Open Science et éditeurs scientifiques, liaisons dangereuses, nouveaux paradigmes de marché?

Billet de blogue rédigé par Céline Hostiou (DESS), Hubi Miguel Neto (EBSI) et Thibault Usel (HEG).

Depuis le mois de mars dernier, la pandémie a incité les conglomérats Springer et Elsevier à mettre en libre accès les publications sur la COVID-19. Cette pratique disparaîtra-t-elle avec le virus, ou initiera-t-elle une nouvelle donne entre scientifiques et éditeurs?

Face à l’oligopole, la riposte

Dans les années 1990, l’avènement du web a engendré une forte concentration créant un oligopole de cinq éditeurs scientifiques : Elsevier, Springer, Wiley-Blackwell, Taylor & Francis et Sage. Ils publient plus de la moitié des articles savants dans le monde, alors que l’inélasticité du marché force les bibliothèques à céder à ces compagnies.

Profits et revenus des grands éditeurs scientifiques de 2015 à 2017 (Orbis). Source de l’image

En outre, les éditeurs ont créé l’abonnement en bouquet, forçant les institutions à payer pour un ensemble de revues, même si seule une poignée correspond à leurs besoins d’information. Ainsi, aux États-Unis, selon l’Association of Research Libraries, les dépenses liées aux périodiques ont augmenté de 402 % entre 1986 et 2011.

Dépenses en monographies et revues des bibliothèques de l’Association of Research Libraries entre 1986 et 2011. Source de l’image.

Cet insoutenable accroissement de prix a forcé plusieurs bibliothèques universitaires à créer des consortia pour suivre l’inflation des tarifs et négocier l’accès. Toutefois, le désir d’offrir un accès gratuit pour tous, combiné au fait de vouloir répliquer aux éditeurs, a conduit à une démarche plus radicale : le libre accès, que Peter Suber, dans son livre Qu’est-ce que l’accès ouvert ?, définit ainsi: « faire en sorte que la littérature scientifique soit disponible en ligne sans barrières liées au prix et sans la plupart des contraintes dues à des autorisations ». 

Un des principaux arguments en sa faveur est l’anti-privatisation de la recherche. Puisque ce sont les subventions publiques qui financent la recherche, pourquoi serait-il aux éditeurs d’en contrôler la diffusion ?

En 2012, un appel du mathématicien Tim Gowers au boycott d’Elsevier a donné naissance au mouvement The Cost of Knowledge, rejoint par 200 institutions académiques, dont l’Université de Californie.

L’Open Science comme modèle alternatif ?

Dans le cadre de l’Initiative de Budapest en 2002, un manifeste a recueilli une liste de recommandations pour « l’accès libre » (Open Access) sous cette appellation. Ce manifeste mentionne les deux principaux axes de réflexion pour faciliter l’accès gratuit aux articles scientifiques : l’auto-archivage et les revues en libre accès. Ces recommandations ont acquis un fort appui avec un communiqué de presse de la Commission européenne stipulant qu’elle s’en saisirait comme principe général pour son programme cadre Horizon 2020, qui « comporte l’obligation d’assurer le libre accès aux publications issues des recherches qu’il aura contribuées à financer, sous peine de sanctions financières. »

Chaîne de production type d’un article de revue scientifique (preprint, postprint et publié) en libre accès avec partage des droits sur SHERPA/RoMEO, par Thomas Shafee (CC-BY). Source de l’image.

L’auto-archivage est le concept central de la voie verte. Il propose aux chercheurs·euses de déposer leurs articles sur des plateformes d’archives ouvertes, affiliées ou non à une institution (HAL, Papyrus). Un tel système pose les questions de la validation des articles par les pairs et du manque à gagner pour les éditeurs, puisque le peer reviewing est généralement organisé par ces derniers.

L’autre axe, la voie dorée, est centré sur les revues en libre accès. Ces revues ne faisant plus payer les coûts d’accès aux lecteurs, elles doivent trouver d’autres sources de financement. Un modèle fréquemment proposé est l’Article Processing Charges (APC) consistant à reporter ces coûts à la charge de l’auteur·e. Contrairement à la voie verte, cette solution ne fait que déplacer le problème de la charge financière des abonné·e·s aux auteur·e·s, mais il présente l’avantage de mettre en valeur les articles en augmentant leur visibilité.

Une voie hybride est parfois évoquée, proposant diverses combinaisons, par exemple des revues sous abonnement où l’auteur·e a la possibilité de payer des frais supplémentaires pour fournir un accès libre à son article. Cette solution est critiquée pour les frais très élevés qu’elle engendre, sans pour autant permettre aux bibliothèques d’accéder gratuitement au numéro complet de la revue. Ces dernières paient donc le même montant pour la revue, bien que certains articles qu’elle contient soient gratuits. Un autre exemple est celui des programmes freemium (OpenEdition, Érudit), proposant des services commerciaux supplémentaires.

La méthode de déconstruction des grands ensembles, développée par les bibliothèques de l’Université de Montréal, permet d’évaluer la pertinence des coûts des abonnements par bouquets, afin d’être plus efficace lors des négociations des abonnements.

Dans une autre approche, relevons la démarche de Sci-Hub, qui offre un accès gratuit à de nombreux articles scientifiques, en contournant les moyens de paiements prévus par leurs éditeurs, quitte à violer le droit d’auteur. Cette approche permet l’accès aux articles pour les chercheurs de pays émergents.

« Quel avenir pour l’édition scientifique ? », animation par Daniel Chartier, production de Canal Savoir, en collaboration avec Érudit, 2018. Source de la vidéo.

Le prix de la « gratuité »

Les grands éditeurs scientifiques, dits « for profit », ont tôt fait de flouter la frontière établie avec l’Open Science et de poser leurs jalons pour en conquérir les réserves de croissance. À partir de 2012, ils se convertissent à la voie dorée. Ils contribuent ainsi à réinclure la valeur de la publication au sein de la communauté scientifique.

Dans une étude de 2017, la Société Max-Planck a démontré que l’argent économisé par les chercheurs grâce à l’annulation des abonnements pouvait couvrir les APC (dont le marché croît de 25 % par an). La valeur dégagée se voit donc réallouée au budget global du projet de recherche, incluant les coûts de diffusion, dès son amorce.

Le glissement vers l’Open Access des éditeurs scientifiques est mû par la nécessité économique d’accroître la viabilité à long terme de leur modèle et donc de remplacer l’abonnement, décrié, pour faire pièce à la Public Libary of Science (PLOS), chef de file de la publication en accès libre. Pour enrayer le succès de celle-ci, ils proposent également le lancement de mégarevues multidisciplinaires (Springer plus, Wiley Advanced Science) à spectre de diffusion très large, conçues pour capter des potentialités de gains. Elles recouvrent toutes les mêmes caractéristiques : un nombre très important d’articles pour une fourchette d’APC assez basse, comprise entre 600 et 1400 dollars, soit analogue à celle de PLOS. Leur création répond à trois impératifs stratégiques :

  • l’absorption de la croissance exponentielle d’articles ;
       
  • la récupération de la « Lost Science », c’est-à-dire des nombreux articles de qualité rejetés du fait de l’hypersélectivité malthusienne des revues à abonnement, offrant un débouché particulièrement aux jeunes chercheurs ;
       
  • la mise en place de vastes plateformes (Web of Science, Scopus, Link), gisements documentaires plus que revues classiques, qui, comme les GAFAM, drainent un écosystème de chercheurs laissant des traces valorisables.

L’Open Science amorce un déplacement de la légitimation par l’instance éditoriale. Elle ne la situe plus en amont de la publication, au sein du comité de lecture de l’éditeur scientifique, mais en aval parmi un bassin de lecteurs bien plus large. L’évaluation par les pairs, jusque-là menée par les éditeurs scientifiques, s’en trouve ontologiquement bouleversée.

Ainsi, en 2012, PLOS propose de la rendre totalement transparente, remplaçant le filtre a priori par un système de mesures a posteriori consistant en la comptabilisation des téléchargements, révélateurs de l’intérêt suscité, et la compilation sur la longue durée des commentaires et citations d’un très grand bassin de lecteurs à la crédibilité préalablement quantifiée. Tout le processus d’open peer review devient publicisé : prépublications, identité des auteurs et des évaluateurs, rapports, commentaires, etc. PLOS souligne l’efficacité éprouvée sur le web de systèmes analogues de confrontation et de jugement, comme par exemple Wikipédia.

En outre, pour les chercheurs, le libre accès constitue une réponse à la pression permanente du publish or perish. Ils peuvent ainsi publier davantage et gagner en visibilité. D’après une étude de Springer, les chapitres de livres en Open Access dépassent les 30 000 téléchargements, soit 7 fois plus que ceux en accès restreint. 

Quel impact cependant pour une publication parmi des millions alors que Science et Nature jouent un rôle de tamis et de prescripteurs ? Au traditionnel « facteur d’impact » l’on ajoute d’autres critères de pertinence, appelés altmetrics : taux de lecture, téléchargements, ajouts dans Zotero, mentions sur les blogs, etc. D’aucuns y voient la restauration de la « grande conversation scientifique ».

Les éditeurs des sciences humaines et sociales (SHS), notamment les petits parmi eux, déplorent l’imposition du prisme des sciences, techniques et médecine (STM) au champ scientifique dans son entièreté et préconisent un accès ouvert raisonné. L’Open Science et la transformation du modèle de l’abonnement qu’elle induit recèlent pour ces éditeurs une fragilisation, voire une disparition, faisant dépendre fortement les revues des SHS des subventions. Elles sont en effet bien moins rentables que celles de médecine. De plus, un embargo court, comme pour les STM, de 6 à 12 mois, entre la date de publication et de mise en accès libre, tend à décourager les abonnements.

Depuis le xviiie siècle, l’éditeur traditionnel préserve l’indépendance de l’érudit. Peut-elle être assurée par le système hyperpanoptique de surveillance qu’est l’Open Science ? Le chercheur peut-il critiquer hors de la maison d’édition l’institution qui le finance ? Quel avenir pour les monographies, jusqu’alors portées par une édition payante de qualité ? L’édition de SHS n’a pas encore trouvé de modèle économique viable.

Au cœur de ces débats se joue la recomposition du régime des savoirs, entre science au service du bien commun d’après la Libération (OA) et héritage des maisons savantes des Lumières (éditeurs).

Conclusion

L’Open Science s’inscrit dans un mouvement plus large d’Open Society. Son nouvel enjeu est l’ouverture de tout le processus de recherche, notamment l’accès aux données : fouilles, structuration, métadonnées, etc. L’Open Data garantirait une couverture illimitée de l’objet de la recherche et la transparence de la méthodologie. L’édition scientifique muterait alors partiellement en une éditorialisation de ces champs de données.

 


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Céline Hostiou dit :

    SYNTHÈSE DES COMMENTAIRES DU BILLET DE BLOG

    Bonjour Jovia, Karine et Marie Anne,

    Merci de vos commentaires.

    Jovia, vous faites bien de souligner l’entrave que peuvent constituer des tarifs importants d’abonnement à des revues scientifiques pour les étudiants. Le rapport léonin qu’imposent les éditeurs scientifiques concerne au premier chef les bibliothèques universitaires. Dans la communauté scientifique, il est traité quasi exclusivement sous l’angle de ces dernières, ce qui est bien normal, puisque ce sont elles qui en supportent le coût. Cependant, il crée des externalités négatives qui touchent spécifiquement les étudiants :
    – en réduisant les budgets qui auraient pu être alloués au sein de leurs universités à d’autres postes qu’aux abonnements, et donc à leurs conditions d’assimilation du savoir ;
    – en constituant une barrière à l’apprentissage pour ceux d’entre eux rattachés à des universités de pays émergents : l’état de la recherche leur demeurant inaccessible, ils sont acculés à ne travailler qu’à partir de connaissances caduques et partielles ; ainsi, le site illégal Sci-hub, de piratage d’articles scientifiques, que nous évoquons dans notre billet, a été créé par une étudiante kazakhe en priorité pour ces étudiants ; ainsi, Sci-hub a remporté un vif succès en Inde, en Indonésie, en Iran, en Chine, en Russie et au Brésil.

    Vous soulignez également ce qui a conditionné l’inélasticité de ce marché : le prestige que les chercheurs tirent de la sélection de leurs articles par les grands éditeurs scientifiques, la dynamisation de leur carrière qui résulte de cette aura. Or, l’Open Science a engendré un système d’approbation et de correction, appelé « l’évaluation ouverte », qui se veut à la fois sélectif et transparent, et s’appuie sur deux principes, exclusifs ou hybrides :
    – l’open peer reviewing, ou évaluation ouverte par les pairs, que nous abordons dans la deuxième partie de notre billet ;
    – l’open commentary, selon deux étapes : en pré-publication et en post-publication, de la part de lecteurs scientifiques ou non scientifiques.
    Outre l’Open Science en elle-même, la mise en cause du rôle discrétionnaire du rédacteur en chef et la perte de confiance dans les processus classiques d’évaluation ont accéléré l’émergence de ce modèle d’évaluation ouverte, qui rompt avec l’anonymat des évaluateurs et publicise les débats. D’après ses promoteurs, il est gage de qualité, car :
    – les commentaires des relecteurs sont publiés en toute transparence,
    – le risque d’arbitraire dans le rejet d’articles non motivé, ou du moins insuffisamment, s’en trouve réduit ;
    – et le dialogue établi entre relecteurs et auteurs permet de faire émerger peu à peu un consensus scientifique sur les conclusions de l’article.

    Merci, Karine, de mentionner la démarche de Vincent Larivière, militant très actif de la science ouverte (qui intervient d’ailleurs dans la vidéo de Canal Savoir intégrée à notre billet, intitulée « Quel avenir pour l’édition scientifique ? »). Elle a été facilitée par un précédent : la démission en bloc, en 2015, des comités de rédaction et scientifique de Lingua, la principale revue de linguistique formelle et générative. Les responsables de ce périodique avaient demandé à Elsevier, qui la publiait, de la faire passer progressivement en Open Access. Face à son refus, ils ont décidé de rompre avec lui et de migrer sur la plateforme lingOA, pour y créer une nouvelle revue, Glossa, grâce à des fonds de l’Open Library of Humanities (OLH). Les deux comités ont en outre appelé au boycott d’Elsevier, aussi bien pour la soumission d’articles que pour la relecture et l’évaluation. La transition s’est bien déroulée, semble-t-il.

    Marie-Anne, merci pour votre commentaire de notre billet. Il renvoie à des problématiques plus larges encore :
    – de monétarisation des données de la science ouverte ; la gratuité de ces données est-elle viable à moyen et long terme, alors qu’elles sont considérées comme le nouvel or noir, que nous sommes entrés dans l’ère du capitalisme cognitif, justement régulé par les géants du web ?
    – de découvrabilité, et donc de diffusion, et par prolongement de neutralité du net, abordée par Sophie Leduc, Tom Buclin et Emilio Zuniga Solis dans leur propre billet. La fin de la neutralité provoquerait une différenciation entre les sites, une favorisation des meilleurs payeurs : les revues scientifiques en accès libre n’auraient pas toujours les moyens de payer les fournisseurs d’accès à Internet pour qu’ils offrent un accès rapide aux leurs. A contrario, les géants du web disposent de la force économique pour le négocier et, en amont, de monnayer auprès des revues leur découvrabilité.

  2. Jovia Jean dit :

    Bonjour et merci pour ce billet fort intéressant.
    L’organisation traditionnelle de la publication scientifique s’avère paralysante pour les chercheurs et inutilement coûteuse pour les institutions d’enseignement, cela peut avoir des répercussions sur les frais de scolarité. Les éditeurs de revues savantes facturent aux étudiants les informations vitales pour leurs études. Le coût d’abonnement dépasse les budgets des bibliothèques, et les étudiants passent à côté de recherches importantes et de progrès récents dans leur domaine. En 2019, la prestigieuse Université de Californie décide d’arrêter de payer plusieurs millions de dollars pour l’accès aux journaux scientifique appartenant à Elsevier. L’établissement a dû débourser 11 millions de dollars en 2018 pour que ses chercheurs puissent accéder à 1500 journaux scientifiques appartenant à Elsevier — qui en détient au total près de 3000 (https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/publications-scientifiques-la-guerre-est-declaree_135582). Les marges de profit de Elsevier atteignent 40 %, presque le double du profit d’Apple (https://theconversation.com/university-of-californias-showdown-with-the-biggest-academic-publisher-aims-to-change-scholarly-publishing-for-good-120323). Le libre accès permet aux étudiants d’améliorer leur propre éducation et contribue aux découvertes futures. La diffusion et l’accès généralisés à la recherche aideront à faire progresser la science. Je m’inquiète toutefois des conséquences de l’Open Science sur la qualité des recherches. Bien que les éditeurs scientifiques tels que Elsevier font en sorte que la renommée institutionnelle acquise par les scientifiques détermine l’importance accordée à leurs travaux et les crédits dont ils disposent (https://www.scienceshumaines.com/l-effet-matthieu_fr_39923.html), elles poussent toutefois les chercheurs à l’excellence en mettant l’accent sur la qualité des recherches plutôt que sur la quantité. Qu’en sera-t-il avec l’Open science?

  3. Karine Bohm dit :

    Bonjour! En complément de cette réflexion, je crois qu’il est incontournable de citer l’expérience de Vincent Larivière (professeur à l’EBSI) et de la revue Journal of Informetrics (JOI) éditée par Elsevier, la plus importante publication dans le domaine de la bibliométrie. En janvier 2019, les 40 membres de l’équipe éditoriale de JOI ont démissionné en bloc pour créer Quantitative Science Studies (QSS), une revue en libre accès, gratuite pour les bibliothèques. Voir l’article La fois où j’ai démissionné d’une revue exploitant les chercheurs (https://www.quebecscience.qc.ca/sciences/demission-revue-exploitant-chercheurs/)

  4. Marie Anne La Haye dit :

    Bonjour,
    Votre article est très intéressant et montre bien l’enjeu de l’accès et des coûts pour les revues scientifiques. Pour continuer sur votre questionnement sur la place de l’éditeur préservant « l’indépendance de l’érudit », il permet aussi de préserver l’intégrité morale des chercheurs et des chercheures. En effet, l’idée de l’Open Science est fort intéressante, mais ne permet pas de régler tous les problèmes. Donner un accès pour tous aux données amène des enjeux de mauvaise utilisation potentielle, par des individus, mais aussi par les géants du web. Nous vivons dans un monde capitaliste et si des mouvements tels qu’Open Science (et Open Society) peuvent apporter des solutions alternatives à ce système, rien n’assure que cet accès libre ne serait pas aussi marchandé par les géants du web.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search