Marché du livre numérique, irréductible village résistant encore et toujours au modèle de l’abonnement ?

Billet de blogue rédigé par Félix-Antoine Allard (EBSI), Laïla Courchesne (EBSI) et Natacha Erni (HEG)

Contexte historique du livre numérique et son rapport avec les maisons d’édition

L’apparition du premier livre numérique date de 1971, dans le cadre du projet Gutenberg, qui a pour objectif une bibliothèque numérique gratuite et en libre accès. Ce projet existe encore et a une collection de plus de 60’000 livres. Suite à cela, en 1998, la première maison d’édition uniquement accessible via le web apparaît, elle s’appelle  00h00. 85% de leurs ventes étaient des documents dématérialisés. Malheureusement, 00h00 va se faire racheter puis disparaître après 5 ans d’existence. En 2019, 1’557 maisons d’édition françaises ont un catalogue numérique.

Sur ce tableau, on peut constater qu’en France, la plus grande part des ventes numériques est dans le domaine professionnel et universitaire. 

Le modèle d’abonnement des périodiques et des livres numériques est-il différent?

Pour bien comprendre les différents abonnements, il faut commencer par se demander ce qu’est un abonnement. Un abonnement est une sorte de contrat établi entre celui qui vend un produit ou un service et celui qui l’achète, qui s’y abonne. Ce produit ou ce service est proposé en plusieurs fois ou pour une période donnée. Il existe différents modèles d’abonnement et il varie selon les produits.

Modèle d’abonnement des périodiques électroniques (ex. Ricardo, National Geographic, etc.)

Le modèle d’abonnement qui correspond le mieux aux périodiques numériques est le modèle d’abonnement à des consommables. L’utilisateur s’abonne pour obtenir un produit soit plusieurs fois soit sur une période prédéterminée. Dans le cas des périodiques, le numéro est expédié aux consommateurs dès sa sortie. La revue offre la plupart du temps son abonnement payable à l’année ou au mois. L’abonnement inclut tous les numéros de la période donnée qui varie d’un périodique à l’autre, par exemple la publication de La Semaine est hebdomadaire, alors que Documentation et bibliothèques paraît quatre fois par année.

Modèle d’abonnement des livres numériques (ex. Kindle, Kobo, etc.)

Le modèle d’abonnement qui correspond le mieux aux livres numériques est le modèle d’abonnement à une bibliothèque de contenus illimités. L’utilisateur s’abonne pour avoir accès à un vaste catalogue, pour une durée précise. Dans le cas des livres numériques, il s’agit d’un accès à un catalogue prédéterminé d’ouvrages. Le catalogue ne renferme pas tout le contenu disponible, et n’est donc pas illimité par son contenu (par exemple, Kindle Unlimited ne contient pas tous les livres numériques disponibles sur Amazon). L’utilisateur peut emprunter un livre du catalogue n’importe quand et y avoir accès tant qu’il est abonné ou qu’il n’a pas atteint le nombre d’emprunts maximum.

Comparaison

Les abonnements de périodiques et de livres numériques sont bien différents. Deux aspects créent la différence : l’accès et la possession.

Pour ce qui est de l’accès, l’abonnement de périodique rend disponible au lecteur un nombre donné de numéros. Le lecteur n’a accès qu’à une seule revue, sauf en cas d’abonnement à un bouquet de revues. Mais là encore, l’utilisateur n’a pas accès à autant de contenu que pour l’abonnement des livres numériques. Pour ceux-ci, les livres disponibles se comptent par milliers.

Mais recevoir une revue et choisir un livre sur Kindle Unlimited n’est pas du tout la même chose en termes de possession. L’utilisateur possède le numéro auquel il est abonné, une copie numérique lui est donnée en échange de son argent. Pour les abonnements de livres numériques, il ne s’agit que d’un prêt. L’utilisateur paie pour avoir l’accès, et non pour avoir le produit. Pour posséder un livre numérique, il devra l’acheter à part.

On peut alors se poser la question : est-ce cet aspect de possession qui fait la différence entre notre perception des abonnements ? Est-ce parce qu’il n’y a pas d’abonnement qui nous permet d’acquérir un produit que nous avons l’impression que le livre numérique résiste à l’abonnement ? Est-ce parce que l’abonnement ressemble davantage à un abonnement de bibliothèque ?

Pourquoi le marché du livre numérique résiste-t-il au modèle de l’abonnement : d’autres pistes de réponse

Alors que la pandémie de Covid-19 a favorisé des ventes records en Amérique du Nord, la proportion de livres numériques vendus reste marginale par rapport aux ventes de livres papiers. Et alors que certains produits culturels sont de plus en plus consommés selon un modèle par abonnement, le livre numérique résiste encore à cette tendance.

 La question est : pourquoi? Pourquoi le marché du livre numérique résiste-t-il au modèle du streaming à la Netflix et Spotify?

Quelques hypothèses

La première piste est légale. Par exemple, en France, la loi sur le prix unique du livre empêche les services d’abonnement de donner accès à la totalité de leurs contenus sans restriction; l’abonnement, dans ce contexte, correspond plus à un crédit dont bénéficie les abonnés, qui, une fois le crédit utilisé, doivent attendre le mois suivant ou procéder à des achats de livres à l’unité. D’autres législations dans le monde freinent peut-être le modèle de l’abonnement pour le livre numérique.

 La deuxième piste concerne les redevances. Selon Marc Boutet, PDG de De Marque, La question des redevances aux auteurs explique en partie cette résistance, puisque le modèle de l’abonnement viendrait grandement bousculer le modèle en place. Les auteurs-compositeurs-interprètes dénoncent d’ailleurs ce problème depuis plusieurs années face à l’apparition et la montée des services de streaming de musique. Peut-être est-ce une chance que le monde du livre ait été épargné par ce problème.

 Les habitudes de lecture entrent aussi en compte dans cette résistance au modèle de l’abonnement. Selon l’Enquête sur les pratiques culturelles 2014 du ministère de la Culture et des Communications du Québec, 59% des Québécois ont affirmé cette année-là lire au moins un livre papier par mois, contre 12% pour ce qui est des livres numériques. Considérant que des services d’abonnement comme Kobo ou Kindle Unlimited d’Amazon offrent des forfaits all-you-can-read pour 9,99$ par mois et que le prix moyen d’un livre numérique au Québec était de 15,48$ en 2019 (11,74$ en 2020, dans le contexte exceptionnel de la pandémie), il va sans dire que le streaming de livres numériques s’adresse aux gros lecteurs. Encore faut-il qu’ils acceptent le format numérique.

Comparons ces chiffres avec ceux qui concernent la consommation de produits télévisuels. Toujours selon l’Enquête du MCC de 2014, 95% des Québécois affirmaient écouter la télévision au moins une heure par semaine, pour une moyenne de 2h30 d’écoute par jour. Le forfait de base de Netflix au Canada est rendu à 9,99$ par mois.

Avec cette différence majeure en termes d’audience, qui relève des habitudes de consommation de biens culturels, il ne faut pas s’étonner que le streaming de livres numériques ne soit pas du tout comparable aux abonnements aux services de télédiffusions en ligne, tout simplement parce que les gens écoutent beaucoup plus la télévision qu’ils ne lisent.

Il faut aussi dire que plusieurs personnes ont accès gratuitement à l’emprunt de livres numériques via leur bibliothèque publique ou universitaire, ce qui vient mettre en question la pertinence et la vitalité potentielle d’un modèle d’abonnement payant individuel.

Cela étant dit, l’abonnement payant individuel de livre numérique compte un grand nombre de concurrents : l’abonnement gratuit ou institutionnel, les livres numériques disponibles gratuitement sur le Web, les livres numériques achetable à l’unités (pas beaucoup plus cher qu’un mois d’abonnement), le livre papier emprunté gratuitement et le livre papier acheté.




Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Danick Plante dit :

    Je trouve votre article très intéressant. Votre hypothèse sur les blocages légaux sont très pertinents et apportent aussi un regard intéressant. Je crois aussi qu’un grand nombre de lecteurs n’acceptent pas encore le format numérique, ou même ne le connaissent pas. La lecture d’un livre inclut-il aussi l’aspect physique traditionnel ?

    • Laila Courchesne dit :

      C’est une très bonne question. Pour y répondre, il faudrait d’abord définir le terme lecture. Si on l’envisage comme sa définition du Larousse : « Action de lire, de déchiffrer toute espèce de notation, de prendre connaissance d’un texte », alors le matériel du texte n’entre pas en considération. Mais si on prend la définition du Petit Robert : « Action matérielle de lire, de déchiffrer (ce qui est écrit) », alors le livre comme objet matériel fait partie intégrante de la lecture.

      • Félix-Antoine Allard dit :

        J’ajouterais ceci : le texte (ou tout contenu) est indissociable de son support, et le support influence toujours la création, la circulation et la réception du texte. Et l’acte de lecture en soi évolue au fil du temps et avec l’apparition de nouveaux supports (linéaire ou non, silencieuse ou à voix haute, considérant le fait qu’autrefois la lecture était systématiquement à voix haute, etc.) Je suis donc d’accord avec l’interprétation de Laila Courchesne de la définition du Petit Robert. La lecture ne peut pas être appréhendée sans tenir compte de la relation entre le lecteur, le texte et la matérialité du texte, ce qui fait que la lecture dépasse largement la question du livre (le livre étant lui-même un concept très difficile à cerner, quand on y pense…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search