Les réseaux sociaux, nouveaux partenaires des États pour la vie politique?

Billet de blogue rédigé par Raphaël Rollinet (HEG) et Mathilde Sainte-Marie (EBSI)

Les réseaux sociaux sont certainement devenus des outils essentiels à la propagande politique moderne et leur rôle va s’accroître. Ils permettent de lier les gens et favorisent l’échange d’idées, de points de vue et d’informations rapidement, facilement et sans obstacle géographique. Il n’est pas surprenant que les politiciens et les gouvernements utilisent les réseaux sociaux pour communiquer avec leurs citoyens. De plus, les réseaux sociaux contribuent à la conscientisation des publics jusque-là peu politisés, notamment les jeunes ou les personnes peu en phase avec les médias traditionnels. Une étude américaine a démontré que 71% des adultes américains utilisent Facebook, et 52% obtiennent leurs informations via Facebook, 74% utilisent YouTube et 28% obtiennent leurs informations via YouTube, comme l’un de leurs principaux supports d’information. (https://www.pewresearch.org/internet/fact-sheet/social-media/ ). L’engagement d’un vaste public est un tel atout qu’aujourd’hui, surtout dans les démocraties occidentales, les réseaux sociaux sont un outil de communication politique que l’on ne saurait sous-estimer.

Qu’ils soient en campagne ou élus, les politiciens dépendent d’une communication efficace pour promouvoir leurs idées et leurs projets. Les politiciens suisses ne sont pas en reste. Alain Berset, par exemple, a pris une grande place sur les réseaux sociaux pendant la pandémie de COVID-19. Il s’exprime de manière moins « fédérale » et plus populaire lorsqu’il s’adresse à ses 112 000 abonnés Instagram. En période de pandémie, il n’est pas seulement question de transmettre des messages sanitaires, mais de combler le fossé avec la population en présentant une image empathique. (https://www.rts.ch/info/suisse/12231895-les-reseaux-sociaux-indispensables-pour-toucher-les-jeunes-en-politique.html)

En France par exemple, le président Emmanuel Macron est devenu maître de l’utilisation des réseaux sociaux, ayant recours à de nombreux influenceurs afin d’améliorer son image. En utilisant des vecteurs moins traditionnels et plus ludiques, il peut approcher des publics beaucoup plus jeunes, qui sont souvent moins politisés et plus indécis ou influençables. (https://www.strategies.fr/actualites/marques/4061143W/emmanuel-macron-roi-des-reseaux-sociaux.html )

Au Canada, la génération des millenials représente le plus gros bloc de votes au niveau fédéral (https://abacusdata.ca/the-rising-political-power-of-millennials/). Les politiciens leur font la cour en multipliant les approches. Sur le plan fédéral, le chef du Parti Libéral, Justin Trudeau, dont la victoire en 2015 était en partie attribuable au support des jeunes voteurs (https://www.ft.com/content/2a484194-edde-11e9-bfa4-b25f11f42901), s’est vu rattrapé par ses promesses électorales et par le bas taux de participation des jeunes. La campagne Libérale de 2015, qui mettait l’accent sur la transparence, la tolérance, l’équité des genres et l’action climatique, s’est mérité une victoire. Cette campagne avait alors provoqué l’engouement des jeunes voteurs sur les réseaux sociaux (https://www.thestar.com/opinion/star-columnists/2019/05/19/the-gift-of-social-media-helped-trudeau-but-it-can-also-take-away.html).Cependant, les promesses électorales de Justin Trudeau n’ont pas tenu la route. Déçus par le pied de nez que fut l’achat du pipeline Trans Mountain et par le scandale SNC-Lavallin,  les milléniaux ont changé de camp lors de l’élection de 2019. Deux ans plus tard, en octobre 2021, les Libéraux ont parié sur une élection éclair, avec des résultats presque identiques à ceux de 2019 : un gouvernement minoritaire.

Trudeau n’est pas le seul candidat à avoir utilisé les réseaux sociaux. En effet, Trudeau et le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, y entretiennent une rivalité digne d’un roman. Comme ils sont tous deux la figure publique de leur parti, les deux chefs se tiennent tête dans les médias. Le NPD, plus à gauche que les Libéraux, est populaire chez les plus jeunes milléniaux et auprès de la Génération Z (https://www.ndtv.com/world-news/canada-elections-jagmeet-singh-canada-tiktok-star-jagmeet-singhs-unique-campaign-in-canada-2541428). Par son usage de l’application TikTok, Jagmeet Singh et son parti gagnent le cœur de ceux qui ne pourront voter qu’à la prochaine élection. Au cours de la campagne de 2021, Singh a su capter l’attention des jeunes sur les médias sociaux. En effet, la popularité de Singh continue d’augmenter sur les plateformes Instagram (725 000 abonnés) et TikTok (846 400 abonnés). Il utilise ces plateformes pour entretenir un rapport avec les jeunes citoyens, grâce à des lives interactifs, des réponses aux commentaires, etc. Ces éléments contribuent à faire de Jagmeet Singh un politicien accessible, dont l’image est positive auprès des jeunes.

L’exemple parfait du politicien accessible est Rafael Correa, président de la République de l’Équateur de 2007 à 2017. En 2015, une étude cherchant à évaluer le taux d’utilisation de Twitter par les leaders du monde entier a placé Rafael Correa 3e derrière le Président Paul Kagame du Rwanda et Erna Solberg, Première Ministre de la Norvège (https://cuencahighlife.com/president-twitter-rafael-correa-ranks-third-among-world-leaders-in-the-use-of-twitter-to-spread-his-message-and-attack-critics/). Correa a su utiliser Twitter pour favoriser sa popularité. Les citoyens ayant un problème particulier avec l’administration équatorienne pouvaient lui envoyer un tweet à l’aide du hashtag #favoratender (“occupez vous en svp”) et Correa taggait personnellement la personne responsable du dossier. C’est également sur Twitter que Correa s’attaquait à ses critiques en les doxxant, bien avant que le terme doxxing fasse partie de notre vernaculaire quotidien. Comme quoi l’accès aux politiciens est une arme à double tranchant. Correa a laissé ses marques sur la manière dont les politiciens sud-américains se comportent sur les médias sociaux, car il est aujourd’hui commun pour les leaders de cette région du monde d’utiliser Twitter et Facebook au quotidien.

Le phénomène de l’utilisation des réseaux sociaux à des fins de campagnes politiques a connu ses débuts aux États-Unis. Dès 2008, la première campagne d’Obama s’est vue surnommée « la première campagne du 21e siècle » (https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2011-1-page-135.htm ) de par son utilisation d’outils numériques et de contenu ciblé.

La première campagne de Donald Trump en 2016, avec sa réputation d’être “la plus grande campagne politique au monde”, a changé la donne en dévoilant le véritable pouvoir des technologies de l’information (TIC), par l’entremise de Cambridge Analytica. En tirant profit des informations personnelles des usagers, notamment en croisant des données commerciales et sociologiques, la campagne a pu cibler le contenu de propagande sur des plateformes telles que Facebook et YouTube. L’utilisation de méthodes que l’on peut qualifier de “techniques psychologiques de manipulation de l’opinion” a eu un important impact sur les indécis, ce qui a fait toute la différence dans les états clés au cours de l’élection. La direction de Cambridge Analytica compte de grands pontes proches des Républicains, mais également des personnes comme Steve Bannon, ancien conseiller stratégique de la Maison-Blanche sous la présidence de Donald Trump. (https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/03/22/ce-qu-il-faut-savoir-sur-cambridge-analytica-la-societe-au-c-ur-du-scandale-facebook_5274804_4408996.html )

Lors du Brexit britannique, cette même méthode a laissé ses marques en démontrant la puissance du big data, des outils prédictifs et des algorithmes de profilage des usagers. Plus qu’un simple support de propagande politique aux services des politiciens, la communication politique sur les réseaux sociaux peut aller jusqu’à modifier la perception des usagers en jouant sur leurs biais de perception dans le but de favoriser un candidat ou une frange politique.

L’affaire Cambridge Analytica, surnommée l’affaire d’AggregateIQ, montre l’intérêt politique que suscite ces technologies. Nous sommes bien loin de l’époque où l’information était transmise par des médias traditionnels, préalablement digérée par des journalistes. Aujourd’hui, ces technologies permettent aux politiques et aux groupes d’influences d’aller beaucoup plus loin, sans avoir recours à un intermédiaire/médiateur. Ces scandales ont permis au monde politique de prendre la mesure des défis et des dangers que comportent ces technologies pour la politique dans nos démocraties. En effet, l’Europe, le Canada et les États-Unis ont tenu des commissions parlementaires sur le sujet, ayant souvent pour résultat une application plus ferme de la législation, notamment en ce qui concerne la protection des données (avec la RGPD en Europe), mais également par de fortes amendes pour ces entreprises.

En sommes, nous pouvons constater qu’à travers le monde, peu importe le continent ou le courant politique, les réseaux sociaux sont aujourd’hui des partenaires à part entière des États pour la vie politique. Ils demeureront encore longtemps l’un des principaux médias pour la vie politique. Ils permettent d’approcher des publics plus jeunes dans le débat public, de faire rapidement remonter des informations clés, des problèmes du quotidien ou des inquiétudes des citoyens. Parallèlement, si l’influence des réseaux sociaux s’accroît dans le débat public, les politiques et groupes d’influence auront tout intérêt à utiliser le plein potentiel de ces nouvelles technologies, multipliant ainsi les questions éthiques qui s’articulent déjà autour de ces enjeux. Il est donc crucial pour tous les citoyens, leaders politiques et acteurs du secteur de l’information de mettre en œuvre une ligne directrice pour que le débat politique et les informations qui s’y rattachent dans l’espace numérique soient diffusés par le Web de la façon la plus neutre possible.

À cela, un début de réponse est certainement celui d’un contre-pouvoir, comme l’étaient les journalistes pour les médias traditionnels face aux fake news, aux  intérêts partisans et aux rumeurs infondées. Comment déterminons-nous qui est médiateur de l’information à l’ère du numérique? Dans le cadre des réseaux sociaux, il conviendra à des initiatives citoyennes de veiller à la neutralité de l’Internet et à une utilisation judicieuse de nos données personnelles. Les acteurs pernicieux, pressés de s’emparer des données personnelles à des fins d’influences ou de profit, ne se limitent pas qu’aux gouvernements ou aux entreprises privées. Dans ce combat, on peut citer à titre d’exemple le mathématicien Paul-Olivier Dehaye, fondateur de PersonalData.IO et membre du conseil d’administration de MyData Global. Dehaye soutient fervemment la science citoyenne et la réappropriation citoyenne du big data. Il fut l’un des acteurs majeurs de l’affaire Cambridge Analytica, soutenant la condamnation de Facebook et de Cambridge Analytica. (https://www.heidi.news/innovation-solutions/reprendre-le-controle-de-nos-donnees-passe-par-la-construction-d-un-contre-pouvoir-collectif )

Finalement, le futur de la vie politique se joue devant nous. Les réseaux sociaux ont déjà pris leur place dans notre conscience politique, mais qu’en est-il de la place de la démocratie sur les réseaux sociaux? Serons-nous les victimes de ces technologies, exploitées et analysées par des algorithmes, ou cultiverons-nous avec sagesse le potentiel de ces formidables outils? Il y a tant à accomplir dans la mise en relation des données, des gens et des idées afin de faciliter et de contribuer à une vie publique saine dans nos sociétés.




Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Jacinthe Bouchard dit :

    À une époque où le vote des jeunes est souvent considéré comme ayant une valeur négligeable sur l’échiquier politique, il est intéressant de constater que certains partis politiques décident de miser sur leur vote (même avant qu’ils aient le droit de voter) en s’adressant à eux via les plateformes qu’ils utilisent. Il est aussi inspirant pour des individus d’arriver à entrer directement en contact avec des élus qui pourraient sembler bien inaccessibles autrement. A-t-on étudié le niveau d’intérêt envers la politique et de confiance envers le gouvernement des individus qui suivent ces politiciens sur les réseaux sociaux? Cette nouvelle façon de faire est-elle présagée comme un moyen de mettre fin au cynisme de nombreux électeurs face au processus électoral et aux responsabilités des élus?

  2. Sophie-Anne dit :

    Le sujet de ce billet est très intéressant. La manipulation des données massives à des fins “d’ingénierie sociale” comporte un potentiel effrayant. Surtout si la politisation des utilisateurs se fait dans une “echo chamber”, menant à un manque d’exposition à des opinions opposées. Il faut, en effet, viser la neutralité afin d’empêcher la polarisation de la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search