Campus virtuels : menaces réelles aux bibliothèques universitaires ?

Billet de blogue rédigé par Mathieu Bureau Meunier (EBSI) et Daphnée Roy (EBSI)

L’avènement des campus virtuels a introduit beaucoup des questionnements quant à la place que tient la bibliothèque universitaire au sein de sa communauté. Face à l’omniprésence du numérique, la « bibliothèque-lieu » s’en trouve-t-elle réduite à un entrepôt de livres ou à un simple espace de travail silencieux muni de postes numériques ? Est-il possible de supposer que l’expansion de campus virtuels au sein des institutions universitaires additionnée à l’accessibilité des informations éducatives en ligne amoindrissent la fonction – voire la nécessité – de bibliothèques sur le campus ? Dans ce contexte de dématérialisation du savoir, ces institutions se sont certes heurtées à des obstacles de taille qui les ont menées à réévaluer leurs rôles de même que leurs missions premières au sein de la communauté académique.

Tel que démontré par Ronan V’rouch dans le tableau ci-haut, la diminution de la fréquentation des bibliothèques universitaires est observable depuis la fin des années 1990.  Cependant, cette réduction de la fréquentation concordait avec une augmentation de l’utilisation des salles informatiques avec une proportion étudiante d’utilisateurs passant de 41,5% en 1997 à 57,9% en 2006.   Cet engouement notoire pour le numérique peut se comprendre à travers les sept piliers de l’économie de l’information. Ainsi, les documents recherchés possèdent une singularité moindre, due à la facilitation de partage, en plus de transformer l’ancien contrat de lecture en expérience utilisateur.

Toutefois, un point marquant de ces sept piliers pour la bibliothèque universitaire en tant que lieu est l’idée de promesse. Par ce concept, on comprend l’information et son acquisition comme pouvant faire partie d’une expérience.   C’est vers le début des années 2000 que technologies et ressources numériques furent incorporées de façon plus significative aux bibliothèques renouvelées, poussant ces dernières à se questionner quant à leur mission et aux moyens d’améliorer, entre autres, leur offre de service. Leur focalisation est alors passée des documents aux usagers, et le lieu, qui était jadis vu comme un contenant informationnel, s’est graduellement transformé en un espace de création de connaissances contribuant à l’apprentissage des étudiants.

Le modèle scandinave

En réaction à cette nouvelle réalité, plusieurs bibliothèques universitaires se sont tournées vers le modèle 3ème lieu tel que théorisé par Oldenburg dans les années 1980. Si ce modèle semble déjà une norme pour la grande majorité des bibliothèques publiques, il est toutefois encore confronté à des réticences dans le monde universitaire. Pour comprendre de quelles façons le concept de 3ème lieu permet aux bibliothèques d’affirmer leur importance sur les campus en tant que point central et déterminant d’une communauté universitaire, il est intéressant de se tourner vers la conception du rôle des bibliothèques publiques dans les pays scandinaves, où l’espace devient un outil de médiation.  

À partir de cette prémisse, nous pouvons identifier quatre fonctions principales qu’une bibliothèque moderne se doit de rencontrer, soient celles de proposer des expériences, de permettre l’émancipation, la participation et finalement, l’innovation. Comme le souligne Nicolas Beudon, pour ce faire, « [l]es collections, les documents, les livres [ne sont que] de simples moyens qui permettent d’atteindre ces objectifs ». Plus encore, les usagers, au contact de ces bibliothèques revisitées, aménagées et occupées différemment auraient vu s’accroître leur curiosité intellectuelle, ceux-ci cherchant dorénavant à découvrir, créer, se sentir vibrer et enthousiasmés par toutes les possibilités offertes par leur institution bibliothéconomique.

C’est ainsi que les bibliothèques publiques scandinaves sont graduellement devenues des lieux d’apprentissage… et l’apprentissage, n’est-ce pas là le rôle fondamental que soutiennent intrinsèquement les bibliothèques universitaires ?  

Et maintenant ? 

Depuis plusieurs années, la bibliothèque universitaire implante des changements importants qui influeront sur la pérennité et la pertinence des institutions bibliothéconomiques in situ. Évidemment, les campus académiques n’échappent pas à cette notion du 3ème lieu. Par ailleurs, tel que souligné par Montgomery et Miller, cette tendance serait « née du désir des bibliothèques universitaires de redéfinir leur rôle en tant que lieu physique dans un contexte où les usagers n’ont plus besoin de se déplacer à la bibliothèque pour accéder aux ressources qu’elle leur offre. »

Des espaces flexibles en bibliothèque – espaces pouvant désormais être perçus, investis et utilisés autrement – répondraient aux besoins véritables d’une nouvelle génération d’étudiants.   Ainsi donc, plus qu’un simple dédale de rayonnages d’ouvrages empoussiérés, la bibliothèque en milieu académique deviendrait participante active au processus éducatif délaissant une « culture d’enseignement au profit d’une culture d’apprentissage ». Le tournant vers l’apprentissage, au niveau universitaire, peut notamment se traduire par l’accès gratuit à une variété d’équipements et de logiciels en tous genres ainsi que par la garantie – ou la promesse, c’est selon – qu’un professionnel de l’information compétent sera présent pour superviser les opérations en tout temps. Rien à voir avec les services de clavardage en ligne et les réponses robotisées plus ou moins utiles envoyées après un quart d’heure d’attente…  

Malgré ces quelques inconsistances, les apports du numérique ne sont évidemment plus à démontrer à cette époque qu’est la nôtre. Force est toutefois d’avouer que l’espace virtuel auquel il donne accès n’est pas (encore) en mesure d’offrir l’expérience complète qu’est celle du 3ème lieu à ses usagers, favorisant entre autres les interactions sociales leur permettant de rompre l’isolement souvent caractéristique des études au cycle supérieur.  

Qui plus est, il s’avèrerait intéressant de se pencher, bien que brièvement, sur l’importance de la littératie numérique, qui contrairement à ce que l’on pourrait croire de prime abord ne va pas de pair avec l’accès au numérique. La toile étant jonchée d’écueils (fake news, chambres d’écho, réseaux algorithmiques complexes et nombreux, etc.), comment y naviguer en toute sécurité et déceler l’information fiable et véridique en cette période d’infobésité ?  

Ces questionnements corroborent en tous points le postulat de l’IFLA, à savoir que :   [m]algré la disponibilité d’une grande quantité d’informations sur le bureau de toute personne connectée à l’Internet, la plus grande partie est fallacieuse et mal organisée quand elle ne s’avère pas carrément dangereuse [et la] plupart de l’information pertinente est payante. De ce fait, les utilisateurs des bibliothèques ont besoin pour une recherche efficace de personnel compétent et capable d’identifier des sites fiables et de leurs donner accès aux ressources disponibles contre paiement et grâce aux licences de sites.   L’attrait majeur des bibliothèques universitaires in situ par rapport aux campus virtuels, donc ? Son personnel.

À ce sujet, David R. Lankes, bibliothécaire, théoricien et fervent défenseur de ce concept affirme, dans son plaidoyer pour une bibliothéconomie nouvelle Exigeons de meilleures bibliothèques que le rôle fondamental de toute bibliothèque se respectant est celui de « facilitatrice », c’est-à dire que ses institutions, mais surtout les professionnels de l’information y travaillant, doivent faciliter « la création de connaissance en contribuant à rendre [s]a communauté plus intelligente », et ce, notamment, en donnant accès à l’entièreté de ses ressources, mais également – et principalement – en offrant de la formation pour que celles-ci soient exploitées le plus efficacement possible. Il serait également pertinent de mentionner au passage que bien que le numérique permette l’accès à certaines ressources en ligne via les campus virtuels, la qualité du matériel et du réseau informatiques de chaque utilisateur est variable et dépend d’une multitude de facteurs externes, tels que son milieu social ou sa condition financière, par exemple. Les usagers en bibliothèque ne se heurtent pas à de telles contraintes, l’accès leur étant offert étant gratuit, maximal et adéquat à la recherche ; réellement universel, bref. La possibilité d’obtenir de l’aide en temps réel, et ce, par un personnel qualifié, est finalement l’ultime plus-value de la « bibliothèque-lieu ».  

Malgré les avancées certaines qu’ont connues les bibliothèques académiques depuis le tournant des années 2000, la réflexion amorcée quant à l’orientation qu’elles doivent prendre en cette ère de multiplication des campus virtuels est encore d’actualité. Il semblerait par ailleurs que dans ce contexte d’omniprésence du numérique où l’économie de l’information est en constante mouvance, il vaudrait la peine de miser davantage sur la polyvalence et la compétence des professionnels de l’information, véritables atouts au milieu bibliothéconomique. En jumelant leur expertise à toutes les possibilités nouvelles que proposent les bibliothèques s’inspirant de la notion du 3ème lieu, la bibliothèque universitaire in situ assurerait sa pérennité ainsi que sa nécessité au sein monde académique, mettant une fois pour toutes l’expérience de l’usager au cœur de ses préoccupations, chose que le web, pour le moment, ne peut assurer.    

Pour aller plus loin :

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Benoît Epron (14 novembre 2022). Campus virtuels : menaces réelles aux bibliothèques universitaires ? Économie du document. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bea8


Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Alexandre Trépanier dit :

    En premier lieu, je vous félicite pour votre billet. Il porte sur l’un des sujets qui m’interpellaient le plus parmi la sélection proposée et il m’a grandement intéressé.

    J’aimerais d’abord abonder dans le même sens que vous : je pense aussi qu’il faut « miser davantage sur la polyvalence et la compétence des professionnels de l’information » et que « leur expertise » est inestimable, surtout dans un contexte où la bibliothèque universitaire est considérée comme «troisième lieu». La conception de la bibliothèque scandinave comme lieu d’apprentissage et comme espace de médiation m’interpelle grandement.

    Permettez-moi ensuite d’ajouter une touche de nuance à l’un des thèmes abordés dans votre billet. Bien entendu, étant donné les contraintes de longueur imposées pour les billets, j’imagine que vous n’aviez pas le luxe de vous perdre dans les nuances… J’en suis bien conscient et je pense que j’aurais abordé la même question de façon semblable. Dans votre avant-dernier paragraphe, vous mentionnez qu’il est pertinent d’aborder la question de l’accessibilité. Je suis tout à fait d’accord avec cette déclaration. Toutefois, je ne pense pas que la « bibliothèque-lieu » suffise à elle seule à garantir « l’accessibilité de la bibliothèque » et je pense que le numérique, particulièrement en contexte universitaire, peut y contribuer. S’il est vrai que l’accès physique est généralement gratuit et probablement plus « universel » que l’accès numérique, il me semble impératif de mentionner que l’accès à la « bibliothèque-lieu » n’est pas sans contraintes. Deux exemples appuient bien ma position : un(e) étudiant(e) vivant dans une région éloignée et un(e) étudiant(e) qui travaille plus qu’il ou elle ne le devrait (par nécessité). Dans le premier cas, visiter sa bibliothèque universitaire, qui se trouve généralement dans un milieu urbain éloigné de son lieu de résidence (au Québec du moins), est un défi logistique important. Il s’agit d’une opération coûteuse en temps et en argent (frais de déplacement). Dans le second exemple, où d’importantes contraintes de temps sont présentes, la possibilité d’utiliser les ressources numériques de la bibliothèque à partir de chez soi, sans avoir à se déplacer ni à s’assurer d’être disponible lors des heures d’ouverture de l’établissement, peut favoriser l’accessibilité. On voit donc que, dans certains cas, l’utilisation des lieux physiques impose plus de contraintes que l’utilisation des ressources numériques de la bibliothèque universitaire. On peut donc considérer la dimension numérique de la bibliothèque et sa dimension physique comme complémentaires en ce qui concerne leur rôle dans l’accessibilité générale des bibliothèques universitaires.

    J’en profite pour souligner que c’est le tableau 2 de l’article de Ronan Vourc’h qui illustre la baisse de la fréquentation des bibliothèques universitaires et non le tableau 1. Cet article est très intéressant et j’ai été surpris de voir que la baisse de fréquentation des bibliothèques universitaires était observable depuis si longtemps (j’avais l’impression que c’était un phénomène beaucoup plus récent).

    • Daphnée Roy dit :

      Bonjour Alexandre ! Merci de ton commentaire. Effectivement, disons que nous avons du faire des choix déchirants pour cet article que nous avons parfois du simplifier la réalité complexe que nous tentions d’illustrer entourant la bibliothèque universitaire et sa pertinence malgré l’avènement du numérique. Je suis entièrement d’accord que dans le cas d’étudiants résidant loin du campus universitaire, le web est souvent une alternative extrêmement utile. La bibliothèque-lieu vient elle aussi avec son lot de contraintes, quoi que nous avons préféré miser sur ses valeurs ajoutées !

      Merci également pour le tableau ! Tu as raison, nous n’avons pas inséré le bon dans cet article ! Oups ! Je vais contacter Mme Mollet pour rectifier la situation !

      En te remerciant de l’intérêt que tu as porté à notre billet et à ton retour plus que pertinent,

      Daphnée Roy

      • Daphnée Roy dit :

        *et de ton retour plus que pertinent,

        • Mathieu Bureau Meunier dit :

          Bonjour Alexandre,
          D’abord, merci pour le tableau. C’est étrange des fois ce qui se passe dans ce genre de travail.
          Ensuite, je voulais réagir à ton commentaire et comme ma collègue, je le trouve tout à fait pertinent. En ce qui concerne l’accès, l’idée derrière nos propos rejoint ce que tu apportes en conclusion de ton commentaire. La dimension numérique des bibliothèques universitaires ne doit pas se voir en opposition avec le modèle 3e lieu. Il doit être complémentaire à ce dernier, et ce, surtout en milieu universitaire où les publications numériques sont plus fréquentes que dans les bibliothèques publiques.
          Toutefois, ce qu’il est important de comprendre est que les campus virtuels ne peuvent pas remplacer complètement les campus physiques. Le simple fait d’offrir l’expertise des professionnels de l’information est suffisant pour justifier ce principe. D’ailleurs, cette expertise peut très bien se faire valoir par l’entremise de formations accessibles en ligne ou même à travers le “chat”.
          La réflexion est plutôt de savoir comment dynamiser le modèle des bibliothèques universitaires pour qu’elle demeure toujours pertinente en tant que lieu, en cette ère des campus universitaires. C’est à ce moment que le modèle 3e lieu devient intéressant. D’ailleurs, plusieurs institutions tendent vers ce modèle. C’est ce que l’on peut voir avec la bibliothèque Jean-Charles-Bonenfant de l’Université Laval à Québec.
          Merci pour contribuer à faire murir notre réflexion (en plus de nous donner une possibilité d’étirer indirectement la longueur de notre texte).

          • Alexandre Trépanier dit :

            Bonjour Mathieu,

            Aucun problème pour le tableau, c’est le genre de truc qui peut passer inaperçu lorsqu’on retravaille un texte qu’on vient à connaître par coeur.

            J’abonde dans le même sens que vous! Je vais jeter un coup d’oeil à la bibliothèque Jean-Charles-Bonenfant, car je ne la connais pas du tout.

            Merci!
            Alexandre

      • Alexandre Trépanier dit :

        Bonjour Daphnée! Merci à toi pour cette réponse!

        Je comprends tout à fait lorsque tu parles de «choix déchirants», nous avons vécu la même situation pour notre propre billet!

        Bonne continuité!
        Alexandre

  2. Sara-Maude Bergeron dit :

    Bravo pour ce super billet ! Il me fait pensé que, en effet, je n’ai pas visité les bibliothèques universitaires pour consulter les livres depuis des années puisque j’ai accès à la documentation numérique. Pourtant, la bibliothèque reste mon lieu d’étude par excellence. Je leur souhaite certainement un meilleur avenir que de finir comme de simples salles d’étude et de stockage !

    Il me semble aussi que les bibliothèques universitaires se tournent de plus en plus vers les loisirs et la détente. Par exemple, il y a des bandes dessinées et des livres de fictions à l’entrée de la bibliothèque des sciences de la santé et plusieurs activités de bien-être dans les bibliothèques de l’Université de Montréal. Est-ce que d’élargir les types d’activité à faire pourrait être un moyen de redonner de l’importance à la bibliothèque-lieu ? Mais est-ce que la bibliothèque universitaire ne perdrait pas un peu de son identité comme lieu en savoir en même temps ?

    • Daphnée Roy dit :

      Allô Sara-Maude !

      Tes interrogations sont tout à fait valides ! Tu ne seras toutefois pas surprise de me voir prêcher pour ma paroisse : je crois que cette évolution des bibliothèques universitaires ne va pas contre sa fonction première, soit celle d’être un lieu d’apprentissage, mais qu’elle encourage plutôt à percevoir l’apprentissage autrement. Je te donne un exemple, autre que celui des fablab, ateliers, formations, etc que nous avons mentionné dans ce billet. Comme tu le mentionnes, certaines bibliothèques offrent davantage de lieu de détente, or, il a été prouvé récemment qu’après cinquante minutes de concentration intense, le cerveau perd de son “efficacité”. Il peut donc être à supposer qu’un lieu de repos, avec des BDs, tel que tu le décris, peu permettre à un étudiant de décrocher mentalement l’instant de quelques minutes afin de revenir en force à ses travaux. Il s’agit là d’un exemplaire un peu simple, mais je crois qu’il est parlant. Je me souviens également d’un atelier de coloriage qui était donné à mon ancienne bibliothèque universitaire et qui était ouvert à tous, pour la durée désirée. J’adorais m’y rendre entre deux lectures pour me vider la tête, et je me sentais honnêtement plus détendue et productive au moment de reprendre mes études !

      Bref, je pourrais en parler longtemps ! Hihihi !

      Merci de l’intérêt porté à notre billet, et au plaisir,

      Daphnée Roy

      • Daphnée Roy dit :

        *de lieux de détente
        *peut permettre
        *d’un exemple un peu simple

        • Mathieu Bureau Meunier dit :

          Bonjour Sarah-Maude,
          Je n’ai pas besoin de répéter ce que ma collègue a déjà dit (tout le monde peut comprendre que je partage son opinion). Toutefois, j’aimerais compléter en ajoutant que toute bibliothèque à le devoir de répondre aux besoins de ses usagers. Dans le cas d’une bibliothèque universitaire, il est évident que ces derniers sont principalement les étudiants et les chercheurs. La conservation et la diffusion du savoir reste donc au centre de ses activités. Toutefois, comme l’a si bien dit ma collègue, une aide indirecte et parfois plus insolite peut contribuer aux études où à la recherche. En plus d’aires de détente, on peut penser à l’utilisation des lieux pour faciliter la diffusion de savoir par l’entremise d’expositions, de conférences, de tables rondes, etc. Bref, les lieux peuvent faciliter les échanges. Ce qui tombe en plein dans la mission des bibliothèques universitaires.
          En somme, il y a plusieurs façon de penser le modèle 3e lieu pour l’adapter aux besoins de l’institution.
          L’idée est aussi de rendre accessible les lieux aux usagers pour leur permettre de se les approprier. Ce que nous pouvons voir dans l’architecture ou l’aménagement des espaces (des sujets que nous n’avons pas eu l’espace suffisant pour les aborder).
          Bref, il est possible de repenser les lieux sans dénaturer la mission des bibliothèques universitaires. Et, entre nous, qui n’aime pas lire une BD entre deux chapitre de D. Lankes?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search