DRM, un marché en pente douce (montante ou descendante) ?

Billet de blogue rédigé par Antony Pradervand (HEG), Nadiejda Tamitegama (EBSI) et Véronique Savoie (EBSI)

Les DRM (Digital Rights Management) sont des protections virtuelles utilisées par les compagnies pour protéger les droits d’auteurs. Présents depuis le milieu des années 90, ils empêchent les acheteurs de copier, partager et modifier les fichiers. Évidemment, cela vient aussi avec plusieurs enjeux. Aujourd’hui, nous vous présentons quelques enjeux du marché des DRM dans l’industrie de la musique, des livres numériques ainsi que dans les services de divertissement.   

 Les DRM et l’industrie de la musique

En 2007, EMI annonçait la fin de l’imposition des DRM sur son catalogue musical. Très vite, les concurrents ne voient d’autre choix que de suivre le mouvement, au grand dam de Steve Jobs qui tentait depuis une dizaine d’années d’imposer la pratique dans l’industrie.

Il faut dire que le choix d’EMI s’explique assez logiquement : dès 2005, Sony BMG subit le courroux des internautes lorsque la compagnie fait en sorte que des logiciels limitant la copie s’installent automatiquement sur leurs machines lors de l’insertion du CD-ROM. Deux ans plus tard, peu avant la décision d’EMI, c’est Apple qui se frotte aux lois européennes sur l’anti-compétitivité. En cause : l’impossibilité de lire les fichiers achetés sur iTunes en dehors de l’application.

Lutte contre le piratage, rémunération des artistes, ces arguments bien que louables ne convainquent pas les internautes du bien-fondé de ces pratiques qui leur semblaient non seulement intrusives, mais également nuisibles à leur expérience utilisateur. Cet abandon par EMI et consœurs coïncide également avec la montée en puissance de plateformes alternatives dites « DRM-free », telles que Bandcamp ou Finetunes.  

Avance rapide de quelques années : le DRM se cache, mais est tout de même présent presque partout. Que s’est-il donc passé ? Le temps où l’on s’offusquait de l’utilisation des DRM semble aujourd’hui bien révolu ; l’industrie de la protection des droits numériques a le vent en poupe et a généré plus de 3 milliards de dollars l’an passé, les projections actuelles estiment que ce chiffre sera doublé d’ici 2026.

La façon de consommer la musique ayant radicalement changé, les offres à abonnement pullulent et sont toutes, c’est bien la base de leur fonctionnement, soumise aux DRM. Certes, Amazon Music a également abandonné les DRM lors de l’achat et le téléchargement de MP3 sur sa boutique, mais la tendance vers l’acceptation semble s’être largement imposée. De leur côté, les entreprises misent sur les technologies liées à la blockchain pour parfaire leurs DRM.

Autrefois synonyme de restrictions, les DRM appliqués à la musique sont désormais la norme. Le fondateur d’Apple serait fier, nous imaginons.

Les irréductibles eux, achètent encore des CD, des vinyles ou même des MP3 sur les quelques plateformes restantes, et continueront de faire fi de Spotify et d’Apple Music.

Les DRM et les livres numériques

En ce qui concerne les livres numériques, les DRM ont la vie dure. Leur but, depuis plusieurs années, est d’essayer de combattre le piratage massif, mais est-ce que ça fonctionne réellement? Il est estimé que les éditeurs américains perdent environ 300 millions de dollars par année à cause des pirates. N’importe qui ayant une copie papier d’un livre et un scanner peut produire sa propre copie numérique sans DRM et la distribuer à qui il veut. D’autres préfèrent sortir leur talent de pirate informatique pour craquer la protection des DRM dès leur sortie. De plus, il existe maintenant des logiciels qui enlèvent les DRM. Ce sont tous des éléments qui rendent les DRM pratiquement inutiles dans ce domaine

En 2009, Amazon fait disparaître des Kindle toutes les copies du livre 1984 de George Orwell qu’elle a vendu sans avertir ses clients. En 2019, Microsoft annonce qu’il ferme son site de vente de livre numérique et que ses clients se feront rembourser leur livre puisque ceux-ci seront effacé définitivement. Ces deux évènements, à dix années d’intervalles, sont possibles grâce aux DRM. Les acheteurs de livres numériques protégés par les DRM sont à la merci des compagnies et ne sont pas propriétaires de ce qu’ils achètent. Voilà que la communauté commence à être tannée.

En 2011, 100 éditeurs se sont engagés à ne pas utiliser de DRM dans leurs livres. En 2018, EBSCO, un géant dans le domaine des livres numériques en bibliothèque, décide d’offrir ses livres aux bibliothèques sans DRM. Ce sont quelques décisions clés vers l’accessibilité universelle des livres numériques. En effet, alors que l’on associe généralement les DRM avec la contrainte d’une application et le contrôle des compagnies, on oublie qu’un document protégé ne peut être modifié. Cela veut dire que les gens vivant dans des situations d’handicap devant utiliser des applications pour pouvoir adapter leurs livres à leurs besoins ne peuvent pas avoir accès aux livres ainsi protégés.

Pourtant, offrir des livres sans DRM n’est pas un phénomène nouveau, après tout, le Projet Gutenberg le fait depuis 1971. Certes, cela concerne seulement les livres faisant partie du domaine public, mais l’intention est la même : rendre les livres accessibles. C’est donc une heureuse nouvelle que depuis l’engagement de 2011, de plus en plus d’auteurs et d’éditeurs optent pour des livres numériques sans DRM. Il arrive même que Kobo vendent de tels livres.

Les DRM et les services de streaming

Le rapport sur le marché des DRM développé par Mordor Intelligence pour la période 2021-2026 prévoit une forte croissance de la part de l’industrie du divertissement sur tous les continents en raison de l’essor des services de streaming et de la consommation de contenu numérique.




Comme on le voit sur la carte ci-dessus, le taux de croissance est le plus élevé en Asie et dans le Pacifique, certainement grâce à l’arrivée du continent le plus peuplé sur le marché du numérique. En 2019, 66% de la population de cette région disposait d’un abonnement à des services téléphoniques pour un total de 2.8 milliards d’individus; une augmentation de 1.2 milliards depuis 2013!

Ce nouveau public a été immédiatement ciblé par les entreprises fournissant des contenus adaptés aux appareils mobiles. Les services par contournement (over-the-top en anglais) que nous connaissons surtout sous la forme de plateformes de vidéo à la demande par abonnement en sont un bon exemple. De nos jours, presque tous les groupes de média ont lancé leurs propres plateformes de streaming et tentent de construire une base d’utilisateurs rivalisant celle de Netflix tout en se reposant sur des systèmes de DRM pour protéger leur contenu.

Il s’agit alors de sécuriser les vidéos lors de leur diffusion en continu entre un serveur et les clients, de fournir un logiciel de lecture multimédia capable de décrypter et jouer les données transmises, et de gérer les requêtes et émissions de licences en plus de s’assurer d’être conforme avec les accords de licence établis avec les studios de production. Le format Adobe Flash Player (et Microsoft Silverlight à un degré moindre) était omniprésent dans le streaming  jusqu’à ce que l’on trouve des grosses vulnérabilités; il est progressivement remplacé par les Encrypted Media Extensions qui construisent les protections DRM directement dans la norme HTML5.

Cette nouvelle spécification, soutenue par les géants du Web, est utilisée par Netflix depuis 2013 et elle a été officiellement approuvée par le W3C en 2017. L’adoption du standard EME n’est pourtant pas sans controverse car elle met en danger le web libre de droits et bloque le développement de navigateurs web indépendants compétitifs. Google, Microsoft et Apple ont maintenant un contrôle absolu sur l’API avec laquelle les Content Decryption Modules communiquent. De plus, les CDM développés par des tierces parties doivent être approuvés par ces trois entreprises alors qu’elles sont en concurrence avec Google Widevine, Microsoft PlayReady et Apple FairPlay Streaming.

Le marché des DRM ne ralentit pas sa croissance pour autant puisque ce changement a conduit au développement de solutions multi-DRM, qui ont déjà été adoptées par certains services de streaming. Ainsi, Rakuten Viki fait appel au service MultiKey et la plateforme indonésienne Mola.tv se sert depuis février 2020 de la solution multi-DRM Verimatrix. L’intégration des DRM, toujours en évolution, à une plateforme de vidéo à la demande est confiée à des fournisseurs de services externes, simplifiant le développement et l’entretien de telles plateformes. Il est donc très probable que l’on retrouve ce secteur à la tête du marché des DRM dans les prochaines années.

Conclusion

Nous vous avons présenté le marché du DRM dans trois secteurs ayant connu des évolutions différentes. Chaque marché connaît ses hauts et ses bas et ce sont toujours les acheteurs qui paient le plus haut prix. De nos jours, les compagnies vendent l’accès aux documents plutôt que le document lui-même. Croyez-vous que le marché peut perdurer tel qu’il est aujourd’hui? Êtes-vous pour ou contre l’utilisation des DRM pour la protection des droits d’auteurs? Pensez-vous qu’il y a une meilleure solution pour contrer le piratage tout en offrant aux utilisateurs une meilleure expérience et plus de contrôle sur leur achat?

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search