L’enseignement, nouveau relais de croissance pour l’édition numérique?

Billet de blogue rédigé par Jovia Jean (EBSI) et Fanny Almeida (HEG)

La culture numérique, avec l’idéalisme du partage et de la libre circulation du savoir permet une diffusion très large du savoir à coût réduit et même gratuit. Elle offre à tous la possibilité de créer et de partager des contenus en ajoutant l’avantage écologique, réduisant l’usage du papier et de toner. Les documents numériques sont plus facilement manipulables, modifiables et pérennes que sur le support papier.  

Si certains décideurs ont laissé traîner en longueur les démarches en matière d’utilisation des technologies numériques dans l’enseignement, la crise actuelle les a certainement forcés à hâter le pas. Les systèmes éducatifs à travers le monde ont réagi rapidement pour s’adapter. Des initiatives innovantes ont vu le jour pour permettre la poursuite des activités d’enseignement et de formation — sous la forme de visioconférences, vidéos, ou de kits pédagogiques pour la maison. 

Qu’il s’agisse de nouvelles applications ou de logiciels déjà sur le marché avant la pandémie (Zoom, Teams, Google Drive), ces technologies sont devenues le gilet de sauvetage de l’enseignement. Il en découle une contribution importante du secteur de l’éducation dans la production de contenus numériques. 

Une variété d’outils numériques pour l’enseignement

L’adaptation numérique des systèmes éducatifs, éperonnée entre autres par la crise sanitaire actuelle, a mis en évidence des plateformes d’autoédition comme celle de KDP, proposé par Amazon et Canopé (réseau français sur l’éducation, la culture et la société) en libre accès, offrant également des formations au sujet. Cette façon de produire et diffuser des contenus (pouvoir détenu auparavant en exclusivité par les maisons d’édition) permet un nouvel accès dans l’édition scolaire, en offrant cette possibilité de manière gratuite, ouvrant les portes à une nouvelle ère d’éducation numérique. Cet article d’IDBOOX explique ce concept. En revanche, en publiant dans ce type de plateforme, le pouvoir est détenu en exclusivité par l’entreprise, dans le cas de KDP par Amazon, en empêchant la distribution dans d’autres plateformes. 

Déjà en 2016, l’annonce du partenariat entre Amazon France et le réseau Canopé avait provoqué de vives réactions du côté du Syndicat national de l’édition (SNE) et des éditeurs scolaires adhérents. L’alliance d’un opérateur d’État avec un acteur américain hégémonique dans le numérique assez peu soucieux de la protection du droit d’auteur et au cœur de conflits avec l’édition et la promotion d’une autoédition utilisant le format propriétaire de cet acteur américain soulève des inquiétudes.

En pleine crise sanitaire, vers la fin avril, le ministère de l’Éducation nationale français a déployé la première version d’une plateforme d’outils numériques pour les professeurs, Apps.education, composée de logiciels supposés respectueux des réglementations sur les données des utilisateurs, proposant des outils gratuits et ouverts. Des outils tels que Jitsi (webconférence) Peertube (pour la diffusion de vidéos) ou Nextcloud (pour le partage de documents) entre autres. Par contre, certains de ces logiciels posent problème si un grand nombre de personnes en font usage en même temps. Par exemple, JitsiMeet fonctionne de façon optimale avec moins de 10 personnes, donc pour un usage scolaire laisse beaucoup à désirer. 

Ces outils, sont-ils sans risques ?

La possibilité d’emporter une grande partie des différents types de documents sans les contraintes du poids ou de l’espace physique est un aspect très attrayant. Par contre, il y a une contrepartie du point de vue écologique : bien que la numérisation nous fasse économiser du papier et éviter des encres chimiques, le stockage de toutes ces documents, ainsi que l’envoi des données via internet (sans oublier les kilomètres d’espace physique qui prennent les grands serveurs qui chauffent jour et nuit) produisent une quantité très élevée de pollution, comme nous pouvons le lire dans cet article.

Pollution numérique. Source de l’image.

La création de contenu numérique de manière autodidacte est une avenue intéressante, mais il pourrait entraîner un manque de participation dans les circuits commerciaux, par exemple. La monopolisation des droits sur la publication des documents numériques de certaines plateformes empêchera la diffusion par d’autres canaux, disons, plus traditionnels, changeant l’économie actuelle en la transformant selon les demandes du marché.

Le traitement des données et le flux d’information sont des enjeux considérables à long terme. La création démesurée de contenus numériques soulève des inquiétudes concernant l’usage et la manipulation malveillante de ces données sans parler de la gestion des droits d’auteurs. Une grande quantité n’est pas synonyme de qualité, et la gestion de toute cette masse n’est pas sans embûches. 

Dans le cadre de cette prestation proposée par Amazon par exemple, l’autoédition devient accessible facilement, on pourrait remettre en question la qualité des contenus qui serait rendue accessible sans l’évaluation des pairs, une étape importante dans la publication de connaissances classées scientifiques. Qui vérifiera que le contenu respecte des normes éthiques et morales ? Qui s’assurera que ces contenus correspondent aux exigences de la démarche scientifique? Particulièrement dans un contexte si délicat qu’est l’éducation. 

Quelle part représente l’enseignement pour le domaine de l’édition numérique ?

Pendant les dernières années, le  poids du marché de l’édition numérique a augmenté dans les revenus des maisons d’édition. Selon le Syndicat national de l’édition (SNE), en 2018 alors que la vente de livres était en baisse, le marché de l’édition numérique, tous supports et toutes catégories éditoriales confondus, a généré un chiffre d’affaires de 212,6 millions d’euros, dont une croissance de plus de +6,1 % de l’édition numérique scolaire. 

Dans cette catégorie, on retrouve les ventes de manuels numériques aux établissements, les ventes de licences annuelles ou pluriannuelles et les offres de ressources numériques parascolaires aux particuliers.

En 2019, le chiffre d’affaires des ventes de livres numériques (232,3 M€) représente 8,7 % du chiffre d’affaires total des ventes de livres des éditeurs (2 665 M€).  Cette progression est notamment portée par le scolaire et par la très forte augmentation (+111%) des ventes numériques de manuels et de licences scolaires. 

Au sein du segment professionnel et universitaire, les ventes numériques (163,8 M€) représentent 36,6 % du chiffre d’affaires des ventes de livres totales des éditeurs (448 M€). Les offres des éditeurs de ce segment s’adressent aux professionnels et aux bibliothèques universitaires, tout en proposant des formules adaptées aux particuliers.

La pandémie du Coronavirus, un catalyseur de croissance pour l’édition numérique?

Avec la pandémie, la transition vers l’apprentissage à distance se fait à grande échelle. Les étudiants utilisent un plus grand nombre de documents électroniques, et les chercheurs s’appuient principalement sur des revues électroniques. Les bibliothèques et les éditeurs numériques offrent de plus en plus de contenu gratuit pour répondre à la hausse de la demande de ressources électroniques. Les bibliothèques numériques facilitent l’accès à des revues et des contenus éducatifs de haute qualité tout en assurant la gestion des livres numériques dans le respect des droits d’auteur.

Les États se sont mobilisés partout sur la planète pour tirer parti des technologies puissantes. L’UNESCO a mis en place la Coalition mondiale pour l’éducation (Global Education Coalition) pour aider les pays à améliorer leurs pratiques d’apprentissage à distance. Cette plateforme de collaboration et d’échange pour protéger le droit à l’éducation pendant la pandémie rassemble plus de 140 pays membres des Nations Unies, de la société civile, du monde universitaire et du secteur privé.

En mai dernier, le ministère de l’Éducation du Québec a consenti une enveloppe de 150 millions de dollars pour l’achat de tablettes et d’ordinateurs portables, afin que le problème de l’équipement soit réglé à la rentrée 2020. Une partie de cette somme contribuera à outiller les enseignants et les professeurs pour se familiariser avec les meilleures pratiques de l’enseignement à distance. À cet effet, le ministère de l’Éducation et le ministère de l’Enseignement supérieur offrent une formation gratuite en ligne, J’enseigne à distance, préparée par l’Université TÉLUQ. 

En France, le secteur numérique concentre à lui seul 7 % des sommes allouées au plan de relance post-Covid-19, soit 7 milliards d’euros. Dans le secteur public, la « mise à niveau numérique de l’État et des territoires » va bénéficier de 1,5 milliard d’euros. Ce soutien servira notamment à accélérer la numérisation des services publics, particulièrement dans les secteurs de la justice, de l’école et de la culture. Une enveloppe de 500 millions est prévue pour permettre la généralisation de la fibre sur l’ensemble du territoire Français vers le début de 2025.

Conclusion

L’évolution des pratiques éditoriales, avec l’avènement du numérique, remodèle l’ensemble du processus de production du savoir, de validation des contenus et de diffusion des connaissances. En plus des facteurs d’ordre politique, sociologique et pédagogique, la production numérique provoque des modifications internes en termes de professions et également en termes de travail éditorial pour les maisons d’édition. Elle présente aussi de sérieux défis pour les modèles économiques à cause de la gratuité de l’information ainsi que le phénomène du piratage qui constitue une remise en cause de fait du droit sur la copie. L’entrée en scène de grands acteurs du web dans la création d’outils pédagogiques laisse présager une disruption du marché scolaire. L’important est de trouver « le point d’équilibre entre ce qui est demandé, ce qui peut être fait et ce qui est indépendant de la volonté des éditeurs afin de construire un modèle rentable à l’avenir » (Roelens, 2019).


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Karine Gay dit :

    Billet très intéressant, qui me touche particulièrement en raison de mon parcours professionnel, puisque j’ai été enseignante pendant plusieurs années en primaire en France. Je pense qu’il faut distinguer les outils en fonction de qui les produit. On ne peut pas à mon sens comparer KDP et le réseau Canopé. Le réseau canopé propose des outils qui ont été faits dans un but non lucratif, sous la tutelle du ministère de l’Education Nationale. Il vise à mettre à disposition des contenus adaptés aux programmes scolaires. C’est aussi le cas des manuels scolaires papiers et numériques, mais dans ce cas là il y a aussi un objectif de rentabilité économique. Selon moi, le réseau canopé offre un panel d’outils plus intéressants que ceux des éditeurs car ils répondent mieux aux exigences des programmes. A ce titre il est possible que l’enseignement gagne en qualité car il devient possible de s’affranchir des éditeurs de manuels scolaires. En France, les enseignants utilisent depuis quelques années les resssources du réseau canopé dans le primaire et le secondaire. Avec la pandémie, son utilisation a dû s’accroître considérablement. Il y a peut-être un risque de voir l’édition de manuels scolaires régresser.

    • Fanny Almeida dit :

      Bonjour Karine, merci beaucoup par ton commentaire !
      Je suis d’accord avec toi, on ne devrait pas comparer ces deux outils. KDP est quand-même lié à une entreprise (qui fait d’ailleurs un usage douteux des données) et comme tu dis Canopé, c’est un réseau officiel et national, sans but lucratif.
      Cependant, nous mettant justement l’accent sur cette collaboration, afin de montrer les variétés d’outils numériques actuels et en lien avec les risques, comme l’appauvrissement des informations, le droit d’auteur ou même le piratage, par exemple.
      Des risques à ne pas négliger dans le futur, afin de pouvoir jouir d’un contenu éducatif numérique protégé et de qualité 🙂

Répondre à Karine Gay Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search