, malgré l’amélioration des outils numériques, plusieurs experts, notamment des enseignants, soulèvent la question de la motivation des étudiants en enseignement en distance. Il est vrai que l’enseignement supérieur, c’est souvent plus que des cours à suivre pour beaucoup d’étudiants. Il y a tout un aspect communautaire qui reste encore difficile de recréer en ligne et qui demeure un point important de la vie sociale (et de la motivation) de plusieurs étudiants. L’avenir nous montrera bien la place que prendra l’enseignement à distance, mais il serait surprenant que ce type d’enseignement puisse remplacer toute la vie estudiantine universitaire.

  4. Sophie Leduc dit :

    Bonjour,
    La réflexion autour de ce billet de blogue est très enrichissante dans le sens où, effectivement, les services d’information dans le milieu éducatif doivent se renouveler et s’adapter au nouveau mode d’enseignement à distance. Vous abordez le fait que les universités offraient déjà quelques cours en ligne avant l’apparition des mesures du Covid-19 et aussi le fait que Téluq n’avait que des cours en ligne. Il est vrai que des modèles étaient déjà en place, mais cela n’empêche pas, selon moi, que certains enseignements ne sont pas du tout adaptés au mode à distance. Un peu comme le soulève Sébastien Pitre dans son commentaire, Téluq semble encore avoir un certain retard technologique aux niveaux des outils qu’ils utilisent. Ce n’est pas tout, certains enseignants sont complétement dépassés par les outils comme team, zoom, etc. Les formules sont variées : capsules web, mode asynchrone, mode synchrone, mode synchrone avec atelier afin de ne pas faire trois heures complètes de magistral derrière l’écran, etc. Ces variétés montrent bien que les enseignants essaient d’adapter leur enseignement, mais que d’autres le font moins. Je pense également à certains enseignants déjà très difficile à rejoindre lorsque l’étudiant peut se déplacer sur le campus. Par courriel ou même par téléphone, ce peut être alors plus nuisible dans le processus l’apprentissage de l’étudiant. Je pense aussi que les services d’information peuvent alors être de très bons intervenants afin de diriger l’étudiant qui n’arrive peut-être pas à obtenir l’information qu’il recherche auprès de l’enseignant. Non seulement les services d’information peuvent aider l’étudiant, mais aussi les enseignants qui éprouvent ces difficultés. Le besoin se fait encore plus sentir puisque certains manquements avec la formule à distance sont encore bien présents. Nous sommes encore dans un moment d’adaptation à tous ces changements au niveau de l’enseignement à distance et j’ai bien hâte de voir ce que nous retiendrons de toutes ces adaptations lors du retour à la « normale ». Merci beaucoup pour ce billet de blogue.
    Voir ici un article qui montre les difficultés de certains enseignants au mode à distance et également la difficulté d’adaptation pour certains cours comme médecine vétérinaire où la pratique est centrale dans le processus d’apprentissage de l’étudiant : https://www.lapresse.ca/covid-19/2020-03-26/des-questions-et-des-inquietudes-chez-les-enseignants-et-les-etudiants.

  5. Jovia Jean dit :

    Bonjour ! Votre billet de blogue aborde certaines des questions que les étudiants se posent actuellement. Plusieurs initiatives innovantes ont pris naissance pendant la crise sanitaire pour permettre la poursuite des activités d’enseignement et de formations. La fermeture des écoles et des universités a engendré chez les élèves et les étudiants un plus grand niveau d’autonomie en les incitant à se fixer leurs propres objectifs et à s’autoréguler et en leur donnant un certain pouvoir sur le choix des méthodes et outils pour réaliser leurs tâches. Un tel niveau d’autonomie acquis en si peu de temps dont l’intégration rapide des technologies fera probablement croitre l’intérêt pour l’enseignement à distance et cela même après la reprise des activités en présentiel. La crise sanitaire est un catalyseur qui propulsera le développement du marché des formations à distance, ce qui va fort probablement mettre à mal l’institution universitaire traditionnelle. Merci pour ce billet et bravo à toute l’équipe.

  6. Sébastien Pitre dit :

    Bonjour à toute l’équipe ! Merci pour ce blogue fort intéressant. Pour avoir été un étudiant à la TÉLUQ pré-Covid dans plusieurs programmes d’études, je dirais que paradoxalement, l’éducation à distance pourvue par l’UdeM depuis la pandémie est, de manière générale, supérieure à ce que la TÉLUQ offre. La raison principale se révèle principalement dans l’utilisation des outils de communication technologiques. La TÉLUQ tend encore à exploiter le matériel développé depuis des années : courriels, DVD et autres forums. Or, depuis ce temps, les Skype, Zoom, Slack, Teams et autres ont fait des progrès fulgurants et ont été rapidement employés par les universités « conventionnelles » durant la pandémie. De ce fait, la TÉLUQ, qui aurait dû être à l’avant-plan et un modèle pour les autres ne l’a jamais vraiment été. Aussi, ce qui semble devenir assez évident selon une logique comptable, c’est que certains programmes d’études nécessitant peu de ressources matérielles (mais qui financent les programmes dits coûteux) peuvent être largement suivis en ligne. Pour l’étudiant, toute la partie « vie de campus » est amputée. Mais pour l’administration, ce changement peut se traduire en une baisse des frais d’exploitation (non-renouvellement de baux, etc.) Bref, tout porte à croire à un changement de paradigme, mais je suspecte que nous verrons réellement les tendances lorsque nous aurons un retour à la vie « normale ». Nous verrons bien ! Merci pour votre billet !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search