DRM : protection intellectuelle ou stratégie économique? À qui profite ce verrou numérique et quelles sont les conséquences pour les bibliothèques ? 

Minh Thy Lê Ngoc, Navinee Ramalingam, Tidjian Scalzillo, Valérian Dreier

Depuis quelques années, la raison d’être des bibliothèques ne se construit plus uniquement sur les supports papier mais également sur une offre de plus en plus grande en numérique. 

Pour reprendre la formule d’Alain Jacquesson, les bibliothèques sont passées du livre enchaîné au DRM. Si les chaînes des bibliothèques monastiques étaient là pour empêcher la disparition de l’objet physique, les DRM sont des chaînes virtuelles pour empêcher le partage du document à qui n’en possède pas le droit d’accès. DRM pour « Digital Right Management » sont différentes mesures afin de restreindre l’accès et préserver les droits commerciaux des ayants droit. 

Les bibliothèques sont face à différents enjeux. Quel avenir pour les collections numériques ? Le modèle numérique est-il financièrement durable ? Les DRM sont-ils un danger pour la conservation du patrimoine numérique ? 

Les fondements des DRM

Les DRM, ou Digital Rights Management, sont des technologies conçues pour protéger les droits d’auteur en restreignant l’utilisation non autorisée de contenus numériques tels que des films, des livres, de la musique ou des logiciels. Ces systèmes appliquent des mesures de contrôle d’accès, de chiffrement et de gestion des droits pour limiter la copie, la modification et la distribution illicite de ces contenus. 

L’impact des DRM sur la piraterie et la contrefaçon est complexe. Certains soutiennent que les DRM réduisent la violation des droits d’auteur en dissuadant le partage illégal et en empêchant la reproduction non autorisée. Cependant, d’autres estiment que les DRM n’empêchent pas les activités de piratage et peuvent même décourager les consommateurs légitimes en restreignant leur usage légal des contenus. 

Des études, comme celle menée par la Bibliothèque du Congrès des États-Unis, ont montré que les DRM n’étaient pas toujours efficaces pour prévenir la piraterie. De plus, les DRM peuvent limiter les droits des consommateurs légitimes en restreignant l’interopérabilité entre les appareils et en rendant difficile l’accès aux contenus achetés légalement. 

DRM comme stratégie économique

En effet, certaines grandes compagnies utilisent les DRM comme un outil stratégique pour empêcher des consommateurs de passer chez les concurrents et ainsi, de gagner une plus grande part dans ce marché en pleine croissance. Selon le Digital Rights Management Global Market Report 2023, le marché mondial des DRM a passé de $4.47 milliards en 2022 à $5.21 milliards en 2023, avec une prévision de croissance de 17.3% en 2027.

De ce fait, certains géants utilisent des DRM non seulement comme une protection contre le piratage et le vol technologique mais aussi comme un verrou économique afin de limiter les consommateurs dans les choix qui s’offrent à eux et indirectement, cela favorise des modèles économiques fermés où on se retrouve à acheter des autres produits de la même marque juste pour que ceux-ci soient compatibles avec notre premier achat. 

Par exemple, il est connu que le DRM des e-books d’Amazon ne peuvent être lus que sur Kindle, liseuses que vend Amazon. Si on achète un e-book sur Amazon mais qu’on ne possède pas de liseuse Kindle, il est très difficile voire impossible de le lire.  De la même manière, les accessoires d’Apple comme des écouteurs ou les adaptateurs fonctionnent quand ils sont utilisés sur d’autres appareils des marques concurrentes mais il est très rare qu’un produit d’une autre marque puisse être utilisables avec des appareils d’Apple. 

Enfin, on pourrait réfléchir aux impacts que cela engendre et aux consommateurs, dont des institutions comme les bibliothèques, qui doivent faire face à ce comportement qui ne respecte pas la notion de “fair use”, expliquée ci-dessous. 

Les conséquences pour les bibliothèques

Si de manière générale les bibliothèques publiques et académiques ne s’opposent pas à l’utilisation des DRM comme moyen de protection pour le droit des auteurs, il demeure que cette technologie pose des défis de taille pour les bibliothèques. 

La notion américaine du « fair use » ou celle de l’exception pédagogique suisse sont affectées par les DRM qui, en plus de limiter l’accès à un document, peuvent aussi restreindre ses usages comme son impression, sa copie ainsi que son annotation. De plus, les restrictions de format et des types d’appareils compatibles causent des problèmes d’usabilité et d’interopérabilité qui peuvent aller jusqu’à aliéner complètement certains usagers. 

Un autre problème causé par le DRM est celui de la confidentialité et de la protection des données. En effet, le simple fait que l’accès à un document puisse nécessiter à l’usager de s’identifier permet aux propriétaires des plateformes de récolter des données à l’insu des bibliothèques et de leurs lecteurs. 

Enfin, le DRM remet en question la propriété même des produits informationnels puisque les bibliothèques, comme les privés, ne payent en somme que pour l’accès (souvent limité) au produit et non pour la propriété du produit en soit. Dès lors, la bibliothèque n’exerce plus de contrôle sur sa documentation numérique et devient tributaire des éditeurs et de leurs plateformes. 

Si vous souhaitez approfondir la question, nous vous invitons à consulter le chapitre 4 de ce journal de l’ALA ainsi que leurs Tip Sheet

La position des bibliothèques face aux DRM ?

Si le livre enchaîné se justifie par la rareté de l’objet à une époque où les écrits sont des biens précieux, les documents numériques « enchaînés » ont tendance à être perçus par les bibliothécaires comme une entrave à l’information. Les différentes contraintes imposées par les DRM sont souvent en opposition avec le code d’éthique des bibliothécaires qui voit menacées certaines de ses garanties comme la protection des données personnelles. Le DRM doit permettre de garantir à l’ayant droit que ses créations ne soient pas piratées mais il ne doit pas être un outil de pression économique pour élargir ses parts de marché aux détriments des autres. 

Il est capital que la bibliothèque demeure indépendante de ses fournisseurs et reste une actrice de la conservation à long terme. De plus, elle doit rester indépendante vis-à-vis des formats propriétaires et favoriser des formats interopérables. 

Il reste dès lors de nombreuses questions auxquelles répondre. L’Open Access est-il la solution pour les bibliothèques académiques ? La bibliothèque doit-elle se priver de contenus populaires pour rester fidèle à son code de déontologie ? Sous quelle forme doit se manifester le DRM au sein de la bibliothèque ? Et enfin, comment concilier les besoins de l’usager aux contraintes des éditeurs ? 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Benoît Epron (29 novembre 2023). DRM : protection intellectuelle ou stratégie économique? À qui profite ce verrou numérique et quelles sont les conséquences pour les bibliothèques ? . Économie du document. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/beaj


Vous aimerez aussi...

22 réponses

  1. Loraine Molliet dit :

    Merci pour ce billet de blog instructif.
    Il est en effet très intéressant de se pencher sur les questions des DRM et des problèmes qu’ils créent aux utilisateur·trice·s de livres électroniques.
    Il me semble en effet en lisant votre billet, et par expérience personnelle et professionnelle, que les DRM posent plus de problèmes qu’ils n’en règlent.
    Le plus grand, pour moi, étant que les utilisateur·trice·s ne possèdent réellement jamais un livre électronique comme iels possèdent un livre papier. (Ce qui par ailleurs est d’autant plus vrai dans un société basée sur l’abonnement.) Ainsi, on ne peut pas prêter un livre électronique à un·e ami·e comme on prêterait un livre papier. Plus grave encore, comme vous le soulignez bien dans votre billet, ce n’est pas parce qu’on a acheté un livre pour une liseuse qu’on ne devra pas le racheter sous un autre format pour une nouvelle liseuse.

  2. Halawa Rayan dit :

    Bonjour à vous !
    Votre article est très intéressant et met en lumière un dilemme captivant dans l’univers des bibliothèques numériques. L’utilisation des DRM, conçus pour protéger les droits d’auteur, semble se transformer parfois en une stratégie économique visant à restreindre nos choix. En y réfléchissant, je me demande dans quelle mesure cela pourrait influencer notre accès à l’information. Les bibliothèques, en tant que gardiennes du savoir, se retrouvent confrontées à des défis complexes, notamment la préservation de l’indépendance face aux formats propriétaires. La question de l’Open Access, évoquée dans l’article, suscite également ma curiosité quant à son potentiel comme solution alternative. En fin de compte, la nécessité de trouver un équilibre entre la protection des droits d’auteur et l’accessibilité des informations pour tous demeure cruciale, et j’espère voir des solutions émerger pour préserver cet équilibre délicat.

  3. Sophia O dit :

    Bonjour, merci pour ce billet très intéressant,

    Je pense que les services de prêt d’e-books dans les bibliothèques à l’heure actuelle équilibrent maladroitement, mais au mieux qu’ils le peuvent, l’accès aux documents et la protection des droits commerciaux car de nombreux utilisateurs ont des problèmes avec les DRM, au point que ça devient un obstacle empêchant d’accéder facilement à ce qu’ils souhaitent lire.

    Voici un exemple tiré d’un guide de dépannage sur ce site https://www.banq.qc.ca/livres-numeriques/ :

    Je n’arrive pas à transférer mon livre sur mon lecteur électronique. Je reçois le message d’erreur suivant : “Ce document est protégé par la gestion des droits numériques d’Adobe (DRM)” ou “CE_COPY_NOT_ALLOWED”.
    Assurez-vous d’abord que votre lecteur électronique est autorisé. Pour vérifier :

    Connectez votre lecteur électronique à votre ordinateur.
    Ouvrez Adobe Digital Editions (ADE).
    Cliquez sur “KOBOeReader”, sous Périphériques, puis sur l’icône de la roue dentée.
    Dans le menu déroulant qui apparaît, sélectionnez “Information d’autorisation”.
    L’identifiant saisi doit correspondre à celui affiché dans la section d’aide de l’EAD sous “Information d’autorisation”.
    Si ce n’est pas le cas, utilisez la fonction “Clear device authorization”, puis “Authorize device”.

    Une fois cette vérification effectuée, si le problème persiste, nous vous suggérons de
    désinstaller
    ADE, puis d’installer la version 3.0 disponible pour
    Windows
    . Autorisez ADE 3.0 avec l’Adobe ID (adresse e-mail enregistrée sur le compte Adobe) que vous avez utilisé avec la version 4.
    __________________________________________________________________________________________________________

    Une bonne partie des utilisateurs de lecteurs électroniques peuvent être des personnes âgées qui ne sont pas nécessairement très à l’aise avec la technologie. Tout ce qu’ils souhaitent, c’est d’emprunter un bon livre dans le confort de chez soi. Or, les nombreux problèmes que peut poser la DRM les obligent à se rendre à la bibliothèque pour obtenir de l’aide, ce qui va à l’encontre de l’objectif de sa commodité. Un autre problème est qu’au Canada, il n’y a pas beaucoup d’options pour les lecteurs électroniques, j’ai entendu dire qu’il y a plus de variété en europe et que beaucoup sont plus faciles à utiliser. Au Canada, il n’y a que Kobo et Kindle qui n’est pas compatible avec le prêtnumérique. Sinon, les gens utiliseront une tablette ou un ordinateur pour lire un livre électronique.

    Je me demande aussi s’il n’y a pas un manque d’appétit par les créateurs de liseuses pour permettre une facilité d’utilisation pour emprunter des livres gratuitement parce qu’il n’y a pas beaucoup d’argent à faire. Les spécialistes du marketing aimeraient peut-être mettre le client dans une position où il est plus facile d’acheter un livre que de l’emprunter, car cela permet de générer continuellement plus d’argent.

    À mon avis, nous sommes au début d’une révolution de l’emprunt de livres numériques où la durée d’emprunt peut être programmée dans le fichier lui-même. Je considère que ce système n’en est qu’à ses débuts et qu’il est encore un peu maladroit, mais j’espère qu’il deviendra plus convivial à l’avenir.

    • Ngoc Minh Thy Lê dit :

      Tu as raison et le problème se trouve essentiellement dans l’utilisation du DRM de Adobe. C’est pourquoi, il y a un nouveau DRM émergent créé par des éditeurs pour des éditeurs, le Readium LCP. Ce DRM devrait simplifier encore plus le prêt numérique en bibliothèque car il se veut simple à l’utilisation et beaucoup moins intrusif que celui de Adobe.

      Si cela t’intéresse, tu peux aller voir sur leur site pour les caractéristiques supplémentaires : https://readium.org/lcp-specs/

      Le prêt numérique est un marché émergent avec beaucoup de problèmes mais aussi des possibilités d’exploitation immense.

      • Sophia O dit :

        Bonjour, merci beaucoup pour votre réponse et le lien vers Readium/LCP.

        Je me souviens en avoir entendu parler lors d’une discussion informelle sur les DRM et j’avais complètement oublié son existence. Merci encore de m’avoir permis de le redécouvrir, malgré que je l’utilises sans trop m’en rendre compte, et en effet, il semble extrêmement prometteur.

        Je ne sais pas si LCP est compatible avec de nombreux appareils liseuses au Canada. Je suis en quelque sorte obsédée par les liseuses parce qu’ils permettent, en quelque sorte, de s’émanciper de l’ordinateur et du téléphone portable pour effectuer toute tâche. Encore une fois, lorsque j’ai consulté le site Web suivant

        https://www.edrlab.org/readium-lcp/certified-apps-servers/

        Il semble que readium LCP soit de plus en plus répandu dans le monde.

        Quoi qu’il en soit, il faut espérer que la protection des droits d’auteur se fera plus facilement grâce aux lecteurs électroniques, ce qui nous mènera vers une révolution et une évolution de ce que la lecture, les livres et les bibliothèques deviendront à l’avenir.

  4. Emma Crettenand dit :

    Je trouve très intéressant votre blog sur les DRM. J’ai l’impression que dans le futur, les bibliothèques généralistes vont se tourner de plus en plus vers les livres électroniques, qui sont plutôt moins axés sur la science, je pense et que les bibliothèques académiques vont plus se tourner vers l’Open Access, qui contient plutôt des livres ou des publications axés sur la science qui accessible gratuitement.

    • Ngoc Minh Thy Lê dit :

      En travaillant dans des bibliothèques académiques, je constate qu’en effet on se tourne de plus en plus vers l’Open Access mais principalement pour des articles ou des thèses qu’on trouve dans des archives institutionnelles. Cependant, on continue d’acheter des e-books car des chercheur·euse·s nous le demandent constamment.
      C’est pour la simple raison que c’est plus pratique de pouvoir lire un livre électronique n’importe où dans le monde, avec un VPN.
      Dans la situation actuelle, l’Open Access n’est pas encore assez développé dans le domaine des livres mais c’est sur la bonne voie.

  5. Thaïs Francisco Miranda dit :

    “Il est capital que la bibliothèque demeure indépendante de ses fournisseurs et reste une actrice de la conservation à long terme. De plus, elle doit rester indépendante vis-à-vis des formats propriétaires et favoriser des formats interopérables. ”

    Le maintien de cette indépendance vis-à-vis des formats propriétaires est crucial. Favoriser des formats interopérables permet à la bibliothèque de garantir une plus grande accessibilité et une meilleure disponibilité des contenus pour les utilisateurs.
    Proposer des liseuses offrant plus de liberté comme Tolino, Pocketbook ou Inkbook pourrait être une option attrayante. En effet, certaines marques moins connues offrent une plus grande flexibilité pour accéder à une diversité de fichiers. Cependant, les utilisateurs ont souvent tendance à favoriser ce qui est populaire ou répandu sans vérifier si la liseuse répond véritablement à leurs besoins. Il est donc crucial de dispenser une formation aussi bien au public qu’aux bibliothécaires sur les ressources numériques, les DRM (gestion des droits numériques) et l’utilisation des liseuses. Cela permettrait d’assurer une utilisation optimale de ces outils, répondant ainsi aux attentes des utilisateurs tout en élargissant l’accès aux contenus numériques.
    Modifier les habitudes des consommateurs est un levier puissant pour influencer le marché. En sensibilisant et en éduquant les consommateurs sur les enjeux liés aux pratiques commerciales, tels que l’impact des DRM, sur l’accès aux contenus numériques, il est possible d’engager un changement significatif.

  6. Caroline Ricci dit :

    Bonjour à tous !

    Récemment, en travaillant pour un autre projet, j’ai été surprise de voir les défis que posent les DRM pour la préservation des jeux vidéo. C’est impressionnant de constater à quel point cette industrie est influencée par les intérêts commerciaux de certains éditeurs, parfois représenté par l’Electronic Software Association qui agît comme un lobby “anti-préservation” pour des géants tels que Sony, Microsoft, Nintendo, etc.. Ils se montrent souvent réticents à faciliter la préservation des jeux vidéo, que ce soit dans les archives ou les bibliothèques.

    Je partage avec vous cet article de The Verge [https://www.theverge.com/2022/3/21/22988902/nintendo-wiiu-3ds-eshop-closure-dmca-section-1201], qui explore en détail les défis et contraintes imposées par les réglementations strictes autour des DRM et des droits d’auteur, tout en examinant les solutions qui sont envisagées.

    • Valérian Dreier dit :

      Je rajouterai même la thématique très récente des joueurs surpris de voir leur jeu acheté “définitivement” disparaître des plateformes qui les ont vendu.

    • Catarina Fernandes dit :

      Bonjour Caroline,

      Tu soulèves des points très intéressants! C’est impressionnant de constater à quel point l’industrie du jeu vidéo semble ne pas se sentir concernée par les défis de préservation sur leurs jeux vidéo… mais bien plus préoccupée à mettre en place des barrières tels que les DRM sur leurs jeux, qui n’empêcheront visiblement pas les éditeurs de se faire hacker, comme nous l’avons pu constater tout dernièrement avec le jeu GTA6, la maison d’édition Insomniac games ou encore la tentative de cyberattaque sur Ubisoft…
      Peut-être que cela contribue également à rendre cette industrie d’autant plus réticente envers des collaborations avec les institutions de la mémoire ?

  7. Alexis Baribeault St-Germain dit :

    Bonjour groupe,

    Votre billet m’a beaucoup plu. Je ne connaissais pas l’impact que pouvait avoir les DRM sur le milieu des bibliothèques. J’en suis relativement éloigné n’étant pas bibliothécaire.

    Ayant de l’expérience dans le domaine de la musique, les conversations sur les DRM sont très importantes. Depuis l’arrivée du numérique dans l’industrie musicale, avec les cédéroms et le web, le piratage est un enjeu majeur pour les revenus d’artistes.

    En ce qui concerne les DRM, on constate les effets positifs de leur instauration pour protéger des produits musicaux, mais de plus en plus on en remarque également les limites. C’est particulièrement du côté des plateformes numériques et la musique en fichier électronique que les problématiques sont plus sévères. Il existe plusieurs outils facilement accessibles qui permettent la suppression et la convertion de fichiers protégés par des DRM. Dans le monde de la gestion de l’information où la tendance est vers les données ouvertes, les DRM favorisent l’émergence et le maintien de systèmes de distribution propriétaires fermés (voir l’article de Marc Chevallier, https://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2006-11-page-74.htm).

    Bonne journée.

    Pour en lire davantage à ce sujet vous pouvez accéder à ces sources sur les DRM et l’industrie de la musique :
    https://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2006-11-page-74.htm
    https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1509/jm.74.2.40
    https://heinonline.org/HOL/Page?handle=hein.journals/laent28&id=271&collection=journals&index= (pages 265-294)

  8. Mandy Jobé dit :

    En tant qu’agente en information documentaire, je trouve toujours délicat d’expliquer à l’usager·ère qui souhaite emprunter des ouvrages sur la plateforme E-Bibliomedia, afin de les lire sur sa liseuse, qu’il ou elle ne peut pas bénéficier de cette offre si son appareil est entre autres de la marque Kindle. Il est intéressant de noter qu’une fois encore un géant comme Amazon possède un pouvoir énorme et peut à la fois exclure d’autres formats et ainsi faire acheter son produit (Kindle), mais aussi exclure des institutions comme les bibliothèques, ce qui est bien dommage.

  9. Federico Montezuma dit :

    Bonjour à vous quatre !

    En premier lieu, merci pour votre intéressant billet de blog.

    En second lieu et après la lecture de votre article, je suis mitigé quant aux DRM. En effet, ces derniers semblent présenter davantage d’inconvénients que de points positifs : ils s’avèrent assez peu efficaces contre les pirates et la contrefaçon ; ils restreignent les droits des consommateurs légitimes ; ils posent des problèmes d’interopérabilité, d’utilisation et de confidentialité ; ils favorisent certains modèles économiques au détriment d’autres alternatives ; enfin, ils peuvent être considérés comme un obstacle à l’accès à l’information et à sa diffusion, et vont à l’encontre du code déontologique des bibliothèques.

    Je retiens surtout de votre billet que les DRM, outre leurs nombreux désavantages, s’inscrivent dans une stratégie économique déloyale et constituent un véritable cadenas numérique.

    Dans ces conditions, il est difficile d’imaginer que les DRM puissent constituer, pour les bibliothèques, la solution en matière d’offre numérique. Dès lors, il serait sans doute préférable qu’elles se tournent vers d’autres alternatives, comme l’Open Access (en tout cas pour les bibliothèques académiques) que vous mentionnez et qui me paraît avoir moins d’inconvénients que les DRM.

    Bien à vous,

    Federico

    • Valérian Dreier dit :

      Hello Federico,

      “En effet, ces derniers semblent présenter davantage d’inconvénients que de points positifs : ils s’avèrent assez peu efficaces contre les pirates et la contrefaçon ; ils restreignent les droits des consommateurs légitimes ; ils posent des problèmes d’interopérabilité, d’utilisation et de confidentialité ; ils favorisent certains modèles économiques au détriment d’autres alternatives ; enfin, ils peuvent être considérés comme un obstacle à l’accès à l’information et à sa diffusion, et vont à l’encontre du code déontologique des bibliothèques.”

      Tu parles à un convaincu. Je pense comme toi mais c’est difficile d’imposer cet idées aux éditeurs qui, à mon sens, vont compter en “pertes” un “manque à gagner”. Seulement, à mon sens, ils ne prennent pas en compte les bénéfices collatéraux. Par exemple, les personnes qui piratent beaucoup de films ont aussi tendance à aller davantage au cinéma. C’est en soi une guerre des chiffres car chaque camp comptera différemment les pertes ou les gains.
      Mais on l’a vu dans le cadre des jeux-vidéos, les DRM ont été une catastrophe. Certains versions piratées fonctionnaient mieux que des versions avec DRM. De plus, le DRM devenait obsolète après quelques jours seulement.

      • Federico Montezuma dit :

        Salut Valérian,

        Merci pour ton retour. Effectivement, comme souvent dans ce genre de situation, tout ou presque se résume à des enjeux économiques et à des questions financières, qui méconnaissent ou feignent de méconnaître les réalités du terrain.

        Salutations,

        Federico

  10. Kessi Amandine dit :

    “En effet, certaines grandes compagnies utilisent les DRM comme un outil stratégique pour empêcher des consommateurs de passer chez les concurrents et ainsi, de gagner une plus grande part dans ce marché en pleine croissance.”
    Et légalement ça passe ce genre de truc ?

    • Scalzillo Tidjian dit :

      C’est compliqué. Si on prend la France comme exemple; il existe cet arrêté:

      “l’éditeur est tenu d’assurer une diffusion active de l’ouvrage pour lui donner toutes ses chances de succès auprès du public. A cet effet, il devra, à compter de la publication de l’œuvre : […]

      4.2. Pour une édition sous forme numérique […]
      La rendre accessible dans un format technique exploitable en tenant compte des formats usuels du marché et de leur évolution, et dans au moins un format non propriétaire.
      La rendre accessible à la vente, dans un format numérique non propriétaire, sur un ou plusieurs sites en ligne, selon le modèle commercial en vigueur dans le secteur éditorial considéré.” (source: https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000029966188)

      Pourtant il me semble bien qu’Amazon ne vende ses ebook toujours qu’au format azw (format propriétaire lisible uniquement par les Kindle).
      Cela dit, de manière générale il paraît toujours aussi difficile de faire plier des multinationales (avec une difficulté supplémentaire pour les services digitaux et l’e-commerce?) face à des projets de loi à l’échèle nationale.

      L’UE a récemment réussi à imposer à Apple le chargeur universel, une victoire donc contre une forme de DRM matériel.

    • Valérian Dreier dit :

      Il faut aussi prendre ne compte le fait que l’empêchement d’accéder aux concurrents se fait aussi par défaut. Pour reprendre à nouveau le milieu du jeu-vidéo, que dire des sorties exclusives de jeux sur l’Epic Game Store afin de s’accaparer de parts de marchés au détriment de Steam, par exemple. Il y a une vrai questionnement à se poser davantage sur la taille et la force d’impact dans un milieu en oligopole.

    • Sarah Abbou dit :

      Dans nos pays au libéralisme économique à outrance, c’est même le nerf de la guerre! Aucun gouvernement ne va légiférer contre les mécanismes mercantiles de base du capitalisme. On n’en serait pas là avec la crise écologique sinon…
      Cela nous choque car nous nous destinons à des métiers plus ou moins liés au service public et cela complique notre pratique professionnelle (surtout pour ceux qui se destinent à travailler en bibliothèque) comme le dit très bien Mandy dans son commentaire plus haut. La réalité cependant est simple, les éditeurs destinent leurs livres à l’achat et donc suivent une logique de marché qui ne colle pas du tout à nos milieux qui prônent le “savoir accessible à tous”.
      Ce n’est pas près de changer. A nous de trouver des solutions/astuces?

      • Emma Crettenand dit :

        Je trouve intéressant votre blog sur les DRM. J’ai l’impression que dans le futur, les bibliothèques généralistes vont de plus en plus se tourner vers les livres électroniques qui sont plutôt moins axés sur la science, je pense et que les bibliothèques académiques plus vers l’Open Access, où on peut accéder à des livres ou des publications plutôt axés sur la science gratuitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search