[S2] Particularités économiques de l’information

Note concernant les ressources

Avant de commencer, veuillez noter que de nombreuses ressources, articles et documents sont mis à votre disposition dans les séances de cours. C’est avant tout pour vous encourager à aller plus loin et à vous renseigner par vous-mêmes sur les sujets évoqués dans les différentes séances. En revanche, les ressources signalées en orange sont essentielles et doivent impérativement être consultées… pour préparer le quiz par exemple.

Objectifs de la séquence 2

  1. Poser les bases de l’économie de l’information et du document en repérant ce qui la différencie de celle d’un objet ou d’un service ordinaire.
  2. Savoir repérer les particularités économiques de l’information dans les pratiques du web.
  3. Montrer que, même pour des services dits immatériels, on n’échappe pas aux contraintes industrielles traditionnelles.

Les sept piliers

Dans la séquence précédente, nous avons relié le cours à différents courants économiques. Le moment est venu d’entrer dans le vif du sujet.Baguette et journal

Nous vous proposons trois approches pour cela. La première est basée sur Les sept piliers de l’économie de l’information et du document. Ce texte expose les principales caractéristiques de cette économie à partir de l’exemple d’un journal papier et de sa déclinaison sur le web.

Nous vous proposons de compléter cette approche avec deux autres textes. Le premier est une analyse de la problématique économique des plateformes. L’auteur pose notamment la question de savoir  “si cette manifestation de la révolution numérique ne risque pas de conduire certains secteurs d’une position dominante collective structurée et protégée par la réglementation publique à une position dominante individuelle qui serait de plus difficilement contestable en termes concurrentiels”. Il s’agit une communication à un colloque reprise sous forme d’un rapport publié en 2017.

Enfin, cette modélisation passe aussi par une analyse tridimensionnelle de l’économie du document notamment abordé dans cet ouvrage. Nous en avons extrait deux chapitres directement liés à notre sujet. 

Une industrie… lourde

Souvent ces particularités qui différencient l’économie du document et de l’information de l’économie traditionnelle sont les seules mises en avant, implicitement ou explicitement, pour analyser l’économie du web. Cette dernière serait exonérée des pesanteurs habituelles des industries grâce aux lois de Moore qui autoriseraient une expansion quasi-infinie des mémoires et donc du stockage et des capacités de calcul ou encore la loi de Metcalfe qui favoriserait l’expansion des réseaux. Les ressources d’infrastructures étant infinies, seule compterait l’économie immatérielle.
Mais c’est aller un peu vite en besogne. Les industries du numérique ont une composante matérielle lourde qui suppose une logistique et est aussi, comme bien d’autres industries, énergivore. Enfin, nous verrons dans une prochaine séance les enjeux politiques et sociaux de l’économie des plateformes, sujet de vastes débats au cours des dernières années.

Logistique et dépenses d’énergie

La dématérialisation, a priori, de l’économie du Web est un prisme erroné d’analyse. En effet, la croissance très rapide de l’économie du Web a des conséquences très prégnantes sur l’environnement physique et tangible. La crise du COVID19 a brutalement mis en évidence cette relation de l’économie du Web avec les enjeux climatiques et environnementaux, d’organisation des territoires et des espaces.

Sur ces deux facettes les réflexions n’ont pas attendu les derniers mois pour se développer. Ainsi, la question de l’impact carbone donne lieu depuis plusieurs années a des publications et des débats. Par exemple, un rapport du Shift Project disponible ici pointe la croissance constante de la part des activités numériques dans la consommation d’énergie au niveau mondial.

Selon certains cette gourmandise en énergie pourrait même conduire à la fin de la loi de Moore. Pour autant la course à la puissance est loin d’être terminée, alimentée notamment par la vidéo, comme le pointe par exemple ce rapport paru récemment. Mais la mesure d’impact est loin d’être simple. Ce rapport a, par exemple, donné lieu à de multiples réactions comme ici ou encore une intéressante synthèse disponible ici.

La question logistique est évidemment devenue un aspect incontournable de l’économie du Web, au niveau de ses infrastructures informatiques mais également au niveau, plus classique, de la livraison.Amazon share of shipping

Amazon a largement fait évoluer la situation et contrôle de plus en plus largement sa composante logistique. La part des colis vendus par Amazon et livrés par Amazon directement atteint aujourd’hui quasiment 50% et l’entreprise a investi dans un outil logistique mondial de premier plan. L’enjeu, pour l’ensemble du secteur, est de voir se reproduire avec la logistique le même mécanisme que pour l’infrastructure informatique avec AWS qui dispose aujourd’hui de quasiment 50% du marché du cloud.

 

 

Choix et reformulation de la question d’actualité

Pour les étudiant·e·s, si ce n’est pas encore fait, vous devez maintenant choisir définitivement votre question et prendre contact avec votre binôme. Le moment est venu de la reformuler en quelques lignes sur le cahier, pour préciser l’angle sous lequel votre groupe souhaite la traiter.



Citer ce billet
Benoît Epron (2023, 18 septembre). [S2] Particularités économiques de l’information. Économie du document. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/beae

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search