Où en sont rendues les sciences citoyennes au Québec ?

Billet de blogue proposé par Sara-Maude Bergeron (EBSI) et Laurence Gauthier (EBSI)

Pendant la pandémie de Covid-19, la science a envahi nos fils d’actualité. Virus, variants, pratiques d’hygiène, nous avons été bombardés de nouvelles informations et de nouveaux concepts. Plusieurs d’entre nous se sont sentis interpellés par les développements de ces recherches. Pourtant, une forte séparation demeure entre la population et la communauté scientifique. Une méfiance s’illustre par le cas de certaines dérives pseudoscientifiques. Il faut dire qu’outre les applications qui nous permettaient de nous déclarer malades, rares sont ceux qui ont pris part activement au processus scientifique. Il existe toutefois un domaine des sciences qui place le citoyen au cœur de ses projets de recherche : les sciences participatives. Qu’en est-il de cette forme de science au Québec ? Voyons où sont rendues les sciences participatives chez nous ainsi que les avantages et les risques qu’elles présentent.

Selon Francois Houllier et Jean-Baptiste Merilhou-Goudard (Les sciences participatives en France, 2016) les sciences participatives, représentent un ensemble de pratiques de « production de connaissances scientifiques auxquelles des acteurs non scientifiques professionnels participent de façon active et délibérée. ». Les sciences participatives portent aussi le nom de « sciences citoyennes » ou bien « sciences collaboratives ». Creative Commons Sciences citoyennes F Lamiot 2009 par F. Lamiot sous licence CC BY-SA 3.0

État des sciences participatives au Québec 

Les sciences citoyennes, seulement pour l’environnement ?

À première vue, la science citoyenne au Québec semble s’intéresser exclusivement aux projets environnementaux. Beaucoup d’initiatives québécoises se penchent sur la faune ou la flore, comme abeilles citoyennes, eButterefly ou même la base de données ornithologique ÉPOQ qui a inspiré la base de données mondiale actuelle, eBird. D’autres se concentrent sur la pollution comme Air Québec. Certains projets portent sur des phénomènes naturels comme la cartographie du mouvement des eaux. Il est vrai que la participation du public aide grandement ces études : une équipe de scientifiques ne saurait pas récolter autant de données dans un même temps.

De plus, la science citoyenne est en plein essor mondialement grâce à plusieurs partenariats concernant les sciences environnementales. Par exemple, dès 2017, le Citizen Science Global Partnership aide les pays concernés à atteindre les objectifs du développement durable des Nations Unies. Il y a aussi la Global Biodiversity Information Facility, une base de données sur la biodiversité financée par plusieurs gouvernements.

Puisque la plupart des projets participatifs au niveau mondial concernent les sciences environnementales et biologiques, il n’est pas étonnant de voir le Québec suivre la tendance. On retrouve par ailleurs des projets en science de la santé. Rendre visible l’itinérance au féminin de Céline Bellot, permet de mieux comprendre l’expérience des femmes en situation d’itinérance en les faisant participer à l’élaboration du protocole, à la collecte et à la diffusion de données. Le projet Synergie, rapporté par un article du magazine l’Actualité, plonge dans le monde des « habitations à loyers modiques » ou HLM. Les participants sont des locataires et l’étude porte sur leur bien-être. Le projet apporte des résultats tangibles, notamment un journal communautaire pour les locataires.

Le Québec en retard ?

La science citoyenne aurait toutefois un peu de retard au Québec par rapport au reste de l’Amérique du Nord. Audrey-Maude Vézina de l’agence Science-Presse a demandé l’opinion de plusieurs experts. Il y aurait un manque de participation des Québécois, que ce soit par indifférence ou par méconnaissance de ce type de science. Pour d’autres, le manque de participation ne serait que relié au projet, plus précisément au manque d’intérêt commun entre les chercheurs et les citoyens à participer, ce qui diminuerait la motivation des citoyens. Pour le reste, il n’y aurait pas de réel retard sur l’innovation et sur les initiatives des projets, sauf peut-être sur la proportion de projets dans certains domaines tels que la santé. En revanche, les chercheurs s’accordent tous sur le retard en financement. Heureusement, depuis 2019, plusieurs programmes de financement ont vu le jour, dont Engagement qui donne 50 000 $ à cinq projets de sciences participatives chaque année. Ce financement reste minime par rapport aux milliards octroyés à la recherche scientifique en général par les gouvernements au pays.

Pourquoi développer les sciences citoyennes au Québec ?

Un avantage de la science participative est la force du nombre. Un autre avantage consiste en ce qui concerne le citoyen chez qui on observe un « bien-être social » selon Conversy, Dozières et Turpinen. Le contexte est précaire en termes de soins de santé au Québec et des propositions intéressantes sont mises sur pied, entre autres, par rapport à la qualité de l’air. De plus, une initiative comme eTick, où le public peut envoyer des photos de tiques avec la date et le lieu de son observation, est un processus gagnant-gagnant selon Jade Savage, professeure à l’Université Bishop’s. Le biologiste peut identifier les espèces et les cartographier ; les participants reçoivent un message lui disant si la tique qui l’a mordue peut lui transmettre la maladie de Lyme. Puisqu’il fallait, par le passé, faire identifier une tique par un médecin ou un vétérinaire, c’est une tâche en moins pour les professionnels de la santé qui sont déjà débordés.

Les sciences citoyennes numériques

L’essor des sciences citoyennes est certainement lié à l’expansion du Web. L’avènement du numérique est maintenant indispensable à la science grâce entre autres aux bases de données et aux ordinateurs qui effectuent des analyses de données complexes. C’est d’ailleurs le Web qui a multiplié les façons de participer à la science pour les citoyens. La majorité des projets collaboratifs aujourd’hui utilisent des applications mobiles et le Web pour permettre aux utilisateurs de transmettre leurs données. Néanmoins, on ne peut ignorer une problématique en lien avec celle des technologies : celles de la protection des données des utilisateurs et de la recherche. Le Web et les sciences participatives viennent avec une forme de démocratisation : partiellement sorties des institutions, elles entrent dans les foyers. Il est plus facile pour tous, dont les populations marginalisées, de collaborer avec les scientifiques.

Outre cette participation bénévole des amateurs, les sciences citoyennes favorisent aussi un contrôle démocratique de la science. Selon Jean-Claude Simard de l’Université de Québec à Rimouski, le contrôle démocratique de la science n’est pas entièrement possible, mais il resterait souhaitable. Il permettrait de maintenir une liberté de recherche alors que le financement privé est courant. Ce n’est pas sans limitation, surtout lorsque laissé uniquement à la discrétion des gouvernements qui privilégient aussi la recherche ayant des retombées « positives et mesurables ». Pour l’instant, l’économie du savoir au Québec et au Canada « propose une science orientée vers la rentabilité et l’innovation commercialisable sans savoir si elle correspond aux valeurs et positions de la société québécoise. » Créer une commission ou des consultations publiques y remédierait. Malgré plusieurs initiatives dans le monde, il n’en existe toujours pas au Québec et au Canada.  

La science citoyenne pour remplacer la science traditionnelle ?

  Bien que les sciences citoyennes comportent un nombre d’avantages, il ne s’agit pas de remplacer la recherche faite par les scientifiques professionnels. D’ailleurs, les sciences citoyennes ne viennent pas sans risque.   Selon Conversy, Dozières et Turpin, dès que l’on aborde le sujet de la science citoyenne, il faut garder à l’esprit que les individus impliqués ne sont pas des spécialistes. Pour cette raison, les étapes à suivre doivent être modifiées pour leur faciliter la tâche, sans perte d’exactitude.   La science citoyenne ne fait pas l’unanimité et on y retrouve plusieurs défis. L’un d’eux concerne les données brutes. Analyser ces données d’un œil extérieur peut être plus ardu, selon un article publié sur le site de l’organisation météorologique mondiale.  

Aider la société, vraiment ?

En conclusion, les sciences citoyennes ne sont pas adaptées à toutes les recherches. L’expertise des sciences conventionnelles est toujours indispensable. Les sciences citoyennes leur prêtent main forte et présentent une myriade d’avantages qui permettraient au Québec d’aider sa société, d’améliorer son système de santé et de protéger son environnement, en augmentant le financement et l’encadrement public. Or, il serait intéressant de pousser la réflexion suivant un l’article La science peut-elle être « citoyenne » ? dans lequel Yves Gingras suggère que « répondre aux besoins de la société » ne va pas de soi à cause de sa nature hétérogène et le risque du dirigisme. Nous vous invitons à réfléchir à ces propos d’Yves Gingras qui ont bouleversé nos préconceptions :   Avant d’être au service des « citoyens » — comme si cette catégorie était homogène et qu’il n’existait pas, dans toute société, des groupes aux intérêts divergents — la science est au service de la compréhension du monde et de la vérité, que ses résultats plaisent ou non à certains « citoyens ».    

Pour en savoir plus…

 



Citer ce billet
Benoît Epron (2022, 14 novembre). Où en sont rendues les sciences citoyennes au Québec ? Économie du document. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bea9

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Alexandre Trépanier dit :

    D’abord, je vous félicite pour ce billet!

    Ensuite, bien que votre invitation à réfléchir à la question d’Yves Gingras (« est-ce que la science peut être citoyenne? ») soit tentante, je vais plutôt parler du programme ENGAGEMENT dont il est question dans la section « Le Québec en retard? » de votre billet.

    Je comprends mal dans quelle mesure le programme ENGAGEMENT pourrait contribuer significativement à l’avancement de la science citoyenne au Québec. Certes, il s’adresse directement à des citoyens qui n’appartiennent pas à la communauté scientifique, mais on ne subventionne que 5 projets. De plus, si ma compréhension est bonne, pour être éligible, un projet doit être proposé par un citoyen qui répond à certains critères et être réalisé par un duo (chercheur-citoyen). Bien que je comprenne la dimension « citoyenne » de l’initiative, on est loin des projets mentionnés dans le billet qui impliquent de nombreux citoyens (cartographie du mouvement des eaux, identification des papillons, etc.). Or, selon le Scientifique en chef du Québec, l’un des objectifs du programme ENGAGEMENT est de développer la culture scientifique chez les citoyens. Si tel est le cas, ne serait-il pas préférable de privilégier des projets impliquant de nombreux citoyens?

    Pour sortir du cadre du billet, je pense qu’il est raisonnable de croire qu’une partie du développement de la culture scientifique au sein de la population générale du Québec peut reposer sur des programmes de subvention d’initiatives en science citoyenne, mais il m’apparaît encore plus urgent d’en faire une priorité dans le système scolaire et dans des institutions comme les bibliothèques. D’ailleurs, la démocratisation de cette culture scientifique s’inscrit bien dans la volonté de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) de jouer un rôle dans le développement d’une société apprenante.

    • Sara-Maude Bergeron dit :

      Merci pour votre commentaire Alexandre !
      En ce qui concerne le programme Engagement, le montant accordé est, en effet, minime et aide peu de projets. Pour reprendre les propos de Rémi Quirion, le montant accordé sert surtout de rampe de lancement pour démarrer les nouvelles initiatives de sciences citoyennes et ensuite espérer qu’elles puissent bénéficier d’autres sources de financement. Bien que l’aide soit faible pour l’instant, elle existe et c’est un premier pas dans la bonne direction. Toutefois, on ne peut pas nier un retard dans le financement au Québec. Il faut aussi noter que le programme Engagement a doublé le nombre de projets subventionnés à sa deuxième édition. On ne peut qu’espérer que le programme continue à prendre de l’expansion et que d’autres programmes voient le jour. Pour ce qui est du duo, il est nécessaire pour s’assurer d’une participation citoyenne et d’un encadrement scientifique professionnel. Le duo représente seulement les deux personnes qui ont initié le projet, cela ne signifie pas qu’un seul citoyen y participe. Par exemple, le projet Mobiliser les sciences comportementales en appui à la transition socio-écologique dans la région du Saguenay-Lac Saint-Jean, financé par le programme Engagement, propose une large consultation citoyenne. De plus, les projets comme la cartographie du mouvement des eaux et l’identification des papillons ne sont qu’un type de projet participatif où les citoyens aident seulement à la collecte de données. Plusieurs projets comme Rendre visible l’itinérance au féminin et Air Québec font participer un moins grand nombre de citoyens, mais à d’autres étapes du processus scientifique comme le protocole, les hypothèses, les analyses des résultats, etc. Cela touche peut-être moins de citoyens, mais ils ont une expérience beaucoup plus intime avec le processus scientifique que ceux qui envoient une photo sur une application. Alors, je crois que les deux approches sont pertinentes. Pour ce qui est de développer la culture scientifique au Québec, les sciences citoyennes ne peuvent pas transformer seules le Québec, mais je pense qu’elles peuvent aider surtout pour les gens qui ont déjà quitté l’école et qui ne fréquentent pas les bibliothèques. Il serait, effectivement, pertinent de développer d’autres mesures dans le système scolaire et d’autres institutions.

      • Alexandre Trépanier dit :

        Merci pour cette réponse détaillée. L’exemple du projet «Mobiliser les sciences comportementales…» m’aide à mieux comprendre la pertinence du programme Engagement (et comment ces projets peuvent toucher un plus grand nombre de citoyens que ce que j’avais initialement imaginé). Je suis d’accord quant à la pertinence des deux approches (moins de citoyens plus impliqués dans le processus scientifique vs plus de citoyens dont l’implication est moins profonde).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search